Le rêve de Peregrinus

ALLAN ERWAN BERGER  — J’avais lu la veille quelques morceaux de Lucien, dont les fameux Ressuscités, où l’auteur, poursuivi par les plus grands philosophes des temps passés, ne doit la vie sauve qu’à une défense éloquente et sincère.

Lucien est un auteur Syrien hellénisé du second siècle après J.C. Tout son travail porte sur la promotion et l’exaltation de la paideia (παιδεία) : je crois qu’on peut entendre par là un certain type d’éducation, qui civilise l’individu en l’ajustant finement à l’écrin de la culture dont il relève. Cet amour pour la paideia hellène porte Lucien à railler cruellement, dans ses ouvrages, les faux philosophes, et à honorer les vrais. Un Lucien d’aujourd’hui rendrait ainsi d’appuyés hommages à, par exemple, Jean-Paul Sartre, Paul Nizan ou Baruch Spinoza, tout en déchirant sans pitié ni limites un Bernard-Henri Lévy, coupable d’être le réceptacle des vacuités mondaines et le creuset de toutes les outrances posturales.

Mais démêler le vrai du faux n’est pas chose aisée, ni pour Lucien, ni pour ses lecteurs. Après avoir décrit, dans un Banquet abominable, les conduites grotesques de certains membres des plus nobles écoles philosophiques de son temps ; après avoir ensuite, dans une vente aux enchères, gribouillé presque jusqu’à la caricature les plus grands noms de la philosophie, Lucien se retrouva en butte à une certaine quantité de lecteurs mécontents qui l’accusèrent de tout compliquer, et de tout salir. Pouvait-on encore faire confiance à la philosophie ? Fallait-il jeter Platon avec ses successeurs ? Qu’est-ce que c’était que ce galimatias où tout le monde a tort ?

Lucien ne pouvait éviter de se questionner car oui, égarer des lecteurs en prétendant les conduire par des chemins nets et clairs, ce n’est pas précisément réussir son coup. Il écrivit alors ces Ressuscités, en réponse aux récriminations du lectorat. Son texte apporta une clarification fort attendue.

Je lisais donc, avant de m’endormir, cette cavalcade où Parrhèsiadès, un avatar de Lucien, est poursuivi par les philosophes, revenus des Enfers par dérogation spéciale pour le lyncher. Parrhèsiadès en appelle à la Justice, à la Vérité et à la Philosophie elle-même pour être pesé avant d’être condamné ou innocenté. On lui accorde un procès, qui se tient sur l’Acropole. Les philosophes désignent le virulent Diogène pour être leur porte-parole, et tenir le rôle de l’accusateur. Lucien se défendra par l’entremise de son personnage.

Diogène : « Ce pâle foutriquet, dans une suite accablante de récits tous à charge, se moque de nos pauvres systèmes en nous prêtant des travers qui sont sensés les caractériser, et n’en épargne aucun. Partant, nous sommes tous repeints en hypocrites, en gens vicieux et viciés, et toi-même, Philosophie, tu en deviens suspecte. »

Philosophie : « C’est terrible ! Mais poursuis, Diogène, car ton temps s’écoule ! »

Diogène, s’échauffant : « Comment ? Faudra-t-il souffrir que tous nos travaux soient ainsi piétinés, éparpillés et réduits pour ainsi dire à néant, afin que ce prétendu satiriste ait le plaisir, je ne dirais pas de briller, car il n’en n’a pas les puissances, mais de seulement scintiller quelques instants ? Devrons-nous tolérer qu’il produise sa petite étincelle péteuse à nos dépens ? Je réponds : non ! Car Parrhèsiadès, qui ne nous aime pas, est méprisant, ce qui le rend calomnieux. Par conséquent il en devient injuste. Aussi demandons-nous, ô Philosophie qui nous juges, qu’il soit impitoyablement puni. »

La foule des philosophes : « Ouais ! Bravo Diogène ! Tu l’as mouché ! Vive Diogène ! »

Philosophie : « À toi, Parrhèsiadès. Sois ferme, sois concis, sois efficace. Défends-toi, car cette accusation est grave ! »

Parrhèsiadès : « Gentlemen, et toi Philosophie qui nous animes tous, je suis profondément mortifié d’avoir été aussi mal compris. Car c’est tout l’inverse que je m’étais proposé de faire. Je voulais non point vous déchirer, vous que j’admire tant et à qui je dois tout, mais nettoyer les souillures que vos imitateurs ont déposées sur vos noms et sur vos personnes. Je vous prie, Messieurs, de considérer plus attentivement mes écrits. Vous y verrez que, loin de vous accabler personnellement, toi Platon, toi Chrysippe, toi Socrate, ou toi, Diogène, qui a si vaillamment porté la parole contre moi, je ne veux que vous mettre à l’honneur, en vous séparant des faux philosophes qui grouillent et qui donnent à notre chère Philosophie une réputation si sordide. »

Philosophie : « C’est magnifique ! Mais il faut le prouver, Parrhèsiadès, et vite car ton temps s’écoule ! »

Parrhèsiadès : « Le prouver ? Mais tous mes livres parlent en ma faveur ! Voyez comme, dans mon Banquet par exemple, tel philosophe qui se prétend adepte d’une de nos plus hautes écoles de pensées se conduit en tout point à l’inverse de ce qu’il ose professer. Serait-ce donc déchirer le fondateur que d’en stigmatiser l’héritier indigne ? Lorsque, sur le théâtre, un acteur qui tient le rôle d’un dieu en vient à souiller celui-ci en jouant comme un pied, les agonothètes s’avancent et le fouettent, pour lui apprendre à attenter aussi abominablement à la dignité de ce qu’il y a de plus haut. Et personne ne s’en offusque, bien au contraire. Ainsi ai-je voulu agir, en étant le fouetteur. Pour cela j’ai fait comme celui qui, lors d’un spectacle de singes dansants – cela se passait en Égypte, où un dresseur avait appris à ses animaux à danser la noble pyrrhique, et ceux-ci, tout enveloppés de leur rôle, en étaient devenus si crédibles que des foules subjuguées se pressaient aux représentations – j’ai fait donc comme ce spectateur facétieux qui jeta sur la piste de danse une poignée de noix qu’il tenait en sa robe. Immédiatement les fiers et hautains guerriers se transformèrent en singes grotesques et, dévoilant leur vraie nature, signifièrent à tous que les habits ne sont en aucun cas les garants d’une essence. J’ai ainsi voulu écrire des histoires où, pour le prix de quelques nourritures, des philosophes affichés se conduiraient comme des singes ne se conduiront jamais. Ceci afin que le lecteur, étonné de voir des brutes là où il pensait voir des hommes, réagisse comme les spectateurs de la pyrrhique qui, croyant voir des guerriers, y découvrirent des singes. Nul d’entre eux n’en a pour autant remis en doute l’existence des guerriers, ni surtout leur valeur. Il doit en être ainsi de vous, philosophes, et de Philosophie que vous servez. Je n’ai jamais voulu autre chose que vous isoler de la foule de vos imitateurs cupides. Voyez après cela si je suis coupable ! J’en ai terminé. »

Je paraphrase, évidemment, car je ne voudrais point diffuser une traduction qui est encore sous copyright. Parrhèsiadès fut acquitté, et déclaré « ami des philosophes ».

Pour bien enfoncer le clou, Lucien décrit alors, dans la section suivante, comment on pourrait démêler les vrais philosophes d’avec les faux.

C’est d’abord Philosophie qui demande à Syllogisme de crier, depuis les bords de la colline, que tous ceux qui se pensent philosophes se présentent sur l’Acropole, où ils auront à se justifier devant Vertu, Philosophie et Justice.

Une petite quinzaine de bipèdes s’engage sur les sentiers menant à la citadelle.

C’est ensuite Syllogisme qui demande à Parrhèsiadès de prendre sa place, pour attirer les faux philosophes. Parrhèsiadès se penche alors et crie, en direction de la cité : « Oyez oyez, vous les philosophes ! Distribution d’argent et de nourriture sur l’Acropole ! Et le plus philosophe d’entre vous sera récompensé d’une vraie petite fortune ! Laissez donc équité et tempérance à votre logis, mais surtout n’oubliez ni votre barbe ni vos syllogismes ; de ceux-ci il vous en faudra montrer cinq, pas un de moins ! »

Bientôt, c’est une foule immense qui monte à l’assaut de la colline. Arrivés sur la place du jugement, tous ces parasites s’agglutinent et l’on ne peut alors plus du tout savoir où sont passés les quinze du début : ils sont noyés dans la masse, et rien ne les distingue des autres. Un peu comme, dans les rayons d’une librairie, on ne saurait sans une fine enquête déterminer ce qui n’est que d’un BHL, et ce qui est d’un Spinoza. Les couvertures des livres sont à peu près semblables, tout le monde se tient le menton d’un air profond, et les tranches n’offrent aucun indice.

C’est alors que Philosophie a un éclair de génie.

Philosophie : « Messieurs les nobles philosophes, cessez de criailler et écoutez-moi avec attention ! En fait on vous a trompés. Il va falloir que vous prouviez que vous êtes bien ce que vous prétendez être. Sachez que les imposteurs parmi vous seront lacérés, et que leurs noms seront flétris jusqu’à la consommation des siècles ! GRRR ! »

Par Athéna quelle débandade ! Panique chez les vieilles barbes ! Les uns sautent directement dans les fourrés, comme s’ils étaient poursuivis par des taureaux ; les autres se jettent par les rochers et les falaises pour échapper au terrible jugement. Ne reste, lorsque la poussière retombe, qu’une poignée de candidats : les quinze du début. N’ayant pas grand-chose à craindre, ils n’ont évidemment pas bougé et jettent autour d’eux des regards interloqués.

C’est alors que, m’endormant, et ne pouvant par conséquent plus lire la suite (où Parrhèsiadès lance sur la ville une ligne appâtée d’un peu d’or et de figues, pour remonter – à fins d’études – quelques beaux faux philosophes), au lieu d’assister à cette curieuse séance de pêche je me retrouvai, en vrai promeneur, sur l’esplanade où Philosophie, secondée de Vérité, de Justice et de Vertu, délivrait des récompenses sous forme de commentaires.

Comme je passais, le nez en l’air, au milieu des lauréats, on me prit pour l’un d’entre eux et bientôt Philosophie voulut épingler à mon cœur un petit hommage. Je me récriai :

« Allons-donc, Madame ! N’allez pas me confondre, je vous prie, avec les vrais penseurs que je vois ici. À la vérité je ne suis certes pas un de ces croquants que vous avez terrorisés il y a un instant, mais cela ne fait pas de moi pour autant l’égal des gens qui sont assemblés autour de vous.

— Mais alors, que faites-vous ici ? D’où venez-vous, qui êtes-vous ?

— Mon nom, Madame, est Peregrinus. Ce qui signifie que je voyage, que je suis toujours à naviguer plus ou moins au large, un peu décalé, jamais tout à fait présent. En grec, vous pourriez me nommer Τουρίστος : Touristos. J’en ai l’allure et la légèreté, et j’adore prendre des photos de tout.

— Par Zeus, que voici une singulière rencontre ! Mais puisqu’apparemment le sieur Touristos ne montre pas de goût prononcé pour cette besace pleine d’or qui traîne à nos pieds, besace qui fut abandonnée par un de nos cyniques fuyards, vous souffrirez, messieurs les philosophes, que nous le récompensions autant que vous ? »

À ces mots les philosophes s’écrièrent que non, bien entendu, il ne voyaient aucune objection à ce qu’on me fît un petit honneur, et m’invitèrent à m’asseoir au milieu d’eux. J’eus un mouvement de recul.

« Certainement pas ! Enfin quoi ? Voici, Messieurs, que vous êtes les pionniers. Vous frayez les chemins, progressant dans la brousse informe et barbare des mystères et du chaos, tandis que moi, assis confortablement à l’arrière d’une charrette bien suspendue, je grignote l’un ou l’autre de ces petits biscuits sucrés que l’on fabrique à partir des farines des céréales que vos suivants ont plantées dans les champs par vous défrichés ! Je suis votre création, Messieurs. Cela ne fait donc pas de moi votre égal, loin de là, et je refuse qu’on m’honore comme vous l’êtes.

— Mais, me répondirent-ils, ce discours prouve assez que tu as retenu le plus beau de tout ce que nous avons appris nous-mêmes. Et par ce discours, qui te vaut titre, nous prétendons bien te pousser devant nous pour que tu sois honoré en premier !  »

Oh, misère ! Dans quel mauvais pas m’étais-je fourré ? Je me sentais tellement imposteur ! Mais je ne pouvais quand même pas refuser encore, au risque de froisser tout le monde. Je pris donc le parti suivant : accepter, en tant que symbole.

« Très bien Messieurs, dis-je, je m’incline. Mais à la seule condition que vous compreniez bien qu’à travers moi, qui suis votre élève et votre fruit, c’est tout votre enseignement et ce sont vos recherches que vous honorez. Et qu’en somme, en me décorant, Philosophie ne fait que vous décerner, à vous, Messieurs, une récompense collective. »

Cela fut pesé et accepté. Philosophie s’avança et voulut m’épingler je ne sais quoi de profond et de lumineux, mais l’émotion que je ressentis alors de me savoir si près de cette divinité me réveilla, et je ne pus donc savoir ce qui allait naître en moi. C’est ainsi que ce matin, au lieu de me jeter sur mon clavier pour commencer à délivrer au monde un fracassant message, j’y pianote ma déconvenue, ma frustration intense de n’avoir pas de quoi faire basculer cul par-dessus tête toute l’Histoire de la pensée politique, sans parler du reste. Et c’est bien triste.

FIN

5 réflexions sur “Le rêve de Peregrinus

  • 23 avril 2022 à 20 h 47 min
    Permalien

    Intéressant…. ce qui me poussa a consulter Wikipédia, pour en savoir un peu plus sur ce philosophe Lucien… et il faut dire qu’il était balaise on dirait ! …

    je n’ai pas manqué de relever le portrait fort bizarre dont l’affuble Wikipédia… et signé un graveur et peintre anglais du 17ème du nom de William Faithorne…. et qui n’a rien  »d’hellénique » ….:))) … et la curiosité de pousser la chose pour voir a quoi ressemblent les portraits et dessins de ce même Faithorne…(recherche google avec son nom + cliquer sur images) pour constater que toutes les tronches peintes par ce sacré William semblent toutes issues tout droit d’un catalogue de lépreux….:))) … même les gentlemen anglais et tout autant ! …. et donc on ne l’accuseras pas de racisme envers un  »Syrien »…:)))

    Bref, au vu de la longue carrière de ce philosophe, et son succès qui fit le tour de la mésopotamie, de la grèce et de l’égypte, et la supposée fortune qu’on lui attribue au bout de cette carrière… , me laisse un peu sur ma faim…. le type est non seulement rejeté du corps de philosophes helléniques, mais il est aussi affublé de titres de haut fonctionnaire et de  »serviteur de Rome » a la fin de sa vie ! … comme quoi…nos historiens en herbe eux aussi, peuvent s’accorder sur des non sens et des trucs tout à fait invraisemblables… et qualifier ceci de biographie…comme qualifier ce qu’ils jugent non étayé des textes de ce philosophe  »d’apocryphes »….

    Tout ça pour dire qu’autour d’Athènes et de la civilisation grecque, et autour de Rome tout autant, il y a cette même idée d’élitisme que les historiens ont parfaitement préservé ! pour qualifier tout ce qui n’en soit pas originaire de barbare encore aujourd’hui ! …. et ceci…n’est que la partie émergée de l’Iceberg… comme il n’y a rien d’universel dans ce découpage et cette perception très coloniale de la civilisation !

    Merci Allan pour ce texte… avec vous au moins on s’éclate et on apprend… et on avance….:)))

    Répondre
  • 24 avril 2022 à 18 h 25 min
    Permalien

    Sortant à peine de la lecture d’un article hyper marrant apparu sur mon écran, lorsque je consultait ce maudit internet pour savoir si mon flacon d’huile d’argan alimentaire que j’ai ramené du Maroc lors de mon récent séjour la-bas pouvait m’être d’une quelconque utilité pour retaper la peau de mes mains… vachement affectée par le rude hiver qui vient de se terminer, et la sécheresse de l’air chez moi a cause du chauffage, et donc lutter efficacement contre l’assèchement de la peau…, et ne pas devoir acheter encore des crèmes et des arnaques qui coûtent les yeux de la tête…. le même site me fait apparaître un article d’une femme médecin américaine qui se révolte contre les produits d’agrandissement de pénis, dont un en particulier selon elle, qui se base sur de pseudos herbes africaines, et sur une tribu d’Afrique qui auraient selon les escrocs qui en font la promo, de si grands penis… et ceux qui aient mis au point cette recette, et qui en plus de doubler et tripler la taille du pénis selon eux, elle permettrait aussi de soigner un nombre incalculables de maladies, en plus de vous donner des érections de quoi rendre nos ânes du maroc jaloux ! :))))…. je me suis donc attardé sur cet article et j’étais plié de rire !

    Vous allez dire qu’est ce que encore ces histoires de cul et de pénis ont avoir avec mon sujet… et pourquoi venir polluer votre espace avec ça !? eh bien, tout compte fait mon cher allan, j’y ai pensé aussi, et je trouve que le sujet est très relié au vôtre… et bien plus qu’il n’y paraît ! :))) dans le sens que toute la philo en vérité s’apparente à ce dialogue d’escrocs et de mauvaise foi sur l’agrandissement du pénis, depuis que l’occident a sombré dans cette dialectique sans queue ni tête…. et que cela soit devenu le premier débat philosophique de fond en occident, qu’il a légué au tiers monde depuis…. avec l’aide d’un idéalisme pornographique très graphique, très constant, et en plein essor lui aussi ! et depuis donc que les femmes, s’y sont mises elles aussi, tout comme les mecs ! :)))

    Bref, il y a deux ou trois ans, c’est plutôt un copain qui m’envoie le lien d’une vidéo sur Youtube, celle d’une danseuse marocaine de Baladi célèbre, une fausse féministe et une escroc au service de l’élite sur place et qui danse dans leurs mariages ou sur des superyachts de luxe qui leur appartiennent, et qui soit devenue riche, et célèbre sur Youtube, Instagram et les réseaux sociaux….célèbre a cause justement de cette vidéo et du sujet qu’elle y exploite, jusqu’à ce jour d’ailleurs, sans honte et sans vergogne… et qui dit à peu près ceci  »Je ne compte pas le nombre de femmes qui se font avoir de la manière la plus dégoûtante et abjecte en tombant dans le piège de marier des hommes qui ont un petit pénis ! il faut que vous sachiez mesdames que si vous êtes si moches à voir, si malheureuses tout le temps, si complexées a se cacher derrière la religion et la morale a deux sous, si vous savez au fond de vous pourquoi toute votre vie a été gâchée, vous n’osez toujours pas l’affronter ! ceci est simplement dû à votre résignation a accepté de vous marier à des hommes avec des pénis d’enfants, et ô dieu qu’ils sont nombreux parmis nous ! savez-vous qu’un homme avec un petit pénis n’est pas un homme ?! savez-vous qu’un homme avec un petit pénis rate sa vie a cause de cela et que ceci influence toute sa vie et en fait un mec qui rate tout ce qu’il touche et vit misérable et pauvre et sur la marge toute sa vie…. » etc… elle continue en leur  »révélant le grand secret du bonheur des femmes donc, qui ne serait rien d’autre qu’un homme, compagnon ou mari doté d’un grand pénis, confiant en lui même, et qui, selon elle, assurerait tout autant une lignée bien pourvue…:))) bref, c’est la première fois que le public marocain et de marocaines surtout sur les réseaux sociaux libres de toute censure est confronté à un discours aussi cru et aussi  »scandaleux »…. la vidéo est vue des millions de fois, puis effacée, puis remise en ligne, puis reprise par d’autres…. et les femmes qui la suivent sont  »déchirées » pour ainsi dire…. entre celles qui l’insultent et la traitent de pétasse, et les autres qui la soutiennent et lui disent qu’elle a tout a fait raison et donc la félicitent… le tout parsemé de commentaires de mecs de toute nature aussi, ceux qui friment et affirment avoir des gourdins africains entre les jambes, ceux qui la condamnent a l’enfer éternel d’Allah, et ceux qui sont plié de rire et qui saisissent le buzz et ne se provent pas de l’inonder d’insultes tout autant ! :))))

    En fait, la philosophie, a y réfléchir un peu, en ces temps de disette intellectuelle et de déchéance et d’escroqueries capitalistes en tous genre, a elle aussi amorcé un tournant épistémologique et changé l’objet de ses recherches… ça fait un bail maintenant que cette obsession sur le cul et sur la taille du pénis et ses performances occupe l’occident et le reste du monde, depuis que des féministes aussi ont saisi cette opportunité et arme pour combattre leur adversaires phallocratiques, et depuis que les femmes matent de la pornographie tout court et ce, génération après génération… au point s’il faut se demander si on doit proclamer l’égalité sur ce registre de la porno et des envies les plus cochonnes et perverses enfouies dans le subconscient…chez les femmes, et depuis tout simplement qu’elles ont été  »autorisées » a découvrir et jouir de leur séxualité ! tout bonnement ! ….

    Je crois que notre génération d’ailleurs a vécu les deux époques, celle des années 60, 70 et 80 qui ne se préoccupaient que rarement de cet aspect des performances sexuelles  »hors du commun »… et de celle qui l’a suivie, avec l’explosion de la pornographie gratos et disponible, et surtout très encouragée même dans les pays musulmans par les régimes autoritaires de tous poils, depuis qu’on a su et compris son pouvoir extraordinaire a  »éduquer le peuple »….dans le sens de l’occuper, le faire perdre la boule et le dissuader de se révolter, ou encore le  »vider » de ses forces, a force de se masturber et de forniquer et ne penser qu’a ça du matin au soir :)))) j’ai d’ailleurs un ami super marrant qui adore commenter ce genre de sujets… en citant Chomsky et quelques philosophes bien connu d’occident… et sa théorie à lui est encore plus rocambolesque et machiste à vous tordre de rire, car il proclame lui que depuis que les femmes ont découvert la pornographie, selon lui, et se soient mises à fantasmer et saliver pour les gros engins, en plus de se les envoyer pas seulement par en avant, mais surtout par derrière et dans le cul, en fit une fatalité difficile a assumer pour les hommes, car les femmes en tous cas n’auraient pas l’intention de faire marche arrière ! :)))) Pire que ça encore, selon lui, si le monde continue ainsi, c’est aussi nous les hommes qui finiront par tous devenir  »recto verso », bi et chais pas quoi… et que tous on finira tôt ou tard par ériger un dieu phallique en pierre… partout dans le monde et on se mettra a l’adorer… !:))) et il vous cite des passages de Chomsky pour vous expliquer tout ça en plus :)))…. Nous avions d’ailleurs un copain marocain en commun qui lui nous racontait des blagues quand on était bourré, et des histoires inventées surtout dans ce même registre… comme celle de la fois ou il faisait la tournée des boîtes de nuit d’Agadir, et d’avoir découvert un gros black africain chauve, célèbre et adulé parmis les touristes blondes et africaines qui se l’arrachent, car il aurait paraît-il des couilles si grosses, que lorsqu’il s’asseoit au milieu de ses admiratrices, il doit prendre une couille grosse comme une noix de coco et la déposer sur sa jambe droite, et l’autre sur sa jambe gauche, et tout en suant comme une bête…. et que lorsque les boites de nuit ferment a 3h du mat, lui se promène sur tous les hôtels de la corniche avec une dizaine de filles qu’il a l’intention de disloquer ce soir la, afin de demander a récupérer les huiles de friture de tous ces hôtels, et la boire en guise de carburant… avant de dresser d’aller a son ĥôtel et donc terrasser des dizaines de touristes espagnoles, allemandes, françaises, anglaises ..etc…. :))) bien entendu cette histoire marrante est gravée encore dans nos mémoires et fait partie intégrante de la culture de notre cercle de mauvais garçons qui l’évoquent tout le temps a chaque fois qu’on veut rigoler ! ….

    Mais en fait, la situation est certainement plus préoccupante qu’elle ne l’était auparavant ! sur le plan philosophique du moins ! car si le peuple est capable de comprendre et assimiler le matérialisme en général, le progrès, la philosophie des lumières…. et le capitalisme tout autant et décréter que tout ceci comporte son lot d’avantages et d’inconvénients…. le sexe lui, comme la bouffe, est un besoin essentiel sur lequel il ne peut y avoir de concessions ! …. et d’ailleurs, si vous jetez un coup d’oeil aujourd’hui aux rapports sociaux saturés par nos rapports au fric et au sexe, vous ne tardez pas comprendre qu’on est cerné par ces deux satanés besoins devenu on dirait centraux et fondamentaux… bien plus qu’ils ne pouvaient l’être hier, ou pendant l’antiquité !

    imaginez un peu, qu’on soit capable de remonter le temps et nous rendre a l’Acropole et en plein milieu de l’Agora, et interpeller tous ces philosophes grecs… et leur balancer dans la tronche… Messieurs, vous avez fait fausse route…, la vérité et toute la vérité est de pouvoir délimiter le rôle du sexe et du cul dans la vie d’un être humain, son rapport au fric et rien d’autre….et que d’ailleurs cette histoire de taille du pénis devrait vous occuper beaucoup plus que toutes les autres, comme a notre époque moderne, puisque ce sont les femmes qui la soulèvent de plus en plus… ce sont nos moitiés qui en soient devenues obsédés on dirait… et c’est juste une question de générations au 21ème siècle, avant que les hommes soient  »classés » et répertoriés, en fonction de la taille de leur pénis et leur performances au lit… tout en inventant une mode masculine qui met bien en evidence le  »package » de ces messieurs… comme signe extérieur de richesse  »intrinsèque », de confiance en soi, de réussite et d’émancipation qui mérite donc que les femmes y portent toute leur attention ! :)))…. et on y est presque….chais pas encore quels concepteurs designers de mode a lancé r.cemment une ligne d’habits qui montre carrèment les attributs masculins et les met bien en evidence ! :)))

    Voici donc un sujet que nos philosophes de l’acropole débattraient bien a l’époque d’Athènes dans l’antiquité…. et aurait de quoi leur donner des maux de tête, autant que le féminisme, le pouvoir absolu du fric, et la capacité de tout ceci a vous faire effectivement un peuple heureux ou malheureux ! :)))

    Cordialement !

    Répondre
  • 24 avril 2022 à 20 h 33 min
    Permalien

    Et pour préciser l’histoire marrante du gros black africain maintenant que je m’en souviens, a 3h du mat, lorsqu’il fait sa tournée des hôtels selon notre copain (qui était lui aussi black marocain d’ailleurs), le gro black Africain et chauve, portait plutôt une grosse et longue paille toujours sur lui, qui fait la longueur d’un manche à balais et son diamètre aussi, pour la plonger directement dans les poêles remplies d’une huile infecte de friture dans tous les hôtels de la corniche, afin de faire le plein et se remplir les couilles, et huiler ses mécanismes et sa grosse nuque huileuse elle aussi…, et qui n’ârrpetait pas de transpirer, avant de dresser son gros  »mât » et transpercer toutes ces nanas et touristes en chaleurs qui ne viennent au maroc que pour ça ! :)))))) le jour il nous raconta cette histoire a 2h du mat je crois il y a de ça au moins deux décennies, on était un peu éméchés et sur le point de se dire au revoir dans la rue a la sortie d’un bar justement… et on a tellement rigolé, on a pleuré de rire, avec son accent justement  »afro-marocain » du sud… et je ne vous raconte pas tout…car il avait donné un surnom a ce black africain qui soit resté gravé dans nos mémoires…et qui ne peut que vous tordre de rire…et pleins d’autres histoires reliées ! :)))

    Bref, en ce qui me concerne, je suis prêt jurer qu’il y a du vrai la-dedans autour de ces histoires de cul et de taille du pénis, et de performances sexuelles… puisque, la drague de ma jeunesse avait changé radicalement entre les années 80, et les années 90 et plus tard…, et que les filles plus tard, accordaient la plus haute importance aux performances au lit, aux cochonneries les plus perverses aussi, et s’y attachaient bien plus qu’aucun homme ne peut espérer, et que tout ceci a fini par définir des standards de séduction et de drague, et de  »chimie » entre les jeunes que les seules critères au final de tout ceci en soient venu a  »sélectionner » les mecs par les femmes les plus chaudes justement, sur ces bases physiques et de performance et des  »Essais » qu’elles mènent en société sur des armées de mecs, avant de décider, lequel en effet assure sur ce point, et ils seraient plutôt rares, et donc de jeter son dévolu sur lui ! :)))

    Je me souviens pourtant que dans notre culture traditionnelle et conservatrice, on avait tendance plutôt, et les femmes surtout, de se moquer des hommes ayant de gros engins… et en profitaient pour se moquer des paysans ou hommes de la campagne, ou des Sahraouis et des blacks du sud…. en leur attribuant des pénis d’ânes, qui  »ne peuvent enfanter que des ânes et des cancres aussi », a l’opposé des bourgeois et aristocratiques citadins auxquels on attribuait de petits pénis dans la culture populaire, mais qui enfantaient pourtant des médecins et des ingénieurs ! …. Allez dire cela aujourd’hui a Maya, la danseuse de baladi marocaine qui a lancé la polémique, et elle vous répondra avec son accent bledard de casablancaise issue de l’une des régions agricoles les plus bledardes et paysannes de Casablanca, que ce ceux-la les vrais hommes, et que les hommes efféminés de la ville, ne l’ont jamais été… et ont plutôt imposé leur diktat sur la société ! :))) bref, on avait d’ailleurs une blague célèbre a l’époque des années 70 et 80, qui disait que lorsqu’un bledard s’est rendu chez une prostituée et lui a demandé le prix de la passe, cette dernière lui répondit alors, (en dollars c’est plus simple), $5 pour un joli coup sur le lit… et bon… pour d’autres, c’est $1 pour un coup sur le sol, a même le béton…! notre bonhomme lui sort alors un billet de $5 et lui dit, j’en prends 5 sur le béton ! :))))

    Je crois d’ailleurs que depuis que je commente sur les 7 du québec, il doit bien y avoir un bon 3 ans maintenant, on avait jamais encore évoqué ce sujet…!:))) pourtant si central a notre époque ! si obsessif, et si  »essentiel »…veut veut pas, car en définitive, c’est ce que tout le monde cherche à éviter d’aborder, mais qui le travaille pourtant…. comme le fric et le grand tabou autour du fric… et l’hypocrisie qui l’entoure ! …

    Pas plus tard qu’il y a quelques années, une amie ou copine de travail-collègue qui se confiait à moi un peu et on rigolait de tout et de rien, lorsqu’une fois je me suis plaint à elle, d’un mec collègue mais lointain qu’elle connait bien, et qui venait de divorcer et qu’il arrête pas de me casser les couilles et me raconter sa vie et ses problèmes, et sa bataille judiciaire avec son ex… et que je commençait a devenir fatigué même si j’ai essayé de lui remonter le moral un peu au début, bref… elle m’interrompt et me dit, tu sais, je connais la femme de ce mec, et elle est super gentille, mais le mec n’assure plus au lit, en plus de ne rien assurer avec leurs enfants, c’est devenu un flambeur, un frimeur et c’est un type gâté par ses parents et sa famille de toute façon, et qu’il n’est même pas foutu de  »la baiser »….! j’éclatais de rire et a traitait de méchante aussitôt…. mais elle rapplique en me disant  »mais qu’est ce que tu t’en fous de ce mec, si tu le connaissait, c’est un vrai loser, et il n’est venu chez toi que parce qu’il essaie d’intégrer notre équipe et veut que tu brosses de lui un joli portrait avec les boss, mais toi tu ne le sait pas !!!! bref, elle m’a retournée et m’a secouée ! j’était effectivement pas au courant qu’il cherchait a intégrer notre équipe et avait même postulé et s’était vu refuser le poste !

    En gros, les femmes ça plaisante plus sur le sexe ! et sans généraliser tout de même, je dirais que les nouvelles générations hommes comme femmes ont le feu au cul de toute façon… et on m’a raconté tellement d’histoires que j’ai moi-même pris peur a force d’histoires d’horreur et de nanas tout aussi psychopathes et obsédées du cul que les hommes qui soient parmis nous ! et sur le registre des  »perversités » sexuelles que nous les pauvres hommes croyaient étaient exclusives a nos esprits tordu… on avait encore rien vu et on ne se doutait pas que chez certaines femmes, cela peut aller bien plus loin que tout ce que vous pouvez imaginer… ! et qui doit sûrement coller a toutes les perversions classées et classifiées dans la pornographie !

    Ce grand tabou est aujourd’hui en fait au coeur de la société et des débats qui la déchirent sans le nommer et sans jamais oser le divulguer ou l’admettre ! et il constitue un sujet de grande priorité chez les jeunes femmes en bonne santé et  »épanouies » ou qui cherchent a le devenir…. depuis que l’industrie du cinéma et surtout celle des séries TV a mis son grain de sel la-dedans et contribué a cette nouvelle  »culture de consommation » qui concerne le sexe ! ,,, notamment, je me souviens avoir visionné avec mon ex, quelques épisodes de  »Sex and the city »… et que cela représentait à l’époque le nirvana de toutes les jeunes femmes, et une école qui oriente leur éducation sexuelle dans ce sens et rien d’autre !

    il faudrait d’ailleurs qu’un jour ou l’autre on puisse se pencher sur tout ça avec toute la rigueur philosophique qu’il faut, car je trouve qu’on fait encore trop l’impasse la-dessus… et remettre le compteur de la philo à zero en partant de ces réalités nouvelles qui nous entourent et nous cernent de partout : pas seulement le pouvoir du fric, mais celui du sexe, des femmes assoiffées de cul, de mecs qui le soient tout autant, d’homosexualité masculine ayant atteint des proportions plutôt inquiétantes (sans le moindre homophobie) car on a l’impression bien plus nombreuse que l’homoséxualité féminine, en plus du lot de transgenres et autres catégories qui sont entrain de monter en flèche, ou des  »Pansexuels », des anti-sexe aussi et des frustrés du cul de tout poil qui peuplent nos villes et nos pays et notre quotidien ! c’est a se demander si les gens ont des vies et des choses a foutre que de nous noyer tous les jours dans ce genre d’humour, ou ce genre machisme, ou de rapports de prédation, et autres convoitises de tout acabit !

    Bref…. j’en ai profité pour lancer le débat… et j’espère que quelqu’un ici s’en chargera et se permettra de nous éclairer un tant soit peu sur quoi on se dirige et pourquoi, ces histoires de taille de pénis se soient si profondément ancrées dans la culture et dans le quotidien même si elles relèvent d’intox et de fausses causes…. il m’a suffit de voir une fois sur amazone, le nombre de reviews sur des produits d’arnaque qui soient censé donner une plus longue erection, ou d’autres qui  »grossissent les pénis »…. bref, des  »reviews » en milliers… qui ne laissent aucun doute que ces produits se vendent encore comme des petits pains… et qu’il n’y a pas de fumée sans feu comme on dit ! :)))

    Yallah bye !

    Répondre
  • 25 avril 2022 à 19 h 42 min
    Permalien

    Bon, les gars je deteste les ragots, et chuis sérieux….. mais cette fois je fais une exception….vérification faite donc sur youtube…. attachez-vos ceintures, Notre Maya la danseuse du Baladi qui semblait prêcher la guerre sainte contre les hommes dotés de  »petits pénis »….et détester les hommes en général, en tous cas depuis 2014 date de son troisième mariage et divorce j’apprends… avec deux ou trois filles issues de ces mariages,…. elle était restée célibataire depuis cette date donc et tout le monde pensait qu’elle n’allait plus se marier… pour toute la guerre sainte qu’elle menait donc aussi contre le mariage et l’institution du mariage… mais se contenter de tirer des coups avec ses  »clients » et autres fans…. or qu’on apprend que Mme vient tout juste de se remarier aux états-unis s’il vous plaît, et cette fois avec un danseur artistique marocain d’origine aussi, qui aurait dansé dans un clip de Madonna pour toute gloire…. ! :)))) Accusée alors par ses très nombreuses fans écervelées, de les avoir  »divorcé de leurs mari » pour se remarier elle, sa chaîne Youtube, compte plusieurs vidéos rien que ce dernier mois ou elle  »répond à celles qui l’accusent de les avoir fait divorcer ou pousser au divorce pour se remarier, et ceux et celles qui l’accusent de s’être mariée pour les papiers américains » :))))….bref, et d’après elle, elle préfère pour autant le faire aux USA, car elle s’y sent plus en sécurité face à ces détracteurs du Maroc…. sans pour autant couper le cordon ombilical avec le pays….bien entendu on s’en doutait, vu ses piètres qualités de danseuse de baladi, et qu’il n’y a au fait que ses rondeurs généreuses et même pas belles et sa tronche pseudo mignonne qui attirent des blédards et des ploucs fortunés et on en fait une star…. alors que je me souviens vous pouviez trouver de vrais danseuses de baladi super mignonnes et plus minces dans nos cabarets orientaux… et j’en ai même connu une qui chantait super bien aussi a l’occasion !:))) bref….et dans l’une de ces vidéos récentes, elle raconte donc que  »elle s’entend super bien sexuellement avec son nouveau mec…. et que les gens ne savent pas qu’elle a pas besoin de papiers américains et aurait pu les faire en devenant investisseur avec tout son pognon…. et donne l’exemple d’un business école de danse Baladi qui cartonnerait aux states »…. bref, son mec d’ailleurs, comme ses anciens maris, ont tous l’air de maquereaux ou de proxénètes et rien d’autre qui profitaient autant d’elle ! :))))…. voici donc, le résumé de la rubrique People’s… du jour ! et relié au sujet ! :)))

    Au fond, toute ces histoires de  »taille du pénis » soulevées par des femmes et non des hommes insécures aussi…., et qui engrangent des milliards en CA, et autres dividendes, ne traduisent qu’une seule chose : est que si nos hommes ont sombré dans un machisme-matérialisme irrécupérable faisant d’eux de véritables  »prostitués » pour le fric, les carrières et le paraître…et des coureurs de jupons incorrigibles en réalité toute leur vie et même lorsqu’ils sont en couple…. nos femmes elles, sont devenues ingérables et incapables de responsabilité ou de vie de couple ou de faire des familles… et se laissent aller a la vie de  »princesses » gâtés ! … voila tout ! et voici toute la vérité ! :)))…et bon….sans généraliser il est vrai !

    Maintenant que les femmes ne veulent rien céder côté sexe… Mouais…. jusqu’a un certain point c’est sûr, et certaines plus que d’autres c’est certain ! celles en tous cas qui se sentent très jolies et convoitées par les mecs plus que les autres…., et celles aux prises avec toutes sortes de pathologies psychotiques et séxuelles héritées ou acquises…qui adorent le  »remplissage des coins » et ont besoin de ressentir de la grosse viande dans leurs entrailles pour se sentir comblées…. comme un nombre incalculable d’actrices porno d’ailleurs, souvent très jolies mais souffrantes psychiquement…. sans compter qui le font pour du fric et rien d’autre… même si cela ne paie pas des fortunes, elles le font pour joindre l’utile a l’agréable et pour combler elles, leur vides narcissiques et leur besoin de paraître extrême, au point d’exposer son trou du cul devant des millions d’internautes et hausser les épaules ! tout comme les mecs qui bossent la-dedans tout autant… et qui n’ont visiblement rien d’autre à offrir dans la vie sauf les attributs  »généreux » dont la nature les a doté par pur hasard ….!

    Et donc, sans vouloir passer pour un moraliste a deux balles non plus, la tragédie de tout ceci il faut admettre est que l’intimité elle est celle n’existe presque plus et on cherche a nous déshabiller a toutes les occasions, a nous épier, a nous dévoiler et a nous transformer en voyeurs et rien d’autre et c’est un peu le fond de cette histoire… dans un monde où les inégalités sont devenues extremes et insoutenables, on tente de conforter le troupeau et lui donner quelque compensation et bonbon en lui permettant de mater et zyeuter les trous de cul des autres, les vagins et les couilles et les poils de culs et les champignons et toutes les saloperies des autres :)))… Voici… a quoi se résume le progrès… une autre arnaque de classes sociales qui ne revêt rien du tout au contraire, qui se dévêtit et qui se donne pour mission, d’humilier des hommes et des femmes pour leur attributs de la nature !!!! et leur faire croire que c’est plus important que de lutter pour leur vrais droits !

    Et chuis navré pour les mecs qui tombent sur des nanas qui exploitent ce filon et les humilient aussi a travers cette filière… et je leur dit que si c’est le cas, ce genre de partenaire ou de conjointe ne mérite certainement pas que tu reste avec elle pour un autre 24 heures ! :))) et puis tant pis s’il y en a plein qui veulent l’exploiter et foutre en l’air leur vie… et celle des autres…. il se trouvera tout le temps et heureusement, un être du sexe opposé qui vous aimera et vous respectera…pour ce que vous êtes et non pas pour ce que vous avez en poche ou sous votre slip ! :)))

    Et puis tiens ! je me demande s’il était bien  »pourvu » Socrate…. il paraît qu’il avait une grosse lui aussi qui lui pendait jusqu’à ses genoux, a cause de sa satanée tunique grecque trop courte….et c’est platon son disciple qui avait une toute petite… et personne ne l’a jamais su :)))… et je suspecte donc que si socrate a dû être jugé pour corruption de la jeunesse c’est uniquement pour ça, et parce que la femme du sénateur d’Athènes l’a aperçu depuis sa fenêtre et l’a prise pour un plombier qu’elle voulait ramener chez elle pour lui déboucher un tuyau …. sauf que rien de ceci ne se déroula comme prévu… socrate s’est fait prendre la main sur son tuyau de PVC bien dur, au moment où il s’apprêtait à déboucher la canalisation de Mme la femme du sénateur…. qui mouillait fort, qui se tortillait dans tous les sens et qui criait avant même qu’il y ait débouchage… ce qui a finit par alerter le voisin Sextus …. et dévoilé le pot aux roses….

    Repose en paix Socrate… tu n’a transgressé aucune règle…tu as juste été la victime parfaite du sénat corrompu et débauché d’Athènes !

    Yallah bye !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *