La bataille des régimes et des caisses de retraite (2)

L’État veut faire main basse sur les caisses de retraite

This article is available in Portuguese on Facebook

This article is available in 5 languages on this webmagazine:
18.12.2019The battle of pension plans and funds 2 (1)

La semaine dernière, nous avons expliqué (ici-même) qu’un régime de retraite fait partie intégrante d’une convention de travail (individuelle ou collective) qui lie l’employeur (privé ou publique ou parapublic ou institutionnel) à ses employés salariés. Peu importe que le régime de retraite soit administré par un tiers, un fonds de pension corporatif ou un organisme paritaire (CNAV, l’ARRCO et l’AGIRC, la CNRACL, en France, le RRQ, le REGOP, la Caisse de dépôt au Canada). Peu importe la structure administrative, le principe directeur reste le même : la caisse de retraite est une portion du salaire de l’employé mise de côté afin d’assurer la continuité de la consommation de marchandises après la phase active – assurant ainsi la circulation du capital et sa valorisation. En effet, il n’a pas fallu longtemps aux marchands pour constater qu’un travailleur salarié ne peut pas épargner et qu’il ne peut plus autant consommer après avoir été saqué ou « retraité » (!)

 
Et tant pis si entretemps les centaines de milliards d’euros de salaires épargnés servent de capital de risque aux gestionnaires des fonds de pension, aux banquiers, aux boursicoteurs, aux investisseurs et aux développeurs, tous ces gens qui ordonnent l’économie financière du grand capital international. Une contradiction confronte cependant le système économique capitaliste. Encourager ou même forcer l’épargne des salariés entrainera la réduction de la consommation immédiate et l’augmentation de la masse de capital de risque. Or, présentement, après des années de laxisme bancaire et de crédit gratuit, l’économie dispose d’un excédent de capital de risque et un apport d’argent neuf ne servira qu’à accroitre la spéculation boursière jusqu’à l’éclatement de la bulle financière. Bref, en Occident l’épargne est largement suffisante, c’est la consommation que le grand capital doit relancer pas la thésaurisation. Le capitalisme est malade de surproduction pour cause de sous-consommation (que les écologistes se le tiennent pour dit).
 
Pour que l’État bourgeois puisse jouer son rôle de portefaix du grand capital, il doit dissimuler ses intentions secrètes et s’afficher comme un juge impartial au-dessus de la mêlée des intérêts particuliers, soit des travailleurs, soit des corporations privées et soit des institutions publiques. Voyons comment l’État Macron, au service des banquiers, a joué sa partition dans le grand cirque de la réforme des régimes et des caisses de retraite que l’État de France – après bien d’autres pays capitalistes – souhaite exproprier pour se financer à même les épargnes des salariés et au bénéfice des fonds de gestion comme BlackRock. (1)
 

Pendant le seul premier semestre 2019, la dette mondiale de 250.000 milliards de dollars a augmenté de 7.500 milliards de dollars. C’est un comble, selon Jean-Claude Trichet, l’ancien président de la BCE : « Nous venons de connaître la pire crise depuis celle des années 1929-1930 du siècle dernier. C’était largement une crise de surendettement, et pourtant le monde continue de s’endetter ! » D’autant plus que les taux d’intérêt peuvent remonter : « Ne prenons pas une situation conjoncturelle pour un phénomène structurel. Personne ne sait combien de temps les taux des prêts resteront très bas », poursuit Jean-Claude Trichet. (2)

 
Chacun aura constaté que l’État spoliateur parle peu ou prou des cotisations que devront verser les millions de salariés français, préférant discourir à n’en plus finir sur les régimes de retraite « spéciaux », sur l’âge pivot (64 ans) et sur la valeur du « point » dans 30 ans (sic). Le rapport Delevoye prétend un rendement de 5,5% par année pour les 30 prochaines années sur les épargnes administrées par la caisse de retraite universelle. Faut-il rappeler que l’euro se prête autour de 0% sur les marchés européens et que 80 % des investisseurs prévoient une crise financière d’ici 5 ans, alors que 58 % l’annoncent d’ici 3 ans ? Comment les experts et les politiciens incapables de planifier l’économie trois années à l’avance pourraient-ils anticiper l’évolution des salaires, des rendements boursiers et des caisses de retraite 30 ans à l’avance ?
 

Selon Capital et le site Sputnik du 9/12/2019, une enquête a été réalisée par Natixis Investment Managers auprès de 500 des plus grands investisseurs institutionnels dans le monde officiant dans les fonds souverains et d‘investissements, les compagnies d’assurance, les caisses de retraite. Pas moins de 89 % de ces investisseurs institutionnels sont inquiets du niveau record de l’endettement public et privé sur la planète. Plus de 80 % voient une crise financière internationale d’ici 5 ans, 58 % d’ici 1 à 3 ans. La question ne se pose même plus de savoir si nous aurons des bulles boursières et immobilières ou pas, des banques qui vont faire faillite ou pas, si les dettes seront remboursées ou pas. La seule question est de savoir quand la crise va éclater » (3).

 

La valeur du « point » dans 30 ans ou son cout l’an prochain?

 
Combien d’euros coutera le « point » le lendemain de la mise en application de la réforme ? Et ce cout risque-t-il d’augmenter au cours des années si l’économie s’effondre ? Ce n’est pas de la valeur du « point » dans trente ans dont les salariés doivent s’inquiéter, mais de son cout et de sa valeur l’an prochain. Voilà un aspect crucial de cette réforme que personne n’interroge – même pas les syndicats – et qui pourtant impactera directement le pouvoir d’achat immédiat du salarié, qui comme le disait un Gilet jaune « ne boucle pas sa fin de mois », cette question est toujours d’une brulante actualité. (4)
 

Les caisses de retraite appartiennent aux salariés

 
Une chose est certaine cependant : les argents des caisses de retraite ne sont pas un cadeau des patrons ou de l’État employeur accordé aux salariés. Les caisses de retraite sont du salaire ouvrier épargné, que les travailleurs mettent de côté pour leur retraite. Eux, et eux seuls devraient avoir le droit de décision sur la gestion de ces fonds – peu importe que l’employeur soit étatique ou privé, c’est le même principe qui s’applique. La négociation des conventions collectives ou des contrats d’embauche est le moment où les vis-à-vis s’affrontent pour fixer les modalités de travail, les salaires et les conventions de retraite. L’État n’a pas la légitimité d’ouvrir unilatéralement les conventions de travail pour imposer de nouvelles conditions de travail, de salaire et de retraite aux salariés.
 

«La retraite : en aurons-nous les moyens ?»

 
On classe les régimes de retraite collectifs en deux catégories : les régimes de retraite universels (gouvernementaux) et les régimes de retraite d’entreprises (publics, parapublics ou privés). Voyons si nous pourrons collectivement non pas « réformé » les régimes de retraite, mais simplement les « réchappés » de la crise économique imminente.
 
Il est frauduleux de poser le problème des régimes de retraite – publics ou privés – collectifs ou individuels – en ces termes : «La retraire : en aurons-nous les moyens ?» Cette question, poser par les agitateurs médiatiques laisse entendre que les travailleurs ont des choix à faire et qu’ils ont un quelconque pouvoir de décision politique et des capacités d’intervention économique. Tout ceci n’est que fumisterie. Les travailleurs n’ont pas la capacité d’interférer sur le déroulement de la crise économique mondiale qui commande la performance de cette énorme tirelire que constituent les caisses de retraite des salariés (qu’en Amérique nous appelons aussi « fonds de pension » publics ou privés). 
 
On ne peut pas traiter de la question des régimes de retraite – des fonds de pension – de l’épargne des salariés en définitive – sans prendre en compte l’état général de l’économie capitaliste. Pire, dans ce monde globalisé et mondialisé, on ne doit pas se restreindre à l’économie nationale, mais il faut tenir compte des paramètres économiques mondiaux si l’on souhaite comprendre ce qui advient des régimes de retraite et du rendement des fonds de pension qui leur sont attachés. Ne soyons pas dupes, l’intérêt obsessionnel de l’État des riches pour nos régimes de retraite n’est pas de la mansuétude, mais expose son appétit insatiable pour de nouvelles sources de financement qu’il souhaite arracher aux gagnes petits- pour renflouer ses coffres.
 

Voici la véritable question qui confronte le prolétariat mondial : «L’économie capitaliste mondiale nous laissera-t-elle les moyens d’une retraite sécurisée?» À l’évidence, la réponse est « NON ». Un exemple suffira à le démontrer. Tant que l’économie mondiale était en croissance relative, les médias ne parlaient jamais des régimes et des caisses de retraite. Pourtant, les actuaires savaient que la population vieillissait, que la période de retraite s’allongeait (on part à la retraite autour de 64 ans et l’on meurt en moyenne à 80 ans), dans les pays occidentaux du moins. Les actuaires calculaient les cotisations à payer par les employés, par les employeurs privés (à même la plus-value générée par les employés) et par l’État employeur. Enfin, les actuaires estimaient les revenus (rendements) que ces caisses (fonds) de pension et d’investissement pouvaient générer. Cette portion de l’équation étant cependant la plus volatile. Et voici que l’économie réelle a rattrapé l’économie virtuelle spéculative… et les deux économies s’effondrent. Le système économique capitaliste, totalement anarchique, s’étiole et les rendements sur investissements plongent, et la crise économique s’approfondit et voici que les caisses de retraite ne génèrent plus assez de profits pour payer les pensions des retraités.

 
Pire, le chômage endémique réduit drastiquement les cotisations glanées aux employés de même que la portion du salaire soutirée par les employeurs et déposée sous forme de cotisation au régime de pension. Pire, les taux d’intérêt anémiés plombent les rendements des placements. Le capital spéculatif boursier (auquel participent les fonds de pension) se volatilise et les bulles financières éclatent (2008 en étant l’exemple récent).
 

L’allongement de l’espérance de vie et de la durée de la retraite (!)

 
Il est totalement faux de prétendre que l’allongement de la vie des retraités est une variable nouvelle, étonnante et imprévisible. Les actuaires et les démographes savent tout cela depuis des décennies et leurs calculs des contributions des salariés aux fonds de pension tiennent compte de ce paramètre parfaitement connu et prévisible. Les déficits hyperboliques des caisses de retraite partout dans le monde sont causés par deux variables indépendantes. Premièrement, le sous-financement des caisses de retraite par les employeurs étatiques, parapublics et par les employeurs privés, qui ont négligé de verser leur quotepart dans la cagnotte et aujourd’hui ils voudraient être acquittés de leur dette. Deuxièmement les taux d’intérêt nuls ou négatifs qui ont tétanisé les rendements des placements boursiers créant des déficits impossibles à combler.
 

Catastrophe économique prévisible et fonds de pension dévalisés inévitables

 
La présente crise économique est une crise de surproduction pour cause de sous-consommation des marchandises (biens et services). Il y a trop de capacités de production, trop de marchandises en circulation compte tenu des capacités de payer des consommateurs dont le salaire moyen réel (une fois l’inflation défalquée) a diminué de 18% au Canada entre 1973 et 2010, et il en est ainsi en France et partout en Occident. De plus, les périodes de chômage s’allongent alors que les périodes de prestations d’assurance emploi (sic) raccourcissent (seuls 35% des chômeurs touchent des prestations et peuvent continuer à consommer, pour un temps limité du moins). Après la période de chômage, c’est le secours direct qui attend la famille du chômeur et une nouvelle baisse du pouvoir d’achat et donc encore moins de consommation et davantage de surproduction d’où davantage de chômeurs et moins de contribution aux caisses de retraite.
 
Les différentes économies capitalistes, des pays d’Occident notamment, ont réagi à la diminution drastique du pouvoir d’achat des ménages en ouvrant le crédit à profusion, soutenant temporairement la consommation. Mais l’endettement des ménages approche d’un plafond irréversible (165% du revenu annuel brut en moyenne au Canada). Les vannes de l’endettement seront bientôt fermées par les banquiers qui savent déjà qu’ils ne pourront récupérer ce qu’ils ont prêté. Tout ceci entrainera un effondrement de la consommation déjà très mal en point. Et voici que l’État français propose de soutirer des milliards d’euros de la sphère de la consommation qui iront grossir la masse de capital parasitaire inflationniste, inemployée sur les marchés boursiers où la disponibilité de capital de risque est déjà trop élevée et où cet argent ne servira qu’à gonfler la bulle spéculative qui n’en subira qu’une plus forte dévaluation le jour de l’implosion du système de capitalisation bidon.
 
Bref, épargner et planquer son argent dans un régime de retraite ne fera qu’approfondir la crise systémique de surproduction-sous-consommation et entrainera l’économie encore plus profondément dans la déprime ce qui plombera encore davantage les régimes de pension et minera le pouvoir d’achat des retraités.
 

Que faut-il conclure de ce cercle infernal qui entrave le développement du capital international – et de nos caisses de retraite par la même occasion ? Il faut en conclure que tant que la classe prolétarienne sera enchainée à l’enclume de l’esclavage salarié et de ses caisses de capital pour retraiter à « point » ou sans « point » elle devra partager le sort de son maitre paralysé. C’est l’esclavage salarié qu’il faut abolir pour satisfaire les besoins de tous les humains.

 


NOTES

 

  1. http://www.alterinfo.net/Voici-les-recommandations-de-BlackRock-fonds-de-gestion-15-jours-avant-la-remise-du-rapport-Delevoye-sur-le-projet-de_a151694.html
  2. http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/80-des-investisseurs-prevoient-une-crise-dici-5-ans-58-dici-1-a-3-ans/
  3. http://www.les7duquebec.com/actualites-des-7/80-des-investisseurs-prevoient-une-crise-dici-5-ans-58-dici-1-a-3-ans/
  4. AUTOPSIE DU MOUVEMENT DES GILETS JAUNES- AUTOPSY

Par  Robert Bibeau et Khider Mesloub. L’Harmattan. Paris. Septembre 2019, 188 pages.
Se procurer le volume en français chez AMAZON https://www.amazon.fr/Autopsie-du-mouvement-gilets-jaunes/dp/2343184356/ref=sr_1_1?__mk_fr_FR=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&keywords=robert+Bibeau&qid=1570022698&s=books&sr=1-1
 
This book is available (FREE) in English on the webmagazine:
AUTOPSY OF THE MOVEMENT OF YELLOW VESTS (1)
 
 

13 pensées sur “La bataille des régimes et des caisses de retraite (2)

  • 19 décembre 2019 à 13 h 33 min
    Permalink

    @ tous
    Bonjour,
    Très joli texte, fort bien tourné, mais qui, concrètement, acte essentiellement le fait que l’on est en train de « rejouer » 1995 près d’un quart de siècle après!!!
    Pour sortir de ce cercle vicieux les belles déclarations de principes, même « anticapitalistes », ne suffisent pas! Il faut concrètement sortir à la fois du corporatisme (CGT, FO, SUD, FSU), et de la Kollaboration de classe (CFDT, Autonomes, CFTC)
    Et pour cela entrainer dans la lutte l’ensemble des couches réellement prolétariennes, Smicards et sous-smicards, actifs et retraités.
    Et pour cela exprimer clairement des revendications unitaires qui dépassent le simple retrait du projet de loi.
    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/12/11/retraite-plancher-85-pour-cent-du-smic-cest-1043-euros-tout-de-suite/
    https://tribunemlreypa.wordpress.com/2019/12/14/smic-retraites-le-capital-peut-payer-le-capital-doit-payer/
    Envoyé: mercredi 18 décembre 2019 à 20:59
    De: TML.info-Luniterre@gmx.fr
    À: luniterre@laposte.net
    Objet: Un militant CGT défend son leader Martinez contre TML…!

    Répondre
    • 19 décembre 2019 à 13 h 36 min
      Permalink

      @ LUniterre
      Le 18/12/19 18:08, alonsoquijano@free.fr a écrit :
      On en est là et c’est un peu mieux que des reculs et des défaites à répétition.
      Pour faire avancer un meilleur programme il faut un parti et des organisations propres. Cela n’existe pas, Ce qui existe n’est pas bon, en plus, cette nécessité élémentaire est niée par la grande majorité encore. Chat échaudé craint l’eau froide.
      Les trahisons et turpidités des partis ont créé une telle situation.
      Mais cela viendra car la Nécessité Criante, l’exige et alors cela se fera.
      C’est donc en construction et à ses tout débuts.
      On ne peut pas demander au poirier de donner des pommes, faut il d’abord atteindre qu’il arrive à maturité. S’il arrive avant une nouvelle crise et/ou la guerre.
      Tout dépends des masses comme disait…qui ça en fait?
      V.

      Répondre
      • 19 décembre 2019 à 13 h 48 min
        Permalink

        @ TOUS
        JE NE PENSE PAS QUE L’ON REJOUE 1995 DANS LA PRÉSENTE LUTTE EN FRANCE pour la défense des régimes de retraite des salariés.
        1) Parce que la situation – la conjoncture économique – sociale et politique a évoluée depuis 1995 – et de beaucoup. La crise économique systémique du capitalisme s’approfondit – les alliances impérialistes se fragilisent – la concurrence pour la conquête des marchés s’intensifie entre camp impérialiste.
        2) Parce que CONSÉQUEMMENT le pouvoir d’achat des salariés s’amenuise – le chomage s’étend – la vie sociale se déstabilise – éclate et la petite criminalité se répand en même temps que la délinquance et le désespoir – et la guerre (pour le moment locale)- guerre civile – petite criminalité et déchéance culturelle.
        3) Enfin, l’État bourgeois = partout dans le monde = les français arrêter de ne regarder que votre nombril = n’a lus de marge de manoeuvre et il est acculé à la faillite – c’est la raison pour laquelle – en France – il remet cela pour une 3e fois malgré qu’il sache que la guerre de classe sera encore plus difficile cette fois que la précédente… car les travailleurs sentent confusément qu’ils n’ont plus le choix – c’est ce qu’ils disent sur les lignes de piquetage… écoutez au lieu de crier vos slogans.
        4) De grâce fichez-nous la paix avec les organisations de la go-gauche et la pseudo-avant-garde un kilomètre DERRIÈRE LA PARADE des travailleurs en colère. L’avant-garde ce sont les grévistes – les cheminots et les milliers d’autres. Ils ne font pas votre bataille = ils mènent la leur.
        5) Ce sont les travailleurs qui FORCENT – OBLIGENT – les bureaucrates syndicaux et la go-gauche à aller de l’avant et le seul et unique programme REQUIS pour & par les travailleurs c’EST : comment allons – nous préserver notre grève = notre combat – contre les machinations de la petite-bourgeoisie qui ne souhaite que le compromis (que cette petite-bourgeoisie soit des cadres syndicaux ou des agités du NPA).
        6) Vous voulez faire oeuvre utile dans cette guerre de classe en marche en France et ailleurs ??? Soutenez le mot d’ordre gréviste : RETRAIT TOTAL DE CETTE RÉFORME et pas de négociation avec l’État – ON conserve nos droits et nos régimes de retraite POINT FINAL.
        Robert Bibeau
        This article is available in 5 languages on the webmagazine = Cet article sur la bataille des retraites est disponible en cinq langues sur le webmagazine : http://www.les7duquebec.com/7-au-front/la-bataille-des-regimes-et-des-caisses-de-retraite-2/

        Répondre
  • 20 décembre 2019 à 10 h 51 min
    Permalink

    UN message de DO
    Et si les cheminots faisaient circuler les trains GRATUITEMENT !
    Bonjour à toutes et à tous,
    Faire circuler les trains gratuitement est la meilleure façon d’obtenir le soutien du public. Pendant la grande grève de 1986, les cheminots avaient fait repartir les trains GRATUITEMENT ! mais, il faut dire qu’à l’époque la grève des cheminots avait réussi à s’auto-organiser en coordination afin d’échapper à l’influence néfaste des syndicats :
    http://mai68.org/spip2/spip.php?article1465
    La CGT et l’intersyndicale sabotent le mouvement en anonçant que la prochaine journée d’action aura lieu le 9 janvier 2020 (vidéo 19 »)
    Le 9 janvier 2020, c’est dans 21 jours. 21 jours c’est énorme. C’est du sabotage ! Et pourquoi pas, tant qu’ils y sont, le 9 janvier 2021 ? En fait, ils ne le disent pas, mais eux aussi respectent la « trêve de Noël », et même plus, puisqu’il annoncent une trêve de 21 jours pour les actions :
    http://mai68.org/spip2/spip.php?article4884
    Bien à vous,
    do
    http://mai68.org/spip2

    Répondre
    • 20 décembre 2019 à 11 h 07 min
      Permalink

      @ DO
      Mauvaise idée DO = carrément réactionnaire – petite-bourgeoise et briseur de grève.
      La grève ouvrière ne vise nullement à gagner la bataille de l’opinion publique comme le laisse entendre la petite-bourgeoisie infiltrée dans les rangs ouvriers dont la bureaucratie syndicale
      LA GRÈVE OUVRIÈRE vise à entraver – briser – casser – la production de plus-value et des profits = le sang du capital LE PLUS LARGEMENT POSSIBLE DANS L’ENSEMBLE DE L’ÉCONOMIE.
      Les grévistes des transports à eux seuls ont réussit à frapper toute la classe capitaliste marchande et même du pétrole et des – chantiers maritimes etc. Ils doivent intensifier et parvenir à 0 transilien
      0 TGV
      0 métro ratp ET AINSI PARTOUT EN PROVINCE OÙ LEURS APPUIS SONT SOLIDES afin de paralyser l’économie française du capital et les assoiffés de profits.
      Pour le reste tu as raison = nous voyons ces pourritures de bureaucrates syndicaux après leur procession au bureau du Premier ministre complétés leur travail de sape et tenter de liquider l’action concrète MAIS rappel-toi ce ne sont pas les manifs qui importent NON c’est la grève totale qui coupe les profits qui fait mal au capital…
      Les grévistes ont raison = RETRAIT TOTAL DE LA LOI DE RÉFORME DES RÉGIMES DE RETRAITE
      L’ÉTAT BAS LES PATTES DE NOS CAISSES DE RETRAITE
      Merci de ta compréhension DO

      Répondre
  • 20 décembre 2019 à 17 h 22 min
    Permalink

    @ Robert
    Salut Robert
    Tu dis n’importe quoi ! en 1986, les cheminots ont fait repartir gratuitement les trains. Et loin d’avoir brisé la grève, ça l’a renforcé. Quant à la plus-value, avec des trains qui repartent gratuitement, les capitalistes ne vont pas en faire beaucoup. Au contraire c’est « leur » matériel qui est utilisé, leur fric, pour ainsi dire volé, à des fins qui ne sont pas les leurs, mais celles du mouvement.
    En 1973, les LIP ont fait repartir les machines à leur profit. LIP a prouvé que les ouvriers peuvent se passer de patrons.
    A+
    do
    http://mai68.org/spip2

    Répondre
    • 20 décembre 2019 à 17 h 28 min
      Permalink

      @ DO
      Tu vois que le bout de ton nez DO
      1) en 1986 l’arret de la grève a liquidé la grève – car embarquer tout les travailleurs pour qu’ils aillent travailler c’est briser le grève générale
      2) Je ne parle pas de la plus value ferroviaire mais de la plus value de toutes les entreprises et commerces qui ne peuvent plus fonctionner parce que les travailleurs n’arrivent à rentrer au travail.
      3) Bref les travailleurs des transports ont une position privilégiée, ils peuvent provoquer la grève générale en coupant à tous – tous – les transports
      $ ) La LIP qu’en est-il aujourd’hui ???
      Merci de ton post

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *