Conséquences économiques du coronavirus sur un Système déjà en faillite

Par Marc Rousset.

This article is available in portugese on this blogue: https://queosilenciodosjustosnaomateinocentes.blogspot.com/2020/04/consequencias-economicas-do-coronavirus.html

Les civilisations occidentales matérialistes, décadentes et hédonistes ont tellement peur de la mort qu’elles ne veulent plus la voir en face et surréagissent  médiatiquement face à la moindre épidémie. À ce jour, les 10.000 morts en France représentent moins de 2 % des 580.000 décès annuels. Dans les années 1880, la tuberculose tuait, tous les ans, 100.000 personnes dans une France beaucoup moins peuplée. La canicule de 2003 fit, à elle seule, 15.000 morts. Pour relativiser encore, selon l’OMS, tous les ans, la grippe saisonnière provoque, dans le monde, 5.000.000 de cas graves, dont 280.000 à 600.000 décès.  À ce jour, le coronavirus a provoqué environ 100.000 décès.

Nous allons donc connaître une catastrophe économique en France seulement parce que le pays ne dispose pas de masques et d’appareils respiratoires en nombre suffisant, suite au laxisme de nos élites. Et le plus grave, c’est que ce choc économique disproportionné par rapport à la gravité sanitaire réelle du coronavirus viendra heurter un système économique déjà en faillite, provoqué par ce même laxisme décadent, droit-de-l’hommiste, hédoniste, socialiste, gauchiste.

Bruno Le Maire avait commencé par nous endormir avec une croissance en France, pour 2020, de -0,1 % pour en arriver, aujourd’hui, à -6 % alors qu’elle sera, sans doute, de l’ordre de -10 %, UniCredit l’estimant même à -13,8 % ! Si l’on ajoute aux 8 millions de chômeurs partiels les 2,5 millions déjà au chômage plus le million de parents en arrêt de travail pour garder les enfants, cela fait 11,5 millions de personnes au chômage pour une population active de 29 millions de personnes, soit un chômage de 39,7 % ! Les cocoricos de M. Le Maire pour aider l’emploi ne sont, en fait, que des dettes qui seront à ajouter aux 2.500 milliards d’euros de dettes déjà irremboursables, pour terminer 2020 avec une dette plus proche de 120 % du PIB que des 112 % annoncés, et un déficit public plus proche des 10 % du PIB que des 7,6 % déjà reconnus. Le plan d’urgence actuel de 100 milliards d’euros avec des garanties bancaires pour les prêts aux entreprises laissera la place à d’autres budgets rectificatifs.

Aux États-Unis, Trump vient de passer une troisième loi fiscale stimulante de 2.200 milliards de dollars. En trois semaines, le nombre de chômeurs a augmenté de 16,7 millions et James Bullard, le président de la Fed de Saint-Louis, prévoit un taux de chômage de 30 % au second trimestre, tandis que le PIB pourrait s’écrouler de 50 %. Quant au FDIC, le fonds de garantie des dépôts bancaires, il ne représente que 1,41 % des dépôts. En 1929, en trois mois, la valeur des actions avait chuté de 50 % et, en 1933, elles étaient 90 % moins chères qu’au début du krach. Selon Kristalina Gueorguieva, présidente du FMI, 2021 pourrait être plus sévère que 2020, si la pandémie devait perdurer (non pas si la pandémie devait perdurer mais si le CONFINEMENT devait perdurer… c’est le confinement qui détruit l’économie… NdÉ).

La BCE continue, comme la Fed, la fuite en avant de la création monétaire. Les créances en grande partie irremboursables de la BCE devraient s’élever, fin 2020, à 6.000 milliards d’euros, soit la moitié du PIB de la zone euro ! Les vannes s’ouvrent toutes grandes pour l’Italie qui pourra présenter plus de 33 % de chaque émission, en plus du solde irremboursable de TARGET 2 de 383,2 milliards d’euros. Le Royaume-Uni se lance aussi officiellement dans le laxisme monétaire puisque le gouvernement pourra, dorénavant, directement emprunter de la monnaie de singe à la Banque d’Angleterre.

Quant au plan de 540 milliards d’euros de l’Union européenne, c’est l’Europe du Nord qui a gagné puisque les « corona bonds » ont été repoussés et que la seule concession formelle a été l’octroi sans conditions de 240 milliards d’euros de prêts du MES (Mécanisme européen de stabilité) à des pays comme la France ou l’Italie, mais pour financer uniquement les dépenses de santé.

L’âge de l’hélicoptère monétaire et de l’endettement illimité touche à sa fin. Après la crise sanitaire, il faudra affronter la crise économique de l’endettement des États de l’Europe du Sud et d’une BCE en faillite. Travailler, épargner, en finir avec les folles politiques de relance par la consommation de biens importés, être sérieux, comme l’Allemagne et la Hollande, seule façon pour un pays de ne pas connaître la faillite et la misère, ce qu’avait compris la France en 1945 ! Si la zone euro éclate prochainement, ce qui est probable, les Français ne pourront que s’en prendre à eux-mêmes, n’ayant élu par lâcheté, depuis cinquante ans, après Pompidou, que des présidents de la République aussi incapables les uns que les autres !

2 pensées sur “Conséquences économiques du coronavirus sur un Système déjà en faillite

  • 15 avril 2020 à 4 h 55 min
    Permalink

    10 000 morts le 14 avril? Il semblerait que ce soient 15 000 le 15. Et ce n’est pas fini, il en meurent plus de 500 par jours. Pourquoi minimiser de 50% les chiffres? Pourquoi les comparer aux nombres de décès annuel en France? Pour minimiser? Il y a 550 000 décès par an sur 67 millions d’habitants, soit un peu moins d’1% de la population qui meurt chaque année…et qui a une espérance de vie d’un peu moins de cent ans. Quoi de surprenant? Voulez-vous dire que la crise du Covid19 est vraiment insignifiante et que les morts peuvent bien passer pour pertes et profits? Pourquoi dire que c’est trop peu par rapport à d’autres catastrophes qu’on a malheureusement connu? Mais il est vrai que vous refusez les droits de l’homme. Faisait-il meilleur à l’époque des pestes? Le socialisme, le gauchisme nous auraient conduit à cette catastrophe que vous minimisez? Les dirigeants libéraux sont très efficaces pour sauver les banques, protéger les dividendes des très gros actionnaires, mais ils se foutent de la santé, de l’éducation et du bien-être des gens. Vous les trouvez hédonistes? socialistes? gauchistes? Comme vous je pense que la politique de 45 est un exemple pour la France. C’est un gouvernement d’alliance entre une droite qui essaie de se refaire une image après une collaboration massive et des communistes auréolés par la Résistance et la Libération. Les principes communistes qui ont prévalus à la Sécu ( prélever les richesses à la source, cotiser chacun selon ses moyens, consommer selon ses besoins ). Cette sécu a protégé équitablement les français contre la maladie ( hédonisme?) et elle n’est plus en capacité de le faire, à cause du libéralisme triomphant.

    Répondre
  • 15 avril 2020 à 12 h 37 min
    Permalink

    @ Lou Becarut

    je trouve que l’auteur de l’article à peut être appuyé sur le champignon un peu en parlant d’hédonisme, mais sur le fond, je trouve qu’il a raison de se montrer aussi alarmiste cette fois ! et ce ne sont pas les différences sur les chiffres des décès de la grippe ou du Covid19 qui sauveront la majorité d’une crise plus grave qu’on imagine ! A quoi bon nous maintenir en vie par millions si demain nous n’avons même pas de quoi bouffer, de quoi nous loger et de quoi nous soigner…?! bref… il est fort malheureux qu’on en vienne à faire ce genre de raisonnement certes, celui de sembler ne pas se soucier des  »morts »…ce qui est faux en réalité car personne, y compris l’auteur de cet article ne pourrait encaisser la perte d’un proche, vieux ou jeune, ou son propre décès par covid19…chose dont aucun de nous est immunisé…d’ailleurs moi qui vous écrit ce commentaire…je passe parfois par des épisodes de doute que j’en serais déjà atteint sans en avoir les symptômes et que mon système est entrain de combattre le virus sans garantie que je survive moi aussi ! il y a des articles à ce sujet qui ont commencé à paraître dans la presse américaine sur le nombre de jeunes qui meurent du virus et la grande incompréhension à ce sujet ! Bref, je sais, c’est terrible de raisonner comme fait l’auteur ici, mais il ne fait que nous balancer en face la réalité sur les chiffres de l’économie, qui il faut maintenant l’admettre, n’est pas certaine de pouvoir supporter la survie des millions et milliards qui échappent au virus grâce en partie au confinement ! Je crois donc que ce n’est pas la faute de l’auteur, de la votre, de la mienne ou de quiconque qu,on en soit arrivé là hélas, mais si la pandémie devait perdurer, je crois qu’ils finiront (les gouvernements) par décréter la fin du confinement peu importe les risques pour les populations ! et c’est à ce moment là que ça ne va plus rigoler…car pour le moment je vous signale que tout le monde est encore un peu  »rassuré » par le confinement..et les mesures de soutien à l’économie aussi insignifiantes qu’elles soient….mais si demain les gouvernements font donc le choix de risquer plus de morts pour tenter de sauver l’économie, c’est le chaos qui s’installera aussi avec des populations qui ne voudront pas travailler en partie…quant à maintenir le confinement indéfiniment, c’est du suicide pur et dur et autant inventer le biscuit protéiné et bourré d’antibiotiques pour maintenir les gens en vie à moindre coût, car on ne pourra pas être confiné plus de 4, 5 voir 6 mois et s’assurer d’avoir à bouffer et se soigner !

    Cette crise est une catastrophe sans précédent historique en réalité car on tente de sauver le maximum de gens en prenant le pari de stopper l’économie presque…chose impensable dans les siècles précédents en effet…on y laissait les gens se démerder et crever en réalité…et surtout pas compromettre l’économie ! c’est de ça qu’il s’agit dans cet article et de rien d’autre selon moi !

    Amicalement !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *