Manifeste du Parti Ouvrier (réédition-2020)

Par Robert Bibeau. Éditeur.

Ce volume est disponible gratuitement en français, en italien et en anglais ici:
11.POUR-LE-PARTI-3
English-Manifesto of Workers’ Party
ItalianoManifesto del Partito Operaio

C’est en 1848 que Karl Marx et Friedrich Engels ont publié le Manifeste du Parti communiste. Ce livre-monument désignait la lutte de classe comme moteur de l’histoire. Il exhortait à la révolution prolétarienne, à la destruction de l’hydre capitaliste, à l’abolition de la propriété privée des moyens de production et d’échanges, à la désintégration de l’État bourgeois, et à l’édification du mode de production communiste prolétarien.

This news is available in 5 languages on this webmagazine:
MANIFESTO-ENGLISH-ITALIANO-SPANISH-PORTUGUESE

Ces aphorismes sont toujours d’une brûlante actualité et le Manifeste du Parti Ouvrier les fait siens. Cependant, une mise à jour s’avère nécessaire en ce qui concerne l’analyse concrète de la situation concrète en ce début de XXIe siècle, concernant notamment la composition de classe de la société contemporaine. Concernant la crise économique systémique de l’impérialisme moderne. Concernant les conditions de la révolution prolétarienne et de la lutte de la classe ouvrière dans les instances économique, politique et idéologique de la lutte des classes.

 

Cependant, en société capitaliste, un écueil se dresse sur le chemin du prolétariat. Dans L’Idéologie allemande, Marx le souligne «À toute époque, les idées de la classe dominante sont les idées dominantes : autrement dit, la classe qui est la puissance matérielle dominante de la société est en même temps la puissance spirituelle dominante. La classe qui dispose des moyens de la production matérielle dispose en même temps, de ce fait, des moyens de la production intellectuelle, si bien qu’en général, elle exerce son pouvoir sur les idées de ceux à qui ces moyens font défaut. Les pensées dominantes ne sont rien d’autre que l’expression en idées des conditions matérielles dominantes, ce sont ces conditions conçues comme idées, donc l’expression des rapports sociaux qui font justement d’une seule classe la classe dominante, donc les idées de sa suprématie.»

Comment provoquer la prise de conscience de l’oppression de classe, de l’aliénation des travailleurs salariés et de la nécessité de la révolution prolétarienne chez des ouvriers dominés par les idées de la bourgeoisie au service du Grand capital international?

Prolétaires du monde entier unissez-vous !


On peut se procurer le volume chez AMAZON en ligne: https://www.amazon.ca/-/fr/Robert-BIBEAU/dp/2924312523/ref=sr_1_2?__mk_fr_CA=%C3%85M%C3%85%C5%BD%C3%95%C3%91&dchild=1&keywords=Robert+Bibeau&qid=1600870540&s=books&sr=1-2
Vous pouvez vous procurer le volume chez Publibook en ligne: https://www.publibook.com/manifeste-du-parti-ouvrier.html/

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

4 pensées sur “Manifeste du Parti Ouvrier (réédition-2020)

  • 16 octobre 2020 à 17 h 15 min
    Permalink

    eh ou ! c’est là le GRAND problème actuel des partis de « gauche » traditionnels. Et l’explication esten effet pointée par Marx : les idées des gens sont conditionnées par leurs condition atérielles de vies, qui déterminent leurs interêts et leurs préoccupations,et leurs façons de voir le monde.
    Or les militants et dirigeants des partis « de gauche » sont tous maintenant des bourgeois, et on en voit bien l’effet !
    Sans même aller chercher le PS le pire ! là ce n’est même plus un parti de bobos, ou d’intellos professionnels (donc des BOURGEOIS), mais carrément un parti de cadres sup’ et d’affairistes ! mais le PC aussi (la première génération était composée d’e vrais uvriers, à qui on avait fait suivre l’ « Ecole du parti », mais les générations suivantes ? des élus,des gestionnaires – des notables quoi – et qui raisonnent désormais en gestionnaires et en notables ! Etc. La crise des gilets jaunes l’a fait bien apparaître : intellectuel « de gôche » se sont montrés bien discrets ! ben oui ! ils sont les employeurs des gilets jaunes ! et pratiquent secrètement, et souvent ouvertement, un mépris de classe puant envers les « pas diplômés du 3ème cycle » qui font le le boulot matériel dans leurs labos, qui sont administratifs du CNRS ou de leur Université, ou qui gardent leurs enfants ou font leur ménage de bourgeois, ou qui conduisent es taxis, dans lesquels ils vont « blablater sur LCI » comme dit la chanson !
    dans ma ville chaque &er il y a un grand « salond du livre de critique sociale », oui mais le public qu’on voit aller de stand en stand est composé unidquement de bourgeois, on est mal barrés ! …
    « l’émancipation des travailleurs ne pourra être l’oeuvre que des travailleurs eux-mêmes »

    Répondre
    • 17 octobre 2020 à 11 h 13 min
      Permalink

      @ Jehaislescookies

      MERCI pour cette excellente description de l’avant-garde go-gauche pourrie que l’on doit chasser de notre entourage prolétarien.

      Pas d’alliance de classe entre la gauche et le prolétariat (Ni avec la droite évidemment)

      Le prolétariat doit reconstruire ses organisations de lutte de classe prolétarienne = non pas pour mener la révolution socialiste (sic) mais pour mener à bien la révolution prolétarienne

      Robert Bibeau

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *