Pandora Papers. Le gouvernement américain fournit un lot de documents dénonçant des personnes qu’il déteste

Par Robert Bibeau.

You can read in 5 languages on this webmagazine:
6.10.2021-bIBEAU-ENGLI-ITALI-SPANISH
You can read in portuguese:
https://queonossosilencionaomateinocentes.blogspot.com/2021/10/pandora-papers-governo-dos-eua-fornece.html

 

Une question me turlupine à propos de ces PANDORA PAPERS surgit soudainement de nulle part… Pourquoi cette divulgation et ce scandale mondial à ce moment-ci de la crise pandémique qui s’essouffle ???

Non pas que je doute une seconde de la véracité des malversations que ces PAPERS exposent au grand jour… en fait, je pense que la réalité est cent fois pire que ce que l’on nous expose. Ces « papers » ne sont que le coin gauche de la couverture nauséabonde qui recouvre les activités des larbins politiciens, des vedettes et d’une pléthore de riches prévaricateurs.

Pourquoi quelques milliardaires cupides et le gouvernement américain corrompu ont-ils chargé de cette besogne une bande de journalistes stipendiés?  Ces mêmes journalistes « d’enquête », qui n’ont pas fait leur travail d’enquête pendant dix-huit mois de pandémie bidon, tout à coup se réveillent et nous lance sur la piste futile des tricheurs d’impôts?

Il faut considérer que c’est la 3e diffusion de tels papiers «incendiaires» qui agitent tant la petite bourgeoisie réformiste et que les deux précédents drames journalistiques n’ont apporté aucun changement sauf de rendre les riches plus futés et plus tordus pour se soustraire à l’impôt.

De fait, à l’occasion de la crise pandémique bidon toujours en cours, les banquiers et les GAFAM sont à peaufiner un nouveau système financier numérisé comprenant une fiche universelle d’identification biométrique (le passe sanitaire enrichi), une application de reconnaissance faciale à la chinoise et le remplacement de la monnaie papier par la monnaie numérique unique. Le passe sanitaire premier stade du processus de gestion totalitaire mondialisé – les 7 du quebec : https://les7duquebec.net/archives/267286 .  Afin de justifier un tel système de contrôle policier mondialisé le gouvernement américain jette en pâture une poignée de fraudeurs que la masse des péquenots s’illusionneront pouvoir emprisonner en réclamant la prison et le traçage numérique pour tous. Cependant, le propre de l’évasion fiscale c’est de permettre aux riches de s’évader. Un prolo incapable de boucler ses fins de mois n’a que sa misère à dissimuler au fisc. Nous prolétaires n’avons que faire de cette arnaque ou la petite bourgeoisie se fera coincée et ou le grand capital sera gracié.   Les causes et les conséquences de la crise mondiale et globale (1ère partie et 2e partie) – les 7 du quebec : https://les7duquebec.net/archives/267253

 


Par Moon of Alabama – Le 4 octobre 2021

Il y a donc eu une autre « fuite » de documents concernant des placements offshore permettant de réaliser des économies d’impôts, réalisés par des personnes que les États-Unis n’aiment pas :

Les transactions secrètes et les actifs cachés de certaines des personnes les plus riches et les plus puissantes du monde ont été révélés par la plus grande fuite de données offshore de l'histoire.

Baptisée "Pandora papers", le dossier comprend 11,9 millions de fichiers provenant de sociétés engagées par des clients fortunés pour créer des structures offshores et des trusts dans des paradis fiscaux tels que le Panama, Dubaï, Monaco, la Suisse et les îles Caïmans. ...

Les fichiers ont été divulgués au Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) à Washington. Ce dernier a partagé l'accès aux données divulguées avec des partenaires médiatiques sélectionnés, dont le Guardian, BBC Panorama, Le Monde et le Washington Post. Plus de 600 journalistes ont passé au crible les fichiers dans le cadre d'une enquête mondiale de grande envergure.

Ces Pandora Papers représentent la dernière - et la plus importante en termes de volume de données - d'une série de fuites majeures de données financières qui touchent le monde offshore depuis 2013.

 

Les documents proviendraient d’un total de 14 fournisseurs offshore d’entités juridiques qui permettent aux gens de cacher leur argent et d’éviter de payer des impôts.

Il n’y a cependant aucun indice sur la manière dont ces papiers ont été acquis. Qui y a eu accès ? Comment ? Quelle était la chaîne de conservation de ces documents ? S’agit-il des dossiers complets de ces 14 sociétés ou certains ont-ils été supprimés avant d’être publiés ? Lesquels ? Tous ces dossiers sont-ils authentifiés et vérifiés ou y a-t-il des documents falsifiés parmi eux ?

Malheureusement, aucun des rapports que j’ai lus n’a abordé ces questions.

Mais il y a au moins deux indices importants que ces « Pandora papers » font partie, comme les « Panama papers » il y a cinq ans et les « Paradise papers » il y a quatre ans, d’une « opération de manipulation de l’information » menée par les suspects habituels des 5 eyes, les services secrets des États-Unis, du Royaume-Uni, du Canada, de l’Australie et de la Nouvelle-Zélande.

 

Le 3 juin 2021, la Maison Blanche organisait une conférence de presse, menée par des hauts fonctionnaires de l’administration, sur la lutte contre la corruption :

 

OFFICIEL PRINCIPAL DE L'ADMINISTRATION : Super. Merci. Bonjour à tous. Bonjour et merci de vous joindre à l'appel aujourd'hui. Je suis très enthousiaste à l'idée de vous parler du programme de lutte contre la corruption du Président, avant le lancement, plus tard dans la matinée, d'un mémorandum d'étude sur la sécurité nationale - NSSM - sur la lutte contre la corruption. ...

Ainsi, avec ce mémorandum, le président Biden établit officiellement la lutte contre la corruption comme un intérêt fondamental de la sécurité nationale des États-Unis. C'est un engagement qu'il a pris pendant la campagne. Et sa promesse était qu'il donnera la priorité aux efforts de lutte contre la corruption et qu'il apportera davantage de transparence aux systèmes financiers américains et internationaux.

Le mémorandum en question est disponible ici. Il est assez court. Sous « Section 2 : Stratégie », il y a plusieurs points intéressants :

(c) Tenir pour responsables les individus corrompus, les organisations criminelles transnationales et leurs facilitateurs, notamment en identifiant, en gelant et en recouvrant, le cas échéant, les avoirs volés grâce à un partage accru de l'information, à la collecte et à l'analyse de renseignements, à des mesures d'exécution pénales ou civiles, à des avis et à des sanctions ou à d'autres autorités et, lorsque cela est possible et approprié, en restituant les avoirs recouvrés au profit des citoyens lésés par la corruption ; ...

(e) Soutenir et renforcer la capacité de la société civile, des médias, d'autres acteurs de la surveillance et les responsables à mener des recherches et des analyses sur les tendances de la corruption, à plaider en faveur de mesures préventives, à enquêter sur la corruption et à la mettre au jour, à demander des comptes aux dirigeants et à informer et soutenir les efforts de réforme et de responsabilité du gouvernement, et s'efforcer d'offrir à ces acteurs un environnement opérationnel sûr et ouvert aux niveaux national et international ;

(f) Travailler avec des partenaires internationaux pour lutter contre la corruption stratégique des dirigeants étrangers, des entreprises d'État étrangères ou affiliées, des organisations criminelles transnationales et d'autres acteurs étrangers et de leurs collaborateurs nationaux, notamment en comblant les lacunes exploitées par ces acteurs pour s'ingérer dans les processus démocratiques aux États-Unis et à l'étranger ;

 

Avec la « fuite » d’hier, nous voyons une première mise en œuvre de cette stratégie.

Les États-Unis utilisent leurs capacités de renseignement, c’est-à-dire qu’ils piratent les systèmes des fournisseurs de services extraterritoriaux, et diffusent sélectivement tout ce qu’ils jugent utile à leur objectif à la « société civile » et aux médias qui publient (ou non) les informations qu’ils reçoivent.

Dans les questions-réponses de leur briefing de base, les « hauts fonctionnaires de l’administration » ont confirmé que c’était exactement ce qu’ils prévoyaient de faire :

 

Merci de faire cela. Comme vous le savez, les militants anti-corruption exhortent périodiquement le gouvernement américain à utiliser ses différents atouts et capacités, y compris la communauté du renseignement, pour exposer des cas spécifiques de corruption à l'étranger, pour nommer et faire honte aux fonctionnaires corrompus - et les arguments qu'ils avancent sont familiers - mais comprennent également non seulement, vous savez, une dissuasion de la corruption, mais aussi une contribution possible à la promotion de la démocratie.

Est-ce que le mémorandum - le programme - comprend un élément qui se rapporte à cela ?

HAUT FONCTIONNAIRE DE L'ADMINISTRATION : Ce que je peux dire à ce sujet, c'est que le mémorandum inclut des composantes de la communauté du renseignement. Donc, le travail sur ce front, en partie, reste à voir, mais ils participent - le directeur du renseignement national et l'Agence centrale de renseignement.

Nous allons donc examiner tous les outils à notre disposition pour nous assurer que nous identifions la corruption là où elle se produit et que nous prenons les mesures appropriées.

Et je profite de l'occasion pour mentionner que nous allons également utiliser cet effort pour réfléchir à ce que nous pouvons faire de plus pour soutenir d'autres acteurs qui, dans le monde, exposent la corruption et la mettent en lumière.

Bien sûr, le gouvernement américain a ses propres méthodes internes, mais, en grande partie, la façon dont la corruption est exposée est le travail des journalistes d'investigation et des ONG d'investigation.

Le gouvernement américain - comme je l'ai dit plus tôt, en termes de soutien que nous fournissons déjà - dans certains cas, fournit un soutien à ces acteurs. Et nous allons examiner ce que nous pouvons faire de plus sur ce front également.

Que signifie le mot "soutien" dans ce contexte ?

HAUT FONCTIONNAIRE DE L'ADMINISTRATION : Eh bien, parfois, cela se résume à l'assistance étrangère. Il existe des lignes d'assistance qui ont permis de faire démarrer des organisations de journalisme d'investigation. Ce qui me vient le plus immédiatement à l'esprit est l'OCCRP, ainsi que l'assistance étrangère qui va aux ONG, en fin de compte, qui font un travail d'investigation sur la lutte contre la corruption, également.

 

Le projet prétendument indépendant Organized Crime And Corruption Reporting Project (OCCRP) est financécomme le Consortium international des journalistes d’investigation (ICIJ), par diverses fondations « occidentales » et gouvernements « occidentaux ». Comme l’admet le « haut fonctionnaire de l’administration », il a été « lancé » par le gouvernement américain (et britannique).

Les États-Unis ont copié le modèle de WikiLeaks. En 2017, l’administration Trump a traité WikiLeaks de « service de renseignement hostile non étatique » pour avoir publié des documents gouvernementaux secrets qui lui ont été remis par des lanceurs d’alerte qui dénonçaient des meurtres, des piratages et d’autres méfaits du gouvernement américain.

Pendant de nombreuses années, les États-Unis ont soutenu la concurrence de Wikileaks en fondant et/ou en soutenant l’OCCRP, l’ICIJ et d’autres organisations similaires qui sont alimentées par des documents fournis par des agences de renseignement des 5 eyes. Ces organisations sont des « services de renseignement non étatiques » qui publient les documents privés de personnes que les « 5 eyes » n’aiment pas.

Un long article récent de Yahoo sur Julian Assange et WikiLeaks (voir les corrections apportées à son absurdité du « Russiagate » ici) le dit explicitement :

 

"Nous sommes en quelque sorte dans l'après-WikiLeaks en ce moment", a déclaré un ancien haut responsable du contre-espionnage.

Pourtant, les services d'espionnage ont de plus en plus recours à un modèle de type WikiLeaks pour mettre en ligne des documents volés. En 2018, l'administration Trump a accordé à la CIA de nouvelles autorisations secrètes agressives pour entreprendre le même genre d'opérations de hack-and-dump pour lesquelles les renseignements russes avaient utilisé WikiLeaks. Entre autres actions, l'agence a utilisé ses nouveaux pouvoirs pour diffuser secrètement en ligne des informations sur une entreprise russe qui travaillait avec les services d'espionnage de Moscou.

 

Le programme n’a pas été lancé sous Trump mais n’est, comme le mémorandum Biden ci-dessus, qu’une extension d’un programme qui existe depuis des années. L’OCCRP a été fondé en 2006 et a d’abord frappé uniquement les gouvernements d’Europe de l’Est. Les « Panama papers » ont été publiés en 2016. Les nouveaux « Pandora papers » n’en sont qu’une nouvelle variante.

L’un des principaux objectifs de ces publications de données volées est la propagande. Il suffit de regarder la photo que le Guardian a placée en haut de son article sur ces documents :

 

 

La tête de loin la plus grosse sur cette photo est celle du président russe Vladimir Poutine. Il n’est pourtant pas du tout mentionné dans les « Pandora papers » et rien ne prouve qu’il possède des avoirs offshores ou qu’il soit exceptionnellement riche. Le seul rapport qu’il a avec l’histoire est le suivant :

 

Le roi Abdallah fait partie des dizaines de dirigeants actuels et anciens dont les investissements à l'étranger ont été exposés. Parmi les autres dirigeants figurent le président russe Vladimir V. Poutine, dont l'ancienne maîtresse présumée a acheté un appartement à Monaco...

Ainsi, une riche jeune fille russe, qui aurait eu une liaison avec Poutine il y a une vingtaine d’années, a acheté un appartement dans un pays étranger en utilisant une entité offshore. (La liaison « présumée » est en fait une rumeur jamais confirmée qui a été diffusée par le média russe « Proekt », financé par l’oligarque anti-Poutine Khodorkovky, qui vit à Londres).

Comment cela peut-il justifier que le communiqué, qui nomme 35 dirigeants nationaux, anciens ou en place, (mais pas Poutine), de nombreux fonctionnaires et des dizaines de milliardaires, soit précédé de la photo de Poutine ? (En 2016, le Guardian a fait de même avec les « Panama papers ». Poutine n’était pas non plus mentionné dans ces documents, mais malgré tout en tête de liste dans l’article du Guardian à ce sujet).

Un autre indice que tout cela est de la propagande filtrée par le gouvernement américain (et du matériel de chantage) vient de l’absence totale de noms de milliardaires et de politiciens corrompus américains dans le matériel fourni[Il n’en manque pourtant pas, NdT]

                                                                   
                                                                                      Agrandir

 

Le fait qu’aucun de leurs noms ne se trouve dans les dossiers publiés des services offshore indique que ceux-ci ont été soigneusement éliminés.

Les documents publiés sont une fausse critique que le système fait de lui-même. S’ils soutiennent les objectifs de la politique étrangère américaine en accusant les personnes que les États-Unis n’aiment pas, ils conduiront également à un soutien accru de la surveillance financière et de l’espionnage. En déshonorant ou en éliminant la concurrence étrangère, ils font la promotion des paradis fiscaux américains comme l’Alaska, le Nevada et le Delaware auprès des « clients » étrangers :

 

Les Pandora Papers contiennent des détails sur plus de 200 trusts créés aux États-Unis ces dernières années. Dans des dizaines de cas, les clients avaient abandonné des paradis plus traditionnels, comme les îles Vierges britanniques et les Bahamas, au profit des États-Unis.

La destination la plus populaire a été le Dakota du Sud, où la valeur des actifs détenus dans des trusts a atteint plus de 360 milliards de dollars au cours de la dernière décennie. La législation de l'État du Dakota du Sud autorise la création de trusts secrets qui n'ont pas à payer un centime d'impôt à l'État pour leurs gains. Contrairement à la plupart des États, qui limitent la durée de vie des trusts à un siècle ou moins, les trusts du Dakota du Sud sont également "perpétuels", ce qui signifie qu'ils n'ont pas de date de fin. Cela signifie qu'ils peuvent continuer à réaliser des gains exonérés d'impôts et à les transmettre aux générations futures - théoriquement pour toujours.

 

Les États-Unis ont donc entrepris d’accuser les paradis fiscaux offshore et les dirigeants étrangers de corruption alors qu’ils sont eux-mêmes les plus grands pécheurs dans les deux cas. Il y a une constante dans tout cela. Chaque fois que les États-Unis accusent une personne ou un gouvernement étranger de faire « quelque chose », il est fort probable que cette « chose » soit exactement ce que les États-Unis soient en train de faire eux-mêmes.

Moon of Alabama

Traduit par Wayan, relu par Hervé, pour le Saker Francophone

 


 

 

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

11 réflexions sur “Pandora Papers. Le gouvernement américain fournit un lot de documents dénonçant des personnes qu’il déteste

  • 6 octobre 2021 à 21 h 20 min
    Permalien

    Moon of Alabama est pour moi de la même trempe que Pépé Escobar… et encore pire que Israel Shamir qui lui au moins garde intact son sens de l’humour… c’est à dire un imbécile stratosphérique qui nous prend pour des cons justement, et qui est spécialisé, à l’instar de ses collègues propagandistes plumitifs au service de Poutine, dans diverses techniques d’intox et de manip de l’information et de désinformation, techniques et procédés de  »l’inondation », de noyage du poisson…, et d’une pluie de massues invraisemblables qui tombent du ciel sur le mode du bombardement vertical, et un autre horizontal destiné à vous briser les côtes, et vous pulvériser les os….etc… le type est allé à la bonne école y a pas de doute :)))

    Si on se fie a son article, tous les journalistes  »occidentaux » sont à jeter en pâture aux alligators, et pas qu’eux, les journalistes Russes aussi, chinois, indiens, et autres… il n’y a en fait que des sources sûres comme lui qui possèdent l’information !!

    Tout d’abord, il est pas le premier qui pose ce genre de questions sur l’ICIJ ou sur l’OCCRP, bien des journalistes d’investigations occidentaux posent les mêmes questions et se demandent si c’est la CIA qui manipule l’opinion depuis les Paradise papers etc…, le dernier en date juste a titre d’exemple parmi d’autres est le journaliste Anglais Kit Klarenberg… très actif sur twitter…et voici son article qui pose les mêmes questions : https://then24.com/2021/10/05/the-cia-is-behind-the-leaked-pandora-papers/

    le fond de l’histoire est que les journalistes ne divulguent pas leur sources, et tout le monde exploite cette brèche….tout simplement ! pourtant, ils arrêtent pas de dire et vociférer a qui veut l’entendre que les lanceurs d’alertes sont ceux qui les contactent, les appels anonymes tout autant, et les sources au sein des administrations et des organismes parfois étatiques ou privés. Dans le cas des Pandora papers, il expliquent qu’ils ont passé des mois à organiser les contacts et vouloir éviter les déplacements à l’étranger, et ont préféré utiliser des serveurs et des addresses e-mail anonymes pour récupérer le 2.9 Terabytes de données accumulés jusqu’ici. ce qui est gigantesque !

    Les journalistes de grands quotidiens occidentaux associés a l’ICIJ aussi, crient à qui veut l’entendre que si jamais ils prenaient leurs infos chez des organismes étatiques directement ou indirectement, et sous quelque forme de complaisance ou de duplicité quelconque…. c’est toute leur crédibilité et carrières qui s’en trouveraient affectés et foutus… ! et il est donc si facile pour un type comme Moon of Alabama d’insulter leur intelligence, et celle de leurs lecteurs en un article bidon comme le sien, et non pas se questionner mais affirmer comme le fait qu’ils sont tous aux ordres de la CIA, la NSA et de Washington, forcément si leur siège est a Washington pour l’ICIJ… et les relier systématiquement aux types de la OCCRP… l’US AID et le reste des agences de renseignements américains !

    Moi-même dans mon premier commentaire le jour de leur parution, j’ai mentionné qu’il peut paraître louche que les politiciens américains et pas que, beaucoup de leurs alliés ne sont pas mentionnés…. par contre, ils font état que pas moins de 6 états aux états-unis servent de paradis fiscaux tout a fait illégaux malgré les arrangements pris par l’administration US et les gouverneurs de ces états pour attirer la les milliardaires suspects chez eux ! Pourquoi aussi ils exposeraient les plus grands cabinets d’avocats d’affaires aux états-unis et une série d’affaires aux relents cataclysmiques qui se passent aux états-unis, je vous mets ce lien vers l’article en anglais directement sur leur site : https://www.icij.org/investigations/pandora-papers/baker-mckenzie-global-law-firm-offshore-tax-dodging/

    Sur Poutine, non, il n’y a pas que l’histoire de la nana et de l’immobilier de monaco, ça c’est juste pour les cancres qui lisent la première page et s’y arrêtent, il y a la preuve surtout que Navalny avait raison sur toute la ligne sur le 1.3 billion (1003 milliards de dollars en pots de vins touchés par Poutine et dilapidés dans son château de le mer noire a travers des montages tres complexes menés par l’avocat Suisse que je ne voulais pas citer ou nommer dans mon premier commentaire mais que je fais maintenant :  »Jürg Wissmann is an attorney and a politician with the Christian Democratic People’s Party. In 2016, after ICIJ published the Panama Papers, Wissmann sent emails to Alcogal and another offshore service provider demanding that they shield his clients’ identities and maintain paper records, not digital files. According to an internal Alcogal memo, Wissman would use WhatsApp for some confidential communications.

    When asked to provide client tax information, records show, Wissmann refused and sent an angry email to Alcogal lawyers:

    “​​You write about ‘advisors’ and about a ‘tremendous responsibility’ what I – being a professional lawyer working on international levels – consider as being nothing but hot air,” he wrote.

    Wissmann told ICIJ partner, Tamedia, that client information should remain confidential. “I was probably right to take precautionary measures,” he said.

    Wissmann’s clients, the documents show, included at least one company involved in the construction of a property known as Vladimir Putin’s palace. Putin’s critics allege that the $1.3 billion property by the Black Sea was built with bribes – an accusation the Russian president has denied.

    Wissmann said he had “no clue” that the construction project was linked to Putin. »

    L’article est très long et la partie sur cet avocat et Poutine est en fin de page c’est pour ça que j’ai mis un copier coller… voici le lien direct : https://www.icij.org/investigations/pandora-papers/switzerland-fidinam-wealth-management-money-laundering/

    Et pour Poutine, il n’y a pas que ça… il y a surtout son lièvre KONSTANTIN ERNST qui est a la tête des puissants médias pro Poutine a qui il a concédé un deal de 1 milliard de dollars… https://www.icij.org/investigations/pandora-papers/vladimir-putin-konstantin-ernst-russia-tv-offshore/

    Les États-unis aussi ne fournissent pas beaucoup de fuites justement, car les juridictions US sont les pires a ce niveau, si tu te fait prendre, tu risque la prison a vie ou les amendes salée en dizaines de millions….

    Et puis, je rappelle a notre lumière Moon of Alabama que les journalistes d’investigation sont assassinés chaque année, et que dans les dernières 10 années, il y a eu pas moins de 500 journalistes assassinés…. dans le monde entier y compris en occident, l’une d’eux est celle-ci a Malte, rapporté par l’ICIJ et je vous évite ceux descendus par Poutine ou son armée privée du Wagner groupe… https://www.icij.org/investigations/panama-papers/malta-responsible-for-assassination-of-journalist-daphne-caruana-galizia-inquiry-finds/

    Enfin, je conseille fortement a Moon of Alabama de nous éclairer justement sur  »l’armée privée » le Groupe Wagner, dont le nom est inspiré par son commandant qui lui a donné ce nom car il admire le Wagner du 3ème Reich…., sachant que la Russie officiellement interdit toute constitution d’Armée privée en principe, elle a tout de même autorisé celui la, qui se trouve être une armée de Poutine qu’il utilise dans le monde entier afin de ne pas susciter de problèmes d’ingérences de la Russie…. je vous invite de lire leur feuille de route sur le lien Wikipedia, et vous risquez de sauter au plafond car vous comprendrez beaucoup de choses dans les guerres du Donbass, de Syrie, et de la quinzaine pays d’Afrique ou ils sont tres actifs, et ou, des journalistes russes qui enquêtent sur eux et sur Poutine sont assassinés, les derniers au Centrafrique, trois journalistes….

    https://en.wikipedia.org/wiki/Wagner_Group

    Enfin, que les USA mènent des contre offensives du renseignement avec des histoires de corruption ou de scandales ciblés… ceci est courant…. qu’ils veuillent mobiliser des journalistes pour ça…. oui encore, des journalistes que tout le monde connaît bossent pour les services….mais pas ceux de l’ICIJ…ils ont trop bossé pour se laisser vendre pour deux sous, ou détruire leur parcours  »sur ordre de la CIA » qu’ils envoient chier autant nous !

    Yallah bye !

    Répondre
  • 7 octobre 2021 à 0 h 49 min
    Permalien

    le lien sur le Groupe Wagner, le  »Blackwater russe » que je vous ai mis est en Anglais car beaucoup plus détaillé comme d’habitude… u reprend carrément des affrontements précis et les raconte de plusieurs points de vue que ce soit en Syrie ou ailleurs…

    Mais, vous pouvez lire le lien français qui lui ne prend pas des pinces et les nomme directement comme étant une branche tout simplement du ministère de la défense Russe qui fonctionne comme une armée privée de mercenaires, et qui essaie de se faire passer pour une armée indépendante… alors qu’elle est au service de l’État Russe ! voici le lien en Français … https://fr.wikipedia.org/wiki/Groupe_Wagner

    et c’est encore eux qui viennent de voler la vedette aux français au Mali, depuis que la France essuie pertes sur pertes et n’a même pas le soutien de la population …. qui croit que ces mercenaires Russes vont lui être beaucoup plus utiles… Voir mon commentaire sur le Mali dans le mème de la semaine chez Ysengrimus…. Merci !

    Répondre
  • 7 octobre 2021 à 5 h 51 min
    Permalien

    C’est très bien de dénoncer l’évidente duplicité des dirigeants US, mais la seule réponse qui vaille et qui n’a pas besoin de tout ce déballage, c’est de définir le modèle socio économique pour remplacer ce genre de pratique, car détruire une maison sans avoir les plans d’une nouvelle est stupide et ne convaincra personne de détruire quoi que ce soit.

    Encore une fois Robert, tu te fourvoie à croire que la réponse découle de la révolution, historiquement et logiquement, ce ne peut être que l’inverse, l’idée précède toujours l’action révolutionnaire, sans l’idée sur savoir par quoi remplacer le modèle existant, tu n’aura qu’une insurrection et rien de plus.

    Je connais les bases de ce modèle, mais comme dit le proverbe, on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif ou refuse de boire.

    Répondre
    • 7 octobre 2021 à 9 h 29 min
      Permalien

      @ Hervé et aux autres

      Ce déballage comme tu dis vise à convaincre les incrédules – souvent des petits bourgeois de gauche – que le hasard n’a pas sa place en politique matérialiste – prolétarienne et que cette fadaise des « papers » à répétition vise à mobiliser les RÉFORMISTES de gauche comme de droite comme auxiliaires du grand capital.

      Prend note cher Hervé qu’un tel dévoilement des complots – malversations – vols du capital public de la part des riches avec la complicité de leur appareil étatique bourgeois est bien insuffisant pour déclencher l’insurrection populaire – la guerre civile mondialisée – qui nous mènera après des années de destruction à la RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE qui elle durera encore plus d’années.

      Rappel toi que l’insurrection de Spartacus a durée 7 années pour finir écrasée. La révolution bourgeoise s’est étalée sur plus d’un siècle en Europe et ce n’est qu’en 2021 quelle a balayée l’Afghanistan féodal.

      Dans maa jeunesse j’ai cru comme tous les marxistes – Léninistes qu’il fallait offrir l’exemple de la société socialiste pour convaincre les ouvriers de se soulever pour un nouveau modèle de société qui s’est avéré comme tu le sais le capitalisme monopoliste d’État socialiste.

      Loin de moi ce modèle capitaliste-socialiste. Je crois sincèrement que c’est dans le cours même de l’INSURRECTION POPULAIRRE SPONTANÉE que le PROLÉTARIAT RÉVOLUTIONNAIRE forgera ses instruments de lutte, s’emparera de la direction de classe et transformera la guerre civile en GUERRE RÉVOLUTIONNAIRE PROLÉTARIENNE.

      La Révolution prolétarienne durera des années et se matérialisera par la destruction de l’ancien mode de production bourgeois capitaliste et la disparition de ses classes sociales et la longue édification du nouveau mode de production communiste.

      Nous espérons qu’a cette occasion tu viendras proposer ton modèle de société Hervé.

      Les « papers » seront loin de nos préoccupations dans ce monde en révolution.

      Robert Bibeau

      Répondre
      • 7 octobre 2021 à 15 h 51 min
        Permalien

        @ Robert,

        je trouve pourtant que le commentaire de Hervé fait beaucoup de sens… dénoncer la corruption, l’évasion fiscale et la criminalité financière à travers la duplicité US dans tout ça c’est bien… mais un modèle socio économique de substitution reste entièrement à inventer….

        Bref, sois gentil avec Hervé Robert, sinon il va croire que tu le traite de p’tit bourgeois et va déguerpir….:))) mais a force de rappliquer avec la  »Révolution prolétarienne » franchement mon cher….cela ne fait que nous attacher a toi Robert…. tu es devenu notre symbole fétiche de la révolution…. d’ailleurs je penses parfois à financer et commander chez un sculpteur de talent….un buste en bronze ou en marbre de toi Robert, une sculpture de  »Robert, le révolutionnaire prolétarien » et la mettre dans mon salon…. sur une colonne de marbre :))) ou encore commander une toile dans le genre  »Marianne » de la république française… avec Robert au milieu et tenant le drapeau de la révolution prolétarienne, et nous derrière…. bref, un chef d’oeuvre digne des plus grands classiques du genre …:)))… on y verrai même Ysengrimus…en habit blanc et barbe comme une divinité qui se tient au dessus… et qui bénit du ciel cette procession révolutionnaire….:)))

        Bien entendu… tout ça c’est gentil… et ça prouve toute l’affection que tout le monde ressent pour toi habibi…malgré tout ! :)))

        Yallah, Vive Robert et la Révolution ! …. et franchement s’il y’en a un qui t’embête… dis le moi, je vais bien m’occuper de lui….lui faire regretter le jour ou il est né :)))

        Répondre
  • Ping : Pandora Papers – Le gouvernement américain fournit un lot de documents dénonçant des personnes qu’il déteste - PLANETES360

  • 7 octobre 2021 à 7 h 26 min
    Permalien

    Euuuh, je me suis relu, le Palace de Poutine sur la mer noire a coûté 1.3 milliard de dollars, et non 1003 milliards que j’ai mis par erreur dans le premier commentaire :))), donc Un Milliard Trois cent million de $ US….en pots de vins… qui pourrait représenter un budget énorme de tout un secteur de l’économie Russe … que Vlad dilapide dans des trucs qu’il utilise même pas…:))) Sacré Poutine, le Tsar Nicholas II himself n’aurait pas oser aller aussi loin …. :)))

    Bonne journée a tous !

    Répondre
  • 7 octobre 2021 à 16 h 34 min
    Permalien

    Pardon? T’es dans le champ mon vieux ami. Ce sont les mêmes journalistes qui ont dénoncé le Panama Papers et une question me vient à l’esprit. Pourquoi la panne sur les réseaux sociaux juste le jour de cette information?

    Répondre
  • Ping : Pandora Papers – Le gouvernement américain fournit un lot de documents dénonçant des personnes qu’il déteste – Le Monde

  • 8 octobre 2021 à 5 h 07 min
    Permalien

    Ces Infos ont été relâchées par un organisme appartenant à G.Soros
    . Donc c est pour détourner notre attention qu il nous jette en pâture quelque pions lui appartenants.
    Ils gagnent Du temps pendant que l obligation vaccinale manu militaries arrive .
    Ou pour montrer qu il faut l argent numérique pour enrayer la corruption….. ??!!

    Répondre

Répondre à Robert Bibeau Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *