Les rocailles sous-marines de Toura

Juanlu Gonzalez : Vista del islote de Perejil desde la costa africana (CC BY-SA 3.0)

ALLAN ERWAN BERGER    l’ilôt Persil, al Jazīrat Tūra, est un gros bout de calcaire qu’on atteint en dix humides minutes de marche à pied en marée basse depuis la montagne à l’ouest de Belyounech, sur la côte Nord de la Préfecture de M’diq-Fnideq, Province de Tanger-Tétouan, au Maroc.

L’histoire géopolitique de cette région est compliquée, pleine d’arrogance, d’avidité et de mauvaise foi. Espagne et Maroc se disputent la souveraineté de cette garrigue, l’Afrique migratoire occidentale tente de franchir la frontière européenne dans les bois du Jebel Mûsa, et les bateaux de pêche draguent au large, toutes nationalités confondues et entassées dans les eaux exigües et froides du détroit de Gibraltar (Jebel Tariq), dont on devine la côte européenne à l’horizon de cette image.

Ici l’être humain fait montre de son immaturité tapageuse. Mais dans les jardins sous-marins au large de Toura, d’autres combats se livrent, qui sont les combats de la jungle. Une rocaille est colonisée par des coraux. Cette forêt abrite toutes sortes d’espèces de différents ordres, qui s’y entrebouffent, y croissent et meurent en grandes quantités. Leurs corps, au gré des courants de marées, descendent la pente et vont s’entasser au pied des éboulis, où un bateau de pêche, qui cherchait du poisson, les a un jour ramenés dans sa drague. Je vous présente aujourd’hui quelques-uns des mollusques nés et morts dans cette rocaille entre 50 et 80m de profondeur, mollusques dont j’ai pu récupérer les coquilles. C’est le sujet de mes vacances, et donc, pouir les semaines à venir, vous allez manger du fruit de mer, je vous en avertis.

Gregariella semigranata (Reeve, 1858)

Ceci est une moule, messieurs-dames. Minuscule, mais moule quand même. Légèrement striée près de la charnière, elle possède une barbe vers l’arrière. Des choses s’y accrochent, ça participe du camouflage. Cette espèce particulière porte la barbe très longue, ce qui n’est pas répandu &– voyez sur les vignettes ci-dessous. Nous avons donc une rocaille colonisée par du corail rouge, typique de Méditerranée, et lui-même envahi d’organismes qui s’installent sur ses branches, comme par exemple ces moules, dont la taille varie de 4 à 11mm.

     

L’espèce vit depuis les Îles britanniques jusqu’au Sénégal, aux Açores et en Méditerranée occidentale.

Pseudosimnia carnea (Poiret, 1789)

Voici quelqu’un qui mange coraux et gorgones. La rocaille de Toura, dont les débris furent dragués, en abrite des centaines. La coquille est ordinairement lisse. Cet exemplaire, qui est de toute évidence strié, est donc considéré comme une rareté : c’est la variante « dorsolirata » Coen 1949, décrite à partir d’exemplaires atlantiques pêchés au large de Casablanca.

     

L’espèce vit depuis les Açores jusqu’en Méditerranée centrale, et abonde en mer d’Alborán. La photo de gauche illustre une coquille très colorée qui a été récoltée en filet dans la baie d’Alger, celle de droite montre une coquille toute blanche, provenant de Sassari, en Sardaigne. La taille varie en collection de 9 à 14mm.

Coralliophila brevis (Blainville, 1832)

Voici un chasseur. Lentement, puisque c’est un escargot, il traque d’autres escargots ou bien, dans les rocailles à corail, des bivalves qui y sont fixés. Pour cela il escalade les branches eet inspecte qui vit là. Il fore un trou, et aspire. L’espèce n’est pas rare en Méditerranée, et le devient aux Canaries. En profondeur, la coquille développe une sculpture frisottée, tandis qu’en surface, où rôdent les vagues, la coquille se fait plus lisse. Ce qui fait qu’on a cru, lorsque les premiers draguages du nord-Maroc sont remontés, qu’il s’agissait là d’une nouvelle espèce, qui vivait en eau profonde. Il lui fut donné le nom « alboranensis », du nom de la mer qui s’ouvre à l’est du Détroit, et que garde l’ilôt d’Alborán. Taille : 10mm.

La prochaine fois, justement, nous irons chaluter autour de ce caillou. Mais avant de terminer, je vous propose de regarder un autre bivalve, atlantique celui-ci, récolté par un navire de recherche scientifique dans le nord de Madère, par 5120m de fond. Il s’agit d’une espèce appartenant à une famille très archaïque. Voici Bentharca asperula (Dall, 1881), qui se plaît bien dans les fosses océaniques, depuis l’Atlantique jusqu’à Hawaii, et qui vient d’être redécrit en février 2012 par Coan & Valentich-Scott dans Bivalve seashells of tropical West America. Marine bivalve mollusks from Baja California to northern Peru, Santa Barbara. À bientôt !

9mm

3 pensées sur “Les rocailles sous-marines de Toura

  • 27 juin 2020 à 12 h 34 min
    Permalink

    @ Allan Erwan Berger

    Cette fois, je ne pouvais pas m’empêcher de commenter !:))) j’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre précédent billet  »Enez Groe » accompagné d’images magnifiques me rappelant mes errements sur les côtes Françaises, Belges et Hollandaises,…de Vendée, en passant par le Finistère et Quiberon ou l’île sainte-Hélène et toutes ses magnifiques côtes bretonnes, normandes jusqu’en Belgique ou encore les delta côtier et polders néerlandais !

    Bref, sur la géopolitique, je ne comprends pas vraiment votre indifférence mais je passe ce point car l’îlot Marocain Persil au large de Fnideq-Tétouan (à quelques dizaines de mètres des côtes Marocaines) est surtout colonisé par l’armée Espagnole et un dispositif militaire impressionnant! pourtant convenu entre Espagne et Maroc de laisser cet îlot desert, il a fallu qu’un petit zodiac de l’armée Marocaine l’aborde une fois temporairement aux fins de surveillance de l’immigration clandestine et du traffic ou passeurs de Hashish, que l’Espagne en fasse une crise de haute priorité nationale et militaire et se livre à une démonstration de force vile et abjecte ….reliquat de l’ère de colonisation d’un Nord du Maroc arrosé au gaz moutarde par ces espagnols fourni par l’Allemagne dans les années 20 afin de pouvoir venir à bout de la résistance Rifaine redoutable qui fit le plus grand nombre de veuves espagnoles dans toute l’histoire de l’Espagne comme en attestent les écrits, les chansons et les poèmes de l’Espagne du début du 20ème siècle ! Car l’armée impérialiste et monarchiste Espagnole à cette époque s’était opposée aux farouches Rifains et à leur tête le fameux héros Abdelkrim Al Khattabi qui décima près de la moitié de ces hommes ! les monarchistes, ensuite les Franquistes n’oublieront jamais cet épisode et cette défaite qui leur est resté au travers de la gorge et qui fait exception dans le monde entier en termes de lutte armée indigène face aux colons super armés et équipés !

    Bref, Demandez-moi, moi le pêcheur à la Canne en bord de mer sur toutes les côtes Marocaines, pendant deux décennies et encore aujourd’hui lorsque je me rends au Maroc, moi l’amoureux du littoral, qui humait l’iode marin jour et nuit, et qui l’avait dans le sang, et qui a fait connaissance des espèces les plus extraordinaires qui habitent ce littoral, souvent des heures avant l’aube et après, sur les côtes sauvages de ce pays que j’ai toujours nommé l’Atlantide, le véritable Atlantide j’ai toujours soutenu, le jardin des Atlantes, ou l’on cueillait depuis l’antiquité les fruits d’or, qu’étaient les Oranges en réalité qui poussaient uniquement dans ce pays en ces temps là et qui ont inspiré Platon et fait rêver les meilleurs conteurs grecs de l’antiquité en hommage à Poseidon et Hercules dont les grottes de Tanger sont encore le témoin de cette émerveillement pour ce carrefour marin et continental qu’est le Maroc encore aujourd’hui !

    Demandez-moi donc de vous décrire les moules géantes et sauvages du ptit Nador à quelques encablures de la ville de Larache ou encore du magnifique lagon de Moulay Bousselham ou les flamands roses par milliers viennent encore y séjourner pour des mois et se gaver de fruits de mer…avec les cigognes, les faucons pèlerins et les autres oiseaux de proie… Bref, des moules qui font entre 30 et 40cm de longeur, et dont la chair est aussi grasse et charnue qu’un steak Texan !:)) et que nous utilisions parfois comme petit déj très tôt grillées directement sur des feux de bois morts rejeté par la mer sur les plages sauvages du coin ! ou encore, les gros homards de cette région, secret bien gardé encore aujourd’hui même parmi les pêcheurs car, sont systématiquement exportés ! Bref, demandez moi de vous décrire les couteaux de mer par milliers, les coquillages, les concombres de mer, les anémones de toutes les couleurs, les oursins, les doigts de mer (appelés chez nous encore, les doigts de l’esclave de par leur aspect rugueux, lézardé et un peu monstrueux et leur ongle impressionnant », les crabes méchants et magnifiques de toutes les tailles et qui n’hésitaient pas ;a nous poursuivre en pleine nuit sur les rochers lorsqu’on les dérangeait à la recherche de crabes mous pour pêcher le Bar ou le loup de mer, bref, demandez moi de vous décrire les pieuvres les plus monstrueuses et magnifiques tirées on dirait directement d’un roman de Jules Vernes et de son capitaine Némo !:))) en encore, ces murennes empoisonnées et monstrueuses et autres congres dont la chair comestible bien sûr fait les meilleurs Tagines de poisson encore ! Demandez-moi surtout de vous décrire les moules blanches, les escargots de mer de toutes les formes, les conques marbrées magnifiques et diversifiées aussi parfois cuisinées à la hâte lors d’un périple de pêche ou l’on crève de faim (à l’ail, l’huile d’olive et herbes…succulent), les crevettes grises de roche géantes qui voyageaient la nuit par centaines dont les yeux brillaient comme des lampes et dont on se servait d’appâts de choix encore pour le loup, le sar, ou les bonites, et autres espèces !

    Bref, demandez enfin, comment tout ceci à presque disparu à cause des Espagnols ! hélas ! ceux qui payaient des villages entiers de l’intérieur des terres pendant toute une saison, afin de dégarnir les roches de leurs doigts de mer, de leurs moules, de leurs algues marines les plus rares et les plus délicates qui servent de frayères justement pour une multitude de poissons, demandez-moi comment les Espagnols ont dragué les côtes et continuent encore sous de stupides et criminels accords commerciaux pour maintenir les affamés et bellicistes qu’ils sont satisfaits et rassasiés ! demandez-moi comment des familles de pêcheurs marocains humbles de la méditerranée se satisfont d’un seule Thon rouge, de deux au grand max, ou d’un seul Espadon pour le revendre moitié prix aux espagnols encore, et pendant qu’en pleine pêche au thon rouge en méditérannée sur les côtes pourtant marocaines, les marocains se mettent à quatre ou cinq pour sortir un seule thon sur leurs petiutes barques misérables et charmantes, leurs homologues espagnols en sortaient 10 ou 15, et comment les Marocains le vendront 1000 euros pièce pour se les partager, pendant que les espagnols le revendent 3000 à 4000 pièce de revenu pour chaque porc et cochon pêcheur individuel suréquipé qui se prend pour le capitaine Cook !

    L’Espagne à colonisé le Maroc pour ses richesses depuis plus d’un siècle, et même la ville d’ou je viens Rabat ou ils ont encore leur quartier historique, leurs église et leurs vieilles tavernes désertées, maintenant, ils se sont toujours spécialisé dans la pêche justement, et s’ils le pouvaient encore aujourd’hui, ils videraient cet océan du Maroc, le filtrerait, et en récupéreraient tout ce qui vit…chose qu’ils ne peuvent se permettre en Espagne ou sur les côtes espagnoles, et cette histoire continue comme vous le savez encore aujourd’hui que ce soit en termes de pêche côtière ou hauturière, le Maroc considéré comme probablement le plus poissonneux au monde avec pas moins de 900 espèces pélagiques uniquement, sans parler des fruits de mer et des crevettes royales et autres merveilles de cet Atlantide pillé par ces tanneurs de peaux d’ânes affamés que sont les espagnols ! (sans préjugé raciste envers le peuple espagnole prolétarien comme nous autres).

    Et puis que fait l’Espagne encore à Ceuta et Mélillia, ces deux enclaves espagnoles sur le continent, encore occupées depuis des siècles ?!!! Durant cinq siècles, les Marocains ont chassé tour à tour Portugais, Espagnols, Français de leurs pays au prix d’innombrables sacrifices humains, pendant des guerres et des batailles qui ont fait des milliers sinon des centaines de milliers de morts côté marocain, dont même les femmes au 15ème, 16ème, 17ème siècles, et dont les Espagnoles gardent comme souvenir une femme justement dont le nom est encore populaire au Maroc pour faire peur aux enfants ou se moquer d’une femme méchante à travers  »Aicha La Comtessa » ainsi baptisée par les Espagnols ! ou Aicha Qandisha en Arabe dialectale, synonyme aujourd’hui de fantôme ou de démon dans la culture populaire, elle fut en réalité une résistante farouche qui montait à cheval, le magnifique cheval Barbe et le pur sans arabe blanc, pour décimer à la tête de son unité de  »cavalerie » des soldats espagnols et leurs unités en entier lors de ces temps reculés !

    Bref, le pillage continue, le poisson pélagique côtier qui se divise en réalité en deux catégorie, le sédentaire et originaire de chaque coin de pays et le voyageur, ont tous déserté nos côtes, forçant les pêcheurs amateurs que nous sommes et étions < toujours aller plus au sud ! pendant que les espagnols au Nord toujours sur la côte atlantique du Maroc, remontent dans leurs filets les magnifiques dorades royales de 4 et 5kg pièce, les mérous, les rascasses, les loups de mer ou Bars sauvages et magnifiques parfois de 10 ou 12kg pièce, les pageots royales aussi de même taille, et les envoient aux tables princières du monde entier, aux tables royales, avec les crevettes royales, les doigts de mer à la chair si délicate, les coquillages, les moules de mon pays, pour se remplir les poches et le ventre aussi sans jamais se sentir rassasiés ! pendant que les pêcheurs Marocains, à leurs première prise de Thon rouge ou d'espadon ou de sardines, remercient Allah et remontent leurs hameçons, même en sachant que des millions d'euros sont encore ''pêchables'' et accessibles sous leurs barques, car ont toujours défendu l'idée humble et magnifique de la sauvegarde des espèces bien avant que les mal torchés occidentaux ne l'inventent d'ailleurs, à travers juste un dicton millénaire du pays qui dit encore et dont les marocains raffolent : ''Mieux vaut un peu et permanent, que beaucoup et extinct !'' c'est la devise des humbles en fait, et elle est encore d'actualité !

    Respectueusement et amicalement !

    Répondre
  • 27 juin 2020 à 13 h 42 min
    Permalink

    Et encore ‘a propos de l’îlot Persil (a 200 metres de la cote marocaine), j’ai pas cité le fait que lors de l’incident de 2002, lorsqu’une petite unité minuscule de garde côtière militaire Marocaine y débarque en Zodiac pour fins de surveillance, les Espagnols comme le rapportera le chef de l’état Major US Collin Powell dans ses mémoires, et qu’il traite aussi de stupides chauvins et colons, le réveillent à 3H00 du matin pour lui dire que l’armée Espagnole est entièrement sur le qui vive et en alerte maximale car  »le Maroc s’apprête ;a envahir l’Espagne » :))))) mort de rire ! l’espagne à des dizaines de kilomètres d’océan en plus ! ils enverront le lendemain pratiquement toute leur armée maritime et aérienne, en guise de  »réponse à la menace marocaine » !! on est mort de rire ! des frégates hyper évoluées et surarmées, des hélicots de guerre, des navires amiraux de guerre, etc… et ça résume un peu  »les relations fraternels avec le Maroc » dont ils se gargarisent dans la presse depuis toujours ! c’est ça la fraternité, pendant que la presse occidentale, et même française menteuse et hyppocrite parle de  »Débarquement de l’armée marocains sur l’îlot Espagnol de Persil », ou l’îlot Leila comme on dit au Maroc !

    Bref, le colonialisme n’a jamais cessé, et il est maintenu exprès par l’Europe, la France et l’espagne qui en réalité certains de leurs  »républicains » en plus, aimeraient tellement vider l’Afrique du Nord de sa population et s’y établir en permanence ! c’est l’unique vérité de cette Europe qui continue d’imposer au Maroc des contraintes incroyables pour les laisser piller ses ressources, le coloniser, le mépriser et vivre dans l’opulence en son sein aussi, pendant que le peuple Marocain, le vrai, le profond Maroc doive vivre dans la misère ou cultiver illégalement le Kif ou hashish au nord du Maroc pour ne pas crever de faim, et le vendre 50 euros le kilos en vrac aux trafiquants espagnoles et français, hollandais, Italiens, qui le revendent eux comme  »Super Pollen » ou  »Super Ketama » à 1000 euros le kilo ! c’est la même histoire pour le Thon, l’Espadon et les espèces nobles de poisson qui valent une fortune en Europe et deux sous pour les acheter aux marocains !

    Bref, je ne vous ai pas parlé surtout des grottes du néolithique qui longent les côtes Marocaines, merveilleuses, incroyables, non préservées hélas et souvent détruites par les requins immobiliers avec la complicité de l’état corrompu, ces grottes en fait, étaient comme des villas terrasses de l’homme du Néolithique avec vue sur mer, pieds dans l’eau, ou il allait chercher sa bouffe fraîche à deux pas de chez lui pendant des millénaires ! Bref, et c’est pour dire que même sur le plan de l’archéologie, les Français et Européens refusent encore aujourd’hui à participer ou financer les recherches archéologiques avec le potentiel immense que l’on connait du Maroc, à cause des lois marocaines qui leur interdisent de rapporter leur trouvailles en Europe comme l’explique un archéologue marocain ! car, figurez-vous que cet occident hypocrite et colonisateur aimerait aussi s’approprier notre histoire s’il le pouvait encore aujourd’hui, nous voler nos artefacts et nos pièces de la culture locale qu’il a déjà pillé et rapatrié en partie en Europe dans les collections personnelles surtout, pièces magnifiques Romaines de l’ère de l’empereur JUBA aujourd’hui disparues de la circulation et des radars, trésors d’or et d’argent de l’antiquité aussi, même les os de dinosaures les plus rares et les plus imposants au monde ont été prélevés et volés des montagnes de l’Atlas ou il vivait, et encore aujourd’hui sur le Dark web, des trafiquants Marocains, revendent squelettes de dinosaures et autres oiseaux préhistoriques, météorites, fossiles, or, pierres précieuses, ouvrages anciens et parchemins, trésors de la période arabo musulmane, dinars d’Or et collections de bijoux magnifiques dont il m’a été possible de voir quelques photos prises chez un collectionneur Français, bref une montagne de bijoux berbères et juifs marocains en or en argent dont les magnifiques fibules géantes et colliers ou bracelets !

    Si il leur était possible, je l’ai vu de mes propres yeux tellement de fois, ils nous videraient nous aussi de nos carcasses, et collectionneraient nos crânes comme aux catacombes, ou comme les algériens ont découvert récemment des milliers de crânes de victimes civiles de la guerre d’Algérie en France ! et à ce propos, une fois, un commerçant marocain qui fait affaire justement avec les espagnols me disait, qu’il y a des clients en Espagne même pour des cadavres, des enfants vivants ou morts, des espèces rares en permanence comme les tortues, les scorpions, les vipères et les petits mammifères, ou même les fourmis ! :))) on en a bien rigolé ce jour-là ! il m’assurait que s’ils trouvaient des pilleurs passeurs pour ce genre de marchandises, ils paieraient aujourd’hui avant demain !

    la faune et la flore marine, comme les magnifiques coraux aujourd’hui disparu car pillés aussi, n’en échappe pas bien entendu ! et le jour ou des gamins de la ville d’El Jadida en s’amusant sur une plage découvraient un Gallion Espagnol échoué avec un trésor d’or digne des films de pirates ou des documentaires des chercheurs de trésors, l’Ambassade d’Espagne à vite fait de mobiliser le gouvernement Espagnol, et toute la presse Espagnole le lendemain, pour non seulement récupérer le tout, mais poursuivre les jeunes en justice et les foutre en prison pour avoir découvert par accident cette épave ! et ça aussi donc, ça en dit long sur les rapports de mépris et de haine en réalité qui sont entretenu soigneusement envers nos patries, nos humains, nos terres, notre mer et notre air qu’on respire encore …heureusement ! :)))

    Répondre
  • 27 juin 2020 à 20 h 08 min
    Permalink

    Et pour couronner le tout, ne vous fiez pas a la version du lien Wikipedia de cette affaire que je vous mettrais plus bas, il s’agit du Pédophile espagnol qu’on dit d’origine Irakienne…., qui a violé une trentaine d’enfants d’un quartier défavorisé de la ville de Kénitra pendant des mois et des années, envoyant plusieurs aux hôpitaux complètement déchirés, âgés entre 3 ans et 15 ans, (version officielle 11 enfants seulement âgés entre 4 et 15 ans), surtout des garçons, bref, le scandale est si énorme que c’est en réalité le Roi de pacotille Juan Carlos et escroc baptisé Roi par le général Franco contre pots de vins, qui a demandé en personne au Roi du Maroc de le gracier de sa peine de 30 ans de prison en 2013, bref, l’histoire officielle et menteuse dira que Jamais le Roi d’espagne en personne ne soit intervenu, mais c’était sans compter sur le journalisme d’investigation et sur Wikileaks qui fera éclater la vérité dans cette affaire en prouvant l’appel formel de Juan Carlos pour le faire libérer, en plus de la brochette ou trentaine de trafiquants de drogues et de criminels en tous genre espagnols qui croupissaient dans les prisons Marocaines ! le Maroc en entier se souleva et manquer de deux doigts de renverser la monarchie marocaine l’ayant obligée pour la première fois de l’histoire à s’excuser en discours officiel, et inventer l’histoire qu’elle n’était pas au courant, et qu’elle n’a fait que approuver une liste de graces qu’on lui a soumis, en s’assurant de renvoyer une centaine de fonctionnaires de leurs jobs sous prétexte qu’ils aient fomenté le coup !

    Lien Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Affaire_Daniel_Galvan_Vi%C3%B1a

    Or Merci Wikileaks, on saura que c’est le Roi d’Espagne lui même qui se fait un honneur de libérer ses sujets criminels et crapules et abjectes pédophiles et sauvegarder l’honneur de l’Espagne de mes deux !

    Autre preuve hélas, que l’on ne vaut rien encore et toujours dans l’hémisphère nord qui nous a pillé, volé, massacré et maintenant veut nous baiser aussi :))) baiser nos enfants et garçons innocents pourtant, comme le couturier Yves saint laurent et sa clique de pédophiles ont largement abusé de centaines et de milliers d’enfants pendant des années sans que personne ne trouve ces histoires choquantes ! Voyez le livre écrit par son chauffeur et garde du corp pendant des années et sur sa vie trépidante dans son palais somptueux de Marrakech ou les enfants victimes leur étaient servis comme des sandwichs entre deux coupes de champagne, des histoires qui dépassent l’imagination en tous cas et qui nourrissent l’extrémisme religieux islamiste de manière presque légitime au vu de ces violations répétées et interminables !

    et l’on doive encore concéder à ces porcs ibériques nos îles, îlots, territoires à l’intérieur des terres pour les enrichir en fait, car ils ne s’en servent que comme présides d’écoulement de marchandises sur le Maroc depuis 70 ans, qui vont du chocolat moisi, aux couvertures  »Mayer » synthetiques, aux mortadelles et fromages empoisonnés destinés au peuple, et autres joyeusetés de table ou de décor de toc qui affluent par millions tous les jours encore, et souvent sur le dos de femmes  »passeuses », des marocaines, comme des mules surchargées devant passer les check points de Ceuta et Mélillia encore devant des Européens médusés et pas si choqués pour autant !

    le Royaume d’Espagne est mort au début du 20ème siècle, et c’est des Rifains du Maroc qui ont mis le dernier clou à son cercueil à la même période, en ruinant l’Espagne aristocratique, en lui assénant une leçon qu’elle paiera de son sang pendant toutes ces années, et pour justement effacer cette humiliation et cette défaite, elle ne trouvera rien de plus malin que de déverser des milliers de tonnes de gaz moutarde sur les montagnes et villages et villes majestueuses du Nord du Maroc, afin de venir à bout de Abdelkrim, et son armée ! Encore aujourd’hui, cette histoire est devant l’ONU et la TPI, réclamant la vérité et les dommages à l’Espagne qu’elle n’a jamais voulu payer, même si vivre sur ces terres occasionna et occasionne encore aujourd’hui le cancer assuré à cause du gaz moutarde fabriqué en Allemagne entre les deux guerres, balancé par des pilotes Espagnols, Américains, Français, et allemands payés comme des mercenaires pendant des mois, ils finiront par décimer au cours de ce génocide plus de la moitié de la population, et pendant que le Times et les journaux prestigieux de l’Amérique titraient : Victoire éclatante enfin de L’Espagne sur les terroristes musulmans d’Afrique du Nord !:)))

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *