Le Pentagone crée un groupe de travail pour une stratégie militaire «ferme» contre la Chine

Comme nous le disions lors de l’assermentation de Joe Biden au titre de 46e Président des États-Unis, plus ils changent de bouffon à la Maison-Blanche et autant la politique agressive et guerrière de Washington reste la même. Cette politique désespérée n’est pas le fruit d’un guignol ou d’un autre trônant au Bureau ovale. La politique américaine découle des contingences économiques aux États-Unis d’Amérique. Le monde assiste au déclassement de l’ex-superpuissance hégémonique et à son remplacement par la nouvelle superpuissance impérialiste chinoise comme le décrit si bien l’article de RT-France. Tout ceci n’augure rien de bon pour la paix dans le monde, ni pour le prolétariat internationaliste.  Robert Bibeau. Éditeur. Les7duQuebec.net.


Par RT-France.

 

Le président américain a annoncé la création d’un groupe de travail concentré sur la Chine au sein du département de la Défense, symbole de la continuation d’une politique de fermeté à l’égard de l’adversaire stratégique numéro un des Etats-Unis. Le 10 février, lors de sa première visite au Pentagone depuis son arrivée à la Maison Blanche, le président américain Joe Biden a annoncé la création d’un «groupe de travail du département de la Défense sur la Chine» (the Department of Defense China task force) chargé d’élaborer une nouvelle stratégie militaire «ferme» contre le pays que les Etats-Unis considèrent comme leur adversaire stratégique numéro. Un domaine dans lequel Joe Biden ne cherche pas à se démarquer de la ligne suivie par son prédécesseur. «Ce groupe de travail va travailler vite pour […] nous permettre de décider d’une direction ferme sur les questions liées à la Chine», a déclaré Joe Biden dans une allocution, avant d’ajouter que cette stratégie «va nécessiter un effort de la part de l’ensemble du gouvernement, une coopération entre les deux partis au Congrès et des alliances et partenariats solides». «C’est comme cela que nous pourrons répondre aux défis que pose la Chine», a affirmé le président démocrate en fonction depuis le 20 janvier.  Lire aussi Les Etats-Unis déploient des bombardiers en Norvège pour la première fois «Je n’hésiterai jamais à faire usage de la force pour défendre les intérêts vitaux du peuple américain et de nos alliés lorsque ce sera nécessaire», a menacé Joe Biden, tout en tempérant son propos en affirmant penser que «la force doit être un outil de dernier recours, pas le premier». La China task force sera composée de 15 conseillers civils et militaires, et présidée par un ancien conseiller diplomatique de Joe Biden spécialiste de la Chine, Ely Ratner.

 

Ce groupe aura quatre mois pour présenter ses recommandations au secrétaire à la Défense Lloyd Austin dans le but de déterminer la posture militaire à adopter dans le Pacifique afin de contrer les ambitions territoriales de Pékin, renforcer la coopération entre les Etats-Unis et ses alliés, ou encore définir le type d’armement à développer, selon l’AFP.  Le rapport qui sera produit par ce groupe d’experts n’est toutefois pas censé être accessible au public, mais ses recommandations devraient être discutées avec le Congrès.

 

Une confirmation de la position américaine face à la Chine dans le Pacifique 

 

Le nouveau gouvernement américain a déjà envoyé plusieurs avertissements à Pékin concernant sa politique expansionniste en mer de Chine. Joe Biden a ainsi rappelé le mois dernier au Premier ministre japonais Yoshihide Suga «l’engagement indéfectible» des Etats-Unis à protéger le Japon, y compris l’archipel inhabité des Senkaku, appelé Diaoyu en chinois et revendiqué par Pékin. Lire aussi Joe Biden estime que le président chinois «n’a pas une once de démocratie en lui»

 

Le jour de la visite présidentielle au Pentagone, le chef de la diplomatie américaine Antony Blinken a exprimé à son homologue japonais Toshimitsu Motegi lors d’un appel téléphonique son «inquiétude» face aux incursions de la Chine dans les eaux japonaises. Le secrétaire d’Etat a réaffirmé que l’archipel des Senkaku tombait sous le coup du traité liant les deux nations pour se défendre en cas d’attaque, selon le porte-parole du département d’Etat, Ned Price. Lloyd Austin a quant à lui estimé que la Chine était le «problème le plus difficile […] et le plus complexe» pour les Etats-Unis, car Washington veut jouer le rapport de force militaire avec Pékin tout en préservant leur coopération économique https://francais.rt.com/magazines/echiquier-mondial/79113-echiquier-mondial-mer-chine-meridionale

 

Sur la question des relations militaires avec la Chine, la politique suivie par Joe Biden semble donc être dans la continuité de celle menée par l’administration Trump. La veille de l’allocution du président démocrate au Pentagone, le 9 février, deux groupes aéronavals (constitués autour des porte-avions USS Theodore Roosevelt et USS Nimitz) ont réalisé des manœuvres en mer de Chine méridionale selon Fox News. Quelques jours plus tôt, un destroyer avait été envoyé naviguer aux larges des îles Paracels, contrôlées par la Chine mais revendiquées par le Vietnam et Taïwan. Lors du mandat de Donald Trump, le Pentagone avait également ordonné ce type de missions, justifiées par la «liberté de navigation» et condamnées par Pékin qui y voyait des «provocations».

En savoir plus sur RT France : https://francais.rt.com/international/83729-pentagone-cree-groupe-travail-pour-groupe-travail-strategie-militaire-ferme-chine?fbclid=IwAR0yNdTnwxHgiscQWyIxlncEP3c3TKW7zdUwMiItV22pDDXQSdR9ySghRD0

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

2 réflexions sur “Le Pentagone crée un groupe de travail pour une stratégie militaire «ferme» contre la Chine

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *