Covid19, le point en décembre 2020: des faits, rien que des faits et des données

Par SouthFront − Source SouthFront

 

 

Le monde continue de vivre dans les conditions médiatiques d’une hystérie permanente face à l’épidémie de COVID-19, certaines sources suggérant même qu’une deuxième vague de propagation du coronavirus est attendue à l’automne. Dans le même temps, de plus en plus de faits apparaissent suggérant que l’hystérie médiatique sur la situation actuelle n’est pas basée sur des faits, ou même qu’elle est créée artificiellement. Alors que le coronavirus est un facteur important influençant la situation dans le monde, la menace de l’épidémie semble être considérablement surestimée.

  • Le rapport de juillet 2020 est disponible ici.
  • Le rapport de juin 2020 est disponible ici.
  • Le rapport d’août 2020 est disponible ici.
  • Le rapport d’octobre 2020 peut être trouvé ici.

«Le seul moyen de lutter contre la peste est l’honnêteté.» (Albert Camus, 1947)

 

Note de l'éditeur South Front

Ce matériel a été originellement publié sur www.swprs.org. Tous les liens ont été vérifiés par l'équipe de South Front.

Cumul des décès et cas mondiaux de covid vs. décès mondiaux toutes causes confondues – Agrandir
Mortalité liée à la grippe par rapport à la Covid selon l’âge (CDC-US). En bleu la Covid en rouge la grippe
Suède: décès prévus par rapport aux décès réels – Orange vs blue.
Suède : mortalité depuis 1851 (flu=grippe) – Agrandir

Mortalité en Grande-Bretagne 2020 vs 2000
Décés dû au Corona Suède vs Angleterre – Agrandir

 

US : pourcentage de morts dans les foyers de soins et maisons de retraite
Par pays : foyers de soins et maisons de retraite – Total des morts liées à la Covid (points bleu clair, échelle de gauche) – % du nombre de résidents morts en foyer par rapport au total des morts Covid (barre bleu foncé, échelle de droite)

Comparaison de l’effet des récessions dans le monde depuis la seconde guerre mondiale
Mortalité en Allemagne de 1950 à 2020
Effet du port du masque sur les Cas de Covid-19 en Europe. En noir les pays qui ont imposé le masque, en rouge ceux qui ne l’ont pas fait – Agrandir

Test PCR. Sentitivité vs Infectiosité Agrandir
L’Invermectin contre la Covid-19
Durée de la maladie (en jours) vs fréquence des cas
Dernières mises à jour Covid par Swiss Policy Research

Général

Masques

Vaccins et traitement

Les pays zéro Covid
Asie du Sud-Est : Peu de cas de covid en Thaïlande, au Laos, au Vietnam et au Cambodge, mais pas au Myanmar. (ABC, 12/2020)

Comment certains pays ont-ils réussi à obtenir une très faible prévalence de covid-19 ?

Les pays non africains comptant au moins un million d’habitants mais moins de mille cas de covid pour un million d’habitants comprennent notamment : Laos, Vietnam, Cambodge, Taïwan, Thaïlande, Chine (ex. Wuhan), Nouvelle-Zélande, Corée du Sud, Cuba, Hong Kong, Australie (sauf l’état de Victoria) et Singapour (sauf les travailleurs migrants). Le Japon, la Finlande et la Norvège sont d’autres grands pays à faible prévalence de covid.

Les mesures «réactives» typiques ne peuvent pas expliquer cela : il ne peut s’agir de masques, car la plupart des pays les plus touchés ont également introduit des masques obligatoires ; il ne peut pas non plus s’agir de verrouillages nationaux, car la plupart des pays les plus touchés ont également connu des verrouillages ; et il ne peut s’agir de tests PCR de masse, car bon nombre des pays les plus touchés ont également des taux de test assez élevés.

Au lieu de cela, le facteur le plus important a été le contrôle précoce des frontières (en janvier ou février), ce que tous les pays ci-dessus ont fait. C’est plus facile pour les îles, que sont en effet plusieurs des pays ci-dessus. En outre, les pays directement frontaliers avec la Chine – dont la plupart avaient déjà l’expérience de l’épidémie de SRAS-1 de 2003 – ont également introduit un contrôle précoce des frontières.

Dans l’ensemble, la plupart des grandes îles ont bien fait : outre Taïwan, la Nouvelle-Zélande, Cuba et l’Australie, cela comprend également l’Islande, le Groenland, le Sri Lanka, Madagascar, Maurice et Haïti.

Cependant, même avec un contrôle précoce des frontières, quelques personnes infectées peuvent déjà être entrées dans le pays. Ces personnes doivent être identifiées et isolées très rapidement. Cela peut être fait de manière high-tech (par des tests PCR rapides, comme en Chine, à Taïwan et en Corée du Sud) ou de manière low-tech (par isolement ciblés, comme au Vietnam et en Thaïlande. Le Vietnam a isolé jusqu’à 200 000 personnes) .

De plus, la plupart des pays à faible taux de covid ont isolé les personnes potentiellement infectées non chez elles – où elles peuvent infecter leur famille et leurs voisins -, mais dans des installations d’isolement dédiées. C’est plus facile pour les pays autoritaires (comme la Chine, le Vietnam et la Thaïlande), mais les pays démocratiques à faible taux de covid comme l’Australie, la Nouvelle-Zélande et la Corée du Sud l’ont également fait (en utilisant souvent des hôtels vides).

En Australie, seuls l’État de Victoria et sa capitale, Melbourne, n’ont pas réussi à isoler correctement les personnes infectées et, en conséquence, sont entrés dans un verrouillage cauchemardesque de plusieurs mois.

Existe-t-il des pays (non africains) à faible taux de covid sans contrôle frontalier précoce et strict ? Non.

Quelques pays ont évité la vague de printemps, mais ont été pris dans la vague d’automne. Ce groupe comprend la République tchèque (et la majeure partie de l’Europe de l’Est) ainsi que l’Uruguay en Amérique du Sud; certains États américains (notamment dans le Midwest) appartiennent également à ce groupe. Fait intéressant, aux États-Unis, le président américain a voulu fermer les frontières tôt, mais les experts de la santé s’y sont opposés.

L’Allemagne, bien que située au milieu de l’Europe et juste à côté de points chauds mondiaux comme la Belgique, les Pays-Bas et l’est de la France, a réussi à éviter en grande partie la vague de printemps en fermant les frontières et en identifiant les infections juste à temps, mais elle est maintenant également confrontée à une seconde vague beaucoup plus forte.

L’hypothèse d’une «immunité préexistante» due à des coronavirus similaires, par ex. en Asie du Sud-Est semble ne pas tenir : alors que la Thaïlande, le Laos et le Vietnam ont peu de cas de covid, leurs voisins directs le Myanmar (Birmanie), l’Indonésie, la Malaisie, le Bangladesh et les Philippines en ont de nombreux.

Contrairement aux épidémies de grippe, les écoles primaires n’ont pas été un moteur majeur de la pandémie de coronavirus. Les écoles secondaires et supérieures sont cependant une question différente et plus complexe.

En conclusion, si vous ne voulez pas de problèmes avec le coronavirus, ne laissez pas le coronavirus entrer. Quelques semaines de retard peuvent faire toute la différence, comme dans les cas de la France par rapport à l’Allemagne ou de la Norvège par rapport à la Suède. En revanche, une fois que le coronavirus est déjà répandu dans un pays, la plupart des mesures très discutées se sont révélées largement inefficaces et souvent destructrices.

Dans le cas du coronavirus hautement infectieux, même l’idée de «protéger le groupe à haut risque» s’est avérée très difficile, voire impossible, dans un environnement à forte prévalence. Ceci est démontré par le fait que dans de nombreux pays occidentaux, environ 50% des décès sont survenus dans des maisons de retraite médicalisées.

En termes d’impact économique, les données du FMI montrent clairement que plus un verrouillage est dur et long, plus la contraction économique est forte. Cependant, la plupart des verrouillages ont eu lieu en réponse à un taux d’infection déjà élevé en raison d’un contrôle tardif aux frontières. L’impact économique dépend en outre de la structure d’une économie (par exemple, de l’importance des industries du tourisme et de l’exportation).

Une fois que le coronavirus s’est répandu dans un pays, la mesure la plus efficace pour réduire les maladies graves et les décès semble être un traitement précoce et prophylactique à grande échelle.

La question de la prévalence de la Covid est différente de la question de la mortalité celle-ci. Cette dernière dépend principalement de la démographie et éventuellement de facteurs génétiques, immunologiques et d’autres liés au mode de vie.

De nombreux pays occidentaux et la Russie affichent une prévalence élevée et une mortalité élevée. De nombreux pays africains et l’Inde affichent une prévalence élevée mais une faible mortalité. Des pays comme le Vietnam et le Cambodge affichent une faible prévalence et (probablement) une faible mortalité. Des pays comme le Japon et Taïwan affichent une faible prévalence mais (probablement) une mortalité élevée, bien que probablement pas aussi élevée que les pays occidentaux.

La Suisse toujours sans confinement
Verrouillages et couvre-feux (curfew) en Europe en novembre 2020 . Source Statista

Comme prévu, la Suisse sans confinement a connu une très forte augmentation de la surmortalité liée au coronavirus en novembre (voir graphique ci-dessous). La mortalité globale en novembre – environ 0,098% – correspond à un mois grippal très fort, comme on l’a vu pour la dernière fois en janvier 1983, 1997 et 2000. Une mortalité comparable en novembre a été observée pour la dernière fois en 1957 lors de la grippe asiatique (voir ci-dessous).

Cependant, l’âge médian des décès par coronavirus en Suisse reste très élevé, à 88 ans pour les femmes et 83 ans pour les hommes. Contrairement aux fortes saisons grippales, il n’y a toujours pas de surmortalité avant 65 ans. Ce gradient d’âge extrême est la raison pour laquelle Covid semble être une «étrange pandémie».

Néanmoins, même les personnes jeunes et en bonne santé peuvent souffrir d’une pneumonie prolongée ou d’une fatigue post-virale prononcée due au SRAS-CoV-2 dans environ 5% à 10% des cas.

Suisse : surmortalité cumulée, 2010-2020 (Données: BFSAgrandir

Le graphique suivant compare la mortalité mensuelle cumulée (en pourcentage de la population) de 2020 avec quelques années de pointe depuis 1950 : les fortes vagues saisonnières de grippe de 2017, 2015, 2000 et 1951, les pandémies de grippe de 1957 et 1968/1969 (contre les deux, une vaccination a été disponible en quelques mois), l’année de la grippe et de la vague de chaleur de 2003, et l’année de la grippe et de l’héroïne [Sic, NdSF] de 1990. Pour des raisons d’affichage, les années de grippe beaucoup plus fortes telles que 1929 et 1918 ne sont pas indiquées.

Suisse : mortalité cumulée pendant les années de pointe (Données : BFSAgrandir

La figure suivante montre la mortalité cumulée de janvier à novembre (hors décembre) pour les années de 1900 à et y compris l’année 2020 avec le cornavirus (l’augmentation à la toute fin de la courbe). Les décès par coronavirus quotidiens ont légèrement diminué depuis la mi-novembre 2020, mais la prévalence des anticorps ne serait que de 10% à 20% dans la plupart des régions de Suisse.

Au total, environ un décès sur dix en Suisse cette année était dû à la Covid. Le cancer était presque trois fois plus fréquent et les maladies cardiaques presque quatre fois plus fréquentes que l’impact du coronavirus.

Suisse : mortalité janvier-novembre de 1900 à 2020 (Données : BFSAgrandir

La Suisse ne dispose toujours pas d’un concept de prophylaxie et de traitement précoce qui réduirait les hospitalisations et les décès liés au coronavirus jusqu’à 80% selon des études internationales. En fait, les autorités et les organes consultatifs suisses se sont à plusieurs reprises prononcés contre un tel traitement précoce. Au lieu de cela, ils se sont appuyés sur des masques inefficaces, des tests PCR de masse problématiques et une application de traçage des contacts inefficace.

Le taux d’utilisation des unités de soins intensifs en Suisse est d’environ 80%, une valeur basique normale, qui a également été atteinte en réduisant le nombre d’opérations non urgentes. En outre, il existe des différences régionales importantes : le taux d’utilisation des unités de soins intensifs a jusqu’à présent varié d’environ 60% dans les Grisons à temporairement près de 100% dans certains cantons de Suisse occidentale.

L’approche comparative libérale et «auto-responsable» de la pandémie de coronavirus en Suisse suscite également un intérêt – souvent critique – au niveau international : voir par exemple les rapports de l’ARD et de la ZDF allemandes. L’Allemagne, pour sa part, a du mal à se retirer du «confinement à court terme», déjà prolongé jusqu’en janvier, sans risquer une nouvelle augmentation des infections, d’autant plus que la saison du coronavirus dure jusqu’en avril.

Finalement, l’objectif est de protéger la population sans remporter une victoire à la Pyrrhus.

Décès du corona par million d’habitants en Suisse et en Suède (tous deux sans verrouillage), en Allemagne et en Autriche (tous deux avec verrouillage). Suède sans obligation de masque.  Source : OWDAgrandir

Vaccins : succès et controverses

Sommaire 

A) Succès des vaccins

B) Problèmes de sécurité

C) controverse sur le VIH / sida

D) Plus

 

A. Documentaires sur le succès des vaccins

A1. Hilleman : une périlleuse quête pour sauver les enfants du monde (2016)

Résumé « Le plus grand scientifique du XXe siècle, et personne ne connaît son nom. Ce documentaire raconte l’histoire inspirante du Dr Maurice Hilleman, un homme avec un objectif unique et inébranlable : éliminer les maladies des enfants. De sa jeunesse dans la pauvreté des plaines du Montana, il est venu pour prévenir la grippe pandémique, inventer le vaccin contre la rougeole-oreillons-rubéole (ROR) et développer le tout premier vaccin contre le cancer humain.

Responsable de plus de la moitié des vaccins que les enfants reçoivent aujourd’hui, il est crédité d’avoir sauvé plus de huit millions de vies chaque année. Maintenant, grâce à des entretiens exclusifs avec le Dr Hilleman et ses pairs, des images d’archives rares et des animations 3D, ce film met un visage humain à la science des vaccins, révélant le personnage qui a conduit cet homme audacieux, complexe et héroïque. »

 

En anglais. Année : 2016 ; Durée: 66min ; Directeur: Donald R. Mitchell; Voir aussi : Site officiel

 

A2. L’histoire de la polio: le vaccin qui a changé le monde (BBC, 2015)

Résumé « C’était en 1952 et la polio a saisi le monde de peur. Il n’y avait aucune cause connue, aucun remède et aucune aide en vue pour les parents désespérés de protéger leurs enfants. De l’autre côté de l’océan, désireux de vaincre cette maladie potentiellement mortelle, le président Roosevelt, affligé par la polio, a inspiré le public américain à envoyer ses dix sous pour financer la recherche. En quelques années à peine, Joseph Salk, un scientifique ambitieux de 33 ans travaillant dans son laboratoire du sous-sol de l’Université de Pittsburgh, mettait à genoux la paralysie infantile et changerait le cours de l’histoire médicale. Bill Gates est interviewé avec un certain nombre d’experts et de survivants de renommée mondiale pour raconter l’histoire extraordinaire de la façon dont le Dr Salk et la légendaire «marche des dix sous» se sont réunis pour aider à vaincre la polio.

 

Voir aussi : Comment l’assainissement moderne nous a donné la polio (NextNature, 2014)

 

A3. Documentaires historiques

1 – The Silent Invader (vidéo Westinghouse, 1957, 30 min) « Ce film explique comment les États-Unis se préparent à une épidémie de grippe asiatique. Des médecins éminents et le chef du US Public Health Service traitent des types de grippe, de la nature du virus, des taux de mortalité, des schémas de propagation, des vaccins, de la responsabilité du médecin et des conseils médicaux pour les personnes qui tombent malades. »

2 – Mission, Rougeole : L’histoire d’un vaccin (Merck et USPHS, 1964, 20min)
«Ce documentaire détaille l’histoire du virus hautement contagieux qui cause la rougeole et le développement du vaccin contre la rougeole dans les années 1950 et au début des années 1960. La société pharmaceutique Merck avec l’aide du service de santé publique des États-Unis a produit le film.»

3 – De Jenner à Wakefield : La longue ombre du mouvement anti-vaccination (Gresham College, 2011, conférence de 60 minutes)
« En 1998, une fureur médicale a éclaté lorsque The Lancet a publié un article d’Andrew Wakefield questionnant les avantages de la vaccination ROR qui était donnée sans aucun doute aux enfants à travers le Royaume-Uni. Venant 202 ans après la première vaccination par Edward Jenner, qui a conduit à l’éradication de la variole dans le monde, cet incident récent n’est que le dernier d’une longue histoire de remise en cause des avantages de la vaccination. »

B. Documentaires sur les problèmes de sécurité des vaccins

B1. La guerre des vaccins (PBS, 2010/2015)

Résumé
 : « Les vaccins ont changé le monde, éradiquant en grande partie une série de maladies terribles, de la variole à la poliomyélite en passant par la diphtérie, et ont probablement prolongé la plupart de nos vies. Mais malgré les gains – et de nombreuses études scientifiques indiquant la sécurité des vaccins – un mouvement croissant de parents continue de craindre les vaccins. Et dans certaines communautés américaines, un nombre important de parents ont rejeté complètement les vaccins, ce qui soulève de nouvelles inquiétudes quant au retour de maladies évitables par la vaccination comme la rougeole et la coqueluche.

Dans The Vaccine WarFRONTLINE met à nu la science de la sécurité des vaccins et examine le débat de plus en plus amer entre l’establishment de la santé publique et une formidable coalition populiste de parents, de célébrités, de politiciens et de militants armés des derniers outils de médias sociaux – dont Facebook, YouTube et Twitter – et sont déterminés à résister aux pressions des établissements médicaux et de santé publique pour qu’ils vaccinent, malgré un consensus scientifique établi sur la sécurité des vaccins. »

En anglais. Année : 2010/2015 ; Durée : 53min ; Producteur : PBS Frontline; Voir aussi : site Web de PBS

 

B2. 1976 Blessures dues à la pandémie de grippe porcine (CBS, 1979)

Résumé : « Vous vous souvenez de la peur de la grippe porcine de 1976? C’était l’année où le gouvernement américain nous a dit à tous que la grippe porcine pouvait devenir un tueur qui pourrait se propager à travers le pays, et Washington a décidé que chaque homme, femme et enfant du pays devrait se faire vacciner pour empêcher une épidémie, une pandémie. Eh bien, 46 millions d’entre nous ont docilement pris la dose, et maintenant 4 000 Américains réclament des dommages-intérêts à l’Oncle Sam d’un montant de trois milliards et demi de dollars à cause de ce qui s’est passé quand ils ont pris cette dose. De loin le plus grand nombre de réclamations – les deux tiers concernent des lésions neurologiques, voire la mort, prétendument déclenchées par le vaccin contre la grippe. »

En anglais. Année: 1979 ; Durée : 15 min ; Producteur : CBS 60 Minutes ; Voir aussi : history.com ; Sauvegarde : Bitchute

 

B3. Les profiteurs de la grippe porcine (ARTE, 2009)

Résumé : «La vague actuelle de grippe [2009] fait peur aux gens du monde entier. Le virus du sous-type A / H1N1 – mieux connu sous le nom de grippe porcine – se propage rapidement. En juin, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) a intensifié son alerte à une pandémie et déclaré le niveau d’alerte le plus élevé. Depuis lors, les autorités sanitaires de tous les pays tentent de contrôler la propagation.

Des centaines de millions d’euros sont mis à disposition pour les médicaments et les vaccins. L’argent des impôts n’a probablement jamais été dépensé aussi rapidement et sans contrôle que dans la lutte contre le nouveau virus de la grippe. Une hystérie de masse nous a-t-elle saisis ou la nouvelle grippe est-elle vraiment une menace mortelle ? Dans les deux cas, des intérêts tangibles sont en jeu. De plus en plus de scientifiques critiquent les actions des autorités.»

En allemand-anglais. Année: 2009; Durée: 60min; Producteur: ARTE  Sauvegarde : Youtube

Voir aussi : Vaccin Pandemrix : pourquoi le public n’a-t-il pas été informé des premiers signes d’alerte? (BMJ, 2018)

 

B4. Vaxxed I : De la couverture à la catastrophe (2016)

Résumé : « Une enquête sur la façon dont le CDC, l’agence gouvernementale US chargée de protéger la santé des citoyens américains, a détruit les données d’une étude de 2004 qui a montré un lien entre le vaccin ROR et l’autisme. Cette tromperie alarmante a contribué à la montée en flèche de l’autisme, potentiellement l’épidémie la plus catastrophique de notre vie. »

En anglais. Année: 2016 ; Durée : 90min ; Producteurs : Andrew Wakefield, Del Bigtree; Voir aussi : Site officiel

Critique : une revue critique du documentaire et de ses affirmations (Wikipedia)

Autres langues : édition allemande (Bitchute)

 

B5. Vaxxed II : La vérité du peuple (2019)

Résumé : « Une exploration d’un lien possible entre diverses vaccinations et la maladie, les blessures et la mort. »

En anglais. Année : 2019 ; Durée: 90 min ; Directeur : Brian Burrowes; Voir aussi : Site officiel

Données supplémentaires : Vaxxed vs Unvaxxed – The Science (Children’s Health Defense, 2020)

Critique : Un examen critique du documentaire et de ses affirmations (The Guardian)

Autres langues : édition allemande (Bitchute)

C. Qu’est-ce que le VIH ? Qu’est-ce que le SIDA ? Ce qui est fait pour y remédier

L’histoire du VIH / sida est en cours de réécriture, et c’est le premier film à présenter les points de vue non censurés de plusieurs des principaux acteurs. Documentaires sur la controverse à propos du VIH/sida

 

C1. La maison des chiffres : utilisation des nombres. Anatomie d’une épidémie (2010)

Résumé 
: «Qu’est-ce que le VIH? Qu’est-ce que le SIDA? Que fait-on pour y remédier? L’histoire du VIH / sida est en cours de réécriture et c’est le premier film à présenter les vues non censurées de nombreux acteurs majeurs.»

En anglais. Année: 2010 ; Durée : 90 mn;  Directeur : Brent Leung; Voir aussi : Site officiel ; Sauvegarde : Bitchute

Critique : une revue critique du documentaire et de ses affirmations (Wikipedia)

 

C2. La cause du sida : faits et spéculations (1992/1995)

Résumé : « Un documentaire sur la théorie de la syphilis latente en tant que cause non reconnue du sida. Produit à l’origine par Colman Jones pour le «Toronto: Living with AIDS Project» à partir de 1990. La série a remporté un prix MacLean-Hunter Lizzie dans la catégorie Affaires courantes, a reçu un prix de l’Ontario Cable Television Association (OCTA) et a ensuite été rediffusée. en 1994 sur les chaînes câblées communautaires de Rogers TV à Toronto et à Vancouver. »

En anglais. Année : 1992/1995 ; Durée : 60 mn ; Directeur : Colman Jones; Voir aussi : Théorie de la syphilis-sida

 

C3. Les origines du sida (2004)

Résumé : «Les scientifiques ont-ils causé par inadvertance l’épidémie de sida ? Plus de 20 ans après le début de l’épidémie de sida, nous ne connaissons toujours pas ses origines. Beaucoup pensent que la réponse est cachée dans les recherches entreprises pour trouver un remède à l’épidémie de polio. Alors que les responsabilités éthiques de la communauté scientifique sont remises en question, le débat sur les origines du sida fait rage.»

En anglais. Année : 2004 ; Durée: 90 mn ; Directeur : Peter Chappell ; Voir aussi : article Wikipedia

 

C4. Opération «Denver» : KGB et désinformation de la Stasi concernant le sida

  • Opération «Denver» : KGB et désinformation de la Stasi concernant le sida (Selvage et Nehring, 2019)
  • La désinformation du SIDA et la «désinformation au carré» après cinq ans (Geissler & Sprinkle, 2019)
  • Opération «Denver»: le ministère est-allemand de la sécurité d’État et la campagne de désinformation du KGB contre le sida, 1985-1986 (partie 1) (Douglas Selvage, JCWS, 2019)
D. Documentaires et livres supplémentaires

1 – TrustWHO (2018, Franck / Schlottmann, 90 mn) : « L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a été fondée dans le but de construire un avenir plus sain pour tous. C’est l’organe sur lequel nous comptons pour résoudre toutes les crises de santé publique, mais peut-on lui faire confiance ? Ce puissant document d’investigation découvre une image alarmante de corruption et d’opacité alors que la réalisatrice Lilian Franck demande si l’on peut faire confiance à l’organisation pour garder le public en bonne santé. »

2 – Vaccins : vérité, mensonges et controverse (Peter C. Gøtzsche, 2020) « Il y a une désinformation substantielle sur les vaccins sur Internet, en particulier de ceux qui rejettent tous les vaccins, mais aussi de sources officielles, qui devraient être neutres et objectives. Le livre est basé sur les meilleures preuves disponibles, et le professeur Gøtzsche explique quand et pourquoi nous ne devrions pas avoir confiance dans la science et les recommandations officielles. »

3 – Médicaments mortels et crime organisé : comment les grandes entreprises pharmaceutiques ont corrompu les soins de santé (Peter C. Gøtzsche, 2013) « Dans son dernier livre révolutionnaire, Peter C. Gøtzsche expose le monde des industries pharmaceutiques et leur mascarade de comportement frauduleux, à la fois dans la recherche et le marketing où le mépris moralement répugnant pour les vies humaines est la norme. Il établit de manière convaincante des comparaisons étroites avec les conglomérats du tabac, révélant l’extraordinaire vérité derrière les efforts visant à confondre et distraire le public et ses politiciens. »

4 – Site Web : Children’s Health Defence (ONG fondée par Robert F. Kennedy, Jr.)

South Front


Traduit par jj, relu par Hervé pour le Saker Francophone

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

2 réflexions sur “Covid19, le point en décembre 2020: des faits, rien que des faits et des données

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *