France-Macron veut sortir de son labyrinthe politique avec les ailes d’Icare.

Le discours du 12 mars au soir du Président E.Macron est révélateur de la situation dans laquelle la macronie se trouve aujourd’hui acculée. La situation économique, politique, sociale et sanitaire que ce gouvernement a lui même provoqué et notamment le « désert médical » ….Tout en nous faisant un discours visant l’union sacré et l’unité citoyenne,il fait aussi un appel à l’ Europe pour lutter contre le « virus » un appel qui masque l’ ambition française d’imposer la « défense européenne ».
Avec le Brexit, la France reste la seule puissance nucléaire de l’ UE, et Macron a revêtu l’uniforme à cette occasion, ce n’ est pas en père de la nation qu’il s’ est présenté mais en chef de guerre, ce qui n’ a pas échappé au journal Le Point :

« D’aucuns s’attendaient à un discours de père de la nation. C’est en chef de guerre qu’Emmanuel Macron s’est adressé au pays, dans une allocution solennelle diffusée depuis l’Élysée, portant un discours fort qui marquera sans doute le quinquennat. « Le virus est en train de s’accélérer. Nous le savions, nous le redoutions », a déclaré d’entrée le chef de l’État, sans toutefois faire état de chiffres précis – la situation évolue d’heure en heure. »Le Point

En effet il suffit de se référer au discours du chef des armées E. Macron devant les stagiaires de la 27ème promotion de l’école de guerre le 7 février 2020, pour se rendre compte de la relation que Macron cherche à faire entre l’ ennemi « coronavirus » et un autre ennemi :

« Une nouvelle hiérarchie des puissances se dessine, au prix d’une compétition stratégique globale, désinhibée, porteuse pour l’avenir de risques d’incidents et d’escalade militaire non maîtrisée. Plusieurs tendances lourdes, prévisibles, sont à l’œuvre.

D’abord, la compétition globale engagée entre les Etats-Unis et la Chine est aujourd’hui un fait stratégique avéré, qui structure et structurera dorénavant les relations internationales.

Ensuite, la stabilité stratégique en Europe nécessite davantage que le confort d’une convergence transatlantique acquise avec les Etats-Unis. Notre sécurité dépend donc de notre capacité à nous investir de manière plus autonome à l’égard de notre voisinage à l’Est comme au Sud ;

Enfin, la frontière entre compétition et confrontation, qui nous permettait de distinguer le temps de paix du temps de crise ou de la guerre, est aujourd’hui profondément diluée. Elle laisse place à de multiples zones grises où, sous couvert d’asymétrie ou d’hybridité, se déploient des actions d’influence, de nuisance voire d’intimidation, qui pourraient dégénérer.

Ces tendances lourdes ne peuvent être ignorées, par nous-mêmes, par l’ensemble des Européens, alors même que d’autres puissances sont engagées dans des programmes de réarmement, y compris nucléaire, et que ces dernières années ont été marquées par une accélération de ces programmes.

Dans ce domaine, la multipolarité nucléaire actuelle n’a rien de comparable avec la logique qui prévalait lors de la Guerre froide. Contrairement à la France et à ses alliés, certains Etats optent sciemment pour des postures nucléaires opaques, voire agressives, incluant une dimension de chantage ou de recherche du fait accompli. Les équilibres dissuasifs entre puissances sont ainsi devenus plus instables. »

Visiblement le discours de Macron est celui d’un homme isolé dans les dédales du labyrinthe de l’ UE dont il attend un soutient salutaire et unitaire pour mener la lutte contre le virus et faire qu’ enfin l’ Europe parle d’une seule voix.

Le coronavirus au secours du tout numérique

La aussi le virus tombe à point, pour expérimenter à grande échelle l’ utilisation des nouvelles technologies de la communication et de l’ information NTCI, voir le télétravail, les consultations médicales par le net, l’ éducation ,le e-commerce, les téléconférences….

Tout cela sur fond d’une concurrence extrême pour le contrôle des réseaux, comme l’ affaire Huawei en témoigne. En effet, la France, l’ Allemagne,et le royaume-Uni ont annoncé qu’ils n’interdiraient pas Huawei dans leurs réseaux de télécommunication provoquant du même coup la Conférence de Munich sur la sécurité. Conférence à laquelle Washington a envoyé une délégation pour faire pression sur les pays européens2.
Dans ce contexte Macron, tout comme De Gaulle1 en son temps essaye de jouer sur les rivalités étatiques pour avancer ses pions, ce qui explique son jeu subtil avec Poutine et sa déclaration bien pesée sur « la mort cérébrale de l’ OTAN ».

Une sécurité sanitaire à la Ponce Pilate.

Alors qu’aucun contrôle n’ a été fait à l’ aéroport Charles De Gaulle, laissant libre cours à la diffusion du virus qui sévi dans l’ Oise. Macron n’ hésite pas comme sur un champ de bataille à rendre hommage aux « héros en blouses blanches » et découvre que l’ hôpital public doit être hors de la loi du marché. La réalité c’ est que les hôpitaux sont dans l’incapacité totale de faire face à la crise sanitaire, il n’y pas assez de lits pour un afflux de malades. Des opérations dites « non prioritaires » sont reportées. Finalement les citoyens doivent se responsabiliser et se laver les mains régulièrement…comme le fait notre Ponce Pilat du 21 siècle qui se lave les mains de la situation sanitaire du pays.

On ferme tout et démerdez vous.

Dés le 16 mars, les crèches, les établissements scolaires, les universités seront fermés, qui va garder les gosses ?« Un service de garde sera mis en place région par région » pour que les personnels « indispensables à la gestion de la crise sanitaire » puissent « faire garder leurs enfants et continuer d’aller au travail », a-t-il ajouté. Mais pour les autres rien n’ est prévu, ou presque,qui va financer le salaire des mères ou pères qui devront rester chez eux pour garder leurs enfants.

Ce n’ est pas le mécanisme de chômage partiel qui va résoudre ce problème « L’Etat prendra en charge l’indemnisation des salariés contraints de rester chez eux », a-t-il affirmé, s’engageant à protéger les salariés et les entreprises « quoiqu’il en coûte », sans donner plus de précision

Pour tout renseignement officiel voir :https://www.gouvernement.fr/info-coronavirus

G.Bad

NOTES
1Voir à ce sujet la visite de De Gaulle à Staline
2-M. Esper a appelé les alliés des États-Unis à « se réveiller » face à la « stratégie néfaste » menée par la Chine pour vendre la technologie 5G à l’Europe. Il a déclaré : « Si nous ne comprenons pas la menace et que nous ne faisons rien pour y remédier, cela pourrait en fin de compte compromettre l’alliance militaire la plus réussie de l’histoire, l’OTAN ».

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *