Coronavirus – Les transferts de patients en TGV étaient de l’esbroufe ! (vidéo 2’30)

http://mai68.org/spip2/spip.php?article6476

Les pompiers dénoncent

Enregistré sur France 3 le 5 juillet 2020 vers 19h30

Cliquer ici pour télécharger la vidéo

La crise était beaucoup moins grave que ce qu’on nous a dit

BFM, 4 juillet 2020 : « Pendant l’épidémie de coronavirus, de nombreux patients du Grand-Est ou de l’Ile-de-France ont été transférés en TGV vers des régions moins touchées, une opération inédite. Pour le gouvernement, il s’agissait de désengorger les hôpitaux saturés. « Pures opérations de communication et véritable esbroufe », tranche le rapport des pompiers. Et de questionner : « était-il efficace de faire faire des centaines de kilomètres aux victimes alors que souvent il y avait de la place dans la clinique d’en face ? » »

Colonel Grégory Allione : « Pour déplacer dix patients en TGV avec autant de caméras à l’intérieur, c’est certainement une opération de communication. »

Note de do :

Le pouvoir a menti, il n’a jamais manqué de lits de réanimations ; mais, il fallait bien justifier le confinement !

Le pouvoir nous a mis en prison chez nous, non pour nous préserver du coronavirus, mais pour se préserver de la contestation : Gilets Jaunes, retraites, etc.

__________________________________

Coronavirus : dans un rapport, les pompiers épinglent la gestion de la crise

https://www.bfmtv.com/societe/coron…

Le 04 juillet 2020 à 22:56

Cyrielle Cabot

Dans un rapport interne dévoilé par Le Parisien, les pompiers regrettent de ne pas avoir été assez pris en compte dans la gestion du coronavirus. Ils regrettent aussi des « lourdeurs administratives ».

Les pompiers n’ont pas été convaincus par la gestion de l’épidémie du coronavirus. Dans une synthèse rédigée à l’attention du ministère de l’Intérieur ils formulent de nombreuses critiques, notamment celles de ne pas avoir été assez « pris en compte » dans la crise, révèle Le Parisien ce samedi.

Les pompiers c’est une force de 250 000 personnes réparties dans 7000 casernes sur tout le territoire. Nous sommes rompus à la gestion de tous les événements. On a fait face à l’H1N1 (virus de la grippe A), à la grippe aviaire, aux accidents industriels, aux attentats… A chaque fois, on s’adapte, et là le mot d’ordre c’était tout sauf les pompiers », regrette au quotidien le colonel Grégory Allione, président la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France.

Dans le viseur de ce rapport, les structures administratives du ministère de la Santé, les agences régionales de la Santé et le Samu. Selon leurs auteurs, la mainmise du ministère de la Santé sur la gestion de la crise a provoqué des lourdeurs administratives, brouillant les « décisions stratégiques ». « Plutôt qu’une crise sanitaire, cette crise a surtout été celle du leadership de la communication », peut-on lire, « provoquant l’incompréhension des « acteurs de terrains, pompiers mais aussi médecins généralistes ».

Les évacuations par TGV en question

Pendant l’épidémie de coronavirus, de nombreux patients du Grand-Est ou de l’Ile-de-France ont été transférés en TGV vers des régions moins touchées, une opération inédite. Pour le gouvernement, il s’agissait de désengorger les hôpitaux saturés. « Pures opérations de communication et véritable esbroufe », tranche le rapport des pompiers. Et de questionner : « était-il efficace de faire faire des centaines de kilomètres aux victimes alors que souvent il y avait de la place dans la clinique d’en face ? ».

Le Samu saturé

« La décision du gouvernement d’orienter vers le 15 les appels des citoyens connaissant un doute sur leur état de santé a eu pour conséquences immédiates de saturer la réception et la régulation des appels », critiquent-ils. « Des malades en situation d’urgence vitale n’ont jamais eu de réponse et sont morts dans l’indifférence générale. Un vrai scandale ! »

En conclusion de ce rapport, les pompiers dressent une liste de propositions pour revoir leur gestion de crise. Toujours cités par Le Parisien, ils évoquent notamment la création d’un ministère ou d’un secrétariat d’Etat chargé spécifiquement de la gestion des crises et des gestions d’urgence. De façon plus globale, ils appellent à renforcer la communication et la cohésion entre l’Etat et les acteurs de terrains, notamment les préfets.


Covid-19 : le rapport des pompiers qui accuse

https://www.lefigaro.fr/actualite-f…

5 juillet 2020

Par Jean-Marc Leclerc

Dans un rapport destiné au ministre de l’Intérieur, ils accablent la Santé et rallument la guerre avec le Samu.

Les sapeurs-pompiers de France dénoncent le fait d’avoir été marginalisés et sous-employés durant la crise sanitaire.

« Une gifle à la face de tout le monde. » C’est ainsi qu’est perçu par le Samu le rapport de la Fédération nationale des sapeurs-pompiers de France (FNSPF) sur la gestion de l’épidémie de coronavirus. Destiné au ministre de l’Intérieur, ce retour d’expérience, révélé ce dimanche par Le Parisien, condense en dix-huit pages une série de reproches et quelques propositions qui font déjà beaucoup réagir.

Sur le fond, les soldats du feu critiquent une gestion des événements beaucoup trop centralisée par le ministère de la Santé. Une administration aux structures « lourdes et rigides », avec des agences régionales de santé (ARS) « qui n’ont pas l’habitude de gérer des situations de crise. Rien dans leur organisation et leur culture ne les prédisposaient à assurer ce rôle. » Explication : « Elles ont répondu à ce pour quoi elles avaient été conçues : une administration de gestion comptable et financière du système de santé, mais aucunement préparées à la gestion des situations d’urgence. »

Les pompiers, par la voix du colonel Grégory Allione, président de leur puissante fédération, qui représente 250.000 hommes et femmes, se plaignent surtout d’avoir été marginalisés dans ce dispositif. Un sentiment de « sous-emploi » et même d’« absence de prise en compte de leurs capacités opérationnelles » qui s’est soldé, selon eux, par une efficacité moindre et plus de victimes.

Durant la crise, le rapport souligne que « la décision du gouvernement d’orienter vers le 15 les appels des citoyens connaissant un doute sur leur état de santé a eu pour conséquences immédiates de saturer la réception et la régulation des appels ». Les temps d’attente avoisinaient les quarante minutes dans certaines régions. Plus grave : « Des requérants non-Covid en situation d’urgence vitale n’ont jamais eu de réponse et sont morts dans l’indifférence générale. Un vrai scandale ! », s’indigne la FNSPF. La question de la répartition des rôles entre le 18 des pompiers et le 15 du Samu est une vieille querelle.

Réglements de comptes

Selon ce rapport également, « les préfets ont été relégués au second plan » durant la crise. Des « instructions ont été données aux ARS locales et aux directeurs d’hôpitaux de mettre un terme à toutes communications avec les préfets, privant ces derniers des informations nécessaires à la coordination des opérations de secours ». Et les pompiers de pointer « l’oubli des Ehpad (établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes, NDLR), laissant seules les collectivités territoriales face aux décès en nombre de nos aînés. » Le président de l’Assemblée des départements de France, Dominique Bussereau, confirme tous ces dysfonctionnements.

Autre dénonciation des pompiers : les opérations très médiatisées de transferts de dizaines de patients de la région Grand Est ou d’Île-de-France vers des hôpitaux à Brest (Finistère), Tours (Indre-et-Loire), Bordeaux (Gironde) ou Rennes (Ille-et-Vilaine) dans des TGV médicalisés spécialement affrétés n’étaient, selon eux, que de la com’. Officiellement, les autorités disaient vouloir délester des hôpitaux débordés, mais les pompiers ont une vision plus noire de ces actions : « Pures opérations de communication et véritable esbroufe : était-il efficace de faire faire des centaines de kilomètres aux victimes, alors que souvent il y avait de la place dans la clinique d’en face ? », interrogent-ils. « C’est totalement faux ! », rétorque Frédéric Valletoux, patron de la Fédération hospitalière de France. Pour lui, les transferts se justifiaient.

Dans cette ambiance de règlements de comptes, le rapport ouvre quelques pistes pour améliorer le système. D’abord, que l’on place enfin le ministre de l’Intérieur, expert de l’urgence, comme « responsable de la conduite opérationnelle des crises ». Mais des alternatives existent : le « rattachement des services de la protection civile au premier ministre », comme en Italie, ou créer un ministère ou un secrétariat d’État « chargé de la gestion des crises et des situations d’urgence », comme en Russie. En tout état de cause, il faudra « renforcer l’articulation entre l’État central, les préfets de départements et les territoires ». Sérieux défi pour le gouvernement Castex.

Vive émotion après la mort d’une gendarme

Le premier ministre, Jean Castex, a fait part dimanche sur Twitter de sa « grande tristesse » en apprenant le décès d’une gendarme de 26 ans, samedi soir, à Port-Sainte-Marie (Lot-et-Garonne). Le nouveau chef du gouvernement a aussi exprimé son « sincère soutien » aux proches de la victime, Mélanie Lemée, ainsi qu’« à l’ensemble des forces de sécurité intérieures, mobilisées jour et nuit pour notre sécurité ». De leur côté, le ministre de l’Intérieur, Christophe Castaner, et son secrétaire d’État, Laurent Nuñez, ont publié un communiqué pour faire état de leur « profonde émotion » après ce drame.

La jeune militaire a été violemment percutée par un véhicule que les forces de l’ordre cherchaient à intercepter, après plusieurs refus d’obtempérer. Le conducteur, déjà connu des services de police et de gendarmerie pour des délits liés aux stupéfiants, a été rapidement interpellé et placé en garde à vue à Agen. Il s’agit du deuxième gendarme mort dans l’exercice de ses fonctions cette année. L’an dernier, six avaient perdu la vie dans le cadre professionnel. L’hôte de Beauvau a annoncé que les honneurs militaires seraient rendus à Mélanie.

Une pensée sur “Coronavirus – Les transferts de patients en TGV étaient de l’esbroufe ! (vidéo 2’30)

  • 8 juillet 2020 à 10 h 45 min
    Permalink

    @ Tous

    Deux remarques sur ce rapport 1) Il a le courage de lever le voile sur l’esbroufe que fut l’ensemble de cette pandémie bidon
    2) Il n’a pas le courage de se rendre à la limite de ses observations : la pandémie et le confinement meurtrier sont à condamner dans leur entièreté.

    Ce n’est pas une affaire de bonne ou mauvaise gestion de l’arnaque (pandémie bidon et confinement meurtrier) c’est une affaire qui s’inscrit dans les préparatifs de guerre auxquels se livrent les blocs impérialistes en concurrence pour l’hégémonie mondiale.

    Un rapport des pompiers de France n’a pas l’indépendance sociale suffisante pour aborder les problèmes sous cette angle mondial. Mais il est bien qu’il gratte un peu sous la surface

    Robert Bibeau

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *