Le diabète derrière le Coronavirus Covid-19 ?

Québec Science – montage de virus qui attaquant les cellules

Le SARS-coV-2

 

CAROLLE ANNE DESSUREAULT :

Tout d’abord, un aperçu sur les statistiques des cas et décès du virus

Tableau sur l’évolution du Covid 19 au pays et ailleurs.

MONDIALEMENT –   5 614 458 cas  –    350 958 décès

AU CANADA                   87 482 cas –         6 829 décès

AU QUÉBEC          –         49 139 cas –          4 228 décès

ÉTATS-UNIS          –    1 724 416 cas –      100 940 décès

 

Bref survol sur les pays les plus affectés

 

BRÉSIL 396 166 (24 746) / RUSSIE 370 680 (3 968) / ROYAUME-UNI 267 240 (37460) ESPAGNE 236 529 (27 117) / ITALIE 230 555 / ALLEMAGNE 181 303 (8 431) / TURQUIE 158 762 (4 397) / FRANCE 145 746 (28 596) / IRAN 141 591 (7 564) / PÉROU 129 751 (3 788) / CHINE CONTINENTALE 82 993 (4 634) / CHILI 82 289 (841) / ARABIE SAOUDITE 78 541 (425) / MEXIQUE 74 560 (8 134) / PAKISTAN    59 151 (1 225) / BELGIQUE 57 592 (9 364) / QATAR 48 677 (30) / PAYS-BAS 45 769 (5 871) / BIÉLORUSSIE 38 956 (214) / BANGLADESH 38 292 (544) / ÉQUATEUR    37 355 (3 203) / SUÈDE 35 088 (4 220) / SINGAPOUR 32 876 (23) / ÉMIRATS ARABES UNIS 31 086 (253) / PORTUGAL 31 007 (1 342) / SUISSE 30 776 (1 649) / IRLANDE 24 803 (1 631) / AFRIQUE DU SUD 24 264 (524) / INDONÉSIE 23 851 (1473) / COLOMBIE 23 003 (776) / KOWEIT (22 575 (172) POLOGNE 22 303 (1 025)
 

 

J’ai lu dans un article de Santé Nature Innovation que certaines maladies modernes ou de civilisation profitent au Coronavirus – SARS-coV-2, telles que le syndrome métabolique (aussi appelé Syndrome X – risque de diabète 2, accidents cardio-vasculaires), le pré-diabète et surtout le diabète.

 Les statistiques démontrent qu’une majorité de personnes décédées du Covid-19 souffraient des maladies comorbidités qui se définissent comme plusieurs troubles physiques associés à une maladie primaire. Ces maladies évidemment affaiblissent les organes d’une personne au point de la rendre très vulnérable aux virus.

C’est un problème de fond dans nos sociétés.

Grâce au Coronavirus – si on accepte de comprendre les travers qu’il met en perspective afin d’aller vers des choix axés davantage sur la valeur humaine – on se rend compte qu’à peu près partout dans le monde, aucun gouvernement n’était prêt à affronter la crise que nous vivons actuellement. Trop souvent, les restrictions budgétaires se font dans le bas de la pyramide ce qui congestionne et affaiblit les systèmes soit hospitalier, éducatif, social, recherche.

J’ai été surprise d’apprendre que les Américains sont ou seraient les mieux préparés pour faire face à une épidémie de diabète ! Même si c’est le pays qui a le plus haut taux de diabétiques -– une personne sur trois en serait atteinte – il a conséquemment investi dans la recherche pour prévenir et soigner cette maladie – en fait, les Etats-Unis seraient à la fine pointe de la lutte anti-diabète.

En Europe, on estime qu’il y a entre 90 et 100 millions de diabétiques, et cette maladie est en progression. En Chine, plus de 12 % de la population en est atteinte. En Russie, ps loin de 20 millions d’habitants. Au Canada, 3 millions de personnes en souffrent. En Amérique latine, une personne sur dix en est atteinte. Et on estime qu’en Afrique il y aura en 2045, 40 millions de personnes diabétiques.

Pourtant, ici au Canada, en Ontario, le médecin Jason Fung, un néphrologue, soutient que non seulement cette maladie est réversible, mais que la prise de médicaments est néfaste. Il est l’auteur du livre Code Diabète.

Pendant des années, Jason Fung a assisté impuissant à la détérioration de la santé d’innombrables patients aux prises avec le diabète de type 2, principale cause de maladie rénale. « J’appliquais ce qu’on m’avait enseigné : je leur prescrivais des médicaments, et quand leur situation s’aggravait, je leur faisais prendre de l’insuline. Mais ça ne donnait pas grand-chose. J’ai cherché à comprendre pourquoi. »

Selon le Dr Fung, le diabète de type 2 est une maladie provoquée par une quantité excessive d’insuline dans le corps, une hormone produite naturellement lorsqu’on ingère trop de sucre. r Fung. Le paradoxe, c’est que les médecins prescrivent de l’insuline pour gérer la glycémie dans le sang. Le traitement ne fait que pousser le sucre du sang vers les cellules sans l’éliminer, accentuant ainsi un effet de résistance à l’insuline. « C’est comme avoir une cuisine sale et balayer constamment les saletés sous le tapis. Tôt ou tard, les déchets déborderont et pourriront. » Sa conclusion est claire ; l’insuline comme traitement au diabète de type 2 n’améliore pas la situation, bien au contraire, elle l’aggrave.

Faire régresser le diabète

Cette maladie qui, d’après l’OMS toucherait un adulte sur 11 dans le monde, peut être prévenue, voire renversée de façon naturelle. Il prend à témoin les patients de sa clinique en banlieue de Toronto qui suivent un programme reposant sur deux piliers : adopter un régime faible en glucides et pratiquer le jeûne.

Le raisonnement derrière cette approche est simple. Pour renverser cet effet de « trop-plein » dans le corps, il faut d’une part arrêter sa consommation de sucre qu’on retrouve dans les aliments riches en glucides comme les boissons sucrées, le riz blanc, les pommes de terre bouillies et les pâtisseries. Ensuite, il faut brûler le sucre restant par des périodes de jeûne de 24 à 36 heures. Cette méthode réduit le taux d’insuline et la résistance à l’insuline, contrairement à la restriction alimentaire qui provoque une hausse compensatoire de la faim.

Le Dr Fung rappelle à tous ceux qui sont sous médication pour traiter leur diabète de type 2 doivent parler à leur médecin avant d’appliquer la méthode. « La posologie est réglée en fonction de votre diète actuelle. Si vous changez de façon draconienne votre alimentation, votre corps peut avoir des réactions dangereuses. » En revanche, une personne en santé ou en situation de prédiabète peut suivre sans problème les recommandations du livre pour prévenir la maladie.

Dénonciation

Jason Fung qualifie de « tragédie » le fait que la formation des médecins soit encore orientée vers la prescription de médicaments alors qu’on pourrait lutter efficacement contre le diabète de type 2 en modifiant l’alimentation des patients. « Le jugement des médecins est altéré par l’argent des fabricants pharmaceutiques, déplore-t-il. Les compagnies financent les universités, payent des formations et commanditent des congrès. Évidemment, elles vont promouvoir leurs produits. Mais la solution est ailleurs. Heureusement, plusieurs de mes collègues prennent conscience des bienfaits des diètes sur la santé. »

CINQ RÈGLES POUR RENVERSER LE DIABÈTE DE TYPE 2

  1. Éviter le fructose –  qu’on retrouve notamment dans les boissons gazeuses, les thés glacés, les boissons pour sportifs, les jus et les boissons au café. Il se cache aussi dans les yogourts aromatisés, les sauces aux tomates et les barres de céréales ;
  2. Réduire la consommation de glucides raffinés –des groupes alimentaires, les glucides raffinés causent la plus grande hausse du taux d’insuline. Il est préférable de diminuer l’apport de produits à base de blé comme le pain, les pâtes et les biscuits et ceux à base de maïs comme les croustilles et les tortillas. On ne consommera le riz blanc qu’en petite quantité ;
  3. Choisir des aliments riches en matières grasses naturelles –  il suffit de remplacer les glucides raffinés par des poissons gras, de l’huile d’olive, des avocats et des noix. Les œufs et les fruits de mer sont un excellent choix aussi. Quant aux gras que contiennent le bœuf, le porc, le beurre et la crème; ils sont sains ;
  4. Mange des aliments « vrais » – la meilleure façon de reconnaître les bons des mauvaises glucides est de choisir des aliments qui n’ont pas été raffinés ni transformés.
  5. S’initier aux vertus du jeûne – c’est une méthode efficace de perte de poids qui déclenche des changements hormonaux bénéfiques pour le corps en réduisant la résistance à l’insuline. On alterne des périodes de jeûne de 24 à 36 heures et des journées à 3 repas par jour.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

6 pensées sur “Le diabète derrière le Coronavirus Covid-19 ?

  • Ping : Le diabète derrière le Coronavirus Covid-19 ? | Raimanet

  • 28 mai 2020 à 1 h 40 min
    Permalink

    Aussi invraisemblable que cela puisse s’entendre, j’ai un ami dont la famille à été diabétique de manière héréditaire, dont lui aussi, en est complètement guéri ! recette :

    Intelligent et Matheux brillant depuis l’enfance, il décroche son bac (ou license universitaire en Maths Sup) à l’université au Maghreb avec spécialisation en statistiques avec mention d’excellence (pratiquement majeur de sa promotion), il ignore les offres des écoles d’ingénieurs, et préfère se faire embaucher par une très grosse firme Italienne n’ayant rien avoir avec les maths ou les stats sur place qui vend et fabrique des profilés d’aluminium (portes et fenêtres) comme commercial, il se fait tellement remarquer que le boss, un Italien qui a 30 ans d’expérience avec son entreprise familiale, le promeut, lui finance un MBA ou maîtrise assez prestigieuse qui vaut la peau des fesses, lui double… puis lui triple son salaire!…mais notre ami n’est toujours pas content… il fait la grosse erreur de quitter et vouloir me rejoindre au Canada…. il arrive en bonne santé et plein d’espoir… mais discrimination oblige, il bosse comme préposé de quincaillerie (Rona), comme prof de maths temporaire pour des écoles privées, et plus tard comme bouche trou dans une école qui apprend le français aux hauts fonctionnaires anglophones du Fédéral… bref, il commence à boire, beaucoup de bière, le diabète héréditaire de type 2 se déclare, il le gère tout en s’aggravant pendant 6 ans, les médecins ici lui disent que son pancréas est mort, lui triplent la dose d’insuline, il pète les plombs et perd 12 ans de sa vie ici, et subitement sans prévenir quiconque , il décide de lâcher tout et rentrer au pays (au Maghreb)…

    Un an et demi plus tard, même sans boulot, sans avenir, mais proche de sa famille, il est transformé ! 3 ans plus tard, il ne prend plus aucun médicament, il a un physique d’athlète…sans exagérer ! il continue pourtant de boire la bière, mais son diabète à complètement disparu ! il va au gym 3 fois par semaine au moins, il fait du Business en faisant des allers-retours aux états-unis, il fume, il boit de la bière, mais il est en super forme ! il fait justement des cures de jeûne de 14 heures par jour, (à ;a mode paraît-il), et il a un poids santé phénoménal, en plus de me confier que sur le plan sexuel, il a l’impression d’avoir 20 ans !

    aujourd’hui, il me donne des conseils, genre, fais du sport ou juste de la marche, bouffe des crudités, du poisson, des aliments naturels, et surtout si tu stresse, lâche tout et retournes au Bled !:)))  »ça vaut pas le coup » il me dit… il faut dire qu’à 47 ans, lorsqu’ils décide d’abandonner le Canada et même renoncer à sa citoyenneté Canadienne !…il a tout refait de sa vie, c’est un autre homme, il est heureux, et n’arrêtes pas de me dire que le diabète et toutes les autres maladies graves similaires dont l’hypertension que lui même à eu avec le diabète, et que moi même continue à gérer (je suis pas diabétique, mais hypertendu) ne se déclarent que à cause du stress ! et vont fort probablement te tuer…il me dit !

    j’ai par ailleurs un autre ami maghrébin, ingénieur, brillant et professionnellement  »très avancé » (ça lui a pris trois diplômes d’ingénieur, le premier en cinq ans au pays d’origine après un bac en maths aussi 9 ans au total, et deux autres bac en ingénierie ici en TI pour y arriver! quasiment 15 ans d’études supérieures) il a fait sa place avec la force de sa determination certes… mais diabétique type 2 aussi, qui n’a fait que s’aggraver ! et qui parfois continue de m’appeler à 1 heure du mat désespéré, pour me dire qu’il peut crever à tout moment, que son corps et troué de partout par les injections d’insuline, qu’il ne sait plus ce qu’il adviendra de ses deux filles, que son médecin traitant une énième endocrinologue ne sait plus comment traiter son diabète très avancé, et que sa femme est malheureuse…désespérée, redevenue religieuse pour cette raison, ne sait plus quoi faire pour l’aider ! c’est très simple, il ne dort plus !

    Je suis donc pour ma part persuadé que le mode vie hyper stressant d’ici, les frustrations, les taxes, les dépenses, le matérialisme, les dettes aussi lorsqu’elles embarquent ont de quoi vous tuer, vous terrasser, vous anéantir et vous envoyer incognito au cimetière du coin ! combinez avec cela un régime alimentaire cochon et malsain, les hamburgers, les frites, les poutines, les viandes rouges, la bouffe du Costco ou les fausses marques  »santé »qui pullulent aujourd’hui scandaleusement, rajoutez y juste un peu d,alcool, de cigarette, ou même de patchs de nicotine anti cigarettes soit disant, et vous êtes bon pour un beau cercueil en chêne massif plus vite que vous ne l’imaginez ! la Covid en fait, c’est de la rigolade à côté du mode de vie qu’on impose aux gens ici !

    Répondre
  • 28 mai 2020 à 9 h 53 min
    Permalink

    CHER SAM,

    J’ai lu avec beaucoup d’intérêt votre « chronique » sur deux de vos amis sur le diabète.

    Que dire ? Insidieusement, vous attribuez le diabète au régime de notre pays – ou nord-américain, notre façon de vivre, les taxes, le stess, etc. Il y a du vrai, mais nous ne sommes pas obligés de glisser dans la malbouffe, ni la bière, ni le sucre. Personnellement, je n’ai pas de diabète, je suis en excellente santé, je prends soin de ma santé, je me réserve des espaces intérieurs de calme, lucidité et pensées élevées.

    Malheureusement, Sam, le diabète s’est répandu partout dans le monde. Prenez le Maroc, par exemple, selon les estimations de l’OMS, le taux de prévalence du diabète dans la population adulte est de 12,4 %. Cette pathologie est la cause de plus de 12 000 décès par an et est à l’origine de 32 000 décès additionnels, attribuables aux complications dues au niveau élevé de glucose dans le sang. Il est dit que les femmes marocaines sont encore plus atteintes que les hommes, leur nourriture, leur façon de vivre, leur poids.

    Oublions les statistiques de l’OMS. Je suis régulièrement en contact avec une Marocaine que j’ai connue il y a plusieurs années chez des amis à Montréal chez qui elle venait séjourner 1 à 2 fois par an. Elle venait aux frais de mes amis. J’ai eu l’occasion de la connaître, et je l’apprécie. Elle s’appelle Fatiha. Bon coeur, aidante, vive, nous avons partagé de beaux moments. Elle a ses croyances, j’ai les miennes, ce qui importe pour moi ce sont les quaités humaines, elle en a. Comme moi, elle a aussi ses défauts, je ne m’y attarde pas. Je suis inquiète pour elle car sa santé ne va pas bien depuis bien des années. Elle souffre de diabète. Pour voir son médecin, c’est compliqué, elle n’a pas d’auto, elle doit se rendre de Casablanca (elle habite tout près) à Rabat en train, parfois sous une chaleur torride. Elle n’a pas les moyens de se faire soigner convenablement. Elle n’a pas une haute opinion du système de santé de son pays. Même situation pour les personnes âgées, une femme dont elle était très proche a fini sa vie dans ce qu’on appellerait un mouroir, sorte d’asile.

    Fatiha aurait aimé obtenir sa citoyenneté canadienne pour accéder à notre système de santé et à l’assistance sociale. Elle ne l’a pas obtenu eparce que mes amis sont décédés l’an dernier avant qu’ils fassent les démarches pour la prendre en charge (d’ailleurs ils avaient plus de 80 ans). Pendant des années, ils l’ont aidée moralement et financièrement – j’en suis témoin – et même quand elle retournait dans son pays, ils lui envoyaient des montants d’argent chaque mois parce qu’elle nous disait sur Skype qu’elle n’avait pas à manger, mais qu’elle acceptait, grâce à Allah.

    IL y a de bons et de mauvais aspects partout. C’est LA CONDITION HUMAINE qui est difficile. Les rapports entre les gens. Nos attentes, nos frustrations, les points de vue différents.

    Moi, j’ai séjourné quelques mois au Maroc à plusieurs reprises – c’est un très beau pays. J’y ai aussi vu énormément de pauvreté, en montagne, dans les outskirts, dans les souks. j’ai vu aussi que la culture est différente, c’est normal, une autre culture est forcément différente.

    Je termine avec un extrait sur la situation du diabète au Maroc « Le ministère de la Santé souligne assurer les soins nécessaires et la disponibilité des médicaments gratuitement au niveau des établissements de soins de santé primaires à 748 000 diabétiques dont 64% sont des femmes. La même source relève également la mobilisation d’une enveloppe budgétaire annuelle d’environ de 156 700 000 dirhams pour l’achat de l’insuline et les antidiabétiques oraux et 15 millions de dirhams pour l’acquisition du matériel médico-technique et des réactifs pour assurer le dépistage du diabète et le suivi métabolique des diabétiques.

    A noter que le diabète connaît une expansion très significative. Selon les dernières estimations de l’OMS et de l’IDF (2016), 422 millions de personnes dans le monde sont diabétiques, dont 47% sont des femmes. Pour rappel, le diabète se caractérise par la gravité des complications qu’il engendre. En effet, il est la première cause d’insuffisance rénale terminale, de cécité et d’amputation des membres inférieurs, il est aussi la sixième cause de mortalité. »

    Pour terminer, Sam, je vous remercie de votre communication sincère.

    Carolle

    Répondre
  • 28 mai 2020 à 11 h 48 min
    Permalink

    Vous avez raison Carolle Anne dans tout ce que vous avez dit ! mon point à surtout été de vouloir dire que lorsque certaines personnes sont bien dans leur pays, leur situation professionnelle ou matérielle, je ne comprends pas moi même les raisons qui les poussent à vouloir immigrer en occident dont ils ne se doutent pas ;e moins du monde des conditions économiques et sociales qui les y attendent en tant que nouveaux arrivants ! et même pour une certaine catégorie ambitieuse et ayant de quoi vouloir s’améliorer ou s’émanciper professionnellement, c’est pas évident ! par contre, je suis foncièrement contre ces hordes d’immigrants que le Canada fait venir qui finissent sur le bien être social et dans les ghettos ! le Maroc en est un de ces pays exportateurs d’immigrants, ou le Canada s’est doté d’une ambassade immense, impressionnante et imposante encore plus que celle des états-unis ou de la Chine ou la russie, et qui emploie des dizaines ou centaines de fonctionnaires depuis toujours à vendre le Canada et encourager des consultants en immigration par centaines sur place et ici, pour vendre le  »rêve Canadien » aux finissants des universités et autres catégories  »d’investisseurs » à l’origine des fonds douteux et à la base interdits de sortie du territoire, mais qui finissent aussi par poser pied ici… aux dernières nouvelles, ils achètent des propriétés ici par dizaines et personne ne sait d’ou et comment ils ramènent tout ce fric ! surtout depuis un pays encore pauvre comme vous dites, et qui en dehors de l’axe Tanger-Agadir sur le littoral, le centre du pays est livré à lui même et ne possède ni les infrastructures, ni les bases économiques pour faire vivre ces populations.

    le but est aussi de dire que le mode de vie ici ou ailleurs, dans les grandes métropoles en tous cas et même dans les patelins avoisinants à changé, il n’y a que le fric qui parle, la pression des dépenses, celle des écoles privées là-bas dans un système d’enseignement public en faillite, en plus de celui de la santé, et d’ailleurs beaucoup ne sacrifient leur carrières et n’immigrent ici que pour les études encore gratuites ici pour leurs enfants !

    Le Maroc est un pays ou si vous avez pas le Cash, vous ne vous faites pas soigner ! c’est aussi simple que ça ! Pays ultra libéral qui n’a rien avoir avec les pays arabes, il est une copie conforme des pays latino américains comme le brésil de tous points de vue ! disparités sociales énormes, bidonvilles pas très loin des centres modernes ou jouxtant les quartiers de villas de luxe, criminalité en expansion, drames sociaux tous les jours, bref… mais à côté de ça, seulement si vous vous en sortez bien, c’est effectivement un pays avec une dolce vita si vous vous planquez dans ces îlots de luxe en dehors  »des pestiférés » ! Mais quelque part, heureusement pour les pauvres là-bas, ils peuvent encore vivre ou vivoter, sans trop rêver, s’ils arrivent à se contenter de ce qu’ils ont, et ne pas viser plus haut que ce qu’ils se permettent, car c’est un pays agricole par excellence ou les prix des denrées et des aliments sont encore contrôlé par l’état…

    Le diabète, les cancers et les maladies chroniques y font justement des ravages, justement du aux changements radicaux de mode de vie et d’alimentation (utilisation massive de fertilisants à base de phosphates) dont le pays est producteur mondial…. touchons du bois et espérons que la lutte pour les changements qui y est toujours d’actualité arrive à inverser ces tendances !

    Merci pour votre réponse tout aussi sincère Carolle ! :)))

    Répondre
    • 28 mai 2020 à 16 h 56 min
      Permalink

      Je vous réponds, Sam, sans tarder, car j’apprécie votre sincérité, et même plus, votre authenticité. Quand je dis authenticité, il y a cette dose de sensibilité et de vision élargie qui permet de voir plus loin qu’uniquement des intérêts personnels.

      En fait, l’évolution se fait vraiment en dents de scie. On avance de quelques pas, on recule, on reprend la montée, on intègre, on découvre, on avance…..

      Il n’y a pas de système parfait puisque les systèmes sont dirigés par des humains et que les humains, nous les humains, sommes imparfaits, contradictoires, instables, encore cruels, assoifés de pouvoir, mais aussi assoifés de beauté et de grandeur serviable. Il y a de cela aussi.

      Suite à vos derniers commentaires, il est clair que l’assimilation des cultures va prendre du temps avant que chaque individu y trouve son avantage.

      Entre-temps, nous sommes là, bien vivants. Je choisis de suivre la voie de Spinoza qui nous invite à une véritable révolution intérieure et c’est en se transformant soi-même qu’on changera le monde. Il parle aussi de chercher à comprendre le comportement humain tout comme on le fait pour n’importe quel phénomène naturel (il y a des causes à un ouragan par exemple, et on ne les personnalise pas). Il ajoute qu’il est impossible de comprendre les autres tant qu’on n’a pas compris les causes profondes qui les font agir.

      Spinoza croit que l’être humain est une énigme pour lui-même, comme c’est vrai ! Il privilégie un chemin de connaissance de nos affects afin de gagner en lucidité, en liberté et en joie. Car la connaissance intérieure finit par apporter la liberté d’esprit. L’éthique de Spinoza n’a rien à voir avec une morale, c’est plutôt une éthologie.

      Tout notre bonheur, et tout notre malheur, proviennent des choses, idées et êtres qui vont nous affecter pour le meilleur ou pour le pire. Il parle de la connaissance qui est le fruit de l’expérience et de la raison et qui nous permet de savoir ce qui est BON ou MAUVAIS pour soi, ce qui augmente à notre nature (notre puissance vitale) ou ce qui la diminue.

      Le désir est important, il est le moteur du changement car la volonté seule ni la raison ne suffisent pas. Le désir est un appétit, une puissance qui nous fait rechercher consciemment ce qui nous pousse vers le meilleur. La sagesse consiste à orienter la force du désir dans le sens de ce qui nous est réellement vital, pour aller vers plus de perfection.

      Si nous humains sommes la plupart du temps conscients de nos actions et de nos désirs, malheureusement, nous restons souvent ignorants des causes profondes qui nous déterminent à désirer quelque chose.

      Enfin, il conclut que l’être humain est d’autant plus libre qu’il agit selon sa propre nature, selon son ESSENCE SINGULIÈRE, et non pas seulement sous l’influence des causes qui lui sont extérieures.

      Bonne fin de journée en cette période de grande chaleur, et je vous souhaite un vent de fraîcheur intérieure.

      Carolle Anne

      Répondre
  • 28 mai 2020 à 18 h 51 min
    Permalink

    Merci Carolle pour ces sages paroles… profondes aussi…car nous vivions en réalité dans un monde déjà globalisé qu’il nous est souvent difficile de saisir, comprendre ou contrôler ! nos identités sont elles même chamboulées et questionnées, autant que nos cultures, nos origines, nos perspectives et notre avenir sur lequel on a encore moins de contrôle dans ce souk mondial et mondialisé ! et c’est en fait un test que beaucoup d’entre nous doivent passer ou subir à partir du moment qu’on se proclame universalistes, humanistes ou socialement engagés aussi ! l’occident à pris une sacrée avance sur le monde, aussi bien sur le plan intellectuel que scientifique, que son émancipation par rapport aux religions ou aux dogmes de tous poils, sauf qu’il est pas sûr qu’il ait pris une avance civilisationnelle, ou humaniste sur le plan politique surtout, (et non pas celui des peuples)…car on voit bien comment ce tiers-monde, à peine émergeant du colonialisme, est amputé de ses cerveaux, contraint à pousser ses enfants à l’exil, dépouillé de sa liberté et maintenu sous le joug de régimes qui exploitent encore la religion ou les dogmes ou les doctrines socialistes avec l’appuis des grandes puissances en plus ! Cette réalité-là est au cœur de tous les malentendus, les préjugés, les clivages inconciliables entre Nord et Sud, et les tensions aussi, qu’elles soient sociales, politiques ou économiques ! et lorsque vous voyez comment toute l’Amérique latine se met à marcher vers les frontières américaines …à pied en plus, traversant des pays entiers, parfois arrêtés et séjourner dans les prisons spécialement aménagées pour ces millions de demandeurs d’asile, puis reprendre la route, au prix de leurs vie, traînant des enfants innocents, des femmes enceintes, des familles entières… vous vous dites y a forcement qq chose qui cloche, et c’est très grave ! et ce n’est pas uniquement à cause des politiques fabriquées ou mijotées en hauts lieux chez eux ou par des instances économiques occidentales, mais c’est aussi et surtout à cause de toutes ces politiques de prélèvements des cerveaux pour les attirer à bosser en occident, abandonner leur patries, leur familles, pour renforcer le puissance de frappe occidentale, la diversifier, l’enrichir et l’aiguiser… livrant ces pays là en réalité aux mafieux locaux qui en profitent pour aggraver les clivages sociaux et finir par dire au gens : »si vous êtes pas contents, foutez-le camps, immigrez vous aussi, prenez la route, personne ne vous retient ici ! » !!! le monde ne peut certes pas continuer à fonctionner ainsi ! et puisque l’establishment occidental surtout capitaliste en à décidé ainsi… de vivre comme un îlot d’abondance, de sécurité et de monopole intellectuel et scientifique qui ne partage pas ses  »richesse », ces êtres humains depuis l’antiquité l’antiquité d’ailleurs continueront de franchir toutes les barrières, les frontières et les océans, pour bouffer, pour trouver un peu de sécurité, pour rêver de communion, d’égalité et d’émancipation et rêver à un meilleur avenir pour leur enfants…!

    Je vais vous dire Carolle, moi, je ne fais que constater, souvent juger certes et c’est inévitable, mais je préfère encore l’exprimer sans prendre de pinces, et libérer ma conscience…et je peux assurer que je ne suis aucunement tendre envers ceux que j’ai laissé au bled…ou que je peux rencontrer aussi ici…! c’est juste que j’ai décidé depuis des années de devenir ce que je suis en réalité même si j’en paie souvent un prix élevé…; être transparent, assumer mes idéaux, m’ouvrir aux autres et les écouter, je suis aussi un anti nationaliste notoire, un anti communautariste intraitable sur la question, je ne fréquente en tout et pour tout de mes propres  »compatriotes » qu’une poignée qui se comptent sur les doigts d’une main, je rigole de ces notions de nationalisme et de communautarisme sans renoncer à une patriotisme maghrébin balancé et aucunement fanatique ou identitaire, jamais Marocain, Algérien, Tunisien ou arabe..etc et ce n’est nullement pour blesser ou critiquer pour critiquer…ou choquer mes propres  »compatriotes »…mais pour justement ne pas tomber dans le piège des préjugés ou celui des généralisations ! et c’est mon parcours, j’y peux rien, j’ai en moi des morceaux de cultures, de pays, d’identités, et de fraternité avec tout le monde ! tout comme vous, tout comme ceux qui écrivent et nourrissent ce blog, et tout comme ceux qui ont voyagé, vécu et connu pas mal d’endroits dans leurs vie ! Je suis de toute façon foncièrement optimiste et j’espère que les autres le soient aussi…malgré tout ce qu’on voit autour de nous comme paradoxes et misères humaines !

    Merci encore pour votre sympathique réponse et pour nous ramener ce bon vieux Sheikh Spinoza enturbanné…:))) et dont l’ombre continue heureusement de planer sur cet occident…avec beaucoup d’autres…qui nous permettent et nous aident certes à y voir plus clair et garder la tête sur nos épaules !

    Au final, Sachez Carolle, que par les pouvoirs mystérieux de grand chaman qui me sont conférés et qui fout la zizanie sur les 7 du Québec, je vous nomme solennellement et officiellement : Grande Sheikha enturbannée, Grande prêtresse, Chevalière et Princesse de l’ordre de la Légion d’Honneur, celui du Mérite, celui de la Libération, et celui Des 7 du Québec et des Sages du Sentier lumineux !:))) fermez donc les yeux, faites un vœux, et il se réalisera ! :))

    Autrement dit…je ne m’inquiète pas pour vous savoir être déjà sur la voie de la sagesse et de la raison! :)))

    Cordialement !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *