Le port du masque ne plaît pas à tous

Journal Le Manic

Ryan Remiorz/AP, Le Monarque, Vieux-Montréal

CAROLLE ANNE DESSUREAULT :

À la fin du mois de mai, au moment où j’écrivais un article sur la Covid-19, un grand nombre de citoyens et citoyennes, incluant des journalistes, critiquaient le gouvernement et le directeur national de la Santé publique de ne pas rendre le masque obligatoire au Québec alors que d’autres pays l’imposaient. Deux mois plus tard, le port du masque est devenu obligatoire au Québec. Ce qui ne fait pas l’affaire de tous, on se plaint maintenant d’être obligé de porter un masque. Des manifestations ont eu cours dans plusieurs villes de la province. Les manifestants revendiquent leur droit à la liberté de choisir. Il y a eu aussi quelques cas d’agression, dans un marché alimentaire, dans des autobus. Sans compter ceux qui n’ont pas été dénoncés publiquement.

Décidément, on ne peut jamais plaire à tout le monde.

Il y a des personnes qui portent le masque tout en s’amusant. C’est ce qu’exprime l’image en haut de page. Je trouve très intéressante la créativité du propriétaire du restaurant Le Monarque dans le Vieux-Montréal qui a eu l’idée d’installer des mannequins entre les gens, afin d’aider les clients à respecter la distanciation, un geste qui les a ravis. Il y a cette deuxième image de deux dames mûres qui font leurs emplettes avec le sourire.

Maintenant, je ne vais pas rentrer dans le débat des clans opposés, ceux qui croient à la gravité de la Covid-19 et ceux qui y accordent moins d’importance et qui même la banalisent et pensent que c’est une conspiration organisée par les dirigeants pour profiter du virus et contrôler le peuple. C’est comme la foi, on y croit ou on n’y croit pas.

Pour ma part, la situation de la maladie étant répandue partout dans le monde, on verra plus loin des statistiques qui démontrent son ascension – à moins que ce soit vraiment une conspiration, – situation dans laquelle j’aurais l’impression d’assister à un film de science-fiction et où j’applaudirais le génie organisationnel de tous ceux qui ont orchestré un tel événement, ils mériteraient un doctorat en MBA – donc pour ma part, puisque je suis du côté de celles qui croient à la contagion – je respecte et soutiens les consignes émises par le gouvernement, au cas où ça aiderait vraiment à traverser la crise.

Mon droit de liberté ne doit pas aller contre le bien-être de l’ensemble.

Je reviens au port du masque. Comment ? Qui ? Où ?

Comment ? En portant un masque

En portant un masque ou un couvre-visage sur le nez et la bouche. On peut acheter un masque en pharmacie ou dans les boutiques ou par internet, on peut aussi fabriquer soi-même un masque artisanal à la maison. Le couvre-visage doit être utilisé et nettoyé adéquatement. En ce qui concerne la visière, elle ne remplace pas le couvre-visage et ne sera pas acceptée parce qu’elle n’offre aucune étanchéité. Ainsi, les gouttelettes projetées par la personne qui la porte peuvent se répandre dans l’air en passant par les côtés ou le dessous de la visière.

visière – photo Getty – Mario Tama

La visière ne protège pas les autres. Le ministère de la Santé explique que la visière – dans le monde médical – sert uniquement à protéger les travailleurs de la santé lorsqu’une procédure risque de provoquer des éclaboussures de sang, de liquides biologiques, de sécrétions ou d’excrétions. Ce qui ne se produit pas dans les commerces ou autres lieux publics. D’ailleurs, la visière est presque toujours portée en conjugaison avec le masque.

Dans certaines situations, l’Institut national de santé publique du Québec (INSPQ) permet la visière pour des travailleurs dont le port du masque est un facteur de risques pour leur sécurité, en créant de la buée dans les lunettes de protection. Si le problème est impossible à régler, la visière est alors acceptée.

Masque ou visière, la distanciation reste une mesure essentielle à respecter. Le port d’une visière ne pourra pas remplacer le masque ou le couvre-visage dans les endroits où celui-ci est obligatoire.

Se protéger et protéger les autres fait partie du respect social. Certaines personnes infectées n’ont pas de symptômes. En portant le masque, le risque d’infection diminue.

Qui ? Toutes les personnes doivent porter le masque, à partir de douze ans

Toutefois, les personnes suivantes ne sont pas obligées de porter le masque, soit :

  • les enfants de moins de douze ans ;
  • une personne qui présente une déformation faciale ;
  • les personnes souffrant d’une incapacité physique qui ne peuvent mettre adéquatement ou retirer un masque ;
  • les déficients intellectuels, personnes souffrant d’un trouble cognitif, d’un trouble du spectre de l’autisme, problème de toxicomanie, ou de déficience mentale sévère ;
  • les personnes souffrant d’une affection cutanée sévère au niveau du visage et des oreilles ;
  • les personnes qui font une activité physique ou qui reçoivent un soin qui exige qu’elles retirent leur masque (reprendre le masque après le soin) ;
  • les personnes qui travaillent ou qui exercent leur profession dans un lieu qui accueille le public – mais remettre le masque quand elles se trouvent dans le hall d’entrée, une aire d’accueil ou un ascenseur d’un immeuble autre qu’un immeuble d’habitation;

Règle générale, on se sert de son bon sens. Si on est malade, et exempté de porter un masque, on s’abstient de fréquenter les endroits publics. En tout temps, on respecte la distanciation physique de deux mètres, sauf avec un accompagnateur, il va de soi. Si on doit se rendre à l’hôpital ou à une clinique, on porte un masque de procédure, sinon un couvre-visage.

Il est recommandé que les personnes exemptées de porter un masque ou un couvre-visage en raison d’une condition de santé doivent éviter, autant que possible, les endroits où le masque est obligatoire. Si des personnes exemptées du port du masque doivent se rendre à certains de ces endroits publics, il est recommandé qu’elles respectent strictement la distanciation physique de 2 mètres avec les autres, sauf avec leur accompagnateur.

Par ailleurs, les personnes souffrant d’une condition chronique, incluant les maladies cardiovasculaires et les maladies pulmonaires, ne font pas partie des personnes exemptées de porter le masque ou le couvre-visage. Lorsque cela est possible, ces personnes devraient privilégier l’utilisation du masque de procédure puisqu’il offre une meilleure protection contre le virus.

Où ? Les lieux publics

Le port du masque est obligatoire dans les endroits suivants :

  • les transports en commun, ce qui inclut les autobus, le métro, les traversiers, les taxis, le service de voiturage ; gares de trains ou d’autobus, gares fluviales, aéroports ;
  • un commerce de vente au détail, une entreprise de services, un cabinet professionnel ;
  • un endroit qui offre des services municipaux ou gouvernementaux ;
  • une entreprise privée de soins personnels (coiffeurs, soins esthétiques) ;
  • un centre commercial ;
  • un lieu de culte, églises ;
  • musées ; services culturels (cinémas, salles de spectacles) ;
  • salles de location pour des congrès et des conférences ; activités sportives ;
  • restaurants et bars ;
  • aires communes incluant ascenseurs et établissements hébergement touristique ;
  • établissement d’enseignement (autres que écoles préscolaires, primaires et secondaires);
  • hall d’entrée, aire d’accueil, ascenseur d’un immeuble autre qu’un immeuble d’habitation ou pour y circuler ;
  • cabinet de médecin, clinique, hôpital, dentiste, le masque est obligatoire;
  • dans les lieux publics où il y a des chaises, les personnes assises peuvent retirer leur masque, mais le remettre dès qu’elles se déplacent dans les aires communes.

Dans tous les autres lieux publics qui ne sont pas visés par l’obligation de porter un masque ou un couvre-visage mais où la distanciation physique de deux mètres n’est pas possible, le port du masque ou du couvre-visage demeure fortement recommandé.

La protection – la propagation du virus

Le virus se transmet par gouttelettes respiratoires. Lorsqu’une personne atteinte du virus respire, parle, tousse ou éternue, ses sécrétions sont expulsées et vont se déposer sur les objets ou sur ce qui l’entoure, incluant les personnes. Comment le virus se contracte-t-il ? En inhalant directement ces gouttelettes ou en touchant aux surfaces contaminées.

Quel est le temps de survie du virus ? Sur les surfaces, le virus peut varier de trois heures à plusieurs jours. Un nettoyage à l’eau chaude et savonneuse suffit à l’éliminer, d’où l’importance de se laver les mains souvent car on a tendance à toucher notre visage avec nos mains.

Les scientifiques s’accordent à dire que 80 % des cas de coronavirus sont sans gravité15 % des cas sont sévères – 5 % sont graves et la moitié de ces personnes qui en souffrent peuvent mourir. En résumé, le taux de mortalité du coronavirus est de 2 % à 3 % supérieur à celui de la grippe.

Récemment, le 6 juillet, une quarantaine de scientifiques ont publié une lettre commune à l’OMS sur le risque de transmission aérienne du Covid-19. Selon eux, les particules virales du coronavirus peuvent rester suspendues dans l’air assez longtemps. On ne sait pas encore sa résistance sur les divers matériaux, sous la semelle des chaussures, par exemple.

Voici quelques recommandations à ce sujet. Lavons nos masques après usage, des traces peuvent rester sur la face intérieure et extérieure. Dans l’air, selon une étude faite par des chercheurs américains et publiée dans The New England Journal of Medicine a révélé qu’ils ont retrouvé des fines particules viables de coronavirus en suspension dans l’air 3 heures après les avoir pulvérisées. Mais, ces chiffres dépendent de la quantité de charges virales émises dans l’air. Si on sait la quantité de charges virales que les chercheurs pulvérisent dans l’air, on ne sait pas quelle quantité de particules virales est émise lorsqu’une personne contaminée tousse ou éternue. Une nouvelle troublante, lorsqu’un malade décède du coronavirus, le virus est toujours contagieux. Et ses vêtements, ses objets ?

Voici la durée de vie sur les matériaux suivants

LE PLASTIQUE – jusqu’à 72 heures, soit 3 jours

L’ACIER INOXYDABLE – jusqu’à 48 heures, soit 2 jours

LE CARTON – jusqu’à 24 heures, soit 1 jour

LE CUIVRE – jusqu’à 4 heures

En ce qui concerne l’eau, il n’y a pas de cas de contamination. La mer de par le sel qu’elle contient réduirait la charge virale du Covid-19. Dans les piscines et les jacuzzis, le chlore agit comme un désinfectant. Cependant, peut-être que dans une rivière ou un lac, la survie du virus pourrait être plus longue.

À nettoyer régulièrement avec un désinfectant les écrans de téléphones, les poignées de portes, les interrupteurs d’éclairage, les rampes d’escaliers. Se laver les mains par la suite.

Quant aux colis, le risque est très faible de contracter le virus par contact avec un colis. Les objets peuvent être à risque, mais faible. Le principal mode de transmission se fait en touchant un objet ou une surface contaminée où se trouve le virus puis en portant notre main à notre bouche, à notre nez, à nos yeux, il y a un grand risque.

Les semelles des chaussures pourraient être des vecteurs de transmission. Il faut surtout faire attention à nos semelles de chaussures quand on fréquente un endroit où il y a déjà de la contamination. Il faut alors les laver et les désinfecter.

La transmission par voie digestive est écartée. Le coronavirus ne peut être transmis par la viande ou le poisson à partir du moment où ces aliments sont cuits.

Si on cuisine, il est important de se laver les mains. D’ailleurs, il faut rincer les fruits et les légumes dès qu’on les reçoit. On conseille de cuire les légumes à la vapeur.

*****************************

STATISTIQUES À CE JOUR

Situation sur la maladie à coronavirus du 29 juillet 2020

MONDIALEMENT –   16 940 174 cas  –     664 748 décès

AU CANADA                   115 470 cas –          8 954 décès

AU QUÉBEC                      59 073 cas –            5 670 décès

ÉTATS-UNIS                4 420 175 cas –        151 262 décès

Les pays les plus affectés (par ordre du plus grand nombre de cas)

ÉTATS-UNIS 4 420 175 (151 262) / BRÉSIL 2 483 191 (88 539) / INDE 1 483 156     (33 425) / RUSSIE 823 515 (13 504) / AFRIQUE DU SUD 459 761 (7 257) / MEXIQUE 395 489 (44 022) / PÉROU 389 717 (18 418) / CHILI 349 800 (9 240) / ROYAUME-UNI 300 692 (45 878) / IRAN 296 273 (16 147) / ESPAGNE 280 610 (28 436) / PAKISTAN 275 225 (5 865) / ARABIE SAOUDITE 270 831 (2 789) / COLOMBIE 257 101 (8 777)/ ITALIE 246 488 (35 123)/ BANGLADESH 229 185 (3 000) /TURQUIE 227 982 (5 645) / ALLEMAGNE 207 950 (9 202) / FRANCE 183 804 (30 223) / ARGENTINE 167 403 (3 059) / IRAK 115 332 (4 535) / CANADA 114 994 (8 946) / QATAR 109 880 (167) / INDONÉSIE 102 051(4 901) / ÉGYPTE 92 947 (4 691) / KAZAKHSTAN 84 648 (793) / CHINE CONTINENTALE 83 959 (4 634) / PHILIPPINES 83 673 (1 947) / ÉQUATEUR 82 279 (5 584) / SUÈDE 79 494 (5 702) / OMAN 77 904 (402) / BOLIVIE 71 181 (2 647) / BIÉLORUSSIE 67 366 (543) / UKRAINE 66 575 (1 629) / BELGIQUE 66 428 (9 822) /     ISRAËL 66 293 (486) / KOWEIT 65 149 (442) / RÉPUBLIQUE dominicaine 64 69 690 (1 101) / PANAMA 61442 (1 322) / ÉMIRATS ARABES 59 546 (347) / PAYS-BAS 53 374 (6 145) / SINGAPOUR 51 197 (27) / PORTUGAL 50 410 (1 722) / ROUMANIE 47 053 (2 206) / GUATEMALA 46 451 (1 782) / POLOGNE 43 904 (1 682) / NIGERIA 41 180 (860) / HONDURAS 39 741 (1 166) / BAHREIN 39 482 (141) / ARMÉNIE 37 629 (719)94/AFGHANISTAN 36 368 (1 270) / SUISSE 34 609 (1 703) / KIRGHIZISTAN 33 844 (1 329) / GHANA 33 624 (168) / JAPON 30 961 (998) / AZERBAÏDJAN 30 858 (430) / ALGÉRIE 28 615 (1 174) / SERBIE 24 520 (551) / MOLDAVIE 23 521 (753) / OUZBÉKISTAN 21 699 (124) / MAROC 21 387 (327) AUTRICHE 20 677 (713)

(LES AUTRES PAYS ONT MOINS DE 20 000 CAS)

Entre ces deux tableaux, il y a deux mois de distance. En résumé, on voit que les cas dans le monde ont triplé passant de 5 ½ millions à 16 millions, mais le nombre de décès a seulement doublé. On constate aussi la progression en flèche du virus dans certains pays, – c’est un peu comme une chaise musicale – tels l’Inde ; l’Afrique du Sud dont les cas sont multipliés par 9; l’Iran qui a doublé ses cas ; la Roumanie maintenant en état d’alerte ; le Mexique dont les cas ont quintuplé, et je n’oublie pas le Québec qui a presque doublé son nombre de cas.

Ce qui est fascinant et inquiétant, c’est le nombre de cas qui ont été enregistrés dans plusieurs pays hier, et le nombre de décès. Par ordre alphabétique, je les détaille ci-dessous.

AFRIQUE DU SUD                         7 232 cas en 24 h                 190 décès

ALGÉRIE                                           642 cas en 24 h                   11 décès

ALLEMAGNE                                     549 cas en 24 h                     5 décès

BELGIQUE                                        234 cas en 24 h                   11 décès

BRÉSIL                                         39 454 cas en 24 h                 934 décès

CHILI                                               1 876 cas en 24 h                    53 décès

CHINE                                                 97 cas en 24 h

CORÉE du SUD                                   48 cas en 24 h

ÉGYPTE                                             465 cas en 24 h                   39 décès

ESPAGNE                                        2 031 cas en 24 h

ÉTATS-UNIS                                 54 448 cas en 24 h              1 126 décès

FRANCE                                                         –                                  10 décès

INDE                                              49 632 cas en 24 h                  777 décès

IRAN                                                2 267 cas en 24 h                   235 décès classé rouge

ITALIE                                              289 cas en 24 h                         6 décès

JAPON                                               972 cas en 24 h                      2 décès

QUÉBEC                                              176 cas en 24 h                     3 décès

MAROC                                               500 cas en 24 h                  11 décès état d’urgence

MEXIQUE                                        8 601 cas en 24 h               1 109 décès

PÉROU                                            5 288 cas en 24 h                 194 décès

POLOGNE                                          502 cas en 24 h                       6 décès

PORTUGAL                                        107 cas en 24 h                       3 décès

ROYAUME-UNI                                  763 cas en 24 h                    83 décès

RUSSIE                                         5 395 cas en 24 h                    150 décès

SUÈDE                                               99 cas en 24 h                        2 décès

 

Situation sur la maladie à coronavirus du 28 mai 2020

MONDIALEMENT –   5 614 458 cas  –    350 958 décès

AU CANADA                   87 482 cas –         6 829 décès

AU QUÉBEC          –         49 139 cas –          4 228 décès

ÉTATS-UNIS          –    1 724 416 cas –      100 940 décès

Bref survol sur les pays les plus affectés

Etats-Unis 1 724 416 cas (100 940) / BRÉSIL 396 166 (24 746) / RUSSIE 370 680 (3 968) / ROYAUME-UNI 267 240 (37460) ESPAGNE 236 529 (27 117) / ITALIE 230 555 / ALLEMAGNE 181 303 (8 431) / TURQUIE 158 762 (4 397) / FRANCE 145 746          (28 596) / IRAN 141 591 (7 564) / PÉROU 129 751 (3 788) / CHINE CONTINENTALE 82 993 (4 634) / CHILI 82 289 (841) / ARABIE SAOUDITE 78 541 (425) / MEXIQUE 74 560 (8 134) / PAKISTAN    59 151 (1 225) / BELGIQUE 57 592 (9 364) / QATAR    48 677 (30) / PAYS-BAS 45 769 (5 871) / BIÉLORUSSIE 38 956 (214) / BANGLADESH 38 292 (544) / ÉQUATEUR    37 355 (3 203) / SUÈDE 35 088 (4 220) / SINGAPOUR 32 876 (23) / ÉMIRATS ARABES UNIS 31 086 (253) / PORTUGAL 31 007 (1 342) / SUISSE 30 776 (1 649) / IRLANDE 24 803 (1 631) / AFRIQUE DU SUD 24 264 (524) / INDONÉSIE 23 851 (1473) / COLOMBIE 23 003 (776) / KOWEIT (22 575 (172) POLOGNE 22 303 (1 025)

 

Sources :

Radio-Canada, La Presse, Wikipedia

Santé publique, Ministère du Québec

Santé Canada, INSPQ

Google.images

 

14 pensées sur “Le port du masque ne plaît pas à tous

  • 30 juillet 2020 à 3 h 28 min
    Permalink

    comment recommander le port d’un masque chez l’enfant à partir de 12 ans alors que toute la littérature montre :
    que les enfants de moins de 19 ans ne contaminent personne ni adulte ni autre enfant
    qu’ils sont très exceptionnellement contaminés(1 à 2% des cas)
    etqu’ils ne font que des formes asymptomatiques ou bénignes (moins de 10 décès connus au monde sur un peu plus de 160000 contaminés)

    Répondre
    • 30 juillet 2020 à 11 h 19 min
      Permalink

      Bonjour Delepine,

      Vous avez raison de confirmer que les enfants sont exceptionnellement contaminés par le virus, soit moins de 5 %. À mon avis, c’est surtout pour protéger les autres de leurs symptômes bénins que le masque est demandé. Un adulte pourrait, lui, réagir plus fortement en l’attrapant. Le masque, en général, est une protection pour autrui. Si les autres portent un masque, on a plus de chance soi-même d’être protégé.

      Répondre
  • 30 juillet 2020 à 14 h 32 min
    Permalink

    Ma position est totalement à l’opposé de celle de Carolle – le droit d’opinion existe et se pratique ici au7duquébec.net

    1) Conspirationniste = nous nous sommes prononcés à moult reprises sur cette question. OUI les différentes factions de la bourgeoisie fomentent maints complots les uns contre les autres MAIS nous pensons que ces conspirations – planification de malversation- sont souvent contrecarrer par les forces contraires et que ce sont les contradictions internes à un système social qui en définitive décide l’issu des conflits titanesques.

    2) La pseudo pandémie et sa fausse hécatombe ne font pas exception et peu à peu la vérité tend à prendre le dessus sur les fadaises conspirationniste EXEMPLE CET ARTICLE + d’un scientifique de haut niveau : https://les7duquebec.net/archives/256685 On y parle dans cet article de la fiabilité des statistiques que présentent Carolle.

    3) l’affaire du masque est fort anodine = porter un masque ou non, les vieilles dames sont prêtes à y jouer leur vie pour leur survie croient-elles. Personnellement je m’y oppose farouchement mais pas du tout pour des raisons médicales mais parce que ce geste est inutile et futile et que le port du masque inutile cache des motifs non avouables.

    3) Un masque est un instrument chirurgical de salle d’opération comme le disait le docteur Arruda qui se porte selon un protocole stricte en milieu stérile = salle d’opération = pour être efficace et utile. Un super marché un Wall Mart ne sont pas des endroits aseptisés sous champs stériles – nettoyés de fond en comble entre chaque patient-client évidemment. Les péquenots sortent leur masque de leur poche et se le mette au visage puis se lavent les mains jusqu’a la prochaine canne de conserve non stérile etc. Réveillez-vous pauvres vieux bougres avec vos doigts contaminés à longueur de journée.

    4) la véritable question est de comprendre pourquoi certains virologues – certains savants sous subventions – ou des insignifiants comme M. Arobas = sachant tout cela = un super marché n’est pas une salle d’opération = nous font-ils exécuter tous ces simagrées stupides et futiles ???? sans aucune utilité médicale ou virologique ???

    5) La réponse à la question précédente (réponse qui n’est pas complotiste pas plus que les motifs de la seconde guerre mondiale n’était conspirationniste) est le motif de ma révolte contre cette mesure qui prépare les conditions du VACCIN développé à la hâte et qu’on voudra nous imposer à tous, à nos risques et périls= des milliards de dollars de profits en perspectives.

    6) NON je ne donne pas l’autorisation aux petits vieux hystériques même s’ils sourient derrière leur masque anesthésiques (sic) de m’imposer leur vaccin trafiqué pour lequel les gouvernements nous endettent déjà de milliards de dollars alors qu’il n’existe pas encore ce vaccin.

    7) C’est ici et maintenant qu’il faut bloqué la dictature des entreprises pharmaceutiques et les autres (GAFA) qui font de l’argent à partir de la misère du peuple = même si cette populace pense que toute cette affaire est une blague solidaire où la solidarité se mesure par le niveau de sa soumission et de sa terreur.

    Robert Bibeau

    Répondre
    • 30 juillet 2020 à 23 h 17 min
      Permalink

      Bonsoir Robert, tu as bien raison, chacun a droit à son opinion. Personnellement, j’avoue que je ne tiens pas à porter le masque, c’est même une contrainte. Pour moi, suivre les consignes de distanciation de deux mètres et me laver les mains était suffisant. Je me souviens qu’au printemps le Dr Arruda a expliqué à plusieurs reprises que le port du masque n’était pas ce qui protégeait le plus, le plus important était de suivre les deux consignes recommandées ; plus, le masque pouvait avoir des effets nocifs si on ne savait pas comment le manipuler. Beaucoup de personnes le critiquaient parce qu’il ne rendait pas le masque obligatoire. On disait qu’il était contre le masque et que c’était parce qu’il y avait une pénurie et non pour les raisons qu’il détaillait. De son côté, le PM François Legault exprimait qu’il préférait ne pas imposer le masque, il ne voulait pas brimer la liberté des Québécois, il espérait que les consignes seraient suffisantes et que chacun les respecterait. J’imagine que les personnes qui critiquent aujourd’hui l’obligation de porter un masque sont les mêmes qui s’offusquaient quand on ne l’obligeait pas. S’il n’y avait pas eu autant de critiques et de propos hargneux, nous ne ferions pas face actuellement au port du masque obligatoire.
      Pour ou contre le masque scientifiquement ? Plusieurs études dénoncent la faiblesse de protection du port du masque. Pourtant, la plupart des organismes de santé publique le recommandent non pas parce que les preuves d’efficacité sont bétonnées, mais parce qu’il y a des raisons de croire qu’il aide dans une certaine mesure. Le masque de Monsieur tout le monde ne filtre pas aussi efficacement que les masques médicaux, mais un certain nombre de particules peuvent être stoppées, c’est pourquoi il peut aider.

      MES SOURCES POUR LES STATISTIQUES
      Radio-Canada en temps réel
      Institut national de Santé publique au Québec
      Google Actualités coronavirus
      Sortir.paris.com dans le monde

      TON ARTICLE SUR L’HYDROXYCHLOROQUINE par le Dr Pascal Sacré. C’est un bon article. Je n’ai pas de raison de douter de sa sincérité ni de ses compétences. Les ÉLÉMENTS POSITIFS du médicament : sécuritaire, bas prix, disponible immédiatement. Quant à moi, j’ai aussi foi dans certains scientifiques qui m’apparaissent soucieux de la vérité. Je me suis inspirée de Québec Science pour livrer un point de vue un peu différent sur l’hydroxychloroquine, un dérivé de la chloroquine (médicaments utilisés contre la paludisme et les maladies auto-immunes) qui peut avoir un effet antiviral contre le SRAS, CoV-2 et peut-être la Covid-19. Actuellement, il y a plus d’une centaine d’essais cliniques qui évoluent dans le monde sur ces médicaments en les associant à d’autres.

      L’un d’eux, HOPE, a débuté le 14 avril dernier en Alberta. Il a beaucoup d’avenir. Les essais cliniques se font sur des patients atteints de forme modérée à sévère, au Canada, auprès de 1 600 patients qui seront choisis au hasard entre un groupe traité et un groupe recevant un placebo. L’objectif est de déterminer si le médicament donné pendant cinq jours peut réduire la sévérité de la maladie.

      Quant au Dr DIDIER RAOULT à Marseille qui vante beaucoup ce médicament par voie de vidéos, les communautés scientifiques lui reprochent de SAVOIR à l’avance dans quels groupes se trouvent les malades, ce qui introduit des biais. De plus, les groupes ne sont pas répartis au hasard. Sa PREMIÈRE EXPÉRIENCE comptait 20 patients. Six d’entre eux ont arrêté le traitement avant le temps ; trois ont été transférés aux soins intensifs et un est décédé. Les patients dont l’état a empiré ont été exclus des statistiques. L’objectif de l’étude était de mesurer la diminution de la charge virale dont les sécrétions nasales mais il semble que l’étude n’était pas conçue pour évaluer les symptômes. Plus tard, l’étude publiée a été décriée par l’International Journal of Antimicrobial Agents (ISAC) au motif qu’elle ne répondait pas aux critères requis.

      Par la suite, le Dr Raoult a publié un SECOND MANUSCRIT, essais faits sur 80 patients mais il n’y avait pas de groupe témoin. Il avait utilisé deux médicaments, soit l’hydroxychloroquine et l’azithromycine. On ne sait pas si la combinaison des deux médicaments est plus efficace que les traitements administrés séparément. L’étude indique que seulement 15 % des patients ont eu besoin d’oxygène, mais c’est une statistique généralement observée chez les gens qui se remettent de la maladie.

      Une dernière étude sur des essais sur plus de 1 000 personnes par l’association des deux médicaments avec un taux de mortalité de 0,5 % avec une moyenne d’âge de 43,6 ans.

      Enfin, actuellement, les grands essais en cours concernent l’hydroxychloroquine seulement. Selon le Dr Metz en Alberta, les deux médicaments en association peuvent causer de l’arythmie.

      Répondre
  • 31 juillet 2020 à 11 h 04 min
    Permalink

    @ Carolle

    Une vidéo pour te répondre via un expert français qui démollit tout ce que Québec science, La Presse, Martineau le docteur Arobas et le débille Legault plastronne depuis des mois : Y A-T-IL UNE ERREUR QU’ILS N’AURAIENT PAS COMMISES : https://www.youtube.com/watch?v=D8hvDKHIxKw

    lA résistance s’organise face aux médias à la solde

    Plaisir

    Robert Bibeau

    Répondre
  • 31 juillet 2020 à 13 h 33 min
    Permalink

    J’ai visionné la vidéo du Professeur Perronne. Il a une belle posture. Son débat porte sur l’hydroxychloroquine et son interdiction en France. Il s’associe au Dr Raoult. On verra avec le temps, peut-être recevra-t-il un jour le Prix Nobel pour son travail !

    Je ne suis pas médecin et je ne comprends pas les ramifications et connaissances requises pour évaluer le pour et le contre des essais cliniques.

    La science exige des protocoles rigoureux qui prennent du temps. L’hydroxychloroquine est sans doute bonne pour beaucoup de personnes, mais peut être à risque pour d’autres. L’effet secondaire le plus redouté est l’arythmie. Il y en a d’autres.

    Imagine, si un jour on constate des décès dont la cause est la prise de ce médicament, qui critiquerait-on ? Toujours les mêmes, certainement pas le Dr Perronne.

    Répondre
  • 1 août 2020 à 13 h 21 min
    Permalink

    Pour ma part j’ai quelques masques en permanence dans mon auto, mesure de précaution pour ne pas me faire donner une amende ou me faire tabasser dans un supermarché ou ailleurs :))) Comme Robert, je ne crois pas une seconde à l’efficacité du masque ! encore moins ces masques chirurgicaux qui valent 0.001 cent à produire, ou ceux en tissus qui sont devenu comme des soutiens gorge ou des slips sexy et à la mode que les gens trimbalent dans toutes les couleurs :)))) comme dit Robert, il faudrait passer le supermarché ou la pharmacie ou le lieux public à l’autoclave machine destinée à stériliser les outils chirurgicaux à quelques centaines de degrés Celsius avec une solution spéciale en plus pour que ça marche ! le masque donc est devenu un outil de repression presque policier et politique et c’est uniquement pour cela que la majorité des gens le portent contraints sans y croire vraiment !

    Quant à l’histoire du Virus, je crois tout simplement que la science la plus développée aujourd’hui n’est toujours pas arrivée à comprendre cette saloperie à l’heure ou on se parle ! il y a un virus de grippe ou autre chose qui cible certaines personnes avec certaines conditions, et parfois plus jeunes et totalement en forme ! un bacille, une bactérie, un truc évolué et dont les mécanismes biologiques ou microbiologiques sont encore nébuleux et pas tout à fait compris par les plus grands scientifiques ! l’approche médicamenteuse ou même le vaccin à mon avis sur lesquels ils travaillent depuis le début sont encore généralistes et pas encore précis car soit ne guérissent pas totalement de ce problème, ou ne comprennent pas que des facteurs externes comme la pollution ou certains agents naturels ou médicamenteux ou environnementaux peuvent le déclencher à tout moment ! et le masque d’ailleurs est la réponse tout aussi généraliste et foireuse qu’on tente de maximiser afin d’espérer que les gens puissent y échapper ou diminuer les risques sur la base du facteur de contagion ou haute contagion … étant donné l’organisation urbaine et sociale et l’engorgement des endroits publics à notre époque plus que jamais auparavant ! d’ailleurs même avant le Corona virus, vous pouviez chopper toutes sortes de bactéries parfois fatales dans les chiottes d’un restaurant ou d’un walmart ou d’un parc public ! et ma première et dernière chaude pisse ou Gonorrhée extrêmement douloureuse je l’ai chopée à l’âge de 18 ans dans les chiottes d’un café hyper branché au Maroc lors de mon adolescence, et je me souviendrais toujours du docteur de famille qui ne m’a jamais cru, et m’accusait d’avoir été dans un bordel ou chez les nanas qui faisaient le trottoir la nuit !:))))) je vous jure que cette histoire est véridique à 100% !:)))

    Enfin, Je dois encore donner raison à Robert sur l’histoire des gros sous derrière l’histoire du vaccin ! le fameux professeur chercheur Marocain naturalisé Américain et les gros labos derrière lui sont dérrière cette histoire, son nom c’est Moncef Slaoui, les articles qui parlent de lui depuis six mois ont explosé aux états-unis et ailleurs dans le monde et surtout chez les complotistes depuis que Donald Trump l’a reçu en grandes pompes à la maison blanche et lui a confié personnellement l’histoire de fabriquer le vaccin ! Depuis, lui et les labos derrière ont refusé la clause de ne pas faire de profit sur le vaccin, c’est dans tous les journaux maintenant, et ils ont bien l’intention de faire quelques centaines de milliards de dollars de profits avec cette histoire ! Ces marocains bardés de diplômes qui font payer cher leur connaissance sont devenu monnaie courante et se comptent parmi les pires capitalistes de notre époque en ayant rien à envier aux capitalistes nord américains d’origine ou autres d’Europe ! et autour de moi, les parvenu marocains du genre scientifique qui se la jouent grands aristocrates à Montréal, j’en ai ma claque, ils sont partout et ont tout acheté dans les quartiers les plus chers de Montréal, sans compter ceux qui volent le pays là-bas et ont découverts les joies des paradis fiscaux grâces aux banques Canadiennes genre CIBC et autres, pour détourner des milliards des marchés publics au Maroc et les mettre à l’abris dans les paradis fiscaux des bermudes et caraïbes avec l’aide et la complicité des avocats en immigration d’ici, les autorités et les banques Canadiennes et nord américaines !

    Conclusion : Le fait est que même si sur le plan scientifique on a toujours pas cerné ni tout à fait compris quoique ce soit à bon nombre de maladies infectieuses de toutes sortes dont ce virus, le capitalisme prend toujours le dessus avant que rien ne soit réglé ou contenu pour autant ! c’est le cas de centaines de maladies infectieuses pour lesquels des médocs qui ne servent à rien circulent déj< sur les marchés à prix exorbitants et sont souvent ceux qui portent le coup de grâce aux patients ou malades car génèrent des cancers et toutes sortes de cochonneries qui finissent par terrasser le malade ! Dans le cas du Coronavirus, c'est le scénario rêvé des pharmaceutiques et chercheurs dérrière, car cette fois ce sont les gouvernements qui sont les clients et qui signent des ententes en milliards pour acheter d'avance leurs produits ! je connais un gars dont les deux parents médecins-chercheurs ont fait fortune juste avec le gouvernement Marocain, et maintenant lui et son ptit frère qui menaient une vie de nababs à Montréal sont presque mourants à force de dépendances aux drogues et avoir fait la fête pendant des années à la coke et autres saloperies !

    Merci Carolle pour ce billet, je ne vous en veut pas du tout pour vos opinions, vous avez l’honnêteté de les exprimer clairement au moins, et vous êtes pas obligée ni quiconque d'ailleurs à réinventer la roue… les gens vivent avec ce qu'ils croient, ou leur impose, ou leur dicte… combien de fois on va chez un médecin charlatan qui nous prescrit des trucs qui soient pas dans notre intérêt et on suit ses prescriptions à la lettre car c'est pas notre domaine, ni qu'on va s'amuser à remettre en question son ''diagnostic ou traitements'' bref, la vie est une loterie de toute façon, elle est fragile et tient à rien du tout et on ne sait jamais de quoi sera fait demain ! on touche du bois ! donc que les gens qui veulent croire en le masque le fassent ! peut-être que l'effet placebo fait son effet d'ailleurs et les ''guérit..'' ou évite le pire… un peu comme toutes les autres choses, lorsqu'on croit positivement `quelque chose elle risque de se produire et si on y croit négativement de même aussi !

    Bien à vous !

    Répondre
    • 1 août 2020 à 22 h 10 min
      Permalink

      Cher Sam, je ne veux pas débattre sur le masque, c’est un sujet qui finit par me lasser. Comme je l’ai déjà dit, je crois plutôt aux consignes d’hygiène qui devraient d’ailleurs être permanentes, pas seulement en temps de pandémie. Cependant, une fois que le masque est déclaré obligatoire, je ne me sens pas atteinte dans mon éthique de le porter dans les lieux publics, c’est tout.

      Je comprends très bien les enjeux entre les médecins, les pharmaceutiques, l’appel du pouvoir et blablabla, je suis au courant, et ma foi, je crois que c’est la nature humaine et ces comportements se voient dans tous les domaines, familles, amis, associations, fondations, travail. Je ne sépare pas le monde en deux, d’un côté les gens corrompus qui sont au pouvoir, et de l’autre, des gens transparents et honnêtes, non. La conscience est dans chaque personne et chacun la mène comme il le veut.

      Je vous souhaite une bonne fin de soirée.

      Répondre
  • 3 août 2020 à 12 h 06 min
    Permalink

    SI la liberté tient à un masque, elle ne tient pas à grand chose. Je respecte les consignes de gens qui connaissent la situation mieux que moi et je situe mes combats pour la liberté ailleurs. Mettre un masque ne me rend pas folle, me tenir à deux mètres non plus et encore moins me laver les mains souvent. En attendant que ce virus fou se calme.
    Et rien me m’a encore convaincue que la situation origine d’un complot.
    Madame Dessureault, j’espère encore vous lire ici car vous faites toujours preuve de bon sens.

    Répondre
    • 3 août 2020 à 16 h 11 min
      Permalink

      Bonjour,

      Merci d’avoir pris le temps d’exposer votre point de vue. On se rejoint sur le choix de nos combats. Porter le masque ne brime pas ma liberté d’expression – d’autres causes me tiennent davantage à coeur.

      Nous sommes tous un peu dans le vague avec cette situation de Covid-19. Personne ne sait exactement à quel niveau porter un masque peut nous protéger des gouttelettes projetées par la toux, l’éternuement, etc. Est-ce 15 %, 20 %, 40 % ? Même à 5 %, je considère que c’est une bonne raison de le porter.

      Bonne journée.

      Répondre
  • 4 août 2020 à 8 h 56 min
    Permalink

    Je ne savais pas que le site les7duquebec pouvait (aussi) produire des articles aussi NULS !!!
    Que des informations lambda … qu’on a déjà lues ou entendues à la Tv 100 fois :
    « Le port du masque est obligatoire dans les endroits suivants :
    les transports en commun, ce qui inclut les autobus, le métro, les traversiers, les taxis, le service de voiturage ; gares de trains ou d’autobus, gares fluviales, aéroports ;
    un commerce de vente au détail, une entreprise de services, un cabinet professionnel  »
    Ou PIRE, des informations erronées, qui tiennent à faire passer l’Amérique de Trump pour le Pire pays du monde :
    ÉTATS-UNIS – 1 724 416 cas – 100 940 décès (1er en nb de décès)
    Sauf qu’il faut rapporter ce nb au nb d’habitants : 328 Millions
    … soit 5 fois plus d’habitants que la france
    et seulement 3 fois plus de décès (30 294 décès en france)
    Non, ce n’est pas l’Amérique de Trump qui fait pire que tout (ou le Brésil de Bolso!) … mais bien la france de macron, ce « comédien narcissique et méprisant », qui a le Pire taux de létalité du monde : 18,4% …alors que les US ou le Brésil ont environ 5% de taux de létalité ! (source : Professeur Perronne)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *