LA PETITE BOURGEOISIE EXPLOSE PENDANT LA TERREUR PANDÉMIQUE

Par Communia (Spanish)          Traduction-Commentaires:

 

En Espagne, avec un nombre record d’infections et plus de 239 morts par jour, de même en France et en Italie il est clair que les confinements et les couvre-feux ne suffiront pas à arrêter la courbe ascendante des cas, la surcharge des hôpitaux et les décès.

Et pourtant, les médias ont encouragé les manifestations et les plaintes des hôteliers et des hommes d’affaires nocturnes tout en évitant d’amplifier les voix appelant à des confinements plus rigoureux. La stratégie était évidente. Les seules voix discordantes publiées étaient censées renforcer la politique principale face à la pandémie: sauver les entreprises (leurs profits) et l’activité économique (l’accumulation du capital), quoi qu’il arrive.

(Communia commet ici une erreur en faisant l’amalgame entre le capital des services de proximité et leurs sbires – casseurs de diverses origines – et les travailleurs ainsi que les chômeurs et les pauvres qui s’opposent au confinement qui les prive de tout revenu – de  tout pouvoir d’achat et qui dégrade leurs conditions de vie et de travail en prévision de la reprise économique quand le grand capital réintégrera ces travailleurs disqualifiés. Le lecteur retrouvera cette erreur tout au long du texte. Nous y reviendrons. NDT).

 

Heurts, négationnistes et petite bourgeoisie lumpen

 Mais la petite bourgeoisie, surtout celle du commerce, et plus encore la partie qui se confond aux frontières du lumpen – comme celle qui contrôle les boîtes de nuit et les commerces illégaux qui y sont associés – est une créature dangereuse lorsqu’elle est poussée à bout.

En Italie, la transition de la manifestation aux émeutes a été presque immédiate. En France, le passage de manifestations symboliques à la résistance aux fermetures et l’opposition passive indique une évolution similaire. En Espagne, il y a eu deux nuits d’affrontements dans une demi-douzaine de villes.

Les affrontements à Barcelone ont également pris un tour nouveau et relativement inhabituel par rapport aux normes locales: des manifestants ont pénétré par effraction dans un magasin Décathlon et ont volé des vélos. On ne pouvait pas attendre autre chose d’une mobilisation qui mettait au premier plan les lumpens organisés par les propriétaires de boîtes de nuit. Les hommes de Bannon, qui cette fois-ci ont à peine rassemblé une centaine de personnes dans les principales villes allemandes, peuvent être fiers. Mais ils ne peuvent pas s’en attribuer tout le mérite. Cette fois-ci, même s’ils sont intervenus dans une mêlée de droite classique et de propriétaires de clubs, leurs arguments n’étaient que l’assaisonnement de l’événement.

Le slogan commun de la petite bourgeoisie européenne

«Sauvons la restauration». Affiche exposée ce soir à Logroño par les propriétaires de boîtes de nuit.  Les arguments dominants dans cette vague d’émeutes sont partagés dans toute l’Europe du Sud et pour toute la petite bourgeoisie d’affaires: les morts par Covid seraient équivalentes aux morts économiques de leurs entreprises. Il faudrait équilibrer la lutte entre certains décès et d’autres.

 (Communia se range ici du côté de la faction du Grand capital «humaniste» qui profite de la pandémie pour écraser ses concurrents par l’entremise de ses larbins de gouvernance; et pour mettre au pas les factions de la bourgeoisie qui refusent d’assumer le coût de la crise économique qui s’approfondit. Le Grand capital «qui veut sauver des vies» profite de la pandémie pour saquer des millions de travailleurs plongés dans la misère désespérante que ce Grand capital veut briser avant de les réintégrer sous conditions dans la chaîne de production internationale reformater après le «Grand Reset». NDT).

 La barbarie morale est évidente, quoique la formulation soit identique, même si elle est un peu plus crue dans l’argumentation, aux positions publiques des grandes entreprises de biens de consommation et de distribution. Il y a moins d’une semaine, Juan Roig, propriétaire de l’une des principales chaînes de supermarchés espagnols, a déclaré que «nous avons fortement dévié vers la santé et très peu vers l’économie.» En d’autres termes, sauver des vies est un écart de l’objectif principal, les profits, et devrait être compensé.

(Communia devrait nous expliqué pourquoi il se fait le propagandiste de la faction du Grand capital international et de ses larbins politiciens qui, sous le slogan de l’austérité, ont détruit les services de santé dans la totalité des pays capitalistes comme s’en indignent les professionnels de la santé qui réclament des investissements depuis des années: https://les7duquebec.net/archives/259554 . Il paraît évident que les gouvernements de fantoches qui imposent le confinement aux masses populaires servent l’agenda d’une faction du Grand capital international sous couvert de «sauver des vies» qui les indiffèrent. LA QUESTION demeure : que doit faire le prolétariat coincé entre ces deux factions en guerre commerciale,  bactériologique et sanitaire puis militaire ? NDT)

Cela étant dit, l’on peut s’attendre à une attitude négative vis-à-vis des grèves et des protestations des travailleurs, même contre les prestataires de soins de santé qui réclament davantage de ressources. Et ce, à l’échelle mondiale. Au Canada, nous assistons cette semaine à une véritable campagne médiatique d’attaques contre les grèves des travailleurs de la santé. Il y a un peu plus d’un mois, nous avons vu quelque chose de similaire en Corée du Sud et en France. https://les7duquebec.net/archives/259317

Pour résumer: nous avons une classe qui se rebelle contre les conséquences de la crise, mais elle le fait sous un slogan qui est une version grossière de la ligne la plus antihumaniste de tous ceux qui expriment les besoins du capital; dont la morale considère qu’il est plus important de maintenir ses comptes commerciaux en chiffres positifs que d’éviter le massacre de centaines de personnes par jour; et qui, comme il ne pourrait en être autrement, dégage une violente hostilité envers les mobilisations des travailleurs.

(Communia accrédite les mensonges que colportent la faction du capital, via ses sous-fifres politiques, qui d’une main coupent les services de santé et pressurent les travailleurs, et de l’autre main leur imposent de plus grands sacrifices et les jettent à la rue sous prétexte de «sauver des vies», alors qu’il paraît de plus en plus évident que le confinement n’a aucune incidence sur les taux de mortalité Covid-19 : https://les7duquebec.net/archives/259317 NDT).

 

Idéalisme et illusion d’une classe intermédiaire

Ce qui est intéressant, c’est qu’entre ces approches et celles de la gauche postmoderne identitaire, il y a une parfaite continuité. Nous sommes déjà habitués à écouter le féminisme, Podemos ou le mouvement BLM aux États-Unis, nous dire l’important est que chacun puisse se construire son propre récit. Des récits et des termes de langage qui – par différents moyens – configurent la réalité : l’utilisation du jargon appelé langage inclusif réduirait la discrimination des femmes, en resignifiant et disputant le mot patrie on transformerait la défense de l’économie nationale en un objectif propre des travailleurs et ainsi de suite…

Dans les mots de Errejón (un politicien de Podemos), la politique, qui pour lui est une forme de construction narrative, ne serait pas surdéterminée par ce qui se passe dans des domaines antérieurs et supérieurs à elle tels que l’économie ou les relations sociales. Pour le dire de manière plus compréhensible: le pouvoir est disputé par des identités et des idées qui peuvent être conditionnées par la réalité, mais qui, en fin de compte, prennent forme en marge de la matérialité.

En fait, la réalité serait transformée et construite à partir de discours et d’identifications. La politique consisterait en l’organisation et la représentation de majorités hétérogènes basées sur des récits, et ne refléterait pas la force des intérêts économico-matériels. Cet argument est la définition de l’idéalisme. Les idées, l’idéologie sont ce qui expliquerait le changement historique plutôt que l’inverse.

La version de gauche est certainement plus sophistiquée, mais elle n’est pas du tout différente de choses  comme  le négationnisme de la pandémiele catastrophisme eschatologique  annonçant  l’extinction de l’espèce humaine, ou les théories plus délirantes du trumpisme.

L’idée de vérités alternatives n’est pas nouvelle et apparaît sans cesse liée aux expressions culturelles et politiques de la petite bourgeoisie. Le Gramscisme, cette variante de l’idéalisme qui fascine tant Iglesias, Errejón ou Mélenchon, n’est que l’insinuation de l’existence de modes politiques et médiatiques capables d’établir une vérité alternative comme vérité sociale hégémonique. En fin de compte, si en principe tout récit peut devenir une vérité politique, étant donné que les tendances dialectiques de la réalité matérielle sont toujours contradictoires, il suffirait de valoriser les tendances existantes, mais secondaires qui s’alignent sur un désir ou un intérêt collectif pour que le principe du désir s’impose à la réalité. C’est ce qui résume le célèbre slogan de Gramsci contre le pessimisme de l’intelligence, l’optimisme de la volonté. Le subjectivisme volontariste de l’anarchisme serait simplement une autre façon de l’exprimer.

Son illustration politique la plus proche serait Ayuso disant qu’il n’existe pas d’études soutenant l’évidence ou les négationnistes et anarchistes affirmant que l’utilisation de masques n’est rien d’autre qu’un exercice autoritaire incapable de protéger quiconque de la contagion d’une maladie que beaucoup d’entre eux vont même jusqu’à nier.

Tout cela pour comprendre comment les pertes d’une entreprise peuvent être considérées comme équivalentes à la mort de centaines de personnes en un jour, ou comment un massacre peut devenir invisible.

(Communia devrait nous expliquer comment le confinement de centaines de millions de travailleurs réduira la mortalité chez ces millions de sacrifiés sans salaires, incapables de payer leurs factures et qui demain seront forcés de réintégrer leur emploi aux conditions des patrons. Pourtant, il semble que le confinement n’a aucune incidence sur la létalité du coronavirus :  https://les7duquebec.net/archives/259563 NDT).

Mais il y a quelque chose de plus. La réalité est en effet contradictoire, il n’y a pas de tendance qui n’ait son contrepoint. Mais cela ne signifie pas que toutes les tendances ont le même poids dans la dialectique de la réalité ou qu’elles pointent toutes vers le même endroit. En fait, ce qui compte, c’est le sens et le fondement de ces tendances. Dans toutes les luttes des travailleurs en tant que classe et pour leurs propres intérêts, nous percevons – à différents degrés et sous différentes formes – des besoins humains universels.

Aujourd’hui : arrêter la contagion, assurer l’approvisionnement des familles, prendre soin et protéger tout le monde de manière égale… est progressiste parce qu’il vise à surmonter un certain mode d’organisation de la production et de la société qui finit par opposer la vie humaine à la continuité d’une ruse de comptabilité du capital qui cache l’exploitation et qui, en cours de route, continue à détruire les forces productives et les capacités de la société de mille manières différentes: crise, guerre, suicides, solitude, violence, discrimination…

D’autre part, en essayant de figer l’histoire à un point où le petit entrepreneur, les académiques ou la classe moyenne corporative sont reconnus par les grands fonds, choyés par l’État qui leur est lié, où ils réaffirment leur statut vis-à-vis des travailleurs et ne sont pas accablés par les crises du système ou la pandémie, cela peut prendre des formes apparemment anticapitalistes mais est profondément réactionnaire. Que ce soit dans sa version d’ultra-droite, dans sa version négationniste, dans sa version écologiste, ou dans sa version libérale ou identitaire de gauche.

Tous ces mouvements petits-bourgeois affirment, sans pouvoir la contredire, la vérité matérielle capitaliste qui rend toutes leurs manifestations actuelles réactionnaires. La petite bourgeoisie explose parce qu’elle a de plus en plus de mal à exploiter le travail des autres de manière rentable et craint la prolétarisation. Ses slogans, l’appel à sauver les entreprises avant les gens exprime la dévaluation de ces vies humaines qu’elle ne peut pas rentabiliser dans ses comptes d’exploitation.

(De tout temps, les opportunistes et les réformistes, de gauche comme de droite, ont présenté comme «progressistes» et révolutionnaires  les luttes sectorielles pour «surmonter un certain mode d’organisation de la production et de la société», laissant entendre qu’il est possible de transformer – de réformer pas à pas – le mode de production capitaliste décadent jusqu’à le forcer à servir les «besoins humains universels». Cela est totalement impossible et c’est notre tâche de prolétaire révolutionnaire que de contribuer à hausser notre conscience de classe jusqu’à ce degré de compréhension – le capitalisme ne peut être réformé et il doit être éradiqué. Dans cette guerre de classe, dont la pandémie n’est qu’une péripétie, nous ne devons pas accréditer le mythe qu’une faction du capital défend la santé et la vie des prolétaires alors qu’une autre faction du capital défend ses profits. Ils sont tous pareils malgré la multiplicité de leurs tactiques et seul le prolétariat défend les intérêts du peuple en défendant ses conditions de vie, de santé et de travail contre les assauts sanitaires ou militaires du Grand capital. NDT).

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

11 pensées sur “LA PETITE BOURGEOISIE EXPLOSE PENDANT LA TERREUR PANDÉMIQUE

  • 7 novembre 2020 à 16 h 44 min
    Permalink

    La petite bourgeoisie au bord de la faillite tend effectivement à tomber dans les jacqueries soi disant anti-systèmes, mais en fait idéalisant le capitalisme pré-monopoliste et la concurrence « équitable »… Cette couche sociale, profondément protectionniste et nationaliste, est effectivement réactionnaire tant qu’elle est soumise à l’idéologie bourgeoise (ce qui est inévitable dans les conditions actuelles de l’inexistence d’un mouvement communiste puissant et organisé). Elle fournira donc à n’en pas douter, une fois déclassée (à l’instar du lumpenprolétariat), les futurs commandos pour les ratonnades contre les populations d’origine immigrée de plus en plus stigmatisées pour faire diversion…

    Répondre
  • 7 novembre 2020 à 22 h 42 min
    Permalink

    vOTRE ARTICLE COMMENCE PAR.

    En Espagne, avec un nombre record d’infections et plus de 239 morts par jour, de même en France et en Italie il est clair que les confinements et les couvre-feux ne suffiront pas à arrêter la courbe ascendante des cas, la surcharge des hôpitaux et les décès.

    Je note qu’il est complétement contradictoire avec la publication de
    TROIS CENT SCIENTIFIQUES DÉNONCENT LE RECONFINEMENT DÉMENT
    Cet article lui minimise la pandémie:
    « Autre façon de le dire : au cours de la période récente (entre le 1er septembre et le 20 octobre, jour où nous avons fait ce calcul), 7 621 098 personnes ont été testées. Sur cette même période, 38 100 individus ont été hospitalisés (0,5 %) et 6 593 ont été admis en réanimation (0,09 %) avec un test positif au Covid. En d’autres termes, depuis le 1er septembre, sur cet énorme échantillon de la population de 7,6 millions, la probabilité moyenne pour un individu lambda (sans distinction d’âge ou de comorbidité) de ne pas être hospitalisé est de 99,5 % et celle de ne pas être admis en réanimation est de 99,91%. »
    Justifier le reconfinement de 67 millions de Français sur cette base s’appelle du  délire.

    Répondre
    • 9 novembre 2020 à 4 h 55 min
      Permalink

      « … Justifier le reconfinement de 67 millions de Français sur cette base s’appelle du délire. »

      C’est exactement ça ! … et la chronique ne m’inspire pas grand chose de positif.

      On pourrait éventuellement qualifier ce reconfinement de « pur délire », sauf que les récentes explosions, notamment à l’Assemblée, de notre « Goebbels » actuel font craindre le pire.
      Lui et les autres prophètes de service vont s’arrêter où … ?

      Au risque de me répéter, cette crise « covid » qui n’a rien sinon pas grand chose de sanitaire, est un immense rideau de fumée qui masque tout autre chose.
      En revanche , ce qui me sidère – peu importe que ce soit en Espagne, en France, au Canada, en Belgique, ou ailleurs – c’est le silence assourdissant de la classe politique (opposition ou pas), des syndicats tous bords confondus (qui ne dit mot consent ?), mais aussi des populations directement concernées par les frappes économiques d’une violence inouïe.

      Répondre
      • 9 novembre 2020 à 10 h 27 min
        Permalink

        @ NADINE

        Tu te conscientise par et dans la pratique concrète et non pas à écouter le prèchi – prècha de la go-gauche ou de la droite en goguette.

        1. Tu observes une situation ubuesque
        2. Tu en tires des questions sur des situations concrètes paradoxales
        3. Tu observes que gauche – centre – droite pour l’essentiels ILS SONT TOUS PAREILS = IDENTIQUES
        4. Il te reste à conclure

        Comprends tu pourquoi nous disons obstinément que blanc bonnet ou bonnet blanc de gauche comme de droite ils sont tous pareils au service du système économico politique dominant et donc que de VOTER est une manière de baisser notre garde de prolétaire.

        Observe aux USA – les ouvriers ont baissé leur garde et ils ont voté en nombre pour l’un et pour l’autre et BIDEN VIENT de leur dire que sa priorité sera la mystique pandémie plutôt que les jobs et le coute de la vie comme les électeurs le réclamaient.

        Ces expériences concrètes vont les amenés à rompre avec l’aliénation de classe peu à peu

        Roberft bibeau

        Répondre
  • Ping : LA PETITE BOURGEOISIE EXPLOSE PENDANT LA TERREUR PANDÉMIQUE | Raimanet

  • 9 novembre 2020 à 12 h 29 min
    Permalink

    Salut à toutes et tous,

    Ce texte ne mérite pas d’être lu en entier. Je n’ai lu que le début.

    Outre que cet « article » est confus, son auteur est clairement tombé dans la grande peur voulue par le pouvoir.

    De plus, il aurait certainement traité de « lumpen » celles et ceux qui ont fait la révolution Française le 14 juillet 1789.

    Bref, l’auteur est bourré de préjugés. Il tombe dans tous les pièges du pouvoir (la grand peur et la haine des « casseurs »)

    Bien à vous,
    do
    http://mai68.org/spip2

    Répondre
  • 10 novembre 2020 à 9 h 30 min
    Permalink

    @ tous

    Nous avons publié ce texte synthèse des camarades espagnoles car il illustre parfaitement le positionnement idéologique et politique de la « nouvelle gauche », conséquence de son positionnement économique de classe petite-bourgeoise.

    Faites un effort chers lecteurs pour vous rappeler le positionnement économique – politique et enfin idéologique de la gauche dans les années vingt-trente – en Europe notamment – à la veille de la Seconde Guerre mondiale, à l’époque des Fronts populaires (!)

    À cette époque la gauche radicale bourgeoise constituait une réelle force sociale, sur papier électoral du moins, et dans le but de s’opposer à la forme fasciste du pouvoir bourgeois elle s’est inféodée – s’est mise au service de la gauche social-démocrate bourgeoise.

    Le résultat en fut que pendant la guerre la gauche fusionna avec la droite libérale et mena la guerre sous la botte de De Gaulle en France, de Churchill au Royaume-Unie et Rosevelt aux USA, et Staline en URSS.

    Dans cette alliance de classe le prolétariat apporta ses bras = chair-à-canon et à la fin se retrouva chair à patron dans le bloc impérialiste occidental-Atlantique (ou Pacifique au Japon) ou dans le bloc impérialiste soviétique.

    Jamais le prolétariat ne s’est battu sur ses positions de classe pour ses intérêts de classe… C’est compréhensible le saviez-vous ??? Aujourd’hui ce n’est plus acceptable compte tenu de la situation mondiale.

    RELISEZ le texte de COMMUNIA sous cet angle et voyez comment le miroir aux alouettes – coronavirus – pandémie – sert de prétexte à la gauche pour se mettre au service de la bourgeoisie sous le fallacieux prétexte de sauver des vies (humanisme hypocrite que le grand capital exhibe à la face du prolétariat qu’il massacre chaque jour dans les manufactures et au travail partout)

    On se reparle après votre 2e lecture

    Robert Bibeau

    Répondre
  • 11 novembre 2020 à 14 h 19 min
    Permalink

    Aucun gouvernement ni en Espagne ni en Italie ni en France n’ont encourage , comme l’affirme cet auteur des manifestations des petits commerçants. Bien au contraire ils les ont reprimes et bien omises dans les medias bourgeois. Comment affirme t il une telle inanite?
    Il devraient plutot essayer de denoncer ce transfert de richesse qui entrain de s’operer sous nos yeux des PME envers les grands conglomerats et une concentration de richesse sans precedent.
    Un oeil a la bourse et tout est compris.
    Mais non il appuit la these de la pandemie de la classe dominante et soutient meme que les mesures drastiques jamais entreprises dnas l’histoire medicale ne seraient pas suffisantes!
    Fausse Gauche a gerber

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *