Catastrophe méritée en vue pour une France décadente depuis 45 ans!

Par Marc Rousset.

Économistes et analystes géopolitiques prétendent ne rien comprendre et ne rien savoir du futur de l’économie mondiale emportée dans la spirale du confinement meurtrier. Notre collaborateur Marc Rousset leur offre ici un cours d’économie capitaliste de base. Le capital constant – l’investissement – se nourrit du capital variable – le travail salarié – et non de monnaie crédit-gratuit. Inflation, déflation, dévaluation des monnaies et spoliation des petits épargnants, voilà le futur des économies d’Occident et d’Orient.  Robert Bibeau. Éditeur.


Marc Rousset écrit: les Bourses, comme en 1929, vont continuer à s’écrouler lentement, après de faux rebonds, tandis qu’un krach ou de fortes baisses de prix dans l’immobilier sont à prévoir en France , aux États-Unis et partout dans le monde.

Les coûts du confinement pour la France dépassent, désormais, les avantages sanitaires ; il devient urgent de déconfiner tandis que la lenteur de la reprise du travail inquiète, quitte à réduire l’indemnisation trop généreuse du chômage partiel. C’est la seule façon de diminuer les faillites d’entreprises, les parts de marché perdus à l’export, soit des chômeurs en plus à venir ! Les Français, irréalistes et utopiques, s’imaginent que c’est l’État abstrait avec Macron qui va financer tout ça, alors que ce sont eux seuls, avec leurs impôts, qui devront rembourser les dettes de l’État.

Le spectre du chômage est d’autant plus inquiétant qu’il guette aussi en Chine où 200 millions de personnes seraient sans emploi, la plupart dans les services, trop de PME tombant en faillite, avec l’épée de Damoclès du retour du virus, comme c’est le cas à la frontière russe, près de Vladivostok. Plus de 10,2 millions de salariés se retrouvent au chômage partiel en France, soit un salarié sur deux du secteur privé, plus 3 millions en arrêt de travail pour garde d’enfants. Le déficit de la Sécurité sociale devrait exploser à 41 milliards d’euros en 2020, soit plus que le budget de la Défense !

Les hommes politiques du passé sont toujours là pour nous proposer de nouvelles folies à endormir les foules. Mélenchon, référence utopique internationale, n’a rien trouvé de mieux qu’une « monétisation de la dette française » par la BCE avec un système de «dette perpétuelle». Une dette ne peut être perpétuelle, tout comme les taux d’intérêt ne peuvent pas rester ridiculement bas pour l’éternité ! Placer des dettes irrécouvrables à l’actif de la BCE conduira inéluctablement à la faillite de la BCE et de la France, voilà la réalité.

L’Italie, c’est la France en pire, avec 12 % de faillites des PME prévues en 2020 et une dette publique systémique, à deux crans au-dessus de la catégorie pourrie (« junk »), de 156 % voire 160 % du PIB, en hausse de 20 %, soit 2.600 milliards d’euros, soit 41.000 euros pour chaque Italien. La BCE s’est engagée à acheter jusqu’à 200 milliards d’euros de dettes italiennes irrécouvrables, sur les 450 à 500 milliards à lever en 2020, avec un déficit public de 10,4 % du PIB et un taux de chômage de 11,6 %. Le taux moyen actuel d’intérêt est de 2,6 % et l’Italie rêve d’emprunter à 0 % en mutualisant les dettes. Faiblesses structurelles, productivité zéro, sous-investissement depuis vingt ans, banques en quasi-faillite, population vieillissante, telle est la réalité italienne.

La seule façon de nous sauver, ce serait 1.000 milliards d’euros d’emprunts supplémentaires auprès du MES (Mécanisme européen de stabilité), de la BEI (Banque européenne d’investissement), de la Commission, selon Bruno Le Maire, 1.600 milliards selon Thierry Breton, alors que 540 milliards seulement (ce qui est déjà énorme) ont été offerts pour l’instant. L’idée est de se retourner vers la BCE (Banque centrale européenne) pour trouver le solde impossible à emprunter dans le cadre de l’Union européenne, face à l’opposition justifiée de l’Allemagne et des Pays-Bas. Le « QE » pourrait être augmenté de 500 milliards d’euros, soit une augmentation de 1.500 milliards d’euros pour l’année 2020.

Les rachats d’obligations par la BCE auprès des banques et des compagnies d’assurance correspondent, en fait, à des financements directs de l’Italie, à la violation de ses statuts. S’ils sont logiques avec eux-mêmes, les Allemands et les Hollandais devraient dire encore non, dans les mois prochains, pour éviter la faillite de la BCE. Mais alors, ce seront les économies de la France et de l’Italie qui s’effondreront et ce sera l’explosion de la zone euro !

Il est probable que cette explosion aura lieu fin 2020 ou en 2021, avec retour à une simple monnaie commune, et non plus unique. Il y aura, alors, retour au franc et dévaluation des monnaies nationales pour rétablir la compétitivité des exportations, inflation pour alléger la dette et spolier les épargnants d’autant. La dévaluation moyenne des pays de l’Europe du Sud par rapport à l’Allemagne devrait se situer entre 25 et 43 %, selon Jacques Sapir. Les Français et leurs élites irresponsables, en décadence depuis 45 ans, n’auront qu’à s’en prendre à eux-mêmes, pas à l’Allemagne.

5 pensées sur “Catastrophe méritée en vue pour une France décadente depuis 45 ans!

  • 30 avril 2020 à 14 h 54 min
    Permalink

    Tous les français ne sont pas débiles

    Répondre
    • 2 mai 2020 à 15 h 58 min
      Permalink

      Faux…TOUS, comme les Québécois, sont pareils et méritent leur gouvernement de marde!

      Répondre
  • 30 avril 2020 à 17 h 27 min
    Permalink

    Dire « les Français » n’est pas juste, ce d’autant que le Traité de Lisbonne avait été rejeté par 53 des électeurs Français en 2005. Les Français ont été trahis par ce que d’aucuns appellent leur « élites » auto-proclamées à Versailles en février 2008.
    Par contre, les gouvernements, depuis une quinzaine d’année, ont pratiqué une politique d’austérité pour soi-disant « faire des économies », en réalité, favoriser le patronat, et n’ont guère été avares d’argent public, d’ exonérations en tous genres, sociales comme fiscale pour les favoriser. Curieusement, dans ce cas, la soi-disant « concurrence libre et non-faussée », genre subventions aux entreprises, on n’en parle plus, dans ce cas, du CICE, soi-disant pour l’emploi, mais n’en créant guère, non plus. On aimerait bien savoir où est passé cet argent, en centaines de milliards, qui seraient les bienvenus, dans le même temps où on entend certains appeler aux dons et legs (supposant le décès rapide du donateur…) pour les soignants (quelle honte, et quelle humiliation pour eux!) qui réclament des moyens humains et financiers budgétisés, comme Hirsch, il est vrai venant d’Emmaüs, l’Assistance Publique étant une institution républicaine et laïque. Sachant que pour un service public digne de ce nom le budget doit être selon ses besoins, et non l’inverse. Un service public n’a pas vocation à être rentable, sa fonction indispensable étant celle de cohésion sociale sans laquelle aucune société ni économie ne peut fonctionner. Mais ça, on ne l’append pas à l’ENA…

    Répondre
  • 30 avril 2020 à 18 h 23 min
    Permalink

    quitte à réduire l’indemnisation trop généreuse du chômage partiel. C’est la seule façon de diminuer les faillites d’entreprises, les parts de marché perdus à l’export, soit des chômeurs en plus à venir !
    =*=
    Ben voyons…
    1) : Coronavirus : pas de chômage partiel si vous refusez d’envoyer vos enfants à l’école ! La mesure prendra effet à partir du 1er juin, et ne concernera que les parents dont les enfants peuvent être accueillis à l’école. Les règles vont changer pour l’attribution du chômage partiel pour les parents d’élèves. À partir du 1er juin, les parents qui n’envoient pas leurs enfants à l’école alors que celle-ci peut les accueillir ne pourront plus bénéficier du dispositif de chômage partiel ► https://exoportail.com/coronavirus-pas-de-chomage-partiel-si-vous-refusez-denvoyer-vos-enfants-a-lecole/

    2) Oui, les hôpitaux ont bien procédé au «tri» des patients ► https://fr.sputniknews.com/france/202004301043695766-covid-hopitaux-tri-patients-ages/
    «Dans un hôpital public d’Île-de-France –des documents en possession du “Canard” en attestent–, aucun patient de plus de 70 ans n’a été admis en réa durant les six jours les plus critiques de la crise. Un “tri” que personne ne semble prêt à assumer aujourd’hui…»

    Des malades refusés en réanimation pour lesquels un décret publié le 29 mars autorisait jusqu’à la mi-avril le recours au Rivotril (un puissant anxiolytique habituellement utilisé dans le traitement de l’épilepsie) afin de prodiguer des soins palliatifs ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2020/04/10/france-meurtre-par-decret-n-2020-360-du-28-mars-2020/

    Et ce serait une ; Catastrophe méritée en vue pour une France décadente depuis 45 ans !

    Juste pour terminer ; Premier groupe à avoir été sauvé par l’État, FNAC-Darty bénéficie d’une garantie de l’État de 350 millions € ► https://planetes360.fr/chantage-de-fnac-sur-ses-salaries-43h-forcees-fin-des-conges-payes-et-jours-rtt-sinon-pas-de-salaires/

    Donc il faut sauver la FNAC-DARTY et le fils Sarkozy, et au N.O.M. de quoi ?
    Mais laissons-les crever ces charognards qui voulaient nous refourguer leur appartement du futur ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2019/05/18/projet-fnac-darty-non-merci/

    Nos vies valent plus que vos/leurs profits !
    JBL

    Répondre
  • 1 mai 2020 à 0 h 09 min
    Permalink

    « La seule façon de nous sauver, ce serait 1.000 milliards d’euros d’emprunts supplémentaires auprès du MES »……… Le système est merdique à la base , il me convaint que tout ces emprunt c’est de la daube et il me trouve une bouée de secours dans la boite à merdre (ubu est passé par là ) !!!
    …..g peut etre rien compris remarquez ……….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *