Minorités d’Orient: Les oubliés de l’Histoire, un ouvrage de Tigrane Yégavian

RENÉ NABA — Ce texte est publié en partenariat avec www.madaniya.info.

.

Minorités d’Orient, Les oubliés de l’Histoire

TIGRANE YÉGAVIAN

https://www.editionsdurocher.fr/livre/fiche/minorites-d-orient-9782268102764

Date de parution : 23.10.2019
Nb. de pages : 228
EAN : 9782268102764

L’année 2014 a vu les images des Yézidis du Sinjar ou des chrétiens de la plaine de Ninive fuyant l’État dit islamique, faire le tour du monde. Pour beaucoup cette tragédie a été vécue et ressentie comme une répétition de 1915. Mêmes lieux, mêmes victimes, mêmes réactions timorées de la communauté internationale, même indignation face à la barbarie. La différence, on la trouve dans les images colorisées, la tragédie étant diffusée en temps réel.
Le règne de l’immédiateté nous a fait oublier que les guerres qui ravagent cette région depuis les « Printemps arabes » ne constituent qu’un énième avatar de la Question d’Orient. Si les dramatiques événements de l’été 2014 ont permis de sensibiliser l’opinion sur l’urgence de secourir les minorités opprimées du Moyen-Orient, le traitement de cette question dans les médias souffre d’une approche essentialiste voire réductrice.
Citoyens à part entière dans certains pays, « protégés » ou discriminés dans d’autres, ces communautés évoluent dans des contextes sociaux, culturels et politiques qui ont chacun leur propre singularité. Les englober dans un tout homogène brouille notre champ de vision. Ce livre propose un éclairage lucide et sans complaisance sur les causes de leur malheur mais aussi une nouvelle lecture du fait minoritaire en Orient, véritable machine de guerre géopolitique. Déconstruisant plusieurs mythes comme celui des Kurdes protecteurs des minorités, ou du rôle traditionnel de la France à l’égard des chrétiens, il entend débattre sur leur présent et leur avenir à la lumière de leur passé.
Diplômé de Sciences Po Paris et des Langues’O, Tigrane Yégavian est journaliste et arabisant. Il collabore notamment pour les revues Politique Internationale, Diplomatie, Moyen Orient, France Arménie et le Monde Diplomatique et est membre de la rédaction de la revue de géopolitique Conflits.

A Youssef Al Azmeh, chef militaire kurde et ministre syrien de la Défense.

L’auteur dédie ce papier à Youssef Al Azmeh, ministre syrien de la Défense, qui livra combat au Général Henri Gouraud à la bataille de Khan Mayssaloun, le 24 juillet 1920. La mort de ce chef militaire kurde, les armes à la main en compagnie des 400 des siens, a constitué l’acte fondateur du nationalisme arabe contre le colonialisme occidental. Sa mort a permis aux forces françaises d’entrer à Damas le 25 juillet 1920. Youssef Al Azmeh est considéré comme un héros national en Syrie. Une statue de lui se trouve à Damas. Son nom honore de nombreuses rues des villes syriennes.

La France: un discours de façade

L’activisme déployé par la France au Moyen Orient, en Août 2014, à l’occasion des massacres commis par Daech contre les Yazédis et surtout les assyro chaldéens, en Irak et les chrétiens en Syrie, ne doit pas faire illusion.

La France tient en fait un «discours de façade», destiné à sa consommation intérieure. Le constat retentit comme une gifle douloureuse sur la face d’un pays longtemps considéré comme la «Fille aînée de l’Église», s’autoproclamant abusivement, à ce titre, comme la «Protectrice des Chrétiens d’Orient».

La liste est longue des forfaitures françaises en terre d’Orient et le bilan est accablant, dressé sans complaisance par le politologue Tigrane Yégavian dans son ouvrage «Les minorités d’Orient: Les oubliés de l’Histoire» Éditions du Rocher.

Qu’on en juge: De la cession du district syrien d’Alexandrette à la Turquie dans la foulée du génocide arménien, au soutien inconsidéré aux groupements terroristes néo islamistes dans la guerre de destruction de la Syrie, un siècle plus tard, qui aboutit à la destruction du Mémorial du génocide arménien à Deir Ez Zor, (2011-2019), au soutien des pays occidentaux au surgissement du terrorisme islamique…

Trois actes d’une aberration absolue, d’une démence d’autant plus dommageable que cette équipée était dirigée contre un des rares pays du Monde arabe avec le Liban à continuer à ériger des Églises.

En superposition, l’ostracisation de l’unique président chrétien du Monde arabe, le président Emile Lahoud, pour avoir servi de soupape de sureté diplomatique au Hezbollah Libanais face à Israël dans sa guerre de destruction du Liban, en juillet 2006. Une décision prise par Jacques Chirac, à l’époque Président de la République Française, en signe de solidarité avec son pensionnaire posthume, son ami milliardaire Rafic Hariri, premier ministre libanais assassiné et chef du clan saoudo-américain au Moyen-Orient….. La liste des égarements français n’est pas limitative.

Pis, la France mettra un siècle à reconnaitre le génocide turc des Arméniens non pas tant dans une démarche de justice réparative, mais par dépit de la duplicité de la Turquie dans la guerre de Syrie. Une décision tardive, incomplète et quelque peu opportuniste

Et sur ces liens, le bilan diplomatique de Jupiter de France

De l’instrumentalisation de la religion

Les guerres de religion en Orient ne sont pas contemporaines de Daech. La guerre druzo-maronite de 1860 au Liban en témoigne, en même temps qu’elle illustre la prégnance du fait confessionnel dans cette zone, berceau des trois grandes religions monothéistes (juive, chrétienne et musulmane).

L’instrumentalisation de la religion à des fins politiques est d’ailleurs une constante de l’histoire. Toutes les religions y ont eu recours, dans toutes leurs déclinaisons, que cela soit la guerre de conquête de la chrétienté en Amérique latine ou les Croisades vers le Monde arabe, ou bien à l’inverse, la conquête arabe vers l’Asie, vers le Maghreb ou l’Afrique et l’islamisation corrélative de la rive méridionale de la Méditerranée et de l’Afrique occidentale, sur le flanc de l’Europe.

Guerre de religion au sein de l’espace occidental de la chrétienté (entre Protestants et Catholiques en France ou en Irlande du Nord), ou guerre de religion au sein de l’espace musulman (entre Sunnites et Chiites), ou enfin le sionisme, la forme la plus moderne de l’instrumentalisation de la Bible à des fins politiques par la mise en œuvre de la notion du retour à Sion, sur les débris de la Palestine.

La religion n’est pas condamnable en soi. Ses dérives si, en ce que la piété n’exclut ni l’intelligence, ni le libre arbitre. Elle n’interdit pas l’esprit critique. Elle ne saurait, en tout état de cause, se dévoyer dans des causes desservant l’intérêt national.

Mais nulle part ailleurs qu’au sein du leadership sunnite arabe, l’instrumentalisation de la religion n’a autant dévié de son objectif, desservant la cause arabe, au bénéfice de ses commanditaires, les États-Unis, le meilleur allié de leur principal ennemi, Israël.

Pour aller plus loin sur ce thème, cf. ce lien

La France supplantée par la Russie dans son rôle de «Protectrice des Chrétiens d’Orient.

Diplômé de l’Institut des Études Politiques de Paris (Sciences Po) et de l’Institut des Langues Orientales (Langues O), Tigrane Yégavian est un franco arménien, fils d’une famille arménienne ayant fui les persécutions ottomanes pour se réfugier en Syrie.

Un homme de terrain, ayant effectué de longs séjours dans les pays de la Zone. Non un verbeux qui peuple les lucarnes et parasite le débat. Un universitaire trilingue (franco-arabo-arménien) dont le jugement se fonde sur sa connaissance du terrain….contrairement à la foultitude de folliculaires parisiens qui extrapolent en fonction de leur tropisme néo-conservateur et conjecturent en fonction de leur fantasme pro israélien.

Rare cas d’auto sabordage 63 ans après le naufrage de Suez -l’agression franco-anglo-israélienne contre le président égyptien Gamal Abdel Nasser en 1956 en représailles à la nationalisation du Canal de Suez-, la France au Moyen orient est désormais inaudible, durement sanctionnée par sa relégation du rang de chef de file de la coalition internationale pour l’instauration de la démocratie en Syrie, –en partenariat avec des terroristes islamistes qui «font du bon boulot en Syrie»– à celui d’affinitaire. En somme un appendice, siégeant sur un strapontin dans un pays qui fut avec le Liban son principal point d’ancrage au Levant.

Son propos est parasité par l’ombre tutélaire de la figure mythique du combat palestinien Georges Abdallah, victime à la fois d’un abus de droit et d’un déni de droit, paradoxalement, dans la «Patrie des Droits de l’Homme». Le comble d’une imposture.

Pour aller plus loin sur cette affaire, cf ce lien

Pis, la France est désormais supplantée par la Russie dans son rôle de protection des minorités chrétiennes d’Orient. La conclusion de Tigrane Yégavian rejoint sensiblement celle d’un ambassadeur de France Michel Raimbaud, qui soutient, d’un trait d’une rare cruauté pour son pays d’origine, ce terrible constant: «C’est depuis Damas que Vladimir Poutine a entamé sa reconquête du statut de superpuissance et d’interlocuteur incontournable»….

«Selon Catherine II de Russie: «C’est Damas qui détient la clé de maison Russie…. La grande Syrie est partie intégrante du grand ensemble orthodoxe allant de l’Orient aux Balkans et aux Russies. «C’est cette perception historique qui a amené la Russie actuelle à reprendre au pays du Cham (Bilad As Sham) le flambeau -que les Français lui ont longtemps disputé- de la «protection des chrétiens».

Conclusion logique: C’est depuis Damas que Vladimir Poutine a entamé sa reconquête du statut de superpuissance et d’interlocuteur incontournable», déduit Michel Raimbaud dans son ouvrage.

Pour aller plus loin sur ce thème, cf ce lien https://www.madaniya.info/2019/10/18/les-guerres-de-syrie-un-ouvrage-de-michel-raimbaud/

LA LENTE DISPARITION DES CHRÉTIENS D’ORIENT NOTAMMENT EN IRAK ET EN SYRIE.

Si les persécutions contre les chrétiens du Moyen-Orient sont en net recul, leur exode prend un tour irréversible en Irak et en Syrie, alerte un rapport de l’AED (Aide pour l’Église en Détresse) publié le 26 Novembre 2019 sur les chrétiens opprimés pour leur foi.

La population chrétienne d’Irak a diminué de plus de 90% en une génération. À l’été 2019, ils étaient«bien en dessous des 150.000» en Irak, peut-être même «en dessous des 120.000», contre 1,5 million avant l’intervention américaine de 2003. «En l’espace d’une génération, la population chrétienne d’Irak a diminué de plus de 90%», note le rapport. Même phénomène en Syrie: mi-2017, les chrétiens étaient estimés à moins de 500.000, contre 1,5 million avant le début du conflit en 2011.

Pour décrire cet exode massif qui a atteint son apogée entre 2017 et 2018, l’AED n’hésite pas à utiliser le terme de«génocide».

Et en Afrique

Les violences djihadistes en Afrique contre les chrétiens demeurent pourtant«à des niveaux critiques». Des attaques islamistes ont endeuillé les communautés chrétiennes burkinabées et nigériennes. Mais c’est le Nigeria qui compte le plus grand nombre de chrétiens tués (3731 en 2018). Dans ce pays où opère Boko Haram,«il existe clairement un ordre du jour pour islamiser toutes les zones majoritairement chrétiennes», selon Mgr Wilfred Anagbe, évêque de Makurdi situé dans la ceinture centrale du pays.

Pour aller plus loin sur ce thème, cf ce lien:

L’ouvrage de Tigrane Yégavian se présente comme une constellation de lucioles qui balisent le parcours dans les dédales enchevêtrées des minorités chrétiennes du Moyen Orient, un dossier d’une grande complexité. Coptes, Assyriens, chrétiens libanais, chrétiens palestiniens, … nulle minorité n’est négligée.

Nulle minorité n’est épargnée, non plus, y compris les Kurdes; Une minorité sunnite non arabe, missionnée tant en Irak qu’en Syrie par les Occidentaux pour être leurs supplétifs émérites dans leurs équipées visant au démantèlement du Monde arabe.

Le passage concernant «Rojava: Les Chrétiens soumis à l’épreuve du confédéralisme démocratique» (page 175), mérite une lecture attentive pour éviter la répétition d’erreurs fâcheuses. «La tradition germano pratine qui consiste à ériger les Kurdes en «Islam des Lumières est une chimère», est il écrit.

De même le chapitre consacré aux «Chrétiens dans la guerre de Syrie» qui surprendrait plus d’un éditocrate pontifiant en leur intimant plus de modestie dans leurs prescription. Enfin et surtout, le point noir de la conscience occidentale, Les Palestiniens, «les Chrétiens en voie d’extinction» (page 55).

….«La France a vu son capital de légitimité et de crédibilité patiemment construit par le «gaullo miterrandisme» fondre comme neige au soleil en l’espace de quelques années si ce n’est quelques mois. Avec le déclenchement de la guerre de Syrie, Paris a cédé aux sirènes néoconservatrices pour diverses raisons, jetant la realpolitik aux orties et se coupant de tout un pan de la société syrienne traditionnellement francophile.

…«Le fiasco de la réunion de Paris pour relancer le processus de paix en Israël-Palestine est un exemple parmi d’autres du recul de notre influence dans cette région», soutient l’auteur.

L’éclipse de la France dans ses anciennes terres de mission s’est accompagnée de la montée en puissance d’Israël dans une stratégie de grignotage du Monde arabe, en prenant appui sur les minorités chrétiennes pour subvertir la sphère arabe, majoritairement musulmane, majoritairement sunnite, majoritairement monarchique, majoritairement sous le contrôle des bases de l’Otan.

Une calamité absolue. Un handicap structurel quasi insurmontable, sauf à opérer une modification radicale du mode de gouvernement dans ces pays et une non moins radicale appréhension des rapports de force internationaux.

De la stratégie de grignotage.

Le grignotage des minorités des minorités chrétiennes du Monde arabe est un objectif constant de la stratégie d’Israël et de la diaspora juive en vue d’imploser l’ensemble arabe par sa désagrégation interne.

A -Les Arméniens

En France, la cible a porté sur les Arméniens, importante minorité chrétienne d’Asie mineure, par application du «principe de solidarité entre les victimes d’un génocide», quand bien même Israël, le foyer des rescapés du génocide hitlérien, était l’allié stratégique de la Turquie, le génocideur des Arméniens. Une alliance contre nature présentée comme un partenariat des «grandes démocraties du Moyen orient», pour la simple raison qu’elle constituait une alliance de revers contre la Syrie.

Pour aller plus loin sur la nouvelle solidarité judéo-arménienne en France: un clonage au rabais du groupe Manouchian, cf ce lien:

B – Les Maronites

Au Liban, les Israéliens ont jeté leur dévolu sur le leadership milicien maronite lors de la guerre intestine inter-libanaise (1975-1990), qui a culminé avec la décapitation de Bachir Gemayel et de sa garde rapprochée, à la veille de l’entrée en fonction du chef phalangiste, élu Président de la République à l’aide des blindés israéliens dans Beyrouth assiégé.

Pour aller plus loin sur ce thème, la collusion entre Israël et le leadership maronite

«Enfants chéris de la France», les Maronites constituent la plus importante minorité chrétienne des minorités chrétiennes du Liban et non le groupement chrétien majoritaire d’un Monde arabe majoritairement musulmans. Cette erreur d’appréciation des chefs de guerre maronites notamment Bachir Gemayel et Samir Geagea, leur sera fatale et sanctionnée par un déclassement de leurs prérogatives constitutionnelles au Liban.

Au delà de cette folle équipée, la renaissance intellectuelle arabe est grandement redevable aux Chrétiens, y compris dans le combat pour la libération du Monde arabe. Une liste non exhaustive de la contribution des chrétiens arabes à la renaissance du Monde arabe se trouve sur ce lien:

C – Les Kurdes

En Irak, le choix des Israéliens et de leurs relais médiatiques en Europe (Bernard Henry Lévy et Bernard Kouchner) s’est porté sur les Kurdes, les partenaires des Turcs dans le massacre des Arméniens sur une base sectaire. Sous l’occupation américaine de l’Irak (2003-2010), la zone kurdophone et pétrolifère est ainsi devenue une plateforme opérationnelle des services israéliens pour les opérations de déstabilisation de l’Iran frontalier.

Pour aller plus loin sur ce thème, cf ce lien: La connivence israélo-kurde, un secret de polichinelle

Nuançons le propos. Tout n’est pas sombre dans les relations arabo-kurdes. Des Kurdes de légende se sont illustrés dans l’histoire arabe, à commencer par Saladin, Salaheddine Al Ayoubi, le vainqueur des Croisés à Jérusalem, et Souleymane Al Halabi, l’assassin du général Jean Baptiste Kléber, le successeur de Bonaparte en Égypte, enfin, dernier et non le moindre, Youssef Al Azmeh cité dans la dédicace de ce texte.

Et il n’est pas exclu, au vu de leurs déboires avec les Occidentaux, que les Kurdes reconsidèrent leurs relations avec leurs anciens faux partenaires pour tenir compte de la nouvelle configuration stratégique régionale marquée par le reflux occidental. D’articuler le local sur l’international et, fixer, dans leur combat, comme cible prioritaire l’ennemi extérieur sur le voisin local.

Pour aller plus loin sur la contribution des kurdes au combat de libération national arabe et à l’essor culturel arabe, cf ce lien:

Pour compléter le panorama, ci joint une étude à propos des minorités religieuses de l’autre composante du Monde arabe: l’Islam

«Citoyens à part entière dans certains pays, «protégés» ou discriminés dans d’autres, ces communautés évoluent dans des contextes sociaux culturels et politiques qui ont chacun leur propre singularité. Les englober dans un tout homogène brouille le champ de vision. L’auteur a eu pour ambition de proposer un éclairage lucide, sans complaisance, sur les causes de leur malheur, mais aussi une nouvelle lecture du fait minoritaire en Orient, véritable machine de guerre géopolitique». Pari réussi.

Épilogue: Ad Dine Lillah Wal Watan Lil Jamih (La religion relève de Dieu et la patrie appartient à tous ses citoyens)

Une société se juge à la manière qu’a la majorité de traiter sa minorité. L’intolérance religieuse, l’instrumentalisation de la religion à des fins de survie politique, voire même les persécutions, ont généré d’importantes diasporas chrétiennes dans les Pays Occidentaux, à l’instar des Coptes, des Assyriens et des maronites libanais aux États-Unis, pas toujours favorablement disposés envers les pouvoirs dans leurs pays d’origine. Une posture qui les fait apparaître comme des supplétifs de leurs anciens colonisateurs occidentaux.

Pour colmater cette déperdition énergie, une règle s’impose de manière catégorique: se conformer au principe posé aux premiers temps de l’Islam, qui fut à l’origine de son succès, à savoir: Ad Dine Lillah Wal Watan Lil Jamih (La religion relève de Dieu et la patrie appartient à tous ses citoyens), lointain précurseur du principe de la séparation de l’Église et de l’État, le fondement de la laïcité française.

Tigrane Yégavian est membre de la rédaction de la revue de géopolitique «Conflits» et contributeur au site https://www.madaniya.info/

A RETROUVER SUR LES SITES DE VENTE EN LIGNE :

4 pensées sur “Minorités d’Orient: Les oubliés de l’Histoire, un ouvrage de Tigrane Yégavian

  • 2 juin 2020 à 3 h 25 min
    Permalink

    ll est en effet très regrettable que les minorités chrétiennes du Moyen-Orient aient vu leur nombre diminuer sinon chuter aussi bien que les exactions contre les civils d’entre eux augmenter et celles à l’encontre de toutes les minorités au nom de la religion ou la guerre de religion qu’on a voulu attiser très tôt on dirait depuis la recolonisation du moyen orient par la France via cette guerre entre Druzes et Maronites en 1860 et qui lui a servi d’excuse pour s’implanter dans le coin, pendant que l’empire britannique présent dans le coin un siècle plus tôt via la compagnie des indes orientales luttant contre la piraterie dans le golf persique et l’océan indien, montrait les mêmes intérêts que la France au même moment et préparait déjà son offensive depuis la péninsule arabique contre la présence ottomane. Bref, les deux n’ayant qu’un seul et unique but : supplanter très tôt l’empire Ottoman au moment ou il montrait des signes de faiblesse fin 19ème…et c’est uniquement à des fins économiques, hégémoniques et stratégiques que ces grandes puissances ont sorti la règle et le compas pour redécouper la région qui s’étendait de l’Égypte au Liban en passant par la péninsule arabique! ils ont depuis acquis et maîtrisé l’art d’instrumentaliser la religion dans le coin, favorisé le wahhabisme en Arabie contre les tribus qui luttaient aux côtés des ottomans, ou radicalisé les chrétiens comme moyen de faire imploser l’empire ottoman qui finira par tomber dans leur piège et mener son génocide et exil forcé contre les arméniens de 1915 !

    Bien entendu, bien plus tard, lorsqu’un allumé comme Khomeiny s’empare du pouvoir en Iran au nom de la lutte contre le grand Satan Américain et son protégé Israël, il ignore que l’URSS y a joué un rôle prépondérant, et le tient par les couilles à travers la cooptation des ses cadres bien avant la révolution, et le maintient et renforcement des ventes d’armes qu’ils refourguaient déjà au Shah d’Iran avant lui, mais lui, empêtré dans la guerre avec l’Irak, autre client en armement important de l’URSS, devient forcément otage des russes et leurs main mise sur son pays, et pendant tout ce temps là pendant que ses cadres radicalisaient le discours et embrigadaient la population ou liquidaient les opposants, son objectif et son rêve deviennent de plus en plus évidents : une expansion religieuse du chiisme et sectaire sous prétexte de vouloir  »libérer les Chiites du joug sunnite » dans tout le moyen orient (sur fond de guerre froide en plus) et régler les contentieux historiques de l’Iran avec ses voisins par la cooptation de de ces derniers tout en déclarant la guerre au clan wahhabite saoudien alors seul pays sunnite à l’époque qui continuait d’exclure les chiites du gâteau du pétrole! Ni dans les autres monarchies du Golf, ni au Yémen, ni en Égypte, ni en Syrie, ni en Irak, ni au Liban, ni ailleurs, les chiites ne connaissaient de persécutions confessionnelles dans le sens d’interdits religieux, mais minoritaires certes, à l’exception du Koweït et du Bahreïn ou le tribalisme sunnite dominant s’emparait du pouvoir (Al Sabah au Koweït) avec l’aide et le soutien de l’Arabie saoudite wahhabite ! Bref, il fallait pas plus pour mettre le feu aux poudres dans le tournant des années 90, la première guerre américaine contre l’Irak, et les développements dans le coin…dont la création de la chaîne Al Jazeera par le pouvoir au Qatar initialement comme moyen de propagande pour le minuscule émirat riche, mais aussi média sans précédent dans le monde arabe qui critiquait aussi bien le pouvoir Saoudien que Iranien et quiconque dans le monde arabe d’ailleurs et cette histoire d’influence des frères musulmans au Qatar via le Sheikh égyptien Quaradaoui, n’interviendra que plus tard lors des enjeux qui divisaient cette fois le Qatar et ses voisins ! Bref, au final, vous aviez d’un côté un pouvoir Saoudien wahhabite qui couchait dans le lit de Satan, et de l’autre, un pouvoir tout aussi sectaire et fanatique qui couchait dans le lit des ‘’infidèles incroyants et athées russes’’ … comme quoi , dans ces lits nuptiaux, il est facile de deviner qui culbutait l’autre, Iran et Arabie Saoudite étaient devenues les prostituées d’un soir de leurs maîtres qui décidaient de leur politique !

    Maintenant, vouloir mettre tous les sunnites dans le même panier que les mouvements terroristes qui demeurent à ce jour une énigme totale en réalité, et au meilleur, des branches financés anciennement par les wahhabites depuis l’Afghanistan, et prétendre que les minorités chrétiennes sont les victimes de tous les sunnites, ainsi que les minorités autres que chrétiennes… pour trouver au régime des Assad une sortie honorable dans les livres d’histoire, c’est des foutaises ! certaines minorités chrétiennes phalangistes faut-il rappeler sont celles qui ont perpétré Sabra et Chatila sous garde et protection Israélienne en Palestine ! la majorité des chrétiens du moyen orient ont en été les VIP pendant toute la domination impérialiste, les conseillers des sunnites comme des chiites ou des alaouites, leurs ministres, et des féodaux depuis l’empire Ottoman en réalité, en Égypte ou ailleurs, pendant que les majorités sunnites, souvent analphabètes vivaient dans la misère et l’exploitation par toutes ces élites, ottomanes, chrétiennes, sunnites aussi, chiites, et autres !

    L’histoire n’aura rien à offrir pour le clan des Assad sauf cette catastrophe sans précédent dans l’histoire du monde arabe (des millions de réfugiés encore pire que ce qu’on connu les palestiniens)! Nada ! autant qu’elle ne fera pas de fleurs pour les clans des pétrodollars et qui ne sont ni religieux en réalité ni sunnites, ni ‘’six pois chiches’’ comme disent les égyptiens, ils sont en majorité homo et bisexuels (sans que ce soit péjoratif), de grands ivrognes dont le Roi actuel d’Arabie Saoudite et tous ses prédécesseurs qui flambaient jusqu’à 10 millions de dollars dans les casinos en une seule nuit…à
    Enfin, Je n’ai pas lu le livre certes, mais j’espère que l’auteur n’est pas entrain d’insinuer une chose pareille ! que les sunnites majoritairement soient la cause de l’infortune des chrétiens d’orient…ou les amalgamant avec les terroristes soit disant sunnites, et tout en blanchissant les grandes puissances ‘’sataniques’’ dont la Russie ou le clan Atlantiste et leurs régimes de laquais dont les Assad et les Al Saoud ! fin de l’histoire ! Quiconque qui prétend le contraire ou essaie de bâtir une autre histoire sur la base des braises encore chaudes dans le coin encore maintenant, est entrain de perdre son énergies, détruire sa crédibilité et vouer son âme au diable ! :)))

    Non mais franchement !!!! si avec tout ce qui s’est passé il faut encore attiser d’autres guerres et d’autres haines comme s’il n’y en a pas eu assez et balancer les sunnites à la mer sous prétexte qu’ils ont soutenu les terroristes, contre les chrétiens, les chiites et les autres … alors bon vent… il n’y a plus grand monde qui soient encore religieux dans ce moyen orient sauf les politiciens, les tireurs de ficelles, et les maîtres de la propagande de Moscou, ceux qui cherchent encore à embrigader ce moyen orient comme ils ont embrigadé le reste des non alignés, et leur ont imposé la terreur, et s’ils trouvent qu’il y a trop de sunnites encore, qu’ils le bombardent au nucléaire ce moyen-orient et le gomment de la carte…et il faut craindre que si ça continue ça se terminera ainsi ! pendant que certains veulent aussi nous ramener aux temps des croisades avec ces histoires ! c’est tout simplement scandaleux !

    Répondre
  • 2 juin 2020 à 10 h 59 min
    Permalink

    Oups ! me suis relu, Sabra et Chatila c’est bien sur à Beyrouth, me suis mêlé en voulant dire massacre de Palestiniens !…et pour ceux qui ne connaissaient pas, ça s’est passé en 1982 dans un camps de réfugiés Palestinien de Beyrouth lors de la guerre civile Libanaise, des phalangistes chrétiens pénètrent au camps sous la garde et bénédiction de Tsahal, l’armée Israélienne à Beyrouth, et pendant deux jours égorgent et découpent à la hache plus de 3500 civils Palestiniens, dont l’écrasante majorité sont des bébés, des enfants, des femmes et des vieillards ! même les groupements terroristes soit disant  »sunnites », même les cannibales, même Israel, ou les khmers rouges, ou les films d’horreur et de zombies n’ont jamais envisagé pareille tuerie et massacre ! et on continue de dire que c’était pour  »venger l’assassinant de leur chef Bachir Gemayel!!! »…

    Bref, l’extrême gauche peut donc continuer de supporter le Clan Assad maintenant sous le faux prétexte qu’il défendait le moyen-orient contre Israel et le clan impérialiste Atlantiste ! le Clan Assad qui au lendemain du soulèvement pacifique contre lui n’hésita pas envoyer sa  »Chabiha » égorger des concitoyens et sujets syriens femmes et des enfants encore une fois… mais cette fois sunnites afin de transformer le conflit en guerre confessionnelle, et ça a marché au premier coup ! l’extrême gauche peut cdonc continuer de se voiler les yeux devants le meurtre de centaines de milliers de civils  »sunnites » et leur exclusion définitive de leur pays la Syrie, leur embrigadement dans des camps de réfugiés ou ils crevaient de faim, de froid encore aujourd’hui, et dont la majorité prendront les chemins de l’Europe, se noieront comme boat people, ou deviendront mendiants dans les pays sunnites ou autres…sous prétexte qu’ils n’ont pas appuyé la cause juste du Clan Assad, ou comme le sous entend ce billet, ont fermé les yeux ou encoutagé l’État islamique par le massacre et le viol des chrétiens et des Yazidis !!! on aura tout lu, vu et entendu ! l’extrême gauche peut donc continuer de cautionner ce qui semble et qui se dévoile devant nous aujourd’hui comme une haine religieuse sectaire et fanatique qui a soutenu Assad en réalité pour rayer de la carte des populations civiles dont le seul crime est d’être  »sunnites » alors que la majorité écrasante ne pratiquait même pas la religion ou avait le moindre problème avec ses voisins, amis, compatriotes chiites, chrétiens, yazidis ou kurdes ! l’extrême gauche si elle continue en réalité sur cette voie, elle ferait mieux de changer d’appellation idéologique et prendre un surnom phalangiste et fondamentaliste chrétien elle aussi de l’ère des croisades chrétiennes du 10ème, 11ème, 12ème et 13ème ou 14ème siècle ! Mais qu’elle sache alors que le cadavre politique Bachar Al Assad qui vit encore certes, et dont elle s’est servi en réalité avec les ayatollahs et leurs succursales Chiites pour assassiner son propre peuple, ne fera pas long feu ! les cartes sont dévoilées maintenant ! les mensonges éhontés, les bluffs, l’embrigadement et la propagande sont essoufflés maintenant ! Même Israel aux pires moments de ses vendettas ou les GI’s Américains de Bush n’ont jamais envisagé aller aussi loin dans l’horreur humaine, et le moyen-orient n’a certes pas connu une telle effusion de sang depuis les croisades et les guerres inter-religieuses sunnites et chiites de cette même période médiévale !

    Au final, comme Le bon vieux Kadhafi qui avait une expression qui ne quittait jamais ses discours qui pouvaient durer 6 heures et qui nous faisaient marrer à chaque fois :  »TOZZZ F’America » autrement dit, Je pète sur l’Amérique, moi aujourd’hui je dis  »TOZZZ sur l’extrême gauche », TOZZZ sur ses idéaux, TOZZZ sur ses pseudo combats pour l’égalité, TOZZZ sur sa pseudo défense de la Palestine et cent mille fois TOZZZ sur tout ses discours et ses slogans à la con que plus personne ne croit !

    Répondre
  • 2 juin 2020 à 11 h 23 min
    Permalink

    Ah ! j’allais oublier ! Si le communisme et le marxisme de nos jours c’est ça aussi, alors un milliard de TOZZZ sur les communistes et les marxistes s’il sont vraiment comme ça ! leur  »communisme » et leur  »marxisme » si c’est vraiment ça, personne n’en veut, qu’ils les gardent pour eux ! qu’ils s’étouffent dans leur haines profondes avec ! et qu’ils sachent que Karl Marx est innocent de leur soutiens aux crimes contre l’humanité et contre les opprimés de la terre en réalité !

    Répondre
  • 2 juin 2020 à 11 h 39 min
    Permalink

    Et puis qu’est ce que je racontes ?! Sabra et Chatila ce décompte de 3500 morts massacrés, c’est juste la version officielle, le vrai chiffre se situe aux alentours de 7 ou 8000 civils femmes et enfants, les photos existent encore pour ceux qui voudraient nous faire croire qu’il n’y a que les  »islamistes sunnites » qui soient capables de telles atrocités ! elle sont insoutenables, impossibles à envisager ou imaginer, tout comme les photos des femmes et enfants égorgés par les Chabiha du Clan Assad ! même les nazis et les SS n’auraient pu perpétrer de tels crimes même sous l’effet de la drogue ! ….

    Feuilleton Syrien à suivre donc, Bachar el Assad se balade paraît-il avec sa balle dans sa poche made in Russia spécialement faite pour lui le jour ou Poutine lui ordonnera de se la tirer dans la tête, à moins que ce soit une dose de cyanure ou de polonium, faites aussi sur mesure pour son corps frêle et son idiotie ! l’extrême gauche  »progressiste’, devrait s’y préparer, et crier au complot et à l’assassinat  »sunnite » lorsque ça arrivera, c’est juste une question de temps et ça ne saurait tarder !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *