Musulmans, victimes expiatoires de l’ensauvagement de l’économie capitaliste française

Par Khider Mesloub.

This article is available in 5 languages on this webmagazine:
2.11.2020-mUSULMANS-English-italiano-Spanish

Régulièrement, au lendemain d’un attentat terroriste commis par un djihadiste, revient sur la scène médiatique française le débat relatif à la dissolution des organisations islamiques, et surtout à l’interdiction des ouvrages jugés islamistes.

Le sordide assassinat de Samuel Paty n’a pas dérogé à cette coutume démocratique de l’intelligentsia française notoirement renommée pour sa défense à géométrie variable de la liberté d’expression.

Jamiul Islamiyah Mosque.

D’aucuns ont décidé de relancer la revendication de prohibition de la littérature islamique, au moment où ils brandissent, avec leur président Macron en tête (qui a, en digne héritier du pape Urbain II, confessé ne pas « renoncer aux caricatures » du Prophète Mohammed, quitte à déclencher une « croisade républicaine bourgeoise » contre les musulmans), leur droit à la caricature, quand bien même certains dessins nauséeux et indécents ridiculisent le Prophète Mohammed, dessiné dans une posture pornographique et offensante.

Certes le blasphème ne s’applique pas aux incroyants. Il est inhérent aux religieux, aux adeptes de la même religion, soumis à des interdictions. Néanmoins, la caricature également ne doit pas prendre comme modèles de dessin l’univers cultuel sacré propre à une autre religion. Autrement dit, autant le blasphème ne s’applique pas à un pays laïque (sécularisé), aussi la religion, considérée comme une opinion ou une idéologie, peut-elle faire librement l’objet de critique ; autant les caricatures d’un pays laïque (sécularisé) ne doivent pas prendre comme modèles de dessin satiriques des symboles cultuels sacrés d’un autre pays (d’une autre civilisation) profondément religieux.

Qui plus est, il ne faut pas confondre caricatures (satires humoristiques) et diffamation infamante exécutée au moyen de dessins dans le dessein d’humilier ; satires et gauloiseries graveleuses. Ne pas confondre dessins classiques politiques à caractère humoristique et caricatures propagandistes ciblant une « communauté » aux fins d’inciter à la haine et de provoquer des clivages « ethniques » ou religieuses au sein de la société, sur le fondement de la devise « diviser pour mieux régner ».

Muslims offer prayers during Eid al-Fitr / AFP PHOTO / Richard BOUHET

Même l’ONU s’est emparée du débat sur les caricatures. En effet, le Haut représentant pour l’Alliance des civilisations des Nations Unies, l’Espagnol Miguel Angel Moratinos, a appelé dans un communiqué « au respect mutuel de toutes les religions et croyances ». L’ONU « suit avec une profonde inquiétude les tensions croissantes et les cas d’intolérance déclenchés par la publication des caricatures satiriques du prophète Mahomet, que les musulmans considèrent comme insultantes et profondément offensantes ». « Les caricatures incendiaires ont également provoqué des actes de violence contre des civils innocents qui ont été attaqués pour leur religion, croyance ou appartenance ethnique ». « Les insultes aux religions et aux symboles religieux sacrés provoquent la haine et l’extrémisme violent conduisant à la polarisation et à la fragmentation de la société », a déploré le responsable onusien. À travers le monde musulman, des fidèles ont réagi avec colère lors de manifestations aux propos du président français tandis qu’une campagne a été lancée dans plusieurs pays pour boycotter les produits français.

Tout porte à croire que cette croisade « laïcarde », montée en épingle à la suite de l’assassinat du professeur, tombe à point nommé pour le président Macron afin de cautionner son projet de loi populiste contre le « séparatisme », visant en réalité à faire des populations de confession musulmane les boucs émissaires de la crise multidimensionnelle actuelle, populations présentées comme menaçant la sécurité des bons citoyens français respectueux, eux, de l’ordre établi (sic).

Cette entreprise de propagande est justifiée et légitimée au nom de la laïcité. Or, la laïcité, originellement fondée sur la neutralité vis-à-vis des religions, est aujourd’hui convertie en instrument de stigmatisation des adeptes de la religion musulmane. En effet, historiquement, aux yeux des républicains français de la fin du XIXème siècle, la laïcité constituait un instrument politique brandie pour soustraire à l’Église catholique son emprise sur l’éducation des enfants en vue de la transférer à l’État, mais jamais une arme de guerre contre la religion. Au reste, tel était le “programme pédagogique” de Jules Ferry pour qui “l’enseignant avait pour mission de ne pas s’opposer aux croyances religieuses des parents d’élèves”.

Entre les mains des classes dirigeantes françaises contemporaines en plein ensauvagement, ces dernières décennies la laïcité est devenue un instrument de stigmatisation de la religion musulmane, actionnée pour diviser les classes populaires de France, affaiblir leur unité sociale par les fausses divisions religieuses délibérément accentuées pour acculer les Français de confession musulmane à se dissocier de leurs « frères de classe » du fait de leurs supposés particularismes confessionnels incompatibles avec les valeurs républicaines de la France (sic).

Certes, il faut combattre l’emprise réactionnaire religieuse, notamment islamique, mais non au moyen de mesures coercitives étatiques stigmatisantes et intimidantes, comme l’applique insidieusement l’hystérique gouvernement Macron qui jette en pâture les Français et immigrés de confession musulmane à la vindicte populeuse, afin de dévoyer les griefs et la colère de la population française formulés contre la gestion calamiteuse gouvernementale en matière de crise sanitaire du Covid-19.

Rationnellement, si ce n’est pour des mobiles idéologiques machiavéliques, est-ce la conjoncture opportune d’ouvrir un autre front de psychose collective sous couvert de défense du droit à la caricature ? C’est désespérément caricatural cette surenchère élyséenne. Les fous de Dieu ont trouvé en face d’eux un président fou de la Laïcité. C’est sur le front de la lutte efficace contre l’épidémie que la population française attend toujours la démonstration de force du président Macron, qui fait preuve d’une faiblesse coupable pour combattre le meurtrier terrorisant coronavirus, par son défaut d’anticipation sanitaire et sa gestion chaotique de la crise sociale et économique. À croire qu’il tire un plaisir jouissif à déclencher sa croisade laïcarde, quitte à envenimer les hostilités internationales contre la France, à enhardir les fanatiques islamistes, ravis de trouver un nouveau pays de combat pour perpétuer leur entreprise terroriste djihadiste contre l’innocente population française civile désarmée.

En ces temps de crise multidimensionnelle, un « président normal » aurait opté pour une politique d’apaisement et une diplomatie de pacification. Or, Macron tente de détourner l’attention du prolétariat sur la « question religieuse islamique » pour affaiblir une riposte de classe à la hauteur des exigences historiques actuelles marquées par une dégradation dramatique des conditions de vie.

Ainsi, sous couvert de lutter contre le terrorisme, de nombreux « intellectuels gaulois » cocardiers, abonnés des plateaux des chaînes de propagande d’information en continu, ont-ils endossé la toge de l’inquisition pour se livrer à la chasse aux instances cultuelles islamiques, mais également aux ouvrages sur l’islam, jugés trop favorables aux thèses islamistes. Parmi les ouvrages visés par l’autodafé démocratique, sont ciblés les livres prônant le djihad, l’application de la chariâ, la pratique rigoriste de l’islam. En fait, des préceptes contenus globalement dans le Coran. Ce qu’aucun authentique musulman ne peut nier.

Force est de constater que, dans le pays de la « démocratie ensauvagée », de la liberté de conscience et d’expression à géométrie variable, tout ouvrage islamique devient-il suspicieuxdélictueuxséditieux 

Encore une fois, ce n’est pas l’esprit qui guide le monde. Ce n’est pas la conscience qui détermine l’être, mais l’être social qui détermine la conscience.

La publication et la diffusion de livres, fussent-ils subversifs ou salafistes, n’entraînent aucunement l’embrigadement idéologique des personnes qui les lisent. Ce n’est pas parce qu’on lit le Coran qu’on devient musulman, ni des ouvrages islamistes qu’on devient terroriste. Ni, pareillement, parce qu’on lit le Capital, qu’on devient marxiste ou révolutionnaire.

Au reste, les livres islamistes ont toujours existé. Ils sont depuis longtemps édités et publiés. Depuis des décennies, ils trônent librement sur les étalages des librairies. Or, longtemps personne ne s’offusquait de leur publication. Personne ne leur prêtait quelque pouvoir maléfique d’endoctrinement au service du djihad, d’embrigadement au profit du terrorisme. Ironie de l’histoire, longtemps personne ne songeait à les lire. Et pourquoi ? Parce qu’autrefois le contexte historique, à l’époque de la confrontation Est-Ouest, jusqu’à l’effondrement du bloc soviétique en 1989, était distinct. Les occupations littéraires et préoccupations politiques, différentes. La situation internationale, marquée par l’affrontement Est-Ouest, était confrontée à des tensions et conflits dissemblables sur fond de systèmes idéologiques antagoniques. En Algérie comme en France, on dévorait plutôt les livres de Marx, la collection complète des œuvres de Lénine, le Petit livre rouge de Mao.

Historiquement, jusqu’à la fin des années 1980, on n’entendait nullement parler des musulmans. Ils ne constituaient aucune menace pour l’Occident. Ignorés de l’Histoire qui se déroulait sans eux, ils évoluaient dans des sociétés encore archaïques dans un climat social et politique marqué par l’insouciance et l’innocence. On ne prêtait également guère attention à leurs observances religieuses, accomplies par ailleurs dans un esprit de tolérance. Notamment en Algérie et en France.

Si changement de situation sociopolitique il y a eu au cours de ces trois dernières décennies dans les pays de confession musulmane, c’est à la faveur des convulsions politiques internationales et des bouleversements géostratégiques planétaires. Propulsés sur la scène internationale malgré eux (et surtout contre eux), en raison des interventions impérialistes dans les pays arabes pour le contrôle du pétrole et d’autres mobiles géostratégiques, les musulmans sont, depuis lors, devenus l’enjeu des multiples puissances rivales. Par leur stratégie du chaos, ces puissances ont détruit plusieurs pays musulmans, provoquant corrélativement un délitement total du tissu social et un effondrement complet de leur économie déjà sous-développée. Cette déstructuration systématique a jeté dans la détresse et le chômage des millions de prolétaires. Sans aucune perspective d’insertion sociale ni professionnelle, livrés aux potentats tyranniques féodaux locaux, ces millions de prolétaires marginalisés sont devenus la proie des islamistes et des groupes terroristes, eux-mêmes manipulés par les puissances impérialistes.

En Occident, en particulier en France, c’est la crise économique et l’effondrement du mouvement ouvrier qui ont engendré le repliement identitaire, favorisé l’émergence de l’islamisme, avatar du stalinisme. En effet, la dissolution culturelle et symbolique de la classe ouvrière, diluée dans les communautarismes rétrogrades, a ouvert la boîte de pandore à la résurgence de la réaction religieuse et identitaire. En réalité, contrairement à la thèse communément répandue, l’islamisme est l’héritier du stalinisme, non du fascisme. Longtemps, parce qu’il prétendait lutter contre le grand Capital, proposait un « monde communiste idéal » (alors que les pays staliniens étaient en vrai des dictatures, fondées sur un socialisme de caserne et de la pénurie, où les meurtres des opposants étaient la règle), le stalinisme avait constitué l’idéologie idoine des exploités et des « humiliés ». L’islamisme, religion des opprimés et des humiliés selon ses idéologues patentés, joue le même rôle qu’autrefois le stalinisme : il prétend offrir les mêmes perspectives de libération, un monde meilleur mais dans l’Au-delà, au paradis peuplé de houris.

C’est dans ce contexte de déstabilisation totale de ces pays « musulmans » et de décadence du capitalisme mondial qu’il faut replacer les fondements de l’éclosion et de l’expansion de l’islamisme et du terrorisme. Non dans quelques ouvrages à caractère religieux, quand bien même radicalement islamistes. Ce n’est pas la conscience qui détermine l’être mais l’être social qui détermine la conscience. Ce sont les conditions matérielles sociales et politiques qui ont favorisé l’émergence de l’islamisme.  

Une chose est sûre : ce n’est pas l’interdiction des livres salafistes ou la fermeture des sites internet islamistes qui freineront le phénomène du « djihadisme », le surgissement du terrorisme. Particulièrement en Occident. Notamment en France, où les jeunes continueront à être tentés par l’embrigadement dans les mouvements islamistes tant que les puissances impérialistes occidentales, notamment la France, persisteront à semer partout la terreur, à massacrer des innocents, à détruire des pays souverains (« à bombarder leurs pays et déchirer leurs familles », dixit Michel Onfray),  à reléguer les populations immigrées dans des cités dortoirs, villes socialement mouroirs,  à obstruer toute possibilité d’intégration économique de ces générations sacrifiées, victimes expiatoires de l’ensauvagement de l’économie capitaliste française.

De surcroît, aujourd’hui, ces « démocrates » français, thuriféraires des entreprises impérialistes de leur État, réclament l’interdiction des livres islamistes. Demain, ils vont exiger la proscription du Coran. Après demain, la prohibition de tous les livres de critique radicale contre le capitalisme, voire de tout simple ouvrage considéré comme par trop subversif, comme au temps de l’époque du régime de Vichy de sinistre mémoire.

En réalité, la lutte contre l’islamisme terroriste passe par le combat contre l’impérialisme terroriste, et son géniteur, le capitalisme terroriste.  (Il faut s’attaquer au patron avant d’exciser le trouffion. NDLR) L’islamisme n’est que l’enfant adultérin de ce système devenu stérile, incapable de féconder une société humaine. Aujourd’hui, ce système décadent a enfanté l’islamisme avec la complicité des dirigeants féodaux despotiques des pays arabes, pour perpétuer l’aliénation religieuse, circonscrire et étouffer les révoltes sociales des masses populaires de confession musulmane, mais aussi pour les terroriser par les bandes armées islamistes soutenus et financés par des officines opaques occidentales et wahhabites.

Demain, une fois l’épouvantail islamiste passé de mode, le capitalisme décadent accouchera d’une nouvelle bête immonde (on y est avec le Coronavirus ?) pour dévoyer les luttes sociales sur des préoccupations sécuritaires requérant à nouveau le renforcement de l’appareil répressif de l’État, avec son corollaire : le quadrillage policier, le déploiement de l’armée, le contrôle des réseaux sociaux, l’interdiction des manifestations, l’instauration de l’état d’urgence, de l’état de siège (confinement). Tout cela pour le grand profit du capital, de plus en plus contraint de recourir à la force : signe de sa faiblesse, de sa détresse.

Le déploiement de la force de l’État n’est que l’expression de l’état de sa faiblesse.

La classe capitaliste a beau interdire tous les ouvrages subversifs pour se maintenir dans l’histoire. Mais l’ouvrage subversif de la lutte de classe ne s’interdit jamais de maintenir son mouvement pour abolir la classe capitaliste de l’Histoire.

 

Khider Mesloub

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

10 pensées sur “Musulmans, victimes expiatoires de l’ensauvagement de l’économie capitaliste française

  • Ping : Musulmans, victimes expiatoires de l’ensauvagement de l’économie capitaliste française – La Voix De La Libye

  • 2 novembre 2020 à 11 h 46 min
    Permalink

    L’article semble être en dehors du temps.
    Nous sommes en phase terminale du projet du NOM. Les notions de capitalisme ou de marxisme sont complètement dépassées, car elles ont seulement été les outils de manipulation pour nous amener à la synthèse, où nous arrivons maintenant. La seule lutte de classes qui ait jamais existé dans l’esprit des mondialistes, c’est celle du peuple élu et des goyim. L’islamisme est la perversion de l’Islam par la franc-maçonnerie, tout comme le concile maçonnique Vatican II a perverti le christianisme et a amené l’antipape Bergoglio. Si l’Islam existait encore, il n’y aurait aucun pays musulman sous le joug de l’usure.

    Répondre
  • 2 novembre 2020 à 15 h 33 min
    Permalink

    La laïcité est une prostituée ?
    Être ou ne pas être, tel est la question de la liberté d’expression ?
    Je pose une simple question ,
    Peace, Paix,Salam,Shalom

    Répondre
  • 2 novembre 2020 à 16 h 14 min
    Permalink

    Toutes les religions sont du domaine de l’escroquerie et l’islam est la pire. Ce n’est même pas une religion, car il a depuis 15 siècles conquis par le glaive une grande partie des moyen et extrême Orient. Il a tué des centaines de milliers d’humains.
    L’islam n’a jamais varié depuis le 7éme siècle . La vérité sur Mahomet : il était une crapule !
    Ce qui se passe en France actuellement le démontre.

    Répondre
  • 2 novembre 2020 à 20 h 54 min
    Permalink

    Très Cher Khider,

    Il serait très difficile à quiconque de vous contredire sur ce billet, vous portez en vous les germes purs mais rationnels de la justice sociale et humaine que beaucoup d’entre nous continueront de défendre advienne que pourra, en plus du bagage intellectuel et du vécu politique et social militant de notre génération….Mais permettez-moi juste d’amener quelques éclaircissements sur cette question de mon point de vue modeste et partant du vécu aussi. je vais tenter de le résumer en plusieurs points et titres…

    1 – Islam politique et déclin des conservateurs dans les pays arabes.

    l’islam politique fut historiquement brandi au lendemain des indépendances de nos pays comme chacun sait, comme un moyen ou un autre pour mousser des mouvements islamistes salafistes embryonnaires mais radicaux, qui s’inspiraient de la mouvance des frère musulmans d’égypte, mais surtout pour contrer la gauche militante dans un certain nombre de pays Arabes, et ce fut ainsi pendant des années on entendait jamais parler d’eux… En Egypte, les frères musulmans s’allieront aux communistes a la fin des années 40 dans la lutte contre l’occupant Anglais, puis seront banni par Nasser suite à leur cooptation par les Américains (Eisenhower) pour faire le faire tomber, Sadate plus tard les utilisera contre la gauche, mais Jamais ô jamais, les revendications de cet islam politique n’avaient encore pris pour cible les populations des pays arabes pour les endoctriner politiquement, jusqu’aux défaites contre Israël, la généralisation de la misère et de la pauvreté dans les pays arabes et enfin, lors de la montée en puissance de l’Arabie Saoudite et des autres émirats du pétrole et du gaz des pays du Golf chez qui le terme  »conservateur » ne sonnait pas du tout de la même manière que les  »conservateurs » du reste des pays arabes ! et ça explique une grosse partie du problème !
    Les pays arabes ont eu leurs  »conservateurs » tout au long du 20ème siècle comme n’importe quel pays occidental a eu les siens sans en faire tout un plat ! les conservateurs mi religieux, mi ouverts sur la modernité, envoyaient leurs filles autant que leurs garçons aux meilleurs écoles aussitôt que les années 40 et 50 dans le monde arabe, allaient jusqu’à s’assurer de leur garantir le meilleur enseignement d’influence occidental… et les journaux occidentaux de l’époque qui pouvaient s’attaquer ou critiquer l’islam étaient pourtant monnaie courante, jamais ô jamais, on a vu les gens pendant des décennies sortir dans les rues manifester car on a fait une caricature du prophète ou des arabes qui prient ou même des beurettes exploitées pour faire du porno au coeur des années 80 et 90 en France ! le racisme de l’époque coulait de source ! les musulmans plus sages de l’époque considéraient les fameuses et multiples citations du Coran et du Prophète lui même qui était moqué, insulté des pires noms, humilié par les racontars les plus obscènes, parfois accusé ses femmes d’adultère a son époque, du genre  »fais ce que tu dois faire, et ignore les ignorants », c’est ainsi que le prophète lui même de son temps si l’on en croit les récits, et même le Coran traitait ses pires ennemis ! il faut dire tout simplement que comme les «  »conservateurs » occidentaux, les musulmans ne s’offusquaient pas du tout des pires blagues ou humiliations, mensonges et autres canulars qu’on racontaient même sur eux ! ils laissaient faire, il avaient confiance en eux et pratiquaient leur foi sans vouloir provoquer quiconque, dans le strict respect de celle-ci, sa philosophie et sa spiritualité.

    Or, a partir de la seconde moitié des années 90, alors que l’occident avait fini par reconnaître la foi musulmane pour la première fois de son histoire, autorisé les mosquées, compris plus ou moins qu’une femme libérée qui arborait une croix au cou, n’avait rien de différent d’une musulmane qui soit de même, sans foulard et qui porte peut être un bijoux coranique en or ou en argent, et qui vit sa vie comme tout le monde sans en faire tout un plat ! car il faut bien le rappeler, 90% de nos ressortissants des pays arabes, se considèraient musulmans, sans que cela contrevienne a leurs choix professionnels ou de carrière et d’enseignement et de travail etc ! encore mieux, on ne se considérait même pas comme  »conservateurs » bien qu’on puisse célébrer nos fêtes religieuses comme les occidentaux peuvent célébrer les leurs ! et s’arrête la ! Mais alors, qu’est qui a fait que des gens intelligents et ouverts et éduqués ou instruits, virent a droite toutes, et aujourd’hui commencent a s’offusquer qu’on fasse des caricatures du prophète de l’Islam, ou qu’on insulte les musulmans…etc !?!!! Eh bien ,c’est parce que l’islamisme politique a pris le dessus sur le conservatisme, tout bêtement, et que le discours politique a intégré la religion depuis ces 30 dernières années, que des  »politiciens » islamistes ont emergé de nulle part, et qu’on est les premiers a savoir ne valent rien du tout autant sur le plan du militantisme social, que du bagage intellectuel, que du projet de société débile qu’ils peuvent nous suggérer, et nous n’avons pas bronché, sans raison aucune sauf par la justification de l’échec de la gauche arabe, et celui de la droite traditionnelle à réformer nos pays,nos régimes politiques et depuis qu’on a pris conscience, que ces islamistes chauds sont franchement les plus a même de désigner l’occident officiellement comme responsable du maintien de nos pays dans ce tiers mondisme économique et social, mais de vouloir le provoquer et le confronter ! Nous avons tous depuis, fermé les yeux sur les dérives de cet islam politique auquel nous ne croyons pas pourtant, nous ne pratiquons pas, et nous ne voulons pas qu’il ait le moindre pouvoir sur nos vies ! Bref, on peut dire qu’il s’agit d’une lâcheté collective dans le monde Arabe d’avoir voulu sauver ses fesses, et laisser les islamistes mener les combats ! sans vraiment en saisir les conséquences jusqu’à ce que ca nous pète dans la gueule, avec les histoires de terrorisme et d’insécurité de ces dernières années et décennies autant chez nous que chez les occidentaux ! Bien entendu, avec en arrière scène des services de renseignements et des barbouzes qui tirent les ficelles autant du côté occidental que celui de nos régimes pourris et corrompus qui il faut dire, ont entretenu leur accaparation du pouvoir grâce justement à cette démission du peuple, et des élites ou intellectuels, pour se cacher dérrière les fanfaronades de ces islamistes qui sont d’ailleurs de vendus de première et des grands laquais de nos régimes politiques !

    2 – les dégâts de l’Islamisme politique

    je serais très bref, et sans concession, l’islamisme politique dans la totalité du monde Arabe a imposé ses structures au sein de l’état et du peuple , il engagé des guerres de tranchées très tôt au sein des syndicats étudiants dans les facs et universités, (rien qu’au Maroc on parle de centaines de morts lors d’affrontements entre étudiants gauchistes ou communistes, et islamistes depuis les années 70 a tout dernièrement), il est passé plus tard aux syndicats des enseignants puis des travailleurs, et quand il n’a pas pu imposer ses branches syndicales, il a tout simplement islamisé de grands syndicats pourtant historiquement de gauche ! ainsi même les syndicats de l’administration publique de l’Égypte au Maroc, sont devenus bourrés de  »voilées, et de barbus », ceux du prolétariat d’usines tout autant, et enfin ceux des chambres d’artisans et des professions libérales et même des chauffeurs de taxi ! :))) franchement ! une belle caricature de nos sociétés a émergé dans le tas, on ne reconnaissait plus nos concitoyens dans les trois dernières décennies, pourtant alors qu’ils ont rien changé a leurs défauts ! la consommation d’alcool et de drogues a explosé dans nos pays, les galipettes et les tromperies conjugales se faisaient maintenant en voile et barbe, et les scandales en tous genre tout autant, incluant les détournements de fonds, les grosses affaires d’escroquerie, et autres joyeusetés du tiers monde capitaliste ! :)))

    Aujourd’hui, c’est très simple, la majorité des femmes ou jeunes filles, des jeunes hommes et même des hommes dans la 50aine veulent fuir nos pays, a cause de cette grande mascarade et hypocrisie sociale, culturelle et religieuse ! Quel échec est donc plus grave que de voir les jeunes femmes et jeunes hommes de son pays ne plus se sentir en sécurité, ne plus vouloir de sa propre société et croire qu’immigrer dans les contrées pourtant non hospitalières de l’occident va régler quoique ce soit ! Aujourd’hui les gens vendent leurs terres, leurs maisons et leurs biens pour aller s’établir ailleurs ! et vous éclatent de rire en plain nez, lorsque vous leur dites que vous voulez rentrer au bled a l’inverse, ils se moquent de vous, et ils te disent ce ne sont pas les deux sous que tu as amassé toute ta vie qui te feront vivre dans la dignité car vois-tu nous avons vendu nos biens qui valent 20 ou trente fois ce que tu possèdes et on paierait en plus pour ne plus voir l’avenir de nos enfants compromis a ce point ou les voir jetés en pâture dans nos  »pays de merde » !

    Les islamistes aujourd’hui qui ont pris le dessus et les rênes politiques dans le monde arabe, étant les pires capitalistes que vous pouvez imaginer, ont déjà confisqué la moitié de nos pays ! ils sont riches de plus en plus, ils contribuent a grande echelle a la spéculation foncière et immobilière, ils adorent les 4X4 de luxe, et donc puisque comme disent les nôtres, ils ne boivent pas, ne fument pas, n’ont pas les vices du peuple, ont toujours du cash a mettre dan les projets et les plans en pagaille :)))) bref, ils sont particulièrement actifs dans le monde des entreprises, et ils montent en flèche après avoir confisqué une grande partie des postes en administration, dans l’enseignement, dans les syndicats et les professions libérales ! et ce sont eux qui aujourd’hui, parce que le président Turc Erdogan a fustigé Macron, ont pris le relais comme des perroquets pour répéter la même chose, boycott de la France par ci, touche pas a mon prophète par la, en étant d’ailleurs très confortables dans cette posture, se délectant des  »infidèles » ou des laiques, ou de ceui qui ne soient pas comme eux, car ils estiment qu’ils sont en epopée revancharde pour l’honneur du prophète et de ches pas quoi d’autre ! le tout baignnaant dans une hypocrisie incroyable et sur fonds de Salamalecs affairistes et intéressés car plus lèche cul que eux tu ne trouvera pas !

    3 – La France a le droit de freiner cet Islam politique

    la France, ni Macron ni quiconque d’ailleurs ne peuvent pas surveiller chaque individu qui se dit musulman pour sonder s’il est  »modéré » ou radical, ou  »récemment endoctriné », ou  »simplement émotif », et ca n’en finit pas ! ni que la France doive comprendre et se mettre dans nos godasses pour décrypter ce qui se passe chez nous et chez elle ! c’est pas possible je regrette et je le dis depuis toujours ! la France a fait face a une véritable boucherie terroriste durant les dix dernières années, une boucherie concrète, réelle, sauvage et sanguinaire qui a eu pour nom des allumés dans leurs vingtaines ou même pas, qui ont semé la mort de gens innocents ! Aujourd’hui elle ne ngocie plus avec les terroristes, elle les bute et c’est mieux ainsi ! nos problèmes a nous de les résoudre, la France ne peut pas les résoudre pour nous ! et on peut tout invoquer, le racisme il est vrai, la discrimination, l’exploitation de nos richesses en Afrique du nord ou ailleurs, mais on parle d’intgrit physique ici ! Basta !

    Autrement dit, si les pays d’immigration Européens comme l’Italie, l’Espagne, la Hollande, la Belgique, la Suisse, l’Autriche ou l’Allemagne ou le Royaume uni, et aujourd’hui même la Grèce et la Pologne, l’Ukraine ou la Russie, devaient passer par les attentats qu’a connu la France a elle seule, ces pays auraient tout simplement fait pire que les quelques mots et intentions de Macron qu’on veut lui faire ravaler comme s’il avait mis le feu aux mosquées ! n’exagérons pas car il me semble que la France commence a faire office maintenant de  »petit muret » que tout le monde peut sauter comme on dit chez nous ! les Allemands ou les scandinaves par exemple, ils ne plaisantent pas avec le terrorisme, ils prennent les gens les mettent dans des avions a destination de leurs pays d’origine et se foutent complètement s’ils vont y faire face a la torture ou les atteintes de droits de l’homme ! l’Espagne que les islamistes ont qualifié de racistes anti musulman est aujourd’hui prise au cou avec des dizaines de milliers de réfugiés et même a cela, afin de ménager ses intérêts économiques avec le Maghreb ou l’Afrique, ne prône pas de mesures radicales envers les islamistes, elle les surveille et les arrête s’il le faut et les juge comme en France !

    Je ne crois pas que l’on doive aussi mettre notre contentieux colonial avec la France sur une balance qui lui impose l’islamisme comme monnaie d’échange ou chntage comme font nos politiciens a deux sous lors de cet épisode de ces derniers jours ! c’est absurde et suicidaire ! c’est du n’importe quoi ! et c’est vouloir ou chercher a radicaliser les Français envers tout ce qui peut referer aux arabes ou aux musulmans !

    Conclusion,

    Nous avons perdu notre indépendance intellectuelle et notre intégrité spirituelle jusqu’a un certain degrès qui soit devenu grave a mes yeux ! et de notre propre faute bien que j’admette qu’on nous y ait forcé jusqu’a un certain point ! continuer ainsi est absurde ! Nos pays aspirent aussi a de la pluralité religieuse et donc cessons de nous dire pays religieux ou pays musulmans ! tout ce c’est des conneries monumentales ! on est au 21ème siècle ! et il existe des pans entiers de nos sociétés qui ne s’identifient plus du tout aux barbus ni aux voilées ! ils les respectent mais c’est plutôt ces derniers qui ne veulent pas les respecter !

    et enfin ! Caricature du Prophète Mohamed qu’ils disent ! je suis franchement outré que cela puisse blesser ou soit disant se sentir si offensé ! c’est devenu de la drogue pure et dure ! je crois très sincèrement et en puisant dans le coeur du Coran et des hadiths du prophète qu’ils l’auraient rigoler lui même ! je suis abasourdi par cette mascarade mondiale qui ne fait en réalité que diminuer cette Islam aux yeux des autres peuples ! on a nous mêmes quasiment défiguré cet Islam, on la discrédité et on cherche a lui asséner maintenant le coup de grâce avec ses histoires de caricatures ! je crois qu’il faudrait qu’on emprisonne (en étant musulman soi même) tout musulman qui se dise offusqué par des caricatures sur le prophète et rien que pour manifester dans la rue pour cela ! ceci ne tient de l’islam rien du tout ! et cet islam est totalement innocent de ces hordes d’ignares et de violents esprits bêtes et caricaturaux qui se disent islamistes !

    Cordialement et respectueusement mon frère !

    Répondre
  • 2 novembre 2020 à 21 h 25 min
    Permalink

    Et je ne rajouterais qu’une seule chose qui résume mon propos en deux mots !

    Le plus grave aujourd’hui, est que les islamistes parlent en notre nom dans nos pays !!!! ils parlent au nom du peuples et des peuples qui ne les ont même pas désigné pour les représenter ! ce sont donc eux qui ont monopolisé les médias officiels et ceux d’opposition aussi, même les plus rebelles ! ils prétendent que le peuple est islamiste lui aussi ! quoi de plus abjecte et faux et mensonger que de prétendre cette chose !!!? ils sont la cause de tout ce qui se passe maintenant ! et ils ont le sang de ces innocentes victimes du terrorisme sur les mains, autant dans nos pays qu’à l’extérieur de nos pays et en occident ! Oui, les islamistes parent au nom de peuples aussi séculaires et intelligents que de pays en entier car ils ont confisqué autant la parole, que les médias, que les tribunes et renvoient de nos pays cette image unique ! les occidentaux sont aujourd’hui convaincu que nous sommes tous islamistes, ils se cassent pas le cul, ils vont pas couper le cheveux en quatre et ils ont raison ! ce propos je crois résume de A a Z tout ce que je viens de dire dans mon premier commentaire et il renseigne aussi sur la merdouille dans laquelle les islamistes nous ont foutu !

    Répondre
  • 3 novembre 2020 à 0 h 15 min
    Permalink

    Le véritable danger n’est pas dans l’islam, même si comme dans toutes les religions il a sa poignée de fanatiques, que tous les services de police et de gendarmerie, normalement commandés, doivent mettre hors d’état de nuire. Mais y a t-il une réelle volonté de le faire ?
    On est en droit de se poser la question, au vue de tous les évènements tragiques de ces dernières années, et malgré tous les moyens « high tech » de surveillance du territoire mis à leur disposition. À moins qu’il ne s’agisse là d’une surveillance destinée à autre chose…
    Cela dit, le « ver » est depuis longtemps dans le fruit, en France, et depuis bien avant l’instauration des foyers SONACOTRA et du droit au regroupement familial.
    Mais ça, en réalité, la plupart de tous les « missionnés », tels que les Zemmour, les Philippe de Villiers, les Meyer Habib, etc. le savent, car au fond, leurs invectives, leurs lâches diatribes, qui surviennent systématiquement « à point nommé », sont celles de cette meute idiote, aveugle et le plus souvent veule, cette meute tenue en laisse par une Main de moins en moins invisible, qui nuit à la France Eternelle, et devant laquelle tous nos politiciens orgueilleux, ambitieux, mais principalement dégénérés et qui ont une « ardoise », se prosternent pitoyablement aujourd’hui.
    Savent-ils que les mots « hébreu », « arabe » et « Ibère » ont la même racine ?
    Savent-ils que « Arabe » ne serait pas un nom de peuple, mais un nom générique désignant celui qui travaille la terre (Arare veut dire labourer). Les Bretons étaient quelquefois appelés « arbi » (hébreu, heber, arabe), ceux qui travaillent.
    Le monde ira mieux quand le mensonge ne sera plus la matière principale que l’école, religieuse hier, « laïque » aujourd’hui, impose à nos enfants.
    Rappelons à tous ces idiots qui regardent systématiquement (sciemment ou pas) le doigt au lieu de la lune, et souhaiteraient, au plus profond de leur haine, qu’il en soit ainsi pour tout le monde, qu’un mensonge répété ne devient pas la vérité.
    Aussi, de quel Islam parlent tous ces déséquilibrés qui crient toujours très fort ?
    Est-ce celui qui sévit à la City depuis Oliver Cromwell ?
    Est-ce celui qui a créé la « FED » en 1913 ?
    Est-ce celui qui a financé tous les conflits, et surtout tous les belligérants de la seconde guerre mondiale, pour en sortir vainqueur et mettre en place son « abomination de la désolation » ?
    Est-ce celui qui endette tous les pays du monde depuis qu’il contrôle leur monnaie ?
    Est-ce celui qui impose des lois mémorielles particulières en France qui interdisent la révision de l’histoire et permettent au mensonge de perdurer ?
    Est-ce celui qui, déguisé en philosophe, envoit des soldat français se faire tuer en Lybie et syrie pour on ne sait quel intêret… pour « Allah » sans doute ?
    Est-ce celui qui impose, en France et en grande pompe, un dîner chaque année, et que les élites les plus vils du pays, dans un très grand concours de reptation, ne doivent surtout pas manquer ?
    Est-ce celui qui œuvre dans l’ombre de Macron et de tous les socialistes depuis Mitterrand ?
    Ou, enfin, est-ce celui dont on ne doit jamais prononcer le nom ?
    N’ayons pas peur de le dire : c’est VOLDEMORT !
    Lien1 : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/delisraelismeaujudaisme.html
    Lien2 : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/islamismeismaeliensarabesettouareg.html

    Répondre
  • 3 novembre 2020 à 19 h 06 min
    Permalink

    Khider Mesloub montre bien quel est le véritable ennemi qui nous attaque et qu’il nous faut abattre: le capitalisme, ce « système décadent » qui s’acharne à tenter de perpétuer l’aliénation religieuse parce que c’est là un des piliers qui retardent son inéluctable effondrement, en divisant les peuples et étouffant les révoltes sociales.
    Mais comment, en centrant son propos sur l’islam, Mesloub peut il en arriver à affirmer
     » l’islamisme est l’héritier du stalinisme, non du fascisme » ???
    Entre autres pensées sur « l’aliénation religieuse », je me permets de citer Lénine, rappelant les mots de Marx « La religion est l’opium du peuple »
    « La religion est un des aspects de l’oppression spirituelle qui accable toujours et partout les masses populaires, écrasées par un travail perpétuel au profit d’autrui, par la misère et l’isolement. La foi en une vie meilleure dans l’au-delà naît tout aussi inévitablement de l’impuissance des classes exploitées dans leur lutte contre les exploiteurs que la croyance aux dieux, aux diables, aux miracles naît de l’impuissance du sauvage dans sa lutte contre la nature. A ceux qui peinent toute leur vie dans la misère, la religion enseigne la patience et la résignation ici-bas, en les berçant de l’espoir d’une récompense céleste. Quant à ceux qui vivent du travail d’autrui, la religion leur enseigne la bienfaisance ici- bas, leur offrant ainsi une facile justification de leur existence d’exploiteurs et leur vendant à bon compte des billets donnant accès à la félicité divine. La religion est l’opium du peuple. La religion est une espèce d’alcool spirituel dans lequel les esclaves du capital noient leur image humaine et leur revendication d’une existence tant soit peu digne de l’homme.

    Répondre
    • 4 novembre 2020 à 11 h 59 min
      Permalink

      @ Andre Compte

      Marx et Lénine ont parfaitement bien décrit l’objet – la mission – le rôle de la religion = de toute les religions dans les sociétés humaines.

      Pourtant Khider a raison.

      La lutte du prolétariat contre la mystique religieuse sera la plus longue – la plus complexe qui soit car C’est une lutte au niveau idéologique – au niveau de la superstructure – des rapports sociaux de production qui doit et devra s’appuyer sur le développement des forces productives et l’évolution des moyens sociaux de production.

      JAMAIS le prolétariat et ses partisans ne doit attaquer les autres prolétaires et les autres gens à propos de leur religion ce qui développerait la contradiction sur une base antagoniste et provoquerait la division dans nos rangs ce que souhaitent le capital.

      Il est inutile de tenter de convaincre un paysan agricole ou un chasseur – cueilleur de l’inexistence du ciel et de l’enfer, de Dieu et de sa puissance via les forces de la nature.

      Toutes ces choses que le paysan croit observé, même le fait que le soleil tourne autour de la Terre deviendront abscons pour le technicien spatial oeuvrant à construire un satellite (un Spoutnik (:-)) Tout comme le prèchi-prècha des imames, prêtres, bonzes, mollahs, thuriféraires, rabbins, etc. à propos de la bonté, la charité, le pacifisme des religions et des clergés ne sont que mensonges dans la pratique et que les fidèles sont endoctrinés – formattés – névrosés par le charabia liturgique.

      Il suffit de laisser l’évolution des moyens de production et de laisser le développement des rapports sociaux de production faire son oeuvre en préservant l’unité des prolétaires comme la prunelle de nos yeux.

      Mon amie est chrétienne et puis après … je profite de chaque occasion pour lui indiquer quelques contradictions entre le prêche et la réalité de son vécu journalier sans la brusquée…

      Pour poursuivre : JE ne suis pas Charlie : https://les7duquebec.net/archives/259499

      Charlie remis en selle – les 7 du quebec
      Par Israël Adam Shamir. Le président français a marché sur un râteau pour la deuxième fois, et il a dûment pris le manche dans la tronche. Les produits français ont disparu des rayons des magasins arabes et turcs ; il y a des têtes coupées en pleine pandémie ; beaucoup d’animosité, de colère, un parfum de guerre civile.
      les7duquebec.net

      Répondre
  • Ping : Musulmans, victimes expiatoires de l’ensauvagement de l’économie capitaliste française | Raimanet

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *