Ce que le rapport du GIEC sur le climat ne vous dit pas

La « mondialisation » de l’économie impérialiste internationale s’exprime notamment par l’agitation d’institutions mondialistes à la botte du Grand capital impérial, sans attaches nationalistes. L’argent (le capital), n’a pas d’odeur et n’a pas de « patrie » proclament ces poltrons à l’unisson! Pour la pandémie du COVID-19, c’est l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) qui menait le bal et orchestrait la danse pandémique hystérique suivie par l’industrie de l’information à la solde, par Big Pharma, par les GAFAM, et par les politiciens stipendiés. Pour « l’urgence climatique« , le deuxième thème de leur tactique de mise en forme totalitaire des masses populaires, c’est l’Organisation météorologique mondiale (OMM), plus précisément le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) qui mènera la marche mondialiste. Dès que les « démocraties parlementaires totalitaires » seront sorties du bourbier de l’hystérie pandémique et qu’elles auront brisé la Résistance populaire (ce qui n’est pas près d’aboutir selon nous), l’OMM et son bras de technocrates planificateurs et vengeurs, le GIEC, prendront la relève afin d’organiser la spoliation des masses populaires domestiquées (ce qui n’est pas près de survenir selon nous). En cette première semaine de septembre 2021, le GIEC a lancé une nouvelle « bombe climatique » (sic) que nous vous invitons à critiquer:  LE CHANGEMENT CLIMATIQUE EXISTE. IL EST LE PRODUIT DU CAPITALISME. LE PACTE VERT EST LA NON-SOLUTION DU CAPITAL – les 7 du quebec : https://les7duquebec.net/archives/266735. Nous vous offrons ci-dessous  trois textes critiques quant à l’hystérie de « L’urgence climatique anthropique« .


Source:  Spiked.

Aujourd’hui, le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations unies a publié la première tranche de son sixième rapport d’évaluation (AR6). Ce rapport, qui porte sur les « fondements scientifiques physiques » du changement climatique, sera suivi d’autres rapports sur « l’adaptation et la vulnérabilité » et sur l’atténuation du changement climatique au début de l’année prochaine. Entre-temps, la publication d’aujourd’hui a suscité, comme on pouvait s’y attendre, des commentaires enthousiastes de la part de politiciens, de militants et de journalistes spécialisés dans l’environnement, qui espèrent tous que le rapport AR6 recentrera l’attention des dirigeants mondiaux sur la réunion sur le climat COP26 qui se tiendra plus tard cette année.

 

Il s’agit du premier rapport d’évaluation du GIEC depuis un certain temps, et la couverture médiatique a été typiquement alarmiste. Le verdict du rapport du GIEC sur les crimes climatiques de l’humanité : coupable comme l’enfer, affirme le Guardian. Le rapport du GIEC est un « code rouge pour l’humanité », affirme la BBC. Le conseiller scientifique en chef du Royaume-Uni, Patrick Vallance, qui vient tout juste de sauver le pays du Covida déclaré que le nouveau rapport « indique clairement que notre objectif doit être de réduire radicalement la hausse des températures mondiales ». (Ce sont les mêmes « experts » virologiques qui enfourchent la bicyclette climatique ?!… NDÉ)

.

C’est exactement ce qu’ont dit les grands et les bons lors de la publication des rapports AR5 et AR4. Mais le rapport contient-il des déclarations qui peuvent étayer une telle hyperbole politique ? Le corps principal du RE6 compte 3 949 pages. Il est rempli de détails et de discussions techniques arides. Il s’agit d’une tentative compliquée de distiller la littérature scientifique disponible sur une série de sujets afin d’établir la force des preuves et des analyses scientifiques.

 

C’est pour cette raison que chacun des rapports du GIEC se compose de trois parties. Celle qui retient le plus l’attention, comme toujours, est le résumé pour les décideurs (SPM) – un condensé de 40 pages de l’analyse la plus longue. Comme on peut s’y attendre de la part d’une organisation « intergouvernementale » (l’indice est dans le nom), le SPM est un document politique. Les auteurs du GIEC sont choisis par les gouvernements. Le SPM lui-même est rédigé en fonction des besoins des gouvernements et doit également être signé par eux.

 

Alerte rouge pour l’humanité : et si nous ne réussissons pas à enrayer le réchauffement climatique, que faire pour nous protéger ?

 

La seule information nouvelle que contient le RE6 est un changement de méthodologie par rapport aux éditions précédentes. Afin de mieux communiquer aux décideurs politiques ce que les auteurs du GIEC pensent du changement climatique, le GIEC construit des storylines, représentant différents scénarios. Dans le RE5, ces scénarios étaient connus sous le nom de « voies de concentration représentatives » (RCP). Dans le rapport d’évaluation 6, les RCP sont remplacés par des « trajectoires socio-économiques partagées » (SSP), qui déterminent à leur tour les projections de la température de la Terre et ses conséquences. Comme le montre le graphique suivant tiré du sixième rapport d’évaluation, la trajectoire socio-économique la plus « optimiste » prévoit des émissions de CO2 négatives (c’est-à-dire l’élimination du CO2 de l’atmosphère), tandis que la trajectoire socio-économique la plus alarmiste prévoit une multiplication par trois des émissions.

 

Le GIEC affirme qu’il est « neutre par rapport aux hypothèses qui sous-tendent les SSP », c’est-à-dire qu’il n’attache aucune probabilité à une projection particulière. Les responsables politiques doivent donc faire la distinction entre projection et prédiction. Mais dans la pratique, cette distinction est très facilement oubliée. Ce sont les scénarios les plus pessimistes qui finissent par être présentés au public comme des faits scientifiques.

 

Comme l’ont révélé les recherches sur le cinquième rapport d’évaluation, le scénario le plus extrême utilisé par le GIEC était aussi le moins plausible. Néanmoins, il a suscité de loin le plus grand débat (tant politique que scientifique) par rapport à tous les autres scénarios proposés par le RE5. En présentant ces scénarios, le GIEC a sans doute permis aux interprétations alarmistes de la science du climat de prendre le pas sur le débat objectif et rationnel. (Ce qui est l’effet recherché en prévision de l’hystérie climatique qui suivra l’hystérie virale pandémique! NDÉ)

 

Dans le cas du RE5, le scénario le plus alarmiste impliquait une augmentation de 600 % de la consommation de charbon par habitant, tandis que les concentrations de CO2 devaient atteindre cinq fois leur niveau actuel. De telles affirmations n’ont aucun fondement dans le monde réel. L’un des auteurs de ce scénario a même déclaré qu’il n’a « jamais été conçu comme un scénario de maintien du statu quo« , c’est-à-dire comme un scénario qui nous indique ce qui pourrait se passer de manière réaliste.

 

Ce sont donc des scénarios alarmistes, plutôt que des projections plus plausibles, qui guident l’élaboration des politiques. Le GIEC et, plus largement, la science institutionnelle ont fait très peu pour résoudre ce problème. Le scénario le plus pessimiste proposé par le sixième rapport d’évaluation fait des projections sans doute encore moins plausibles que les scénarios les plus pessimistes du cinquième rapport d’évaluation. Mais ces scénarios sont toujours traités comme des résultats probables, et ils continueront à l’être.

 

L’hyperbole vertigineuse émanant même des sources les plus « dignes de confiance » aujourd’hui ne doit rien à la science concrète. La plupart des affirmations concernant le climat sont des déclarations vagues et chargées de valeurs. Annonçant la publication du rapport AR6 lors d’une conférence de presse, Inger Andersen, directrice exécutive du programme des Nations unies pour l’environnement, a déclaré que « le changement climatique est un problème qui se pose ici et maintenant. Personne n’est à l’abri. Et il s’aggrave de plus en plus vite ». Ces mots ont leur place dans le Guardian. Ils ne devraient pas provenir d’une organisation qui prétend représenter les intérêts de l’humanité. (Mais ce rapport est produit afin de préparer l’opinion publique – le prolétariat – à de plus grands sacrifices à la sortie de la pandémie bidon. C’est-à-dire à une plus grande détérioration de nos conditions de vie et de travail et à l’expropriation de nos économies. NDÉ)

 

Dans le sillage de la publication du GIEC aujourd’hui, nous entendons maintenant des affirmations selon lesquelles les phénomènes météorologiques extrêmes peuvent être liés « sans équivoque » au changement climatique anthropique et que les « risques » de phénomènes météorologiques extrêmes ont augmenté. Mais les projections sur l’évolution du climat ne nous disent rien sur la sécurité que nous aurons à l’avenir.

 

Le fait essentiel qui est absent de la discussion, comme le démontrent d’innombrables analyses de chercheurs indépendants, est que le nombre de personnes qui meurent aujourd’hui de conditions météorologiques extrêmes dans le monde est nettement inférieur à ce qu’il a jamais été dans l’histoire. En outre, les gens vivent beaucoup plus longtemps, plus richement et en meilleure santé qu’il y a seulement quelques décennies. Ce progrès est dû au développement économique. C’est la richesse, et non la météo, qui détermine les résultats humains. Nous devrions donc être extrêmement méfiants à l’égard de toute tentative d’affirmer le contraire, à savoir que notre passé, notre présent ou notre avenir dépendait ou dépend encore d’un climat « stable » ou favorable.

 

Dans la mesure où le GIEC a détecté des « risques » d’augmentation des conditions météorologiques extrêmes à l’avenir, ces calculs de risques ne sont dus à aucune mesure empirique du monde réel. En tant que tel, le rapport AR6 représente un nouveau pas du GIEC loin de la réalité.

 

Cet article a été publié initialement sur le site de Spiked.

 

 


 

.
PUBLIÉ PAR JEAN-PATRICK GRUMBERG LE 13 JUILLET 2019
.

Une nouvelle étude menée par une équipe de recherche finlandaise a trouvé qu’il n’existe pas de preuves à l’appui de l’idée d’un changement climatique dû à l’homme. Les résultats de l’étude ont été corroborés par des chercheurs japonais.

 

Dans un article publié à la fin du mois dernier, intitulé « Aucune preuve expérimentale de l’importance du changement climatique anthropique », une équipe de scientifiques de l’Université de Turku en Finlande a déterminé que les modèles climatiques actuels ne tiennent pas compte des effets des nuages sur les températures, et c’est pourquoi ils surestiment à tort l’impact des gaz à effet de serre générés par l’homme.

Pourquoi le GIEC se trompe

Les modèles utilisés par le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) « ne peuvent pas calculer correctement la composante naturelle incluse dans la température globale » car « une forte rétroaction négative des nuages fait défaut dans leurs modèles ». Autrement dit, ils ne tiennent pas compte de l’impact naturel des nuages sur la température.

En tenant compte du facteur de couverture nuageuse et des émissions de gaz à effet de serre, les chercheurs ont constaté que l’homme n’a tout simplement pas beaucoup d’effet sur la température de la Terre.

Pas de changement climatique anthropique

Au cours des cent dernières années, la température a augmenté d’environ 0,1 degré Celsius à cause du dioxyde de carbone, et la contribution humaine était d’environ 0,01 degré Celsius, » notent les chercheurs.

Vous avez bien lu… 0,01°.

L’étude poursuit :

Comme la part anthropique de l’augmentation du dioxyde de carbone est inférieure à 10 pour cent, nous n’avons pratiquement aucun changement climatique anthropique.

Si nous tenons compte du fait que seule une petite partie de la concentration accrue de CO2 est anthropique, nous devons reconnaître que le changement climatique anthropique n’existe pas dans la pratique.

 

Un centre de recherche scientifique japonais confirme

Le professeur Masayuki Hyodo, chercheur principal à l’université Kobe au Japon, confirme :

Cette étude [finnoise] est l’occasion de repenser l’impact des nuages sur le climat.

Lorsque les rayons cosmiques galactiques augmentent, les nuages bas augmentent aussi, et lorsque les rayons cosmiques diminuent, les nuages diminuent aussi, de sorte que le réchauffement climatique peut être causé par un effet opposé — « l’effet parapluie ».

L’effet parapluie causé par les rayons cosmiques galactiques est important lorsqu’on pense au réchauffement climatique actuel ainsi qu’à la période chaude de l’ère médiévale.

Selon Hyodo, les modèles climatiques politiques — y compris le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) des Nations Unies — ne tiennent pas compte de cela dans leurs calculs.

 

Il existe d’autres sons de cloches

Il existe d’autres sons de cloche que ceux que les médias veulent bien vous laisser entendre. Et pour que vous ne vous renseigniez pas auprès de sources d’informations multiples, Dreuz a encore récemment été accusé par Le Monde de diffuser des thèses conspirationnistes et des Fake News, une façon de ne pas argumenter et de dire : ne croyez pas ce que vous lisez sur Dreuz.

  • Les températures sur Terre vont baisser jusqu’en l’an 2100 pour atteindre les niveaux d’un petit âge glaciaire, prédit Horst-Joachim Lüdecke, un scientifique de l’Université allemande de la Sarre, en Allemagne (Source : HuffPost)
  • Les températures vont baisser jusqu’en 2060, affirme Habibullo Abdussamatov, directeur de l’Observatoire russe de Pulkovo.
  • Le refroidissement a déjà commencé, et il pourrait se terminer dès 2030, annonce Anastasios Tsonis, directeur du Atmospheric Sciences Group à l’Université du Wisconsin.
  • « Le soleil, et non l’homme, réchauffe la terre », rappelait Lüdecke en 2011, exprimant de manière concise l’opinion émergente selon laquelle l’homme joue un rôle sans conséquence dans le changement climatique.
  • Une étude produite par un géoscientifique de l’Université du Wisconsin-Madison et astrophysicien présente une explication des fluctuations des températures de la Terre qui met en lumière la complexité des forces à l’œuvre sur le climat de la Terre et tout ce qu’il nous reste à en apprendre. L’étude soutient que le cycle des changements climatiques au cours des millénaires est en grande partie le résultat des changements dans la quantité de rayonnement solaire, en partie causés par de petits changements dans les orbites de la Terre et de Mars.
  • Il y a deux ans, des chercheurs australiens ont conclu que la période de réchauffement actuelle de la planète était probablement attribuable aux tendances naturelles de la température qui ont précédé l’industrialisation humaine. « Après avoir appliqué la plus récente technique de grandes données à six séries de températures approximatives de 2000 ans, nous ne pouvons pas confirmer que le réchauffement récent est tout sauf naturel — ce qui aurait pu se produire de toute façon, même s’il n’y avait pas eu de révolution industrielle, » a noté l’équipe australienne.

» Notre nouveau document technique… sera probablement ignoré », avait écrit l’un des chercheurs. Il avait raison…

Le pot aux roses du GIEC

Notez bien ceci, c’est probablement la révélation la plus intéressante. Elle a été faite en 2014 dans le Huffington Post par Lawrence Solomon.

Lorsque l’ONU a créé le Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat en 1988, il a reçu le mandat d’examiner les causes du réchauffement d’origine humaine.

Ce mandat prévoit donc que le GIEC doit ignorer l’influence du soleil sur le climat de la Terre.

C’est ce qu’ont appris les scientifiques lors d’une réunion du GIEC en 1992 :

À la surprise d’Eigil Friis-Christensen, chef de la division géophysique de l’Institut météorologique danois, il n’a pas été autorisé à présenter les résultats d’un article qu’il avait co-écrit dans le magazine Science et qui mettait en corrélation les taches solaires et les températures mondiales.

Reproduction autorisée avec la mention suivante : © Jean-Patrick Grumberg pour Dreuz.infoCe que le rapport du Giec sur le climat ne vous dit pas | Atlantico.fr


2019-04-02 ::: La géoéconomie et la géopolitique entraînent des ères successives de mondialisation prédatrice et d’ingénierie sociale – Émergence historique du changement climatique, de l’égalité des sexes et de l’antiracisme en tant que doctrines d’État

Source : http://climateguy.blogspot.com/2014/03/my-position-on-climate-change.html

CONCLUSION

Les points à retenir sont les suivants :

• La période de Bretton Woods (1945 à 1971) avait des balances commerciales réglementées, des échanges de devises réglementés et un dollar américain limité par son lien avec l’or. Il a été conçu pour développer les nations du bloc capitaliste dirigées par les États-Unis, contre le bloc communiste. Il a produit un développement partagé par la classe sociale et des avancées sociales, culturelles, techniques et scientifiques exaltantes. Cela a trop bien fonctionné. Le Japon, l’Europe occidentale et les pays participants se sont trop développés. Les États-Unis ont mis fin à l’accord de Bretton Woods en 1971 et ont commencé la première ère moderne de mondialisation prédatrice, avec une deuxième vague après la dissolution de l’Union soviétique en 1991.

• « Mondialisation » est un euphémisme pour désigner la prédation économique dirigée par les États-Unis de l’Ouest des pays du soi-disant monde en développement, des sous-classes mondiales en tant que ressources elles-mêmes et des nations alliées des États-Unis de l’Ouest dans la mesure du tolérable. Du point de vue des États-Unis, le monde est sa plantation.

• Le principal instrument administratif pour le pillage économique mondial soutenu des États-Unis est l’instrument monétaire du dollar américain illimité et contrôlé par les États-Unis en tant que monnaie mondiale. Ledit instrument monétaire est essentiellement un tapis roulant pour le transfert continu de richesses et de ressources réelles du monde vers le système américain.

• On peut soutenir que la principale préoccupation mondiale des États-Unis, en plus des considérations géopolitiques classiques relatives aux ressources terrestres et aux routes commerciales, est de faire respecter et de garantir, en tandem, le dollar américain comme monnaie mondiale.

• L’application du statut du dollar américain en tant que monnaie mondiale comprend des coups d’État et des guerres de changement de régime dissimulés et manifestes — contre des administrations rivalisant pour la souveraineté monétaire (souveraineté) — et des blocus économiques et commerciaux, tandis que « assurer » le statut du dollar américain implique le contrôle des principaux « produits ” à acheter en dollars américains, sécurisant ainsi la demande pour le dollar américain.

• Les « produits » garantissant le dollar américain à contrôler comprennent : l’énergie, les médicaments opioïdes, les dettes nationales des pays débiteurs (à l’exclusion des États-Unis), les économies monétaires de l’élite mondiale (acquises légalement ou illégalement) et le matériel militaire et militaire des États-Unis. bases (« protection ») imposées aux nations alliées à des prix exorbitants ; et s’étendre aux marchés mondialisés toujours en développement des produits pharmaceutiques (vaccins, etc.), des cultures brevetées OGM et de la haute technologie propriétaire (5G, etc.).

• Fondamentalement, le modus operandi de l’empire américain a été : tout minéral mondial localisé ou ressource essentielle d’importance mondiale sera contrôlé, par quelque moyen que ce soit (occupation militaire, destruction de capacité, blocus, régime fantoche…).

• La mondialisation est progressive et s’est produite par rafales qui définissent les époques de la mondialisation. La première ère était l’ère post-Bretton-Woods (1971-1991), commençant lorsque le dollar américain a été découplé de l’or.

• Les résultats finaux de l’ère post-Bretton-Woods étaient : la perte relative systématique du statut économique de la classe moyenne et une misère sociale palpable en Occident, comme l’émergence de l’itinérance urbaine dans les années 1980, associée à une récession occidentale majeure prévisible (crash de 1982, dû aux défauts de paiement du Tiers-Monde qui ont été dépréciés via les obligations Brady[29]).

• La deuxième ère de la mondialisation a commencé immédiatement après la chute de l’Union soviétique en 1991. C’était une période de mondialisation prolongée et accélérée. Les cibles proches étaient les marchés traditionnels alliés aux États-Unis : le Canada et le Mexique (ALENA) et l’Europe (méga-fusions). L’Europe a quelque peu résisté en formant l’Union économique européenne. Les retours sur investissement sont allés dans la stratosphère, tout comme les salaires des PDG. La classe ouvrière industrielle des États-Unis a été décimée. La Chine a été amenée dans l’orbite capitaliste. Le clivage « déplorables contre bobos et élites » s’est créé, comme conséquence socio-géographique majeure en Occident.

• Les conséquences humaines mesurées synchrones avec l’accélération de la mondialisation après 1991, affectant principalement les classes à faible revenu, en Occident, comprennent : la perte du filet de sécurité sociale, l’augmentation du nombre de familles monoparentales, le triplement du taux de litiges conflictuels devant les tribunaux, entre parents et entre individus et avec l’État (« crise de l’accès à la justice »), augmentation de l’incidence des besoins essentiels des ménages à faible revenu (logement, santé, sécurité, travail, finances), augmentation des taux de suicide et de tentative de suicide, taux accru de surdoses d’opioïdes (avant l’épidémie d’opioïdes des années 2010), et taux accrus d’urgences d’asthme chronique et de prévalence de l’asthme, tant chez les enfants que chez les adultes.

• La clémence accrue de la réglementation des aliments et des médicaments, et une augmentation spectaculaire de l’utilisation mondiale de l’herbicide glyphosate à partir de 1993 aux États-Unis, se sont accompagnées d’une recrudescence de maladies et d’affections chroniques après 1991 : décès dus à des infections intestinales ; incidence du cancer de la thyroïde; décès de la maladie de Parkinson; prévalence du diabète; l’autisme chez les enfants de différents groupes d’âge; et phobie, trouble anxieux, trouble panique.

• Le milieu des années 2000 a vu Wall Street et les grandes banques américaines jouer un rôle plus important dans la mondialisation, un rôle qui éclipse les instruments économiques mondiaux traditionnels que sont la Banque mondiale et le Fonds monétaire international. La soi-disant crise des prêts hypothécaires à risque aux États-Unis, le krach de 2008, les méga-sauvetages… sont des symptômes. Les singes sont exigeants et autorisés à gérer davantage le zoo, dans lequel tout le jeu est en dollars américains.

• La grande accélération et expansion de la mondialisation survenue immédiatement après la chute de l’Union soviétique en 1991 n’est généralement pas reconnue comme ayant été une réponse des États-Unis à ladite chute, mais elle devrait être reconnue comme telle. Il y a eu une grande accélération de la mondialisation, à la fois structurelle et en termes d’extension et de volume, et il ne fait guère de doute qu’il s’agissait d’une réponse à la fracture géopolitique et idéologique nouvellement apparente.

• Dans le même temps, en réponse expresse à la fin de la guerre froide, l’ONU a entrepris une rafale sans précédent de conférences mondiales hautement médiatisées. Plus particulièrement, l’ONU a avancé de nouveaux paradigmes de préoccupation mondiale qui peuvent être classés comme « changement climatique », « égalité des sexes » et « antiracisme » ; et mettre en place des déclarations et des plans pour institutionnaliser et légaliser ces nouveaux paradigmes d’intérêt mondial.

• Lesdits nouveaux paradigmes de préoccupation mondiale sont des préoccupations cloisonnées et aseptisées, en fait dépourvues de dimensions pratiques de classe sociale, de disparité de développement, de structure d’exploitation et de souveraineté nationale. Ils sont devenus des « religions » mondiales et étatiques pour pacifier, hypnotiser et aligner les populations sur la poursuite de la mondialisation, y compris les premiers pas vers une économie mondiale du carbone (avec le carbone échangé en dollars américains).

• Les secteurs gouvernementaux, scientifiques, universitaires, de l’éducation, des ONG et des médias ont adopté et promu les nouveaux paradigmes d’intérêt mondial. Toutes les sociétés contrôlées à l’échelle mondiale ont été écologisées et équilibrées. Il ne pourrait jamais y avoir assez de prévention du changement climatique, d’équité entre les sexes ou de justice sociale raciale ; et tous les problèmes et risques étaient dus à des déficits en matière de prévention du changement climatique, d’équité entre les sexes et de justice sociale raciale.

• Une industrie de l’éducation à la justice sociale s’est développée, basée sur la nouvelle « théorie critique de la race », qui a transformé l’analyse politique à l’ancienne des relations de pouvoir d’exploitation en prise de conscience de l’« intersectionnalité » et l’analyse politique à l’ancienne de la formation de coalitions sociales en reconnaissance du privilège blanc et le fardeau injuste d’être brun.

• L’ONU avait explicitement appelé à la criminalisation (« mesures pénales ») de « toutes les formes et manifestations de racisme, de xénophobie ou d’intolérance qui y est associée », et ce désir suscité par l’élite s’est concrétisé par des codes de conduite, une vaste censure sur Internet, des discours de haine poursuites judiciaires, des menaces de poursuites en diffamation explosives et une série de sanctions contre les opinions politiques non approuvées.

• La seule résistance efficace contre la mondialisation en Occident est devenue les récentes révoltes électorales et démonstratives liées au vote du Brexit, la victoire électorale de Trump et le mouvement des Gilets jaunes, tous nouvellement compris comme le conflit de classe entre les déplorables et les bobos-et -élites, entre les ruraux sédentaires (les « quelque part ») et les citadins mondialistes (les « n’importe où»).

• Ainsi, ce n’est pas un hasard si les déplorables expriment leur gamme particulière de plaintes à multiples facettes, allant de la revitalisation économique nécessaire de la nation rurale, au rejet de la taxation du carbone, à la répudiation des programmes d’égalité des sexes et de lutte contre le racisme, y compris la censure et Politiquement correct.


Téléchargements :


Liens:

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

9 réflexions sur “Ce que le rapport du GIEC sur le climat ne vous dit pas

  • 10 septembre 2021 à 2 h 30 min
    Permalien

    Salut Robert,

    Si les études du GIEC sont orienté, quid des autres études contraires !

    Bref, peu importe ces études, le fait est que si on peut douter de l’impact humain sur le changement climatique, on ne peut pas douter de son impact quasi total quant à la pollution et destructions des écosystèmes et peu importe qu’il y ait eut et aura des extinctions de masses, ici, il s’agit avant tout de s’interroger sur l’environnement qui nous convient le mieux.

    Et de ce point de vue, il y a deux idéologies qui s’opposent. L’une voulant préserver le plus possible l’environnement tel qu’il existe encore et l’autre, voulant poursuivre le changement au gré de l’évolution technique, en d’autres termes, une planète bétonné et uniformisé.

    Laquelle préfère tu ?

    après, la lutte des classes reste ce qu’elle est, quel que soit le choix !

    Répondre
    • 10 septembre 2021 à 12 h 31 min
      Permalien

      @ Hervé

      NON justement, la lutte des classes est l’instrument d’analyse qui doit orienter – déterminer – l’angle d’analyse (ce que tu appelles LE POINT DE VUE ou l’idéologie).

      Le Grand capital international nous propose les DEUX POINTS de vues ou IDÉOLOGIES que tu résumes si bien dans ton post.

      Le prolétariat internationaliste révolutionnaire rejette ces DEUX POINTS DE VUES concomitants = chausses-trappes et culs de sac.

      Le prolétariat rejette LA PREMIÈRE IDÉOLOGIE car : il y a IMPOSSIBILITÉ ABSOLUE de préserver l’environnement soi-disant naturel, tel qu’il existe et même selon GRETTA tel qu’il existait il y a 3000 ans et il est impossible de revenir en arrière à l’époque utopique de Robinson Crusoe et à l’époque mystique de l’homme de Cro-Magnon…

      Autant d’ILLUSIONS ÉCOLOGISTES petite-bourgeoise fascistes. Les 7,7 milliards d’êtres humains sont présents sur Terre et sont parties du problème et la question est de savoir COMMENT ces 7,7 milliards « d’animaux » humains PEUVENT DEVENIR le facteur décisif de la solution globale = pour tous??? Mais la SOLUTION à quel problème au juste ???

      Le Grand capital mondialisé propose la seconde idéologie qui ramène au cul de sac précédent : POURSUIVRE les changements-bouleversements, notamment technologiques, en niant l’impact anthropique et en niant même les changements climatiques afin de poursuivre l’accumulation capitaliste qui requiert, selon le modèle capitaliste de développement, une planète bétonnée – asphaltée – robortisée – standardisée – surexploitée – esclave salariée – aliénée… sous la botte – sous
      les lois inaliénables – du capital « omniscient » (sic) en réalité le capital mondialisé et incompétent – et décadent.

      Le PROLÉTARIAT RÉVOLUTIONNAIRE rejette cette alternative en même temps qu’il rejette le mode de production capitaliste dans son ensemble parce que inapte à nous outiller collectivement – mondialement – pour faire face à ce défi colossal de poursuivre notre développement humain illimité sur cette planète limitée mais dont nous sommes loin d’avoir épuisé les ressources immenses. (À bas l’eugénisme fasciste).

      Les deux « idéologies » se complètent dans le but de nous désorienter et de nous amener à nous disputer entre tenants d’un capitalisme gris et tenants d’un capitalisme vert de gris réformé (sic).

      Nous prolétaires révolutionnaires rejetons les deux idéologies- les deux modèles capitalistes et nous préconisons l’édification d’un nouveau mode de production prolétarien communiste (n’ayant rien à voir avec le socialisme expérimenté et dépravé que nous avons connu)

      Merci pour ton post

      Robert Bibeau

      Répondre
      • 13 septembre 2021 à 10 h 36 min
        Permalien

        Quand je parle de 2 idéologies, je n’oppose pas capitalisme, socialisme ou communisme, je met en opposition deux manière de voir le rapport entre l’humain et son environnement dans le contexte de son évolution technique. Autrement dit, tu peux être communiste ou prolétaire et penser l’une ou l’autre des idéologies liées à l’évolution de l’humain dans son environnement.

        Le capitalisme peut prendre plusieurs formes et il le fait depuis quelques milliers d’années (le monarchisme est une forme de capitalisme, tout comme le cléricalisme avant lui), mais le problème lié à la pollution humaine modifiant en profondeur son environnement, dépasse le cadre capitaliste et peu importe la forme prise, ici, c’est une question de choix environnementaux. Conserver ou non l’environnement actuel autant que possible ou poursuivre sa transformation radicale.

        Toutefois, le capitalisme ne peut pas fondamentalement changer son inertie sans se renier et donc, ne peut que continuer dans la même voie. Autrement dit, seul le prolétariat peut imposer la conservation de l’environnement actuel et adapter le mode de production, de répartition et de transmission de l’acquis et ce n’est évidemment pas le capitalisme tel quel. Mais il ne peut le faire qu’à condition de ne plus se penser en tant que prolétaire, puisque c’est du capitalisme, c’est à dire en tant que propriétaire, mais uniquement en tant que citoyen responsable, c’est à dire, dans sa capacité à répondre de ses droits et devoirs envers autrui (jamais envers soi même, car c’est là que réside la souveraineté de l’être et la propriété de son temps de vie).

        Merci à toi pour ta réponse !

        Répondre
        • 13 septembre 2021 à 11 h 48 min
          Permalien

          @ Hervé

          1) J’avais parfaitement compris ton concept de deux idéologies et je n’ai pas confondu capitalisme versus communisme

          2) Incidemment le choix du prolétariat ne s’est jamais posé et ne se posera jamais entre MODE DE PRODUCTION CAPITALISTE et MODE DE PRODUCTION COMMUNISTE – l’un existe alors que le second n’existe pas (nul part sur terre)

          3) Le choix du prolétariat se pose en ces termes : Poursuivre notre misère aliénation collective ou y mettre fin en détruisant – déboulonnant le mode de production et les rapports de production capitalistes génocidaires et destructeurs.

          4) ICI je diffère d’opinion avec toute la gauche IL NOUS EST IMPOSSIBLE de dresser le portrait idylique du mode de production communiste (oublions le socialisme qui est la variante social-fasciste du capitalisme)

          5) CAR ce mode de production nouveau = COMMUNISTE = sera la création – la créature – du prolétariat émancipé au cours même du long processus de libération révolutionnaire de classe (d’élimination des classes sociales qui ne sera pas le fruit d’un grand soir d’orage – mais d’un long processus de création de nouveaux rapports de production que j’ai bien du mal à imaginer)

          6) J’adhère à ton texte ici: « Mais il ne peut le faire qu’à condition de ne plus se penser en tant que prolétaire, puisque c’est du capitalisme, c’est à dire en tant que propriétaire, mais uniquement en tant que citoyen responsable, c’est à dire, dans sa capacité à répondre de ses droits et devoirs envers autrui et envers la biosphère … la nature toute entière…

          VOILA déjà un premier principe de ces rapports de production COMMUNISTES

          rOBERT bIBEAU

          Répondre
          • 14 septembre 2021 à 3 h 03 min
            Permalien

            d’accord avec toi sur tous les points !

            Sauf un détail, le fait qu’à la différence de toi, je conçois très bien ce nouveau mode de production et d’en avoir déjà les bases fondamentales, donc, reposant sur un modèle rationnel.

            La difficulté a été de sortir du mode de pensée dominant.

            J’avais commencé à en donner les principes de bases, mais je me suis rendu compte que je devais d’abord commencer par expliquer le mode de pensée (principe de relations de causalité) sur lequel s’appuie le modèle. Et c’est là que je coince !

            Disons que la base fondamentale est le principe de responsabilité en lieu et place du modèle capitaliste, basé sur l’irresponsabilité (que sont fondamentalement la souveraineté et la propriété). J’ai écris plusieurs articles sur agoravox pour l’expliciter, mais dès que tu touche au dogme de la souveraineté et de la propriété , il reste encore trop peu de gens à suivre.

            Cela dit, je suis d’accord avec toi qu’il s’agit d’un long processus et qu’il est en cours actuellement, dans sa phase terminale d’ailleurs, car de plus en plus de gens ne raisonne déjà plus en terme de propriété, mais d’usage, sauf qu’ils n’ont pas encore pris conscience qu’il s’agit là d’un changement structurel du modèle économique. Ils continuent de penser en raison du conditionnement qui est le leur qu’on peut ménager la chèvre et le chou. Que le mot communiste est un très vilain mot, remplacé par l’expression économie solidaire, sauf qu’il n’est pas besoin de faire appel à la solidarité, mais à la responsabilité individuelle et collective (rien à voir avec ce qu’en disent les Macron et cie).

            Bref, je connais très bien le modèle permettant de répondre à ce que tu écris au point 2, mais je me refuse de l’écrire seul, aussi, tant que je ne trouve pas quelqu’un pour faire ce travail avec moi, il devra être formulé par quelqu’un d’autre.

            Mais disons que le principe de responsabilité s’appuyant sur l’équilibre entre droits et devoirs, implique de facto la recherche d’équilibre économique, social et environnemental. Au niveau monétaire par exemple, cela pose le principe que la création monétaire est réalisé par tout un chacun et non plus par des banquiers, qui n’ont alors qu’un rôle de fonctionnaire. Que la valeur de l’épargne monétaire est fondante, limité dans son usage, notamment qu’elle n’a plus de fonction de réserve pour l’investissement, cette dernière obéissant à d’autres critères. Pour la simple raison que ce n’est pas l’argent qui fait la capacité d’investissement, mais uniquement le potentiel humain et matériel disponible, donc, de la volonté d’investir.

            Le principe d’équilibre dit aussi que nul ne peut exiger plus de droits (monétaires) qu’il n’accomplit de devoirs (par son propre travail, apport à la collectivité définie selon des règles strictes) et nul ne peut se voir exiger plus de devoirs qu’il ne réclame de droits. Chacun est donc libre de s’exploiter lui même pour en tirer profit, mais ne peut plus exploiter autrui. Cela implique qu’une personne peut s’enrichir par son utilité particulière à l’accomplissement de la volonté générale, donc, que chacun trouve son intérêt personnel par son utilité particulière vis à vis de l’intérêt général et non plus l’inverse comme actuellement.

            Comprendre que le capitalisme, pour permettre l’accumulation de richesse par une petite minorité, ne pouvait par définition s’appuyer que sur le déséquilibre économique et social, mais que le prolétaire, devenu citoyen responsable, ne peut s’appuyer que sur l’équilibre économique et social, sans cela, c’est OBLIGATOIREMENT rester sur le principe capitaliste.

            En réalité, tous les outils sont déjà en place pour passer du modèle actuel au modèle responsabiliste et ce, en une journée. Seul manque la prise de conscience et volonté sociale de le faire.

            Etc…

            Je t’invite à lire mes trois derniers articles publiés sur agoravox et ensuite, les articles parlant de la responsabilité.

            Bonne journée

  • 10 septembre 2021 à 12 h 34 min
    Permalien

    C’est un cycle de la terre. Période de réchauffement, Comme au moyen âge, puis nous allons vers un refroidissement.
    Le GIEC et le G20 c’est juste pour nous taxer plus, Et justifier qu’il ne faut plus manger de viande car les vaches pètent trop, Et que vous avez l’audace de respirer Donc il ne faut plus faire d’enfants. Par contre les princes Et célébrités Du 1%. ,y compris Bill Et Melinda .Gates, eux peuvent faire 4 enfants ou plus Et ne pas les vacciner et leurs jets privés ne polluent absolument pas……

    Répondre
    • 10 septembre 2021 à 12 h 37 min
      Permalien

      Oui, Les 3/4 de la planète sont vides de présence humaine. La surpopulation est une propagande Comme le covid.et c’est les océans qui produisent le plus d’oxygène, Pas Les forêts.

      Répondre
  • Ping : Faisons la guerre à la guerre pandémique – les 7 du quebec

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *