La mascarade électorale américaine version 2020 (Partie 6)

La guerre au sein de l’Establishment américain

This article is available in 5 languages on this webmagazine:
5.11.2010-Mascarade6-English-Italiano-Spanish

Dans cette saga électorale américaine, dont nous suivons la trace depuis des semaines https://les7duquebec.net/archives/259308  l’oligarchie – la ploutocratie – a joué à fond la carte électorale, car la guerre est en marche entre les deux factions du Grand capital mondialisé dans sa loge étatsunienne.

 

La faction des anciens secteurs industriels dégradés (moyens de transport automobile, énergie fossile, mines, foresterie, construction, tourisme, services de proximité, agriculture subventionnée, etc.) qui avait appointé Donald Trump et le Parti Républicain au pouvoir en 2016 vient d’être rétrogradée dans l’opposition par la faction du capital financier (banques, assurances et boursicoteurs), des industries des télécommunications (GAFAM), des nouvelles technologies (aérospatiale, intelligence artificielle, nanotechnologie), des industries chimiques et pharmaceutiques (Big Pharma).

 

Cette guerre de factions au sein même de la classe dominante, dont la populace votante n’est que l’exécutante, est la résultante des profondes transformations que subit le procès de production international. En d’autres termes, depuis des années le grand capital américain opère la transformation des rapports sociaux de production sur son territoire et il ne sait comment se débarrasser des dizaines de millions d’anciens travailleurs salariés déclassés – en surplus – inutiles – endettés – insolvables, et, parallèlement, comment assurer l’exploitation profitable – rentable – des dizaines de millions de travailleurs salariés restants.

D’autant plus que les capitalistes étatsuniens doivent opérer ces transformations gigantesques dans un contexte international défavorable, troublé, contesté, les puissances impériales concurrentes (Chine, Russie, Union européenne, Japon) cherchant chacune à tirer leur épingle de ce jeu cacophonique qui perturbe la planète tout entière sous confinement dément, dont le concurrent chinois s’extirpe tranquillement prenant avantage sur tous les autres.

 

Cette cacophonie internationale, cette foire d’empoigne est la conséquence du déclin de la puissance impériale américaine qui ne parvient plus à jouer son rôle d’arbitre international, empêtrée qu’elle est dans ses contradictions nationales. L’équipe Trump-Républicain croyait que la meilleure façon de redonner sa puissance mondiale à l’Amérique bancale consistait à renforcer au pays les anciens secteurs industriels périclitants, de protéger ces vieux secteurs industriels déclinant par des barrières tarifaires et commerciales, et de cesser de dilapider le capital US à jouer les arbitres sur toutes les scènes militaires internationales «America First».

 

L’équipe Démocrate et Joe Biden représentante des industries de plateforme ascendante (GAFAM), de Big Pharma en croissance, de l’aéronautique performante, et de l’armement payant, pense qu’il est préférable de laisser s’écrouler les anciens secteurs industriels dégradés (la loi et l’ordre répressifs s’imposeront aux BLM et aux Antifa agités), et de soutenir fortement les secteurs industriels où l’Amérique peut espérer imposer son hégémonie internationale. Pour ce faire, les États-Unis doivent ouvrir davantage leurs frontières aux concurrents et réciproquement pénétrer les marchés des concurrents, la Chine et l’Union européenne. Il se pourrait que demain l’Europe et la Chine, si heureuses de voir Joe Biden à la présidence, déchantent. Celui que les GAFAM ont porté à la gouvernance de l’État fétiche sera celui par lequel la concurrence américaine pénétrera davantage les marchés du monde entier.

 

Le contexte économique et politique internationale

 

C’est dans cette optique à haut risque qu’il faut comprendre l’élection de Donald Trump et des Républicains en 2016 et celle de Joe Biden et des Démocrates en 2020. Malgré les apparences superficielles, chacun de ces polichinelles est parti du soi-disant « État profond » et intégré à une faction ou à l’autre de l’Establishment. Trump a pu compter sur les « Déplorables » parce qu’il avait mission de ses patrons de tenter de résister à la liquidation des anciens secteurs industriels en perdition où travaillaient les Déplorables, ce qui s’avère impossible comme son mandat de quatre ans l’a démontré.

 

Biden peut aujourd’hui compter sur la petite bourgeoisie des banlieues et des salariés des services urbains qui n’ont pas encore compris que le réalignement de l’Amérique dans l’axe de la concurrence mondiale, de la conquête et du partage des marchés internationaux, ainsi que de la dévalorisation du travail salarié qui en découle, sont les conditions du « Grand Reset » (sic) la nouvelle dénomination de la Grande Dépression qui donnera le coup d’envoi du soi-disant «Nouvel Ordre Mondial» qui n’aura rien de nouveau si ce n’est de mieux ressembler aux États totalitaires et pseudos libéraux de la Seconde Guerre mondiale.

 

Nous pensons qu’il nous faudra passer par là si nous souhaitons que survienne enfin la toute première Révolution prolétarienne.

 

Pour la suite :

 

En français sur le site web de l’Harmattan  (13 euros en PDF)

 

HARMATTAN : http://www.editions-harmattan.fr/index.asp?navig=catalogue&obj=livre&no=59199

AMAZON : https://www.amazon.ca/démocratie-aux-Etats-Unis-Robert-Bibeau/dp/2343144672/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1521149336&sr=81&keywords=robert+Bibeau&dpID=41f0Kjchz1L&preST=_SY264_BO1,204,203,200_QL40_&dpSrc=srch

 

 

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

17 pensées sur “La mascarade électorale américaine version 2020 (Partie 6)

  • 5 novembre 2020 à 11 h 12 min
    Permalink

    c’est vrai que ca aide de considerer cet epiphenomene qu’est l’election dans un ensemble mondial plus vaste de guerre economique. Vous dites que le reset ne serait « que » l’equivalent d’une grande depression. Depuis la nuit des temps les peuplades sont soumises ou victimes de la gestion par les elites gouvernantes qui leur imposent par la force ou la ruse les decisions qu’elles prennent.
    Et je pense que jusqu’a un certain point ces peuplades, dont nous faisons partie, etaient a peu pres soumises aux decisions. Alors pourquoi cette fois ne pas avoir agis de la meme facon, pourquoi nous museler (au sens propre et figure), nous brimer, nous emprisonner, nous rendre malades, aliener nos enfants…la pilule serait passee s’ils nous l’avaient demande gentiment?

    Répondre
    • 5 novembre 2020 à 13 h 19 min
      Permalink

      @ Fatima

      Complexe de te répondre mais j’essai quand même

      1) Le GRAND RESET est une expression inventée par les conspirationnistes et complotistes qui imaginent que l’économie politique mondiale est dirigée en sous main par une loge maçonnique ou autre comité des méchants tout puissant. FAUX. L’économie a ses lois de fonctionnement mécaniques sur lesquelles PERSONNE n’a de pouvoir – chacun les appliquent ces lois ou fait faillite. Le pire c’est qu’en les appliquant ces lois ils feront la plupart faillites sauf quelques chanceux qui repartiront le bal comme avant.

      2) Je ne dis pas que le GRAND RESET n’est QUE une nouvelle Grande Dépression bien pire que 1929 mais plutôt le Grand Reset n’est qu’une expression qui vise à présenter favorablement – à mystifier – sur la nature exact de cette prochaine Grande Dépression qui si on en profite pas pour détruire le capitalisme va tous nous ramener au CAPITALISME pour une autre ronde de capital supplémentaire

      3) NON madame cette fois ce ne sera pas pareil TOUT comme la RÉVOLUTION FRANÇAISE ou la Révolution russe ne furent pas pareil aux autres. Cette fois le prolétariat est expérimenté et au bout du rouleau et les riches savent que le prolétariat n’est pas disposé à s’écraser = C’EST LA RAISON DES MASCARADES ÉLECTORALES ET DU CONFINEMENT ET DE LA PANDÉMIE BIDON = qui sont autant d’exercice de conditionnement des foules pour connaitre leur degré de résistance et de désobéissance.

      4) C’est la raison pour laquelle ici au 7duquébec.net on invite les prolétaires à résister au confinement dément et à son conditionnement meurtrier de façon à indiquer aux riches que leur guerre fratricide on la fera pas.

      Robert Bibeau

      Répondre
      • 5 novembre 2020 à 20 h 00 min
        Permalink

        Je reprend vos mots
        ( C’EST LA RAISON DES MASCARADES ÉLECTORALES ET DU CONFINEMENT ET DE LA PANDÉMIE BIDON = qui sont autant d’exercice de conditionnement des foules pour connaitre leur degré de résistance et de désobéissance) ( 7duquébec.net on invite les prolétaires à résister au confinement )
        À quoi servira aux décideurs criminels que sont nos gouvernements de connaître le degré de résistance et de désobéissance de la population, quelles mesures seront prises contre la population:
        -crise financière et appauvrissement,
        -imposition de vaccins contre notre volonté et dans quel but,
        -dépopulation programmée,
        -famine,
        -contrôle de l’individu,
        -dépossession des avoirs des individus, excuse pour renflouer les coffres de l’état surendetté
        -affaiblir le moral des gens en leur enlevant tous les services permettant la socialisation et par la bande les rendre vulnérables à la maladie
        est-ce que une ou toutes ces raisons sont bonnes?
        Et comment résister lorsque ces psychopathes contournent toute forme de résistance en utilisant sa gestapo armée de la matraque à contraventions,
        comment résister quand les familles sont divisées et que nos enfants si scolarisés soient-ils ne nous croient pas lorsqu’on leur dit que l’on vit une situation d’état totalitaire et que nos libertés futures sont en périls.
        Je crois que ceux qui sont éveillés font ce qu’ils peuvent mais c’est comme se retenir avec le bout des doigts sur le bord d’une falaise et espérer tenir assez longtemps pour qu’une main vienne nous secourir avant de lâcher prise.

        Je suis entièrement du même avis que Fatima, les vrais complotistes ne sont pas ceux que l’on pense, ce sont ceux qui sont en face et nous en sommes les proies.

        Répondre
        • 6 novembre 2020 à 9 h 32 min
          Permalink

          @ Robert

          Ne soit pas trop pessimiste et prend en compte que le système sans le vouloir travaille pour nous.

          Un exemple : tu constate avec raison que les plus agés (25 – 65 ans disons) sont bien plus avisés et conscient vis-à-vis la pandémie bidon que les jeunes ou les plus vieux
          MAIS POURQUOI en est-il ainsi ?

          Parce que notre génération a vécu des expériences de résistance – de guerre – de lutte de classe quand nous étions jeune et la réalité a forgé notre conscience alors que les médias bourgeois étaient moins efficaces qu’ils ne le sont aujourd’hui

          Nous sommes effectivement sur le bord de l’abime comme nos grands pères l’étaient en 1914 et nos pères en 1939 … ils en sont sortis meurtris mais renforcés et nous aussi et il en sera de même des jeunes quand ils auront bu le calice jusqu’a la lie.

          Soyons patient et considérons que les riches ne parviennent pas à imposer une hystérie guerrière et fratricide … empèchons les de le faire.

          Robert Bibeau

          Répondre
      • 9 novembre 2020 à 8 h 36 min
        Permalink

        Bonne chance. Cette classe prolétarienne de marde a collaborée avec ce système. 70% sont allés aux urnes. Pathétique!

        Répondre
  • 5 novembre 2020 à 13 h 44 min
    Permalink

    je n’essaierai pas de vous « ostiner » mais j’ai un commentaire concernant le point 1 (alimente par mes connaissances +/- consistantes, mon vecu et mes emotions :)):
    j’en fais partie de ces « conspirationnistes et complotistes » [oops]; mais dans nouvel ordre mondial, il y a mondial, ce qui presuppose que des personnes/etats/entites/institutions (je ne sais pas) s’organisent au niveau mondial pour instaurer ce nouvel ordre! n’est-ce pas ce qu’on appelle un complot? de plus vous serez d’accord que l’Economie n’est pas le seul objectif de ce nouvel ordre.
    merci!

    Répondre
    • 6 novembre 2020 à 9 h 17 min
      Permalink

      @ Fatima

      Effectivement bien entendu que les sociétés capitalistes (toutes sans exceptions) se dirigent inéluctablement vers la mondialisation. Ce qui entraine que les différents pays – tous – font alliances politiques, commerciales, culturelles, diplomatiques, juridiques, militaires, bancaires, financiers, technologique, spatial, etc. les uns avec les autres en grande unité UNION EUROPÉENNE ou ALENA ou OCDE, ou ONU etc ou en petite entité MERCOSUR, etc. la base spatiale internationale,

      Tout cela n’est pas du complot ou du complotisme mais s’inscrit dans l’évolution nécessaire du mode de production capitaliste.

      Ce n’est pas la MONDIALISATION – qui pose problème – mais au service de qui ces organismes de la mondialisation agissent-ils ??

      Exemple une Organisation Mondiale de la Santé c’est bien abstraitement comme cela… sauf quand cette patente sert aux ploutocrates de ce monde de confiner les pauvres et à contribuer à leur élimination… entre autre méfaits criminels sous un masque humanitaire

      Mais pour remettre l’OMS sur le droit chemin humanitaire réel nous devons détruire le capitalisme et empêcher les capitalistes d’imposer la logique capitaliste du profit à TOUS ces organismes et institutions de la MONDIALISATION

      On en revient toujours au même point : il ne faut pas se contenter d’éradiquer les symptômes mais il faut tuer la source profonde du mal = le mode de production capitaliste.

      Merci pour ton post

      Robert Bibeau

      Répondre
  • 5 novembre 2020 à 14 h 43 min
    Permalink

    Ces elections risquent de mal se terminer ! le risque d’une tuerie de masse par des gens armés jusqu’aux dents est plausible ! Je crois que les démocrates ne voulaient pas gagner mais on les a fait gagner exprès ! personne ne veut hériter d’une Amérique ruinée et je crois que Trump est le premier qui veut foutre le camps même s’il fait son cinéma pour rester ! :)))) sauf que les électeurs de Trump sont surchargés et crient au complot partout ! ça risque de mal finir !

    Je suggère qu’on leur amène les CRS du Maroc ! impitoyables, et extrêmement efficaces avec le bâton ! :))))) lol

    Bref, c’est la pire élection que les Américains ont connu !

    Répondre
  • 5 novembre 2020 à 15 h 22 min
    Permalink

    Dans cet article, Robert a bien posé les termes de la guerre interclassiste que se livre la bourgeoisie US dans ces élections. (guerre d’ores et déjà gagnée par le camp Biden représentant effectivement les intérêts des monopoles US de haute technologie tournés vers l’international).

    Répondre
  • 6 novembre 2020 à 9 h 09 min
    Permalink

    en effet les complotistes ne sont pas ceux qu’on pense; je dirais qu’ils sont plutot anti complotistes; il est évident qu’il y a un PLan des meneurs ou maitres du monde; il y a deux facons de voir le GRAND RESET celui des maitres du monde et celui des organisations qui défendent le peuple. serait un peu long à expliquer. bonne journée jc thériault

    Répondre
  • 9 novembre 2020 à 8 h 32 min
    Permalink

    Voilà ta classe prolétarienne de marde  » la plus évoluée de la planète. » Je savais déjà que ces salopards allaient voter en masse. 70%… Depuis 1900, on a pas vu ça. Je profite pour mettre mon doigt dans la plaie qui fait mal: tu crois à cette marde. Moi, au contraire, je cherche toujours être objectif!

    Répondre
    • 9 novembre 2020 à 9 h 42 min
      Permalink

      @ Pablo

      Je sais que par rapport à l’élection de 2016 – la classe ouvrière américaine a régressé passant de 33% de votants à 66% de votants…je crois (mais je n’en suis pas certain).

      Cependant je les comprends : la tempête médiatique fut cette fois d’une rare intensité d’un côté comme de l’autre Ainsi Trump a effectivement pris des mesures pour aider les vieilles industries à fort coefficient de main d’oeuvre et à faible productivité et profitabilité. Les travailleurs de ces secteurs ont cru pouvoir sauvé leurs jobs en votant TRUMP

      De l’autre côté les travailleurs des nouvelles industries à haute technologie – celles que le grand capital US a décidé de préserver et de défendre face aux concurrents – ont cru qu’il défendrait leurs jobs en votant Démocrate quitte à laisser tomber les travailleurs des vieilles industries déqualifiées et abandonnées.

      Voilà le type de réaction qu’engendre notre condition d’esclave salarié sans pouvoir économique – politique et idéologique. La réaction des naufragés sur un radeau à la dérive qui joue à la courte paille.

      NON, ma classe n’est pas une classe de marde… quand ont fait de la real politick il est futile et stérile de dénoncer l’esclave salarié des politiques et de l’économie de marde de ses maitres abhorrés.

      Il faut se demander QUE FAIRE FACE À CETTE DÉTRESSE ?

      Robert Bibeau

      Répondre
  • Ping : La mascarade électorale américaine, édition 2020 (Partie 7) – les 7 du quebec

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *