QU’EST-CE QUI CHANGERAIT AVEC LE «SOCIALISME» DE BERNIE SANDERS?

Source Nuevo Curso.Espagnole. Traduction-commentaires

 

 

This article is available in five (5) languages on this webmagazine:
2.03.2020 Sanders-English-Italian-Spanish-Portuguese

Le triomphe

Le triomphe de Bernie Sanders à la primaire démocrate du Nevada le place déjà comme favori pour remporter la candidature démocrate à la présidence. Dans ce cas, les sondages prédisent sa victoire sur Trump. (On voit ici comment les trafiquants d’élections bidon agissent en amont – et en aval en confirmant par des sondages truqués le fabrication du candidat bidon. NdÉ).  Sanders propose un «front multiracial et intergénérationnel» et se définit comme «socialiste». Mais qu’est-ce que le «socialisme» de Sanders? Qu’est-ce qui changerait dans le monde s’il accédait à la présidence?

 

AFFICHE À L’ENTRÉE D’UN MAGASIN AUX ÉTATS-UNIS ANNONÇANT QU’ELLE ACCEPTE LES COUPONS ALIMENTAIRES.

 

En politique intérieure, son programme ne semble pas très socialiste au sens originel du mot. Les axes principaux de sa campagne promettent de mettre fin aux formes les plus brutales de violence de l’État contre les réfugiés et les migrants, un système de santé publique plus proche du modèle espagnol (français, canadien, suédois, etc.), le « new deal vert« , une annulation de la bulle de la dette des étudiants universitaires , renforcer les syndicats dans les entreprises et élargir – et non pas universaliser – l‘accès aux pensions de retraite. (Mais il est trop tard pour appliquer ce programme social-démocrate déjà en faillite dans l’Occident tout entier. NdÉ).

 

Reconstruire l’État providence-socialiste

 

C’est-à-dire que la promesse sociale de Sanders est seulement de réduire la différence avec le modèle européen de services sociaux publics, largement reconnu comme beaucoup moins dysfonctionnel que l’américain et en tout cas beaucoup plus capable et à moindre coût d’assurer une cohésion minimale de la base sociale. Si les États-Unis d’après-guerre pouvaient contourner la construction de la carcasse sociale de l’État occidental puis dans le monde entier, cela s’est  développée en Europe parce que la capitale américaine a non seulement gagné la guerre, mais a également transformé la reconstruction qui a suivi en un cycle d’accumulation réussi (jusqu’a présent, mais dans une alternance de montées et de chutes chaotiques qui tire à sa fin dans un grand cataclysme. NdÉ) . Ce cycle, qui a exigé les destructions  de toute une guerre mondiale pour avoir lieu, bien qu’il ait montré des voies navigables depuis la fin des années 1970, a permis par  son propre dynamisme pendant un certain temps que la classe ouvrière dans son ensemble ne ressentait pas la paupérisation.comme une menace générale mais comme le résultat d’«élections individuelles-singulières»Aujourd’hui, l’absence d’un système de santé efficace est un danger pour la machine capitaliste elle-même et l’absence d’un système éducatif capable de former les travailleurs de l’université en fonction des besoins d’une production d’automatisation est considérée comme un «désavantage concurrentiel» par le grand capital mondialisé.

 


 

Et même ainsi, adapter le système social – dans le cadre de la réorganisation des services sociaux n’est plus du socialisme, mais le passage à un système comme l’espagnol, le canadien, le français, l’allemand, etc., qui n’a rien de socialiste (Ici, nous de  Les7duquebec.net différons d’opinion d’avec nos camarades de Nuevo Curso. Nous croyons que cela est strictement du socialisme comme alternance de gauche du pouvoir mondial du grand capital. NdÉ). Comme Paul Krugman l’a affirmé dans un article sous le titre significatif de « Bernie Sanders n’est pas socialiste« :

 

Les soins médicaux à payeur unique [l’État] sont (a) une bonne idée en principe et (b) très peu susceptibles de se produire dans la pratique, mais en faisant de « Medicare for All » la pièce maîtresse de sa campagne, cela détournerait l’attention de la détermination de l’administration Trump à supprimer le réseau de sécurité sociale que l’Amérique a déjà.

 

Krugman ne dit pas que Sanders n’est pas socialiste pour le disqualifier, au contraire, il considère une telle définition de Sanders comme un snobisme personnel, un reste de jeunesse  qui est contre-productif maintenant. Et s’il le lui reproche, c’est dans le cadre d’une campagne personnelle pour montrer que la bourgeoisie américaine n’a rien à craindre de Sanders :

 

Et si vous êtes inquiet pour son programme économique, quelle est votre préoccupation, exactement? Les impôts des riches peuvent-ils atteindre ce qu’ils étaient sous Dwight Eisenhower? Cela provoque des déficits budgétaires? Trump le fait déjà, et les effets économiques ont été positifs. (Toute cette polémique gauchiste ne vise qu’à débattre de l’application de variables d’ajustement qui ne touche en rien à la structure profonde de la propriété privée des moyens de production-communication-commercialisation capitalistes. NdÉ).

 

SANDERS ET OCASIO EN NOVEMBRE DERNIER EN CAMPAGNE POUR LE «GREEN NEW DEAL»

 

Le Green new deal de la petite bourgeoisie appauvrie

 

Jusqu’à présent, Sanders pourrait être interprété comme un rationnalisateur de l’appareil social et économique de l’État américain qui souhaite empêcher la fracture sociale et l’exclusion de millions de personnes de s’approfondir. (Pour l’unique raison que ces millions de consommateurs feraient défaut au système commercial et qu’ils risqueraient de grossir les rangs insurrectionnels sans l’assurance que la Garde nationale ne les répriment. NdÉ) Mais pour comprendre ce qui fait que les dépenses sociales, méprisées jusqu’alors par la bourgeoisie américaine, reviennent occuper une place centrale dans le discours, il faut aller au fond de la politique industrielle qui propose: le «Green New Deal», estimé à 16 mille millions de dollars. Le pacte vert aux États-Unis, comme son corrélat européen, entraînerait un transfert massif des revenus du travail vers le capital médié par l’État et viserait à promouvoir un nouveau cycle d’accumulation en renouvelant toute la base productive du pays. (Excellent résumé du Plan Vert écosocialiste dans le monde entier – même en Chine et en Inde. NdÉ)

 

Il n’est pas surprenant que, pour y faire face, il souhaite centraliser et renforcer le système de sécurité sociale et de protection sociale. L’éclatement qu’un tel volume de transferts peut générer est équivalente à celle d’une récession qui durera des années.

 

Lisez aussi

MEME DE LA CAMPAGNE SANDERS SUR TWITTER APPELANT « CORPORATE AMERICA » ​​À RAPATRIER LA PRODUCTION.

 

La politique extérieure de l’impérialisme est unique

 

Sanders n’est pas différent de Trump, dans sa conception du commerce international. Pour Sanders, l’objectif principal de la politique de commerce extérieur est de renationaliser les chaînes de production et bien que les formes et les formules soient probablement moins violentes, la boussole serait la même: la réduction du déficit extérieur. C’est pourquoi la bourgeoisie américaine est claire à ce sujet: bien que la guerre commerciale soit  dans l’air du temps, une présidence de Sanders non seulement ne signifierait pas un danger pour ses intérêts impérialistes, mais est le porte-parole d’une histoire beaucoup plus utile que celle de Trump pour constituer un bloc contre la Chine et la Russie: «l’expansion de la démocratie». Aujourd’hui, un article du New York Times a été heureux de citer abondamment le candidat dans un long plaidoyer:

 

Sanders, pour sa part, estime que la politique étrangère des États-Unis devrait être orientée vers l’expansion de la démocratie contre ce qu’il a appelé « un nouvel axe autoritaire ». […]  (Hillari Clinton chantait déjà ce cantique il y a quatre ans avec le succès que l’on sait. NdÉ)

« Il y a actuellement une lutte aux conséquences énormes aux États-Unis et dans le monde », a déclaré Sanders dans un discours de 2018. « On y voit deux visions concurrentes. D’une part, nous assistons à un mouvement mondial croissant vers l’autoritarisme, l’oligarchie et la kleptocratie. D’un autre côté, nous voyons un mouvement vers le renforcement de la démocratie, de l’égalitarisme et de la justice économique, sociale, raciale et environnementale ». […] « En tant que nation la plus riche et la plus puissante du monde, nous devons aider à mener le combat pour défendre et élargir un ordre international fondé sur des règles selon lesquelles la loi, et non la force, fait ce qu’il faut », a-t-il déclaré en 2017. […]

L’édification d’une social-démocratie multiraciale est l’un des grands défis politiques de notre époque. Peu de nations sur terre ont découvert comment créer, dans des populations hétérogènes, la solidarité nécessaire pour maintenir une sphère publique solide. Poutine a exploité cette difficulté, alimentant les peurs tribales dans les pays avec des changements démographiques pour faire ressembler le libéralisme à une forme de dissolution sociale.

Si suffisamment d’Américains s’unissent au-delà des frontières raciales pour remplacer Trump par un socialiste juif, cela pourrait signifier que notre pays découvre comment transcender le libéralisme de notre époque. J’ai encore du mal à croire que Sanders puisse le faire. Mais s’il le fait, Poutine ne sera pas satisfait longtemps.

Notre éditorial sur les déclarations de Sanders au NYT en fait foi: https://les7duquebec.net/archives/252707

« Sanders socialiste » comme idéologie de blocage?

DES SOLDATS AMÉRICAINS SONT DÉPLOYÉS EN CORÉE EN 1949.

 

L’attention enthousiaste qu’Alexandria Ocasio Cortez, une ancienne assistante de Sanders, a reçue des médias européens lorsqu’elle a été élue membre du Congrès par New York, souligne que les impérialismes européens seraient prêts à recevoir un discours comme le « socialisme » de Sanders … surtout s’il est accompagné d’une reprise de la négociation de l’accord commercial trans-Atlantique abandonné par Trump …

Ainsi, si Sanders remportait les élections et reprenait l’alliance atlantique comme principal axe impérialiste dans sa politique contre la Chine, si improbable que soit le « socialisme », il aurait des options pour redevenir le drapeau du bloc Atlantique, des puissances américaines et européennes contre la Russie et la Chine. Il changerait alors le drapeau des mains soi-disant « socialiste » sur chaque bloc, mais ce serait tout aussi faux que lorsque les dents ont été montrées pour la première fois pendant la guerre de Corée.

 


Robert Bibeau

Auteur et éditeur

2 pensées sur “QU’EST-CE QUI CHANGERAIT AVEC LE «SOCIALISME» DE BERNIE SANDERS?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *