Vers une récession en double creux et un effondrement en 2021?

Par Marc Rousset.

La Bourse de  a connu sa pire semaine en trois mois. L’indice CAC 40 a chuté de 5 % et a perdu 20,88 % depuis le 1er janvier. Le marché baisse progressivement, suite aux mesures de protection sanitaire mises en place dans toute l’Europe. Les investisseurs se demandent si les plans de relance des États et la création monétaire des banques centrales vont réussir à maintenir le rebond enclenché depuis la fin des confinements.

Le scénario officiel des médias est celui d’une reprise en U pour le second semestre 2020 avec la découverte d’un vaccin contre le Covid-19 au premier semestre 2021, une croissance économique satisfaisante et une hausse des valeurs délaissées en 2021 telles que les banques, l’automobile, l’aéronautique, les foncières, le tourisme et l’hôtellerie. Ces prévisions sont remises en question par une possible deuxième vague d’infections et les nouvelles restrictions de confinement telles qu’à Marseille avec, en prime, l’arrivée de la grippe cet hiver. Une contraction dès le quatrième trimestre 2020 est fort possible, auquel cas la reprise en cours avorterait ; nous serions alors en présence d’une récession avec un double creux, plus particulièrement aux États-Unis et en Europe où l’économie de la zone euro a déjà chuté de 11,8 % au deuxième trimestre.

L’INSEE a prévu un taux de chômage de 9,5 %, fin 2020. 715.000 emplois ont été détruits, en France, au 1e semestre, selon Le Monde. Un million d’emplois seront supprimés en France d’ici la fin de l’année, selon Euler Hermes, leader du recouvrement commercial. Les défaillances d’entreprises françaises devraient reculer de 9 %, en 2020, avant de connaître, selon l’assureur-crédit, une explosion de +32 % et un taux de chômage de 12,5 %, en 2021. La vague de plans sociaux annoncée pour la rentrée de septembre va bien déferler sur la France, mais seulement début 2021. Les secteurs en restructuration à venir sont l’aéronautique, la distribution, l’automobile, le tourisme, l’événementiel, les banques. En juin 2020, Euler Hermes estimait qu’il y avait, au total, 9 millions de « jobs zombies » dans les pays de l’Union européenne, dont 1,8 million en France. La Société générale veut fusionner ses réseaux avec ceux du Crédit du Nord ; Auchan a déjà annoncé la suppression de 1.475 postes et le constructeur de bateaux Bénéteau 1.390 emplois.

La dette publique commence enfin à inquiéter le Français moyen. Bruno Le Maire vient de le confirmer : « Une dette, ça se rembourse. » La dette publique française s’est envolée à 2.640 milliards d’euros, au deuxième trimestre, soit 114 % du PIB, sous l’effet de la crise, soit la bagatelle de 200 milliards d’euros en trois mois. À la dette supplémentaire de 113,4 milliards d’euros de l’État sont venus s’ajouter 84,9 milliards d’euros des administrations de Sécurité sociale et 2,7 milliards des collectivités locales. Le retour à la croissance et les réformes de structures, de diminution des dépenses publiques annoncées par Bruno Le Maire pour 2021 relèvent de la démagogie ; c’est au début du quinquennat de Macron que ces réformes auraient dû être effectuées.

Quant aux banques, les provisions pour risque de défaut sur les prêts aux entreprises explosent, avec +263 % pour le premier semestre à la Société générale et +414 % à la Banque postale. BNP Paribas serait très exposée aux prêts dans l’hôtellerie, le tourisme ou la distribution à hauteur de 235 % de ses fonds propres. Le Fonds de garantie des dépôts et de résolution, qui ne disposait que de 4,5 milliards d’euros, fin 2019, pour assurer la garantie des dépôts bancaires (100.000 euros par client), en cas de défaillance d’une banque française, n’est qu’une sinistre plaisanterie.

Il semble également que les épargnants commencent à fuir l’assurance-vie, suite à la rentabilité insuffisante de 1 % des fonds euros, des risques sur les actions (krach) et sur les fonds immobiliers (télétravail et non-location de bureaux vides, de commerces fermés). La décollecte sur les cinq derniers mois, par rapport à 2019, est de 22 milliards d’euros. Selon le journal financier L’AGEFI, l’assurance-vie va boire la tasse. Que ce soit pour les banques ou l’assurance-vie, seule la BCE serait à même de fournir les liquidités nécessaires en cas de crise, les gouvernements étant déjà surendettés.

 ne survivra pas politiquement aux bouleversements économiques et au tsunami social à venir, si la récession en double creux se réalise effectivement en 2021.

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

5 pensées sur “Vers une récession en double creux et un effondrement en 2021?

  • 1 octobre 2020 à 20 h 35 min
    Permalink

    @ Robert,

    Tout porte à croire que même en cas de crise majeure, effondrement significatif de l’économie, on a l’impression que le secteur corporatif des grandes entreprises, multinationales, dont le segment corporatif des banques, essaient aujourd’hui tous de maintenir la pression ou la porter a son maximum sur les cadres intermédiaires et les travailleurs et faire des aménagements radicaux pour protéger les intérêts des gros investisseurs, de gros poissons, et les leurs et celles des cadres supérieurs, les PDG ou CEO et autres présidents et VP qui se la pètent encore en ces temps moroses de pandémie et de chute économique ! c’est sûr que lorsqu’on possède des portefeuilles en centaines de milliers ou millions d’actions, souvent diversifiées, et que cela fait diz, vingt ans qu’on cumule les millions en dividendes, en salaires mirobolants et en avantages fiscaux grâce a la pègre des banquiers et conseillers en placements et gestion de fortune, on ne ressent pas du tout l’angoisse des prolétaires, ni celles des salariés en général, encore moins celle des travailleurs temporaires qui représentent a l’heure qu’il est une grosse part des  »emplois » qu’on nous dit, car ils sont plutôt monnaie courante depuis quelques années, et ont atteint leur apogée pendant la pandémie !

    Ces mécanismes de fuite des responsabilités a la dernière minute en emmenant le pactole avec soi lors de déclenchement des crises majeures, on l’a déjà vécu en 2008… les gros boss et patrons et autres têtes brûlées qui ont provoqué la crise ou l’on aggravé, ont tous bénéficié de sauf conduits, d’amnistie, au pire des cas reçu des convocations bidon pour s’expliquer sur ceci ou cela devant des commissions tout aussi bidon, puis ont laissé les gouvernements payer les pots cassé et la facture avec l’argent des contribuables ou les dettes des contribuables plus exactement, tout en se recyclant eux dans d’autres boîtes, ou pire en se faisant nommer ailleurs comme on a vu aux états unis ! quand ils ont pas changé de carrière et entrepris de vivre la dolce vita au vu et au su de tout le monde ! Mais encore pire, il aura fallu a Wall street, la city et toutes les places boursières du monde moins d’un an pour recommencer a verser des milliards en bonus aux requins et traders qui leur ramènent du fric facile, des victimes fraîches et de  »l’espoir de reprise phénoménal » comme on a tous vu !

    La question qui demeure donc a mon avis est que toute cette débandade économique ne rime a rien sauf a rendre les pauvres encore plus pauvres, comme ça été le cas en 2008, jeter des familles a la rue par milliers, pousser au suicide des milliers d’autres, tout ceci sous l’oeil  »bienveillant » des establishments qui veillent au grain pour que les grands noms, les grandes fortunes et les politiciens aussi ne soient que moindrement affectés par les catastrophes économiques ! voice donc le modèle de gouvernance que nous propose le Capitalisme décadent ! il faut absolument que ce soit le peuple qui paie ! la société doit payer les crimes financiers et sociaux et autres d’une poignée de privilégiés sans qu’il y ait la moindre comptabilité ou responsabilité… et  »bonne chance aux victimes pour recourir a la justice s’ils ne sont pas contents, ou s’ils jugent avoir été lésés dans cette hécatombe que les politiciens oublient le lendemain pour des raisons purement égoïstes et carriéristes et politiques pour maintenir le système en place !

    Et donc les gens qui croient que ce modèle de gouvernance qui est le coeur du problème et son essence même et pas que le capitalisme, va changer demain si l’économie s’effondre, ils se trompent lourdement ! Oui il y aura beaucoup, beaucoup de fortunes défaites, il y aura beaucoup de  »mauvais capitalistes qui ne savent pas naviguer » qui vont couler et boire la tasse et dont la vie se transformera en cauchemar eux aussi, mais pas l’élite connectée aux politiciens, et aux hommes du pouvoir ! jamais ! qu’on me donne un seul exemple a travers l’histoire ou ca s’est mal terminé pour eux ! même pendant la révolution française, la mère de toutes les révolutions, ou la révolution bolchévique encore, la plus contemporaine des révolutions, En France, les grandes fortunes se sont planqués en Angleterre, ou ailleurs en Italie, en Espagne et dans les colonies, et en Russie après 1917, les grandes fortunes ont quitté la Russie vers des ciels plus cléments ! laissant volontiers le soin aux bolchéviques la gestion de la famine, la dysenterie, et les fléaux de misère qui déchiraient en même temps les prolétaires révolutionnaires !

    Je suis navré de soulever ce point, mais il m’a toujours semblé capital de se remémorer cet aspect des crises majeures, la même chose a eu lieu en 1929, les aristocrates n’ont rebâti les meilleures et les plus prestigieuses demeures de la côte EST aux états-unis que tout de suite après la crise !!! le coût des terrains et de la construction et de la main d’oeuvre était au plus bas, les ouvriers qualifiés et les meilleurs artisans ont travaillé comme des esclaves de la Pennsylvanie a New York, et de Chicago a Détroit, et même en Angleterre, pour bâtir les joyaux architecturaux les plus décadents et les plus indécents en temps de crise !!!!

    Soyons donc honnêtes avec nous-mêmes au moins sur ce point ! Ce n’est pas les vieux croûtons ou presque que nous sommes, les prolétaires d’un autre âge qui arriveront a révolutionner ou détruire ce système de merde qui continue de nous titiller, nous taquiner, nous empoisonner l’existence et ruiner nos vies et celles de millions et milliards de gens, non ! Nous en réalité, on ne fait qu’exprimer notre colère et nos espoirs de voir le monde entier se soulever contre ces injustices ! mais il demeure que ce sont les nouvelles générations qui ont tout a perdre ou a gagner qui devront veut veut pas mener ce combat épique s’il veulent avoir un semblant de vie !

    Et pour finir, je lisait des journaux arabes et Marocains encore aujourd’hui, ou la presse vendue et a deux sous qui prends ses infos directement chez les flics et autres pontes du système, nous apprend que la police fait un bon job en arrêtant quelques 12000 criminels recherchés en 5 jours a peine et en ramenant une  »paix relative » de telle ville populeuse..et tel patelin surpeuplé ! voici donc une autre idée sur cette cette même gouvernance de notre époque, qui ne considère pas l’explosion des crimes et des vols, ou aggressions comme des signaux d’alarme sociaux, mais comme une défaillance de la police a faire son travail !!! cette histoire vous la lirez partout aussi en Amérique centrale et du sud pendant des décennies maintenant ! et dans pratiquement tous le tiers-monde sans que cela puisse scandaliser les partis politiques corrompus pseudo socialistes ou autres … Quant au Méxique, le Président actuel a opté plutôt pour une trêve avec les Cartels de la drogue ! il a dit  »Il faut qu’on se rende a l’évidence, nous n’avons pas les moyens de les combattre, et ils sont ceux qui pourvoient les jobs et font tourner l’économie Méxicaine dans la majeure partie des zones reculées du pays  » !!!

    Bienvenu dans l’apocalypse du 21ème siècle, et toutes nos félicitations aux mafieux en col blanc et autres privilégiés et cadres supérieurs pour avoir su protéger leurs arrières tout en nous refourguant la merde et la misère en nous demandant de vivre avec ! :))))

    Répondre
    • 2 octobre 2020 à 16 h 01 min
      Permalink

      @ SAM

      Puisque tu m’adresses ton post personnellement je vais donc y répondre « personnel »

      1) Les textes d’économie-politique que je propose à la lecture ne sont pas des textes matérialistes dialectiques. Ce sont des textes idéalistes qui présentent l’économie et la politique comme le fruit – le résultat – des manigances et des tergiversations de décideurs économiques ou politiques assoiffés de profits… ce qui est exact qu’ils poursuivent la quête de profits – un peu comme l’abeille recherche le pollen car c’est sa raison d’être biologiquement et socialement.
      2) CES textes ont le mérite de fournir des donnés – des statistiques souvent objectives et c’est cela que je souhaite porter à l’attention de tous. EXEMPLE: les pauvres s’appauvrissent pendant que les riches SEMBLENT s’enrichir – ce qui est un mirage mais que seul une bonne connaissance de l’économie politique de ce mode de production permet de comprendre.

      3) Non les riches- les mafieux en cols blancs – ne poursuivent pas l’objectif d’appauvrir les prolétaires – ce n’est pas l’objectif du mode de production capitaliste = c’est une conséquence NON VOULUE de l’évolution naturelle – normale – incontournable – de ce mode de production où le grand capital international a sa partition à jouer – le capital national de sous-traitant a aussi sa partition à jouer ainsi que la petite-bourgeoisie de gauche comme de droite et le prolétariat inconscient et celui révolutionnaire ont aussi leur livret à chanter.

      4) Rappelez-vous qu’aucun de ces acteurs n’écrit lui même son solo – à peine s’ils adaptent leur partition pour quelques points de détails insignifiants. EXEMPLE Legault le roi des insignifiants – larbins qui décide que vous devrez vivre avec moins de 6 personnes en réclusion dans votre logement et recevoir la visite du plombier -mais pas de la mémé ou du père naturel – divorcé. Le grand capital laisse toute latitude à Legault de décider de ces stupidités en autant que la police du capital fait comprendre aux prolétaires – qui sont ceux qui mènent la procession – CROIENT-ILS

      5) L’OBJET DE ces politiques répressives et d’endettement caractérisée n’est pas d’appauvrir le prolétaire mais de réchapper le capital d’une faillite inéluctable et dont la conséquence non souhaitée mais inévitable est l’annihilation de la classe prolétarienne source de toutes les richesses

      6) OUI OUI le capital scie la branche sur laquelle il es assis – C’est ce qui est écrit en filigrane dans ces articles économiques inconsciemment ou pas DE MÈEME pour les articles de ISRAËL SHAMIR (:-)))

      robert Bibeau. Éditeur

      Répondre
      • 2 octobre 2020 à 18 h 04 min
        Permalink

        @Robert

        J’apprécie la sonorité de ta partition. Tu donnes le « la » et il sonne juste.
        Ensuite, les altérations sont faites pour s’en servir. Chaque dièse, bémol ou bécarre apposé ne peut nuire fondamentalement à la qualité de la mélodie. Seule la mesure compte.

        Très bonne fin de semaine. A tous.

        Répondre
  • 2 octobre 2020 à 19 h 10 min
    Permalink

    @ Robert,

    Je ne vois pas en quoi mon commentaire contrevient aux thèses que tu énumère mon cher, bien que je ne sois pas d’accord avec certaines d’entre elles, comme le point 3) je suis navré de vous contredire la-dessus ! Oui les mafieux en col blanc poursuivent nécessairement, consciemment, volontairement et intentionnellement l’objectif d’appauvrir des pans entiers de la société pour que eux s’enrichissent ! il n’y a pas d’état d’âme ni d’oeuvres sociales lorsqu’on parle d’opportunités a la limite des lois et de l’éthique ou contournant les règlements en Business que l’on sait pertinemment ne seront pas sans conséquences ! je n’ai pas besoin de citer des exemples pour en faire la démonstration il me semble ! mais je citerais juste le fait de ne pas vouloir payer d’impôts comme le commun des mortels, est en soi un crime économique qui n’est pas puni ou il l’est en fonction du rang et du nom et des avoirs de celui qui le commet ! a la tête du client bref, et on permet aux milliardaires de mettre leurs avoirs dans les paradis fiscaux ! est ce que c’est pas un crime ca ?! Maintenant, attribuer a cette racaille des intentions neutres ou innocentes ou désintéressées et prétendre qu’ils sont la comme nous a constater les effets de leurs pratiques sur la société me laisse sans voix ! Auriez-vous viré de bord mon cher Robert et maintenant vous voulez défendre les mafieux en col blanc !:))))

    Bref, Quant a Israel Shamir, je ne vois pas en quoi ses textes sont idéalistes, ou objectifs … j’ai toujours respecté vos choix éditoriaux, c’est votre blog après tout, et je l’ai toujours compris de la manière que vous le présentez dans l’intro en bas de page que certains textes peuvent ne pas du tout refléter vos opinions … et de toutes façon je ne suis pas ici pour vous juger mon ami ! par contre si mon franc parler sur certains commentaires vous agace, je n’y peux rien moi non plus, je commente en toute honnêteté moi aussi ! et je n’essaie pas d’influencer quiconque !

    Je vous rassure Robert, je connais le capitalisme de l’intérieur moi aussi, et je fais la nette différence entre les problèmes de gouvernance qui sont le véritable problème que j’ai soulevé et les problèmes inhérents au capitalisme ! A ne pas confondre ! l’impunité ou l’amnistie dont peuvent jouir les criminels financiers en occident ou dans le tiers monde n’est pas une fatalité intrinsèque au capitalisme ! c’est pas vrai ! et même si cela devait être vrai jusqu’à un certain point uniquement, ce n’est pas une excuse pour en faire une règle comme c’est le cas en occident et ailleurs ! c’est tout simplement une question de maturité démocratique que ces occidentaux d’amérique du Nord n’ont pas et que d’autres occidentaux (suédois) par exemple ont plus que d’autres ! les peuples ont les dirigeants et les élites qu’il méritent… est ce que c’est Lénine qui aurait dit ca ?! ….

    Amicalement tout de même !

    @ Nadine

    Très bonne fin de semaine a vous aussi !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *