La démolition des organisations multilatérales internationales

En espagnole. Traduit et commenté

 

This article is available in 5 languages on this webmagazine:
15.06.2020-Nuevo-English-Italiano

Les tensions alimentées par la pandémie ont accéléré la destruction du tissu des organisations multilatérales internationales. Le caractère mondial supposé des grandes entreprises et des groupes financiers disparaît également. La bourgeoisie et la bureaucratie «renationalisent» et «découplent» mettant fin au réseau que les puissances anglo-saxonnes avaient promu au cours du siècle dernier, de la Société des Nations à l’OMC, au système des Nations Unies et aux «fonds de capitaux internationaux».

 

La démolition des organisations multilatérales internationales

Il était évident qu’avec l’arrivée à la présidence américaine de Trump le passage à une politique de « négociation individuelle  » des balances commerciales,  laissant de côté les organisations commerciales multilatérales ou les attaquant de front, finirait par mener au déclin de l‘OMC. Seules la Chine et l’UE ont rejoint le mécanisme de règlement des différends temporaires de l’OMC, dont le directeur vient de démissionner en raison de l’impossibilité de parvenir à une coopération minimale entre les États-Unis et la Chine.

Une fois que le cadre institutionnel de la « mondialisation » a été touché dans son cœur, il était difficile de penser que le château de cartes de la bureaucratie internationale cesserait de subir la perte d’un pouvoir réel. Le premier était l’UNESCO, une décoration pour l’ONU d’après-guerre, dont les États – Unis ont officiellement sorti en 2019 . Le débat de l’époque portait sur la condamnation permanente d’Israël, mais le départ tardif du principal payeur a laissé un message clair qui allait bien au-delà de la raison spécifique du différend: les États-Unis n’allaient soutenir aucune organisation internationale qui ne servirait pas leurs intérêts politiques dans chaque décision et déclaration.

C’est ce que nous avons vu avec l’OMS lorsque le gouvernement américain l’a accusée d’ avoir un « manque d’indépendance alarmant » vis-à-vis de la Chine et a transformé l’assemblée mondiale de l’organisation en une dramatisation du conflit impérialiste . De plus, il a fait l’école. Bolsonaro était plus honnête, cependant, au lieu d’attaquer l’OMS pour avoir résisté à blâmer la Chine, son attaque contre l’OMS a accusé l’organisation de ne rien proposer de plus que le confinement contre la pandémie et d’entraver ainsi les objectifs économiques du gouvernement.

Et maintenant vient la volée contre la «Cour pénale internationale» (CPI). Les États-Unis n’ont jamais accepté cette juridiction. Il l’a vu, à juste titre, comme une tentative européenne de contrôler le nouveau  «gendarme mondial» que les États-Unis se sont emparés après la chute du bloc russe. La CPI est devenu le pauvre et soi-disant frère « idéaliste » du réseau des organisations internationales, la pièce matérielle sur laquelle pivotait l’utopie d’une « Justice universelle » alors utile – avec l’antécédent des procès de Nuremberg et de Tokyo la résistance de l’axe franco-allemand à la pleine hégémonie de l’impérialisme américain.

En 2018, les États-Unis ont déjà menacé de représailles les juges s’ils enquêtaient sur l’armée américaine. Le message américain était de nouveau clair. Si clair qu’en mars 2019, les Philippines ont abandonné le traité CPI . Si la puissance dominante peut traiter les organisations internationales comme des organisations terroristes si elle les perçoit comme un danger politique, tout pays membre peut sortir du traité sans frais.

Maintenant, les États-Unis ont promis d’appliquer les sanctions contre les juges et leurs familles, qu’ils ont ensuite menacées. L’UE accuse de coup d’État et proteste … prouvant son incapacité à créer un tribunal ayant la moindre capacité réelle en dehors de ses propres frontières. Si l’UE ne peut pas défendre les juges du TPI contre les menaces de ses répondants même lorsque le défendeur est son « principal allié » … Quelle crédibilité peut avoir un organisme multilatéral « volontaire » promu par les puissances européennes?

Les «guerres financières» et la fin du cosmopolitisme financier

LE BÂTIMENT HSBC À CANARY WHARF, LONDRES.

Le capitalisme n’est pas seulement un système mondial pour un marché mondial de marchandises vers tous les continents, mais parce que le capital financier relie toutes les capitales mondiales à travers un réseau unique … à New York et la ville de Londres représentent les deux nœuds de plus grande centralité. Les États-Unis, par le biais de sanctions et de blocus, ont appris à les utiliser pour restreindre l’accès direct et indirect de leurs rivaux au capital financier mondial. Les résultats, avec l’Iran sans aller plus loin, ont été si préjudiciables à la classe dirigeante rivale et à sa capacité de rayonnement international que les sanctions financières sont devenues l’ arme préférée des législateurs américains . Dans la Syrie d‘Al Assad, la perspective de L’isolement du capital international produit déjà la panique et alimente la guerre interne entre les factions de la famille dirigeante elle-même . Ce n’est même pas la principale victime, on parle déjà d’une véritable «guerre financière» en cours contre la Chine , beaucoup plus sélective – et meurtrière pour les capitaux asiatiques – que des représailles purement commerciales.

Bien sûr, la guerre financière n’est pas une alternative à la pression armée ou à une assurance contre le risque de guerre. Il suffit de voir au jour le jour les mers qui entourent la Chine pour se rendre compte qu’une forme de guerre et une autre ne s’opposent pas mais vont de pair – se complètent.

Mais pour la bourgeoisie nationale et aussi très spécialement pour la bourgeoisie d’entreprise qui dirige les macro-entreprises et les groupes financiers «internationaux», tout cela est un signe. L’histoire de la non-nationalité du capital est terminée, vous ne pouvez pas être sur le marché mondial aujourd’hui sans le parapluie d’une puissance impérialiste forte. Exemple de ces mêmes jours: HSBC, une banque d’origine hongkongaise et des dirigeants britanniques, jusqu’à présent considérée comme la « principale banque européenne » , a quitté la ligne du gouvernement britannique et a soutenu la loi chinoise sur la sécurité à Hong Kong.

Que s’était-il passé?  Rien de spécial, bien que les dirigeants de la banque ait été recruté de manière rassurante parmi les classes dirigeantes anglo-saxonnes, sa fonction est de prendre soin du capital qui a généré 90% de son activité en Asie. Lorsque le gouvernement Trump a retiré, comme signal, une licence bancaire aux États-Unis et a vu le danger que la guerre financière se concentre sur ses clients et ses investisseurs … il a rapidement décidé de se faire un nom à la bureaucratie de Pékin … tout comme l’ensemble de la bourgeoisie de Hong Kong.

Le déclin du cosmopolitisme

Le cosmopolitisme de la bourgeoisie d’entreprise a duré aussi longtemps que la libre circulation des capitaux a duré. La bureaucratie des organisations internationales – cette carrière de ministres pour Sánchez, Macri, Alberto Fernández et tant d’autres – est déclinant alors que l’augmentation des tensions impérialistes démantèle les organismes qui lui ont donné vie. Ses symboles culturels, de la communauté « Eurenglish » au « programme Erasmus« , sont sérieusement affectés par la pandémie et la renationalisation inévitable des grandes campagnes idéologiques . D’où toutes ces chroniques nostalgiques , livres et débats qui revendiquent un « cosmopolitisme » qui s’estompe … sans jamais l’avoir été.

Pour la grande majorité, il n’y a rien d’intéressant la-dedans. Le «cosmopolitisme» de certaines factions de la classe dirigeante ne nous a pas servi, il n’a même pas servi – il ne pouvait pas le faire – à rafraîchir une culture épuisée. Mais les causes de son épuisement devraient nous préoccuper. Les processus de renationalisation des chaînes de production et de capital, ainsi que l’augmentation des agressions et des menaces parmi tous les impérialistes, font avancer une ère de crises explosives, de campagnes de nationalisme violent et de guerre dans un cadre général de plus en plus dangereux .

 

Ce texte de nos camarades espagnoles est très important. Selon nous, ce texte présente de façon condensée le gauchissement de la théorie de l’économie politique matérialiste scientifique. L’argumentaire est subtil – complexe – alambiqué et très dangereux.  Aussi  dangereux que le fut le pamphlet de Lénine intitulé « L’impérialisme stade suprême du capitalisme« , que la gauche adule encore aujourd’hui.  Essentiellement plusieurs concepts fondamentaux de l’analyse d’économie politique sont ici « gauchis » par Nuevo Curso.  Ce sont les concepts: 1)  d’impérialisme sous le mode de production capitaliste arrivé à maturité et donc en phase de décadence.  2)  Le concept de « nationalisme et de nationalisation » des chaînes de production et des flux financiers, etc. 3) Le concept de « mondialisation du capital », confusion reliée à celle d’impérialisme et mondialisation que nous aborderons au point un de notre exposé.   Nous invitons nos lecteurs ici même dans la rubrique Les7deGarde dimanche prochain le 21 juin 2020. Robert Bibeau. Pour les7duQuebec.net.

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

4 pensées sur “La démolition des organisations multilatérales internationales

  • Ping : La démolition des organisations multilatérales internationales | Raimanet

  • 16 juin 2020 à 0 h 04 min
    Permalink

    Un dénouement prévisible je dirais ! nous sommes témoins de la jonction entre extreme droite et extreme gauche sur un nombre incalculable de sujets et de vues… une jonction qui traduit surtout une crise idéologique majeure qui se profilait déjà à l’horizon depuis au moins 20 ans ! le voile est levé, les masques tombent aussi on dirait! En réalité, en occident surtout, qui voulait encore de l’OMC, de l’UNESCO, de l’ONU, de l’OMS, de la FAO, de l’UNICEF, de la CPI, …etc personne ! ni extreme droite, ni extreme gauche, et encore moins le centre qui s’en foutait comme de ses vieilles babouches ! Nous abordons en fait un tournant important aussi, celui de la fin de l’Occident démocratique, la fin de l’occident comptable de son passé colonial ou impérialiste ! la fin de l’occident  »bienvieillant » d’hier qui tenait à des organismes internationaux et y croyait depuis la création de la SN ou société des nations, l’ancêtre de l’ONU au début du 20ème siècle ! l’occident aujourd’hui est comme dirait l’autre, semblable à l’âne qui tirait la charrette surchargée sur une pente ou il s’est brusquement arrêté, il n’arrive plus à faire un pas de plus ! et qui dénote une crise de volonté, une crise de vérité, une crise de valeurs humanistes disparues, l’occident aujourd’hui est bourré de haine, à tel point que même les riches envient les pauvres, les surveillent, leur font remarquer qu’ils sont chanceux de gagner encore deux sous et pas crever comme des rats ! tout le monde surveille tout le monde, et tout le monde ressent de la haine envers tout le monde presque ! surtout en Amérique du nord et certaines parties de l’Europe, ou le capitalisme sauvage à atteint ses limites, ils ne peut plus enrichir même pas le quart de la population ou son 1/10ème comme jadis !

    Or que ces organismes internationaux ont joué un rôle de premier plan pour permettre au tiers monde de se défendre un tant soit peu, d’émerger ne serait-ce que partiellement, économiquement, socialement et humainement ! Mais ça n’intéresse plus cet occident en réalité, Monsieur et Mme tout le monde trouvent que ces pays feraient mieux de rester dans leur misère et en plus ne pas immigrer chez nous ! l’aide internationale est critiquée partout, les mots violents qui sont utilisés à l’égard des gouvernements qui consentent ces aides ridicules à la base vous feraient fuir cet occident et vous feraient penser que les gens y meurent de faim ou de soif ! c’est à ce point ! les pauvres peuples Africains qui ont cru en ces organismes ont pu aussi constater comment ils sont devenu des places d’enchères et de commerce des causes diverses qui se monnaient cash avec le patronage des grandes puissances et leurs intérêts ! bref, le gros mensonge du village planétaire est on ne peut plus fichu, l’espoir d’égalité avec, d’aspirations au bien être social et économique surtout ! Le pire est qu’on ne peut même pas comprendre l’extrême droite Canadienne ou Américaine (ou l’extrême gauche aussi qui les rejoints sur ces sujets) car il y a plein de ressources naturelles encore à exploiter et plein de potentiel encore à développer en Amérique en général, et on s’insurge contre l’aide extérieur, contre les organismes internationaux, contre les réfugiés, contre l’immigration, contre tout ce que font les gouvernements qui ait rapport à ces sujets…mais alors ceux de l’Europe qui n’ont rien de toutes ces ressources, la haine atteint son point culminant, les gens sont prêts à s’armer s’ils le pouvaient pour dégommer les indésirables !

    Bref, cette crise en réalité est idéologique aussi, car comme je le disait ailleurs, nous n’assistons même pas à la fin du capitalisme, ou de l’impérialisme, mais nous assistons à la fin des idéologies de droite et de gauche, et qui même en puisant dans le fascisme ou dans les pires idéologies extrêmes adjacentes n’arrivent plus à soulager leur cœur, leur haine, leur faim et leur soif ! crise d’intellectuels aussi qui ont tous vendu la mèche ou retourné leur veste comme on dit…bref, c’est pas nouveau, car depuis toujours, cette élite sur laquelle reposait un certain nombre de valeurs et d’orientations politiques jadis sont devenu aujourd’hui aussi rares que franchouillards afin de ne pas trop  »bousculer » la société ou bousculer les compromis merdiques, racistes, corrompus et le clientélisme qu’ils ont rejoint eux aussi à gauche comme à droite ! Crise des blocs hégémoniques au final qui cristallise cet arrêt cardiaque de l’occident, car aussi bien à l’Ouest qu’à l’Est, les deux blocs ne sont plus que des machines infernales de haine et de représailles qui manipulent les masses, les  »militants », les politisés et les non politisés, les Mr & Mme tout le monde, par bribes d’infos fragmentaires et haineuses aussi !

    Mais d’un autre côté, il est vrai que les contributions financières américaines à tous ces organismes et même aux gouvernements ne répondent plus tout simplement à la perte de vitesse que constatent les américains sur leur trajectoire politique et hégémonique ! les exemples sont tellement nombreux, ou les états-unis continuaient à financer à coups de milliards leurs amis et même leurs ennemis ! Russie jusqu’à ce que Poutine mette un terme aux différends programmes d’aide de l’Otan (démantèlement des vieux ogives nucléaires ou autres programmes etc), au Liban, une partie de l’aide au gouvernement se retrouve forcement dans les poches du Hezbollah politique qui fait partie du gouvernement (anecdote, lorsque Trump reçoit le PM Hariri à la maison blanche, il lui dit devant un parterre de journalistes qu’il ne fait plus financer le Hezbollah car c’est une organisation terroriste, et Hariri de lui répondre, Monsieur le président, ils font partie du gouvernement Libanais élu et légitime:)))) Bref, Trump à pris un raccourci que aucun de ses prédécesseurs n’a osé, couper l’aide financière tant que les bénéficiaires ne s’alignent pas sur notre politique ! en 2014 je crois, Harper au Canada fera de même avec l’autorité palestinienne, lui coupant des millions d’aide pour les mêmes raisons ! Bref, des gestes qui seront salué par l’extrême droite et même certains de l’extrême gauche de mes deux comme les shamir et les Saker qui continuent de louer Trump et Poutine ! allez comprendre qq chose !

    je suis navré de dire que ceci n’est pas une crise du capitalisme uniquement, mais c’est une crise de valeurs en occident qui a atteint tout le monde sans la moindre exception ! et vous me pardonnerez mes excès et mes raz-le-bol lorsque je mets tout le monde dans le même sac après avoir lu des conneries monumentales même chez les marxistes et les soit disant anti colonialistes ! bref, pour ma part, j’ai perdu confiance ! c’est aussi simple que ça ! je ne crois plus un mot de cette gauche ou cette extrême gauche que je trouve bourgeoises, préoccupées par leur narcissisme, ils sont en fait à la recherche d’un public qui les adule, ils nous pondent tout ce qui leur passe par l’esprit et nous imposent en plus leurs vues de l’histoire, du présent et de je ne sais quoi d’autre sans se douter un instant que leur crédibilité est partie en fumée depuis justement qu’ils ont viré dans la course à l’égocentrisme ! sans viser personne ici, mais en général !

    hélas, je dois le dire, il y a encore plus de crédibilité dans certains journaux comme le Monde diplomatique, ou Al jazeera english, ou The guardian et même dans le NY times ou le Washington post que dans le ramassi de haine que sont devenu les papiers de l’extrême gauche hélas ! une crise de myopie généralisée, une descente aux enfers on dirait ! et je me demande s’il est rationnel ou raisonnable de leur en vouloir aujourd’hui puisqu’ils n’ont plus de modèle, ni de leadership idéologique qui donne l’exemple et essaie de ramasser cet occident de sa grosse flaque de caca, excusez l’expression …. il n’y en a plus presque plus !

    Répondre
  • 17 juin 2020 à 12 h 53 min
    Permalink

     » C’est ce que nous avons vu avec l’OMS lorsque le gouvernement américain l’a accusée d’ avoir un « manque d’indépendance alarmant » vis-à-vis de la Chine. » Chicane de putes. Precisamente, la Chine a réussi à entrer à l’OMS grâce aux Ricains!

    Répondre
  • 29 juin 2020 à 11 h 23 min
    Permalink

    Les financeurs sont nombreux et l’OMS n’est pas au dessus de tout soupçon. Le curriculum de celui qui est à sa tête ne lui permettrait pas d’être embauché dans une entreprise indépendante.
    Beaucoup de multinationales financent et beaucoup ont de gros intérêts dans le Traffic de la santé
    faire confiance à l’OMS c’est croire en l’honnêteté d’un commerce sans contrôle.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *