La plus grande grève au monde: 200 millions de travailleurs paralysent l’Inde

La grève générale a été appelée contre les mesures d’austérité et de confinement et les attaques contre les droits du travail promues par le gouvernement de Narendra Modi (Inde).


Par  Diego Sacchi.  Samedi 28 novembre 2020.  Sur EFE/EPA/RAJAT GUPTA.  Traduction Flo Balletti

 

Jeudi, le 26 novembre 2020 , quelque 200 millions de travailleurs ont participé à une grève générale en Inde, à l’appel de dix centrales syndicales, contre les politiques du gouvernement de Narendra Modi, le Premier ministre du pays. Le train de réformes comprend de nouvelles lois sur le travail, une plus grande flexibilisation (des réglementations plus souples) sur les régulations en matière de santé et de sécurité sur le lieu de travail et dans le secteur agricole, ainsi que des privatisations du secteur public.


Le gouvernement a approuvé quatre codes du travail qui remplacent les lois protégeant les travailleurs. Ces réglementations permettent aux employeurs et aux gouvernements d’augmenter la charge de travail, de contraindre encore davantage l’obtention de salaires équitables, de licencier facilement les travailleurs, de réduire la couverture d’assurance maladie et de rendre plus difficile la création de syndicats.


En coordination avec les syndicats, une plateforme de plus de 300 organisations d’agriculteurs a appelé à une manifestation pour ce vendredi 27 novembre.  Les travailleurs des principaux secteurs industriels tels que la production d’acier, de charbon, les télécommunications, l’ingénierie, les transports, les ports et docks, les banques et transporteurs de fond se sont joints à la grève, tandis que dans plusieurs États (l’Inde est une république fédérale composée de vingt-huit États et huit territoires de l’Union), une grève rurale est en préparation.


Les réformes proposées par le gouvernement contre les droits des travailleurs s’inscrivent dans le contexte des effets de la pandémie et du confinement de coronavirus sur le pays. Le gouvernement de Modi répond à la pandémie  en imposant le confinement, et en donnant la priorité aux profits des grandes entreprises et en protégeant la fortune des milliardaires plutôt que la vie et les moyens de subsistance des travailleurs.


L’Inde compte plus de 9,2 millions de personnes infectées par le COVID-19, le deuxième plus grand nombre au monde et près de 135 000 décès,  (pour une population de  1,300,000,000 d’individus. NDLR) selon les données officielles. La pandémie s’est étendue aux grandes villes comme Delhi, Mumbai et d’autres centres urbains, ainsi qu’aux zones rurales où les soins de santé publique sont rares ou inexistants.


Conséquence du confinement, des millions de personnes ont perdu leurs revenus, et ce dans un pays où, avant la pandémie-confinement,  50% des enfants étaient en malnutrition. L’économie indienne a connu une chute de 23,9 % de son produit intérieur brut (PIB) au cours du trimestre d’avril-juin, alors qu’elle devrait baisser au total d’environ 10 % au cours de l’exercice 2020-2021. Dans ce contexte, des dizaines de millions de personnes ont perdu leur emploi de façon permanente, (à cause du confinement meurtrier. NDLR)  ou ont vu leurs heures de travail réduites. Selon un rapport du FMI publié en octobre, d’ici la fin de 2020, 40 millions d’Indiens supplémentaires se retrouveront dans une « pauvreté extrême », définie comme le fait de survivre avec 1,60€ ou moins par jour.


Les salariés de l’industrie, les employés du secteur des services et du public exigent une augmentation du salaire minimum, la fin du travail précaire, le contrôle des prix des produits de première nécessité et la fin de la politique gouvernementale de privatisation du secteur public.  Les revendications incluent 10 kilos de nourriture pour les familles dans le besoin, la fourniture d’une aide d’urgence aux secteurs les plus démunis de la population, effectuer un paiement unique de 7 500 roupies (environ 85 euros), le renforcement du système de distribution publique, le retrait des nouveaux codes du travail et des trois lois agricoles qui ouvrent les portes à l’agrobusiness, ainsi que l’abandon de la nouvelle politique d’éducation.

En outre, les travailleurs revendiquent l’allocation de 5% du PIB à l’éducation, aux soins de santé pour tous et de 6% du PIB pour la santé. Les agriculteurs réclament depuis des années de meilleurs prix pour leurs produits, que l’exécutif annonce des prix minimaux de soutien sur la base de la recommandation faite il y a 16 ans par la Commission nationale des agriculteurs, et l’élimination de la dette des travailleurs ruraux.


Les directions syndicales ont appelé à la grève pour désamorcer le mécontentement de millions d’indiens contre le gouvernement, mais pour l’instant elles ne donnent pas de réelle continuité aux protestations.

Le profil nationaliste et de droite du gouvernement a répondu à la pandémie en intensifiant son discours contre les minorités religieuses, comme les musulmans, et en cherchant à attaquer les droits de millions de personnes avec des lois qui aboutiraient à une plus grande flexibilité du travail au profit des seuls milliardaires locaux et des entreprises étrangères et nationales.


La rhétorique nationaliste de Modi s’est également intensifiée, en particulier contre la Chine, en plus d’approfondir la coopération stratégique et militaire avec les États-Unis en essayant de tirer profit du différend entre Washington et Pékin.

Une vidéo de grèves antérieures en Inde 

 

13 pensées sur “La plus grande grève au monde: 200 millions de travailleurs paralysent l’Inde

    • 4 décembre 2020 à 4 h 50 min
      Permalink

      Exact …

      Et ne nous laissons pas égarer par la « sensiblerie », qui est une des configurations de la puissante croisade Covid.

      Répondre
  • 4 décembre 2020 à 10 h 15 min
    Permalink

    @ TOUS

    Merci au camarade Gérard de nous avoir fait connaitre ce puissant mouvement de résistance à la surexploitation de la classe ouvrière internationale et indienne.

    Nous pensons que ce mouvement indien est la réponse adéquate contre le nationalisme chauvin et contre l’agression pandémique mondialiste et contre le confinement meurtrier et contre le vaccin criminel.

    à suivre : http://mai68.org/spip2/spip.php?article7449

    Robert Bibeau Éditeur

    Répondre
  • 5 décembre 2020 à 1 h 44 min
    Permalink

    Très intéressantes nouvelles d’Inde :

    – L’Inde bourgeoise-compradore, pourtant misérable, a déjà le droit de goûter à l’amer breuvage de l’austérité et de la dégradation des conditions de travail…

    – « Mody’s », malgré sa tentative de diversion nationaliste, est donc confronté à une opposition sociale de grande ampleur.

    Bravo aux travailleurs indiens ! Qu’ils continuent dans cette direction, pour se débarrasser de « leur » caste de milliardaires bourgeois-compradore dégénérés et corrompus !

    Répondre
    • 5 décembre 2020 à 12 h 32 min
      Permalink

      @ Vincent et @ tous

      On ne peut pas analyser les mouvements sociaux en Inde avec une approche occidentale.

      Il faut bien comprendre que ce pays est articulé depuis des milliers d’années par un système de castes (initié par l’hindouisme); une hiérarchie sociétale très complexe de laquelle personne ne peut s’échapper. L’inégalité déterminée par la naissance reste leur commun dénominateur.
      On peut hurler à l’injustice parce que c’est injuste, mais c’est ainsi que cette société fonctionne encore aujourd’hui.

      Bien sûr, la Constitution indienne expose que les discriminations contre les castes inférieures son « illégales », mais elles sont toujours d’actualité.

      Au début du troisième millénaire (2005), l’ONU s’était ému des violences liées audit système mais une fois l’émotion passée, us et coutumes ont repris la main.
      En 2018 – mais ceci n’a rien à voir avec le sujet – l’ONU s’était également émue des violences inouïes perpétrées contre les Gilets Jaune en France. Ensuite ? …. eh bien rien.

      Indouisme, Islam, Christianisme, Sikhisme, Bouddhisme, voire d’autres confessions, ont durablement imprégné toute la société indienne et entretenu la « question des castes » qui a architecturé leur façon d’être et de faire, très différente de la nôtre, qu’on le veille ou pas.

      Répondre
      • 6 décembre 2020 à 22 h 26 min
        Permalink

        @ Nadine et @ tous

        Dans notre analyse des conditions – des tactiques de lutte – de la classe prolétarienne nous ne devons jamais oublier les principes fondamentaux :
        1) L’histoire de l’humanité est l’histoire de la lutte des classes – quelque soit la forme spécifique que prenne cette lutte des classes.
        2) En Inde féodale – du mode de production féodal asiatique – dont l’Inde n’est pas encore totalement affranchie – dépendant des régions et états de cet immense sous-continent – 1,4 milliards d’habitants – les classes sociales ont pris nom de CASTES
        3) Castes sont des classes sociales définies par leur rôle dans le procès de production auxquels sont associés des us et coutumes, des règles, des moeurs, des obligations religieuses et tout un fatras de rapports sociaux féodaux
        4) EN DERNIÈRE INSTANCE ce sont les rapports sociaux impulsés – obligés – par le mode de production dominant puis hégémonique qui détermine les classes sociales et les rapports sociaux dominants.
        5) SE RAPPELÉ QU’IL FAUT DU TEMPS POUR QUE CES TRANSFORMATIONS S’IMPOSENT PARMI UNE POPULATION AUSSI NOMBREUSE ET DIVERSIFIÉE.
        6) La Chine bandait les pieds des femmes en 1949 et tuait les filles nouvelles nées SOUS LE CAPITALISME les chinois ne le font plus et les parents de shanghai dans leur appartement en condo sont heureux d’acceuillir leurs filles sans bandage.
        7) le mode de production capitaliste brisera les rapports de production féodaux des castes parce que ce mode de production ne peut survivre sous la dictature féodale aristocratique – des castes… laissé du temps au temps svp.

        Les grèves ouvrières indiennes nous en donne un avant goût qui vaut tous les discours

        Vive la classe ouvrière indienne

        Robert Bibeau

        Répondre
  • Ping : plus grande grève au monde: 200 millions de travailleurs paralysent l’Inde-wikistrike.com – chaos

  • Ping : La plus grande grève au monde: 200 millions de travailleurs paralysent l’Inde - Cellule44

  • Ping : PLANdémie – La plus grande grève au monde : 200 millions de travailleurs paralysent l’Inde | Olivier Demeulenaere – Regards sur l'économie

  • Ping : Olivier Demeulenaere:PLANdémie – La plus grande grève au monde : 200 millions de travailleurs paralysent l’Inde – chaos

  • 6 décembre 2020 à 22 h 57 min
    Permalink

    NOS PRINCIPAUX ARTICLES SUR L INDE

    Les tentatives d’insertion de l’Inde dans le capitalisme mondial
    Les tentatives d’insertion de l’Inde dans le capitalisme mondial
    il y a 8 heures, 58 minutes par spartacus1918 | Politique
    … l’exploitation du travail en Inde insistent particulièrement sur les secteurs… un développement industriel de l’Inde en 1947, indépendamment des questions… grande diversité linguistique de l’Inde (23 langues officielles, sans compter… stabilité politique et infrastructures). L’Inde avec tous les problèmes que…
    spartacus1918.canalblog.com
    Inde : des ouvrières en lutte, en tant qu’exploitées et en tant que femmes
    Inde : des ouvrières en lutte, en tant qu’exploitées et en tant que femmes
    il y a 1739 jours par spartacus1918 | Politique
    … à celles qui travaillent. L’Inde connaît, dans des conditions industrielles… l’ensemble des travailleurs en Inde, la condition des travailleuses –à… masculine. Notamment, dans toute l’Inde, des grèves éclatent dans les…’évolution des rapports sociaux en Inde. DANS LE TEXTILE AU KARNATAKA…
    spartacus1918.canalblog.com
    L’Inde, de l’Empire britannique au capitalisme d’Etat
    L’Inde, de l’Empire britannique au capitalisme d’Etat
    il y a 1874 jours par spartacus1918 | Politique
    … de l’Inde dans le capitalisme mondial. L’Inde est sortie… supérieur à celui de l’Inde. Sur le plan politique… mieux dominer faisait que l’Inde héritait d’une hétérogénéité de… l’« indépendance », l’Inde pouvait prétendre ainsi être la…
    spartacus1918.canalblog.com
    Maruti Suzuki: puissante grève contre la collaboration de classe.
    Maruti Suzuki: puissante grève contre la collaboration de classe.
    il y a 2153 jours par spartacus1918 | Politique
    Il y a en Inde une vaste champ industriel autour … l’État de Haryana en Inde. La grève a été arrêtée…
    spartacus1918.canalblog.com
    INFOBREF N°519- grève générale aux indes,Quand la machinerie remplace les travailleuses et travailleurs
    INFOBREF N°519- grève générale aux indes,Quand la machinerie remplace les travailleuses et travailleurs
    il y a 676 jours par spartacus1918 | Politique
    INFOBREF N°519 Inde : record historique de mobilisation … générale contre la précarité L’Inde vient de battre son propre… toutes les régions de l’Inde, avec 80% des foyers reliés… de 94% contre 64% en Inde, une espérance de vie de… de détails voir : En Inde, la plus grande grève générale…
    spartacus1918.canalblog.com

    Répondre
  • Ping : La classe ouvrière s'unit à travers l'Inde : une grève de 250 millions de personnes ! - La Tribune Diplomatique Internationale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *