Macron en Israël: Les Palestiniens en catimini. La honte de la France.

RENÉ NABA — Ce texte est publié en partenariat avec www.madaniya.info.

.

Les Palestiniens en catimini. Le président Emmanuel Macron a effectué les 22 et 23 janvier 2020 la première visite officielle…

By René Naba , in Actualités International Israël Moyen-Orient Palestine Politique , at 27 janvier 2020

Les Palestiniens en catimini.

Le président Emmanuel Macron a effectué les 22 et 23 janvier 2020 la première visite officielle en Israël de son quinquennat à l’occasion de la commémoration du 75e anniversaire de la libération du camp de concentration d’Auschwitz-Birkenau.

Un déplacement caractérisé par un traitement en catimini des Palesiniens avec une visite nocturne à Ramallah, siège de l’autorité palestinienne, pour un bref entretien avec M. Mahmoud Abbas, une photo en pénombre de leur rencontre et l’absence de la moindre mention des droits des Palestiniens dans ses nombreux discours en Israël. M. Macron s’est contenté d’évoquer l’acceptation de l’«autre» comme s’il s’agissait d’une entité anonyme et non de la population originelle de la Palestine, évoquant à diverses reprises Jérusalem, sans spécifier le cas de Jérusalem Est.

Sa gesticulation dans l’enceinte du couvent Sainte Anne, qui se voulait un remake de la gestuelle chiraquienne n’a abusé personne, sauf ses laudateurs. Le jupiter de France est aux antipodes de ses prédécesseurs, tel le socialiste François Mitterrand qui n’hésitera pas à braver les foudres du premier ministre israélien de l’époque Menahem Begin en plaidant depuis la tribune de la Knesset, en mars 1982, la nécessité d’un Etat Palestinien. Sa frilosité à l’égard du fait palestinien pourrait être révélatrice de l’érosion de l’influence française dans la zone et de la réduction corrélative de la marge de manœuvre de sa diplomatie.

Son prédécesseur post gaulliste, le «sang mêlé» Nicolas Sarkozy s’était refusé à se rendre à Ramallah pour éviter de se recueillir devant le mausolée du chef du combat palestinien Yasser Arafat, convoquant son successeur à Jéricho. Un acte d’une grande désobligeance qui fut fatale à sa longévité politique.

Le déplacement du président français en Israël a été précédé, un mois plus tôt, le 3 décembre 2019, par l’adoption par l’Assemblée Nationale française, à l’initiative de «La République en Marche», le parti présidentiel, d’une proposition de résolution assimilant la critique du sionisme à une forme d’antisémitisme. Dans ce texte controversé, adopté à une très faible majorité, son auteur, le député LRM, Sylvain Maillard, a proposé au Parlement français l’adoption de la définition de l’antisémitisme telle qu’elle est formulée par l’Alliance internationale pour la mémoire de l’Holocauste (IHRA). Au cœur des reproches des opposants: le fait qu’il associe l’antisionisme à une forme d’antisémitisme. La définition de l’IRHA tient en quelques mots, dont le terme «antisionisme» est absent: «L’antisémitisme est une certaine perception des juifs, qui peut se manifester par une haine à leur égard. Les manifestations rhétoriques et physiques de l’antisémitisme visent des individus juifs ou non et/ou leurs biens, des institutions communautaires et des lieux de culte.»

L’empressement à faire adopter cette loi, alors que la France est quasiment paralysée depuis 18 mois par un mouvement social de grande ampleur (Gilets Jaunes et réformes des retraites) a pu être interprétée par un excès de zèle explicable en raison, vraisemblablement, de la proximité des élections municipales françaises.

La polémique suscitée par le récidiviste de la justice Eric Zemmour et le mic mac de Yann Moix à propos de sa judéophilie compensatoire d’une judéophobie antérieure remettent en mémoire l’hypersensibilité du fait juif en France, en raison de son passé collaborationniste avec le nazisme sous Vichy. Lors du dîner annuel du CRIF en 2019, Emmanuel Macron avait en effet cherché à établir un amalgame entre antisémitisme et antisionisme dans une sorte de concurrence feutrée électoraliste avec le Rassemblement National, le parti d’extrême droite de Marine Le Pen.

L’ anti-sionisme la forme moderne de l’antisémitisme ?

Pas Sûr. Une affirmation d’autant plus fallacieuse que péremtpoire. Plutot le sionisme la forme la plus achevée de la xénophobie assurée d’impunité avec la caution occidentale. Le fait d’aseptiser le débat public de toute critique à l’égard d’Israël est-il incitatif à la démocratie ? Ou constitue-t-il au contraire une prime à l’autoritarisme et à l’arbitraire ?

Il est à craindre que la prescription macronienne ne renforce la psychorigidité des dirigeants israéliens et ne criminalise les partisans d’un réglement politique fondé sur la dignité des hommes, les principaux obstacles à l’institutionalisation d’un «Bantoustan» avec le silence complice des «grandes démocraties occidentales» et la connivence de leurs laquais pétromonarchiques.

Sa proclamation intervenue à la veille de la divulgation de la «transaction du siècle» s’apaprente à une caution implicite française à un plan concocté par le gendre présidentiel américain Jared Kushner, membre influent du lobby juif américain.

Le plus jeune président de la République en marche arrière.

Pour les Palestiniens, Emmanuel Macron a assuré un service minimum pour solde de tout compte. Le disciple du philosophe Paul Ricoeur a t-il jugé prudent de ne pas affoler le chaland à la veille d’une élection capitale pour la suite de son mandat? La pusillanimité,-forme policée de la couardise-, constitue-t-elle la marque suprême d’un grand courage politique ?

A-t-il songé un instant au traumatisme infligé aux Palestiniens par la dépossession de leur patrie du fait d’un crime commis par des Européens et d’un découpage arbitraire dans la pure tradition coloniale ?

De l’ignominie résultant d’une compensation sur bien d’autrui, la forme la plus achevée de la perversion triangulaire en ce qu’elle exonère un criminel et pénalise un innocent, sans pour autant donner pleinement satisfaction au bénéficiaire de la compensation, sans apaiser sa soif vindicative ?

La grandeur de la France ne résidait-elle pas dans la prise en compte du déni de droit infligé injustement aux Palestiniens, de leur stigmatisation, de la négation de leur identité nationale, en un mot l’Apartheid dont ils sont victimes, eux qui n’ont jamais participé ni aux pogroms des Juifs d’Europe, ni au génocide hitlérien, contrairement à la France, qui fut, sous Vichy, à l’égard de ses citoyens de confession juive, l’antichambre des camps de la mort, complice de leur crémation dans les fours des camps d’Auschwitz-Birkenau,de Buckhenwald et d’ailleurs quand près de 400.000 Arabes et Africains (Chrétiens et Musulmans) volaient au secours de la France, pour la 2eme fois en un même siècle, pour la libérer du joug nazi.

La France, non la «Patrie de la Déclaration des Droits de l’Homme», mais le seul pays européen à «l’articulation majeure des penchants criminels de l’Europe démocratique»: La traitre négrière et l’extermination des Juifs», pour reprendre l’expression du philosophe Jean Clauder Milner (Verdier).

Qu’il est malsain d’activer une concurrence mémorielle. A Trop vouloir touiller dans le mauvais sens les remugles de l’histoire l’on s’expose parfois à des éclaboussures.

Emmanuel Macron en Israël aura effectué un itinéraire d’un enfant gaté sans densité historique. Son amateurisme a accrédité dans l’opinion l’image d’un balnéaire du Touquet, le plus jeune président d’une République en Marche … arrière. La honte de la France.

Macron n’est pas un héros: L’Editorial d’Abdel Bari Atwane, influent journaliste palestinien.

«Macron n’est pas un héros. L’incident du Couvent Sainte Anne est superficiel et relève du comique de répétition. Il masque le vrai problème: la morgue israélienne à l’égard des Palestiniens; les incursions et intrusions permanentes de l’armée d’occupation dans les territoires palestiniens, dans la vie quotidienne des Palestiniens, de même que l’humiliation qu’elle inflige quotidiennement à sa population.

«Ce comportement israélien n’a jamais suscité le moindre commentaire de la part de M. Macron. Les vexations qu’il a subies de la part des forces d’occupation sont bien méritées. Elles lui serviront de leçon, lui et les autres dirigeants occidentaux pour leur alignement inconditionnel à la politique agressive israélienne.

«Les Occidentaux n’ont cessé de plaider pour les bienfaits de la paix. Maintenant que les Palestiniens ont rempli toutes leurs conditions, voilà que les Occidetaux les abandonnent à leur sort. «L’incident de Sainte Anne est une tempête dans une tasse de café. Macron n’est pas un héros et nous ne rangerons pas dans le rang de ses admirateurs».

Pour le locuteur arabophone, ci joint le texte intégral du fondateur du site «Ar Rai Al Yom», ancien propriétaire du journal «Al Qods Al Arabi’»

Les Palestiniens, ultimes vicitmes du nazisme ?

Mayssa’a Abou Zeydane, chroniqueuse au sein du même site, se pose la question de savoir, face à l’indifférence des pays occidentaux à l’égard du drame palestinien et leur soutien continu à Israël du fait du génocide hitlérien, si les Palestiniens ne sont pas effectivement «les ultimes victimes du nazisme».

Pour le locuteur arabophone, ci joint l’intégralité de sa chronique.

Une pensée sur “Macron en Israël: Les Palestiniens en catimini. La honte de la France.

  • 11 février 2020 à 13 h 17 min
    Permalink

    Je crois que les Israéliens sont de plus en plus conscients du cadeau empoisonné qu’est cet état d’Israël qu’ils ont reçu des européens au lendemain de la deuxième guerre mondiale, et pour preuve, lorsque vous lisez la presse Israélienne anglophone, Haaretz, le Jerusalem post, times of Israel, en dehors des propos extrémistes que peuvent tenir certains chroniqueurs connus et des commentateurs, vous seriez parfois surpris de lire des chroniqueurs et des commentaires de gauche qui n’ignorent rien de ce qui est dénoncé dans cet article, mais l’appuieraient volontiers j’irais jusqu’à dire ! l’intelligence et l’intégrité de beaucoup d’israéliens par rapport à ces questions équivaut à l’intelligence et l’intégrité qui subsiste dans le camps Palestinien laïc je dirais, ou modéré ! vous ressentez l’impasse et le non sens dans laquelle se trouve les deux peuples, et la volonté authentique que certains affichent pour un règlement juste en faveur de la partie Palestinienne ! Je me suis aventuré alors une fois à poser la question aux commentateurs et proposer ce qui me semble parfois être une solution idéal au conflit, et donc ce qu’ils pensaient d’une solution d’un seul état fédéral ou fédération qu’on appellera l’état  »Israel-Palestine » qui soit équitablement représentatif des deux peuples, veille aux intérêts de tous, et qui donne une large autonomie aux deux  »provinces ou cantons » l’un Israélien, l’autre Palestinien, avec une redéfinition des revendications territoriales, c’est à dire une flexibilité territoriale et administrative, avec l’exception d’autoriser les radicaux de chaque bord, religieux ou pas, de pouvoir se réserver des territoires ou des quartiers pour y vivre en communautés exclusives non sujette à la dite flexibilité territoriale et administrative, et en guise de réponses, je fus certes confronté à certaines opinions qui n’y croyaient pas du tout pour toutes sortes de raisons dont la crainte de la rigidité des Palestiniens qui ne veulent ni ne voudront reconnaître l’état d’Israel, mais j’ai pu aussi relever quelques réponses très positives qui m’ont même affirmé que la solution à un seul état était tout simplement la seule qui soit sérieuse et viable !

    Bref, il semble que pas mal d’Israéliens savent plus que jamais que l’antisémitisme du vieux continent européen toujours maquillé en courbettes politiques en faveur d’Israel est bien pire que le dit  »antisémitisme » arabe, car il faut réaliser à quel point les Européens, les américains ou même les radicaux pro Israel et anti-arabes à travers leurs prises de positions clientélistes en faveur d’Israel n’apportent rien de concret ni ne font avancer le dossier depuis 50 ans ! Vivre dans la peur et la mauvaise conscience ne résout rien en effet pour ces Israéliens tout autant embrigadés dans un état militariste et policier que puissent être les Palestiniens bien que ces derniers se trouvent en bien plus mauvaise posture et déchéance sociale…aggravée par les privations !

    l’idéal serait que demain, il y ait une prise de conscience dans les deux bords pour aller de l’avant avec la solution d’un seul état fédéraliste, et non pas cette solution insensée à deux états car comme dira un chroniqueur du Jerusalem Post :  »avec quoi voulez-vous que cet état Palestinien soit viable ? ils n’ont ni les ressources comme nous, ni la technologie, ni les capitaux, ni même l’appuis franc et sincère des états hypocrites et corrompus arabes ! la solution à deux états reviendrait à demander aux Israéliens comme le stipule le foireux  »plan du siècle » de Trump, de faire la police et mobiliser l’armée et organiser l’accès à un sous pays dénué de tout ! » je crois que ça dit tout !

    Je dois admettre enfin que s’il y a une chose qui me permet de continuer d’espérer et croire que la paix et un autre avenir est possible pour tous, ce sont bien ces opinions éclairées et authentiques de citoyens Israéliens qui n’ignorent rien de l’injustice faite aux Palestiniens et le dénoncent haut et fort ! il faut lire comment on s’est moqué du plan de Trump sur ces journaux ! rien à envier aux journaux arabes que je lis aussi !

    Bref, On ne peut pas ignorer ni sous estimer l’intelligence humaine…les radicaux de tous poils, les  »politichiens » carriéristes et les esprits dérangés ou sanguinaires peuvent continuer à nier cette donne et appeler à la vendetta ou espérer rafler la mise dans un camps ou dans un autre, mais ils n’auront jamais gain de cause ! il feraient mieux de méditer ce que pensent certains de leurs concitoyens laïcs de tout ce bordel…. ! et qui sait ? demain peut-être ils commenceront avec la solution à deux états, et lorsqu’ils se rendront compte qu’elle ne fonctionne pas dans les deux bords, ils remettront peut-être la solution d’un seul état sur la table pour de bon !

    les courbettes de Macron envers quiconque ne sont que du folklore et des calculs politiques minables internes à la France , et ça, tout le monde le sait ! Quant à Jared Kushner, ce fils à papa qui ignore tout du conflit et qui à été parachuté par son beau père pour se prétendre aujourd’hui donneur de leçons et expert sur la question, ferait mieux de retourner à son véritable métier de concierge pour les milliers d’apparts et propriétés héritées de son papa et louées un peux partout aux états-unis et dont il tire plus de 80 millions de dollars de rente annuelle ! son beau père Trump, est d’ailleurs lui aussi rien d’autre qu’un autre concierge qui a fait fortune dans l’immobilier et il serait mal avisé de croire qu’il soit devenu par miracle un homme d’état ou un quelconque  »stratège politique » ! et de ce fait Trump ne léguera strictement rien aux états-unis sauf un paquet de problèmes et une sérieuse prise de conscience qu’ils ne faut pas élire n’importe qui et lui donner les clés de la maison blanche !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *