L’athéisme doit-il militer?

YSENGRIMUS — Disons la chose sans mettre de gants: Dieu, être spirituel engendrant et assurant la cohésion du monde matériel, n’existe pas. C’est une catégorie philosophique erronée, une légende populaire montée en graine, une vue hyperbolique de l’esprit bonifiant et magnifiant un ensemble de caractéristiques abstraites fondamentalement incompatibles et incohérentes. La persistance faussement universelle de ce mythe vieillot s’explique assez simplement par le fait qu’il est une projection intellectuelle magnifiante de l’être humain ou du monde (et l’être humain et le monde sont partout dans le monde humain), un peu comme le serait, par exemple, un fantôme ectoplasmique ou un mirage visuel au bout d’une longue route par temps sec. Toute culture où il y a des hommes et des femmes de tailles différentes, des enfants et des adultes, des malingres et des balèzes, produira inévitablement des légendes de géants et de nains sans se consulter entre elles, de par un jeu de projections logiques constantes et similaires du plus petit et du plus grand. L’universalité de ces propensions mythifiantes ne garantit en rien l’existence objective des titans, des lutins et de leurs semblables de tous barils ethnoculturels.

Le dieu (vaguement masculin et débonnaire ou intégralement inerte, neutre et inactif) n’existe pas. Aussi, privée de cette catégorie fondamentale irrecevable, la légitimité tant descriptive que morale des religions s’effondre comme un château de carte. Ne disposant pas réellement des fondements effectifs autoproclamés qu’elles se sont attribuées au fil de l’Histoire sans débat ni critique, les religions et leur perpétuation n’en reposent pas moins sur d’autres fondements qui, eux, n’ont absolument rien de divin. J’en dénombre quatre:

Peur: la panique, l’épouvante face à la maladie, la mort, le danger de perdre un enfant, l’instabilité politique, les cataclysmes naturels, l’incertitude face à l’avenir d’une vie douloureuse sont des carburants puissants de la religiosité. Il est connu qu’une personne en situation terrorisante, dans un accident ou dans des circonstances climatiques compromettant la survie, régresse mentalement et appelle son dieu comme un enfant appellant un adulte à l’aide. Loin de garantir quelque caractère fondamental ou universel à ce dernier, ce fait démontre plutôt à quel point croyance religieuse et déséquilibre ou délabrement mental sont proches l’un de l’autre.

Ignorance: un lourd et archaïque relent de cosmologie simpliste et d’anthropologie délirante gorge les religions, tant dans leur élévation dogmatique que dans leurs recommandations pratiques. Ignorant les causes du tonnerre, des éclairs, de la guerre et de la maladie, l’enfant humain imagine des colères, des illuminations, des déterminations politiques issues d’un cosmos anthropomorphisé. Le recul de l’ignorance et une meilleure connaissance du fonctionnement effectif du monde et des sociétés éloignent la religiosité comme représentation descriptive et explicative du monde. Tout progrès social entraîne de facto une révolution des savoirs qui fait reculer l’esprit religieux

Conformisme: la résorption des peurs irrationnelles et de l’ignorance face au monde ne suffit pas pour terrasser les religions institutionnalisées. Celles-ci s’appuient sur un autre ressort particulièrement insidieux et puissant: le conformisme social et familial. Combien de gens perpétuent des croyances qu’ils n’endossent plus chez leurs enfants, simplement pour ne pas contrarier leurs parents ou leurs ancêtres? Ce genre de soumission de masse, reposant sur des critères émotionnels peut perpétuer des pratiques dévidées des ferveurs censées les fonder pendant des générations. La tradition est une forte d’inertie mécanique dont il ne faut pas négliger la pesante portée réactionnaire.

Pouvoir social d’un clergé: si, en plus de ce lot de plaies, une des castes de votre société se spécialise dans l’intendance de la choses religieuse, là vous avez un puissant facteur de perpétuation sur les bras. Les clergés oeuvrent exclusivement à leur propre perpétuation et, pour ce faire, ils se doivent de voir au maintient en circulation de la camelote qu’ils fourguent. Ils analysent donc très finement la peur, l’ignorance et le conformisme qui mettent le beurre sur leurs tartines malodorantes et déploient de formidables énergies à les perpétuer, les maintenir, les solidifier. Tous les clergés dans tous les cultes sont des agents de freinage des progrès sociaux et mentaux. Les cléricaux sont des ennemis pugnaces et acharnés de la connaissance objective et informée du monde et de la vie sociale.

La religion est une nuisance intellectuelle et morale. C’est une force sociale rétrograde misant sur des pulsions individuelles régressantes. Tout progrès social significatif se complète d’une rétraction et d’une rétractation des religions. Ce long mouvement historique ne se terminera qu’avec la décomposition définitive de toute religion institutionnalisée ou spontanée. Ce jour viendra. Voilà.

Le voilà notre bon et beau manifeste athée. Il est clair, net, balèze, béton, superbe. Je l’endosse avec la plus intense des passions et la plus sereine des certitudes. J’éduque mes enfants en m’appuyant solidement sur ses fondements. Je vis par son esprit et dans la constance de sa rationalité supérieure. Banco. Bravo. On fait quoi maintenant? On l’imprime en rouge sang sur des feuillets grisâtres et on le distribue au tout venant? On en fait un beau paquet de tracts incendiaires que l’on met en circulation dans tous nos réseaux de solidarité? On fait pression sur un parti de gauche ou un autre pour qu’il en fasse une composante intégrante de son programme politique? Mieux, on crée la Ligue Athée du [épinglez le nom de votre contrée favorite ici]. Ce ne serait pas la première formation politique à plate-forme étroite et hyper-pointue. Il y a bien des Partis Verts  et des Parti Marihuanas pourquoi pas des Partis Athées? Bon sang que c’est tentant, surtout dans la conjoncture lancinante et interminable de pollution d’intégrisme religieux actuelle. Je vois d’ici notre première page couverture de tract avec notre mascotte et notre premier slogan:

philosoraptor-la-religion-nest-plus-lopium

Ce serait pétant. Sauf que… La Commune de Paris et le bolchevisme léninien n’ont pas cédé à cette tentation miroitante de l’athéisme militant. Lucides, ces projets politiques se sont contentés de fermement restreindre la pratique des religions à la sphère privée et de forclore toute propension théocratique dans l’administration publique de leur république. C’est certainement une chose à faire et bien faire. Sauf que pourquoi donc, mais pourquoi donc en rester là?

Tout simplement parce que le déclin de la religion, la déréliction, ne se décrète pas, elle émerge. On ne proclame pas plus la fin de la religion qu’on ne proclame la fin de l’enfance. Il faut éradiquer la peur, l’ignorance, le conformisme et bien circonscrire la vermine cléricale dans ses tanières (qui deviennent lentement ses musées). La religion tombera alors, inerte et inutile, comme une feuille d’automne. L’athéisme ne doit pas militer, il doit laisser l’effet des progrès sociaux échancrer la religiosité comme une vieille étoffe devenue inutile. Militons directement et sans transition pour les progrès sociaux à la ville et l’athéisme militera bien pour lui-même dans les chaumières.

Frapper la religion au tronc plutôt qu’à la racine c’est la faire bénéficier d’une intensité d’attention qu’elle ne mérite plus. Cela l’alimente en jetant de l’huile dans le feu de son bûcher. Fabriquer des combattants de dieu en creux c’est alimenter le fanatisme et l’intégrisme des martyrs en plein. Laissons aux cagoules leurs procédés de cagoules et limitons le débat théologique à la ferme intendance de la tolérance multiculturelle et à la circonscriptions de la rigueur doctrinale à la sphère privée. Les enfants des croyants se débarrasseront à leur rythme et selon leur logique et leur modus operandi des croyances éculées qui leur nuisent. Ils les convertiront en ce qu’ils voudront. Nous ne sommes pas ici pour éradiquer la religion mais pour empêcher son héritage mourant de continuer de nuire à la société civile. À chaque culte de construire le mausolée, le sarcophage ou le cénotaphe de sa doctrine à sa manière.

Souvenons-nous et méditons sereinement la profonde sagesse de L’Encyclopédiste Inconnu qui disait: la vérité n’engendre jamais le fanatisme.

14 pensées sur “L’athéisme doit-il militer?

  • 15 juin 2018 à 9 h 31 min
    Permalink

    Une seule femme a fait un commentaire. Il y a des questions à se poser d’autant que les femmes sont celles qui souffrent le plus des directives religieuses. Faut croire que les propos tenus ici sont le propre de têtes d’hommes. Je ne veux pas dire que les idées sont fausses, non, c’est plutôt qu’on a l’impression d’assister à une joute.

    Répondre
  • 16 juin 2018 à 9 h 25 min
    Permalink

    Bonjour le sage ysemgrimus
    Je retiens une phrase de ta présentation presque matérialiste = pas complètement cependant = celle-ci « Tout simplement parce que le déclin de la religion, la déréliction, ne se décrète pas, elle émerge. On ne proclame pas plus la fin de la religion qu’on ne proclame la fin de l’enfance. » EXACT!
    Ce que bolchévique et léniniste avaient émotivement compris… sans le rationalisé. Pour ta part tu tentes bien une certaine rationalisation, ce qui te ramène à ta faute originelle IDÉALISTE.
    Tu suggères qu’il faut donner le temps à la pensée des masses religieuses – d’évoluer – MAIS QUESTION MON AMI – Qu’est-ce qui fera ÉVOLUER – CHANGER – SE MÉTAMORPHOSER – la pensée « spontanée » des masses enreligiosées ??? L’évolution diras-tu ? Tautologie dirais-je l’évolution est un résultat pas un moteur ?
    De quoi procède L’ÉVOLUTION ? Les bolcheviques ont d’abord toléré la religion puis lors de la guerre patriotique les bolchéviques ont enrégimentés les popes et les curés pour bénir et encenser la piétaille (heureusement qu’ils ne les avaient pas tous massacrer) CAR la piétaille « communiste » était encore toute imprégnée de religiosité. POURQUOI ? Par faute d’évolution diras-tu !
    En effet, le mode de production féodal archaïque – imbibait encore des pans entiers du nouveau mode de production capitaliste soviétique en cours d’édification.
    Mystère Merci de m’éclairer = comment se fait-il qu’aux USA le pays le plus avancé dans l’édification du mode de production capitaliste – industriel – scientifique – financier – numériser – les vieilles idées religieuses monothéistes archaïques du siècle passé aient encore autant d’audience parmi la plèbe?
    robert bibeau http://www.les7duquebec.com

    Répondre
    • 16 juin 2018 à 19 h 05 min
      Permalink

      Réponse: la religion sert le capitalisme. On la recycle donc depuis le mode de production antérieur, si elle fait rêver d’un monde meilleur justement immatériel (et fait oublier l’usine). Dans le cas des USA la problématique impérialiste se surimpose et surdétermine le truc. Il faut justifier les crimes impérialistes par un bon droit transcendant. Ils le font justement… WITH GOD ON THEIR SIDE.

      Répondre
  • 2 juillet 2018 à 9 h 32 min
    Permalink

    « la vérité n’engendre jamais le fanatisme ». Le problème est que La vérité n’existe pas!

    Répondre
    • 2 juillet 2018 à 9 h 54 min
      Permalink

      Noter que l’affirmation La vérité n’existe pas! est elle aussi soumise à l’inexistence de sa propre vérité. Logiquement et fatalement, La vérité n’existe pas n’est pas une vérité (non plus)… et cela ouvre la porte à l’existence d’au moins certaines vérités restreintes qui, elles, peuvent s’amplifier disons… peut-être… au fil de l’avancée des connaissances empiriques.

      Répondre
  • 23 octobre 2020 à 1 h 35 min
    Permalink

    Bonjour ysemgrimus

    Très bien ton article nous pourrions même le mettre sur notre propre site comme contribution avec ton autorisation. Quand à la vérité est est toujours relative et dépend de l’ état de nos connaissances scientifiques. Deux exemples suffiront à le prouver, les bédouins du désert ne voyaient dans le pétrole qu’un médicament pour soigner les plaies des méharis, jusqu’ au jour ou un représentant d’une autre civilisation y a découvert une nouvelle vérité et utilisation. Il en était de même pour le charbon, simple
    marchandise de chauffage, il devint durant la seconde guerre mondiale l’objet d’ autres utilisations…

    Je suis tout a fait d’ accord avec ta conclusion, il faut laisser au temps et à la vie de procéder à l’ extinction de la religion, comme notre réveil chasse nos réves. Quant aux bolchéviques ils en sont resté à une critique papiste de la religion, voir à ce sujet Pannekoek Lénine Philosophe.

    Répondre
  • 23 octobre 2020 à 7 h 34 min
    Permalink

    Voltaire disait « Si Dieu n’existait pas il faudrait l’inventer. », après lui M. Acollas a démontré que « si Dieu existait il faudrait le supprimer. ».
    Et, cependant, tous les deux ont raison.
    Si Dieu auquel Voltaire fait allusion, « le principe de vie », « le principe organisateur de l’Univers », en un mot, ——-, n’existait pas pour donner à la Nature son harmonie actuelle il faudrait inventer ———.
    Mais si le Dieu auquel M. Acollas fait allusion, le Dieu personnel, relégué hors du monde, sur le trône de sa déserte immensité, comme disait M. Cousin, si ce Dieu inutile, inconnu et incognoscible, comme le néant qu’il est, existait, il faudrait le supprimer, puisque son existence qui n’a aucun objet, ne sert que de ferment de discorde entre les hommes.
    C’est cette conception étroite de la divinité, c’est ce Dieu personnel, qui trône dans le ciel en dehors de la Nature et montre toutes les faiblesses de l’homme en même temps qu’il en a tous les attributs, qui est la véritable cause de l’athéisme qui a envahi l’esprit public dans les temps modernes.
    Cependant il ne faut pas nier le Principe-Créateur parce que l’ignorance et la superstition l’ont défiguré.
    Il ne faut pas faire profession d’athéisme car cette négation atteint une vérité scientifique que nul homme sensé ne peut nier. Le mot athée sert aujourd’hui à exprimer une négation absolue, une négation totale, un nihilisme qui va jusqu’à la science. Il est donc prudent de rétablir la véritable signification du mot avant de s’en servir.
    Il ne faut pas tomber dans le même travers que les esprits forts qui ne savent pas distinguer les nuances de la vérité scientifique, philosophique ou religieuse, de ceux qui croient que la négation d’une église particulière entraîne la négation d’un Principe et qui se figurent qu’en rejetant les doctrines de l’église romaine on doit aussi rejeter toutes les croyances séculaires de l’humanité. Non, c’est là une erreur plus dangereuse encore que celle qu’on veut combattre.
    La science ne nous permet pas d’abolir l’idée de Principe, elle élargit, au contraire, cette idée, elle l’explique, elle la définit, elle la démontre, elle rétablit la notion antique de l’idée Divine dans sa plénitude, dans sa grandeur, dans sa pureté, elle rend l’athéisme impossible en restituant aux hommes la connaissance complète du Dieu qui a fait l’homme.
    DIEU ? : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/dieu.html

    Répondre
  • 24 octobre 2020 à 1 h 01 min
    Permalink

    Pour ma part j’adhère plutôt et totalement à la seconde et dernière partie de votre texte Ysengrimus ! car je ne cautionne pas la première, pour la simple raison, est que ce même discours rigide a servi et sert encore les matérialistes colonialistes depuis la révolution de 1789 ! et pas que… dans mon expérience de vie, que Dieu puisse exister dans la tête d’un homme, d’une femme… ou pas, ne fait vraiment pas une grosse différence…si ce n’est presque aucune dana la réalité ! et ce pour la majorité des croyants et des athées ! car ce Dieu il faut bien réaliser qu’il n’existe en permanence qu’aussi bien dans la tête des religieux radicaux que des athées radicaux aussi qui le personnifient et ne peuvent vivre sans lui faire la guerre aussi ! pendant que les fanatiques religieux eux, lui font honte je dirais ! :)))

    Je ne discute pas ici de l’existence de cet être suprême ou imaginaire ou pas, je soulève plutôt la question des fondamentaux de l’être humain et son fonctionnement ou interaction avec son environnement ! Pour nombre de croyants disons  »sages » et entretenant un rapport apaisé avec la religion, ils ont effet rien à envier à une société purement matérialiste et de consommation, sauf à lui emprunter ses concepts laïques, ceux des droits de chacun de disposer de sa conscience, son corps, son cul, et ses croyances ou ses choix ! bref, la laïcité ainsi mieux définie et institutionnalisée fait l’affaire des croyants en réalité (modérés.. soit la majorité, on parle pas des fanatiques ici) car elle protège leur droit au culte, qui englobe autant la tradition que les pratiques religieuses fanfaronnes et autres folklores de la religion, sauf que pour les athées radicaux elle ne les arrange pas, car ils la trouvent trop molle, trop permissive, un brin dogmatique car  »flirtant avec les religieux », et entretient des liens encore trop étroits avec la religion  »chrétienne en occident »…. Or que veut, veut pas cet occident n’a jamais décrété son athéisme, il a uniquement décrété son agnosticisme un peu faux cul, et sa scientologie, autant que son matérialisme dans un dessein unique de domination, d’Impérialisme, de colonialisme et de capitalisme !

    Venons en au communisme alors, censé revendiquer un athéisme radical, et l’inculquer aux citoyens…. »pour leur bien », je ne crois pas que les pays dits communistes même les plus radicaux à travers l’histoire aient pu soustraire la religion de la tête de leurs populations pourtant ! ils ont plutôt suscité une sorte d’oppression anti-religieuse, et fait donc des  »martyrs » et des victimes de  »l’oppression » tout court ! que ce soit en Russie, en Chine ou ailleurs le rapport fétichiste a la religion et aux moeurs religieux a toujours subsisté ! tout simplement car le communisme n’a fait qu’émettre une thèse sur la religion, et son rapport a elle, sans jamais avoir réellement prévu comment la gérer ou gérer son évolution sous un régime communiste ! chose qui a poussé les communistes d’hier a faire le choix de la répression, tout comme les révolutionnaires de 1789 ont eux aussi fait le choix de la répression parfois sanglante envers les curés ou le clergé !

    Ce qui me pousse a me méfier d’ailleurs de tout discours radical en ce sens ! comme je pourrais citer des armées de  »schizophrènes » même musulmans qui adorent le whisky et la prière occasionnelle, comme ils adorent les galipettes (hommes comme femmes) autant que le m’as tu vu religieux ou pieux en temps de sobriété :))) mais alors si vous voulez me foutre en rogne, c’est de prendre la situation de la femme dans l’occident chrétien historiquement très oppressif en effet envers les femmes jusqu’à récemment, et vouloir la transposer ou l’appliquer ou s’en inspirer pour décréter que les femmes dans d’autres religions subissent le même sort ! car, je le dis et le répète a qui veut bien l’entendre, le machisme ringard du 20ème, n’a atteint le tiers monde musulman et l’a transformé que par le biais de l’occidentalisation » ! car les prétendues histoires d’horreur de la polygamie  »institutionnalisée » dans l’Islam, n’existe et n’a existé qu’à travers de bien maigres exemples, et jusqu’à ce qu’un traître vendu aux colonisateurs invente le Wahhabisme en Arabie Saoudite pour un agenda purement politique pour lequel il fallait décréter les autres comme mécréants afin de revendiquer une supposée pureté originelle ! ce matérialisme mal en point donc occidental et colonial n’a fait que ruiner les sociétés du tiers monde musulman, car en plus on a compris que matérialisme signifiait obsession pour le sexe alors que le sexe ne fut jamais un grand obstacle en orient comme il l’a toujours été en occident ! vous avez bien lu ! le divorce existait depuis toujours en islam, et pas en occident jusqu’aux divisions et schismes de la chrétienté, le divorce notamment pour raisons sexuelles fut de tout temps pratiqué sans tabous et sur simple revendication des femmes, tout comme il pouvait être prononcé pour non respect des obligations conjugales sociales et matérielles cette fois ! les galipettes aussi se sont toujours déroulées en catimini sans qu’on en fasse tout un plat, et les  »juristes » religieux de l’islam n’ont pas été radins en trouvailles pour encadrer les galippettes !

    je raconte tout ceci en étant parfaitement non pratiquant, non croyant, juste un chouiya spirituel, car a force de lire les conneries ou entendre les bêtises des athées radicaux arabes en cet instant, je les réprouve carrément, car ils n’ont rien des communistes arabes athées de la première heure, ils n’ont pas la moindre notion marxiste ou critique et philosophique, ni d’ailleurs le bagage intellectuel qui implique tout ceci, ils mènent donc une guerre frontale non pas a la religion comme ils croient, mais au rationalisme pur et dur comme il me semble, et même aux causes sociales qui les concernent, ils passent leur temps a palabrer sur youtube, ou écrire des bouquins, et utilisent un language extrêmement violent et peu reluisant pour décrire tout ce qui peut toucher à la spiritualité et même pas à la religion ! et donc ainsi, avec des pseudos anonymes font des Live qui peuvent durer 10 heures, ou vous entendrez une jeune femme dans la trentaine utiliser des termes aussi vulgaires que ceux d’un charretier pour décrire son rapport a la societé, user d’insultes les plus innomables envers quiconque qui oserait juste lui rectifier une idée etc… et en plus, ils pensent en réalité qu’ils sont des enfants protégés par l’occident ! ils pensent et sont convaincus que le colonialisme, le capitalisme et le matérialisme sauvages, le consumérisme et les injustices sociales qui en découlent sont une conséquence juste et une perspective merveilleuse qui s’offre a eux, ainsi, ils couvrent d’éloges l’extrême droite Israélienne, appellent a une colonisation totale de la Palestine, une recolonisation des pays arabes, et attention fait inusité ! ils couvrent d’éloges le christianisme !!!! allez savoir pourquoi ! ils disent en fait, que si un athée d’origine arabe ou musulmane devait vraiment retrouver la foi, il devrait opter pour le christianisme ! et a la question pourquoi pas au judaisme ou au bouddhisme, le grand prêtre de la chambre de discussion explique que le judaisme ressemble a l’islam, et que le bouddhisme n’est pas une religion mais juste une philosophie ! Bref , la haine pour la religion de leurs parents est d’une violence inouie ! sans que cela se justifie j’insiste ! bon nombre d’entre eux sont des étudiants en France et ailleurs en occident et même restés au bled, dont les pauvres bougres de parents ne sont même pas religieux, mais se sont battu toute leur vie pour leur donner accès aux écoles et a un avenir !

    Mais alors si vous voulez tomber dans la caricature la plus abjecte, c’est de voir un nombre impressionnant de nouveaux chrétiens et ex musulmans arabes sur Youtube, se livrer a des comparaisons entre livres sacrés, prophètes, contes et légendes, et autres trouvailles avec des abonnés en centaines de milliers et proches du million, et insulter en réalité l’histoire comme l’identité qui est la leur ! c’est d’une désolation qui soit a peine imaginable, et l’on dit plus tard que les taux de suicide parmis ces jeunes gens soient les plus élevés ces dernières années !! la croyance qui va me mener au suicide non merci, c’est du n’importe quoi, et de la manip a grande échelle d’un evangélisme encore très actif qui en veut a mort aux musulmans et a leur religion, et donc une autre guerre de religion ou croisade menée cette fois sous couvert d’athéisme ! et je ne parles même pas des histoires d’horreur qu’on entend ces dernières années au sein de la gente féminine de ces mêmes contrées, ou il se pratique un militantisme anti oriental, anti arabe, anti identitaire et anti religieux , anti hommes de sa propre chair tout simplement, au point de se livrer comme de la chair fraîche gratuitement et aussi souvent que l’occasion se présente au premier blanc bec qui se pointe !

    et c’est donc pour ces raisons que je me tiens a votre conclusion et je réprouve toutes ces idées  »d’exportation d’un prétendu rationalisme matérialiste occidental » comme celles de l’exportation de la démocratie ou de la  »civilisation » et autres trouvailles d’un occident en grippe et qui ne sait plus quoi faire de  »sa liberté » ni n’ayant tiré les moindres leçons de son histoire et continue de croire qu’il doive façonner celle du monde entier !

    cordialement !

    Répondre
  • 25 octobre 2020 à 12 h 50 min
    Permalink

    Bon ! Puisqu’on y est, et avant de sortir profiter de mon dimanche, je vais vous donner Ysengrimus une idée ou un exemple d’un Athée radical, notoire, celèbre, attachant même, mais tombé en disgrâce à mes yeux suite à sa transformation en diseur de bonne aventure et Youtubeur qui fait des ravages depuis des années, a travers une perception qui est la sienne de l’islam et du prophète de l’islam que très peu de gens athées aussi peuvent partager !

    Bref, il est Marocain, il se fait appeler  »Kafer Maghribi » qui se traduit  »infidèle Marocain », il se fait aussi appeller  »Hicham Nostik » Nostik diminutif d’agnostique en fait, et si vous entrez les deux pseudos sur Youtube et visitez ses nombreuses chaînes, il doit bien y avoir quelques dizaines de milliers de videos ou on ne le voit jamais pour des raisons de sécurité évidentes, c’est des vidéos audio si vous voulez, il vit d’ailleurs avec nous à Montréal, depuis qu’il a immigré depuis l’Allemagne où il a fait ses études universitaires en linguistique et ou aussi il délaissera l’islam radical ou il était jadis militant ou victime par la force des choses.

    Bref, Hicham Nostik, ou Kafer Maghribi, s’est surtout fait connaître et aimer par sa marque maison, orateur de talent en arabe dialectale marocain pour ses fans Marocains, mais maîtrisant parfaitement l’arabe classique aussi avec lequel il organise des débats avec les Sheikhs les plus radicaux d »orient (egyptiens, Saoudiens…etc), il a su attirer l’attention dans le monde arabe en entier, il fut l’invité de journaux internationaux, de presse israelienne, de chaînes TV arabes très connues, et fait tout à fait inusité, a participé au salon du livre de Casablanca et et a fracassé les ventes de son premier livre célèbre  »mémoires d’un infidèle Marocain » qui fut parfaitement autorisé par les autorités marocaines sans la moindre censure et a marqué depuis les esprits en ne manquant pas de recruter surtout dans la tranche d’âge des 18 – 40 ans on va dire qui constituent le noyau de ses fans de plus en nombreux mais il faut dire  »gamins » aussi car l’ambiance aussi bien que les thèmes et les  »Live » qu’anime notre ami Hicham, sont plutôt en majorité tournés vers les discussions sur le sexe, ou alors les insultes directes et violentes des symboles de l’islam, que je qualifie de légères surtout, car son approche ne manque pas de susciter la provocation des fondamentalistes et des religieux radicaux, et je m’inquiètes pour lui depuis des années, car il me semble qu’il prend un trop a la légère ce gagne pain qu’est Youtube qui doit compléter son revenu, et il a la grande qualité d’être tout a fait modeste en clamant sa  »pauvreté » dans ses vidéos, son amertume pour son destin, et parfois ses regrets d’avoir trop réfléchi et vivre un enfer vis a vis de sa propre conscience comme il dit et qui le rend encore plus attachant. Bref, Hicham est un type attachant avant et après tout ! son histoire tragique sur son parcours dans la pauvreté depuis son enfance et son cheminement chez des groupuscules islamistes par hasard en Allemagne qui le mènera dans sa jeune vingtaine jusqu’en ex yougoslavie pendant la guerre, et son échappée a une mort certaine grâce a un décret de fin de la guerre le rendent encore plus attachant car, il décrit dans son livre comment cet épisode sera lors de son retour en Allemagne sain et sauf le déclic qui le fera sortir d’une mosquée qui lui servait de logement depuis son arrivée en Allemagne comme étudiant, car sans le moindre sou, il ne trouvera que cette mosquée comme refuge et logement où il se fera connaître et aimer comme préposé de nettoyage et de basses besognes faut de choix.

    Bref, venons en donc au livre  »mémoires d’un infidèle marocain ». Le livre se lit très vite (en deux ou trois heures), édité et imprimé sur le style provocateur d’un livre de religion imitant la couverture, la calligraphie et le format des livres de religion genre  »Sahih el Boukhari » etc, la première impression après la lecture des premiers chapitres sur l’enfance de Hicham, vous renvoie directement au célèbre best seller d’un autre Marocain dans les années 70  »le Pain nu » de Mohamed Choukri, un Tangérois ayant grandi dans la violence et la rue, la misère et la prostitution infantile qui avait fait un tabac a l’époque et s’est fait traduire dans plus de20 langues (dont le japonais), car Hicham relate un peu dans le même style son enfance très pauvre dans une banlieue misérable ou ghetto, de la ville de Kenitra au Maroc, aux abords d’un lac d’immondices immense et d’une décharge d’ordures pour absence de traitement des eaux usées, ceinturé donc de quartiers anarchiques et misérables. Pourtant Hicham, comme il raconte, est né d’un père militaire gradé de carrière qui mourra très jeune, les livrant a la misère noire du jour au lendemain, sa mère s’éteindra aussi quelques mois par la suite, pour se retrouver en fratrie misérable et abandonnée par leur famille, et pris en charge par sa grande soeur uniquement. Comme Mohamed Choukri, il lui arrive donc de décrire, comment ils pouvaient avoir pour repas principal, du pain moisi, et de l’huile végétale, ou les restes d’un repas…. bref, ils n’avaient pratiquement jamais accès a de la viande, et devaient se débrouiller juste pour payer des loyers qui prenaient la totalité du salaire de la grande soeur dans une espèce de taudis loué a des requins propriétaires encore aujourd’hui nombreux dans les bidonville du Maroc.

    Le livre donc, raconte brièvement comment il a commencé adolescent a fréquenter une organisation islamiste opposante au Maroc, la  »Jamaa al Adl wal Ihassane » ou la confrérie Justice et bienfaisance, organisation qui a ce jour se dit apolitique, très impliquée dans les milieux pauvres du Maroc, mais en définitive qui a toujours appelé au  »Califat » islamique par feu son gourou aujourd’hui décédé  »Abdesslam Yassine », personage assez incroyable, puisque ce fut un professeur de français et cadre du ministère de l’éducation nationale avant de devenir officiellement gourou de cette organisation, plutôt genre  »soufi » et non salafiste, (dans le genre Abbé pierre et Mère teresa) il devint célèbre en adressant un bouquin à Hassan II a la même époque :  »l’islam ou le déluge », qui ne fut en réalité rien d’autre qu’un manifeste appellant Hassan II a se comportant comme un chef démocratique ou démissionner, Hassan II alors, le fit mettre sous résidence surveillée, le traite de fou, et l’envoya même en asile, mais le vieux Sheikh Abdesslam Yassine survivra a Hassan II, et sera très connu et aimé dans les milieux islamistes modestes mais non salafistes plus rares, car ces derniers l’ont toujours accusé de soufisme et d’égarement (certains l’ont même traité d’infidèle), bref, Hicham a connu cette organisation jeune, et malgré la pauvreté extrême, a pu finir ses études secondaires option littéraire, avant de s’inscrire en Allemagne, et que sa soeur réunisse les $100 qui allaient lui servir de frais de transport par autocar du Maroc vers Munich. Arrivé a Munich, il ne connaît personne, trouve une mosquée improvisée dans un garage qui lui ouvre ses portes, sans se douter qu’il mettait les pieds dans la seule et unique cellule jihadiste en Bosnie en même temps, lorsque la guerre faisait des ravages en même temps, et ou Égyptiens, Jordaniens, Algériens et autres travaillent pour un agenda qu’il ne comprendra qu’au bout de mois de cohabitation. une épopée digne d’un film, car il raconte comment certains islamistes actifs en Bosnie venaient a cette mosquée comme ultime cellule d’intelligence, et étape et transportaient dans leurs camions, des habits, des vivres, des conserves et autres manifestes islamistes aux combattants jihadistes de toutes nationalités en Bosnie.

    Bref, Hicham, se verra lui même transporté par l’un des messagers, il raconte ce voyage périlleux comme un film bourré de suspens dans son livre, et comment une fois arrivé au camps d’entraînement, il déchanta a la découverte de phénomènes et de gens et de personalités presque barjo, et donc l’idée de devenir Martyr ne lui plaisait plus du tout. et c’est bien entendu toute la culture islamiste jihadiste et islamiste salafiste tout court qui rend le discours et le parcours de Hicham très intéressant, car durant son séjour a la mosquée Munichoise, il lira la majorité des livres et encyclopédies sur lesquels les salafistes fondent leur doctrine, il c’est a partir de ce bagage que Hicham justifie et d’ailleurs fonde toute sa pensée révulsive de la religion a juste titre, considérant d’ailleurs tous ceux qui se croient  »musulmans modérés » ne connaissent rien de l’islam en fait, et que l’islam que lui a connu, est la véritable religion obscurantiste qu’il ne cesse de dénoncer, car et j’y reviendrait, il fait une obsession et fixation sur quelques concepts salafistes, et n’accepte des  »débats » organisés sur youtube en tête a tête, qu’avec les Sheikhs salafistes les plus connus qui acceptent volontiers ses invitations, et fait inusité, Hicham anime dans un arabe classique extremement bien cousu le débat, et traite avc une diplomatie et respect hors norme son invité (et ennemi en théorie), lui posant des questions du genre philosophiques, et evitant les points de discorde ou de ça peut chauffer ! Bref

    Hicham est aussi connu pour son humour incroyable, il a des émissions sur youtube, ou il reprends des discours du vendredi avec voix traitée a l’écho comme dans une grande mosquée prestigieuse du monde arabe, ou il se fait appeler le Sheikh Abou Koulayba (Koulayba etant le diminutif qui enjolive le terme  »Chien » en arabe classique et qui fut le pseudo insultant qu’on utisait jadis pour traiter un ennemi ou le diminuer) et donc, livre des discours ou il mêle arabe classique et mots vulgaires de l’arabe dialectale marocain, sans manquer d’utiliser plusieurs expressions religieuses pures et dures pour donner au tout une authenticité hors normes, fourire garantis… et parfois, il propose de commenter une  »khotba » ou discours qui peut être une leçon d’un grand sheikh salafiste d’arabie Saoudite, en la rediffusant et commentant ses séquences une par une, comme celle célèbre, de l’apocalypse selon l’islam, qu’il compare a Game of thrones, et vous ne pouvez pas rigoler ! Bref, c’est pas un linguiste lui aussi pour rien, d’ailleurs moi, tous les linguistes que je connais, sont d’une manière ou d’une autre des phénomènes sauf votre respect Ysengrimus car je ne vous met pas du tout dans la même case, et je parle des marocains qui ont les études linguistiques …:)))

    Maintenant, mon désaccord avec Hicham est surtout a propos de sa compréhension de la personnalité du prophète Mohamed, si Prophète Mohamed il y a eu ! en fait, Hicham, est très convaincu et il prêche du matin au soir que Mohamed non seulement a existé mais il a été un vilain clochard de la mecque, un type qui ne pensait qu’au sexe et a la guerre, et un type qui a non seulement validé l’esclavage mais l’a organisé, celui des femmes en particulier dans ce qu’appellent les salafistes  »Souk al Nikhassa » ou Marché des esclaves femmes qui étaient selon lui courants et avec lequel il fait le lien, avec le concept coranique de  »Ma Malakate Aymanoukoum » qu’on peut traduire comme : les femmes autorisées a être prises comme tierces épouses en plus de celles qui soient  »libres », car selon l’interprétation salafiste, en islam, il y aurait les femmes  »libres » ou  »Horra » filles de bonne famille, ou de notables autorisées a se marier avec un homme, mais en plus d’elle, il y aurait les  »Ma malakate aymanoukoum » (traduit littéralement : celles que votre foi vous autorise)… et sur cette base donc, Hicham considère que ceci est le point saillant et le coeur du problème éthique, car il a non seulement laissé cette parenthèse ouverte, mais il a encouragé cette pratique.

    Il est donc très difficile de contredire Hicham dans ses thèses, ou même se mesurer à lui dans sa connaissance poussée des principes salafistes, ou même dans sa connaissance précise des faits historiques de la vie du prophète, des histoires qu’il accuse ont été enjolivées par les salafistes justement, mais encore mieux, il descend d’une traite l’intervention divine dans ce qu’il appelle, les histoires de cul du prophète, car il aurait selon lui inventé de toutes pièce des versets pour se sortir d’embarras devant ses disciples les plus orthodoxes, des disciples qu’il accuse aussi des pires exactions…etc, c’est vraiment dommage que ses videos ne soient pas traduites, mais je peux vous garantir qu’elles seraient du pain béni pour les  »islamophobes » notoires de notre époque !:)))) car Hicham, leur donne de quoi boire et manger ou le gîte tele couvert comme on dit pour détruire d’une traite la religion islamique !

    Le problème maintenant qui se pose, est que cette approche a aussi été poursuivie par des athées dans la culture chrétienne, ou judaique, sans que ça ait cette dimension de provocation ou de défiance extrême envers les fondamentalistes, mais elle coïncide aussi avec un contexte géopolitique et social explosif dans le monde arabe, et avec des tentatives de renouveau ou de réforme de cet islam par d’autres qui veulent justement le débarrasser de cet héritage sombre et retenir ses aspects lumineux on va dire, spirituels purs et sociaux surtout ! ce choc de perceptions et de guerres idéologiques donc, met ce pauvre Hicham devant un risque réel de se voir agresser par des illuminés de tous poils ! j’ai franchement peur pour lui comme j’ai peur pour ceux qui répètent ce qu’il raconte, sans se donner les mêmes précautions que lui prend ! il en découle une sorte d’anarchie dangereuse, car les disciples de hicham, eux, n’ont pas son bagage ni son intelligence et ce sont eux en son absence qui lors de débats et  »LIVE » audio, se livrent a ce que j’ai appellé dans mon premier commentaire une désolation qui discrédite autant l’histoire que leur propre identité et racines, car le ton est violent, les idées aussi, et l’absence de raison ou de modération, fait qu’on a même compris les choses par leur queue et non leur tête au point de glorifier le colonialisme et les pires exactions humaines comme étant légitimes a l’encontre des musulmans en particulier !

    Bref, pour finir, le militantisme athée, je ne suis pas sûr qu’il aboutisse a une prise de conscience apaisée du monde dans lequel on vit ! je ne suis pas sûr qu’il nous convient a nous les arabes en ces moments-ci, et bien que il ait beaucoup de mérite en réalité, car il met des jeunes sans expérience dans la vie et sans bagage intellectuel surtout en péril face a eux mêmes (suicides en chaîne d’après ceux qui connaissent bien le sujet), et face a des sociétés pas du tout prêtes a cette révolution intellectuelle ! il faut dire au final, que ce militantisme ne fait qu’aggraver selon moi, la situation déja fragile de jeunesses arabes surtout expatriée en occident, victime de racisme systémique et systématique, dont on se fout en réalité des aspirations laiques ou athées en occident, car traités au même titre que leurs homologues religieux et classé souvent sur la base de leur nom uniquement dans la colonne des indésirables !

    Bref, j’espère qu’a travers cet unique exemple, car il y en a bien d’autre que je connais en détail et que je suis de près aussi, j’aurais réussi a vous présenter un topo de ce militantisme athée version arabe ou chez les musulmans.

    Cordialement !

    Répondre
    • 8 janvier 2021 à 20 h 57 min
      Permalink

      Beaucoup de blabla, de flafla et de grincements dans la base de ta girouette conceptuelle, cher Sam… pour finalement finir en finissant par remettre en question l’athéisme soi-disant radical…

      Toujours ton vieux fond: Oui, oui, msieu… mais laissez-moi vous expliquer sans fin pourquoi je garde en douce mes bonnes vieilles idées…

      Répondre
  • 25 octobre 2020 à 13 h 56 min
    Permalink

    NB :  »Le pain nu » est disponible en français ou en anglais  »for bread alone » traduction de paul bowles célèbre écrivain anglais ayant vécu toute sa vie a Tanger.

     »mémoires d’un infidèle Marocain » est écrit juste en arabe dialectale marocain, d’ou son succès populaire, pas encore traduit a ma connaissance, mais ça ne saurait trader a mon avis.

    Répondre
  • Ping : L’athéisme doit-il militer? « Le Carnet d'Ysengrimus

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *