Une année de résistance a secoué le monde en 2019

Par Miguel Sorans.  Dirigeant d’Izquierda Socialista (Argentine) et de l’UIT-QI
 

This article is available in Spanish on this blogue:
http://www.izquierdasocialista.org.ar/index.php/periodico-el-socialista/ultimo-numero/9913-una-oleada-de-movilizaciones-recorre-el-mundo


 

Le webmagazine Les7duquebec.com présente cet article synthèse à titre d’exemple de la manière que la gauche  ausculte – et propage – la vision de la petite-bourgeoisie en révolte face au sort que lui réserve le grand capital international en cette période de crise économique systémique. Dans le texte ci-dessous, le lecteur notera que la petite-bourgeoisie de gauche – (comme celle de droite incidemment) – place  sur un pied d’égalité les révoltes ouvrières en Iran, en Colombie, à Haïti et le soi-disant : « nouveau mouvement massif et mondial ; celui de la jeunesse mondiale pour le changement climatique » (sic), un mouvement de jeunes petits-bourgeois au service de l’Alliance capitaliste Atlantique (excluant une partie du capital américain);  contre le camp impérialiste russo-chinois de l’Alliance de Shanghai. Le prolétariat mondial ne saurait s’allier à l’un ou à l’autre de ces camps en concurrence économique avant que d’être en guerre nucléaire impérialiste.  Vous noterez que le point de vue présenté ci-dessous ressemble en tout point avec le point de vue de la gauche classique avant la Seconde guerre mondiale et pendant la guerre « froide ». Ce n’est pas ainsi que l’on construira : la direction révolutionnaire prolétarienne. Le prolétariat mondial doit apprendre à reconnaître les idées de la gauche bourgeoise s’infiltrant dans ses rangs afin de les en extirper. Robert Bibeau.  http://www.les7duquebec.com


 

De Hong Kong à l’Amérique latine, en passant par la grève générale française, le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord, une traînée de soulèvements populaires enflamme la planète (2019).

 
Une marée révolutionnaire fait rage depuis le début de 2019. Il y a eu un précédent, fin 2018, avec la formidable mobilisation des « Gilets Jaunes » en France. L’année 2019 a commencé par un grand triomphe de la mobilisation populaire en Algérie qui a fait démissionner le dictateur Boutheflika. Puis le monde a été secoué par les mobilisations massives à Hong Kong, qui se sont heurtées à la dictature du Parti communiste (PC) de Chine pendant des mois. En juillet, la soi-disant  » révolution citoyenne  » à Porto Rico a eu un impact majeur, faisant tomber le gouverneur. Et ces derniers mois, nous avons assisté au retour des mobilisations massives en faveur de l’indépendance du peuple catalan et pour la liberté de ses prisonniers politiques. Pendant ce temps, aux États-Unis, a eu lieu la grève de General Motors, la plus longue depuis un demi-siècle.
 

Un dernier trimestre marqué par des soulèvements populaires

 
Les derniers mois de l’année ont été marqués par plusieurs soulèvements révolutionnaires. Dans tous les cas, ils ont commencé par des demandes spécifiques (augmentation des tarifs de transport ou de carburant, ou contre une nouvelle taxe) qui se sont rapidement étendus directement aux gouvernements.
 
Ainsi, nous avons eu le triomphe de la semi-insurrection en Équateur. Ce fut une première victoire avec la défaite de l’augmentation de l’essence et du plan dicté par le FMI. Le gouvernement de Lénin Moreno a dû se retirer de la capitale prise par les indigènes, avec la Conaie à la tête, soutenue par le mouvement étudiant, les travailleurs et les secteurs populaires et a dû céder pour reprendre le contrôle. Ce triomphe a eu un impact considérable, montrant que les plans du FMI peuvent être défaits par la mobilisation.
 
Presque immédiatement, une mobilisation révolutionnaire a commencé au Chili contre Piñera et le modèle politico-économique hérité du mouvement de Pinochet. Des millions de jeunes, de travailleurs et de femmes se sont rebellés contre le gouvernement libéral de droite de Piñera, qui ont débordé tous les dirigeants politiques et syndicaux. Malgré le fait que le gouvernement de Piñera ait fait marche arrière sur l’augmentation du prix du métro, les travailleurs ont continué à descendre dans la rue pour exiger que le gouvernement et le modèle économique soient supprimés, ignorant l’état d’urgence et le couvre-feu lui-même. La mobilisation, après plus d’un mois et demi, n’a pas cessé. Ils ont exigé le départ de Piñera avec un programme contre l’ajustement et le régime politique des trente dernières années,  la continuité du Pinochetisme.
 

En Haïti, il y a eu un nouveau soulèvement populaire (ils en sont déjà à leur quatrième). Au Liban, il y a eu la soi-disant  » révolution whatsapp « , où les travailleurs, les jeunes et les secteurs populaires ont continué à se mobiliser pour exiger le départ du gouvernement. Il y a eu d’énormes soulèvements en Irak qui ont pris fin avec la chute du gouvernement. Nous avons également vu des millions de personnes dans les rues en Iran et en Éthiopie. En même temps, il y a eu d’énormes marches et combats contre le coup d’État réactionnaire en Bolivie. L’année s’est terminée par des grèves générales et des manifestations de masse en Colombie. Et avec la France, assister à une grève générale presque indéfinie, la plus importante depuis 1995.

 
L’année 2019 s’achève  et a été aussi celle de la continuité de la vague verte du mouvement des femmes, qui s’est reflétée à nouveau dans la nouvelle grève mondiale du 8 mars et d’autres mobilisations. Et elle a vu la naissance d’un nouveau mouvement massif et mondial ; celui de la jeunesse mondiale pour le changement climatique.
 

Une rébellion mondiale contre l’ajustement

 
Dans ces mobilisations interviennent la classe ouvrière, les jeunes, les femmes et d’autres secteurs populaires. Il y a des insurrections populaires, des grèves générales, des mobilisations de masse des jeunes, des chômeurs, des autochtones et des luttes pour la question nationale. Dans de nombreux endroits,  les anciennes directions des partis et des syndicats traditionnels sont submergées ; dans d’autres, comme au Chili, personne n’est directement responsable. Cela a été la dynamique au Chili, au Liban ou en Irak. Au-delà de leurs différences, ils ont tous quelque chose en commun : la confrontation avec tous les plans d’ajustement, de super-exploitation et de pillage du capitalisme impérialiste et de ses gouvernements.
 
Tout trouve son origine dans la crise capitaliste mondiale de 2007. L’impérialisme et les gouvernements capitalistes du monde ont essayé de la résoudre en la déchargeant sur le dos de la classe ouvrière et des secteurs opprimés avec de plus en plus d’ajustements. Mais ils ont fait face à une exacerbation phénoménale de la lutte des travailleurs et du peuple. Un des points culminants a été le printemps arabe de 2011. Nous sommes maintenant confrontés à une nouvelle vague qui rend encore plus difficile pour l’impérialisme de surmonter la crise par des niveaux plus élevés d’exploitation et de précarisation des masses dans le monde entier. C’est le facteur clé des rébellions qui se traduisent en d’énormes instabilités politiques. Dans de nombreux cas, elle provoque la chute de gouvernements ou une crise plus importante des régimes politiques. Et il a d’autres expressions plus indirectes, comme le vote visant à punir les gouvernements patronaux de toutes sortes qui effectuent les ajustements.
 
L’application par l’impérialisme et ses gouvernements des plans de super-exploitation provoque une exacerbation de la haine des masses. Cela se produit aussi bien avec les gouvernements et les régimes de la droite libérale qu’avec ceux qui apparaissent plus  » gauchistes « ,  » centre-gauche  » ou  » progressistes « . C’est ce qui s’est passé, entre d’autres, avec Syriza en Grèce, Maduro et le Chavisme au Venezuela ou avec le Lulisme au Brésil. Ils ont tous échoué en gouvernant avec des secteurs de la bourgeoisie, en concluant des pactes avec les multinationales et en appauvrissant les travailleurs.
 

Le défi : bâtir une direction révolutionnaire

 

Nous savons que cette nouvelle vague de lutte a un point faible qui est la crise et l’absence de direction révolutionnaire. Cela reste le plus grand problème pour la classe ouvrière et les peuples du monde.

 
Les mobilisations des masses sont trahies par les bureaucraties syndicales, les directions réformistes et conciliatrices avec les gouvernements capitalistes.
 

Ce qui est en suspens, c’est la construction de nouvelles directions révolutionnaires.

 
Et pour cela, il est nécessaire de construire des partis révolutionnaires dans chaque pays. L’aspect positif de cette lutte est que des milliers et des milliers de lutteurs émergent dans le monde qui sont au premier plan de la lutte de tous les travailleurs et de tous les peuples et qui débordent les anciennes directions. C’est là que se trouve la base pour surmonter l’absence de direction révolutionnaire. Une nouvelle direction qui non seulement se met à la tête des revendications les plus sincères, mais qui parie aussi sur une mobilisation permanente et propose un programme pour le gouvernement ouvrier et le socialisme.
 


Miguel Sorans
Dirigeant d’Izquierda Socialista (Argentine) et de l’UIT-QI
 
http://www.izquierdasocialista.org.ar/index.php/periodico-el-socialista/ultimo-numero/9913-una-oleada-de-movilizaciones-recorre-el-mundo
 
 
 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

2 pensées sur “Une année de résistance a secoué le monde en 2019

  • 1 janvier 2020 à 11 h 27 min
    Permalink

    En effet de nouvelles directions révolutionnaires doivent émerger de tout ce mouvement social actuel . En France apparaissent des militants du mouvement syndical de grande qualité de trente à quarante ans qui mouchent de verte façon dans le système médiatique les « chiens de garde » du système capitaliste Macronien. Ce réveil militant des générations 70 et 80 ,très impactées par les réformes économiques et sociales du système capitaliste sénile, doit conduire à la promotion rapide de ces militants aux postes de responsabilité du mouvement social en cours . La bourgeoisie l’a déjà conduite avec Macron et le mouvement en marche qui a remplacé le PS – LR avec ses dirigeants corrompus et âgés par une longue pratique du pouvoir devenue sclérosée à ses yeux .
    Ce combat de classe, actualisé avec les réseaux sociaux dont ces générations 70 et 80 ont la parfaite maîtrise (les gilets jaunes en sont l’illustre démonstration), peut aboutir à une victoire historique des exploités en supprimant le système capitaliste rongé mortellement par la fausse monnaie et une économie sans avenir social et culturel . Les grands bourgeois sont donc mobilisés quotidiennement pour sauver leur système en ralliant tous leurs mandants au combat de classe : leurs carpettes politiques et institutionnelles , leurs médias , l’armée et la police , les maffias de toutes sortes et les groupes fascistes .
    La lutte de classe exige donc des militants révolutionnaires de haute qualité idéologique et stratégique pour affronter avec intelligence tout ce consortium capitaliste arrogant et corrompu . A l’heure de la rapidité de l’information par les réseaux sociaux toutes les luttes à l’échelle mondiale sont connues et suivies en direct , et cela permet une analyse concrète de la situation sociale et politique qui enrichit la réflexion et l’action des militants face à cette bourgeoisie qui utilise tous les mauvais coups possibles (mensonges comme au Vénézuéla -Nicaragua , coup d’état comme en Bolivie-Brésil , terrorisme comme au Moyen-Orient-Afrique , justice et répression policière comme en France-Catalogne etc …). L’histoire déroule sa logique séculaire de changement de société : communisme primitif des premières sociétés humaines , esclavagisme de l’antiquité , féodalisme du moyen-âge , capitalisme du 17ème siècle à nos jours , socialisme-communisme autogestionnaire moderne à venir affranchi du culte de la personnalité au profit d’un collectif souverain à l’échelle local et national . Tout le bouillonnement des masses populaires en mouvement constant doit aboutir à ce changement de société au 21ème siècle . Les 10 milliards d’êtres humains , à l’horizon 2040-50 , exige ce changement de société et la fin des milliardaires repus et improductifs qui bloquent l’avenir de l’humanité . Notre génération vivra je pense cette évolution historique absolument nécessaire pour les générations futures et l’avenir de la planète terre complètement martyrisée par le capitalisme prédateur …

    Répondre
  • 10 janvier 2020 à 5 h 46 min
    Permalink

    Cette nouvelle avant-garde est née de l’expérience de la lutte pour l’amélioration des conditions de vie actuelles (impôts, salaires, réformes du travail, droits démocratiques) ou futures (retraites, urgence climatique) qui a montré l’incapacité des anciennes directions politiques et syndicales à mener les mobilisations. Ces avant-gardes veulent aussi participer aux décisions des luttes et ne veulent pas que les anciennes organisations les remplacent.
    Ce qui est nouveau dans les mobilisations, c’est leur caractère international et presque simultané. De plus, ils s’inspirent et se soutiennent mutuellement. Auparavant, il y eu déjà des mobilisations internationales et simultanées comme ce fut le cas de la lutte contre la guerre au Vietnam dans les années 60 et 70 et contre la guerre en Irak, comme ce fut le cas dans les années 90 et la première décennie de ce siècle.
    Mais il y a deux nouveaux aspects. La première est l’émergence de la conscience que la solution aux problèmes des peuples se trouve au niveau mondial, comme l’ont montré les manifestations du 8 mars ou contre le changement climatique. Un autre aspect nouveau est la réalisation qu’en fin de compte, au-delà des manifestations, il y a des appels à des grèves générales, ce qui est la méthode de la lutte de la classe ouvrière.
    La situation politique et économique mondiale permet de prévoir que des mobilisations peuvent survenir pour n’importe quelle raison, dans n’importe quel pays, et qu’elles peuvent être initiées par la classe ouvrière ou les couches populaires. Il est vrai que les différentes luttes que nous avons vues sont de nature différente, en fonction de leurs demandes ou des secteurs sociales qui les initient (classe ouvrière, jeunesse, femmes,). Mais toutes ont montré que leur dynamique a conduit à dépasser les premières revendications (dont beaucoup ont été réalisées) pour finir par remettre en cause les différents régimes bourgeois, qu’ils soient de droite ou de la fausse  » gauche  » comme ceux du Venezuela, du Nicaragua et de la Bolivie.
    Ces éléments permettent de réfléchir sur la nécessité d’un courant politique international qui aspire à collaborer à la création d’une nouvelle direction révolutionnaire internationale avec d’autres organisations qui travaillent pour cette même tâche. C’est la tâche à laquelle l’Unité Internationale des Travailleurs s’est engagée.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *