UN VIRUS PEUT-IL PROVOQUER UNE CRISE ÉCONOMIQUE?

En espagnole. Traduction et commentaires

 

This article is available in 5 languages on this webmagazine :
23.02.2020. Virus-economy-English-Italian-Spanish-Portuguese

This article is available in Portuguese on a blogue:
https://queosilenciodosjustosnaomateinocentes.blogspot.com/2020/02/pode-um-virus-provocar-uma-crise.html

 

Aujourd’hui, tous les médias nous disent qu’Apple ne répondra pas aux attentes car la production en Chine est retardée par manque de travailleurs dans les usines, paralysés par une pneumonie ou des quarantaines. Dans chaque pays, les grandes entreprises dans les nouvelles pleurer son malheur et avoir à déplacer la production vers d’ autres pays. La pneumonie de Wuhan, le Covid-19, est-elle à l’origine d’une crise économique mondiale?

 

Les données de clôture pour 2019, qui sont publiées maintenant, parlent clairement de crise … avant que l’épidémie ne ravage la Chine. Le Japon est en récession ouverte, son PIB a baissé de 1,6% . Parallèlement, l’ Allemagne voit son PIB stagner, alourdi par une récession industrielle qui ne semble pas avoir de fond . Si la guerre commerciale le blesse, la trêve entre la Chine et les États-Unis « coûte » des centaines de milliards de dollars de ventes .

Ce ne sont pas les seules données qui parlent de la crise devenant une récession avant Wuhan. Si le résultat net de Renault est passé de 3400 millions d’euros en 2018 à 19 millions d’euros en 2019, c’est dû à une baisse des ventes et à la baisse du marché qui est le produit d’une crise générale au fond de l’accumulation, accélérée par la guerre commercial Avec des taux de rémunération très bas et irréguliers dans leur inanité, les capitaux européens ne se sont pas contentés de marcher sur la glace fine produite par ses propres solutions à la crise: abaisser la masse salariale et accroître la précarité. Par exemple, l’Espagne, où les banques sont appelées à restreindre le crédit à la consommation car la délinquance des remboursements y augmente. (La « solution » laxiste d’imprimer de la monnaie gratuite atteint ici sa limite psychologique et fonctionnelle. NdÉ).

 

DONALD TRUMP ET LIU HE ANNONCENT UN « ACCORD DE PHASE 1 » LE 11 OCTOBRE 2019.

Autre chose, les États-Unis, vainqueurs jusque-là de la guerre commerciale, qui s’attendent à croître de 3% en 2020 sans subir de fortes tensions inflationnistes. (Prétentions croyons-nous, Quand le Japon et l’Allemagne tomberont ils entraîneront leur concurrents et alliés dans leur catastrophe. NdÉ).

Le triomphe de la stratégie d’atout de la politique étrangère fondée sur la balance commerciale et la guerre commerciale bilatérale avec ses partenaires et concurrents un par un, a déjà produit une tendance à la renationalisation et à l’automatisation des chaînes de production. (Mais avec, à la clé, la réduction des salaires réels et un chômage croissant où la survie du prolétaire américain moyen est physiquement en péril. Se laissera-t-il exterminer sans réagir ? NdÉ). Autrement dit, la guerre commerciale remplirait la double promesse de Trump à la bourgeoisie américaine: davantage d’emplois de «qualité» aux États-Unis pour les travailleurs (supposée paix sociale) et, surtout, de nouvelles opportunités d’investissement, à forte intensité de capital (nouvelle usines automatisées) pour un capital sur-accumulé à la recherche d’applications rentables. (Et donc surtout à la recherche de marchés où écouler ces marchandises bon marchés = en surplus = invendables à une population paupérisée. La quadrature du cercle ? NdÉ).  Les États-Unis «redeviendraient gros», c’est-à-dire qu’ils prendraient la part du lion dans la distribution mondiale des bénéfices de l’exploitation mondiale. (La Chine représente déjà le marché de l’avenir à conquérir avec l’Inde et l’Afrique. Les USA devront y faire leur preuve en tant que vendeur de camelotte. NdÉ).

 

Que cette stratégie soit déjà une stratégie du capital américain dans son ensemble se voit chez les démocrates. Nous sommes loin d’un Clinton ou d’un Obama accusant Trump de suicide et disant les bienfaits du «multilatéralisme». Aujourd’hui, c’est Nancy Pelosi et non Sanders, qui exhorte les pays du monde à rester loin de Huawei , se joignant à la campagne pour gagner la technologie d’infrastructure mondiale 5G pour la capitale américaine. (En effet, et avec l’insuccès que l’on a vu à la Conférence de Munich transformée en conférence de négociation-dénonciation au sein de l’Alliance Atlantique = foire d’empoigne:  https://les7duquebec.net/archives/252562 NdÉ).

 

DÉSINFECTION DES MACHINES DANS UNE USINE CHINOISE.

Et à tout cela, la Chine avait déjà vu un coup dur à sa croissance. Pourquoi elle avait fini d’ aller subir l’humiliation du « accord commercial en phase 1 » avant l’épidémie et même malgré les difficultés de mise en quarantaine est maintenant concertés avec les États-Unis à tout prix à l’ étonnement des Américains eux – mêmes .

Aujourd’hui, la capitale chinoise est de plus en plus pressée. Il est vrai qu’il esquive les conséquences immédiates les plus dures de la fermeture temporaire d’usines et d’entreprises sur la base de mesures keynésiennes d’expansion monétaire et de stimuli à la consommation qui alimentent toute une bulle boursière en Europe et aux États-Unis. (Mais le réel danger immédiat n’est pas cette politique d’austérité sociale couplée au laxisme monétaire mais bien plutôt l’annonce de la fin prévisible et à court terme de cette politique monétariste laxiste…voir notre note sur le cas espagnole ci-haut. NdÉ).   Mais sous l’illusion d’une demande artificielle, les chaînes de production chinoises souffrent vraiment des conséquences de l’épidémie et ont du mal à rouvrir à cause de la démobilisation massive de la main-d’œuvre. À Shanghai, 78% des entreprises n’ont pas suffisamment de travailleurs aujourd’hui pour reprendre la production à plein régime.

Les économistes et la presse chinoise, mais pas seulement, estiment que si les quarantaines massives se poursuivent en mars, la baisse de la production sera telle que la récession chinoise aggravera les problèmes généraux entraînant une baisse du PIB mondial. La récession mondiale serait inévitable. De plus , si les usines ne pouvaient pas tourner à plein régime même au début de l’été, les États-Unis eux-mêmes verraient leur marché des capitaux d’investissement se dégonfler, incapable de transférer ou de renationaliser la production à une vitesse suffisante. (Ce qui pousseraient les capitaux d’investissement à redevenir ou à se maintenir en capitaux  spéculatifs approfondissant les conséquences désastreuse de la crise économique mondialisée. NdÉ).

C’est à moitié un calcul et à moitié un avertissement au gouvernement américain qui profite de ses propres mesures contre la pneumonie de Wuhan pour se resserrer encore plus dans la guerre commerciale et obliger la bourgeoisie chinoise à découvrir son jeu sous-jacent et à accepter avec toutes les conséquences que sa stratégie à moyen terme passe par Huawei plutôt que par la route de la soie.

 

DÉMONSTRATION DE LA 5G SUR LE STAND HUAWEI AU WORLD MOBILE FORUM DE BARCELONE, 2019

Il ne fait aucun doute que la pression supplémentaire exercée sur les effets économiques de la pneumonie de Wuhan accélérera non seulement la renationalisation des chaînes de production, mais intensifiera également le conflit impérialiste entre les États-Unis et la Chine. Par exemple, la réponse du ministère chinois des Affaires étrangères aux déclarations de Pompeo à Munich contre Huawei , en utilisant le scandale des  » cryptoleaks « :

Les faits ont montré que les États-Unis sont le plus grand empire de hackers dans le cyberespace international. Les activités d’écoute téléphonique ont atteint un point de malhonnêteté, de désordre et d’agitation sans pareil.

 

Mais la vérité est que les États-Unis ne peuvent pas espérer obtenir un alignement général contre la Chine et Huawei, les présentant comme un risque stratégique, alors qu’en même temps, au lieu de répandre le jeu, ils réduisent les déficits commerciaux avec leurs partenaires un par un. La Chine envoie des signaux aux Européens . Et en fait, le consensus des analystes sur le résultat de la Conférence de Munich sur la sécurité est que la bourgeoisie allemande et les médias européens attendent les élections aux États-Unis. Si Trump gagne, ils pourraient rejoindre la proposition française d’un bloc européen sous un parapluie nucléaire français que Macron recompose de plus en plus ouvertement et cela impliquerait un certain équilibre avec la Chine. (En effet, c’est aussi notre analyse que cette Conférence a marqué le coup d’envoi de la fortification d’une troisième alliance impérialiste mondialisée :  USA et alliés, Alliance de Shanghai et Union européenne. NdÉ).

 

L’épidémie de pneumonie de Wuhan n’est pas la cause de la récession qui se dessine à l’horizon. Mais c’est un accélérateur des manifestations de la crise d’accumulation de fonds (improductifs et donc spéculatifs et toxiques. NdÉ). Crise dont les résultats les plus redoutables ne sont pas seulement économiques, mais de plus en plus guerriers.

 

(Que fera l’internationale prolétarienne face à ce sombre devenir ? NdÉ)

Une pensée sur “UN VIRUS PEUT-IL PROVOQUER UNE CRISE ÉCONOMIQUE?

  • 24 février 2020 à 10 h 41 min
    Permalink

    On a critiqué Trump pour un certain rejet de la mondialisation et on s’aperçoit aujourd’hui avec le coronavirus qu’il avait raison, la mondialisation devient dangereuse car elle concentre la production de biens stratégiques (comme les produits pharmaceutiques) dans des pays comme la chine, production qui pourrait être complètement interrompu et mener à une catastrophe économique et sanitaire mondiale.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *