L’hypocrisie des politiciens qui pleurent d’un œil et tuent de l’autre!

Par Jacob Crosse

Titre original de l’article : Les protestations se poursuivent au sujet du meurtre de  George Floyd par la police alors que la violence d’État s’intensifie.

En réponse aux protestations qui ont eu lieu dans plus de 75 villes américaines à la suite du meurtre de George Floyd à Minneapolis, la police de tout le pays a entendu l’appel du président Donald Trump à « s’endurcir et se battre », déclenchant une vague de violence d’État contre les jeunes et les travailleurs de toutes les races et ethnies.

Dans des scènes répétées à travers le pays, des jeunes et des travailleurs non violents ont été gazés, aspergés de poivre de Cayenne, matraqués et abattus avec des balles en caoutchouc par des policiers antiémeutes et des soldats de l’État lourdement armés. Un homme a été tué par balle à Louisville, dans le Kentucky, dimanche soir, après que la police et les troupes de la Garde nationale aient ouvert le feu sur la foule.

Au moins 39 villes dans 16 États et tout l’État de l’Arizona ont imposé un couvre-feu, limitant les déplacements dès 18 heures dimanche soir. Les transports publics sont suspendus dans les grandes villes, telles que Chicago et New York, pendant les heures de couvre-feu.

La police tire des gaz lacrymogènes sur des manifestants pacifiques à San Diego

La Garde nationale a été activée dans environ 26 États et Washington D.C. Des unités de police militaire de l’armée active, dont des soldats de la 10e division de montagne, située à Fort Drum, dans l’État de New York, ont reçu l’ordre de se tenir prêtes à se déployer.

Au moment où nous écrivons ces lignes, des protestations sont en cours dans tout le pays, avec des milliers de personnes rassemblées à Boston, Washington D.C., New York, Seattle et Miami. Le Washington Post rapporte que le président Trump a été brièvement conduit dans un « bunker sécurisé » après qu’un incendie de sous-sol ait éclaté dans l’église historique St. John’s, située en face de la Maison Blanche.

Au cours du week-end, des milliers de personnes ont été arrêtées et jetées dans des prisons surpeuplées, alors que COVID-19 continue de se propager sans contrôle ni suivi dans tout le pays (sic). Rien qu’à Chicago, plus de 1 000 arrestations ont été effectuées.

La ville de New York a fait état de 300 arrestations à partir de samedi, tandis que 500 personnes ont été arrêtées vendredi soir à Los Angeles. Quatre-vingt-quatre personnes ont été arrêtées à Detroit samedi. Des centaines de personnes ont été blessées, nécessitant une hospitalisation, et au moins cinq personnes ont été tuées.

Des éléments d’extrême droite ont tenté d’infiltrer les manifestations afin de provoquer des brutalités policières, de semer le désordre et, dans certains cas, d’attaquer les manifestants. Encouragé par la démagogie de Trump, un propriétaire de bar d’Omaha, Nebraska, identifié par les médias locaux comme Jake Gardner est en garde à vue après avoir assassiné James Scurlock, un manifestant de 22 ans.

Augmentation de violences policières à travers les États-Unis, le week-end du 30 mai 2020

 

Gardner, un vétéran des Marines d’Irak et d’Haïti et un ardent défenseur du Trump, aurait crié des insultes raciales aux manifestants qui défilaient devant son bar pendant les manifestations de samedi. Dans une vidéo de téléphone portable capturée vers 18 heures samedi soir, on peut voir Gardner avancer vers un manifestant à reculons avant que deux coups de feu ne retentissent.

Contredisant le récit de la classe dirigeante, suite à des scènes historiques diffusées dans le monde entier, des manifestants multiraciaux se sont rassemblés par milliers pour manifester pacifiquement contre les meurtres incessants de la police contre les minorités.

À partir de mercredi et tout au long du week-end, des manifestations et des marches ont eu lieu à Minneapolis, Chicago, Detroit, Lansing, Rockford, New York, Syracuse, Philadelphie, Atlanta, Tampa, Milwaukee, Denver, Omaha, La Nouvelle-Orléans, Dallas, Little Rock, Houston, Phoenix, Salt Lake City, Las Vegas, Reno, Seattle, San José, Los Angeles et dans au moins 50 autres villes.

Les protestations ont été très majoritairement accueillies par des provocations policières suivies de violences brutales de la part de l’État. Tenues en armure antiémeute, brandissant massues, boucliers, tasers, macis et « balles moins mortelles », les policiers ont tiré, souvent à bout portant, des bombes lacrymogènes CS de 40 millimètres, des balles en caoutchouc et des balles de paintball sur des manifestants pacifiques, des journalistes et des spectateurs innocents.

Soutenus par la diabolisation par Trump des médias et des journalistes en tant qu' »ennemis du peuple », les reporters et les photographes qui ont tenté de couvrir les manifestations ont été délibérément attaqués et arrêtés par les forces de police. Selon le Comité des reporters pour la liberté de la presse, il y a eu au moins 15 cas confirmés de balles en caoutchouc ou de gaz lacrymogène tirés par la police sur des reporters. Cela inclut la mutilation de la photojournaliste Linda Tirado, qui a été définitivement aveuglée de l’œil gauche après avoir été frappée au visage par une balle en caoutchouc alors qu’elle couvrait les manifestations de Minneapolis le 29 mai.

Dimanche soir, le reporter de NBC Garrett Haake a été atteint d’une balle en caoutchouc à Washington, DC, et un reporter du Wall Street Journal a été battu par la police à New York.

Les services de police qui travaillent de concert avec les agences fédérales et des États, notamment la Garde nationale, les patrouilles douanières et frontalières, les services de l’immigration et des douanes, le Federal Bureau of Investigation, l’Agence de sécurité nationale et l’Agence centrale de renseignement, ont utilisé des véhicules blindés de transport de troupes, des patrouilles à cheval, des drones, des systèmes de localisation par téléphone portable GPS, des hélicoptères et des Humvees pour faire respecter les déclarations de couvre-feu.

La réponse universelle de l’establishment politique, tant démocrate que républicain, a été de dénoncer les protestations comme étant le fait d' »agitateurs extérieurs ».

Trump a qualifié les protestations nationales de l’œuvre de la « gauche radicale » et des « anarchistes dirigés par l’ANTIFA ». Dimanche, Trump a tweeté qu’il allait désigner l’ANTIFA comme une organisation terroriste nationale. Le procureur général William Barr a répété les affirmations non fondées et fausses de Trump selon lesquelles les manifestations étaient « planifiées, organisées et menées par des groupes anarchiques et d’extrême gauche utilisant des tactiques similaires à celles de l’ANTIFA ».

Le gouverneur du Minnesota, Tim Walz, a, au cours des dernières 72 heures, accusé les anarchistes, les tenants de la suprématie blanche et les cartels de la drogue d’être responsables des manifestations en cours. Le maire de Minneapolis, Jacob Frey, a approuvé l’évaluation de Walz lors d’une conférence de presse samedi, tout en envisageant la possibilité d’avoir recours à des « acteurs étrangers ». Tous deux sont démocrates.

S’exprimant dimanche avec Wolf Blitzer de CNN, Susan Rice, conseillère à la sécurité nationale de Barack Obama, a fait remarquer, sans fournir de preuves, qu’elle « ne serait pas surprise d’apprendre qu’ils [la Russie] ont fomenté certains de ces extrémistes des deux côtés en utilisant les médias sociaux ». Je ne serais pas surprise d’apprendre qu’ils le financent d’une manière ou d’une autre ».

Lors d’une apparition télévisée dimanche matin à l’émission « Meet the Press » de NBC, le maire d’Atlanta, Keisha Bottoms, a explicitement attaqué les manifestations d’Atlanta comme étant « inhabituelles » et a souligné la présence d’un grand nombre de personnes blanches, qu’elle a qualifiées d' »étrangers ». Tout au long du week-end, des journalistes ont parlé des manifestations et de la réaction de la police avec les travailleurs, les étudiants et les jeunes de tout le pays.

Minneapolis, Minnesota

Un chauffeur de camion-citerne est en garde à vue dimanche après-midi après avoir foncé dans une foule de 6000 personnes, principalement des jeunes, qui s’agenouillaient sur le pont de l’autoroute 35W pour honorer la vie de George Floyd. Le conducteur a été tiré du véhicule par les manifestants, mais n’a pas été gravement blessé. La police, cependant, est descendue sur le pont et a utilisé des gaz lacrymogènes contre les jeunes qui ont failli être tués.

Une vidéo largement diffusée samedi soir par Tanya Kerresen, qui était assise sur son porche vers 21h30, montre une file de policiers militarisés et de soldats de la Garde nationale avec une escorte en Humvee réparti le long de la rue. Alors qu’ils descendent la rue, la vidéo capte les cris des soldats, qui crient : « Rentrez !

Les Kerresen continuent de filmer alors que le convoi approche. Une fois les troupes devant sa maison, on a entendu un soldat crier « Allumez-les! », suivi par une grêle de balles de peinture, dont l’une a frappé Kerresen.

La même phrase, « Light ’em up », a été utilisée par les pilotes d’hélicoptères de combat américain apache en Irak avant qu’ils n’assassinent des enfants et des journalistes, comme le montre la vidéo « Collateral Murder » publiée par Wikileaks en 2010.

Pittsburgh, Pennsylvanie

Nicholas, un jeune travailleur du centre médical de l’université de Pittsburgh a participé au rassemblement de samedi « pour faire preuve de solidarité ». Il a déclaré : « Je suis blanc, et je pense qu’il est important de s’opposer à la brutalité policière ». Il a poursuivi: « C’était une manifestation puissante et respectueuse. Il y avait des enfants. Beaucoup de gens d’âges et de visages différents ».

La manifestation s’est terminée violemment lorsqu’une personne seule a commencé à vandaliser un seul véhicule de police, qui a été laissé sans surveillance près du groupe de manifestants. Des dizaines de personnes dans la foule ont tenté de dissuader l’homme de détruire le véhicule. Cependant, il a finalement réussi à l’incendier.

Nicholas a déclaré : « Personne ne sait qui était cette personne, et vous pouvez voir beaucoup de gens qui essaient de le faire arrêter. Je trouve étrange qu’une voiture de police soit laissée à elle-même. C’est presque comme si la police était prête à sacrifier une voiture de police pour pouvoir mettre fin à la manifestation ».

Syracuse, New York

Quelque 500 manifestants multiraciaux se sont rassemblés dans le centre-ville, où ils sont restés jusqu’en début de soirée samedi, lorsque la police a commencé à tirer des balles en caoutchouc et du gaz lacrymogène dans la foule. La justification donnée était que des fenêtres avaient été brisées au bâtiment de la sécurité publique. Cependant, il n’a pas été établi qui a exactement brisé les fenêtres.

Reno, Nevada

Un manifestant s’est exprimé sur la nature de la réponse de la police. « À Reno, la police accélère dans ses véhicules en direction des manifestants et pulvérise du poivre sur les gens qui passent sur les trottoirs. Cela rappelle beaucoup les manifestations en gilet jaune en France. Un couvre-feu a été instauré, et j’ai entendu dire qu’ils retiraient les gens de leurs voitures pour avoir violé le couvre-feu en brisant leurs vitres et en les frappant dans leurs véhicules ».

New York City

De nombreuses vidéos virales ont montré des officiers de la police de New York qui battent et poussent les manifestants au sol. L’une d’entre elles montre un flic en train d’arracher le téléphone de la main d’une jeune femme avant de la pousser au sol, lui tapant la tête sur le trottoir, provoquant une commotion cérébrale et une crise. Une autre vidéo montre des véhicules de police de plus de deux tonnes qui tentent de passer au travers de manifestants bloquant une intersection. Le maire démocrate Bill de Blasio a accusé les manifestants, qui se tenaient derrière une barricade de police qui se trouvait devant le VUS, de « converger vers un véhicule de police », qualifiant leurs actions d' »inacceptables ».

Washington D.C.

Des centaines de manifestants devant la Maison Blanche ont affronté la police de Washington, la police du Parc national et des agents des services secrets tout au long du week-end. Samedi soir, plus de 60 agents des services secrets ont été blessés lors d’affrontements avec des manifestants. Finalement, six manifestants ont été arrêtés.

Atlanta, Géorgie

Un jeune couple afro-américain, qui n’a pas participé aux manifestations, a été accosté par la police d’Atlanta avant d’être tassé, battu et arrêté.

Cleveland, Ohio

Samedi soir, la police de Cleveland en tenue antiémeute, soutenue par la Garde nationale, a commencé à tirer des balles au poivre et des balles en caoutchouc sur les manifestants. Afin de mettre fin aux manifestations, la ville a décrété un couvre-feu de 20 heures à 8 heures le lendemain matin. Un deuxième couvre-feu a été imposé dimanche, commençant à midi et se terminant à 8 heures le lundi.

Le shérif du comté de Cuyahoga, David Schilling, a déclaré que 66 personnes ont été arrêtées, dont un nombre non divulgué sera accusé d’avoir aggravé les émeutes, violé le couvre-feu de la ville et porté des accusations moins graves.

Oakland, Californie :

Après les manifestations de vendredi, au cours desquelles 40 personnes soupçonnées de pillage ont été détenues et 17 manifestants arrêtés, les responsables de la ville d’Oakland ont exhorté les gens à rester chez eux. Les manifestations de samedi ont été relativement « très pacifiques et calmes », selon les médias locaux. Les manifestants, selon un média, « ont été suivis par les forces de l’ordre sur le terrain et dans le ciel ».

San Jose, Californie

Les manifestations de vendredi ont attiré des milliers de participants, qui ont défilé pacifiquement avant que la police de San José ne tire des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc dans la foule. Tim Harper, un travailleur de la construction de 40 ans, s’exprimant sur sanjosespotlight.com, a été abattu alors qu’il tentait d’aider à déplacer un enfant qui avait été touché par une balle en caoutchouc. Harper avait déjà aidé à déplacer un officier blessé lors de la manifestation de vendredi.

« J’ai dû venir ici parce que je suis la preuve de la corruption de ces gens », a déclaré Harper. « J’ai aidé l’un d’entre eux à traîner (l’officier) jusqu’à la voiture. Je n’étais pas agressif, j’avais les mains en l’air, et ils m’ont quand même tiré dessus. Peu importe la couleur de votre peau ».

Salt Lake City, Utah

Dans le centre-ville de Salt Lake City, dans l’Utah, des milliers d’ouvriers et de jeunes ont manifesté devant la bibliothèque publique et ont marché jusqu’au Capitole. La manifestation a duré près de 11 heures, s’étendant dans la nuit malgré l’instauration d’un couvre-feu de deux jours et le déploiement de la Garde nationale de l’Utah, y compris des hélicoptères militaires.

La tension s’est accrue en partie à cause des violences de l’extrême droite contre les manifestants. La milice est apparue en brandissant des fusils, une femme a attaqué la foule avec un marteau, et un homme a tenté de tirer sur les manifestants avec un arc à poulie. L’homme a été plaqué, et sa voiture a été retournée et incendiée. Malgré les nombreuses images de ces attaques diffusées par les médias sociaux, les agences de presse locales ont interviewé l’homme qui a tenté de tirer une flèche dans la foule afin de faire passer les manifestants pour violents.

La police antiémeute de Salt Lake City a été filmée en train de jeter au sol un homme âgé avec une canne et de déployer des gaz lacrymogènes contre les manifestants.

Little Rock, Arkansas

Des centaines de personnes se sont rassemblées et ont défilé pacifiquement tout au long de la journée sans qu’aucune arrestation ne soit effectuée. Cependant, une fois la nuit tombée, la réponse du département de police de Little Rock (LRPD) a été de couvrir les manifestants d’un miasme de gaz lacrymogène. Alors que les manifestations se poursuivaient encore samedi, le gouverneur de l’Arkansas, Asa Hutchinson, un républicain, a tweeté : « J’ai ordonné à la police d’État de travailler avec les forces de l’ordre locales pour arrêter les dégâts au Capitole. La Garde nationale sera également disponible ».

 

 

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

4 pensées sur “L’hypocrisie des politiciens qui pleurent d’un œil et tuent de l’autre!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *