Le dragon vole, l’aigle s’écrase lors des sommets géoéconomiques

Par Pepe Escobar.  Sur  Mondialisation.ca

Quatre sommets géoéconomiques en une semaine racontent l’histoire de notre situation en ces temps de dystopie suprême.

La signature (virtuelle) du RCEP au Vietnam a été suivie par la réunion tout aussi virtuelle du BRICS à Moscou, la réunion de l’APEC en Malaisie et le G20 le week-end dernier en Arabie Saoudite. (Ce qui donne un aperçu de la panique qui s’épand parmi ces puissances tétanisées qui tentent de reconstruire leur unité de façade avant la grande chevauchée de la crise incontrôlée. NDLR).

 

Les cyniques n’ont pas manqué de remarquer le théâtre spectaculaire de l’absurde d’avoir les 20 premières économies – du moins en théorie – discutant de ce qui est sans doute le tournant du système mondial, reliées à une hacienda pétrolière du désert favorable à la décapitation avec une mentalité du 7ème siècle. (Pour un regard différent sur le sommet du G20 voir ici: https://les7duquebec.net/archives/260362).

 

La déclaration de Riyad a fait de son mieux pour lever le sombre climat planétaire, en promettant de déployer « tous les outils politiques disponibles » (sans détails précis) pour contenir le Covid-19 et héroïquement « sauver » l’économie mondiale en « faisant progresser » la préparation à la pandémie mondiale, le développement et la distribution de vaccins – en tandem avec l’allégement de la dette – pour le Sud global.

 

Pas un mot sur la Grande Réinitialisation – le plan du « Meilleur des Mondes » concocté par Schwab de Davos et entièrement soutenu par le FMI, Big Tech, les intérêts transnationaux du Grand Capital et le si bienveillant Prince Charles. Pendant ce temps, les sherpas du G20 se plaignaient officieusement de l’absence de véritable gouvernance mondiale et des multiples attaques contre le multilatéralisme. (Dont la Chine de Xi. NDLR). Et pas un mot non plus sur la véritable guerre des vaccins entre les coûteux candidats occidentaux – Pfizer, Moderna, AstraZeneca – et les versions russo-chinoises beaucoup moins chères – Sputnik V et Sinovac.

 

Ce qui semble être le cas, c’est que tout programme – sinistre ou autre – correspond à la promesse unique du G20 d’offrir «les opportunités du 21ème siècle pour tous en donnant du pouvoir aux gens, en sauvegardant la planète et en façonnant de nouvelles frontières».  (Et blablabla… en 20 langues ou presque. NDLR).

 

La Maison de Xi

Au G20, le Président Xi Jinping n’a pas manqué l’occasion – après le RCEP, le BRICS et l’APEC – (on comprend ici qui a l’initiative mondiale. NDLR) de souligner une nouvelle fois les priorités de la Chine : multilatéralisme, soutien à la réforme de l’OMC, vaste coopération internationale en matière de recherche et de production de vaccins.  Mais ensuite, parallèlement à la réduction des droits de douane et à la facilitation du commerce de fournitures médicales essentielles, Xi a proposé un code QR mondial pour la santé – un moyen judicieux de rétablir les voyages et le commerce mondiaux : « Tout en contenant le virus, nous devons rétablir le fonctionnement sûr et harmonieux des chaînes industrielles et d’approvisionnement mondiales ». (Xi pousse le bouchon du contrôle de masse via les technologies numériques, un terrain où la Chine retarde sur les États-Unis. NDLR).

 

Comme on pouvait s’y attendre, des cris d’intrusion néo-orwellienne ont été entendus, comparant le code QR au système de crédit chinois, exceptionnellement mal compris. La Grande Réinitialisation de Schwab propose en fait quelque chose de similaire, avec des connotations encore plus néo-orwelliennes, déguisées sous une innocente application « Covid Pass », ou « passeport santé » hautement sécurisé.  Ce que propose Xi n’est rien d’autre qu’une reconnaissance mutuelle des certificats de santé, délivrés par différentes nations, sur la base de tests d’acide nucléique. Pas de vaccins modificateurs de gènes couplés à des nanopuces. Ces codes QR, intégrés aux applications de santé, sont déjà utilisés pour les voyages intérieurs en Chine.

 

Les responsables chinois ont clairement indiqué que Pékin travaillait en tant que représentant du Sud Global au sein du G20. C’est le multilatéralisme en action. Et la dynamique multilatéraliste s’étend du RCEP – signé entre 15 nations – à la brillante manœuvre de Sun Tzu de la Chine qui accepte même maintenant l’Accord Global et Progressif pour le Partenariat Trans-Pacifique (CPTPP), le successeur du TPP promu et approuvé par Obama.

 

Ce renouveau – un cas de « Rendre le TPP Chinois à nouveau » – peut être envisagé parce que Pékin a non seulement maîtrisé la manière de contenir le Covid-19 mais se remet aussi en marche à la vitesse de l’éclair. La Chine sera la seule grande économie en croissance en 2020 – conduisant de facto le monde vers un paradigme post-Covid provisoire. La réunion de l’APEC a clairement montré qu’avec l’Asie de l’Est sous les feux de la rampe, comme le montre le RCEP, le « leadership » américain tant vanté diminue inévitablement.  (Autant de signes indiquant qui est le dauphin qui succèdera au vieil empereur déchu. NDLR).

 

L’APEC a promu une « Vision 2040 de Putrajaya », qui condense une Asie-Pacifique « ouverte, dynamique, résistante et pacifique » jusqu’en 2040. Cette vision s’inscrit parfaitement dans les trois plans quinquennaux chinois cumulés jusqu’en 2035, approuvés le mois dernier lors du plénum du PCC à Pékin.

L’accent est mis, une fois de plus, sur le multilatéralisme et une économie mondiale ouverte.

Peu de personnes sont plus à même de saisir le moment que le professeur Wang Yiwei, de l’Institut des Affaires Internationales de l’Université de Renmin, qui a écrit le meilleur livre chinois sur l’Initiative Ceinture et Route (BRI). Wang souligne que la Chine se trouve dans une période « d’opportunité stratégique » et qu’elle est aujourd’hui « le plus puissant leader de la mondialisation ». L’accent mis par la Chine sur le multilatéralisme va « activer la connectivité et la vitalité d’une plateforme commerciale comme le RCEP ».

Plus étrange que la fiction

Comparez maintenant tout cela avec le tweet de Trump au G20 sur la dystopie électorale et le fait de privilégier le golf au lieu de discuter de l’endiguement du Covid-19.

Et puis il y a « Les Éléments du Défi Chinois », la nouvelle épopée délirante de 74 pages concoctée par le bureau du Secrétaire d’État Mike  » Nous mentons, nous trichons, nous volons » Pompeo.  Les hurlements diplomatiques qui le comparent au tristement célèbre « long télégramme » de George Kennan qui codifiait l’endiguement de l’URSS pendant la Guerre Froide sont absurdes. La réaction du Ministère des Affaires Étrangères chinois était plus pertinente : ce télégramme a été concocté par des « fossiles vivants de la Guerre Froide » et est condamné à être « consigné dans la poubelle de l’histoire ».

 

Le Président Xi Jinping, au RCEP, au BRICS, à l’APEC et au G20, a exposé de façon concise le cas chinois : multilatéralisme, coopération internationale dans de multiples domaines, économie mondiale ouverte, représentation adéquate des intérêts du Sud Global. (Voilà le crédo de la concurrence pour qui administre une économie expansionniste. Les USA ne disaient pas autrement il y a un siècle. NDLR).

Alors que nous attendons un ensemble d’impondérables jusqu’au 20 janvier 2021, la fiction offre peut-être une approche angulaire de ce qui pourrait arriver à l’économie mondiale.

Entre « Billions », saison 5, épisode 2, dialogue écrit par Andrew Ross Sorkin.

Axe : « Vous savez qu’on nous appelle les commerçants « joueurs ». L’économie mondiale est un grand casino, alimenté par une bulle de dette géante et des produits dérivés gérés par ordinateur. Et il n’y a qu’une seule chose de mieux que d’être un joueur dans un casino ».

Wags : « C’est être la maison ».

Axe : « C’est ça. Il y a une machine systématisée qui aspire les capitaux des localités et les injecte sur les marchés mondiaux, où ils peuvent être utilisés pour spéculer et manipuler. Et si quelque chose tourne mal, il y a des renflouements et des sauvetages, des aides fédérales et des assouplissements. Où le gouvernement ne vous traque pas, mais vous donne au contraire un beau filet de sécurité dans lequel vous pouvez atterrir ».

Wags : « C’est votre réponse à la discussion : Vous voulez devenir une banque ».

Hache : « Je veux devenir une banque ».

Wags : « Pour la voler ? »

Hache : « Pour que je n’aie pas à le faire ».

Pepe Escobar


Article original en anglais : Dragon flies, eagle crashes at geoeconomic summits. XI made his case for multilateralism, international cooperation and Global South representation while Trump was absent or golfing, Asia Times, le 23 novembre 2020.

Traduit par Réseau International

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

Une réflexion sur “Le dragon vole, l’aigle s’écrase lors des sommets géoéconomiques

Répondre à robertbibeau bibeau Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *