Chine et Iran négocie leur alliance

Je le répète depuis des années, nous vivons l’effondrement de l’ancien Empire Atlantique (Occidental) ex-hégémonique et l’émergence d’un nouvel empire du Grand Capital autour du challenger chinois et de ses acolytes (Russie, Belarusse, Kazakhstan, Irak, Syrie, Pakistan, Éthiopie, Iran etc.) pendant que la vieille Europe se déchire pour décider de quel côté elle glissera, ou si au contraire elle se constituera comme troisième voie. Ce changement de la garde au sommet de l’économie du Grand Capital International (GCI) ne se fait pas sans heurt et chacun des concurrents pour le poste hégémonique se démène pour défendre chèrement sa peau et pour prendre l’adversaire de vitesse et lui ravir ses marchés. L’atmosphère est à la guerre, d’où l’imposition qui est faite aux peuples du monde d’une économie de guerre où l’État des riches s’approprie la direction suprême de l’économie dans chaque pays sans autres intermédiaires. Luc Michel présente ci-dessous un compte-rendu des pourparlers du chef de file chinois avec l’État iranien pour l’embrigader dans son camp en prévision de la prochaine guerre militaire qui opposera les belligérants des trois camps aspirant à l’hégémonie.  Robert Bibeau. Éditeur. Les7duquebec.net


This article is available in Portuguêse on this blogue: https://queosilenciodosjustosnaomateinocentes.blogspot.com/2020/07/china-e-irao-negoceiam-sua-alianca.html

Par Luc MICHEL.  D’une part, il y a la position géographique stratégique de l’Iran (1) : pivot géopolitique de l’Eurasie, carrefour entre l’Asie centrale, le Proche-Orient et l’Afrique, essentiel aux «Nouvelles routes de la Soie» de l’empire chinois.

 

D’autre part, il y a l’anarchie internationale introduite par Trump dans l’Ordre mondial (2) et ses politiques de sanctions tous azimuts, guerre économique et financière mondiale. La contre-offensive contre les sanctions américaines ont rapproché et uni Moscou, Pékin et Téhéran. Comme la Loi César (3) a rapproché les pays du Liban, Syrie, Irak, Iran et Irak …

 

L’Iran discute en ce moment avec la Chine d’un « accord de partenariat stratégique de long terme » et cela n’a « rien de secret », a assuré dimanche le ministre des Affaires étrangères iranien lors d’un discours chahuté devant les députés à Téhéran. « Avec assurance et conviction, nous sommes en train de négocier avec la Chine un accord stratégique de 25 ans portant sur des investissements dans divers secteurs », a déclaré Mohammad Javad Zarif, très combattif. La Chine est le premier partenaire commercial de l’Iran et était l’un des principaux acheteurs de brut iranien avant le rétablissement des sanctions américaines contre le secteur énergétique iranien, qui a diminué considérablement les exportations pétrolières de Téhéran. Il n’y a « rien de secret » dans les discussions en cours avec Pékin et la nation sera informée « lorsqu’un accord sera conclu », a répondu M. Zarif devant les députés.

UN « PARTENARIAT STRATEGIQUE GLOBAL »

Le chef de la diplomatie iranienne a ajouté que l’annonce de ces discussions avait été rendue publique en janvier 2016 lors d’une visite du président chinois Xi Jinping à Téhéran. Dans un communiqué commun, les deux pays s’étaient alors engagés à négocier en vue d’un « accord de coopération élargie sur 25 ans » prévoyant des « investissements réciproques » dans différents domaines comme « les transports, les ports, l’énergie, l’industrie et les services. « Le gouvernement et le peuple iraniens cherchent, comme ils l’ont toujours fait, à élargir leurs relations avec des pays indépendants et fiables tels que la Chine », avait alors déclaré le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, jugeant « tout à fait correct et sage » le projet sino-iranien, également présenté comme un « partenariat stratégique global ».

L’EMBARGO SUR LES ARMES CONTRE L’IRAN : LE DECLENCHEUR DU RAPPROCHEMENT EURASIATIQUE

Pourquoi les USA commettraient une grave erreur en prolongeant l’embargo sur la vente d’armes à l’Iran? Et si l’Amérique parvenait à proroger l’embargo sur la vente d’arme à l’Iran? C’est la question que se pose ‘The National Interest’ tout en soulignant que ce n’est peut-être pas une bonne idée puisque « sous sanction, les Iraniens font preuve d’une détermination inouïe, d’une innovation hors paire » : « Alors que les pays occidentaux tentent de renouveler l’embargo sur la vente d’armes à l’Iran, la Chine et la Russie, deux alliés de l’Iran, s’y opposent. Et ils ont bien raison. Car au train où va l’Iran, il pourrait devenir d’ici quelques temps un rival sérieux ».

Le CGRI a annoncé qu’il recevrait « au moins 800 nouveaux chars » qui, en dépit de l’absence d’assistance de la Russie, ressemblent étroitement au T-90S. En effet, en 2016, le Russe Uralvagonzavod a annoncé qu’il autoriserait l’Iran à construire sous licence le char de combat principal (MBT) T-90S au niveau national, une fois les restrictions à la coopération technique levées. Mais à cause des sanctions unilatérales des États-Unis, le projet n’a pas avancé. Il y a quatre ans encore, Téhéran avait d’autres idées, notamment la construction de ses propres chars sans l’aide de Moscou. Il semble maintenant que cela se soit finalement produit. La semaine dernière, le commandant des forces terrestres de l’armée iranienne, le général de brigade Kiomars Heydari, a déclaré à a télévision nationale que le ministère de la Défense et les forces armées avaient développé conjointement un T-90 MBT. En phase finale, le nouveau char doit passer des tests avant d’être livré à l’armée de terre. Le général de brigade Heydari a aussi déclaré que « le char était équipé d’un nouveau stabilisateur d’armes à feu et de nouveaux systèmes de défense chimique, et qu’il avait été conçu comme une arme de guerre moderne ». Les forces terrestres de l’armée iranienne en ont reçu le premier lot composé de chars entre 22 septembre et 21 octobre. Le CGRI a annoncé qu’il recevrait au moins 800 nouveaux chars semblables au T-90S « iranisé » qu’il a baptisé Karrar lorsque le programme a été annoncé en 2017.  Le Karrar « peut transporter trois personnes et comporte une armure composite avec des panneaux d’armure explosive-réactive (ERA) sur la tourelle et la coque, tout comme le T-90. Son armement principal est un canon à alésage lisse de 125 mm 2A46M avec un stabilisateur pour son armement principal. C’est un char qui serait beaucoup plus avancé que le Zolfaqar, autre char de conception iranienne. Et ce n’est pas tout : récemment un char d’assaut T-72M optimisés a été testé par l’Iran lors d’une cérémonie en présence du commandant en chef du CGRI. Des experts de l’industrie iranienne de la défense ont révélé quelques spécificités de ce char d’assaut T-72M né sous sanction: Un système d’observation nocturne sophistiqué et un système de vision thermique de haute technologie ont été installés sur ce char ».

Vouloir trop prolonger l’embargo sur la vente d’arme à l’Iran en fera un fabriquant de pointe et c’est ce que l’Amérique devra éviter tout comme la Chine et la Russie », conclut ‘The National Interest’.

 

NOTES

 

(1) Cfr. sur LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/

MOSCOU, TEHERAN ET L’UNIFICATION DE L’EURASIE (I) : POURQUOI L’AXE PEKIN – MOSCOU – TEHERAN EST-IL LA REALITE GEOPOLITIQUE DESTINEE A DURER ET A SE RENFORCER EN EURASIE ?

http://www.lucmichel.net/2018/03/01/luc-michels-geopolitical-daily-moscou-teheran-et-lunification-de-leurasie-i-pourquoi-laxe-pekin-moscou-teheran-est-il-la-realite-geopoli/

(2) Voir sur AFRIQUE-MEDIA-WEBTV/

LUC MICHEL: TRUMP INTRODUIT L’ANARCHIE DANS L’ORDRE MONDIAL. LE CAS DE LA CPI

(APPELS SUR LE CONTINENT, AFRIQUE MEDIA, 2020 07 02)

https://vimeo.com/435497522

(3) Cfr. LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY

La loi dite ʽCésarʼ (I) : la guerre commerciale et

financière turco américaine contre Damas

http://www.palestine-solidarite.org/analyses.luc_michel.150620.htm

(Sources : AFP – Farsi – Afrique Media – The National Interest – EODE Think Tank)

LUC MICHEL (ЛЮК МИШЕЛЬ) & EODE

* Avec le Géopoliticien de l’Axe Eurasie-Afrique :

Géopolitique – Géoéconomie – Géoidéologie – Géohistoire –

Géopolitismes – Néoeurasisme – Néopanafricanisme

(Vu de Moscou et Malabo) :

PAGE SPECIALE Luc MICHEL’s Geopolitical Daily

https://www.facebook.com/LucMICHELgeopoliticalDaily/

3 pensées sur “Chine et Iran négocie leur alliance

  • Ping : Chine et Iran négocie leur alliance | Raimanet

  • 9 juillet 2020 à 13 h 40 min
    Permalink

    Un régime sous sanctions illégitimes certes, mais qui fabrique des chars pour défendre le régime et nullement le peuple de toute façon… Cette histoire de cet accord  »historique » avec la Chine est à mes yeux rien d’autre qu’une avancée précoce Chinoise pour établir une présence à long terme en cas de déboulonage du régime Iranien ! ce ne sont plus les Chars et l’artillerie lourde qui font les guerres, et elles ne sont là que pour servir contre leur propres peuples…comme le disent tous les intellectuels Arabes et même perses de la diaspora ! on l’a vu en Egypte, en Syrie, en Lybie et ailleurs! cette histoire donc que l’Iran devienne une menace pour les occidentaux en fabriquant ses propres armes est à la limite d’une blague de mauvais goût ! la Chine n’ignore rien de tout ceci, et sa real politik s’averera gagnante maintenant avec le regime actuel, et demain avec le nouveau régime qui le remplacera ! …. en espérant de pas trop dcevoir l’auteur de l’article tout de même !…

    Répondre
  • 11 juillet 2020 à 0 h 50 min
    Permalink

    Définitivement, le progrès c’est la cause principale de notre déclin comme société!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *