La grande supercherie des tests PCR, 90% des cas positifs ne sont pas malades ni contagieux

Par Peter El Baze pour  FranceSoir

Ndlr : cet article a fait l’objet d’une vérification externe par Checknews et est en cours de clarification par son auteur.  Merci à Libé pour son travail.  Le modèle de Francesoir repose sur des articles rédigés par des journalistes mais également sur des contributions libres sous forme de tribune d’opinion.  Cette liberté a un corollaire, accepter la critique et la responsabilité. C’est de cette saine confrontation que naitra la vérité.

Tribune : 90% des positifs ne sont pas malades

Dans un test PCR il y a un facteur très important qui n’est pas mentionné dans les résultats, c’est le CT (Threshold Cycle). Il s’agit du coefficient d’amplification de l’ADN , du nombre de cycles d’amplification.

Le test ne détecte pas des virus entiers en état de marche, mais des morceaux de ce virus actifs ou non. Donc il peut détecter des petits morceaux de virus d’une infection qui date de plusieurs semaines, voire plus.

Dans les prélèvements il y a très très peu de morceaux d’ARN viral, donc ils ne peuvent pas être détectés tels quels. Il faut augmenter le nombre de morceaux de manière très importante pour pouvoir les détecter.

On transforme cet ARN viral en ADN puis on met un produit qui fait que tous les ADN du prélèvement sont dupliqués de nombreuses fois. On répète plusieurs fois cette opération.

Plus on la répète, plus on amplifie leur nombre, plus le CT est grand, plus on risque d’avoir des faux positifs.

Moins on la répète, moins on a de faux positifs, mais plus on peut avoir des faux négatifs.

Suivant les appareils et les laboratoires on peut aller à des valeurs de CT plus ou moins grandes de 20 à 45 !

CT = de 20 à 30 => charge virale importante,  présence d’un nombre de copies de virus compatible avec une infection, à interpréter en fonction de la clinique. Subsiste le risque de l’erreur de mesure.  
CT = 35 => compromis utilisé par l’IHU, mais des faux positifs.
CT = 40 ou plus => 90% de FAUX positifs = pas de virus COVID, les 10% restants ont une charge virale extrêmement faible, on n’est PAS contagieux (mais il n’y a pas de faux négatifs).

Les recommandations des scientifiques sont un CT compris entre 20 et 30.  Dans la pratique des laboratoires d’analyses, le CT est le plus souvent à 40 ou plus!

Si votre test est positif, exigez de connaître le CT et de refaire un autre test le lendemain pour confirmer.

Ces tests PCR avec CT limité à 25 auraient été très utiles en Février ou Mars 2020 pour isoler les vrais positifs avec une charge virale importante et traitement hydroxychloroquine + azithromycine + zinc (HCQ+AZT+Zinc).

Donc sur le plan médical, depuis début juin, les PCR n’ont plus aucun intérêt SAUF si on restreint le CT à 30 au maximum. Ils sont valables uniquement dans ce cas.

Docteur Peter EL BAZE est  ex Médecin Attaché des Hôpitaux du CHU de Nice, Ancien Chef du Service de Médecine Interne A1, Les Sources à  Nice & Créateur des logiciels médicaux Megabaze et Oncobaze (chimiothérapies).

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

6 pensées sur “La grande supercherie des tests PCR, 90% des cas positifs ne sont pas malades ni contagieux

  • 23 septembre 2020 à 6 h 20 min
    Permalink

    Une information suffisamment claire sur les tests PCR pour pouvoir être appréciée par le lecteur et diffusée en conséquence à tous ceux et toutes celles qui savent encore lire.
    En août dernier, une personne de mon entourage, pharmacienne, m’avait alertée sur le « facteur CT » à exiger dans le cas d’un test révélé positif. Elle avait personnellement vécu ce cas de figure …. et le test du lendemain l’avait révélée négative.

    Alors oui, cette information est indispensable sinon cruciale.

    Répondre
  • 23 septembre 2020 à 11 h 15 min
    Permalink

    Malheureusement, L’auteur de cet article subit lui aussi l’influence du pouvoir sans en avoir conscience. Ainsi, cet article fait, comme le souhaite le pouvoir, la confusion entre SARS-CoV-2 et covid-19 ; c’est-à-dire entre le virus et la maladie qu’il peut parfois provoquer.

    Cet article parle en effet d’un « virus COVID », alors que le covid n’est pas un virus mais une maladie. De même quand il dit dans le titre que « 90% des cas positifs ne sont pas malades », il veut dire que 90% des positifs sont des faux positifs. Donc il confond « malade » et « positif ».

    Rappelons que le pouvoir tient à cette confusion pour faire croire que dès qu’on a attrapé le coronavirus on est automatiquement malade.

    Salut à toutes et tous,
    do
    http://mai68.org/spip2

    Répondre
  • 24 septembre 2020 à 19 h 18 min
    Permalink

    Existen diversas técnicas moleculares basadas en la PCR que son muy útiles como método inicial de tipificación para estudiar la relación clonal entre aislados de una misma especie. La elección de la técnica depende de factores de tipo técnico (rapidez, poca laboriosidad, fácil de interpretar y con un elevado poder de discriminación y reproducibilidad) y económico (bajo coste).
    https://www.sciencedirect.com/science/article/abs/pii/S0213005X04731080

    https://micrositios.inecc.gob.mx/publicaciones/libros/530/cap17.pdf

    Répondre
    • 25 septembre 2020 à 16 h 04 min
      Permalink

      @ ErnesPriet

      ¿Debemos entender que la elección de la técnica elegida puede llevar a manipular o disfrazar el objeto mismo de la investigación a través de los resultados obtenidos?
      Esto podría explicar las diferentes opciones de un país a otro y mantener la confusión.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *