Le monde d’après la supercherie de la pandémie et du confinement dément

Les blocs se forment

This article is available in 5 languages on this webmagazine:
25.07.2020-guerre-English-Italiano-Spanish
This article is available in Portuguêse on this blogue:
https://queosilenciodosjustosnaomateinocentes.blogspot.com/2020/07/o-mundo-depois-da-decepcao-pandemica-e.html

Tôt ou tard, l’hystérie pandémique, l’escroquerie du confinement dément et les mesures de distanciation sociale burlesques s’estomperont et disparaîtront. Larbins politiciens et charlatans cliniciens devront alors rendre des comptes pour tout le mal qu’ils nous ont fait. Mais il sera de peu d’intérêt d’entendre leurs excuses et leurs lamentations qui ne pourront rien changer à la triste réalité économique qui détermine les paramètres sociologiques et politiques de la condition humaine.

Mieux vaut s’en tenir aux fondamentaux de notre époque historique. Nous le répétons depuis plus d’un an, bien avant l’hystérie pandémique au coronavirus :

«l’effondrement de l’ancien Empire américain hégémonique est en cours alors qu’émerge un nouvel empire du Capital international autour du challenger chinois et de ses acolytes asiatiques (Russie, Kazakhstan, CEI, Irak, Syrie, Pakistan, Iran, etc.); pendant que la vieille Europe se déchire pour rallier l’un ou l’autre des camps concurrents, non sans chercher, sous la houlette du couple franco-allemand, à se constituer comme le troisième bloc impérial. » Exit le Brexit, chimérique que le grand capital de la City agite devant ses alliés et concurrents européens pour faire monter les enchères de son ralliement au camp allemand. Le capital allemand n’a pas mordu à l’hameçon et Boris Johnson est contraint de trouver un accord putatif à cette aporie dantesque.

L’équation économico-politique

Ce changement de la garde à la gouvernance  politique  du Grand Capital international (deux mille multimilliardaires apatrides détenant plus de 70% des richesses mondiales) ne se fait pas sans heurts et chacune des puissances concurrentes, aspirantes à la charge hégémonique suprême se démène pour défendre ses sources de plus-value et de profits et pour dépouiller l’adversaire de ses marchés. L’équation à résoudre est fort complexe : absorber la pléthore de salariés émergents d’Asie et d’Afrique https://les7duquebec.net/archives/256528; acheminer la surproduction de ces deux continents-ateliers vers les marchés déclinants des vieilles puissances impérialistes occidentales; soutenir la surconsommation en Occident par le crédit gratuit; pour ce faire, émettre toujours plus de monnaie de pacotille jusqu’à l’effondrement inévitable de cette pyramide de Ponzi. Tout ceci devra être réalisé en maintenant la populace (travailleurs et désœuvrées) sous le joug militaire – éloignée de toutes velléités de révolte et d’insurrection. Personnellement, je crois que la quadrature du cercle sera impossible à réaliser.

Les conspirationnistes sous le porche

La fonction des « conspirationnistes » est d’embrouiller le fonctionnement mécanique des lois de l’économie politique capitaliste. Les « complotistes » présentent cette équation de forces antagonistes comme le résultat des malversations de malandrins qu’il suffirait de remplacer par des hommes de bien (votez rouge, votez bleu, votez blanc, votez et il n’en restera rien).  Dans ce monde sens dessus dessous les multiples cliques «conspirationnistes» s’agitent autour du Forum Économique Mondial, de Klaus Schwab, Bill Gates, Rockefeller, John Hopkins, Elon Musk, Georges Soros, et de l’OMS. Les cliques « complotistes » répandent la menace d’un mystique «Nouvel Ordre Mondial» (sic) qui débuterait par la «Remise à zéro de l’économie internationale», programmé par «l’État profond technocratique» (sic). Ces groupuscules sont les groupies des WASP internationaux qui cherchent à se prémunir contre l’inévitable effondrement économique global et à se maintenir en selle malgré la crise asymptomatique (1).

 

Sur cette vidéo https://www.youtube.com/watch?v=7jIlLCGHsSo&feature=youtu.be (2), l’auteur lève le voile sur le véritable objectif de ces mises en scène «complotistes» soit : imposer un nouveau contrat social mondial, qu’il prénomme un «Nouvel Ordre Mondial» (sic). Ce contrat social serait imposé à un prolétariat réduit en effectifs , devenu le servant des machines-outils et l’esclave des robots numériques (IA) à forte productivité. Une masse de prolétaires précaires assureraient les services tertiaires de proximité numérisés à une plèbe urbaine pléthorique, consommatrice, anesthésiée, qu’il n’est pas question d’exterminer, car le capital-marchandise doit être acheté pour être réalisé puis réinvestit pour amorcer un nouveau cycle de profitabilité.

 

L’oukase emblématique : «du pain et des jeux » est ainsi transformé en : «des services publics et une consommation de base pour la plèbe».  Cette stratégie de survie du Grand capital international fait cependant l’impasse sur le paradoxe démographique :

«La croissance annuelle de la population en âge de travailler constitue la base organique de la croissance de la production et de la consommation nationale, régionale et mondiale. Cependant, depuis la Seconde Guerre mondiale, la politique des taux d’intérêt a évolué à l’inverse de la croissance annuelle de la population en âge de travailler, pour inciter à s’endetter toujours plus alors que la croissance de la population en âge de travailler a ralenti pour devenir nulle.»(3)  La conséquence inéluctable de ce paradoxe est que nous voguons vers un krach boursier de grande ampleur.(4) Quid alors des pleurnicheries à propos de l’escroquerie de la grande pandémie…

Chaque consortium d’entreprises internationales (avionnerie, chimie et Big pharma, automobile et transport, énergie, agriculture et alimentation, textile et vêtement, machinerie, construction, armements et militaire, services financiers et services numérisés de proximité , tourisme, etc.) tente de défendre ses intérêts et privilégie sa propre stratégie de sortie de la crise systémique en cours depuis 2008.

L’atmosphère est à la guerre

L’atmosphère est à la guerre, d’où l’imposition qui est faite d’une économie de guerre où l’État fétiche des riches s’approprie, au nom du Grand Capital, la gouvernance des banques et des centres de décision nationaux. Sous prétextes sanitaires et humanitaires, comme hier dans les pays du tiers-monde, les États totalitaires mènent une guerre sans merci à leur propre population exsangue qu’hier encore ils privaient de soin hospitalier, de soin de longue durée, de formation et d’éducation, de transport collectif, de logement décent, d’emploi et même d’eau et de nourriture. Ces politiciens menteurs propagent la terreur pandémique auprès des populations tétanisées et ils imposent le confinement dément et l’isolement débilitant aux petites gens(5). L’escroquerie de la pandémie au Covid-19 et le confinement meurtrier ont été récupérés en tant qu’exercices d’endiguement et d’enrôlement des populations récalcitrantes. Pendant que les rentiers et les retraités des pays riches déblatèrent à propos du port du masque, du vaccin obligatoire et de la deuxième vague de confinement meurtrier des milliards d’indigents affamés s’impatientent dans leurs bidonvilles bouclés. C’est de là que viendra la révolte qui pourrait bien devenir une insurrection.

Une portion de plus en plus grande des activités économiques est initiée, contrôlée, validée, et financée pour et par l’État des riches. Une portion de plus en plus grande des revenus des classes pauvres (sous-prolétariat, prolétariat, et petits bourgeois) émarge aux budgets des États surendettés. Ainsi, le gouvernement canadien vient de publier son budget post «confinement dément» prévoyant un déficit de 354 milliards de dollars pour l’année 2020.(6)  L’Union européenne vient de s’endetter conjointement de 750 milliards d’euros. Surendettement confédéral qui montre bien que le duo franco-allemand mène le bal pour l’édification de cette troisième alliance impériale.(7) Il y a deux mois, les États-Unis et la Chine avaient déjà procédé à l’impression de milliers de milliards de dollars et de yuans sans valeur.

Dans sa peur panique d’un soulèvement populaire contre ses exactions l’État des riches n’hésite pas à frapper la petite bourgeoisie, son chien de garde et sa courroie de transmission, afin que ce segment de la bourgeoisie, en cours de prolétarisation et de paupérisation, désoriente le prolétariat vers des voies sans issue. Même la moyenne bourgeoisie d’affaires et d’industrie passe sous Les Fourches caudines du Grand Capital désespéré.  Ces milliardaires savent bien que quelqu’un devra payer la note pour ces dettes inconsidérées.

Tous les États industrialisés sont dans des situations financières catastrophiques. La pandémie bidon et le confinement meurtrier donnent un avant-goût des extrêmes où les trois camps belligérants (Chine, États-Unis, Union européenne) sont prêts à aller pour contrôler la population, l’enrégimenter et la pousser à la guerre virale ou nucléaire. Que font la gauche et la droite pendant que le grand capital international prépare les conditions de cette Troisième guerre mondiale? Ils palabrent à propos de la violence policière, du racisme, des prestations de charité de l’État et ils débattent à propos des bienfaits du port du masque et du vaccin, ou se chamaillent pour savoir si tel ou tel polichinelle politique masqué paraissait compassé lors de son discours à la télé. Enfin, certains se confinent dans le ghetto-CHAZ de Seattle. Le prolétariat n’a certainement pas besoin de ce type d’«avant-garde progressiste» (sic). https://les7duquebec.net/archives/256360

 

Le prolétariat international

En ces temps périlleux pour l’humanité, le prolétaire révolutionnaire doit rejeter l’esbroufe pandémique terroriste; s’opposer aux mesures de confinement dément qui affament les peuples pauvres et les segments pauvres de la population dans les pays industrialisés; dénoncer les mesures de contrôle social et militaire, quels qu’en soient les prétextes. La classe prolétarienne doit connaître ces manigances et ces malversations, mais ne doit pas prendre position en faveur d’un bloc impérialiste ni pour un cartel d’entreprises monopolistiques. Leur guerre virale et/ou nucléaire n’est pas la nôtre, mais pour y échapper nous devons nous préparer en tant que classe en soi et pour soi. Ainsi, nous dirigerons la population dans sa résistance à la guerre.

 


NOTES

 

  1. WASP pour White, Anglo-Saxon, Protestant. The Great Reset : https://www.youtube.com/watch?v=7jIlLCGHsSo&feature=youtu.be
  2. https://covidinfos.net/covid19/le-confinement-est-veritablement-lescroquerie-sanitaire-du-xxie-siecle-selon-une-etude-qui-souligne-la-responsabilite-de-loms/1223/
  3. Démographie : https://les7duquebec.net/archives/256360
  4. Crash https://les7duquebec.net/archives/256203
  5. https://les7duquebec.net/archives/256395
  6. https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1718162/bill-morneau-portrait-economie-canadienne-deficit-pandemie-coronavirus
  7. https://www.lemonde.fr/international/article/2020/07/21/un-emprunt-de-750-milliards-d-euros-et-une-solidarite-difficilement-forgee-les-europeens-s-accordent-sur-un-plan-de-relance-historique_6046802_3210.html

 

 

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

7 pensées sur “Le monde d’après la supercherie de la pandémie et du confinement dément

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *