LA GUERRE BIOLOGIQUE À L’HEURE DE LA PANDÉMIE DU CORONAVIRUS

Par Luc MICHEL. Avec Afrique-Media-Livre

LA GUERRE BIOLOGIQUE À L’HEURE DE LA PANDÉMIE DU CORONAVIRUS

Je ne suis pas vous le savez un partisan des théories incapacitantes du complot (qui ne servent que l’ennemi américain). Mais la Pandémie actuelle interpelle ! Des accusations précises sont portées en Chine et en Russie contre l’origine de la pandémie : une bio-arme déployée à Wuhan par l’US Army (1). (Une des hypothèses qui circule NDLR).

Les médias aux ordres de l’OTAN balayent l’accusation d’un revers … de gazette : «théories du complot» est leur seul argument. Mais cette fois un détail leur échappe, les accusateurs ne sont pas des journalistes français marginaux ou des américains de la «lunatric fringe». Ce sont le ministère chinois des Affaires étrangères, l’ambassadeur français à Paris, ou encore la diplomatie iranienne, sans oublier des généraux russes spécialistes de la guerre biologique! Or, les grands médias américains et européens rejettent catégoriquement toute hypothèse sur le caractère artificiel du coronavirus …

 

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères a accusé la CIA de propager le coronavirus via ses soldats dans la ville de Wuhan ce à quoi Trump a riposté en qualifiant le coronavirus de «virus chinois» (2). «Mais Les Chinois ont raison de demander des explications à la Maison-Blanche et au Congrès à propos de la fermeture soudaine des laboratoires de recherche biologique de l’armée américaine à Fort Detrick, fin 2019», ajoutent des médias arabes. Selon ‘Global Times’ : «le porte-parole des laboratoires de Fort Detrick a annoncé leur fermeture pour «des raisons de sécurité nationale» alors qu’ils étaient en pleine recherche sur les virus d’Ebola et de SARS». Le site se demande «comment 38 000 personnes ont perdu la vie en raison d’un virus suspect alors que Washington tente de faire croire qu’elles sont décédées d’une grippe.»

QUAND L’AMBASSADE DE CHINE A PARIS LAISSE ENTENDRE QUE «LES USA SONT A L’ORIGINE DE LA PANDÉMIE MONDIALE»!

L’ambassade de Chine en France s’est aussi fait remarquer par les médias, car elle a suggéré ce 23 mars 2020 dans une série de tweets que la pandémie de Covid-19 «avait débuté aux Etats-Unis», reprenant des accusations officielles chinoises contre les Américains sur l’origine du coronavirus. Tout cela sur fond de guerre économique entre les deux géants.

 

Que dit l’Ambassade de Chine en France :

«Après la fermeture de la Base Fort Detrick , la grippe N1H1 s’est déclarée aux États-Unis. octobre 2019, les organes américains ont organisé un exercice codé «Event 201» aux cas de pandémie mondiale. 2 mois plus tard, le premier cas de COVID-19 a été confirmé à Wuhan, en Chine.»

 

De quoi s’agit-il ? J’ai déjà évoqué sur AFRIQUE MEDIA cette simulation « Event 201 ». La base de l’accusation est celle-ci (qui est aussi à la base des accusations contre le couple Gates en Afrique). Le centre Johns Hopkins, une ONG internationale de santé publique qui «travaille à protéger la santé des populations face aux épidémies », mène des études financées par le gouvernement américain et des mécènes privés, comme la fondation de Bill et Melinda Gates. Le centre a publié un communiqué de presse le 25 janvier (publié par Le Monde à Paris, financé par la Fondation Gates pour dédouaner maladroitement celui-ci). Il confirme «qu’un exercice de simulation de pandémie appelé «Event 201», mené en partenariat avec la Fondation Bill et Melinda Gates et le Forum économique mondial, a bien eu lieu en octobre 2019. Le scénario, tel qu’il avait été imaginé, prévoyait une épidémie dont l’épicentre se trouvait dans une porcherie au Brésil et qui allait causer la mort de 65 millions de personnes dans le monde».

 

LES USA ET LES ARMES DE DESTRUCTION MASSIVE

L’ARME BIOLOGIQUE DANS LA CONQUÊTE DE L’OUEST CONTRE LES INDIENS !

Il n’est caché à personne que les États-Unis n’ont jamais hésité pendant leur histoire, à avoir recours aux armes chimiques et biologiques, là où ils en sentaient le besoin : face aux indigènes, lors de la guerre civile américaine, au Vietnam, en Irak et finalement en Syrie. Ces antécédents pas très clairs nous permettent de nous interroger si le coronavirus a été créé dans les laboratoires américains dans le cadre d’une guerre biologique. Sans oublier la monstrueuse arme atomique contre la Japon en 1945.

«Un missionnaire dénonçait au XIXe siècle la contamination des Indiens avec la variole», écrit ‘Le Point’ (3) : «Ce missionnaire baptiste décrit avec horreur la façon dont certaines compagnies américaines du XIXe siècle répandent le virus pour exterminer les Indiens (…) Tout au long des XVIIIe et XIXe siècles, des épidémies de variole déciment les tribus indiennes d’Amérique du Nord. Cette maladie, inconnue sur le continent américain jusqu’à l’arrivée de Christophe Colomb, ne rencontre aucune défense immunitaire chez les autochtones. On lui doit certainement des centaines de milliers de morts, mais aussi la quasi-disparition de plusieurs tribus. Constatant cette vulnérabilité des Indiens, plusieurs «âmes monstrueuses» n’hésitèrent pas à en profiter pour propager le virus pour faire place nette devant eux. Plusieurs témoignages incontestables vont dans ce sens …»

 

LE LIVRE : NRBC – SURVIVRE AUX ÉVÉNEMENTS NUCLÉAIRES, RADIOLOGIQUES, BIOLOGIQUES ET CHIMIQUES

Cris Millennium, Piero San Giorgio, Dmitry Orlov

Editeur Culture & Racines

Tchernobyl, Fukushima, Ebola, Covid-19, Armes de destruction massive, accidents chimiques… Ces noms, ces événements font peur.

Qu’en est-il réellement des risques ?

La réalité dépasse-t-elle la fiction ?  Qu’adviendrait-il des équipements et installations sensibles (centrales nucléaires, industries lourdes, laboratoires…) en cas de crise économique ou de guerre?

 

Rendant accessible un sujet très complexe, cet ouvrage aborde les différentes menaces issues des domaines nucléaires, radiologiques, biologiques et chimiques pour vous permettre de différencier les mythes de la réalité et d’identifier les risques. Il présente également des moyens de protection et de détection tout en énonçant des conduites à tenir en cas d’événement NRBC…

Cris Millennium travaille depuis 2003 dans le domaine «Nucléaire-Radiologique-Biologique-Chimique». Il a servi plusieurs années au sein de la Cellule nationale NRBC de la Gendarmerie nationale où il a notamment contribué au développement de la police scientifique en milieu contaminé, avant d’intégrer, sur sélection, le GIGN. Pendant six années, il fut le chef de la Cellule NRBC de cette prestigieuse unité de contre-terrorisme, pratiquant le conseil aux autorités, définissant les matériels de détection et de protection et assurant l’instruction des personnels. Depuis 2013, il officie comme conseiller NRBC pour un gouvernement étranger. Outre une expérience avérée en milieux toxiques réels (VX, sarin, radiations…) et l’obtention de multiples diplômes spécialisés NRBC, Cris Millennium est titulaire d’une maîtrise de biologie, d’un diplôme de 3ème cycle en Criminalistique et d’un mastère spécialisé en « Gestion des risques et menaces NRBC-E ».

Préface de Dmitry Orlov auteur de « Les cinq stades de l’effondrement« . Ce livre peut vous sauver la vie : une lecture essentielle post-confinement Covid-19 !


NOTES ET RENVOIS

(1) Cfr. LUC MICHEL’S GEOPOLITICAL DAILY/

A PEKIN, TEHERAN, MOSCOU ON ACCUSE : LE CORONAVIRUS COVID-19 EST UNE ‘BIO-ARME’ AMERICAINE !

http://www.lucmichel.net/2020/04/21/luc-michels-geopolitical-daily-a-pekin-teheran-moscou-on-accuse-le-coronavirus-covid-19-est-une-bio-arme-americaine/

(2) Ibid.

(3) Voir sur :

https://www.lepoint.fr/culture/un-missionnaire-denonce-la-contamination-des-indiens-avec-la-variole-06-04-2020-2370190_3.php

(Sources : Editions Culture & racines – Afrique Média – EODE Think Tank)

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

8 pensées sur “LA GUERRE BIOLOGIQUE À L’HEURE DE LA PANDÉMIE DU CORONAVIRUS

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *