40 000 enfants africains travaillent dans les mines pour l’industrie verte polluante et meurtrière

L’ONU a récemment publié un rapport concernant la production des batteries pour véhicules électriques.

Source: 40 000 enfants travaillent toujours dans les mines pour les batteries des véhicules électriques. (institutnr.org)

Un chapitre sur les « challenges » relevant de l’exploitation du cobalt, ses enjeux sociaux et environnementaux, interpelle à plus d’un titre. (sic)

Classé « rouge vif » par le World Materials Forum en raison d’un risque de rupture d’approvisionnement et de son importance pour l’industrie – notamment automobile -, le cobalt est devenu un enjeu stratégique majeur  pour les multinationales de l’industrie verte polluante. (NDLR).

Mais cette production est aussi critique en ce qui concerne les conditions sociales et environnementales dans lesquelles elle se déroule.

Le rapport indique par exemple, que la majeure partie du cobalt fourni sur les marchés mondiaux provient de la République démocratique du Congo, dont 20% proviennent de mines artisanales où le travail des enfants et le non respect des droits de l’homme sont nombreux.

On estime que jusqu’à 40 000 enfants travaillent dans des conditions extrêmement dangereuses, avec un équipement de sécurité inadéquat, pour très peu d’argent dans les mines du sud du Katanga.

Les chiffres sont désespérément stables.

On peut lire que les enfants sont exposés à de multiples risques physiques et à des violations et abus psychologiques, uniquement pour gagner un maigre revenu. nécessaire à la subsistance de leur famille. L’utilisation généralisée du travail des enfants dans l’extraction du cobalt peut avoir des implications sur l’approvisionnement mondial, car l’approvisionnement en minéraux extraits par le travail des enfants devient de plus en plus inacceptable pour les fabricants de produits dérivés de matières premières. (sic) De fait, ces atrocités ternissent l’âme « vert tendre » de la petite bourgeoisie au service des nouvelles industries environnementales multinationales des énergies vertes meurtrières à la recherche des subventions gouvernementales. (NDLR).

 

Source : https://www.nofi.media/2016/01/26512/26512

Le gouvernement de la République démocratique du Congo reconnaît le problème du travail (meurtrier – insalubre – insécure – surexploité NDLR) des enfants dans les mines et a adopté des politiques qui encouragent la gratuité de l’enseignement primaire et interdit l’utilisation d’enfants pour des travaux dangereux. Il est prévu que d’ici 2025, le travail des enfants sera éliminé des mines. (Fadaises et foutaises de la part d’un État colonisé en faillite technique,  déchiré depuis 75  ans par des guerres tribales-claniques-ethniques-nationalistes- entretenues par les multinationales minières milliardaires  « vertes-écologistes », assoiffées de plus-value. NDLR).

Enfin, le rapport sensibilise également à la pollution liée à ces extractions minières. Le drainage d’acides miniers contamine notamment les rivières, et parfois même l’eau normalement propre à la consommation. (hypocrisie de l’ONU qui pleure sur la pollution des eaux et de la flore mais pas sur l’assassinat des prolétaires, nos frères congolais. NDLR).

 

Source : https://blogs.mediapart.fr/jean-marc-b/blog/100820/40-000-enfants-dans-les-mines-pour-les-batteries-des-vehicules-electriques

L’intégralité de ce rapport (en anglais) est disponible ici.

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

Une pensée sur “40 000 enfants africains travaillent dans les mines pour l’industrie verte polluante et meurtrière

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *