Déclaration internationale des livreurs en lutte

Nous relayons la déclaration internationale des livreurs ci-dessous, publiée début août 2020 en espagnol, essentiellement à partir d’organisations  d’Amérique du Sud (mais aussi Espagne et Royaume-Uni), des grèves et actions se déroulent régulièrement dans ce secteur comme celle du 24 août (voir la photo).

Face à l’attaque constante des plateformes de livraison et des gouvernements sur les conditions de vie de la grande masse des livreurs, leur riposte commence à s’exprimer dans le monde entier.


Nous sommes confrontés à la tentative d’imposer un modèle de flexibilité du travail en accord avec les réformes sociales et du travail, ce qui signifie, pour la classe ouvrière du monde entier, un recul des droits du travail acquis historiquement. Ce nouveau modèle de travail est caractérisé par le rôle que les employeurs donnent à la technologie afin d’augmenter leurs profits, au détriment de la régression des conditions de vie de millions de travailleurs. C’est aussi une action généralisée des États pour permettre et garantir la précarisation massive du travail que ces nouveaux employeurs ont imposée.


L’arrivée du coronavirus a aggravé la précarité des livreurs. Alors que les gouvernements nous déclarent indispensables sans exiger des entreprises les protocoles correspondants, ceux-ci s’enrichissent sur notre vie.


Les luttes qui se sont développées dans les différents pays coïncident dans la perspective d’organiser et de lutter contre la précarité du travail et d’avancer dans la conquête des droits qui nous correspondent. Les employeurs sont des multinationales, l’exploitation est mondiale et c’est pourquoi la lutte est internationale.


À partir du soutien à la grève nationale du 5 avril au Guatemala, des débats et de l’élaboration politique avec les organisations de base des distributeurs, trois grèves internationales ont été menées, qui ont eu un impact au Mexique, au Guatemala, au Costa Rica, au Pérou, au Chili, en Équateur, en Argentine et au Brésil. En outre, ils ont participé aux grèves organisées en Espagne et, lors de la dernière grève, le 1er juillet, l’IGWB (le syndicat des travailleurs britanniques) a apporté son soutien.


 Dans tous les cas, nous ne sommes pas seulement confrontés aux employeurs, mais aussi aux gouvernements et à leurs syndicats collabos, de toutes les couleurs, qui s’accordent tous à faire passer une flexibilisation que nous, nos collègues, payons de notre vie.


 Nous, les livreurs du monde entier, sommes confrontés à la nécessité de continuer à unir nos forces et à impliquer dans la lutte les livreurs du monde entier.



Par le biais d’assemblées et d’une véritable participation des livreurs, renforçons les organisations de base et assurons l’unité de classe, pour frapper d’un seul poing en réglant les débats par l’action commune.


Vive la lutte internationale des travailleurs !
Vive l’unité internationale des livreurs !


Sur le sujet voir :
Salariat et contractants de « la nouvelle économie ».
Du statut d’ auto-entrepreneur à celui de petit patron négrier
Les nouvelles technologies et Incidence sur la lutte de classes

2 pensées sur “Déclaration internationale des livreurs en lutte

  • 17 septembre 2020 à 16 h 44 min
    Permalink

    J’ai toujours dit et sera toujours comme ça que l’Amérique latine est et sera TOUJOURS l’arrière cour des pays puissants. Même Simón Bolívar était conscient de cette réalité. La minable immigration qui arrive sortir de leur pays de misère et qui arrive au Québec, par exemple, amène aussi leur misère humaine. Des églises, des ghettos et surtout leur Culture. Voilà la réalité de l’esclave qui ne travaille pas pour Vivre, sinon pour Survivre!

    Répondre
  • Ping : Bilan de neuf mois de résistance à la guerre virale (Covid-19) - La Tribune Diplomatique Internationale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *