Le siècle du diable: voyage dans les entrailles de la dynastie wahhabite 2/2

L’alliance du prédicateur Mohamad Ben Abdel Wahhab et d’Ibn Saoud

Le prédicateur saoudien Mohamad Ben Abdel Wahhab (1703-1791) se considérait comme investi d’une grande mission divine, à savoir combattre le polythéisme et l’idolâtrie, partant du constat que les croyants étaient retombés dans leurs vieilles habitudes, le culte païen.
Abdel Wahhab s‘est mis à inonder de messages les Rois, Princes et Hommes de religion, suivant en cela l’exemple du Prophète Mohamad, les incitant à se dégager de l’obscurantisme.

Originaire du village d’Al Ayni, Abdel Wahhab va transformer sa bourgade natale en centre de diffusion de sa pensée. Selon l’adage bien connu «Nul n’est prophète dans son pays», son enseignement n’a rencontré aucun écho. Il décida alors de migrer vers Ad Dariyah, siège du pouvoir d’Ibn Saoud, en 1747, avec lequel il scella une alliance, fondée sur une répartition des rôles: Le pouvoir spirituel à Mohamad ben Abdel Wahhab, le pouvoir temporel à Ibn Saoud.

La population d’Ad Daryah se transforma aussitôt en partisans (Ansar) du prédicateur, renforcés par ses fidèles accourus venus de son village natale, qu’il qualifiera de «Mouhajirine» (Emigrés).
La fusion des deux groupements donnera naissance à «Ahl At Tawhid» -Les gens de l’Unicité. Les autres groupements seront stigmatisés en deux catégories, les «Kouffar», les mécréants, ou pis «Al Mounafikoune», les hypocrites. Sa classification faite, Abdel Wahhab entreprit d’élargir son audience

.

Trois cents (300) raids de conquêtes en 20 ans

En 20 ans, ses troupes ont lancé 300 raids contre les idolâtres de la Péninsule Arabique, soit en moyenne 15 raids par an. Les raids ne visaient pas tant le pillage des biens mais également la conversion des populations à la doctrine de l’Imam, le Wahhabisme.
Ousmane Ben Bichr, historien du wahhabisme auteur de l’ouvrage «La Gloire et l’Histoire du Najd», dresse le bilan suivant de la conquête wahhabite: «Les raids visaient le pillage sous couvert de considérations religieuses. Elles ont fait des dizaines de milliers de victimes. Le nombre des personnes ayant fait l’objet d’un déplacement de forcé équivalait à la moitié de la population du Najd (Centre du Royaume) et de la région de Yamama (sud du Najd), et de Bahreiïn, l’archipel situé dans le golfe arabo-persique.

…«Dans les années qui ont suivi la mort du prédicateur, les raids et déplacements forcés de population ont concerné le Hedjaz, le Yémen, l’Irak, le Sultanat d’Oman jusqu’aux confins du Levant» fin de citation.

Cette conquête a été menée au nom d’un hadith attribué au prophète prescrivant de «Dégager tous les idolâtres de la Péninsule Arabique».
L’interprétation wahhabite de la religion musulmane a transformé en un vaste cimetière la terre des Musulmans, s’accompagnant de la destruction de bon nombre de stèles et édifices religieux édifiés par la population en lieu de recueillement et de prière.
La destruction des sites archéologiques et des éléments constitutifs du patrimoine est une marque de fabrique de la doctrine wahhabite ( cf à ce propos, la destruction des Bouddhas de Bamyân (Afghanistan) par les Talibans et les stèles de Tombouctou (Mali) par Ansar Edddine.

Au son des tambours et des chants religieux, les adeptes du prédicateur wahhabite ont détruit tous les édifices religieux y compris à La Mecque et Médine, sans pour autant parvenir à démolir le mausolée du Prophète, pas plu que le dôle le surplombant, en application des préconisations du prédicateur.

.

Le pillage de la tombe du prophète Mohamad à Médine

En Mars 1803, les combattants wahhabites ont renoncé à détruire le mausolée du prophète, sous l’effet de la colère populaire, mais ont réussi néanmoins à s’emparer de la couronne de Kisra Ana Charoune, de l’épée d’Haroun Ar Rachid, du collier de Zoubeida, épouse du Calife de Bagdad, des objets et pierres précieuses offertes par les princes de l’Inde en vue d’honorer la tombe du Prophète.
Lors de la mainmise wahhabite sur le mausolée, ce lot d’objets précieux s’est malheureusement dispersé, égaré dans le feu de l’action.

.

Profanation de la tombe d’Hussein Ben Ali à Kerbala

La profanation du mausolée du prophète Mohamad n’est en rien comparable à celle subie à Kerbala (Irak) par la tombe d’Hussein Ben Ali, petit-fils du prophète.

Saoud Ben Abdel Aziz, grand père de Saoud le Grand (Saoud Al Kabir), a mobilisé une armée de 400 cavaliers et 600 fantassins pour la conquête de la ville sainte chiite d’Irak. L’attaque a été lancée le 22 avril 1802, correspondant au 18 Zoul Hijja 1216 de l’Hégire), le jour même de la commémoration du martyr d’Hassan et d‘Hussein, les deux petits-fils du Prophète, traditionnellement marqué par un pèlerinage de recueillement des chiites à la ville de Najaf, haut lieu saint chiite au sud de Bagdad.

Saoud lança à cette occasion son attaque contre cette ville paisible, désertée par la grande majorité de sa population en pèlerinage à Najaf. Provocation supplémentaire, il immobilisa son cheval à l’intérieur du mausolée, convia ses partisans à boire le café dans l’enceinte sacrée, avant d’ordonner la destruction systématique du mausolée, arrachant l’or du plafond, détruisant lustres et miroirs, emportant les tapis de valeur recouvrant le sol de la mosquée.

.

De l’Animosité entre Saoudiens et Turcs

La haine que les Wahhabites ont suscitée à leur encontre du fait de leur férocité et leur intolérance dogmatique se retournera contre eux. Leur capitale Ad Darhya sera conquise et détruite par les Ottomans sous la conduite d’Ibrahim Pacha.

Le chef turc s’empara du chef des wahhabites, Abdallah Ben Saoud, le traîna jusqu’à Istanbul et le condamna à mort par empalement. Méthode d’exécution passive, le supplice du pal est réputé pour être particulièrement douloureux et spectaculaire, à l’instar d’une crucifixion.

Quant au Cheikh Souleymane Ben Abdallah Ben Cheikh Mohamad Ben Abdel Wahhab, l’historien du wahhabisme Ousmane Ben Bichr fait le récit suivant de sa mise à mort dans son livre «La gloire sur le chemin du Najd «Al Majd Fi Tariq Al Najd»): «Capturé, le petit fils du prédicateur a été directement traîné jusqu’au cimetière. Ibrahim Pacha ordonna à un grand nombre de ses soldats de diriger leur fusils vers le saoudien et de tirer à bout portant. Le corps déchiqueté du religieux sera collecté morceau après morceau avant d’être mis sous terre».

.

Les confidences de Saint John Philby sur le Roi Abdel Aziz

Le capitaine William Shakespeare, homonyme du grand poète anglais, en service commandé auprès du Roi Abdel Aziz, tué en 1915 lors de la bataille opposant le Roi Abdel Aziz à la tribu Al Rachid, rapporte les propos suivants tenus par le Roi saoudien: «L’idolâtre est à mes yeux préférable au turc».
Ce propos est consigné par Saint John Philby dans ses mémoires «Mission au Najd 1917-1918, page 23).
Philby, espion anglais, devenu par la suite grand conseiller du Roi Abdel Aziz, rend compte des confidences du souverain qui considérait que «Les gens de la Mecque sont des idolâtres».
Rapportant une conversation avec le Roi Abdel Aziz, Philby mentionne les propos suivants : Roi Abdel Aziz: «Si tu me donnes en mariage ta fille, je l’épousera sans demander que mes enfants soient des Musulmans. Mais je n’épouserai jamais la fille du Cherif Hussein de la Mecque, ni aucune fille de La Mecque. Pas plus qu’aucune fille idolâtre».

3 réflexions sur “Le siècle du diable: voyage dans les entrailles de la dynastie wahhabite 2/2

  • 26 janvier 2021 à 2 h 31 min
    Permalien

    le wahhabisme est une pure invention et une caricature de l’orthodoxie Hanbalite dont elle se réclame, (4ème école de jurisprudence de l’Islam, avec l’école Malékite, Chafeite et Hanafite) une caricature de mauvais goût notamment de Ibn Taymiyya, et de ses adeptes, théologien et juriste musulman du 13 et 14ème siècles, qui s’est fait connaître en Syrie et en Turquie a une époque ou les Mongoles font des ravages et administrent ces territoires en plus de contrôler autant les musulmans que Constantinople et l’empire Byzantin à travers de lourds impôts que tous leur versent de manière permanente.

    Si l’orthodoxie de Ibn Taymiyya peut se justifier partiellement d’un point de vue théologique en rapport avec le concept de l’Unicité de Dieu et combattre l’idolâtrie, elle ne peut se justifier et ne le fut jamais, ni qu’elle fut reconnue d’ailleurs par aucune des 4 écoles de jurisprudence ou Madhabs de l’islam ! Ibn Taymiyya est confronté aux philosophes de l’Islam antérieurs ou qui lui sont contemporains et les accuse d’hérésie ou d’Apostasie car utilisent les concepts aristotéliciens de la philosophie, Polythéiste a son goût pour prêcher l’Islam ou expliquer les concepts divins … il diabolise autant les soufis, les 4 écoles et se donne une image de  »réformateur fondamentaliste et intégriste » qui trouve echo chez les allumés de son époque ! En cela, il a défié donc tous les systèmes politiques musulmans de son époque, a connu les prisons et mourut dans l’une d’elle, ce qui contribua largement a forger son aura et son  »martyr » auprès de ses disciples.

    Le Wahhabisme par contre, qualifié de  »bidaa » ou invention et criminel par bon nombre d’autorités sunnites établies depuis toujours, poussera lui, les jugements, idées et concepts de Ibn Taymiyya et certains de ses disciples encore plus loin a des fins purement politiques, mais habilement maquillées d’ascétisme, de piété et de droiture doctrinale ! et il trouve un terrain favorable pour vendre sa doctrine en le sens que l’islam s’étant  »assagi », policé et civilisé depuis des siècles, le Wahhabisme visera donc toutes les pratiques soufis ou culturelles et folkloriques même chez les musulmans d’Arabie et au cours du pèlerinage des musulmans a la Mecque venus d’ailleurs, pour se donner une légitimité de réforme orthodoxe et impressionner ! et ça ne pouvait que marcher ! il déterre pour cela des milliers de Hadiths du prophète et une interprétation littérale du Coran, en plus de persévérer pour solidifier le tout et justifier sa conquête ! En ceci, le Wahhabisme a précipité l’islam dans une crise existentielle d’un nouveau genre, on se mit douter des fondements de cette religion, des faits et actes du prophète, car le wahhabisme a renvoyé l’islam dans son plus simple appareil ou l’a mis à nu, le reléguant et le résumant à une brève époque ou l’on vendait et achetait les femmes non libres (conquises) dans le Souk de la Nikhassa, et ou l’on pratiquait le  »Saby » ou l’esclavage de tribus  »infidèles » ou non musulmanes conquises lors de l’époque Médinoise du prophète ! or qu’il faut préciser ou contextualiser a l’époque, et aussi choquant que cela puisse nous paraître à nous aujourd’hui, l’islam Médinois du Prophète avait pourtant réduit l’esclavage de plus de 90% par rapport à l’époque antéislamique, autant qu’il a réduit le crime et les injustices faites au femmes de la même époque, et ne pouvait d’un point de vue politique et idéologique entretenir ou cohabiter avec le polythéisme de l’époque, ce qui alimentera son  »jihad » ou razzias et conquêtes de l’époque pour s’établir et prévaloir dans la péninsule arabique et en dehors de ce territoire. l’Islam d’ailleurs a depuis toujours tiré ce boulet qu’il traîne sur le plan éthique, celui de ses débuts, et qui ne l’a pas empêché de s’émanciper sur le plan intellectuel, philosophique, ésotérique et celui de la mystique musulmane qu’aussi bien le Sunnisme que le Chiisme retiendront plus tard et rejetant ou en censurant le reste.

    J’aurais tout de même une observation a faire concernant tout ceci…Il faut dire que sur le plan de la sémantique, il est surtout surprenant et caractéristique d’associer une terminologie de fondamentalisme et d’intégrisme avec ces courants de l’Islam depuis qu’on a commencé l’analyse et l’étude critique de l’Islam en occident, entretenant l’amalgame entre les dérives politiques totalitaires et criminelles (comme le wahhabisme) et l’Islam comme système de pensée religieuse et ensemble de valeurs de sociétés orientales ! car si vous vous penchez sur le christianisme ou le catholicisme ou l’orthodoxie chrétienne par exemple, on vous dira et vous ne lirez nulle part qu’il y ai intégrisme ou fondamentalisme que depuis la résurgence des extrémistes protestants et chrétiens du 20ème siècle ! on occulte ainsi et en douce près de 20 siècles de controverse à travers l’antisémitisme, l’esclavage, les génocides contre les hérétiques, l’inquisition, la chasse aux sorcières, les guerres saintes et croisades, l’excommunication des chrétiens pendant des siècles par la papauté, le génocide des premières nations, les guerres de religion propres à l’occident, la persécution des femmes, des homosexuels ou même de musulmans et tant de crimes d’église comme la pédophilie…. etc… il va donc sans dire que l’Islam est offert en spectacle devant le monde entier avec l’aide des médias depuis un bout maintenant, et on cherche à l’accabler tout seul comme par hasard des pires tares de la religion ! et donc bien que les musulmans refusent et rejettent le wahhabisme hier et encore aujourd’hui, qui n’a pu s’imposer qu’avec le concours des super puissances au 20ème siècle et avec les pétrodollars, et bien que les musulmans se soient largement aussi remis en question par rapport a la religion entretenant un rapport identitaire et politique avec elle dans le contexte de leurs luttes sociales et politiques, il y a une volonté quelque part qui soit géopolitique, idéologique et philosophique même de les maintenir dans un carcan religieux réducteur et provoquer et entretenir toutes sortes d’extrémistes religieux dans leurs sociétés encore aujourd’hui a travers l’entretien des régimes despotiques imposés et validés par l’occident ! Ainsi, les Égyptiens anti Sissi aujourd’hui ne peuvent être que des frères musulmans, l’opposition populaire Syrienne ne peut être que takfiriste, même chose en Irak, en Iran, et partout et même des mouvements de libération et d’indépendance en Afrique subsaharienne s’étant manifesté très tôt pendant le colonialisme, comme le mouvement de l’Azawad (Touaregs) qui a lutté contre la France coloniale en 1916 pendant des années, se retrouve aujourd’hui submergé de mouvements takfiristes et parfois intégré en leur sein malgré lui, ou dans Al Qaida.. et il en va de même partout en Afrique de l’Ouest ou de l’Est et centrale, et même en Asie dans plusieurs contrées ! et désolé pour cet écart du sujet, mais il fallait tout de même que je manifeste cette opinion….car comme je le disais ailleurs, on a beau vouloir fuir la religion, nous en libérer, que c’est devenu impossible aujourd’hui, on vous  »remet a votre place » et on vous demande de subir et assumer des tares associées a votre culture musulmane indéfiniment et probablement jusqu’à la dislocation totale et l’anéantissement de cette composante musulmane dans son espace géographique !

    Merci pour ce deuxième volet sur le Wahhabisme.

    Répondre
  • Ping : Le siècle du diable: voyage dans les entrailles de la dynastie wahhabite – La Voix De La Libye

  • 27 janvier 2021 à 2 h 33 min
    Permalien

    Le contexte de l’apparition du Wahhabisme sur fond d’instabilité politique entre tribus Sunnites et Chiites Jaafarites dominantes intervient surtout et aussi dans un contexte d’effritement quasi totale du califat Abbasside de Bagdad qui y régnait jadis, de luttes hachémites ou tribus du nord et de la jordanie pour y étendre leur influence, d’ambitions Égyptiennes aussi sur la péninsule et d’occupation ottomane de la péninsule au 16ème siècle enfin qui se concentre le long des côtes pour le contrôle des  »villes saintes » de la Mecque et Médine, et doit marginaliser le Najd ou le centre de la péninsule à cause de ses guerres navales contre les portugais dans la mer rouge, le golf d’Oman et l’océan indien qui cherchent à contrôler le commerce avec Goa en inde. Le Najd sera donc livré aux guerres entre leaders Jaafarites ou proches des Chiites et grandes familles Sunnites, dans un contexte de disparition des structures politiques et autoritaires du Califat Abbasside jadis bien implantés partout !

    Les ottomans en réalité, préoccupés surtout par leur expansions et guerres en Europe, dans le caucase et dans le bassin de la méditerranée et au Maghreb sont paniqué que le monopole sur les épices et les routes de l’Inde soit contourné par le Portugal, l’Espagne puis les puissances européennes du nord qui contournent l’Afrique pour s’approvisionner directement en inde et via l’océan indien…ils continuent de livrer des vénitiens depuis l’égypte et songent les premiers a creuser un Canal a Suez mais n’y parviennent pas… mieux encore, les ottomans au 16ème interceptent des navires espagnols et prennent possession de la première Carte maritime des Amériques établie par les expéditions de Christophe colomb (qui est d’ailleurs à ce jour l’unique exemplaire de l’époque qui reste dans le monde, celui conservé par les turques et reproduit en Arabe par l’Amiral turque Reiss), et développent des ambitions de conquérir eux aussi les Amériques aux côtés des puissances Européennes, mais il seront non seulement pris dans leurs guerres d’expansion Européennes terrestres, ou celles maritimes et navales ou ils perdront presque en totalité leur immense flotte face aux flottes coalisées européennes, (guerre de Lépante).. et lorsqu’ils reconstituent leur seconde flotte, ils ne pourront espérer franchir le détroit de Gibraltar a cause de la flotte espagnole qui leur barre la route… les ottomans préféreront alors continuer leur expansion terrestres sur l’Afrique du Nord et le Maghreb, espérant conquérir Al maghreb al Aksa ou le Maroc pour enfin se donner une ouverture sur l’Atlantique, mais au Maroc ils se heurtent aux Wattasides et Saadiens en guerre autour du pouvoir qui les chassèrent définitivement et iront jusqu’à les attaquer en Algérie et vouloir libérer Oran de leurs prise par la voir maritime….

    Au 17ème et 18ème l’empire ottoman est assiégé de toutes parts, ses guerres d’expansion sont terminées, il conserve ses territoires européens conquis par traités, le pouvoir centralisé est aux mains du Harem d’Istanbul…car aucun Sultan ne possède de pouvoir effectif, la corruption va de pair avec l’administration des territoires dont les populations sont marginalisées encore plus dans leurs colonies du monde Arabe ! Clientélisme dans l’administration, la nomination de Pachas, gouverneurs et Beys, racket, corruption…pratiquement tous leur territoires conquis du monde Arabe sont l’objet de guerres intestines pour le pouvoir contre eux et entre eux ! c’est dans ce contexte que le Wahhabisme de 1744 va apparaître et établir son premier état par le sabre et le sang !

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *