La France prépare-t-elle des guerres de conquêtes?

Par Khider Mesloub.

This article is availablein 5 languages on this webmagazine:
19.04.2021-Mesloub-English-Italiano-Spanish

La France doit sa grandeur essentiellement à son armée. Absolument pas à son industrie. Historiquement, la France s’est bâtie par la force de ses baïonnettes et de ses navires de guerre. Non à la force du poignet industrieux de ses entreprises. Elle n’a jamais brillé par sa haute technologie industrielle. Mais par ses hauts faits de guerres de conquêtes, de rapines, de pillages.

 

Contrairement à l’Allemagne, fondée sur la grandeur de sa puissante industrie. Si la puissance de cette dernière s’appuie sur la défense de son industrie, la France érige sa puissance sur l’industrie de sa défense, autrement dit de son armée, par extension de son complexe militaro-industriel.  L’État français se fonde sur une perpétuelle conquête territoriale. Dès sa naissance dans le petit périmètre parisien, il s’est lancé dans une permanente entreprise d’extension territoriale, une politique de guerre d’occupation. D’abord, par la conquête des territoires du sud, l’Occitanie, ensuite les autres régions hexagonales, notamment la Bretagne. Plus tard, sa politique impérialiste s’est étendue à l’échelle internationale, par ses entreprises esclavagistes et conquêtes coloniales.

 

Ainsi, la France s’est toujours distinguée par le surdéveloppement de son industrie militaire (aujourd’hui septième puissance mondiale, cependant classée troisième exportatrice d’armes), sur laquelle repose sa puissance. Son industrie nucléaire, civile et militaire, renforce également son hégémonie. Ce faisant, l’industrie militaire et le nucléaire demeurent ainsi le fondement du régime contemporain.

 

Ironie de l’histoire, la nation des « droits de l’homme » demeure le pays impérialiste le plus militarisé du monde. Force donc est de relever que, depuis des siècles, le militarisme de la France a toujours constitué une expression d’une politique de compensation, par la violence militaire, de ses faiblesses économiques. La force brute de ses conquêtes coloniales anciennes comme celle de ses interventions impérialistes contemporaines lui servent d’adjuvants pour maintenir son rang de puissance mondiale, préserver ses intérêts économiques, notamment dans ses chasses gardées.

 

Nul doute, la politique agressive interventionniste française a pour dessein de compenser sa faiblesse économique. En proie à une très forte désindustrialisation, au déclassement économique, la France est réduite à s’octroyer par la force armée les moyens de ses ambitions impérialistes. Tout se passe comme si les engagements militaires de la France constituent l’unique programme politique pour préserver ses positions géostratégiques, son rang de puissance mondiale.

 

Aujourd’hui, la France se prépare-t-elle à de nouvelles guerres de conquêtes pour surmonter son déclassement économique, sa décadence politique et culturelle ? À lire les déclarations des hauts gradés militaires français, tout indique que la France fourbit ses armes pour des interventions impérialistes de grande ampleur.

 

Comme l’a déclaré le chef des armées françaises Thierry Burkhard au journal The Economist, la France mobilise son armée en vue « de conflits de haute intensité ». Autrement dit, des conflits d’État à État. Son confrère, le général Vincent Desportes, dans une interview accordée au journal numérique Atlantico, confirme ces orientations militaristes : « Je crois qu’aujourd’hui il serait déraisonnable de ne pas imaginer une guerre beaucoup plus vaste et beaucoup plus violente, engageant beaucoup plus de moyens que les conflits que nous conduisons depuis la fin de la Guerre Froide. » (…). « Les guerres de demain ne seront pas les guerres du terrorisme, c’est une parenthèse qui va se refermer et les guerres de demain seront probablement des guerres interétatiques qui pourront être extrêmement violentes, même si probablement pas très longues ; il faut donc que l’armée française s’y prépare. ». (…). « Il faut que l’armée française retrouve des capacités d’engagement beaucoup plus massif. Aujourd’hui l’armée française serait incapable d’engager une division -pas un corps d’armée- capable de manœuvrer, et c’est pour ça que cet exercice (Orion, ndlr) vise à redonner à l’armée française l’habitude à engager et commander des moyens sur de vastes espaces et des durées longues. ». 

 

Des exercices de combat de grande ampleur sont déjà à l’œuvre, notamment au travers de l’opération « Orion » visant à préparer l’hypothèse d’un engagement majeur (HEM), selon la terminologie polémologique française.  L’exercice Orion se caractérise par le déploiement de toutes les capacités militaires françaises à une échelle inégalée depuis des décennies. L’opération compte mobiliser plusieurs milliers de soldats. Outre les troupes au sol, l’armée de l’air et la marine participeront également aux exercices de combat. Actuellement, la France dispose de 5100 soldats au Sahel dans le cadre de l’opération Berkhane. Or, pour assurer le succès des futures opérations militaires, la France compte augmenter ses forces armées pour atteindre 25 000 soldats.

 

Si, au cours des dernières décennies, pour justifier ses interventions militaires, la France invoquait le prétexte de la lutte contre le terrorisme, désormais, avec l’épuisement de cet alibi devenu inopérant à force d’instrumentalisation outrancière, d’autres mobiles seront allégués pour légitimer ses guerres de conquêtes.

 

Sans attendre, pour ces préparatifs de guerre, l’État français a constitué plusieurs groupes d’experts pour étudier toutes les éventualités. Notamment la question de l’acceptabilité par les citoyens d’un nombre élevé de morts, jamais égalé depuis la Seconde Guerre mondiale. À cet égard, les pays ciblés par cette « guerre de haute intensité » ne sont pas nommément désignés. Cependant tous les experts s’accordent pour citer la Russie, la Turquie, ou un pays d’Afrique du Nord (serait-ce l’Algérie : intervention militaire française épaulée par des troupes supplétives marocaines, aidée en arrière par Israël, nouvel allié du roi VI ?).

 

Curieusement, d’aucuns vantent le pacifisme de Macron. Or, sous sa présidence les dépenses militaires auront augmenté de 46%, passant de 32 milliards en 2017 à plus de 50 milliards d’euros à l’issue de son mandat. Bien éloigné du prétendu renouvellement démocratique claironné par Macron, ce dernier a imprimé une dimension militariste à son régime, par l’augmentation exponentielle du budget de l’armée (confirmant la préservation de la centralité du complexe militaro-industriel,  fleuron de l’impérialisme français) et le durcissement autoritaire du pouvoir, matérialisé par la militarisation de la société, inaugurée par la répression sanglante du mouvement des Gilets jaunes, parachevée par la dictature sanitaire instaurée à la faveur de l’apparition de la pandémie du Covid-19.  L’ère de la guerre totale est ouverte. A la veille de la Deuxième Guerre mondiale, Hitler avait déclaré, en guise de justification de l’entrée en guerre de l’Allemagne étranglée par le blocus économique imposé par les « Alliés », assoiffée d’espace vital lucratif : « l’Allemagne doit exporter ou périr ». La France semble renouer avec cet agenda militariste : « La France doit conquérir ou périr ».

 

Mesloub Khider  

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

3 réflexions sur “La France prépare-t-elle des guerres de conquêtes?

  • 20 avril 2021 à 5 h 16 min
    Permalien

    certes contrairement a l’Algérie la France n’a jamais brillé par sa haute technologie industrielle.
    centrale nucléaire, TGV, ariane espace, dassault aviation . . .
    pas besoin d’en dire plus sur cet article déplorable !

    Répondre
  • 20 avril 2021 à 5 h 25 min
    Permalien

    armée Algérienne :
    Actifs 430 000
    Troupes régulières 530 000 (Totale)
    Réservistes 150 0001
    Paramilitaires 190 000
    ______________________________
    armée française 270 746 militaires et civils dont 61 287 civils (ETPT fin 2018)

    Répondre
  • 20 avril 2021 à 16 h 14 min
    Permalien

    Bon ! Je reviens fraterniser et fumer le calumet de paix avec mon frère Khider Mesloub… même s’il m’accuse de tous les maux (il a peut-être pas tord)…, et même si je dois avouer que je partage pas toujours ni tout à fait ses opinions…

    Mais encore, même s’il est plus Français qu’Algérien :))) je l’ai su en faisant des petites recherches… et alors ?! j’ai rien contre les Français, encore moins contre les Algériens ! :)))

    Maintenant sur cet article, je confirme que nous, la branche pro sioniste et pro Israélienne du Maroc a bel et bien l’intention d’attaquer l’armée Algérienne et nos frères civils Algériens… avec des tagines au poulet Baladi aux olives et citron confit (un délice), des Pastilla aux pigeons qui allient la douceur des amandes sucrées au miel à la farce aux pigeons salés aux oeufs, et une fine pâte feuilletée saupoudrée de sucre glace et de cannelle (miam…)

    Et pour ta gouverne mon cher Khider, continue de te prendre au sérieux comme ça et c’est moi qui viendra te tirer par les pieds pour une escapade au Maroc… le pays de tes frères que tu veux renier par acharnement idéologique et entêtement inhumain qui ne te ressemble guère ! :))) Je te promets qu’un séjour chez tes cousins te fera le plus grand bien, et tiens pourquoi pas… on te trouvera une mégère… une berbère ou une bourgeoise arabe fassie (de Fès) chichi et pleurnicharde pour nous assurer de te conduire au bord de la crise de nerf et nous reposer les oreilles avec tes gesticulations :))))

    Amicalement… et fraternellement de ton cousin que tu renies ! :)))

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *