L’Intifada entre politique non-conflictuelle et communication conflictuelle

RENÉ NABA — Ce texte est publié en partenariat avec www.madaniya.info.

.

Article de Roger Nab‘aa
Beyrouh, mars-mai 2020, contributeur du site https://www.madaniya.info/

A Roger Assaf dont les remarques m’ont évité les bourdes du contresens.

Or donc en ce 17 octobre 2019, les Libanais – une bonne partie d’entre eux en tout cas – décidèrent d’entrer en révolte contre leurs dirigeants, toutes tendances confondues.

Mais, tournant résolument le dos à la vulgate maoïste du «pouvoir au bout du fusil», les manifestants ont opté pour des moyens de protester qui excluaient la violence comme en témoigne leur répertoire d’action [1], en l’occurrence, manifestation, grève, sit-in, désobéissance civile.

Comme le but de leurs mouvements de rue pacifiques et non-conflictuels, n’est évidemment pas un changement de régime ni la prise du pouvoir que les manifestants savaient hors de portée à court ou moyen terme, le combat politique qui s’est engagé alors entre la classe politique et ses contestataires fut [2] de type communicationnel, ou le destinateur sont les manifestants et le destinataire, les gouvernants.

Mais ce combat s’est engagé dans le cadre d’une situation de négociation conflictuelle et nullement dans le cadre d’une situation conflictuelle qui ferait, elle, appel à la violence.

.

1 – De la conflictualité des mots d’ordre et slogans

Or, contrairement à ce que laissait présager leur répertoire d’actions, franchement pacifique, le type de communication instauré par les manifestants fut, et est toujours, conflictuel. En attestent les mots d’ordre et les slogans qui auraient servi, je pense, de soubassement à cette communication.

Les mot d’ordre : «Dégagez» [ارحلوا] ; «Tous c’est-à-dire tous» [كلن يعني كلن] [3] s’énoncent sous la forme de commandement, autrement dit comme une consigne à exécuter au travers desquels les manifestants enjoignent à leur destinataire, les gouvernants, de «foutre le camp», c’est-à-dire de se suicider politiquement, de s’auto-éliminer sans qu’il y ait besoin d’un tiers.

Mais quand bien même les mots d’ordre, –comme «Le peuple réclame et ne négocie pas» [الشعب يطالب ولا يفاوض] ou «Le peuple veut la chute du régime» / « الشعب يريد اسـقاط النظام », — ne seraient pas formellement liés à des énoncés de commandement, ils le sont à tout le moins dans leur intentionnalité.

Ils sonnent de toute façon comme une déclaration de guerre dès lors que l’enjeu de ces mots d’ordre et slogans s’inscrit dans un rapport de force qui opposant les manifestants a la classe politique et semble se jouer en une sorte de duel à mort où la communication – si communication il y a, puisqu’en fait les dirigeants sont sommés au silence de l’exécution – est unilatérale, orientée comme un vecteur du destinateur au destinataire, sans aucun autre choix que celui d’obtempérer et de se soumettre à l’injonction des manifestants.

Mais alors, comment expliquer ce décalage entre un, d’un côté, un répertoire d’actions politiques non-conflictuels et, de l’autre, une communication conflictuelle ? 

.

2 – A l’assaut du ciel

On peut évidemment tenter de l’expliquer par la violence des sentiments (frustration, colère, exaspération, exacerbation, …) des manifestants devant le je m’en foutisme d’une classe politique qui ne s’est guère souciée de leur sort catastrophique depuis la fin de la guerre, seulement préoccupée qu’elle est par ses interminables querelles de partage, quitte à paralyser l’Etat comme ce fut souvent le cas;

Ou par leur impuissance qui a du faire de l’État autant la cible de leur contestation que le pourvoyeur des solutions [4], impuissance compensée par la virulence de leurs mots d’ordre et la conflictualité de leurs slogans; ou encore par le fait que l’impossibilité «objective» de changer le régime aurait été rachetée par une démarche négative de rejet verbal ; ou …

Pour acceptables ou valables que soient ces explications, elles ne sont pas suffisantes. Car, et quelles que soient leurs formes, de commandement ou pas, au travers ces slogans et ces mots d’ordre rageurs s’expriment, en creux, le désir c’est-à-dire encore le souhait des manifestants de se débarrasser tout de suite de leurs dirigeants et d’en finir avec un régime sociopolitique pourri afin que s’ouvre devant eux leur avenir en s’ouvrant à lui.

Est-ce pour autant des souhaits irréalistes, irréalisables, impossibles comme les ont qualifiés certains ?

Mais qu’entendre par «impossible» ? Le définir tout simplement par «ce qui ne peut être réalisé» ne suffit pas, puisque ce qui «ne peut être réalisé» ne se confond pas avec «qui ne peut être réalisable» dès lors qu’une possibilité ne s’est pas réalisée hic et nunc signifie, et seulement, que les circonstances dans lesquelles elle se trouve à ce moment-là l’en empêchent.

C’est d’une impossibilité conjoncturelle qu’il s’agit et non d’une impossibilité absolue et définitive. C’est le pari, je crois, des manifestants.

Entendu comme ce qui n’est pas impossible, c’est-à-dire comme ce qui n’est pas irréalisable, le possible serait, selon Bergson [5], une condition du réel à condition d’admettre que ce qui n’est pas vrai ou réalisable aujourd’hui ne le sera pas de tout temps sauf à réduire l’évolution historique au déroulement d’un programme déterminé à l’avance et que l’on identifie le possible à l’essence et le réel à l’existant.

Or l’histoire, c’est-à-dire l’évolution historique, est un processus porté par le caractère créateur du temps dans la mesure où il [le temps] est la dimension selon laquelle le possible advient.

Aussi, le souhait n’est-il, dans ces slogans et ces mots d’ordre, que comme un «idéal de l’imagination» qui se projette par-delà le présent et l’actuel vers l’avenir, pour lui donner du sens, une direction et une valeur. Du coup ce souhait n’est plus l’expression de l’impossibilité, mais le lieu d’un projet ou d’une invention. Et c’est précisément ce genre de souhait qui rend légitime de se représenter l’impossible comme possible.

Si ne pas mourir est impossible, on peut le souhaiter, ce qui signifie qu’on peut se représenter l’immortalité sans devenir insensé. Dans cette perspective, le souhait des manifestants exprime l’intuition qu’à l’avenir les choses pourraient être différentes. Dès lors il fonctionne comme un opérateur, c’est-à-dire comme un «configurateur» d’un monde futur par ce moyen de mettre en perspective une autre alternative.

Par ce désir ou ce souhait de révolution, l’Intifada s’est lancée à l’assaut du ciel en se lançant à l’assaut de l’avenir.

POUR ALLER PLUS LOIN SUR CE THÈME :
  1. Un soulèvement au parfum de révolution
    https://www.madaniya.info/2019/10/28/liban-un-soulevement-au-parfum-de-revolution/
  2. Des révolutionnaires en quête de révolution
    https://www.madaniya.info/2020/03/06/liban-des-revolutionnaires-en-quete-de-revolution/
  3. La France malvenue au Liban: Libérez Georges Abdallah, Non à l’ingérence étrangère.
    https://www.madaniya.info/2019/11/13/la-france-malvenue-au-liban-liberez-georges-abdallah-non-a-lingerence-etrangere-retournez-dans-votre-pays/

Pour aller plus loin sur le jeu trouble des socialistes français au Liban, cf; ce lien notamment Jean Christophe Cambadélis, Julie Gayet et le banquier libanais financier de la productrice française de Ziad Dreiry, le cinéaste libanais partisan forcené d’une normalisation culturelle avec Israël en quête désespérée d’une consécration cinématographique internationale.

NOTES
  1. [1] Répertoire d’actions est un concept sociologique développé par Charles Tilly pour désigner l’ensemble des types d’interventions auxquels peut avoir recours une population pour se faire entendre par le pouvoir. « Toute population a un répertoire d’actions collectives, c’est-à-dire des moyens d’agir en commun sur la base d’intérêts partagés. » Charles Tilly, La France conteste, de 1600 à nos jours, Fayard, 1986 [SPN]. Un répertoire d’actions politiques peut être pacifique (grève, manifestation, sit-in, pétition, boycott, etc.) ou violent (émeutes, guerres civiles, conflits ethniques, insurrections, révolutions …
  2. [2] … et l’a été en tout cas jusqu’à avril 2020 ou la reprise des manifestations, après la pause du coronavirus, semble se faire dans la violence. La suite confirmera ou pas ce tournant,
  3. [3] Ce mot d’ordre ne se comprend pas sans son sous-entendu : tous vous êtes corrompus, tous vous êtes responsables de la faillite de l’Etat, tous vous devez donc dégager.
  4. [4] Ainsi, ils exigent de la classe politique de «dégager» sans qu’ils aient à la «vider», ils revendiquent un gouvernement indépendant mais sans designer qui le formerait … s’adressent au pouvoir sans vouloir l’admettre, lui demandent de réaliser ce qu’ils veulent, désirent ou souhaitent réaliser.
  5. [5] Henri Bergson, La Pensée et le mouvant ; Les Deux sources de la morale et de la religion.

3 pensées sur “L’Intifada entre politique non-conflictuelle et communication conflictuelle

  • 15 juillet 2020 à 0 h 30 min
    Permalink

    La situation au Liban est devenue insoutenable, intenable et humainement impossible à envisager pour le peuple Libanais ou quiconque qui met le pied au Liban ! c’est devenu la loi de la jungle, les gens n’ont même plus de l’eau potable à boire, ils doivent acheter de l’eau embouteillée à des prix exorbitants, puisée à même les nappes phréatiques du pays déjà épuisées, ou importée, et les familles avec enfants doivent dépenser une fortune à chaque mois juste pour l’eau embouteillée, l’Électricité vaut une fortune comparé au pouvoir d’achat, des hors la loi vendent de l’électricité aux populations générée à partir de générateurs au gasoil de sociétés privées et personne ne sait qui les a autorisé pour devenir fournisseurs d’énergie, le prix de la bouffe, des denrées de base, du téléphone cellulaire et des loyers sont inaccessibles et donnent le vertige, les réfugiés syriens crèvent de faim et vivent dans des campements loués par des proprios terriens, les bidon ville de Beyrouth sont surpeuplés, il n’y a pas de boulot, la monnaie nationale est dévaluée et le dollar américain est introuvable… le Liban aurait du exploser depuis des mois car plus rien ne fonctionne normalement et les partis politiques et autres rentiers du système s’en mettent plein les poches ! quel avenir ont les jeunes dans un tel pays ?!! Zéro, nada ! s’exiler et s’expatrier est encore et toujours la seule voie de sortie de ces jeunes et moins jeunes, et des gens qualifiés pour mettre un terme à leurs souffrances et à la vie indigne qu’on impose au peuple ! pendant que les  »élites » corrompues continuent de sucer le sang de cette population et tirer profit de toutes les situations avec l’aide des idéologies locales de tous poils, xénophobie, sectarismes ! le Liban est sur le point de basculer dans l’inconnu ! Que faire ?!

    Répondre
  • 16 juillet 2020 à 8 h 00 min
    Permalink

    Il y a toujours le choix. Regardez le Québec : une Nation très riche, mais avec une population analphabête fonctionnelle à 54% par choix, la plupart des peureux, chialeux, minables qui roulent leur vie par la consommation ou par des pilules pour pouvoir survivre!

    Répondre
    • 16 juillet 2020 à 10 h 53 min
      Permalink

      Oui mais le Québec n’est pas coincé entre deux puissances régionales (Syrie et Israël) au conflit exacerbé dont l’issue de la bataille va déterminer l’ordre des puissances au niveau régional et sur déterminera la hiérarchie des puissances à l’échelle planétaire

      Répondre

Répondre à Sam Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *