Les deux loups

Après les attentats du 9/11, le maire de New York, sur son balcon, dit à la foule: «Allez et consommez». De crainte que s’arrête la machine à fabriquer de l’argent pour l’argent. Les sociétés occidentales ont un nouveau terroriste: la peur de manquer de luxe. Voilà la toute récente « philosophie » de notre « homo-politicus ». Rien que ça… Pendant que la horde des barbares étasuniens enclave insidieusement le continent africain, et que le viol néolibéral déshabille 90% de l’humanité pour se border d’or et de richesses, le discours pathético-simpliste n’est qu’une course vers l’avoir. Le « progrès » passe par le comptable et le super Wall-Streeter. Pas de philosophie, pas modèle réel dudit développement durable. Pas de ligne menant vers un progrès du mieux-être. Rien de nouveau en ce qui a trait à l’Histoire. À l’exclusion des moyens colossaux et l’espace planétaire restant… On ne consulte pas, on impose. C’est là tout le contraire d’une société telle qu’on a pu voir dans l’histoire des tribus qui n’avaient pas de chefs – comme chez les amérindiens : On discutait en groupes pour prendre une décision. La philosophie  du WAKA-TANKA, le grand esprit. Indéfinissable.  C’est la leçon du « Small is Beautifull »…        Gaëtan Pelletier

Le vieux Lakota était un sage. Il savait que le cœur de l’homme éloigné de la nature devient dur. Il savait que l’oubli du respect dû à ce qui pousse et à ce qui vit amène également à ne plus respecter l’homme. Pourtant, prenez garde, murmure-t-il de sa tombe : chaque fois que nous portons atteinte à la nature, nous nous amputons d’un morceau de notre propre chair. La terre n’appartient pas aux êtres humains, ces forêts, ces champs, cette vie et bien d’autres choses encore, ne sont pas nos propriétés.

L’ ENSEIGNEMENT  DES  HOPIS

Aux Temps Anciens , WAKA TANKA , le Grand Esprit , a réuni les quatres races de l’humanité .

Aux hommes Blancs , il a donné le Feu à garder

Aux hommes Jaunes , il a donné l’Air à garder

Aux hommes Noirs , il a donné l’ Eau

Aux hommes Rouges , il a donné la Terre

Aujourd’hui , qu’en ont-ils fait ?

L’Homme Blanc a crée la lumière électrique , le laser mais aussi la bombe atomique

L’Homme Jaune maîtrise les techniques de la respiration qui aident à la méditation , mais l’air est pollué et à Tokyo , on est obligé de porter des masques pour se protéger de la pollution.

L’Homme Noir , qu’a-t-il fait de l’eau pour en manquer autant en Afrique ?

Seul l’Homme Rouge a conservé au mieux qu’il a pu la Terre qu’il a reçu en garde

Quand l’Homme Blanc est arrivé sur les Terres Indiennes , il a demandé à l’Homme Rouge de lui acheter ses terres . Celui-ci lui ayant répondu  :

« Je ne peux te vendre la terre car elle ne m’appartient pas , je n’en suis que le Gardien . Nous ne sommes pas propriétaires de la Terre , nous en sommes les dépositaires pour nos enfants. »

Alors , l’Homme Blanc a répondu  :

«  Si elle ne t’appartient pas , alors je la prends  »

La Terre porte en elle les quatre couleurs de la peau des Hommes , à certains endroits elle est rouge , à d’autres , blanche , noire ou jaune

Les océans séparent les continents , mais ils sont de toutes façons liés à la Terre en dessous de l’eau . Pourquoi les continents se déchirent-ils alors qu’ils font partie de la même Terre ?

Tel est l’Enseignement des Anciens

Megwesh, Plume d’Aigle Blanc

On estime que Curtis traversa les États-Unis environ 125 fois en rendant visite à quatre-vingts tribus et que quarante mille clichés furent pris les trente ans que dura son enquête. Il utilisa également un appareil à cylindre de cire enregistreur d’Edison qui lui permit d’étudier soixante-quinze langues et dialectes et d’enregistrer dix mille chants. Cependant, Curtis passa probablement au moins autant de temps à parcourir les salons de la côte est en quête de financement qu’à étudier les indiens dans leurs territoires. En effet, il pensait que tous ses problèmes financiers seraient résolus par John Pierpont Morgan, mais la réalisation de l’encyclopédie dura vingt ans de plus que prévu, et on estime l’investissement total que nécessitèrent la rédaction et la publication de l’œuvre à plus d’un million de dollars.

En fait, il ne s’intéressa guère à ceux qui présentaient des signes trop évidents d’acculturation ; il exigeait de ses modèles une certaine pureté des mœurs. Son projet était soutenu par le grand industriel, financier et philanthrope new-yorkais John Pierpont Morgan et par le président Theodore Roosevelt, pour qui il entendait enregistrer « tous les aspects de la vie dans toutes les tribus demeurées à un stade primitif » afin d’immortaliser ce qui pouvait être sauvé de ces cultures sur le point de disparaître, dans leur forme originelle.

Une partie de son travail fut publié dans une somme en vingt volumes intitulée : « The North American Indian », comprenant 2 500 photographies, 4 000 pages de textes, alors qu’au total, Curtis réalisa près de 50 000 prises de vue. Dans ce travail d’une vie, Edward S. Curtis a mis au service de la science ses dons d’artiste, ce qui confère à son œuvre non seulement des qualités ethnologiques, mais aussi artistiques et même spirituelles.Edwar Sheriff Curtis


Pieds nus sur la terre sacrée

Chant iroquois

Nous rendons grâces à notre mère la terre, qui nous soutient.

Nous rendons grâces aux rivières et aux ruisseaux qui nous donnent l’eau.

Nous rendons grâces à toutes les plantes qui nous donnent les remèdes contre nos maladies.

Nous rendons grâces au maïs et à ses soeurs les fèves et les courges, qui nous donnent la vie.

Nous rendons grâces aux haies et aux arbres qui nous donnent leurs fruits.

Nous rendons grâces au vent qui remue l’air et chasse les maladies.

Nous rendons grâces à la lune et aux étoiles qui nous ont donné leur clarté après le départ du Soleil.

Nous rendons grâces à notre grand-père Hé-no, pour avoir protégé ses petits-enfants des sorcières et des reptiles, et nous avoir donné sa pluie.

Nous rendons grâces au Soleil qui a regardé la terre d’un oeil bienfaisant.

Enfin, nous rendons grâces au Grand Esprit en qui s’incarne toute bonté et qui mène toutes choses pour le bien de ses enfants.



LES DEUX LOUPS

Un soir, un vieux Cherokee parlait à son petit-fils du combat

qui a lieu à l’intérieur des gens. Il disait :

« Mon petit, il y a une lutte entre deux loups à l’intérieur de chacun de nous.
« L’un est le Mal – c’est la colère, l’envie, la jalousie, le chagrin, le regret, la cupidité, l’arrogance, l’apitoiement, la culpabilité, l’amertume, le sentiment d’infériorité, le mensonge, l’orgueil, la supériorité et l’égo.

« L’autre est le Bien – c’est la joie, la paix, l’amour, l’espoir, la sérénité, l’humilité, la bonté, la bienveillance, l’empathie, la générosité, la vérité, la compassion et la foi. »

Le petit-fils a réfléchi pendant quelques instants, puis il a demandé à son grand-père :« Quel loup va gagner? »

Le vieux Cherokee a simplement répondu : « Celui que tu nourris. »

***

Une trouvaille de Gaëtan Pelletier

 

Les droits d’auteurs de ce texte appartiennent aux instances concernées. Il est publié ici, sur un espace citoyen sans revenu et libre de contenu publicitaire, à des fins strictement documentaires et en complète solidarité envers son apport intellectuel, éducatif et progressiste.

2 réflexions sur “Les deux loups

  • 30 mars 2022 à 4 h 17 min
    Permalien

    La terre a déjà été rachetée et revendue plusieurs fois au plus offrant, elle n’appartient plus aux sans dents depuis des générations, aux peaux rouges et autres autochtones depuis des siècles, aujourd’hui, elle n’appartient même pas aux agriculteurs industriels qui se contentent de la louer, elle appartient partiellement aux propriétaires terriens d’hier qui se la sont approprié pour deux sous, et majoritairement au grand capital, celui de l’immobilier, des banques, fonds de pensions, aux spéculateurs aux reins solides…et aux fonds souverains, avec encore quelques belles parcelles toujours au nom des états…celles qu’on dit trop précieuses, stratégiques,  »invendables » et relèvent du domaine de l’état aujourd’hui, mais que ce dernier cède au fur et a mesure pourtant pour des sommes symbolique a des chanceux, des spécialistes, des initiés qui savent comment l’extorquer aux états sans se ruiner, et sans débourser le moindre sou parfois !

    Mais ce qu’ignorent tous ceux qui souillent la terre, est que le Karma de celle-ci est terrible ! il les poursuit et ne les rate jamais, les rattrappe d’une manière ou d’une autre et leur assène souvent les pires destinées ! comme en Amérique du Nord encore, ou plusieurs terres amérindiennes considérées comme sacrés par ces peuples originels depuis des siècles, puis ont été souillées et vendues à l’homme blanc… et vous pouvez être certain, que la malédiction de l’homme blanc ne vient que de la !

    Cette règle se vérifie tout le temps, et pas qu’en Amérique du Nord.

    il était une fois un très jeune prince et Sheikh des émirats-arabes-unis, qui était nul autre qu’un jeune frère du Sheikh de Abu Dhabi en fait, celui qui est à la tête de ce très riche état du Golf persique…bref, notre jeune prince était à la tête du plus gros fond souverain mondial a la fin de ses trentaines a l’époque, le fond qui gérait quelque 3.5 trilliards de dollars ! qui lui a valu d’être classé par le magazine Forbes comme 27ème fortune mondiale… et comme son père, il passait le plus clair de son temps au Maroc, au minimum 6 mois par an, vivant dans plusieurs palais aux alentours de la capitale marocaine Rabat…et parfois la quittait pour d’autres Palais dans l’Atlas marocain… et ce, même s’ils avaient aussi des Palais a Marbella en Espagne, en France, en Suisse et en Angleterre vers lesquels ils se rendaient empruntant leur jets privés, comme vous et moi lorsque nous allons à l’épicerie du quartier …

    Nous avions tous grandi dans cette ville comme les témoins de sa transformation par les Saoudiens, les Émiratis surtout les Koweitiens et les Qatari, et ne sachions quoi en penser, car a l’époque, ils avaient dynamisé certains quartiers pauvres de la ville, et exportaient vers leurs pays des tonnes de denrées fraiches, fruits, légumes et autres produits du terroir…en demandant aux petits menuisiers de leur confectionner de grosses boites en bois et avant de faire affaire avec les grosses boîtes d’export…, ils distribuaient le cash aussi parait-il a tous ceux qui allaient mendier aux portes de leurs palais en leur remettant des enveloppes avec l’équivalent de $500 US a l’époque,et les gens me racontaient que des files immenses se formaient a la fin de chaque mois devant leur palais, et personne ne retournait bredouille ! En réalité, le plus gros du cash ils e donnait a la monarchie Marocaine, que ce soit pour soutenir l’économie du pays ou pour ses besoins en luxe et en dépenses futiles a elle et ses membres… et je me souviens qu’ils ont fait la fortune de quelques coupe gorge, que ce soit des propio terriens, des recruteurs de personnel, des agences de sécurité privée, et même des maqueraux de luxe qui leur amenaient les filles de joie ! par ailleurs, ils avaient des armées de filles recrutées uniquement comme  »serveuses » dans leurs palais et qui touchaient des milliers de dollars en pourboires … non destinées au sexe, elles devaient en profiter pour pêcher le prince fortunée pour les plus futées d’entre elles, ou le vieux gaga Sheikh fortuné pour lui servir de deuxième épouse et sauver sa famille de la misère ! …

    Dans cette ville ou j’ai grandit, tout au long des années 80, 90 et jusqu’à aujourd’hui, cette famille princière émirati avait fini par acheter toutes les terres dans les zones naturelles aux confins des quartiers chics et VIP de la ville, et au delà jusqu’aux belles collines vertes qui délimitent l’est et le sud-est de la ville, et jusqu’à celles qui surplombent un très beau lac immense sur des centaines de km carré… en réalité lac artificiel car formé de la rencontre d’un grand fleuve qui atteint la ville le  »Bouregreg », et du plus gros barrage hydro-electrique du pays a l’époque. Et donc non satisfaits de se construire plusieurs palais chacun aux confins des quartiers chics pour leur activités officielles, ils se faisaient construire d’autres Palais pas loin pour leur divertissement, et enfin, se sont retrouvé a construire des Palais au sommets des hautes collines aussi qui leur appartenaient désormais, pour les transformer en fermes hyper modernes ou les hobby les plus chers se pratiquent, de l’équitation et haras de purs sangs, aux plus fous joujoux qu’ils importaient d’occident ! Nous pouvions d’ailleurs les rencontrer a chaque fois qu’on voulait pêcher en eau douce et on allait au barrage… et pendant qu’on pêchait le black bass, la perche ou la grosse carpe avec notre matériel rudimentaire et nos sandwichs dans nos sacs a dos, on remarquait qu’ils avaient la manie d’apporter d’immenses RV ou camping car de luxe importés des états-unis et grandioses, en fait des gros bus de luxe qu’ils utilisaient pour faire a peine quelques KM depuis leur palais plus hauts sur les collines, pour les amener au abords du lac ! ils faisaient donc voler des avions téléguidés, pratiquaient des sports d’eau avec des bateaux ou jetski, bref, ils s’éclataient, et au loin, on pouvait apercevoir leur fermes transformées en Ranchs de luxe avec des cultures aux petits soins qui dévalaient les collines…., des serres aussi, des bananiers et des pommiers, des arbres fruitiers de toutes sortes et des palmiers de toutes sortes et exotiques aussi bien entendu pour l’effet  »Beverly hills » ou  »Hollywood » a l’époque !

    Bref, notre jeune prince, comme son père et son grand frère a la tête des émirats, ne lésinait pas sur l’argent pour acheter des terres partout et a n’importe quel prix…, il a faot a ce titre beaucoup de millionaires qui vivaient dans la misère possédaient a la base un âne et quelques poulets et une toute petite parcelle de terre, qui gênait lors de l’acte d’achat d’une parcelle plus grande… ils furent plusieurs a s’enrichir ainsi… il y eut même un gars célèbre qui a troqué sa veille renault 4 rafistolée dans laquelle il vendait du lait frais non pasteurisé dans les quartiers populaires de la ville, pour une grosse cadillac qu’il a racheté a un Sheikh arabe du coin :)))… sachant que chez nous les berlines de luxe américaines sont très rares sauf chez la famille royale, il déambulait désormais dans sa très gourmande cadillac pour faire des allers retours a la pompe a essence, et il parait qu’elle a fini par le ruiner en essence et qu’il s’est retrouvé sur le carreau a cause de cette statanée bagnole !:)))… bref… Notre prince achetait ce qu’il pouvait… mais au final et a certain moment, ce sont les grosses pointures du pouvoir qui ont commencé a l’approcher pour lui faire don de terres immenses de l’état avec l’approbation et la signature de la monarchie… et c’est ainsi, que les domaines initiaux achetés rubis sur ongle et ayant contribué a une spéculation foncière sauvage a l’époque, et une inflation et hausse du prix du terrain a des prix vertigineux, ont été complété par des dons en territoires immenses, souvent pour l’investissement immobilier et souvent pour des projets pharaoniques…en plus des fermes aux quatre coins du pays parfois cédées pour quelques dollars symboliques !

    C’est très simple, notre jeune prince pouvait tout acheter, il pesait des centaines voir des milliers de fois ce que pèse l’état Marocain et rien de moins ! les gens disent qu’il était tout ce qu’il y a de plus  »gentil, humble et honnête, hyper généreux comme son père et très simple »… puisque tout le monde rêvait l’approcher en fait et savait qu’il connaissait le langage que parlent ces gens… celui des grosses enveloppes et des cadeaux ! la secrétaire d’un PDG casablancais racontait une fois d’ailleurs, qu’après avoir conclu son business avec son patron, il le combla de cadeaux prestigieux, et a elle qui ne le connaissait pas pourtant, il laissa tout de même un présent qui consistait en une petit chameau miniature en or pur qui pesait lourd, et serti d’une pierre précieuse ! bref, la nature des gens étant cupide, les mythes et les légendes autour de la présence de ces émiratis et leur générosité au Maroc ne s’en trouvaient que gonflées !

    la réalité est plutôt que ces arabes orientaux très commerçants et très calculateurs… investissaient quelques millions en pourboires et pots de vins, pour récolter en retour des milliards en biens divers et en dividendes ! il n’y a personne comme eux en fait pour maîtriser a fond la règle du ROI (le Return on Investment), et au Maroc, ils avaient tout simplement hérité du jackpot ! Ce jeune prince d’ailleurs fera tellement d’acquisitions et d’investissements quasi gratuitement et cadeau dans tellement de projets… que sa  »générosité initiale compte pour des cacahuètes en comparaison ! et parmis, ces terres qu’on lui offrit sans beaucoup d’égards aux lois, aux locaux et aux intérêts des sans dents et sans consulter personne, il y avait de dizaines d’hectares stratégiques mais délaissées par-ci, des terres ancestrales de tribus confisquées par l’état, des roc ou rochers (collines rocheuses) en bord de mer en principe interdites par les lois de l’urbanisme a construire, et des aires protégées et zones vertes qui étaient sous la houlette du ministère des eaux et forêts… bref… tout ceci étant destiné a investir des sommes faramineuses du fond souverain qu’il dirigeait pour faire des développements d’immobilier de luxe pour fortunés étrangers a Rabat, ses alentours, et partout a travers les plus belles régions du pays… !

    Et donc parmis ces terres ancestrales, il y’en avait deux en particulier, l’une en bord de mer, qui était un super spot de pêche pour quelques connaisseurs seulement, dont mes amis pêcheurs et moi-même, et qui nous fut fermé du jour au lendemain lorsque j’étais déjà très loin de mon pays, et que j’y suis retourné une fois… une grosse colline de plusieurs hectares sauvage jouxtant la mer, mais il y avait aussi juste aux alentours du palais ranch de notre prince, des collines alentours et des terres qui venaient juste d’être ajoutées a son domaine. Et dans les deux cas, on disait que les deux terres abritaient de très vieux cimetières sacrés pour les locaux en plus de leurs revendications vaines sur leur réappropriation auprès de l’état ! Mais pas que dans ces deux coins, je me souviens à l’époque de plusieurs doléances de plusieurs tribus a travers le pays qui ne cessaient d’être publiées dans certains médias électroniques, avant que l’état ne les mette tous au pas, et deviennent tous des médias vendu au pouvoir ou il n’y aucune chance de lire des choses pareilles jusqu’a aujourd’hui ! Bref, la malédiction des pétrodollars en plus de celle de la terre souillée surtout allaient cette fois ne pas prendre longtemps avant un dénouement tragique.

    Au mois de Mars 2010, alors que notre prince toujours à la tête de son fond souverain et baignant dans l’insouciance habituelle des princes arabes, s’amusait à voler à bord de son planeur motorisé ultra léger juste devant de sa colline et son palais au dessus du lac, une panne moteur survient a l’improviste et l’oblige a crasher dans les eaux du lac assez profond ! et pour compliquer sa chute, le jeune prince pris au piège par les ceintures de sécurité et par le poids lourd de l’engin allait non seulement plonger au fond du lac, mais s’engouffrer sous les algues et les vases importantes qui se soient cumulées pendant des décennies dans le fond… pour disparaitre a tout jamais presque !

    Devant les équipement rudimentaires et les hommes non spécialisés des équipes de secours marocaines, qui consistaient en zodiacs et quelques plongeurs mal équipés, la visibilité nulle dans les fonds du lac allait rendre l’espoir de sortir le prince vivant impossibles dès le premier jour ! le très riche émirats fit venir alors dès le lendemains des équipes américaines et australienne spécialisées avec tout leur équipements et leurs sonars, leurs radars et leurs appareils sophistiqués allant jusqu’au appareils sous marins ! il aura fallu pas moins de cinq jours de recherches et des équipes impressionnantes de plongeurs et  »scientifiques » de tout poil… et une couverture médiatique étrangère qu’on avait jamais vu…dans une zone délimitée pourtant…afin de localiser enfin la dépouille enfouie dans pratiquement deux à trois mètres de vases sous 10 mètres de fond !…

    dans cette zone, un militaire nous dira que de toute façon, les parachutistes marocains qui s’y entrainaient et finissaient par sombrer dans le lac, on ne passait pas plus d’une demi journée pour les retrouver si on le pouvait… car le plus souvent on les abandonnait au fond du lac, a cause du mauvais équipement de l’armée et des eux traitres du lac ! il paraitrait que des dizaines de dépouilles gisent par les fonds depuis toujours, que ce soit des baigneurs, des pêcheurs ou des malheureux de toute sorte qui se soient retrouvé la-dedans !

    Au final… le Karma de la terre sacrée n’a pas mis trop de temps pour rattrapper notre jeune prince… et comme disaient des marocains de l’époque… pourtant tristes et sincèrement affectés par la disparition du prince dans ces conditions, que : »sa fortune de  »Qaroun »…ne lui a pas été d’une grande aide pour le sauver…il est parti comme nous, et pire que nous tous…Qu’allah lui pardonne et le reçoive en martyr »… bref, Qaroun est un présumé trésorier du pharaon, personnage Coranique qui possédait des montagnes d’or et de richesses, l’équivalent a crésus chez les chrétiens ! …. A noter aussi, que l’islam considère les morts par noyade comme des martyrs d’office….le monde arabe a l’époque avait plutôt retenu cette interprétation pour pleurer le prince… par humilité devant la mort…et par retenue de ne pas en parler en mal ! …. chose que moi-même ne rapporte pas dans cette optique…. sauf que je crois dur comme fer, que la souillure de la terre qui nourrit des milliers d’humains, et sa confiscation pour les riches… ne finit jamais bien pour ces derniers… et c’est valable tout autant pour les promoteurs immobiliers rapaces, les requins businessmen de tout poil… et quiconque qui confisque la terre sacrée d’autrui !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *