Les Mingongs et la radicalisation de la classe ouvrière chinoise

Par Dao Feixiang.

 

Avant le début de la pandémie de COVID-19, l’économie mondiale s’est effondrée. Pourtant, alors que le reste du monde semble en feu, la Chine semble être restée à l’abri de ce déclin économique extrême, étant l’une des rares économies à connaître une croissance en 2020. La Chine a enregistré une augmentation de 1 % de son PIB grâce aux mesures strictes du Parti communiste chinois (PCC) et aux efforts des travailleurs de première ligne. Aux yeux du monde extérieur, l’État chinois continue de paraître fort, brandissant fièrement le slogan du « socialisme aux caractéristiques chinoises« .

 

Derrière cette façade se cache toutefois une économie capitaliste hautement exploitée qui est également en crise. À l’intérieur des frontières de la Chine, les travailleurs souffrent toujours d’une surexploitation comparable à celle qu’ont connue les travailleurs anglais à la fin du XIXe siècle. Leurs droits sont niés, leurs discours sont censurés, leurs actions sont impitoyablement réprimées. Mais les travailleurs ne se laissent pas faire et les contradictions sociales du capitalisme et l’environnement répressif les poussent à remettre en question l’ensemble du système.

 

Le développement du capitalisme en Chine a créé une nouvelle génération de travailleurs qui n’ont jamais vécu sous l’ancienne économie planifiée nationalisée ou sous les effets qui désorientent de la restauration capitaliste. Il en résulte une revitalisation des luttes ouvrières au cours de la période récente.

 

L’évolution du rôle des travailleurs migrants (mingongs)

 

L’une des forces motrices du renouveau de la conscience de classe en Chine est l’afflux croissant de travailleurs migrants (民工, mingongs) dans les villes. Avec la restauration et le développement du capitalisme sous l’égide du PCC en Chine, une nouvelle masse de la population rurale s’est prolétarisée et a été contrainte de trouver du travail dans les centres urbains en plein essor. Cela a eu pour effet de remplacer la génération précédente de travailleurs, généralement désorientée et démoralisée par les mesures prises par l’État pendant la période de « réforme et d’ouverture ». La génération plus âgée de la classe ouvrière urbaine, qui avait vécu l’époque de l’économie planifiée, avait tendance à être plus docile et à faire confiance à l’administration du PCC face au processus de restauration capitaliste.

 

Les conditions matérielles se sont effectivement améliorées pour cette ancienne génération de travailleurs : de 1978 à 1985, le salaire mensuel moyen des travailleurs est passé de 52 yuans à 119 yuans, soit une augmentation annuelle de 13%. L’augmentation du salaire moyen a d’abord détourné l’attention de ces travailleurs du danger que représentait le passage du PCC au capitalisme, dont ils allaient bientôt ressentir les conséquences douloureuses. Après le Tour du Sud de Deng Xiaoping en 1992, le PCC est passé fermement sous le contrôle des libéraux économiques, qui ont mené d’énormes réformes de privatisation dans les entreprises d’État, excluant rapidement l’ancienne génération de travailleurs du lieu de travail.

 

Plus de 22 millions de travailleurs ont été licenciés en trois ans, entre 1998 et 2001. Cela a déclenché une vague massive de luttes parmi les travailleurs licenciés de 2002 à 2005, qui s’est éteinte peu après.  Alors que la vieille génération de travailleurs urbains perdait son emploi dans les entreprises d’État, de nombreux paysans – suite à l’introduction du système de responsabilité des ménages en 1982, qui a effectivement marqué le début de la privatisation des terres agricoles – ont commencé à quitter volontairement leurs terres pendant les périodes creuses pour chercher un travail saisonnier dans les villes, et ont fini par quitter complètement la campagne pour trouver de meilleurs emplois dans les villes.

 

Ces travailleurs issus du milieu rural sont communément appelés les mingongs.

 

Entre 1982 et 1988, environ 9,7 millions de mingongs ont afflué vers les villes chaque année. Après le tour du Sud de Deng Xiaoping en 1992, l’afflux de population a atteint plus de 10 millions de mingongs migrant chaque année vers les villes depuis lors. Selon le Bureau national des statistiques, le nombre de mingongs en Chine était d’environ 290 millions en 2019. Ce n’est qu’aujourd’hui que la croissance de ces chiffres a considérablement ralenti : le même rapport souligne que le nombre de 2019 n’a augmenté que de 1 % par rapport à 2018.

 

Aujourd’hui, ces mingongs occupent un tiers de la population active de 900 millions de personnes en Chine, mais le nombre réel de travailleurs d’origine rurale est bien plus important que les 290 millions en raison des changements dans les enregistrements des ménages. Légalement parlant, les mingongs sont des travailleurs migrants dont le ménage est enregistré dans les zones rurales. Toutefois, au cours des dernières décennies, de nombreux mingongs ont été autorisés à s’inscrire pour un ménage urbain et n’ont donc plus été comptabilisés comme mingongs en tant que tels, bien qu’ils puissent encore avoir un lien avec la campagne.

 

Aujourd’hui, les mingongs se considèrent consciemment comme faisant partie de la classe ouvrière urbaine plutôt que d’en être séparés. Dans une interview datant de 2006, un mingong de la province de Hunan travaillant dans la province de Guangdong expliquait :

« Tout dans ma vie est différent de celui de la génération de mes parents. Je n’ai pas l’intention de retourner au village pour m’y marier et y avoir des enfants. Je suis instruite et cultivée. Je veux apprendre une compétence et enfoncer mes racines ici [dans la ville]. »

 

Un rapport plus récent de 2019 souligne que beaucoup de ces jeunes mingongs sont bien plus qualifiés et éduqués que ne l’étaient les générations précédentes. La surexploitation et la vie difficile dans les villes ont rapidement créé une conscience de classe chez les mingongs. La majorité des plus de 13 000 grèves enregistrées à travers la Chine depuis 2011 ont concerné une main-d’œuvre largement mingong. Si, pendant un temps, beaucoup ont pensé que les villes apporteraient opportunités et richesse, ces illusions sur le système se dissipent rapidement, d’autant que la croissance économique a ralenti depuis 2011 et que le nouvel afflux de travailleurs urbains est devenu plus savant et plus qualifié. Il y a quelques décennies, les mingongs manquaient majoritairement d’éducation : une recherche et une enquête de 2007 portant sur un échantillon de 897 mingongs de Nanchang montre que plus de 80 % d’entre eux avaient eu une éducation ne dépassant pas le collège (maximum autour de la 9e année, selon les régions).

 

Au cours des dernières décennies, cependant, des millions de mingongs et leurs familles ont pris racine dans les villes, ce qui a entraîné une urbanisation rapide. En 2010, le taux d’urbanisation était de 49,68 %. En 2016, le taux d’urbanisation de la Chine a atteint 57,35%. En 2020, on estime qu’environ 840 millions de personnes, soit plus de 60 % de la population chinoise, vivent désormais dans les villes. À mesure que les mingongs se sont installés dans les villes, leur mode de vie a également changé. De nos jours, les jeunes mingongs tentent généralement d’éviter de travailler dans les usines. Il est raisonnable pour ces jeunes travailleurs de rejeter les conditions de travail dangereuses et le dur labeur (physique) que leurs parents ont connu.

 

Contrairement à la façon dont les médias pro-étatiques décrivent les emplois du secteur des services, l’illusion dans ce secteur que ces emplois sont plus sûrs et de meilleure qualité contraste fortement avec la réalité. Par exemple, les livreurs de nourriture sont soumis à un travail intense au quotidien, ce qui explique le nombre élevé d’accidents de la route dans les métropoles. Souvent, les entreprises n’indemnisent pas suffisamment, voire pas du tout, les blessures de leurs travailleurs.

 

Contrairement à l’ancienne génération de travailleurs, qui se souvient de l’égalité des salaires et de certains avantages fournis par l’État, la nouvelle classe ouvrière s’est formée sur le terrain des relations de propriété privatisées, de la concurrence du marché libre et de la répression autoritaire. En conséquence, un réveil massif de la conscience de classe a commencé parmi les travailleurs les plus éduqués et les plus avancés ces dernières années.

 

Une conscience de classe nouvellement émergente

 

Cette tendance est particulièrement apparente depuis l’Incident « 996 » et « 251 » de 2019, au cours duquel la conscience de classe parmi les couches les plus éduquées de la classe ouvrière a commencé à s’exprimer en ligne. Les travailleurs ont conspué les médias grand public pour leurs positions pro-capitalistes, se moquant des publicités ridicules des entreprises, exposant l’exploitation brutale qu’ils subissent, et tentant activement de se connecter avec les travailleurs physiques. Nous pouvons voir de nombreux exemples de leurs efforts : la moquerie ouverte de Jack Ma après l’incident du milliardaire du peuple ; la grève des écrivains créatifs du 5 mai 2020 ; la diffusion du mème internet 打工人 (Da Gongren, utilisé pour désigner uniquement les cols bleus physiques, mais désormais utilisé pour désigner tous les travailleurs) ; les demandes actives pour une journée de travail de huit heures.

 

Ce changement, cependant, n’est pas tombé d’un ciel bleu clair. Il est le résultat inévitable du capitalisme.

 

Avant cet éveil de la conscience de classe, les travailleurs subissaient déjà l’oppression de leurs patrons. Un changement qualitatif s’est produit après des années et des années d’oppression accumulée. Au moment du tournant décisif, même une petite étincelle peut mettre le feu au baril de poudre du ferment. Par exemple, le système de travail 996 (travail de 9 heures à 21 heures, 6 jours par semaine – soit 72 heures par semaine) prévaut dans le secteur de la tech depuis 2016. Le ressentiment à l’égard de l’intensité croissante du travail, des salaires insuffisants et des droits du travail non protégés a cependant couvé parmi ces travailleurs.

 

Cette situation a atteint un tournant en 2019 lorsque le magnat de la tech Jack Ma a ouvertement fait l’éloge du système 996. Cela a conduit à une réaction massive en ligne dirigée contre le capitalisme lui-même.

 

La nécessité d’un leadership marxiste

 

Comme Marx et Engels l’ont expliqué : le capitalisme ne peut s’empêcher de faire naître ses propres fossoyeurs. La restauration du capitalisme en Chine a prolétarisé des millions de personnes de la campagne et les a poussées à trouver de meilleures perspectives en tant que travailleurs dans les villes, pour les laisser amèrement déçus par plus de misère, de corvée et d’oppression. Même parmi ceux qui parviennent à s’instruire, au lieu de la stabilité, ils ne trouvent que des emplois précaires et des heures de travail inhumaines. C’est la raison pour laquelle, malgré le bombardement incessant de la propagande d’État qui prétend que la Chine est un pays socialiste prospère, une couche croissante de travailleurs et de jeunes reconnaît cette société pour ce qu’elle est : une société capitaliste qui doit être renversée.

 

Au fur et à mesure que les contradictions au sein de la société chinoise s’accumulent et que de plus en plus de grèves ont lieu, de nouveaux accès de lutte merveilleuse et spontanée vont éclater à la surface. Elles seront sans aucun doute portées par des militants qui veulent transformer la société de fond en comble. Malgré ce que beaucoup de gens de gauche en Chine croient, les luttes spontanées en elles-mêmes ne peuvent pas mener à la victoire de la classe ouvrière et à la révolution socialiste.

 

La Chine est un pays de 9,6 millions de kilomètres carrés, avec une population de 1,4 milliard d’habitants et environ 900 millions de travailleurs. Cela ne fait qu’augmenter la probabilité que l’explosion spontanée de la lutte prenne un caractère isolé. Lorsque les travailleurs se mettront à lutter, ils seront également confrontés à un appareil d’État extrêmement centralisé, bien doté en ressources et discipliné, doté d’un réseau de surveillance omniprésent. (Comme partout)

 

Une direction qui aide à connecter les luttes dans toute la Chine est donc nécessaire pour assurer la victoire et permettre aux travailleurs chinois de prendre véritablement en charge la société. Cette direction ne peut être forgée qu’en construisant un parti propre, qui utilise le meilleur outil théorique le marxisme, avec une perspective internationaliste.

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

2 réflexions sur “Les Mingongs et la radicalisation de la classe ouvrière chinoise

  • 13 mai 2021 à 8 h 10 min
    Permalien

    Le PC Chinois , après la période Deng-tsiao-ping , retrouve ses marques dites historiques et ne veut pas subir l’échec soviétique avec des apparatchiks corrompus, d’où la campagne anti-corruption qui a désavoué entre autre Jack Ma . Le combat pour la socialisme est nécessaire en permanence pour que le peuple s’approprie en profondeur la manière efficace de le construire sur une longue période . Le capitalisme se meurt mais peut résister un certain temps grâce à l’intelligence d’une bourgeoisie sur certains marchés porteurs comme les nouvelles technologies . Le rôle du Parti est alors fondamental dans la formation d’ingénieurs et savants capables de concurrencer l’influence de cette bourgeoisie avancée. Les résultats économiques et sociaux-culturels de la Chine sont là pour prouver que l’économie mixte est nécessaire pendant un temps historique plus ou moins long suivant l’évolution éducative d’un peuple. Le PC Chinois est à mon avis sur la bonne voie et les Russes avec Poutine se rendent compte de cette efficacité à l’envers de l’URSS . D’où les accords économiques entre la Chine et la Russie qui n’a plus le poids lourd des anciens pays de l’est qui « mangeaient » un tiers de son produit national brut dans les années 70 et 80. La Russie et la Chine avec leurs immense territoires sont à l’abri du besoin grâce à leurs richesses au contraire des pays occidentaux en prise à une crise permanente de leur capitalisme incapable de faire travailler tout le monde et dépendants d’autres pays pour les matières premières. Les Mingongs ont donc un rôle accru dans le combat pour la société communiste au sein du PC Chinois et je crois qu’il l’ont aujourd’hui avec les nouveaux dirigeants qui combattent la pauvreté avec succès….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *