DÉCOUPLAGE !?…

Nuevo-Curso.  Traduction de l’espagnole

 

This article is available in 5 languages on this webmagazine:
1.06.2020-Nuevo-English-Italiano

Les images des nuits de Minneapolis remplissent l’actualité du monde. Les émeutes ont déjà eu lieu pendant deux nuits après la publication d’une vidéo montrant le meurtre par la police d’un détenu qui n’a à aucun moment fait preuve de résistance. La « Garde nationale », sorte d’armée interne spécialisée dans les catastrophes et la contre-insurrection, occupe déjà les rues à la demande du gouverneur de l’Etat . Dans un pays où les médias décrivent quotidiennement des grèves menées par des groupes raciaux et non par des travailleurs, les événements ont été présentés et expliqués comme un soulèvement de la population noire contre le racisme meurtrier de la police locale … sans entrer dans plus de considérations.

 

Mais en réalité l’image générale de l’impact de la crise économique, de la pandémie et du confinement aux États-Unis parle en termes de classes. Si on va dans le secteur des services ce sont les plus précaires  c’est évident. Fin mars, les deux tiers des travailleurs interrogés avaient travaillé moins d’heures: 41% avaient été licenciés; 31 pour cent avaient vu leurs heures réduites; et seulement 28% travaillaient toujours comme d’habitude. Fin avril, des emplois auparavant sûrs se sont également effondrés: 58% avaient perdu leur emploi et seulement 20% travaillaient normalement . Mais parmi ceux qui ont été licenciés, moins d’un sur cinq a jusqu’à présent réussi à recevoir une assurance chômage.. Tout cela se produit dans un contexte où environ 40% des Américains étaient, avant la pandémie, incapables de payer des dépenses d’urgence de 400$.

 

Il y a une semaine, le Département du travail a signalé que plus de 40 millions de personnes avaient demandé des prestations depuis le début de la crise et environ 30 millions en recevaient. Dans l’ensemble, les factures s’accumulent et les banques alimentaires sont plus sollicitées que jamais. Mais maintenant, le Sénat et le président tiennent des excuses formelles pour empêcher leur renouvellement et pousser les travailleurs à retourner sur le marché du travail dès que possible .

Pour une partie importante de la classe ouvrière américaine, ce qui nous attend est un véritable précipice. Les nuits quasi festives qui brûlent les bâtiments et les symboles des corps répressifs locaux détestés, filmant le téléphone à la main comme un fou pour se souvenir, offrent plus de soulagement qu’autre chose. Mais malheureusement, séparés de tous les niveaux de classe et absents de toute forme de centralisation des assemblées, ils réaffirment l’idéologie de la contingence par les groupes démographiques (raciaux) et les identités (ethniques) qui est la stratégie pour maintenir la classe ouvrière divisée et impuissante dans ce pays.

La situation n’est pas beaucoup meilleure dans le reste du monde. Rien qu’en Amérique latine, l’ONU estime que 14 millions de personnes pourraient souffrir de la faim dans la nouvelle phase de la crise. La crise industrielle est évidente, les fermetures ne font que commencer. Renault présentera aujourd’hui un plan de réduction des coûts de 2 milliards de dollars  En Espagne, 80% des personnes interrogées pensent que leurs salaires vont geler ou baisser . L’ OIT prévient que le chômage des jeunes devient « structurel », c’est-à-dire qu’il le restera jusqu’à nouvel ordre . La  » génération Covid  » va souffrir d’ une insécurité massive dans tous les pays, y compris en Allemagne.

Des États tendus et des appareils politiques qui craquent

LE MINISTRE ESPAGNOL DE L’INTÉRIEUR ENTOURÉ DE GARDES CIVILS.

Dans le même temps, les tensions au sein de la classe dirigeante et la pression d’une petite bourgeoisie de plus en plus en colère contribuent à une instabilité politique croissante qui ne remet pas le système en question. Les deux exemples de cette semaine: l’Espagne et, bien sûr, le Brésil.

Le sujet de la semaine a été l’ enquête judiciaire sur la gestion du gouvernement dans les jours précédant le confinement. Les rapports de la Garde civile indiquent, comme cela était évident en termes politiques, qu’il y avait une volonté de ne pas commencer les mesures d’isolement avant la tenue de la messe féministe du 8 Mars, malgré tout indiquant qu’il était nécessaire. La réponse du gouvernement a été d’initier une série de purges en direction des forces de police qui ont entraîné la démission, la cessation ou la rébellion passive de tout le haut commandement militaire de l’organisation. Et dans le processus judiciaire, présent, par le biais du procureur général, un désaveu complet du pouvoir judiciaire.

Cette confrontation entre l’appareil politique et le cœur judiciaire et répressif de l’État est en réalité et résulte des pressions extraordinaires générées dans la classe dirigeante par la révolte de la petite bourgeoisie, notamment catalane, ces dernières années. La nouveauté est qu’elle est arrivée à une phase « trumpista » ou « bolsonarista », dans laquelle l’exécutif essaie de s’affirmer brutalement sur le reste des structures étatiques.

L’écho presque immédiat a été une campagne de presse qui a ouvertement demandé si le ministre de l’Intérieur devait être poursuivi , une option de radicalisation dans la confrontation qui est apparemment soutenue par certains secteurs de la justice . Pour couronner le tout, on ne sait pas si, en raison de l’incompétence ou du machiavélisme, le gouvernement a « dénoncé » de hauts responsables des services de renseignement .

Le tout à un moment où, à toute allure, il essaie de lancer une nouvelle « feuille de route » pour la capitale nationale et a besoin d’une base parlementaire pour, entre autres, imposer une augmentation « structurelle » des recettes qui, Dans les premiers croquis, il pourrait même dépasser sept points de PIB . Mais la tension affecte également les partis politiques. Le PP ressent la tension entre ses inerties systémiques du parti et la dérive d’une partie de sa base sociale qui l’entraîne vers Vox . Le langage parlementaire prend une connotation d’agression et de disqualification continue qui reflète et nourrit en même temps le voyage délirant d’une partie de la petite bourgeoisie vers le déni de la pandémie et la haine de classe la plus dure contre les travailleurs.

 

BOLSONARO CETTE SEMAINE DANS UN NOUVEAU RASSEMBLEMENT DE COUP D’ÉTAT.

 

Au Brésil, Bolsonaro est toujours en guerre ouverte avec la Cour fédérale suprême , une enquête de la société de démonstration de la Folha de Sao Paulo a montré cette semaine que la proportion de répondants qui rejettent le gouvernement est passée à 43%, tandis que son pourcentage des followers est consolidée à 33%. Il s’agit de cette petite bourgeoisie en colère, radicalisée par l’anti-communisme primaire américain, qui en son temps l’a promue et qui nie maintenant la pandémie ou à moins que ses effets ne soient pires que la fermeture de ses entreprises, et la pousse vers le coup d’État militaire final :

Bolsonaro a recouru à d’autres méthodes pour conserver son pouvoir. Il a commencé à agiter les Forces armées encore plus fréquemment et a lancé des menaces ouvertes d’intervention militaire. Jeudi (28), le président a prononcé un discours favorable à une action militaire devant la Cour suprême. Aucun commandant ne l’a contesté. L’enjeu du coup d’État est de faire preuve de force, d’intimider les autorités et de dynamiser une base de plus en plus identifiée à son chef. La majorité du noyau Bolsonarista est d’accord avec l’idée d’armer la population, soutient la participation des militaires au gouvernement et pense que le président voulait seulement améliorer sa sécurité personnelle et ne pas interférer avec la police fédérale. Ce groupe pousse Bolsonaro pour tout ou rien.

 

En relation avec la pandémie et la « désescalade », le délire est  dans l’intérêt du capital national. L’Etat de Sao Paulo (80% du PIB brésilien) rouvrira tout le 1er juin malgré le fait que le record de contagions soit battu jour après jour, nous en sommes déjà à 26 000 par jour  Avec le chômage qui monte en flèche et bat des records, ils espèrent briser la peur bien fondée des travailleurs de mourir de faim.

Mais la dérive violente et folle d’une partie de la petite bourgeoisie et son rejet de l’enfermement n’est pas un phénomène limité au Brésil. En Argentine le retour des caceroladas , en Espagne la «révolte de Barbour» est en bonne santé , au Pérou la partie la plus pauvre de la petite bourgeoisie andine, les vendeurs de rue, ont massivement brisé le confinement pour vendre au mépris de la police… Le «nouveau la normalité « aura cette classe » jetée dans la brousse « .

« Découplage » des capitales

TRAIN DE MARCHANDISES CHINE-EUROPE QUI TRAVERSE L’ASIE CENTRALE.

 

Le grand capital américain prend conscience qu’une étape d’instabilité politique et de délégitimation des États approche. C’est pourquoi il se dépêche de recouvrer des dettes là où il a des gouvernements amis comme l’Équateur et de conclure des accords réduisant les attentes là où, comme en Argentine, les gouvernements n’ont pas la capacité de manœuvrer financièrement . BlackRock, Goldman Sachs et compagnie clôturent une étape. La convoitise ne cesse d’accélérer les choses.

Mais là où cela est le plus inquiétant, c’est dans les relations inter-impérialistes. Ce n’est plus seulement le mur du conflit autour de la Chine ou la situation en Libye et en Méditerranée orientale. Ce qu’ils appellent le «découplage», la renationalisation ou du moins la re-régionalisation des chaînes de production se déroule à plein régime et a un effet de plus en plus dangereux: elle affaiblit l’interdépendance entre les capitales, réduisant les coûts des conflits de toutes sortes . C’est ce qui se passe entre l’Argentine et le Brésil , mais aussi entre l’UE et la Chine :

 

Le nouveau consensus est que les Européens devraient être plus isolés des caprices des gouvernements étrangers peu fiables ou dominants, que ce soit à Pékin ou à Washington. Cette nouvelle pensée est évidente dans les déclarations des hauts responsables de l’UE. Par exemple, Josep Borrell, le plus haut représentant de l’UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité, a récemment appelé les Européens à raccourcir et à diversifier leurs chaînes d’approvisionnement et à envisager de déplacer leurs liens commerciaux de l’Asie vers l’Europe de l’Est, les Balkans. et l’Afrique. Jouant un ton similaire, le tsar de la concurrence de l’UE Margrethe Vestager veut changer les règles en matière d’aides d’État pour protéger les entreprises européennes des acquisitions chinoises.

 

C’est ce cadre de «découplage» des capitales nationales qui explique pourquoi le «Brexit a la brava» est passé du hasard à la réalité acceptée. À tel point que cela n’a pas provoqué de scandale, l’Irlande l’a pris pour acquis et cette semaine, un programme d’adaptation de l’État a commencé . Ni que ce qui semblait récemment un anachronisme, la résurrection des conflits territoriaux entre le Chili et l’Argentine , n’apparaisse à la surprise des diplomates de River Plate

Une société « découplée »

MARCHE DES CHAUFFEURS DE BUS À ROSARIO, ARGENTINE, HIER.

 

Ce qui se profile devant cette image va bien au-delà du découplage entre les capitales nationales et du danger qu’elles comportent. Parce que le «découplage» est aussi social, au sein des classes dirigeantes et entre elles et la petite bourgeoisie en révolte. Un danger clairement perçu par les États car, comme nous l’avons vu l’année dernière , ils peuvent facilement devenir des instruments de lutte contre les impérialismes rivaux.

Si nous ajoutons à cela des mouvements à la hausse et des grèves des travailleurs, comme nous le constatons partout dans le monde , dans un contexte d’attaques de plus en plus fortes contre les conditions de vie et de travail, la perspective est celle d’un renforcement constant des tendances autoritaires et États totalitaires. Celles-ci seront plus que jamais axées sur la compression des contradictions de la classe dirigeante d’abord, entre celle-ci et la petite bourgeoisie plus tard. Ce qui dans des pays comme l’Espagne prendra inévitablement la forme d’un conflit territorial. Mais nous ne pouvons pas oublier que l’objectif du renforcement de l’État est et sera de pouvoir définir et entreprendre des « feuilles de route » qui donnent de l’oxygène à l’ accumulation en période de récession et de concurrence redoublée pour accéder aux marchés étrangers. Il renverra également le militarisme … même s’il est peint en vert écolo.

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

2 pensées sur “DÉCOUPLAGE !?…

  • 1 juin 2020 à 16 h 06 min
    Permalink

    Un article qui mélange tout. Le problème aux États-Unis était prévisible avec l’arrivée de Trump et je suis content, car, avec Trump, s’accélère la déclin ricain. Pour le reste de l’Amérique latine, c’est le salopard Soros qui met la main pour la déstabiliser de plus en plus. Une chose c’est certaine… Il n’aura pas du changement, car ici, les noirs et les latinos ne se révoltent pour trouver la Liberté, mais du changement de régime et ça, c’est de la servitude volontaire. Sans Racisme, pas de Capitalismo!

    Répondre
  • Ping : DÉCOUPLAGE !?… | Raimanet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *