Un rapport allemand dénonce la COVID-19 comme «une fausse alerte mondiale»

Le gouvernement fédéral allemand et les grands médias se sont efforcés de limiter les dégâts après la divulgation d’un rapport du ministère de l’Intérieur qui conteste le récit officiel du coronavirus.

Voici quelques passages clés du rapport :

  • La dangerosité de la Covid-19 a été surestimée : apparemment, à aucun moment le danger que représente le nouveau virus n’a dépassé le niveau normal (d’une grippe périodique NDLR).
  • Les personnes qui meurent du coronavirus sont essentiellement celles qui, statistiquement, mourraient cette année, car elles sont en fin de vie et leur corps affaibli ne peut plus faire face à un stress quotidien aléatoire (y compris les quelque 150 virus actuellement en circulation).
  • Dans le monde, en un quart d’année, il n’y a pas eu plus de 250 000 décès dus au Covid-19, contre 1,5 million de décès [25 100 en Allemagne] lors de la vague de grippe 2017/18.
  • Le danger n’est évidemment pas plus grand que celui de nombreux autres virus. Rien n’indique que ce n’était plus qu’une fausse alerte.
  • Un reproche pourrait aller dans ce sens : Lors de la crise du coronavirus, l’État a prouvé qu’il était l’un des plus grands producteurs de fausses nouvelles.

Jusqu’à présent, tout va mal. Mais il y a pire.

Le rapport se concentre sur les « nombreuses et lourdes conséquences des mesures contre le coronavirus » et prévient qu’elles sont « graves ».

Le nombre de personnes qui meurent à cause des mesures imposées du « Corona » par l’État est plus élevé que le nombre de personnes tuées par le virus. (Nous l’écrivons depuis deux mois maintenant… c’est le confinement qui est meurtrier. NDLR)

La raison en réside dans un scandale en cours de réalisation :

Un système de santé allemand axé sur les mesures anti-corona reporte des opérations chirurgicales vitales et retarde ou réduit le traitement des patients qui ne sont pas atteints par le virus.  (Et cela sans compter les millions d’affamés dans le tiers monde emprisonnés chez eux sans aide, sans rien à manger et sans pouvoir travailler. NDLR).

 Berlin en mode déni. Les scientifiques ripostent.

Au départ, le gouvernement a tenté de rejeter le rapport sous prétexte qu’il était « le travail d’un seul employé », et son contenu comme étant « sa propre opinion » – alors que les journalistes ont resserré les rangs, sans poser de questions, avec les politiciens.

Mais le rapport de 93 pages intitulé « Analyse de la gestion de la crise » a été rédigé par un groupe scientifique nommé par le ministère de l’intérieur et composé d’experts médicaux externes de plusieurs universités allemandes.

Le rapport a été rédigé à l’initiative d’un département du ministère de l’Intérieur appelé Unité KM4 et chargé de la « Protection des infrastructures critiques ».

C’est également là que le fonctionnaire allemand devenu lanceur d’alerte, Stephen Kohn, a travaillé et d’où il a divulgué l’information aux médias.

Les auteurs du rapport ont publié un communiqué de presse commun dès le 11 mai, reprochant au gouvernement d’avoir ignoré les conseils des experts et demandant au ministre de l’Intérieur de commenter officiellement la déclaration commune des experts:

« Les mesures thérapeutiques et préventives ne devraient jamais apporter plus de mal que la maladie elle-même. Leur but doit être de protéger les groupes à risque, sans pour autant mettre en péril la disponibilité des soins médicaux et la santé de l’ensemble de la population, comme c’est malheureusement le cas ».

« Nous, les scientifiques et les médecins, subissons les dommages secondaires des mesures contre le coronavirus sur nos patients sur une base de dialyse. »

« Nous demandons donc au ministère fédéral de l’Intérieur de commenter notre communiqué de presse et nous espérons une discussion pertinente sur les mesures [coronavirus], qui conduira à la meilleure solution possible pour l’ensemble de la population ».

Au moment de la rédaction du présent rapport, le gouvernement allemand n’avait pas encore réagi.

Mais les faits justifient – malheureusement – les inquiétudes des experts médicaux.

Le 23 mai, le journal allemand Das Bild titrait : « Les conséquences dramatiques des mesures anti-coronavirus : 52 000 opérations contre le cancer retardées ».

A l’intérieur, un médecin en chef avertit que « nous allons ressentir les effets secondaires de la crise du coronavirus pendant des années ».

Tirer sur le lanceur d’alerte. Ignorer le message.

Comme l’a rapporté Der Spiegel le 15 mai : « Stephen Kohn [le lanceur d’alerte] a depuis été suspendu de ses fonctions. On lui a conseillé de prendre un avocat et son ordinateur portable de travail a été confisqué ».

Kohn avait initialement divulgué le rapport le 9 mai au magazine libéral-conservateur Tichys Einblick, l’un des médias alternatifs les plus populaires en Allemagne.

La nouvelle du rapport s’est répandue en Allemagne pendant la deuxième semaine de mai – mais dès la troisième semaine, les médias et les politiciens ont cessé de discuter de la question en refusant de la commenter.

L’approche adoptée par Günter Krings, le représentant du ministre de l’Intérieur  Horst Seehofer – le patron du lanceur d’alerte – est emblématique :

A la question de savoir s’il allait traiter le document avec sérieux, Günter Krings a répondu :

« Si vous commencez à analyser des documents comme ça, vous allez bientôt inviter les gars avec les chapeaux en papier d’aluminium aux audiences parlementaires ».

Les « hommes avec des chapeaux en papier d’aluminium » – Aluhut en allemand – est un terme utilisé pour décrire les personnes qui croient aux théories de conspiration.

En effet, un article de Der Spiegel traitant du mouvement de protestation contre le coronavirus et des conséquences de la fuite du rapport contenait le mot « conspiration » pas moins de 17 fois !

Et aucune discussion sur les questions soulevées par le rapport lui-même.

En dehors de l’Allemagne, la nouvelle n’a pratiquement pas été rapportée.

Le mouvement de protestation – ou « Corona-Rebellen« 

Les Allemands ont commencé à manifester contre le confinement dès le mois d’avril.

Et des milliers de citoyens continuent de manifester chaque week-end, alors même que le gouvernement assouplit les restrictions.

Les manifestations ne sont pas seulement contre les restrictions, qui ont en fait été relativement légères par rapport à de nombreux autres pays occidentaux.

Les manifestations remettent en question l’ensemble du récit COVID-19, et plus encore ses principes, notamment le rôle que Bill Gates joue en tant que deuxième donateur de l’OMS (le premier depuis que Trump a suspendu la contribution étasunienne).

En effet, la plus grande manifestation de ce type a eu lieu à Stuttgart le 9 mai dernier, où des dizaines de milliers de personnes se sont rassemblées pour dire non – à l’OMS.

Les Allemands disent non à toute solution orwellienne que le gouvernement pourrait un jour imposer en raison d’un « statut d’urgence » douteux, depuis les applications de surveillance de masse jusqu’aux vaccinations obligatoires.

La fuite du rapport a prouvé que leurs craintes étaient fondées.

Au moins en ce qui concerne la fausse nature de la « pandémie de coronavirus ».

Le reste pourrait bientôt suivre.

Daniele Pozzati


Article original en anglais :

German Official Leaks Report Denouncing Corona as ‘A Global False Alarm’

Strategic Culture Foundation, le 29 mai 2020.

Traduit par Maya pour Mondialisation

14 pensées sur “Un rapport allemand dénonce la COVID-19 comme «une fausse alerte mondiale»

  • 3 juin 2020 à 18 h 20 min
    Permalink

    Mais que ça fait du bien à lire !

    Il semble donc qu’après avoir servi une cause douteuse (crapuleuse ?), qui a honteusement défrayé la chronique mondiale ces 4 derniers mois, et mis l’économie en lambeaux, beaucoup d’éléments se télescopent ces derniers temps. Sans pour autant traverser le mur du son.

    Parallèlement, on apprend que :
    – L’étude à charge à l’encontre de la soi-disant toxicité de l’hydroxychloroquine, publiée dans la prestigieuse revue médicale « The Lancet », se révèle être lacunaire quant à la méthodologie utilisée. La revue prend des distances avec les conclusions de l’étude.
    – L’OMS qui avait contesté l’efficacité de l’hydroxychloroquine et émis des réserves à l’encontre du professeur D. Raoult, se ravise discrètement. Les membres du comité ont ainsi estimé qu’il n’y avait aucune raison de modifier le protocole dans la mesure où les critiques sont infondées.
    – L’ANSM (agence française du médicament), qui avait emboîté le pas à l’OMS en suspendant les essais cliniques, reconsidère sa position.

    Faudrait savoir quand même !

    Mais voilà qu’on entend certains ministres expliquer benoîtement que les salariés – pour ceux qui ont eu la chance d’avoir pu sauver leur poste – doivent comprendre que la baisse de leur salaire est indispensable à la relance de l’économie.

    Ben voyons, quand la démagogie fait dans la contorsion, le divertissement peut se révéler périlleux.

    Et si, pour montrer l’exemple, on commençait par réduire les indemnités, émoluments, rétributions, rémunérations, appointements, jetons de présences, primes, et j’en passe … royalement attribués à la sphère politique élargie (élus et non élus), et interdire une bonne fois pour toute les cumuls de fonctions ?

    Répondre
  • 3 juin 2020 à 19 h 15 min
    Permalink

    La pandémie du COVID-19 a permis à l’ONU, par l’entremise de L’OMS d’établir dans tous les pays, les bases d’un nouvel ordre mondial politique, économique et social. Leur programme politique sont les 17 objectifs de développement durable. Ce nouveau monde ne se fera pas sans douleurs pour l’ensemble de l’humanité.

    Répondre
    • 4 juin 2020 à 3 h 03 min
      Permalink

      @ Jean CERE

      D’autant que la lecture dudit programme, notamment à travers ses 17 objectifs, n’est pas vraiment éclairante. Quel galimatias !

      « …/… Ces indicateurs, tels qu’ils ont été définis, sont destinés à servir de fondement principal pour suivre les progrès accomplis dans tous les pays vers la réalisation des ODD, à une échelle comparable au niveau international[9].

      Les indicateurs mondiaux ne sont donc pas nécessairement applicables à tous les contextes nationaux, du fait des caractéristiques propres à chaque pays. Les États peuvent donc, s’ils le souhaitent, définir leur propre jeu d’indicateurs pour le suivi des ODD au niveau national… « .

      https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Objectifs_de_d%C3%A9veloppement_durable

       » les indicateurs ne sont pas nécessairement applicables « .
      Voilà qui devrait permettre de renouveler à l’envi les retrouvailles au Sommet. A défaut d’efficacité, ça occupe. Longtemps.

      Bon anniversaire Toutankhamon, je suis au magasin, quelle couleur pour tes bandelettes ?!

      Répondre
  • 4 juin 2020 à 1 h 47 min
    Permalink

    Excellent article ! et il n’y a pas qu’en Allemagne on dirait que les vents tourner en défaveur du confinement… vous remarquerez qu,un peut partout, les mêmes questions sont soulevées, et c’est encore à travers les ministères de l’intérieur à qui on a confié le confinement initialement, que le discours anti-confinement commence à prendre forme aussi ! c’est à croire que les imbéciles aux commandes sont entrain de réaliser à quel point leur amour et attachement au pouvoir, et les erreurs de jugement et mesures des conséquences leur seront désormais défavorables à partir de maintenant !

    Fini les pots de peinture et les salamalecs, fini les discours auto gratifiants, présomptueux et arrogants, fini la dictature des gouvernants qui prennent les décisions sans consulter personne on dirait aussi ! j’avais déjà prévu cette étape on dirait, celle du retour du boomerang et de la claque inimaginable qu’ils vont se prendre dans la tronche cette fois !

    Répondre
    • 4 juin 2020 à 18 h 06 min
      Permalink

      @ Sam

      « …/… Fini les pots de peinture et les salamalecs, fini les discours auto gratifiants, présomptueux et arrogants, fini la dictature des gouvernants qui prennent les décisions sans consulter personne … ».

      J’ai beau tourner et retourner votre réflexion Sam, je ne parviens pas à la matérialiser.
      J’aimerais pouvoir nourrir votre optimisme, mais quand, jour après jour, je regarde avec quelle docilité la majeure partie de la population s’anime sur la voie publique, je ne vois qu’une majorité de cerveaux bien formatés.

      Ce matin j’ai assisté, incrédule, au rinçage obligatoire des pieds des clients (dans une bassine disposée sur le trottoir devant la porte d’entrée d’un cabinet médical) avant d’être autorisés à y pénétrer. Les chaussures attendaient sagement sur le trottoir le retour de leurs propriétaires.
      Une jeune femme devait trouver ça très drôle, parce qu’elle s’en amusait…

      Un couple, âgé de+/- 60 ans, se baladait sur le trottoir, le masque à la main. Dès qu’ils croisaient un ou des autres promeneurs, ils accrochaient vite le masque sur leur visage et … traversaient précipitamment la rue si personne ne se trouvait sur le trottoir opposé.

      Des comportements qui interpellent tout de même.

      Répondre
      • 4 juin 2020 à 21 h 54 min
        Permalink

        Bonsoir Nadine !

        Pourtant, depuis fin Mai, j’arrêtes pas de lire des trucs sur les circulaires des ministères de l’intérieur, que ce soit en France, dans certains pays arabes et en Europe, qui parlent de déconfinement progressif, qu’ils veulent absolument que la vie reprend à un rythme plus élevé, qu’ils veulent accél.rer la reprise économique tous secteurs confondus…mais en fait, il semble qu’il y a des résistances du côté des responsables de la santé surtout, ils sont pas sûrs, ils ont peur de d’une deuxième vague et ils alimentent encore la peur jusqu’à ce jour ! Ce qui reste certain c’est que les capitalistes sont vraiment pas contents, les patrons de PME qui ferment les unes après les autres, aussi, ils osent pas le dire officiellement, mais ils en parlent, et ils perdent patience on dirait ! tous les marchés verticaux sont affectés, les annulations de contrats commerciaux dans la majorité des secteurs de services et industriels, la mise à l’arrêt d’activités de production, de logistique et de commercialisation, et la chute de consommation des matériaux et autres produits de construction ou de l’énergie ..etc, tout ceci est entrain de s’écrouler en chaîne comme un jeu de dominos ! pendant que les télés, les journaux ou les médias font mine de rien, font semblant que tout va bien ! mais c’est sûr que beaucoup de carriéristes bien payés aux echelons élevés de l’administration des affaires ou du secteur public continuent de frimer, rien à changé pour eux, l’hypothèque sur la grosse baraque, sur la Tesla électrique dernier cri, et l’arrivisme continue de constituer pour eux une revanche sociale d’affamés sur les autres…ils sont heureux, ils se délectent de la banqueroute des autres on dirait ! demandez-moi, je les croise tous les jours cette racaille, certains font même plus d’argent à cause de la disparition des concurrents, la forte demande sur certains produits ou services, ou les primes Covid qu’ils reçoivent ! le capitalisme c’est aussi cela en effet ! hélas !

        Répondre
        • 5 juin 2020 à 9 h 54 min
          Permalink

          @ Sam

          La vérité n’est pas une opinion, mais un processus.
          Visiblement personne aujourd’hui ne souhaite endosser la responsabilité des mesures, prétendument sanitaires, qui ont été imposées (confinement, distanciations sociales, badigeonnage gel, port de masques, de gants, fermetures tous azimuths, …).

          Toutes et tous se réfugient derrière des décisions soi-disant collégiales, l’invocation de la Science, voire le consensus.
          En ce qui concerne l’hydroxychloroquine, l’insolent « The Guardian » a tout de même un peu creusé, et a notamment relevé que les données de bases de l’étude « the Lancet » avaient été manifestement falsifiées.

          Rhooo, ben alooors…

          Comment être étonnés par cetre supercherie puisqu’on constate depuis des lustres des pratiques similaires dans les médias mainstream, tels El Pais, El Mundo, Le Point, Le New York Times, Le Monde, Le Soir, le Figaro, entre autres, sans parler des impérissables plateaux télés animés par des indéboulonnables ?

          Pour joindre l’utile à l’agréable, il n’est peut-être pas superflu de savoir que « The Lancet » est publié par le groupe Elsevier, le plus grand éditeur médical au monde, qui fait du profit en vendant à un prix prohibitif des articles à l’unité et en créant de faux journaux scientifiques rédigés de A à Z par l’industrie pharmaceutique pour vendre ses propres produits.
          Si la plupart des consommateurs l’ignorent, les professionnels de la santé ne peuvent pas en dire autant.

          Même pas peur !?

          Répondre
  • 4 juin 2020 à 1 h 49 min
    Permalink

    correction, les vents tournent en défaveur du confinement.

    Répondre
  • Ping : Un rapport allemand dénonce la COVID-19 comme «une fausse alerte mondiale» | Raimanet

  • Ping : Le «grand cancer» Confinement général de la population: histoire, analyses et perspectives – les 7 du quebec

  • 9 juin 2020 à 17 h 08 min
    Permalink

    @ TOUS

    Les administrateurs de Facebook au Portugal ont bloqué l’article « Covid-19 – Rapport allemand … » et l’ont supprimé de mon espace sur ce réseau social. Lorsque l’article a été bloqué, il avait déjà 13 875 vues. Ils avaient peur d’être si populaires.

    J’ai copié l’article, changé un peu le titre – au lieu du rapport allemand, je l’ai mis en germanique – et l’ai republié, avec d’autres photos, sur facebook. Ensuite, comme le lien est différent du précédent, Facebook a déjà accepté la publication et le partage ultérieur. En une demi-heure, il y avait déjà 245 vues.

    Alberto

    Répondre
    • 9 juin 2020 à 17 h 16 min
      Permalink

      Il fallait y penser mais c’est bien joué Alberto !
      Bravo

      Répondre
  • Ping : L’amérique s’embrase, les jeunes se révoltent – La Voix De La Libye

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *