Quand l’histoire du capitalisme se joue des lois du temps et du lieu

Par Khider Mesloub.

This article is available in 5 languages on this webmagazine:
7.09.2020-Kidher-English-Italiano-Spanish

Le capitalisme se complaît à rejouer constamment la même pièce de tragédie avec la même répétition des règles de l’unité de temps, de lieu et d’action, pour mieux renforcer l’illusion démocratique de sa société de spectacle, gouvernée en vrai par la même atmosphère politique spectrale. En dépit de l’amélioration de ses techniques scéniques, quels que soient les acteurs politiques, sous quelque cieux ou époque, il offre toujours au prolétariat la même tragédie cynique, sur fond de programme social prétendument cathartique, mais en réalité toujours autant dramatiquement famélique. Tout se passe comme si le capitalisme se joue des lois du temps et du lieu, à vouloir répéter les mêmes actions avec des scénarios identiques, rejouées par des piètres acteurs historiques successifs, biberonnés aux mêmes sources pédagogiques imprégnées du même sadique esprit d’oppression, d’exploitation et de despotisme.

A cet égard, j’ai toujours pensé que les textes critiques rédigés du point de vue du prolétariat et des peuples opprimés demeurent valides quels que soient la période, le pays, le modèle de régime politique (démocratique ou dictatorial), tant que le capitalisme continue à dominer le monde. Voici un texte écrit en France en 1946 par des militants marxistes, consacré à la situation sociale, économique et politique de la France. À le lire on croirait qu’il vient d’être rédigé par un militant révolutionnaire algérien, à la veille du prochain référendum sur la Constitution. Je vous laisse le soin de le découvrir dans sa version originale, mais avec une légère réactualisation personnelle, mise entre parenthèses, à certains passages, afin de l’adapter au contexte actuel de l’Algérie.

« Le prolétariat devant la comédie électorale » 

« La bourgeoisie est incapable d’assurer le minimum vital indispensable à la population travailleuse. La situation alimentaire s’aggrave. La distribution des maigres rations de viande, matières grasses, vin, se fait avec des retards. C’est là une forme camouflée de leur diminution réelle. Dans plusieurs régions les boulangeries sont fermées et la distribution du pain complètement suspendue. Les prix des marchandises qu’on trouve encore sur le marché, augmentent légalement de jour en jour, au point d’approcher les prix du marché noir. Les ouvriers ne peuvent même pas acheter leurs rations misérables.

Pour détourner l’attention des masses affamées des causes de leur misère, le capitalisme – l’inamovible système Flnesque algérien – monte la scène de comédie électorale et les amuse avec des référendums. Pour les divertir des crampes de leurs ventres affamés on leur donne des bulletins de vote à digérer. A LA PLACE DU PAIN, ON LEUR JETTE DE LA « CONSTITUTION » À RONGER.

La mise en scène du spectacle électoral est parfaite. Tous les partis participent. Les rôles sont ingénieusement répartis et chacun joue le sien. On y trouve le méchant loup – « réaction » – (islamisme) et le gentil Chaperon Rouge – la gauche – (les démocrates bourgeois algériens stipendiés). Le tout s’appelle la « IVRépublique » (la Deuxième république bouteflikienne).

On voudrait faire participer la classe ouvrière à cet écœurant spectacle où se démènent tous les pantins du capitalisme – les indéboulonnables caciques du système Flnesque -. On leur demande, le plus sérieusement du monde, de choisir entre la « démocratie républicaine » – la démocratie caporalisée – et la réaction –l’islamisme -, d’émettre des « oui » ou des « non ».

Farce misérable ! En quoi le briseur de grève Croizat – ceux qui ont brisé le Hirak par les répressions, les arrestations et l’incarcération – est-il moins réactionnaire que tel autre ministre de M. R. P. – les prétendants prédateurs démocrates bourgeois algériens – ?

En quoi l’élection du Président de la République par telle ou telle Assemblée de représentants du capitalisme – par une large ou une faible majorité d’électeurs algériens réduits au chômage et affamés -, est-elle plus ou moins « réactionnaire » ?

Gouvernement provisoire, gouvernement stable, restent toujours gouvernement du capitalisme – du système Flnesque – contre les ouvriers (les classes populaires algériennes). La Quatrième République, comme la Troisième – la énième Constitution algérienne préfabriquée par l’inamovible Système -, sera toujours la dictature du capitalisme contre le prolétariat. La nouvelle constitution, n’est qu’une nouvelle chaîne, destinée à mieux ligoter les esclaves salariés (le prolétariat algérien). Les ouvriers n’ont pas à participer à la fabrication de leurs propres chaînes, mais à les briser !

A la campagne électorale qui est un moment de la consolidation de l’État, les prolétaires doivent répondre par leur abstention active, par la dénonciation de son vrai caractère de classe, par le boycottage, par la reprise de la lutte de classe, de leur action directe de masse. Contre la société capitaliste de famine et de guerre, pour le socialisme.

Gauche communiste de France, mai 1946.

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

3 pensées sur “Quand l’histoire du capitalisme se joue des lois du temps et du lieu

  • 7 septembre 2020 à 11 h 57 min
    Permalink

    Bien vu cher Khider ! ce texte est on ne peut plus d’actualité ! et dire qu’il y en qui croient aujourd’hui qu’ils sont plus malins que les anciens !….  »les anciens » ne sont pas anciens pour rien, ils connaissent parfaitement cette histoire, et pour reprendre une expression de chez nous,  »ils vous montreraient par ou pisse le poisson » !:))))

    Un jour mon frère Khider, on unira le Maghreb, on réunifiera nos familles, on célébrera la liberté retrouvée, et on redonnera le sourire aux enfants de cette terre millénaire qui porte encore les strates des temps anciens, et les traces du passage de ceux qui lui ont témoigné le respect et l’honneur qu’elle mérite !

    Amicalement !

    Répondre
  • 8 septembre 2020 à 10 h 24 min
    Permalink

    @ Sam

    La division sociale n’oppose pas nouveaux contre anciens ni vieillards contre éphèbes mais bourgeois contre prolétaires jeunes et vieux…

    Merci pour ton post

    Robert Bibeau

    Répondre
  • 8 septembre 2020 à 20 h 46 min
    Permalink

    Socrate et Platon sont les responsables de la décadence morale des êtres humains… Marx… C’est le responsable de la décadence de l’Homme politique!

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *