Léon Blum : « Nous armerons le prolétariat, tout le reste n’est que littérature » ! vidéo 36  »

http://mai68.org/spip2/spip.php?article7477

QG – Deux ans de luttes, et maintenant ? vidéos
        Bonjour à toutes et à tous,
J’ai regardé avec attention la trés intéressante émission d’Aude Lancelin du média QG (Quartier Général) et d’Anasse Kazib de RP (Révolution Permanente), avec de nombreux invités de gauche et surtout d’extrême gauche. Cette émission est visible en entier sur Youtube. Elle est en deux parties :
1re partie : Bilan des luttes : https://youtu.be/IYEvbunowiU
2e partie : Réflexion stratégique : https://youtu.be/0FX-AI8hnTw
Cette émission m’a inspiré les notes qui suivent :

Nous armerons le prolétariat, tout le reste n’est que littérature !

Cette phrase, « Nous armerons le prolétariat tout le reste n’est que littérature ! » C’était la promesse électorale (qu’il n’a pas tenu) de Léon Blum pour les élections de 1936 :

http://mai68.org/spip/spip.php?article5381

Cliquer ici pour télécharger la vidéo

Allende a refusé, lui aussi, d’armer le prolétariat. Pourtant, celui-ci avait fait deux manifs gigantesques pour le lui réclamer :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1548

Le peuple désarmé sera toujours vaincu… ça vaut aussi pour les Gilets Jaunes !

La Grève des cheminots de 2018 n’avait aucune chance de gagner. Elle était loin d’être aussi dure que celle de 1995, qui, elle même, n’avait pas réussi à aller aussi loin que celle de 1986. En effet, en 2018, les syndicats avaient réussi à obliger les ouvriers à ne faire grève que deux jours par semaine. Voir l’article La décadence de la classe ouvrière française, au lien ci-dessous :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article2008

Pour un topo sur les grèves de 1986 et 1995 voir ici :

http://mai68.org/spip/spip.php?article1170

Quant à l’écologie s’il s’agit de manger le moins de viande possible, c’est de la merde. La vraie écologie consiste à manger de la viande de bonne qualité. Mon père faisait grève pour défendre son bifteck et moi aussi !

Par ailleurs, la vraie écologie, celle du début des années 1970, qui ne se présentait pas aux élections, dénonçait l’énorme surpopulation de la planète. Après mai 68, il y avait la grève des gosses. Beaucoup refusaient de faire des enfants pour plusieurs raisons. La raison écologique : plus on est nombreux plus on consomme et pollue, la raison féministe : le gosse est un boulet au pieds qu’attache l’homme à la femme pour la rendre dépendante, et, surtout, la raison politique : on ne livre pas d’enfants à un monde aussi pourri !

Si, dans les manifs générales, il n’y a aucun slogan écologiste, c’est que tout le monde s’en fout : la lutte de classe est l’essentiel ! C’est ça qui passe avant tout. On préfère vivre sur une planète sale mais libres et sans exploitation, que sur une planète propre en étant esclaves. D’ailleurs, dans les années 1970, le slogan « paris ville propre » était un slogan réactionnaire de gens qui ne voulaient plus de graffitis, plus d’Arabes, plus de rats, plus de Noirs, etc.

La police est née quand :

http://mai68.org/spip/spip.php?article8605

Extrait :

Certes, l’ancienne Garde Nationale, la police de Paris créée par la révolution Française, était vraiment très bien. D’ailleurs, pendant la commune de Paris, en 1871, elle a servi de bras armé à la révolution. Puis, après le massacre des communards par Thiers — cent mille morts d’après Louise Michel —, cette police révolutionnaire, la Garde Nationale, a été dissoute et remplacée par une police totalement aux ordres.

La police d’aujourd’hui descend en droite ligne de celle qui a massacré les communards. Pas étonnant que les policiers soient massivement entrés dans la milice pendant la deuxième guerre mondiale, et pas étonnant qu’après avoir livré les Juifs aux nazis, ils aient livré les « Arabes » au Sarkonazi et viré les Roms de leurs campements. Pas étonnant qu’ils matraquent les ouvriers en grève et les manifestants.

Quant au prétendu rôle de la police qui serait de prendre la défense de la veuve et de l’orphelin, seuls les naïfs peuvent encore y croire : ce n’est qu’un spectacle destiné à justifier l’existence des bandes armées du pouvoir !

D’ailleurs, si la police était là pour empêcher les vols, les viols et les assassinats, alors on pourrait dire qu’elle a une efficacité quasi-nulle. Par contre, pour empêcher la révolution, son efficacité est totale. C’est bel et bien là son véritable but : prendre la défense des exploiteurs contre les exploités, empêcher la révolution !

Quant à la restauration du service mlitaire

C’est absolument inutile pour le prolétariat, en effet, Chez Allende ce sont 60 000 militaires du contingent (service militaire) qui ont fait le coup d’État.

On est déjà dans le fascisme

Si on utilise le mot fascisme à son sens historique, Mussolini et tout ça, évidemment que non qu’on n’est pas dans ce fascisme-là. Mais, si, comme tout le monde, on utilise ce terme à un sens généralisé, alors force est de constater qu’on est dans un techno-fascisme de pire en pire : plus les scientifiques inventent de moyens qui permettent de contrôler les gens et plus le pouvoir nous contrôle. Et, il y en a même qui souhaitent ce fascisme, puisqu’il paraît que 10 millions d’abrutis ont téléchargé l’application « tousanticovid » !

Le racisme, c’est diviser pour mieux régner

Les syndicats sont des bordels et les partis les meilleurs proxénètes des masses

QUI A TUÉ NED LUDD ?

L’on peut considérer que c’est la royauté anglaise qui fonda les syndicats pour tuer la contestation ouvrière sauvage du début du XIX° siècle :

http://mai68.org/spip2/spip.php?article678

Bien à vous,
do
http://mai68.org/spip2

Une réflexion sur “Léon Blum : « Nous armerons le prolétariat, tout le reste n’est que littérature » ! vidéo 36  »

  • 9 décembre 2020 à 10 h 22 min
    Permalien

    @ DO
    @ TOUS

    J’invite chacun à relire les propos ci-haut DONT CECI : « Par ailleurs, la vraie écologie, celle du début des années 1970, qui ne se présentait pas aux élections, dénonçait l’énorme surpopulation de la planète. Après mai 68, il y avait la grève des gosses. Beaucoup refusaient de faire des enfants pour plusieurs raisons. La raison écologique : plus on est nombreux plus on consomme et pollue, la raison féministe : le gosse est un boulet au pieds qu’attache l’homme à la femme pour la rendre dépendante, et, surtout, la raison politique : on ne livre pas d’enfants à un monde aussi pourri! »

    La petite-bourgeoisie est foncièrement fasciste comme l’indique ces propos ci-haut réactionnaire de type NAZI.

    NON il n’y a pas surpopulation sauf surpopulation de grands bourgeois… une bouche de plus ce sont deux bras et une tête en plus.
    NON les enfants – le sel de la Terre – ne sont pas des boulets mais l’avenir du genre humain – prolétarien.

    Merci de nous rappeler que les bourgeois qui dirigeaient la classe ouvrière étaient des lâches qui n’ont jamais combattu pour la classe – mais pour leurs intérêts corporatifs

    Robert Bibeau

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *