Le bagne de Guantanamo décrit de l’intérieur

Par Joanne Laurier. Source  The Mauritanian

This article is available in 5 languages on this webmagazine:
15.04.2021-Guantanamo-English-Italiano-Spanish
This article is available in Portuguese on this blogue:
Que o Silêncio dos Justos não Mate Inocentes: Prisão de Guantanamo descrita a partir do interior (queonossosilencionaomateinocentes.blogspot.com)

 

Réalisé par Kevin Macdonald; scénario de M.B. Traven, Rory Haines et Sohrab Noshirvani; basé sur le livre de Mohamedou Ould Salahi.  The Mauritanian (Désigné coupable), réalisé par Kevin Macdonald, est basé sur les mémoires de 2015 de Mohamedou Ould Salahi, Guantánamo Diary, détenu pendant 14 ans sans inculpation dans le camp de détention de l’armée américaine à Guantánamo Bay, à Cuba.

 

Scénarisé par M.B. Traven, Rory Haines et Sohrab Noshirvani, le film montre avec force la réalité de la soi-disant «guerre contre le terrorisme» menée par les États-Unis. Il met à nu la criminalité systématique, notamment le recours à la détention illégale, à la torture et au meurtre, des administrations Bush et Obama, de l’armée américaine, de la CIA et d’autres agences.

 

À travers le cauchemar individuel de Salahi, qui a traversé une décennie et demie d’épreuves, on en vient à comprendre plus profondément et plus viscéralement l’« éruption volcanique » de la violence impérialiste américaine à laquelle l’humanité est confrontée. Les événements relatés dans le film de Kevin Macdonald ont été mis en branle immédiatement après les attaques terroristes du 11 septembre 2001. Il devrait être plus clair aujourd’hui qu’il y a vingt ans que l’administration Bush a profité de l’indignation suscitée par le 11 septembre pour lancer des invasions et des occupations à long terme, préparées de longue date, en Asie centrale et au Moyen-Orient.

 

Les événements de septembre 2001 ont également été l’occasion d’une attaque frontale contre les droits démocratiques aux États-Unis, notamment l’adoption du Patriot Act de 2001, la prolifération de l’espionnage incontrôlé, les «restitutions extraordinaires», la détention indéfinie, la torture et les tribunaux militaires associés à Guantánamo et aux sites noirs de la CIA, ainsi que la militarisation des agences de police et la persécution des musulmans et des immigrants.

 

Mohamedou Ould Salahi, une personne innocente, a été tragiquement pris dans ce maelström mondial.

 

Justifiant sa conduite sur la base de la résolution commune du Congrès du 18 septembre 2001 autorisant le président George W. Bush à recourir à la force contre ceux qui ont planifié et exécuté les attentats du 11 septembre, « le gouvernement américain », écrit Salahi dans son Guantánamo Diary, «a lancé une opération secrète visant à enlever, détenir, torturer ou tuer des suspects, une opération qui n’a aucune base légale. J’ai été victime d’une telle opération, alors que je n’avais rien fait de tel et que je n’avais jamais participé à de tels crimes»

 

Salahi est né en 1970 dans la nation nord-ouest africaine de Mauritanie. Étudiant exceptionnel, il a reçu une bourse pour étudier l’ingénierie à Duisburg, en Allemagne, en 1988. En 1991, il s’est rendu d’Allemagne en Afghanistan pour rejoindre le mouvement moudjahid, prêtant allégeance à Al-Qaïda. Après la chute du gouvernement central, il est rentré en Allemagne et a affirmé n’avoir plus rien à voir avec Al-Qaïda. Il a ensuite passé du temps à Montréal où il a travaillé comme ingénieur électricien.

 

Par la suite, Salahi a été détenu et interrogé par les autorités de divers pays – le Canada, la Mauritanie, les États-Unis et le Sénégal – mais il a été relâché à chaque fois, faute de preuves contre lui. Toutefois, en novembre 2001, on lui a demandé de se présenter volontairement à un poste de police de Nouakchott, en Mauritanie, pour y être interrogé, ce qu’il a fait.

 

Le film s’ouvre à ce moment-là, comme l’explique un titre, «deux mois après le 11 septembre». Mohamedou (Tahar Rahim) est arrêté par les autorités mauritaniennes car «les Américains veulent te parler». Il efface rapidement les contacts de son téléphone portable et dit au revoir à sa mère, qui empoigne son chapelet de prière musulman. Il ne la reverra jamais.

 

Dans son livre, Salahi écrit: «Quant à mon arrestation, c’était un peu comme un trafic de drogue politique: le FBI a demandé au président américain d’intervenir et de me faire arrêter; à son tour, George W. Bush a demandé une faveur au président mauritanien momentané; en recevant la demande du président américain, son collègue mauritanien a mobilisé ses forces de police pour m’arrêter.» Nous n’apprendrons que plus tard ce qui est arrivé à Salahi pendant ses premières années d’emprisonnement.

 

 

En 2005, à Albuquerque, au Nouveau-Mexique, l’avocate de la défense pénale Nancy Hollander (Jodie Foster) est chargée d’enquêter sur la situation de Mohamedou. Celui-ci est accusé d’être l’un des cerveaux d’Al-Qaïda à l’origine des attentats du 11 septembre 2001, car il aurait reçu un appel du téléphone portable d’Oussama Ben Laden. Détenu depuis plusieurs années, il n’a toujours pas été inculpé.

 

Hollander explique à son cabinet d’avocats que «je défends l’habeas corpus, que Bush et [le secrétaire à la défense Donald] Rumsfeld démantèlent allègrement. … Le gouvernement américain détient plus de 700 prisonniers à Guantánamo. Nous ne savons pas qui ils sont, quelles sont les charges qui pèsent contre eux, et quand ou si, ils comparaîtront un jour devant un juge.» Pour la soutenir, elle demande l’aide de la novice Teri Duncan (Shailene Woodley), et elles s’envolent ensuite pour Cuba afin de rencontrer Mohamedou.

 

Simultanément, le colonel Stuart Couch (Benedict Cumberbatch), dont un ami proche est mort lors des attentats du 11 septembre 2001, est chargé de poursuivre l’affaire et de veiller à ce que Salahi soit condamné à mort.

 

Lorsque Nancy et Teri rencontrent Mohamedou, celui-ci explique que « j’étais au mauvais endroit au mauvais moment. Et à cause de cela, ils m’ont enlevé de chez moi, m’ont emprisonné en Jordanie pendant cinq mois, puis dans une base militaire en Afghanistan – ce qui revenait à vivre dans des toilettes, – et m’ont ensuite amené ici, avec un sac sur la tête et des chaînes autour du corps. … Ils pensent qu’ils peuvent le faire parce que je suis un Arabe et que mon pays est faible – et que je suis stupide. »

 

« C’est comme s’il était en train de faire une croisière autour du monde », plaisante Teri. Lorsque les avocats intentent une action en justice contre le gouvernement américain, Rumsfeld et Bush, ils reçoivent 20.000 pages de documents expurgés. Confrontée à un journaliste du Wall Street Journal qui suggère qu’elle est «une avocate terroriste», Nancy répond : «Quand je défendais quelqu’un accusé de viol, personne ne pensait que j’étais une violeuse… Mais quand il s’agit de quelqu’un accusé de terrorisme – eh bien, des gens comme vous pensent que c’est différent.»

 

Dans une séquence émouvante, un Mohamedou ému récite une prière musulmane depuis sa cellule. D’autres voix, un peu plus loin dans le couloir lugubre et humide, se joignent à lui.

 

Hollander, une dure à cuire, s’emporte contre Mohamedou lorsqu’il remet en question sa détermination: «Les directeurs de huit pénitenciers différents m’envoient des cartes de Noël, d’accord? … J’ai trois mariages à mon actif et j’étais le problème dans chacun d’entre eux. J’ai été une mauvaise mère pour mon fils unique. … Parce que je suis ici, je suis toujours ici. C’est ma vie. Alors ne remettez pas en cause mon engagement dans votre affaire».

 

The Mauritanian contient des scènes effrayantes de torture infligée à Mohamedou à Guantánamo par les services de renseignement militaires américains en 2003 et 2004, des crimes pour lesquels chacun des participants et ceux qui les ont autorisés devraient être inculpés et emprisonnés.

 

Les ravisseurs américains de Mohamedou, conformément à un «plan d’interrogation spécial» approuvé personnellement par Rumsfeld, commettent les pires actes de barbarie. Leurs méthodes comprennent l’isolement à long terme, des simulacres d’exécution, la privation de sommeil, des positions de stress atroces, combinées à diverses humiliations physiques, psychologiques et sexuelles. Les tortionnaires menacent de violer sa mère, le gardent dans un congélateur et l’arrosent d’eau froide, le forcent à écouter de la musique rock à tue-tête, menacent de le tuer et le battent à plusieurs reprises.

 

« L’humiliation, le harcèlement sexuel, la peur et la famine étaient à l’ordre du jour jusqu’à environ 22h. Les interrogateurs s’assuraient que je n’avais aucune idée de l’heure, mais personne n’est parfait ; leurs montres la révélaient toujours. Cette erreur me servirait plus tard, lorsqu’ils me mettraient en isolement dans l’obscurité. » (Guantánamo  Journal)

 

Dans le film de Macdonald, Hollander et le procureur Couch ont enfin l’occasion de lire les descriptions et les transcriptions des tribulations brutales de Salahi. Lorsqu’un collègue militaire soutient que Mohamedou a signé des aveux multiples, Couch répond : «Il a passé soixante-dix jours dans des programmes spéciaux, torturé. Rien de ce qu’il a dit ne sera recevable…»

 

Ses tortionnaires, poursuit Couch, «ont menacé de faire expédier la mère de Salahi à Gitmo pour qu’elle soit violée par d’autres détenus. Et tout est documenté, c’est systémique, approuvé par l’OSD [le Bureau du secrétaire de la Défense]. La signature de Rumsfeld est sur la feuille de route. Le puits entier est empoisonné. … Ce qui a été fait ici est répréhensible».  Couch affirme catégoriquement que «je ne vais pas faire ça. C’est contre la Constitution. C’est contre mes principes en tant que chrétien. Je ne le ferai pas.» Il est traité de «traître» et démissionne de l’affaire.

 

Plus tard, lorsque Nancy rencontre Couch, elle remarque : « Vous savez, je crois que j’ai compris pourquoi ils ont construit le camp là-bas. Nous avions tous les deux torts. Ce n’était pas les détenus qu’ils voulaient tenir à l’écart des tribunaux, c’était les geôliers. Mon client n’est pas un suspect, c’est un témoin. »

 

Mohamedou finit enfin par raconter son histoire.

 

Le 16 octobre 2016, 5445 jours après s’être rendu en voiture à la police nationale mauritanienne pour un interrogatoire et avoir été victime d’un enlèvement, Mohamedou est libéré de Guantánamo et ramené par avion à Nouakchott, en Mauritanie.

 

Le post-scriptum du film nous informe que le 22 mars 2010, Salahi a gagné son procès. Néanmoins, l’administration Obama a fait appel et Salahi a été renvoyé en détention pour sept autres années. La mère de Mohamedou est décédée en 2013 sans avoir vu son fils depuis son arrestation. Parmi les clients de Nancy Hollander figurent l’un des hommes toujours détenus à Guantánamo et la lanceuse d’alerte Chelsea Manning.

 

Ni la CIA, ni le ministère de la Défense, ni aucune autre agence gouvernementale n’a reconnu sa responsabilité ou présenté des excuses pour les violences commises à Guantánamo. Sur les 779 prisonniers qui ont été détenus à Guantánamo, huit ont été reconnus coupables d’un crime, et trois de ces condamnations ont été annulées en appel.

 

Dans ce film exceptionnel, les acteurs ont été « impliqués dès le début, et enthousiastes à l’idée que l’histoire soit racontée », a expliqué le réalisateur Macdonald dans une interview. Rahim livre une performance exceptionnelle, donnant vie à la résilience, à l’optimisme fondamental, au sens de l’humour aiguisé (et souvent nécessairement noir) et à la profonde humanité de Mohamedou Salahi.

 

Macdonald explique : « Il [Rahim] a tout donné et il a souffert pour cela. Il portait de vraies chaînes, ses jambes saignaient, et il a insisté pour ne pas manger pendant trois semaines. Il ne mangeait qu’un œuf blanc par jour, alors j’étais vraiment très inquiet… ».  Le réalisateur fait référence au charmant clip vidéo à la fin du film, lorsque le vrai Mohamedou chante en même temps que «The Man In Me» de Bob Dylan, tiré de The Big Lebowski, «qui, explique le réalisateur, est son film préféré»

Foster et Cumberbatch apportent leurs formidables compétences et leur sincérité au projet. Le directeur de la photographie Alwin H. Küchler saisit l’horreur claustrophobe de l’enfer du centre de détention, alors même que les gardes ou les tortionnaires surfent dans les Caraïbes, à quelques pas de là.

 

Dans une interview accordée à Forbes, le cinéaste a évoqué le fait que Barack Obama n’a pas fermé Guantánamo – une de ses promesses électorales. « La plupart des gens à Guantánamo – la grande majorité – étaient de simples fermiers. Ils ont été vendus par quelqu’un qu’ils pensaient être un ami et qui les a accusés d’être des membres d’Al-Qaïda pour 50.000 ou 100.000 dollars. Je pense que quelque chose comme 80 % des personnes envoyées à Guantánamo étaient essentiellement des victimes de cela. »

 

C’est une histoire terrible, racontée avec courage et honnêteté. Macdonald a une filmographie intéressante, mais The Mauritanian rehausse énormément sa stature. C’est une œuvre, pour ainsi dire, du bon côté de l’histoire. Toutes les personnes impliquées méritent d’être félicitées. Si le film a la possibilité d’attirer un public, il aura un impact notable sur l’opinion publique. Il contribuera au dégoût général et à l’horreur avec lesquels les dirigeants meurtriers et en crise de l’Amérique sont perçus par des couches de plus en plus larges de la population américaine et mondiale. Du même coup, The Mauritanian sert d’antidote sain à l’apologie de la torture de films aussi mensongers et misérables que Zero Dark Thirty (2012) de Kathryn Bigelow.

 

En dernière analyse, la pseudo «guerre contre le terrorisme», lancée avec l’invasion de l’Afghanistan, tout comme la guerre criminelle contre l’Irak, n’avait rien à voir avec le terrorisme, mais s’inscrivait plutôt dans la volonté d’hégémonie mondiale de Washington et, plus précisément, de domination américaine sur deux grandes régions productrices de pétrole et de gaz de la planète, le bassin caspien et le Moyen-Orient.

 

Qu’ont apporté près de deux décennies d’intervention directe des États-Unis en Afghanistan et en Irak? Des millions de morts et des millions d’autres chassés de chez eux, créant la plus grande crise de réfugiés de l’histoire alors que la pandémie fait rage.

 

À Guantánamo, Mohamedou Salahi a passé de nombreuses nuits blanches, «frissonnant dans mes chaînes, mangeant d’innombrables MRE [repas prêts à consommer] sans goût, et écoutant ‘Oh say can you see, by the dawn’s early light’ dans une boucle sans fin et répétitive ». Grâce à The Mauritanian, Salahi, qui n’est plus entravé par la cagoule, les barbelés, l’armée, ou le gang de tortionnaires, raconte aujourd’hui sa version des faits.

 

 

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

3 réflexions sur “Le bagne de Guantanamo décrit de l’intérieur

  • 15 avril 2021 à 14 h 04 min
    Permalien

    Il ne serait pas étonnant qu’ un voisin convoitant les terres d’à côté, les ait dénoncés.
    Qui vendait les esclaves aux blancs …?

    Répondre
  • 15 avril 2021 à 14 h 55 min
    Permalien

    Depuis 2003 je porte un costume de Guantanamo floqué, porté longtemps dans la rue, avec des chaînes. Me jurant de le déposer le jour où cette horreur serait fermée. Malheureusement je le porte toujours et encore… Avec Obama j’ai failli le plier et le lui envoyer, accompagné d’un film. On connait la suite…
    C’est en Mars 2003 qu’il fut endossé, à l’occasion de manifs contre la guerre en Irak. Je me souviens (la même année) m’être rendu également au salon du livre, invité par mon éditeur pour l’inauguration ; Passant de stands en stands enchaîné, y compris celui du ministère des affaires étrangères, tel un visiteur se comportant comme si de rien était. Derrière mes lunettes noires je pouvais les observer buvant des coupes de champagne avec une amie d’origine hollandaise. Alors même que les avions traversaient le ciel de France pour aller tuer au nom des droits de l’Homme. Le plus étonnant c’est que personne n’en parlait, pas un mot, sauf les derniers traînards avec qui une discussion fut entamée. C’est ainsi que j’ai découvert combien les « zélites » françaises étaient délitées, alitées, tellement autocentrées. Dégonflées !

    Cordialement vôtre
    Bernard-Alex
    Artiste plasti’cœur

    PS: http://www.bernardalex.com/2019/02/c-est-une-histoire-de-costards-qu-on-nous-taillent-a-meme-la-peau-et-les-os.html

    Répondre
  • 15 avril 2021 à 20 h 46 min
    Permalien

    La même histoire pour moi. Comme policier en Colombie, on devrait faire des massacres pour recevoir de l’argent avec le Plan Colombia. Je n’ai pas voulu entrer dans cette misère et j’ai dénoncé cette pratique. Conséquences : 12 ans de persécutions après d’avoir été torturé et mis dehors de la police. Le bonheur : voir avec mes yeux la décadence des Ricains!

    Répondre

Répondre à Poilagratter Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *