Trump n’a pas flanché

Par Israël Adam Shamir.

 Trump n’a pas flanché. Il a choisi la belle Amy Barrett pour remplacer la sorcière disparue à la Cour suprême. Quelle différence ! Une catholique fervente au lieu d’une juive athée ; une femme épanouie et mère de sept enfants au lieu d’une harpie autoritaire sans enfants, avide de mariages entre personnes du même sexe et d’avortements ; l’été au lieu de l’hiver.

Il a fait ce choix alors même que l’Amérique libérale-féministe pleurait encore Ruth Bader Ginsburg, à gros sanglots bruyants. Ses funérailles ont été impressionnantes, voire sans précédent. Dans ma Russie natale, seul Staline a été suivi avec un tel faste.

La défunte RBG était aussi laide que ses actes (la beauté et la laideur comptent, comme l’expliquait Oscar Wilde) ; probablement personne dans l’histoire n’a plus contribué à la destruction de la famille, à la profanation du mariage, au massacre des enfants. Elle a poussé le féminisme à l’extrême : après sa récente visite en Israël (elle n’aimait pas ce pays), elle a déclaré que les femmes israéliennes étaient discriminées comme les Noirs, au temps des lois de Jim Crow. Elle s’est sentie désolée pour les juges israéliens qui sont mis à la retraite à 70 ans, au lieu de servir à vie, jusqu’à 87 ans dans son cas.

Peut-être que la RBG était la mamma secrète de Washington, la réponse au pape de Rome, la souveraine cachée de l’empire américain dans une hiérarchie judéo-maçonnique, le haut du panier reptilien, la cheffe de l’État profond, alors que le président n’est qu’une figure de proue. Pendant de nombreuses années, elle s’est accrochée à la vie et au pouvoir, jouissant de torrents de bains de sang infantiles. Elle voulait survivre à la présidence de Trump, voir sa fin, à ce bonhomme ; passer le pouvoir au prochain reptilien, officiellement nommé par Biden, mais Dieu l’a arrêtée en si bon chemin, et a donné une chance à l’humanité. Avec la RBG à la Cour suprême, Trump n’aurait pas eu la moindre chance, tel un flocon de neige en enfer, de gagner l’élection. Toute décision judiciaire aurait été brandie contre lui. Il aurait été déclaré occupant illégal de la Maison Blanche bien avant le décompte des voix. Maintenant, il a une chance.

L’entourage de Miss RBG a interpellé Trump : « N’allez pas avoir l’outrecuidance de nommer un nouveau juge de la Cour suprême à sa place ! Le nouveau juge sera nommé par le nouveau président, M. Biden ! » C’était le premier défi de Trump. Le magrepha des grands médias, cette machine à crier perçante (si puissante qu’une personne à Jérusalem ne pouvait pas entendre son voisin parler à cause du son du magrepha, dit le Talmud) a été lancé à plein volume, criant « N’osez pas ! » et « Il est illégal de nommer un juge en année électorale ! C’est le mantra du Projet Integrity transition : « Trump va perdre les élections et il va se battre pour conserver son pouvoir, mais il finira par se rendre et créer sa propre chaîne de télévision, sa MAGA TV ». L’objectif de cette campagne médiatique est de briser la volonté de Trump de résister et de démoraliser ses partisans.

Si Trump avait succombé aux vociférations des médias, il serait aujourd’hui un canard boiteux, prêt à être plumé. Mais il n’a pas cédé. Il a décidé de choisir un nouveau juge dès que possible, avant les élections.

Pourquoi est-ce si important ? Pour les jeunes comme pour les non-Américains, il est difficile de comprendre pourquoi la personnalité du président de la Cour suprême est si importante. D’autres pays sont dirigés par un roi ou président ou premier ministre, modéré par le Parlement. D’autre part, les Juifs se laissent traditionnellement diriger par des juges. Aux États-Unis, avec la montée des Juifs, la voie juive a pris de l’ampleur et la Cour suprême a usurpé les prérogatives de la démocratie. Les juges de la Cour suprême peuvent annuler pratiquement toute décision du Congrès ou du Président.

Suivant l’exemple américain, la Cour suprême israélienne a également revendiqué ce rôle, et l’année dernière, la Cour suprême britannique récemment créée s’est immiscée dans le fonctionnement normal du gouvernement et a tenté de faire échouer le Brexit. Ainsi, dans les pays fortement judaïsés, le commandement juif traditionnel par les juges s’est imposé.

Aux États-Unis, les tribunaux sont devenus très politisés ; ils adoptent une approche militante, rendant des jugements et ne tenant pas compte de l’opinion de la rue. De nombreuses décisions importantes, du « mariage » homosexuel à l’immigration, sont prises par des juges et non par les pouvoirs législatif ou exécutif. On peut être d’accord ou non avec ces décisions, mais il ne fait aucun doute qu’elles sont prises pour contourner la loi américaine ; c’est aux juges qu’il appartient de statuer, et non au peuple des États-Unis. En conséquence, la démocratie américaine a été éviscérée. L’élection du président des Déplorables, Donald Trump, a été systématiquement neutralisée par les juges. Pratiquement toutes ses décisions importantes ont été bloquées et annulées. Pour que son élection ait une quelconque signification, il faut d’abord qu’il  apprivoise la mégère de la Cour suprême. C’est un travail qui peut difficilement être accompli en deux mandats, et qui peut être impossible en un seul mandat, mais il fait de son mieux pour restaurer la démocratie. Si Amy prend effectivement son poste à la Cour suprême, la rapide conquête libérale de l’hégémonie peut être contrée, et peut-être même inversée.

La liste de Trump n’en comptait plus que deux : celle-ci, Amy Coney Barrett, ou Lagoa, fille d’immigrés cubains. Prenez la Cubaine, lui ont dit les conseillers de Trump, et les Cubains de Floride voteront pour vous. Plus encore, les Latinos voteront pour vous ! Caressez les minorités, et vous gagnerez ! Mais Trump a choisi Amy. Il a donné une chance à une Américaine normale, sans histoire de genre, ni immigrée, ni noire, ni latino, ni homosexuelle, ni trans, ni juive et même pas membre de l’Ivy League. Pendant des années, ces personnes ont été les moins privilégiées, toujours rejetées par les soi-disant plus intelligents qui préfèrent la politique des identités minoritaires, mais Trump a mis tout cela de côté et a choisi une Américaine traditionnelle.

C’est très important. Outre ses implications idéologiques, le choix de Trump reflète ses pratiques d’embauche. Les Dems, le parti du Nouvel Ordre Mondial, s’appuient sur les minorités ; elles sont plus faciles à modeler et à faire plier. Ces groupes  sont généralement obéissants. Les Américains sans problème de genre, la majorité, ont été évincés des postes importants, et tous les emplois les plus puissants ont été attribués à des gays, des gens de couleur, des Juifs et des Hindous. Aujourd’hui, Trump a commencé à compenser ce déséquilibre. Kevin MacDonald a fait remarquer que la question de savoir « qui obtient le poste » est la plus importante dans la lutte pour la domination. L’Eglise était autrefois un outil pour réserver les meilleurs emplois aux chrétiens tout en maintenant les juifs en bas de l’échelle. Avec la réduction des effectifs de l’Église, les Juifs obtiennent maintenant les emplois, et ils maintiennent les simples citoyens, les Américains « sans trait d’union » tout en bas de l’échelle.

Le tout premier article attaquant Amy a été publié dans The Nation. Il a été rédigé par le toujours réjouissant Elie Mystal, qui se décrit lui-même comme « noir ». C’est un « noir professionnel », comme son père avant lui ; un avocat à la peau claire de l’Ivy League qui a peut-être des ancêtres noirs et qui en fait le plus grand usage possible pour maintenir son « privilège noir ». Si cela ne suffit pas, il se défait de sa déficience de genre (il n’est pas une femme ou un trans) en « admettant fièrement et avec joie que sa femme porte le pantalon dans la famille ». Les attaques ultérieures contre Amy ont été concoctées par des personnes d’origine similaire, c’est-à-dire des personnes qui revendiquent le statut de minorité privilégiée.

On dit qu’Amy Barrett veut changer la loi sur l’avortement. En réalité, elle veut faire réinstaurer la loi en tant que telle. La loi américaine sur l’avortement est basée sur la jurisprudence de l’affaire Roe v. Wade, (1973), « une décision de la Cour suprême des États-Unis dans laquelle la Cour a statué que la Constitution des États-Unis protège la liberté d’une femme enceinte de choisir de se faire avorter ». Cette décision est l’une des nombreuses décisions manifestement illégales prises par la Cour suprême. Le principal fait en cause, c’est que la Constitution des États-Unis ne protège ni ne nie cette liberté. Un tel droit pourrait être ajouté sous forme d’amendement à la Constitution, si les États étaient d’accord (je suppose qu’ils ne le seront pas). Mais il n’y a actuellement rien dans la Constitution ou dans les lois qui permettrait à la Cour suprême de court-circuiter les États et le peuple et de statuer sur le sujet de l’avortement.

De même, rien dans la Constitution américaine ne permettrait ou n’interdirait le « mariage » gay. En 2015, la Cour suprême des États-Unis a estimé, dans une décision à 5 voix contre 4 (un vote tranché par le vote de RGB) que le quatorzième amendement exige de tous les États qu’ils valident des mariages homosexuels et reconnaissent les mariages homosexuels célébrés dans d’autres États. C’était une contrevérité évidente : le quatorzième amendement a été promulgué en 1868, et pendant cent ans, personne n’a remarqué qu’il eût le moindre rapport avec le mariage homosexuel. Les partisans de ces unions pouvaient faire pression pour l’obtenir par la voie législative habituelle via les États ; mais ils avaient trouvé plus pratique de faire passer la chose par la Cour suprême, bien que celle-ci n’ait absolument pas le droit de contourner le système normal.

Amy Barrett, comme tous les citoyens américains qui aiment la démocratie, veut que le pays soit géré conformément à la Constitution ; elle ne reconnaît pas le droit des neuf diplômés inscrits à l‘Ivy League de dire à la nation ce qui est le meilleur pour elle, en contournant le pouvoir législatif. Elle s’oppose également à la tendance des tribunaux à annuler les décisions du pouvoir exécutif. Si le président décide de limiter l’immigration de personnes qui auront probablement besoin d’une aide sociale, c’est sa décision. Le peuple peut élire un autre président avec des idées différentes, mais le tribunal ne doit pas s’immiscer dans la gestion de l’État. L’idée d’Amy Barrett est que la Cour suprême ne devrait pas être le dictateur suprême. Elle estime qu’elle devrait revenir à un rôle normal.

Dans le langage américain moderne, cela est considéré comme le « point de vue conservateur ». Ce n’est certainement pas le cas. Vladimir Lénine n’était pas du tout un conservateur, mais il était avocat de formation et il était toujours contre le fait de laisser les avocats et les juges prendre des décisions à la place du peuple. Il avait écrit que la profession d’avocat s’opposerait toujours aux intérêts du prolétariat. Tout comme Mme Barrett, il pensait que le peuple devait décider, tandis que le pouvoir judiciaire devait se contenter de traiter différentes affaires sans essayer d’écraser ou de créer des lois. Il n’est pas nécessaire d’être conservateur ou libéral pour soutenir les idées de Mme Barrett : il suffit de comprendre que les lois devraient être modifiées ou promulguées par des moyens démocratiques réguliers, par le biais du vote populaire, et non par quelques personnes supposées plus intelligentes.

Les tribunaux américains sont actuellement dominés par des juges qui font de l’ingénierie sociale, nommés par le parti démocrate, qui veulent mener le pays dans la direction qu’ils préfèrent, et au diable la loi et la volonté du peuple. C’est pourquoi l’approbation d’Amy Barrett par le Sénat ne sera pas facile. Si elle est élue avant les élections, elle pourrait bien devenir le katechon, la personne qui « empêche le pouvoir secret de l’anarchie de se frayer un chemin » (Paul, Thessaloniciens 2:6-7). Et les anarchistes le savent.

Les adversaires de Trump au Sénat sont habiles pour jeter de la boue sur les personnes nommées par le président populiste. Le spectacle honteux de l’audition de Brett Kavanaugh se répétera sans doute, avec des tombereaux de mensonges et de calomnies déversés sur la tête d’Amy Barrett.

Les juifs sont particulièrement mécontents du choix d’une catholique – parce que les catholiques ne sont pas encore complètement saturés de sionisme chrétien, contrairement aux protestants, et parce que les catholiques croient en Dieu. (Oh oui, les Juifs croient aussi en Dieu, mais ils considèrent qu’une religion avec leurs propres prêtres est inadaptée aux païens. Les païens doivent juste pourvoir aux besoins des Juifs, et les Juifs s’occuperont de toute la correspondance avec le Tout-Puissant). Les catholiques ont imprégné la connaissance du bien et du mal, de la morale et de l’immoralité, avec le vin de leur communion. Lorsque Amy Barrett a été confirmée comme juge de la cour d’appel, des politiciens juifs l’ont harcelée, en particulier Dianne Feinstein de Californie – « Alors, ma chère, je suppose que vous croyez au Christ ? Comment pouvez-vous être juge avec de tels préjugés ? » (Elle utilisait un langage plus étudié). Amy n’a pas bronché et elle a été approuvée. Peut-être survivra-t-elle au peloton d’exécution des Démocrates au Sénat.

Ce n’est pas sûr. Les Démocrates ont promis de mourir plutôt que de la laisser prendre la place de Ruth Bader Ginsburg, car cette place, à leur avis, appartient de droit à une Juive libérale. Une position moins importante pourrait revenir à une « personne de couleur » privilégiée ou à une minorité sexuelle, mais la place supérieure doit rester entre les mains des Juifs. Beaucoup de choses dépendent des juges de la Cour suprême – il est très probable que l’élection se fera à ce niveau. Mais le fait que Trump ait pris un risque et ait choisi une Américaine blanche ordinaire – une mère de famille nombreuse qui croit au Christ – est déjà un évènement considérable. Il pourrait s’agir d’un tournant dans l’histoire américaine.

Contacter Israel Shamir: adam@israelshamir.net

Source: https://www.unz.com/ishamir/trump-did-not-flinch/ et israelshamir.com)

Traduction: Maria Poumier

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

9 pensées sur “Trump n’a pas flanché

  • 2 octobre 2020 à 1 h 10 min
    Permalink

    « …/… Aux États-Unis, les tribunaux sont devenus très politisés ; ils adoptent une approche militante, rendant des jugements et ne tenant pas compte de l’opinion de la rue… ».

    Tandis que chez nous, en France par exemple, jamais, Ô grand jamais, on ne verrait pareille dérive !
    D’ailleurs, les juges font toujours précéder leur décision par la linéature :  » Au nom du peuple français… ».
    C’est dire s’ils, et si elles (parce que la profession s’est fortement féminisée), sont attaché(e)s au peuple quand même. Bon, y’en a qui disent que c’est le script …

    Répondre
  • 2 octobre 2020 à 13 h 46 min
    Permalink

    Hallucinant ! Notre sacré Israel Shamir vient tout juste de vous expliquer les lois et la constitution Américaines et le rôle de la cour suprême en un tour de passe passe qui dure le temps d’un billet bourré de propagande et gavé d’idéologie Trumpienne !:))) Véritable construction fantasmagorique et idéologique Poutino-Trumpienne pour les faibles d’esprit et les néocons qui cultivent les mêmes rêves et fantasmes sur l’Amérique !

    Mais alors si c’était comme vous le dites Monsieur Shamir, a quoi bon il devrait y avoir une cours suprême aux états unis avec de telles prérogatives a la base !?? si ce n’est de devoir justement appliquer une règle de base du droit celle d’empêcher la dictature de la majorité de nuire aux minorités par exemple, celui de dernier recours face aux lois qui peuvent être injustes, et face a l’abus de pouvoirs dont peuvent faire preuve des présidents en exercice ou un législateur zélé !

    Heureusement pour vous M. Shamir, vous êtes citoyen Russe, Israelien et Scandinave, Suédois je crois et vous vivez loin des états-unis, et jouer sur les préjugés raciaux envers les blacks, les juifs ou les religieux et non religieux ne risquent pas de vous nuire ou vous créer de problèmes et de poursuites, mais vous savez autant que moi que si votre plume s’aventurait d’en faire autant aux states ou ailleurs, ce ne sont pas des  »démocrates » qui vont feront la peau ou vous poursuivront, mais bien des citoyens qui le feront, et vous aurez plus que demander Asile en Israel ou en Russie pour protéger vos fesses ! :)))

    Répondre
  • 2 octobre 2020 à 14 h 11 min
    Permalink

    @ Nadine

    Ce billet c’est du n’importe quoi :))))))) Israel Shamir nous fait encore étalage de tout son art de piper les dés pour démontrer on ne sait quel preuve qui colle a son idéologie et l’agenda de Poutine & Netanyahu qui sont Pro Conservateurs et Pro Trump et il a inventé de toutes pièces ces conneries sur le rôle du juge de la cour suprême ! :))) quel con ce Shamir ! lol…. En d’autres mots, Trump veut élire une juge de la Cour Suprême qui dit oui oui a toutes les décisions de Trump, forcément avec le nombre de lois controversées et autres violations qu’il a commis en plus des poursuites qui l’attendent au tournant, il a besoin d’un juge nommé a la cour suprême qui le protège ! chose que ni les démocrates ni une frange des républicains ne laisseront passer a moins d’un autre tour de force de Trump et ses copains au Congrès !

    Trump le milliardaire qui a payé moins d’impôts que vous et moi $750 d’impôts sur une fortune de 10 milliards de dollars, et une taxe initialement de $7.435.857, sur laquelle il a tout manipulé pour avoir un crédit d’impôt de $7.435.107, ce qui lui a laissé un impôt net a payer de $750 hahahaha Sacré Trump ! et Sacré Shamir ! tous les deux sont de la même veine je dirais ! et les cons dans cette histoire c’est encore nous !

    Répondre
  • 2 octobre 2020 à 16 h 58 min
    Permalink

    @ Sam

    Depuis des années je consulte les analyses de TRANSPARENCY INTERNATIONAL. Elles donnent une petite idée de l’échelle « corruption gouvernementale et institutionnelle », et crois-moi, rien que pour nos pays respectifs, c’est désespérant.

    Tu comprends tout de suite comment et pourquoi nous en sommes arrivés à cet abominable scénario COVID dont nous, peuples du monde, allons payer l’ardoise.

    «La frustration face à la corruption du gouvernement et le manque de confiance dans les institutions témoignent d’un besoin d’une plus grande intégrité politique», a déclaré Delia Ferreira Rubio, présidente de Transparency International. «Les gouvernements doivent de toute urgence s’attaquer au rôle corrompu des grosses sommes d’argent dans le financement des partis politiques et à l’influence indue qu’il exerce sur nos systèmes politiques.» …/…
    Depuis 2012, seuls 22 pays ont considérablement amélioré leurs scores, dont l’Estonie, la Grèce et la Guyane. Vingt et un ont considérablement diminué, dont l’Australie, le Canada et le Nicaragua…/…
    Nos recherches montrent que plusieurs des économies les plus avancées ne peuvent pas se permettre d’être complaisantes si elles veulent maintenir leur élan anti-corruption. Quatre pays du G7 obtiennent des scores inférieurs à ceux de l’an dernier: le Canada (-4), la France (-3), le Royaume – Uni (-3) et les États – Unis (-2). L’Allemagne et le Japon n’ont vu aucune amélioration, tandis que l’ Italie a gagné un point…/…

    https://transparency.eu/2019-corruption-perceptions-index/

    https://atlasocio.com/classements/economie/corruption/classement-etats-par-indice-de-corruption-monde.php

    Ce dernier lien est plutôt intéressant. L’étude porte sur les années 2015 à 2019.
    Pour faire court, le Canada est 12ème (ex æquo avec l’Australie, l’Autriche et le Royaume-Uni) et la France 23ème (ex æquo avec les Etats-Unis).

    J’ai mal pour mon pays.

    Répondre
  • 2 octobre 2020 à 17 h 05 min
    Permalink

    @ Sam

    Depuis des années je consulte les analyses de TRANSPARENCY INTERNATIONAL. Elles donnent une petite idée de l’échelle « corruption gouvernementale et institutionnelle », et crois-moi, rien que pour nos pays respectifs, c’est désespérant.

    Tu comprends tout de suite comment et pourquoi nous en sommes arrivés à cet abominable scénario COVID dont nous, peuples du monde, allons payer l’ardoise.

    «La frustration face à la corruption du gouvernement et le manque de confiance dans les institutions témoignent d’un besoin d’une plus grande intégrité politique», a déclaré Delia Ferreira Rubio, présidente de Transparency International. «Les gouvernements doivent de toute urgence s’attaquer au rôle corrompu des grosses sommes d’argent dans le financement des partis politiques et à l’influence indue qu’il exerce sur nos systèmes politiques.» …/…
    Depuis 2012, seuls 22 pays ont considérablement amélioré leurs scores, dont l’Estonie, la Grèce et la Guyane. Vingt et un ont considérablement diminué, dont l’Australie, le Canada et le Nicaragua…/…
    Nos recherches montrent que plusieurs des économies les plus avancées ne peuvent pas se permettre d’être complaisantes si elles veulent maintenir leur élan anti-corruption. Quatre pays du G7 obtiennent des scores inférieurs à ceux de l’an dernier: le Canada (-4), la France (-3), le Royaume – Uni (-3) et les États – Unis (-2). L’Allemagne et le Japon n’ont vu aucune amélioration, tandis que l’ Italie a gagné un point…/…

    https://transparency.eu/2019-corruption-perceptionsindex/

    https://atlasocio.com/classements/economie/corruption/classement-etats-par-indice-de-corruption-monde.php

    Ce dernier lien est plutôt intéressant. L’étude porte sur les années 2015 à 2019.
    Pour faire court, le Canada est 12ème (ex æquo avec l’Australie, l’Autriche et le Royaume-Uni) et la France 23ème (ex æquo avec les Etats-Unis).

    J’ai mal pour mon pays.

    Répondre
  • 3 octobre 2020 à 23 h 16 min
    Permalink

    @ Nadine

    En effet ma chère, mais Transparency International qui effectue depuis des décennies un travail de base hyper important et fondamentalement essentiel dans le dessein d’améliorer la fameuse gouvernance encore une fois des pays occidentaux et ceux dits émergents ou du tiers-monde, n’arrive pas à traquer ou remonter et donc rapporter la majorité de la corruption qui oeuvre très efficacement en parallèle avec les manipulations politiques et finissent par modeler et figer en réalité nos modèles de gouvernance, nos modèles  »démocratiques » et nos plafonds éthiques et l’image de nos pays et nos sociétés en entier ! la corruption, c’est pas une mince affaire, elle est aussi systémique et encore plus grave que peuvent l’être le racisme, les discriminations et la marginalisation de pans entiers de la société !

    Il fut un temps ou nos discussions sur des blogs savants francophones au début des années 2000 (tous disparus hélas) mettaient le focus sur cette fameuse gouvernance qui se trouve être le point névralgique et au centre de tout les débats, puisque les problèmes de gouvernance sont la cause de tous les problèmes majeurs politiques, économiques et sociaux, sans égard au modèle poursuivi (communiste ou socialiste vs libéral), et dans le contexte du libéralisme, ces problèmes de gouvernance se retrouvent cette fois dans ce qu’on appelle la gouvernance corporative (celle des sociétés et des entreprises) qui agissant de concert avec les fonctionnaires et les politiciens corrompu nous ont imposé cette réalité et ce modèle ultra-libéral qui fixe les règles d’immunité et d’impunité au bénéfice de ceux qui le nourrissent et s’en abreuvent et en vivent, au détriment des peuples.

    A l’ère moderne, l’ignorance des problématiques de gouvernance, en même temps que l’émergence de nouvelles armes idéologiques et psychologiques par les puissants, a été je dirais le point saillant, la base solide et commune pour l’émergence des populismes de droite, ensuite des théories de conspirations et de la guerre larvée entre tenants de camps impérialistes et leur futurs candidats et champions comme la Russie et la Chine aujourd’hui, qui n’a fait qu’aggraver la situation politique dans le monde entier, et contribué largement à l’explosion de pratiques ultra libérales inconscientes et criminelles, en tentant d’imposer un modèle ultra libéral sans balises ni responsabilités sociales et lui attribuer une légitimité en rapport avec la liberté d’entreprendre ou celle de diversifier l’économie et la faire prospérer…. faussement, puisque ceci a eu pour effet de corrompre les partis de gauche comme de droite, corrompre l’administration aussi, face a la ruée vers l’enrichissement personnel, et l’établissement de modèles clientélistes modernes hyper efficaces, qui se moquent des engagements sociaux comme de leurs vieilles chaussures, et miroitant au peuple un lupanar de fric facile, et un environnement aussi dénué de responsabilités !

    Aujourd’hui, les fonctionnaires, les politiciens et les entrepreneurs corrompu dans le monde entier se donnent rendez-vous dans des restos, les cafés, les coins publics en plein jour, pour discuter  »business » ! chose qui il y a a peine 40 ou 50 ans ne pouvait être imaginable ! ces gens la, aussi peu qu’ils puissent être représentent en réalité une gangrène qui affecte tous les pays du monde… ils se moquent de leurs salaires ou leurs perspectives  »minables » dans leur têtes, car  »ils voient grand », ambitieux, affamés, aveuglé par le fric, ils hésitent pas à détruire les gens autour d’eux, leur collègues, leurs boss ou leurs subalternes, a travers les pratiques les plus criminelles, le harcèlement, les fausses accusations et les actes en groupe en plus, car très peu sont ceux qui peuvent leur résister, afin de faire tourner la machine dans le sens que eux veulent en se remplissant les poches ! les exemples que j’ai vu et connu dans ma vie se comptent par centaines, comme le fonctionnaire qui se rend a son travail dans une vieille voiture digne de son rang de fonctionnaire modeste, mais après le travail, sort sa rutilante voiture de luxe, et mène une véritable vie de nabab ! :)))) cette histoire se répète aussi bien ici au Canada que dans le tiers monde, qu’en France ou ailleurs, c’est hélas devenu la règle et non plus l’exception !

    la principale différence je dirais aujourd’hui entre les pays dit démocratiques et le tiers monde en ce qui est de la corruption généralisée et la mauvaise gouvernance, est que dans le tiers monde, les fonctionnaires de l’état ou les politiciens corrompu font encore étalage de leurs fortunes et leurs biens mal acquis devant tous le monde (bien que de moins en moins), pendant qu’en occident c’est pas le cas, ils essaient de mettre tout au nom des épouses, des enfants et des prises de participations dans des entreprises et compagnies bidon avec l’aide de comptables et de banquiers etc, et ce sont les entrepreneurs qui font étalage de leur fortune et leur baraques et voitures a un demi million de dollar en plein jour ! Mais ce qui est certain, c’est que la lune de miel entre secteur public et secteur privé n’est pas prête a s’achever de sitôt ! et on ne parle même pas de l’infiltration du crime organisé dans les arcanes du pouvoir , des banques prestigieuses, des clubs select et des elites de tous poils, il se blanchit en Europe et en Amérique du Nord des centaines de milliards de dollars par an, bien plus que les quelques signes extérieurs de richesse tiers-mondistes dans le tiers monde ! cette réalité est connue de tous, principalement les polices économiques ou police tout court, les procureurs, les professionnels de la justice, les juges et les magistrats…etc bref, on continue de montrer du doigt des pays dits  »passifs » comme l’Espagne ou le Portugal et l’italie ou Malte et la Grèce et le sud de l’europe en général tant il est évident que ce sont des paradis pour les mafieux de tous poils de la terre entière depuis des lustres et ceux de la Mafi Russe en particulier depuis 25 ans maintenant (depuis la chute du mur), mais c’est juste que les systèmes sont mieux rôdés en Europe du Nord et en Amérique du Nord pour cacher ou empêcher ces réalités de remonter a la surface, car on interdit tout simplement aux polices de faire leur boulot, aux journalistes aussi d’en parler ou aux magistrats et juges de sévir aussi ! c’est aussi cru que cela ma chère ! et si vous sondez juridiquement et financièrement les grandes métropoles nord américaines, vous vous rendrez assez vite compte que les gratte ciel et autres centre-ville au prix stratosphériques sont la propriété exclusive de beaucoup de mafieux de tous poils encore aujourd’hui au nez et a la barbe de  »l’état de droit » qu’on dit !

    Il est donc faux de croire que le Capitalisme a lui seul est ce qui permet autant de laxisme et de pratiques hors la loi ! absolument pas ! le capitalisme malgré tous ses défauts et sa construction a la base anti sociale, est aussi un grand théoricien sur les problèmes de gouvernance que ce soit dans les institutions de l’état ou ceux du secteur privé et des grandes entreprises ! le problème vient de l’absence de volonté politique pour tenter d’endiguer une foule de problématiques car généralement les partis politiques au pouvoir y sont submergé jusqu’aux oreilles eux-mêmes ! et même lorsque certains politiciens intègres ou des dirigeants d’entreprises intègres tentent de s’Interposer, c’est leur arrêt de mort proffessionnel qu’ils signent en se mettant a dos les magouilleurs de tous poils !

    Amicalement !

    Répondre
  • 4 octobre 2020 à 6 h 13 min
    Permalink

    @ Sam

    « …/… Il est donc faux de croire que le Capitalisme a lui seul est ce qui permet autant de laxisme et de pratiques hors la loi !… ».

    Sam … on ne forme plus les gens à « penser ». Donc, ils se contentent de « croire » et les médias de masse oeuvrent pour ce faire. Il serait toutefois erroné d’imaginer qu’il s’agit d’un phénomène récent.

    En effet, le 25 septembre 1880, lors d’un banquet new-yorkais auquel avaient été conviés le gratin des journalistes et éditorialistes, et alors qu’un invité proposa de lever un toast à la « liberté de la presse », le célèbre John Swinton, rédacteur en chef du New York Times et invité d’honneur, s’était agacé des contorsions sémantiques de confrères obséquieux  :

    « Il n’existe pas, à ce jour, en Amérique, de presse libre et indépendante. Vous le savez aussi bien que moi. Pas un seul parmi vous n’ose écrire ses opinions honnêtes et vous savez très bien que si vous le faites, elles ne seront pas publiées.
    On me paie un salaire pour que je ne publie pas mes opinions et nous savons tous que si nous nous aventurions à le faire, nous
    nous retrouverions à la rue illico.
    Le travail du journaliste est la
    destruction de la vérité, le mensonge patent, la perversion des faits et la
    manipulation de l’opinion au service des Puissances de l’Argent.
    Nous sommes les outils obéissants des Puissants et des Riches qui tirent les ficelles dans les coulisses. Nos talents, nos facultés et nos vies appartiennent à ces hommes.
    Nous sommes des prostituées de l’intellect. Tout cela, vous le savez aussi bien que moi ! ».

    Mais passons …

    Pour tous ceux qui se tiennent un peu au courant de l’Actualité, et qui la comprennent, il est évident que depuis un certain nombre d’années, la caractéristique commune aux personnalités somptuaires (politiques, médiatiques, « décoratiques »…) est la trahison de l’intérêt général.
    Et cette trahisons répétée et renouvelée n’est possible que parce que l’ensemble de la structure sociétale ferme les yeux, peuple y compris, et que les Etats – pour de multiples raisons – ont accepté de se coucher devant les intérêts des spéculateurs.
    Une conjoncture qui consacre notamment la perte de souveraineté des États. C’est une réalité juridique incontournable.

    D’ailleurs, au même titre que la police privée qui agit discrètement sinon silencieusement, la privatisation des armées est à surveiller.

    Répondre
  • 4 octobre 2020 à 13 h 24 min
    Permalink

    @ Nadine

    Si ces phénomènes comme vous dites ne sont pas récents certes, ce qui est récent par contre, c’est leur ampleur qui a explosé dans un contexte moderne où l’on nous dit qu’on dispose effectivement d’un arsenal législatif censé les combattre justement !!! c’est donc la contradiction flagrante avec ce qu’on enseigne et on a gravé dans les textes de loi, et qu’on ne respecte pas du tout ! ou que depuis les 40 dernières années, les politiciens, les hauts fonctionnaires et les entrepreneurs qui travaillent sur les mêmes projets de l’état puissent tisser des liens d’amitié, familiaux et vont ensemble et en familles au resto, a la pêche ou a la chasse, ou alors s’invitent les uns et les autres chez eux et sortant le grand jeu et passent leurs vies à se faire des cadeaux ou à se lécher comme des lesbiennes en public ! :))) (sans avoir rien contre les lesbiennes)… Bref, ce qui est récent aussi est que l’on a tout simplement désactivé intentionnellement et partout, tous les mécanismes de contrôl et de surveillance et d’audits..etc afin de ne pas nuire aux intérêts des uns et des autres au nez et a la barbe des magistrats, de la justice ! au point qu’aujourd’hui, le législatif autant que l’exécutif que le judiciaire font la nouba ensemble et envoient au diable leur indépendance ou leurs codes d’éthique qu’ils doivent signer pourtant chaque année pour la forme, mais ils le font religieusement pour faire semblant que tout est fait dans les règles de l’art ! des codes d’éthique d’ailleurs standardisés qui stipulent entre autre toutes les malversations auxquelles ils se livrent tous les jours, dont la divulgation d’informations confidentielles passibles de poursuites au criminel, ou les conflit d’intérêts flagrants et autres magouilles devenues banales ! et le pire dans tout ceci est que les responsables de cette situation ne sont absolument pas si nombreux après tout, car ils ne sont après tout qu’une poignée de décideurs que ce soit sur le plan politique, celui de l’administration ou celui des entreprises qui se livrent a ces pratiques ! Alors qu’on vienne pas me dire que les peuples sont impuissants a y changer quoique ce soit, les peuples comme je le répète souvent, prennent part et goût à cet environnement, ils commencent à les imiter et aspirer ou cultiver l’espoir de faire tout comme afin de sortir son épingle du jeu et  »réussir » mieux que le voisin ou le cousin et chest pas quoi ! Les peuples ont les dirigeants qu’ils méritent ! voila tout ! exactement a leur image, leur mentalités et leurs course après le fric ! et si vous avez le malheur de le faire remarquer au peuple, il vous lynchera, et vous traitera d’affabulateur et de looser qui ne mérite pas de vivre dans la  »société » démocratique qui est la sienne !:)))

    Quant aux journalistes, il est bien connu qu’ils monnayent leur promotion sociale et leurs avantages et carrières en s’attaquant au bon moment sur les bons dossiers aux politiciens et autres décideurs sur l’un des dossiers précis, ça s’arrête la ! ils utilisent le levier médiatique aujourd’hui en tant qu’institutions et organes du 4ème pouvoir afin d’obtenir des largesses de l’état en contrepartie, de la pub et des millions de $ en contrepartie, et ils gèrent leur business comme un bordel taillé sur mesure ou les pratiques les plus dépravées se monnaient a la tête du client ! en exécutant leur mandat de manipulation de l’opinion à merveille, et comme vous dites, a raconter la réalité a l’envers !

    Quant au secteur privé aujourd’hui, je ne sais pas si vous suivez un peu ce qui s’y passe, la tendance aujourd’hui est que les plus grandes firmes recrutent leur PDG et autres  »têtes fortes » chez les hindous, les minorités et bien entendu les locaux bardés de diplômes… on recherche des profils qui non seulement comprennent de termes qu’on utilise pour les recruter  »la complexité », mais savent gérer  »l’ambiguïté », ne s’immiscent jamais dans la politique et sont dépourvu d’opinions politiques, mais comprennent parfaitement l’environnement a la fois politique et juridique précis des pays ou des régions où ils sont amené a exercer, en plus de mettre les intérêts des  »investisseurs » et des  »stakeholders » (terme inventé de toutes pièces pour les besoins de la cause) qui veut dire aussi bien les investisseurs que les clients, les employés que les fournisseurs que les partenaires…afin de mieux modeler les politiques et les stratégies visant chacun d’entre eux, et parfaire la langue de bois bien sûr et la compréhension des enjeux exacts et précis qui concernent chacun de ces  »clients »…. tout en excellant aussi dans l’art pointu du  »Lean management » ou la compression des coûts au maximum quit a sous traiter au mozambique et dans le tiers monde l’élaboration de produits et services les plus stratégiques…. et donc pour tout ceci, ces nouveaux PDG dans leur trentaines a peine reçoivent des  »compensations » et non des salaires qui avoisinent les 10 ou 20 ou 30 millions de $ par an sinon plus ! dont la majeure partie est payée en actions afin de ne pas payer de taxes et  »participer a l’essor de l’entreprise » en y mettant le trois quart de ses gains comme gage de loyauté même si les actions se trouvent en chute libre !

    il demeure aussi que tout ces gens là en réalité se lèvent tôt, que ce soit dans l’administration, la politique, ou le business, et délèguent le maximum de tâches a d’autres qui veillent tard et d’autres qui ne dorment pas, afin que la machine bien huilée continue de tourner en se foutant éperdument de la situation du peuple ou de ce qu’il peut en penser, peuple soit dit en passant qui est qualifié par ce microcosme de  »looser » et perdant ! car  »ne sait pas saisir les opportunités et croit que l’argent pleut du ciel » :)))) et c’est en effet le cas, dans le sens que si vous passez votre vie a ruminer ces  »idées noires » selon eux comme on fait ici, vous irez nulle part ! aujourd’hui en effet, si vous ratez ce train très tôt dans la vie, et aussi jeune que vos vingtaines, vous avez tout raté ! j’en ai eu plein des  »amis » dans le genre qui a 45 ans ont fini de payer la maison et se chargent de payer la maison secondaire en quelques années a peine, superficiels, faux culs, tricheurs au boulot comme c’est pas possible, cancres finis aussi, mais a les voir, vous vous dites c’est des VIP et des têtes s’ils sont la ou ils sont ! mon oeil ! c’est juste une question d’hériter à la base de valeurs tout aussi tordues et tronquées de ses parents car il y définitivement qq chose de génétique la-dedans …c’est pas nouveau…. et de savoir naviguer bien entendu soi-même en fermant sa gueule et en acceptant tout sans conditions lorsque mis dans le bain !

    Bon, je vais profiter de l’été indien pendant qu’il est encore la et de mon dimanche en faisant une petite marche dans le bois, encore heureux qu’on ai ca et qu’ils ne nous vendent pas l’oxygène … et pourvu qu’on m’arrête pas en route et m’ordonner de faire demi-tour sous prétexte de restrictions dues au Covid car Montréal est en principe passé au code rouge, et les montréalais doivent se confiner encore une fois selon eux !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *