Mascarade électorale américaine – qui sont les héros?

This article is available in English-Italian-Spanish on this webmagazine:
16.03.2020-Mascarade-Heros-English-Italian-Spanish

 

Ce jeune de 29 ans – étudiant surendetté, comme des millions d’autres Américains, conclut son témoignage par ces mots pathétiques et prophétiques: «Je n’ai rien à perdre!»  «Même si M. Biden gagne contre M. Trump, des millions d’Américains seront toujours dans la pauvreté, les écoles seront toujours sous-financées, toutes les choses qu’ils accusent Trump seront toujours pareils»,  mais voterait-il pour M. Biden? «Je ne pense pas que je le ferais», a-t-il répondu. «Je n’ai rien contre lui en tant que personne. Mais ma vie ne changerait probablement pas s’il devenait président. Je ne pense pas que celle des autres le ferait non plus. Alors, à quoi bon?». (Voir le texte de son entretien en annexe). Mais la question complémentaire serait plutôt: «Votre vie changerait-elle si Bernie Sanders était élu Président?» Non évidemment ! Sanders président ne sera qu’un nouveau polichinelle entre les mains du grand capital. Pourquoi la «goche» laisse-t-elle croire le contraire? C’est ce que nous allons voir.

 

Voilà tout à la fois – l’évidence et l’illusion – la mystification – sur laquelle surfe la gauche réformiste, américaine et mondiale, depuis un siècle et davantage… à savoir: qu’avec un président – un chef d’État réformiste – anti-libéraliste et progressiste (sic) «L’économie et la politique mondiales changeront drastiquement» suppute le jeune militant rêvassant naïvement.

 

La responsabilité de la go-gauche est directement engagée dans cette mystique qui après un siècle de trahison électoraliste nous interpelle directement: un président populiste-réformiste-anti-libéraliste ou même « socialiste » comme Hugo Chavez, Fidel Castro, Evo Morales, A. Cabral, Thomas Sankara, Ho Chi Minh, Mao, Lénine, Staline, ou Enver Hodja,  etc. pourra-t-il éloigner le calice de la crise économique chronique, des lèvres des populaces désespérées – du prolétariat enragé – et changer quelque chose de substantiel dans la survie des peuples soumis au régime et au mode de production capitaliste en faillite ? Non, évidemment, il suffit d’observer aujourd’hui tous ces pays, hier encore qualifiés de socialistes, pour comprendre que le capitalisme classique ou le capitalisme socialiste, c’est du pareil au même. Ce qui change c’est la mission attribuée à la petite-bourgeoisie.

 

Pourquoi la gauche réformiste – socialiste – communiste veut-elle réchapper ce système décadent de sa déchéance?  Bernie Sanders le millionnaire militariste, disposé à bombarder préventivement les peuples d’Iran et de Corée, https://les7duquebec.net/archives/252707  pourrait-il être ce Messie attendu depuis des siècles de guerre et de misère récurrente? Serez-vous surpris si demain les masses prolétariennes rejettent et répudient cette go-gauche comme ces gilets jaunes l’on fait il n’y a pas si longtemps?  https://les7duquebec.net/archives/253109 comme des millions de révoltés l’on fait sur tous les continents. Bernie Sanders est la plus récente marionnette que la «goche» sponsorisée agite devant le prolétariat indifférent. https://les7duquebec.net/archives/231044

 

Encore une fois la gauche se compromet en endossant ce larbin américain qui leur fera perdre la face comme tous les autres messies avant lui.  Tous ces «progressistes-réformistes» bien intentionnés mèneront le prolétariat à sa perte … permettez-nous de ne pas vous accompagner sur ce sentier.  Seul, le prolétariat sera le fossoyeur du capital et l’artisan de son émancipation. La classe prolétarienne est l’unique héros.

 


 

ANNEXE :  LE TEXTE DE L’ENTRETIEN DE BRIAN MICHELZ

 

 

Un électeur de Sanders, fatigué de ses dettes à 29 ans : « Je n’ai rien à perdre » ! Brian Michelz n’a jamais porté de t-shirt politique ni participé à un rassemblement politique. Mais quand il a voté pour la première fois de sa vie, c’était pour Bernie Sanders. Que fera-t-il si M. Sanders perd ?

 

Toute sa vie d’adulte, Brian Michelz s’est endetté. Tout a commencé par un voyage en ambulance à 18 ans et deux séjours à l’hôpital. Puis sont venus les prêts pour l’université. Au moment où M. Michelz a fait son entrée dans le monde, sa cote de crédit était si faible qu’il n’a même pas pu obtenir une carte de crédit. Il a payé d’avance tout ce qu’il a pu acheter – télévisions, meubles, voitures. Après avoir fait ses courses mercredi, sur son compte bancaire restent trois dollars.

 

« Je ne dirais pas que je suis de gauche, ou un libéral progressiste« , a déclaré M. Michelz dans son appartement un matin de la semaine dernière, assis à côté de sa femme, Sarah Michelz, qui venait de rentrer de son travail d’infirmière. « J’ai l’impression que Sanders a compris – il y a trop de dettes médicales et de dettes universitaires. Je pensais « OK, il dit la vérité« .

 

  1. Sanders a misé sa campagne sur la promesse d’attirer les électeurs qui se sont sentis exclus de la politique – en particulier les jeunes et la classe ouvrière, surtout dans des régions comme le Midwest où les démocrates ont perdu contre Donald J. Trump en 2016. Aujourd’hui, alors que la lutte pour l’investiture démocrate approche de ce qui pourrait être une dernière étape critique avec les primaires dans le Michigan et le Wisconsin, l’avenir de sa candidature repose sur ces électeurs et sur la question de savoir s’ils se présenteront en plus grand nombre qu’ils ne l’ont fait jusqu’à présent.

 

Le Parti démocrate est également confronté à un risque : si M. Sanders venait à perdre l’investiture, certains de ses partisans – fatigués de se voir proposer des solutions conventionnelles – pourraient ne pas participer aux élections générales ou voter pour M. Trump ou un candidat d’un tiers. Pour des électeurs comme M. Michelz, M. Sanders a inspiré la loyauté, car il est le rare dirigeant politique qui a à la fois diagnostiqué la source de leurs problèmes et tenté d’y apporter des solutions. M. Michelz fait partie d’une génération marquée par la Grande Récession.

 

Après avoir emprunté plus d’argent pour leurs études que leurs parents, beaucoup d’entre eux se lancent dans des emplois qui ne sont pas suffisamment rémunérés et retardent le mariage et les enfants.  Le message de M. Sanders a trouvé une profonde résonance auprès de ces électeurs. Lors de la récente primaire en Californie, 47 % des électeurs qui ont déclaré que l’inégalité des revenus était leur problème le plus important ont choisi M. Sanders. Seuls 13 % ont voté pour l’ancien vice-président Joseph R. Biden Jr.

 

La femme de M. Michelz a également des dettes, comme la plupart de ses amis. L’un d’entre eux est si anxieux qu’il prend des médicaments. Les seuls qui n’ont pas de dettes viennent de familles qui peuvent se permettre de les aider. Mme Michelz, 30 ans, a emprunté environ 100 000 dollars pour l’école d’infirmières et paie 800 dollars par mois, une somme qui représente plus de la moitié de leur loyer dans le petit appartement bien rangé situé à la limite sud-ouest de Madison. Ils veulent tous deux des enfants, mais Mme Michelz pense qu’ils devraient attendre. « Je veux être un peu plus à l’aise financièrement », dit-elle, « pour avoir un petit coussin supplémentaire. »

 

  1. Michelz a entendu les critiques de M. Sanders : il est inéligible. Il est radical. Ses programmes coutent trop cher. Il sait que le sénateur n’est pas parfait. Mais il aime sa ligne politique. Il prévoit de voter pour M. Sanders lors des primaires du Wisconsin le mois prochain. Mais il n’est pas sûr de ce qu’il fera en novembre si M. Sanders n’est pas le candidat désigné. M. Sanders est certainement un meilleur choix que M. Biden, a-t-il dit, qui ressemble à « un politicien ordinaire et banal« , qui est influencé par l’argent et le pouvoir de la même manière. « Quand je le regarde, je ne vois pas de réel changement ou quoi que ce soit de ce genre », a-t-il déclaré.

 

Le scepticisme des débuts

 

  1. Michelz a grandi dans une grande maison avec un étang au bout d’une longue allée à quelques kilomètres de Yale, une petite ville de la campagne de l’est du Michigan connue pour son festival annuel. Ses grands-parents vivaient à proximité et possédaient un verger de pommiers. Il passait ses étés à le débroussailler et à le désherber. Son grand-père était un politicien, un auditeur assidu de Rush Limbaugh et qui a toujours voté républicain. Mais ses parents, absorbés par leurs propres problèmes, ne l’étaient pas. Son père, qui travaillait sur les lignes téléphoniques, maltraitait sa mère, parfois violemment. Il pouvait être aimant, jouer au baseball avec M. Michelz et son frère après le travail. Mais il pouvait aussi être effrayant, parfois en poussant M. Michelz à travers le salon lorsqu’il se conduisait mal. Quand M. Michelz avait 13 ans, son père s’est suicidé.

 

Cette expérience a fait de M. Michelz une personne sceptique qui ne faisait pas facilement confiance. Il a développé un sens aigu pour percevoir quand les adultes étaient sincères – et quand ils ne l’étaient pas.  « J’ai cherché tout ce qui était réel« , a-t-il dit. L’information et la culture populaire – et par extension la politique – il les sentaient fausses. Un jour, quelque chose était vrai, et le lendemain, ça ne l’était plus. Il se rappelle avoir vu à la télévision quelqu’un disait que le chocolat était mauvais pour la santé. Le lendemain, quelqu’un disait qu’il était bon pour vous.

 

« C’était comme si tout était à vendre« , disait-il. « J’ai toujours pensé que les émissions de téléréalité étaient vraiment gênantes. Les nouvelles je les mettais dans le même sac. »

 

En 2008, la crise financière a déchiré sa famille. Sa mère a perdu la maison qu’elle s’était battue pour garder après le suicide de son père, et elle et ses deux fils ont dû emménager chez les grands-parents.  Cette année-là, à l’âge de 18 ans, M. Michelz a pris un emploi à temps partiel pour nettoyer les maisons après leur saisie. Il a vu des placards remplis de biens précieux – photographies, robes de bal, montres – et a jeté ces objets dans des poubelles. Une fois, un homme l’a supplié d’ouvrir la porte pour qu’il puisse récupérer ses affaires.

 

Ce fut une expérience fulgurante et le début de son éducation politique.

 

Quand j’entends la remise de dette de Bernie et que les gens disent : « C’est beaucoup trop cher », je me dis que vous avez fait les choses les plus folles pour les banques« , dit-il à propos de l’argent pour les sauvetages de banques. « Pourtant, des familles normales ont été jetées à la rue, littéralement. »  Il a poursuivi : « Le doigt majeur a été présenté à notre famille, tandis que les riches s’en sont tirés à bon compte. »

 

En 2012, M. Michelz fréquentait un petit collège luthérien dans le Minnesota. Il a commencé à s’intéresser davantage à l’actualité. Il passait beaucoup de temps en ligne et a commencé à chercher des choses qu’il avait entendues, comme la phrase des manifestants de l’organisation Occupy Wall Street selon laquelle le un pour cent des Américains était plus riche que près de la moitié du reste du pays.  « Au début, j’ai pensé que ce n’était pas possible« , a-t-il déclaré. « Ça n’avait tout simplement aucun sens. »

 

C’est à peu près à cette époque qu’il a vu pour la première fois M. Sanders – sur la télévision de ses grands-parents – parler de soins de santé. M. Michelz a levé la tête et a vu qu’il disait la même chose depuis des années. Il a aimé ce qu’il a entendu. Il a pensé à sa dette médicale de 24 000 dollars et à l’arbitraire qu’elle lui semblait. Quant à l’économie, rien n’avait de sens. Il a passé des années à l’université pour apprendre à enseigner, mais il a fini par travailler dans un magasin de pneus parce que c’était mieux payé. Il est allé à l’université, comme tout le monde l’a dit, mais il occupe maintenant un emploi qui n’exige pas de diplôme.

 

  1. Sanders semblait lui dire pourquoi sa vie ressemblait et ressentait ce qu’elle était. Son instabilité financière n’était pas un échec individuel, mais une fonction d’un système économique plus large qui était devenu si inégalitaire que le redresser était une vocation morale. Ce que M. Sanders a proposé « c’est de créer les conditions pour rendre la vie des gens moins stressante », a-t-il dit.

 

Et quant aux arguments contre M. Sanders – « toutes ces choses qu’il voulait couteraient trop cher et causeraient le chaos économique et la souffrance des gens » – c’était déjà le cas, pensait-il. La violence domestique, les familles qui se séparent, les enfants qui ne reçoivent pas les soins dont ils ont besoin – le point commun est le système économique.

 

Le fait que M. Sanders ait été rejeté par l’establishment n’a fait que prouver sa valeur pour M. Michelz.  « Je savais que c’était normal qu’il soit détesté par le système », a-t-il déclaré. Le 8 mars 2016, il s’est donc rendu au bureau de vote de Yale avec son grand-père. Rush Limbaugh était à la radio. Quand ils sont entrés, il a voté pour M. Sanders et son grand-père a voté pour M. Trump. C’était la première fois qu’il votait, mais il ne se rappelle pas avoir ressenti grand-chose. « Je me suis juste dit que j’allais au moins mettre ma voix dans une direction, même si personne ne l’entend« , a-t-il dit.  M. Michelz n’a jamais envisagé de voter pour M. Trump, le trouvant peu attrayant et gêné par sa position sur le changement climatique. Mais il ne le déteste pas. Certaines des personnes qu’il aime le plus ont voté pour lui. Il comprend pourquoi.

 

« La vérité est qu’ils parlent à une Amérique frustrée », a déclaré M. Michelz à propos des candidats politiques. « C’est pourquoi quelqu’un d’aussi ridicule que Trump a été élu. Les gens voulaient voir quelqu’un qui n’était pas correct, qui n’avait pas peur de l’establishment. Il a fait appel à des gens qui pensaient que tout cela devenait une imposture« .

 

Il a ajouté : « C’est la même chose avec Bernie. » Quelques mois plus tard, Hillary Clinton est devenue la candidate démocrate.  En novembre, il n’a pas voté. Rétrospectivement, il ne le regrette pas.

 

Quatre ans plus tard, l’enjeu est encore plus important. M. Michelz est maintenant marié. Après des années de blocage de sa cote de crédit ruinée, il s’en soucie beaucoup. Il ne peut toujours pas obtenir de prêt, ce qui signifie qu’il n’est pas question de louer une nouvelle voiture. Il veut absolument en acheter une avec des sièges chauffants pour Sarah. Au lieu de cela, il est coincé avec ses anciens modèles. Il a récemment versé dans sa voiture 3 000 dollars de primes provenant de son travail au magasin de pneus.

 

Parfois, M. Michelz s’inquiète de ne pas pouvoir subvenir aux besoins de sa famille. « Je pense à Sarah », dit-il. « Elle est entourée de médecins tous les jours. N’a-t-elle jamais pensé : « Je pourrais être avec quelqu’un qui gagne beaucoup plus d’argent » ? Je sais que c’est irrationnel. D’un côté, ça me dérange. Mais d’un autre côté, je sais que je me donne à 110 %. » Il essaie donc de lui montrer chaque jour qu’il l’aime. Il lui achète souvent des fleurs. Jeudi dernier, un petit vase dans la cuisine contenait deux oeillets et une rose.

« Parfois, oui, j’ai honte », a-t-il dit à propos de sa situation financière. « Mais je me bats parce que je sais que ce n’est pas de mon fait. »

 

Pour des électeurs comme M. Michelz, M. Sanders a inspiré la loyauté, car il est le rare dirigeant politique qui a à la fois diagnostiqué la source de leurs problèmes et tenté d’y apporter des solutions. Pour des électeurs comme M. Michelz, M. Sanders a inspiré la loyauté parce qu’il est le rare dirigeant politique qui a à la fois diagnostiqué la source de leurs problèmes et essayé d’y apporter des solutions. Credit Lauren Justice for The New York Times.

 

Tout cela l’a ramené à la politique, dont il sait maintenant qu’elle est le fil conducteur de nombre de ces problèmes. Cette année, il a découvert qu’il aimait Andrew Yang. « Pour moi, il a fait paraitre Bernie dépassé« , a-t-il dit. Quand M. Yang a abandonné, « j’étais déçu, mais j’étais heureux aussi. Son message a été diffusé. » Il se sent plus sage maintenant. Il ne croit plus à l’histoire américaine selon laquelle tout le monde devrait pouvoir se tirer d’affaire. « C’est un gros mensonge qui profite aux riches et qui maintient le système en place« , a-t-il déclaré. Il continuera à voter pour M. Sanders, même s’il sait que c’est un coup dur.

 

« Même si cela ne fonctionne pas, je vais voter de cette façon« , a déclaré M. Michelz. « Je n’ai rien à perdre. »  Va-t-il voter en novembre ?  S’il pense que M. Sanders a été traité injustement par l’establishment du Parti démocrate, « il est possible que je vote pour Trump« , a-t-il déclaré. « C’est peut-être immature, c’est peut-être mauvais », a-t-il dit. « Mais je suppose que je ne considère toujours pas Trump comme Hitler non plus. » Même si M. Biden a gagné contre M. Trump, a-t-il dit, des millions d’Américains seront toujours dans la pauvreté, les écoles seront toujours sous-financées, « toutes les choses qu’ils accusent Trump seront toujours là ».

 

Mais voterait-il pour M. Biden ?

 

« Vous savez, je ne pense pas que je le ferais », a-t-il dit. « Rien contre lui en tant que personne. Mais ma vie ne changerait probablement pas s’il devenait président. Je ne pense

4 pensées sur “Mascarade électorale américaine – qui sont les héros?

  • 16 mars 2020 à 4 h 32 min
    Permalink

    Dans toutes les démocraties, le terme de « Mascarade électorale » est un pléonasme.
    Rappelons les grands principes de ce « bien public » qu’on appelle la démocratie.
    La démocratie avilit en abaissant les bons, c’est une tyrannie qui s’exerce par un mouvement de traction morale, de bas en haut ; elle fait descendre, elle empêche les meilleurs de s’élever, elle abat les têtes qui dépassent le niveau des médiocres, empêchant ainsi l’éclosion des types supérieurs, elle supprime le respect et rend les petits insolents : cela est si évident aujourd’hui.
    Toute élévation du type humain demande un régime aristocratique.
    René Guénon, à propos de la démocratie et de la faillite de ses pseudo élites, parlait d’une conséquence immédiate de l’idée démocratique qui est la négation de l’élite entendue dans sa seule acception légitime ; ce n’est pas pour rien que « démocratie » s’oppose à « aristocratie », ce dernier mot désignant précisément, du moins lorsqu’il est pris dans son sens étymologique, le pouvoir de l’élite. Celle-ci, par définition en quelque sorte, ne peut être que le petit nombre, et son pouvoir, son autorité plutôt, qui ne vient que de sa supériorité intellectuelle, n’a rien de commun avec la force numérique sur laquelle repose la « démocratie », dont le caractère essentiel est de sacrifier la minorité à la majorité, et aussi, par là même, la qualité à la quantité, donc l’élite à la masse. Ainsi, le rôle directeur d’une véritable élite et son existence même, car elle joue forcément ce rôle dès lors qu’elle existe, sont radicalement incompatibles avec la « démocratie », qui est intimement liée à la conception « égalitaire », c’est-à-dire à la négation de toute hiérarchie : le fond même de l’idée « démocratique » c’est qu’un individu quelconque en vaut un autre, parce qu’ils sont égaux numériquement, et bien qu’ils ne puissent jamais l’être que numériquement. Une élite véritable ne peut être qu’intellectuelle ; c’est pourquoi la « démocratie » ne peut s’instaurer que là où la pure intellectualité n’existe plus, ce qui est effectivement le cas du monde moderne. Seulement, comme l’égalité est impossible en fait, et comme on ne peut supprimer pratiquement toute différence entre les hommes, en dépit de tous les efforts de nivellement, on en arrive, par un curieux illogisme, à inventer de fausses élites, d’ailleurs multiples, qui prétendent se substituer à la seule élite réelle ; et ces fausses élites sont basées sur la considération de supériorités quelconques, éminemment relatives et contingentes, et toujours d’ordre purement matériel. On peut s’en apercevoir aisément en remarquant que la distinction sociale qui compte le plus, dans le présent état de choses, est celle qui se fonde sur la fortune, c’est-à-dire sur une supériorité tout extérieure et d’ordre exclusivement quantitatif, la seule en somme qui soit conciliable avec la « démocratie », parce qu’elle procède du même point de vue.
    L’égalité c’est « tous dégénérés », « tous fous », tous égaux dans la bêtise ou dans la bassesse.
    « Malheur à vous, guides aveugles », est-il dit dans l’Évangile ; aujourd’hui, on ne voit en effet partout que des aveugles qui conduisent d’autres aveugles, et qui, s’ils ne sont arrêtés à temps, les mèneront fatalement à l’abîme où ils périront avec eux.
    Les racines du problème : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/psychologie-et-loi-des-sexes.html

    Répondre
  • 16 mars 2020 à 14 h 42 min
    Permalink

    Michelz ne représente que le minable ricain moderne fruit d’une Société minable qui n’a jamais connu le temps de gloire. Aujourd’hui, comme toujours, ce peuple continue à se battre entre eux-mêmes, à se suicider, car il est né de la peur… Même pas le communisme, autre marde d’endoctriment, ne pourra pas sauver cette Amérique!

    Répondre
  • 18 mars 2020 à 21 h 55 min
    Permalink

    Dis donc quelle histoire ! si tous les M. et Mme Michelz, pas gâtés par la vie devaient compter sur un quelconque politicien pour les sortir de leur merdier… c’est rêver en couleur…et au moins celui-là l’a un peu compris ! il lui faudra une autre décennie pour comprendre que la politique pour tous ces gens qui s’y bousculent n’est qu’un autre véhicule d’élévation sociale pour leur propre poire dans un système injuste, pourri et corrompu jusqu’au trognon ! il le comprendra lorsqu’il reconnaîtra plus tard des gens qu’il a connu dans la merde et de simples citoyens paumés à mille lieux de comprendre quoique ce soit en politique, devenu des stars et des  »gens importants » une fois qu’ils se soient lancé en politique dans leur p’tit coin paumé de l’Amérique ! et pas qu’en Amérique, c’est partout comme ça dans le monde ! la politique en fait représente la troisième voie, le parcours qui se situe entre ceux qui évoluent horizontalement sans jamais progresser, et ceux qui s’élèvent verticalement soit par le mérite et les études pointues, soit par les magouilles, l’arnaque, voir le crime organisé, la politique donc représente ce parcours en diagonale vertical aussi, mais moins évident !

    la mascarade électorale américaine cherche à faire croire que les autres candidats ont une chance contre Trump, mais ils n’en ont pas la moindre ! Trump comme je l’ai affirmé depuis toujours, est non seulement le favori aussi bien des ploucs et red necks de l’Amérique, qu’il l’est pour les  »wannabe » les arrivistes de tous poils de la classe moyenne, en plus d’être le candidat des élites mafieuses, des industriels et des investisseurs dans le complexe militaro-industriel, médical et pharmaceutique, économique quoi…et probablement couvrant 80% des secteurs de l’économie qui lui sont acquis presque !

    En politique, et c’est une règle universelle, personne ne se soucie des masses dans le sens des intérêts socio-économiques des masses, des laissé pour compte, des affamés, des surendettés, des jeunes chômeurs ou précaires…etc bref, en politique, il suffit juste de parler leur language, leur dire des mots qu’on utilise dans la rue et qu’ils comprennent en les caressant dans le sens du poil, leur montrer vos  »couilles », votre cran, votre fric dans le cas de Trump et les impressionner…et hop, ils votent comme des ânes pour vous ! c’est pas pour rien que des rappeurs ou des Kardashians veulent aussi se lancer en politique aux états-unis, et je pense que dans le monde entier ce phénomène de stars système du showbizz qui se présentent et gagnent des élections ne fera que s’accentuer ! on a vu comment des footballeurs se font élire facilement en Amérique latine ou en Afrique, des acteurs aux états-unis, un acteur en Ukraine maintenant, etc… c’est pareil partout !

    le plus dégueulasse dans tout ceci est que les états et leurs institutions chargés de collecter de l’impôt ne veillent à collecter leurs impôts au cent près qu’auprès du peuple! c’est une machine bien huilée qui ferme les yeux sur les riches, et plus vous faites du fric, plus vous êtes respecté par les impôts et considéré comme intouchable ! les riches depuis 10 ans ne savent plus quoi faire de leur fric devant des administrations de l’impôt qui les regarde faire et se comporte comme un enfant émerveillé par la galerie ! il y a des gens qui claquent 1 million en une seule nuit, ou un weekend, peuvent s’acheter des sacs à main a 50.000$ toutes les semaines, se louent des avions privés pour aller camper ou pêcher, et peuvent dépenser des millions en entretien personnel sans que personne n’y voit le moindre inconvénient ! et c’est ça qui fait que nous sommes aujourd’hui des milliards de ploucs arrivistes sur terre qui rêvons tous de leur ressembler et rien d’autre !

    Quant à Trump, comme je l’ai dit il y a longtemps, il a non seulement niqué le système, mais s’est assuré de détruire tous ces potentiels ennemis, s’acheter une immunité à toute épreuve pour lui même, sa fortune, et ses descendants, et placer sa progéniture dans la pyramide du pouvoir… et leur assurer de pouvoir fructifier la fortune à léguer sans se soucier de qui que ce soit…de quoi fonder une dynastie Trumpienne en soi, et faisant passer ses prédécesseurs, comme les Roosevelts, les Kennedy ou les Bushs pour des amateurs… en plus de s’être tapé autant d’actrices porno et de nanas qu’il  »attrapait par la chatte »…qu’un Harvey Weinstein…sauf que ce dernier c’est pas Trump ! il s’est fait prendre comme un bleu et il crèvera en taule… car il pensait qu’il avait pas besoin d’être politicien pour s’en sortir comme Trump l’a fait!

    Répondre
  • 19 mars 2020 à 18 h 34 min
    Permalink

    Quel hauteur de debat ‘ quelle reflexión ¿ felicitation

    Pour ce qui concerne l »anarcho’fascisme Nous allons y revenir car le proletariat n »en a pas fini avec ceux’la

    La question n »est pas de sauver l »Amerique mais de sauver l »humanite

    Pour la dynastie ‘TRUMP ¿ Cesar y avait songe Avant lui et l; on sait ce qu;il afut en penser aujourd »hui

    Mort a Weinstein c;est le seul point que je partage avec les feministe.

    Robert Bibeau

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *