Chute des Bourses, déferlante de licenciements, récession: et ils parlent de «reprise»?

Par Marc Rousset.

Le rebond des marchés a tourné court, en septembre, avec un CAC 40 aujourd’hui à 4824,88. Il en est de même à Wall Street où le NASDAQ, le Standard & Poor’s 500 et le Dow Jones ont fini de progresser pour perdre, respectivement, 5 %, 3,9 % et 2,3 %. Depuis son plus haut de l’été, le NASDAQ a perdu 15 % et la bulle folle des GAFAM ainsi que des valeurs technologiques américaines pourrait bien continuer à se dégonfler, à défaut d’éclater subitement.

La pandémie semble reprendre dans le monde, mais les gouvernements occidentaux paraissent enfin avoir compris qu’un nouveau confinement généralisé serait la descente assurée aux enfers avec un risque de révolte des populations et une mort sociale, économique, budgétaire, financière assurée par création de chômage, assassinat des entreprises et hyperendettement menant tout droit à la banqueroute. Des espoirs très nombreux de vaccins dans de nombreux pays sont permis pour 2021, mais sans aucune certitude si ce n’est que les délais d’homologation sont beaucoup trop brefs et comportent donc des risques pour les populations.

La déferlante de licenciements dans les grandes entreprises a commencé : 9.000 emplois, soit 10 % des effectifs, chez Shell ; Disney, American Airlines et United Airlines ont annoncé, à elles seules, 60.000 licenciements en 24 heures. À très court terme, ce sont 100.000 postes qui sont menacés aux États-Unis. En Europe, on évoque 50.000 suppressions de postes. Les aéroports américains affichent une fréquentation en baisse de 60 % à 70 %.

En France, une récession de l’ordre de -2 % à -4 % pourrait bien avoir lieu au dernier trimestre 2020 en guise de reprise. La prévision de croissance de 8 % du budget 2021 par Bruno Le Maire semble très optimiste, avec des hypothèses sanitaires qui peuvent très vite devenir caduques. Quant à l’endettement, pour la France, de 120 % du PIB à fin 2021, ce sera un minimum, la seule certitude étant un endettement hors de contrôle.

« La reprise reste incomplète, incertaine et inégale », a rappelé, lundi, la présidente de la BCE, Christine Lagarde. La Fed et la BCE semblent, en fait, à bout de souffle. Le soutien des banques centrales a permis de sauver les meubles face à la crise sanitaire, tout en provoquant une bulle sur les marchés boursiers. Les facteurs fondamentaux déflationnistes sont tellement puissants que les tentatives de la Fed et de la BCE de créer de l’inflation pour diminuer le poids des dettes des États et des entreprises ont échoué.

À la BCE, la lutte entre les « faucons » menés par Jens Weidmann, le président de la Bundesbank, et les « colombes » perdure : les premiers veulent mettre fin à la politique non conventionnelle en cours, ultra-accommodante, de création de 1.350 milliards d’euros, tandis que les seconds réclament une rallonge, voire sa pérennisation. Christine Lagarde se veut être une « chouette », symbole de la sagesse, afin de pouvoir trancher entre les deux camps, mais c’est en fait une « colombe » française mise en place par Macron qui risque, un jour, d’être complètement dépassée par les événements. Une explosion de la zone euro ou une scission en deux zones monétaires sera inévitable si la France et l’ continuent de se diriger vers la banqueroute.

L’actif du bilan de la Fed, qui représentait environ 10 % du PIB américain en 2000, en représente aujourd’hui 60 %, avec une augmentation continue du cours de l’or de 250 à environ 2.000 dollars l’once. Si les États-Unis continuent au même rythme de création monétaire, l’actif du bilan de la Fed devrait atteindre 150 % du PIB, en 2025, avec un cours de l’or à 7.000 dollars l’once. Powell promet que la Fed aidera « aussi longtemps que nécessaire ». L’argent gratuit va continuer de couler à flots, tandis que l’hyperendettement des États-Unis va s’accélérer. La prochaine crise d’une économie américaine sous perfusion sera monétaire, les investisseurs Warren Buffett et Ray Dalio se préparant à une inflation élevée à venir. Comme l’écrivait Céline, « on ne meurt pas de dettes, on meurt de ne plus pouvoir en faire ».

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

4 pensées sur “Chute des Bourses, déferlante de licenciements, récession: et ils parlent de «reprise»?

  • 6 octobre 2020 à 23 h 19 min
    Permalink

    Ici au Canada, L’Alberta on dirait est entrain de montrer des signes très alarmants en rapport avec le déclin de l’industrie du pétrole, et qui dit l’industrie du pétrole dit l’économie Canadienne au complet, car cette province tentait de survivre à son effondrement économique d’avant la pandémie, et l’abandon de centaines de milliards de dollars d’investissements dont la majorité dans la même industrie avant la chute des cours, et le reste dans des projets structurants qui misaient tout sur la locomotive que représentait le pétrole ! Aujourd’hui, en Alberta, plus personne n’est épargné, grandes comme moyennes ou petites entreprises ferment ou déposent le bilan les unes après les autres en faisant d’autres victimes principalement sur les marchés financiers à Toronto et parmi les investisseurs en Colombie Britannique et Montréal aussi… quant aux PME, certains disent que c’en est fini de la ruée vers l’or noir de l’Alberta cette fois pour de bon ! il n’y a que ceux qui ont retiré leurs mise plus tôt qui s’en soient tiré sans y laisser leur plumes et c’est aujourd’hui des images de désolation que cette province renvoie a travers l’explosion du taux de chômage et l’incapacité des gens ou des ménages a payer leurs factures ! la banqueroute est totale presque, et les banques qui ont fait des milliards de profits dans cette province l’abandonnent à leur tour comme il est de coutume, toutes ces banques commerciales Canadiennes ou anglaises qui devraient à l’instant démontrer une quelconque gratitude envers cette province et qui savent qu’ils n’y a plus de dépôts de salaires ni d’investissements colossaux comme avant, préfèrent donc mettre a l’abri leurs milliards de profits, saisir les actifs impayés des entreprises, les maisons, les autos, les équipements lourds et les titres de propriétés, et attendre des plans providentiels d’un gouvernement fédéral surendetté pour voir s’il y a encore du jus qui risque d’être injecté afin qu’elles puissent le siphonner ! il n’y a plus donc que quelques banques d’investissements téméraires qui tentent encore de convaincre certains investisseurs, assureurs et autres corbeaux et vautours de rafler les carcasses qui sont laissé derrière pour des prix modiques et dérisoirs comme il est de coutume dans le capitalisme sauvage ! car il y a en en effet a cette instant et dans cette hécatombe économique Albertaine, une formidable opportunité pour les charognards qui se spécialisent dans le rachat d’entreprises sinistrées, d’équipements et d’actifs a deux sous, dans l’espoir de faire fortune !

    et je ne sais pas si vous avez remarqué, les pubs à la télé cette fois a l’échelle Canadienne sont aussi on dirait en chute libre, les assureurs prêteurs et autres vautours qui visent les actifs et les retraites ou les maisons des Canadiens ont repris du poil de la bête, ils sont assez nombreux a payer encore pour des spots publicitaires, et il y en a une en particulier Américaine qu’on ne nommera pas qui paie un spot publicitaire du tonnerre qui dure presque deux minutes (une fortune) et qui propose de vous vendre une assurance vie, refinancer votre hypothèque ou consolider vos dettes !:))) ça me rappelle le croque mort de Lucky Luke dans son smoking ou tuxedo et chapeau conduisant son chariot funéraire qui brille de toutes parts et au milieu duquel les cercueil en pin sont juxtaposés les uns sur les autres !:))))

    c’est pas marrant certes, mais on touche du bois !

    Répondre
    • 7 octobre 2020 à 11 h 50 min
      Permalink

      @ SAM

      Très grande clairvoyance que de voir que l’effondrement viendra de l’ouest – des plus riches il n’y a pas dix ans – aujourd’hui devenus les plus instables – les plus précaires. Que les péquenots de l’Est du pays regardent bien ce que tu décrits en Alberta = qui préfigure ce que sera notre sort sous peu.

      Imagine que le minable petit Trudeau pense pouvoir renverser l’apocalypse en arrosant les flammes d’argent de Monopoly alors que ti-cul Legault spécule sur la fermeture des classes sports-études et quoi encore !!! La Guilbault voudrait envoyer ses tontons macoutes défoncer nos portes de domiciles pour renifler si un ou une amie se serait faufiler parmi ma famille.. oust, dehors les flics.

      Ils sont complètement fous ces voyous. Vite débarrassons-nous de ces bouffons complètement dépassés par la tragique situation nationale et internationale qu’ils sont incapables de comprendre.

      Merci pour ton post

      Répondre
  • 7 octobre 2020 à 14 h 47 min
    Permalink

    @ Robert,

    Salut Robert ! En fait Ni Justin Trudeau, ni François Legault ne peuvent quoique ce soit pour changer le système, et tout ce qu’ils peuvent faire est de plier devant le demandes colossales qui leur parviennent de tout bord pour aider les secteurs sinistrés avec de l’argent qu’ils n’ont pas, mais avec la planche a billet ou l’endettement public ! le problème a mon humble avis est cette irresponsabilité des opérateurs financiers comme les banques commerciales qui se remplissent les poches en toutes circonstances, ou caisses de dépôt et autres détenteurs d’actifs colossaux qui assistent comme des spectateurs en essayant de tirer profit de la crise ! Encore pire que les assistés sociaux, ils estiment que c’est a l’état de résoudre les problèmes même lorsqu’il n’a plus de fonds, et eux ne devraient être la que pour récolter les dividendes, siphonner les aides injectées par l’état ou faire miroiter aux investisseurs des gains hors du commun même en temps de crise ! si c’est un comportement citoyen ça alors il vaut mieux changer de planète en effet ! le système est médiocre, voila tout ! ceux qui ont remplis les banques off shore et les comptes et les poches a ne plus en pouvoir ne sont jamais ne serait-ce qu’invité a prendre des initiatives et financer une reprise avec les moyens qu’ils ont ! l’état en définitive c’est nous ! c’est nos deniers et notre bas de laine, et le ruiner et le détrousser en plus s’endetter ainsi est pire que tout ce qui peut arriver d’autre ! A un certain moment, l’état ne pourra plus suivre ni faire quoique ce soit pour quiconque !

    Répondre
  • 10 octobre 2020 à 21 h 25 min
    Permalink

    Avec l’hyperinflation à venir et la planche à billets qui tourne à plein régime nous verront prochainement l’once d’or à 10.000$ et celle de Silver à 600$ et peut-être bien plus.
    À 25$ l’once de Silver actuellement c’est vraiment Cheap !
    L’Argent Métal (physical Silver) est la Vraie Monnaie et le reste n’est qu’une illusion.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *