Soutien aux luttes des travailleurs américains

Par Inforelais.   La FSM soutient les luttes des travailleurs américains

 

Balayant à travers les États-Unis, une augmentation spectaculaire des luttes ouvrières de base, y compris plusieurs grèves économiques très médiatisées dans divers secteurs, a accusé les tensions de classe des  États-Unis à un degré jamais vu depuis de nombreuses décennies.

12 000 charpentiers, 10 000 fabricants d’équipement agricole lourd John Deere, 31 000 travailleurs de la santé Kaiser, 60 000 travailleurs de la télévision hollywoodienne, du théâtre et de la production cinématographique, 1 100 mineurs de charbon de l’Alabama et 1 400 travailleurs de l’usine de céréales Kellogg font partie des dizaines de milliers de travailleurs impliqués cette année dans des grèves contre 178 employeurs, dont 12 grèves de 1 000 travailleurs ou plus pour de meilleurs salaires et conditions de travail.

Ceci dans le contexte de l’économie pandémique dans laquelle 4,3 millions de travailleurs ont quitté leur emploi en août 2021 seulement, intensifiant ce que les médias appellent la « pénurie de main-d’œuvre ». Pendant ce temps, les entreprises et les propriétaires ont réalisé des bénéfices records. Les bénéfices de John Deere ont augmenté de 61% au cours des dernières années et le salaire de son PDG a augmenté de 160% pendant la pandémie.

Le stress économique combiné à des craintes accrues de risque pour la santé et à une conscience de classe croissante du pouvoir collectif des travailleurs à effet de levier a propulsé une vague croissante d’agression travailliste. Cette activité économique s’accompagne également de 18 mois d’insurrection sociale menée par le militantisme de libération nationale contre le racisme et la terreur policière. Si la base travailliste américaine adopte des dimensions politiques dans cette activité, une nouvelle émergence est possible de lutte ouvrière organisée et orientée vers la classe contre le capitalisme monopoliste.

Les travailleurs du monde entier devraient saluer ces luttes aux États-Unis pour un pouvoir accru des travailleurs. La Fédération syndicale mondiale, qui représente 105 millions de travailleurs syndiqués dans 133 pays, en tant que seule fédération internationale, démocratique et axée sur la classe, se tient côte à côte en solidarité avec la vague de grève des travailleurs américains.

Le Secrétariat

 

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

9 réflexions sur “Soutien aux luttes des travailleurs américains

  • 27 octobre 2021 à 11 h 05 min
    Permalien

    Robert …

    Au début de mon activité professionnelle, j’ai cru, avec l’enthousiasme de ma jeunesse, à l’influence authentique des syndicats dans la marche de la société (entreprises, institutions…) et par extension dans la vie économique de mon pays, la France en l’occurence.
    Dix ans plus tard, après avoir noué des relations progressives avec quelques représentants syndicaux, j’ai commencé à nourrir de la méfiance quant au fonctionnement de ces corporations. Si ma fonction m’interdisait d’en faire état, pour autant je n’étais pas dupe.

    Pas joli joli Robert.

    On peut le regretter, parce que c’est regrettable et profondément indécent eu égard aux luttes et combats menés par nos ascendants, mais à cette époque déjà, l’état des lieux de ce secteur démontrait un profond malaise avec la société.

    J’ai vu dégringoler les adhésions « salariées » – quelle que soit l’inclination – entre 1983 et 1990. Pour autant, secteur privé ou public, la valse des grèves allait bon train. Va comprendre …

    Quand mon collègue britannique devait nous rejoindre sur Paris, il avait coutume de dire : –  » In France, you are always on strike « .
    La messe était dite et ça dure depuis la guerre de cent ans.

    Dix ans plus tard, la France pouvait s’enorgueillir d’être le pays le moins syndicalisé en Europe. A peine 7 à 8 % des salariés, alors qu’à la même époque l’Allemagne en comptait 22 %.

    Sans être fin stratège, une question se posait :  » comment les organisations syndicales font-elles pour vivre et survivre avec les seules cotisations de leurs adhérents ? « .

    Et c’est là que ça devient intéressant. Juteux même, malgré les comptabilités et bilans occultes.
    Je découvrais alors que, dans sa très grande bonté, l’État français versait chaque année aux organisations syndicales, tous bords confondus, la coquette somme de 4.5 milliards d’€. Oui oui 4.5 milliards.
    C’était tout de suite plus clair mais aussi plus simple de comprendre pourquoi et comment, après avoir été Secrétaire générale du syndicat CFDT pendant des années, Nicole Notat a présidé dans la foulée le Club d’influence  » LE SIECLE « .

    Petit détail croustillant, tant qu’à s’en mettre sous la dent, la « forme » retenue lors de la constitution de ce Club très très sélect où se retrouvent aujourd’hui encore les personnalités du monde politique, économie, presse, médias, social (?) …, est « association ».
    C’est plus assorti et mieux adapté aux flux financiers.

    Le commun dénominateur de cet effondrement généralisé, syndical et autres, est la FORFAITURE.
    En l’espace de 50 ans, politiques et syndicats ont bradé pratiquement tous les fleurons français et malgré les alertes lancées en ce sens depuis des années, ça perdure.

    Répondre
    • 28 octobre 2021 à 11 h 00 min
      Permalien

      @ nadine

      TRÈS INTÉRESSANT TON CONSTAT SUR LES SYNDICATS. Tu pourrais transposer ce raisonnement à l’ensemble des partis et organisations de gauche qui tous ou presque font de « l’opposition » formattée (plus ou moins gesticulatives et puérilles) à l’État totalitaire.

      En effet, tout ce qui grouille, scribouille et grenouille dans le cadre de la « démocratie bourgeoise » a été récupéré – intégré – assimilé – ingéré par l’État totalitaire bourgeois. Partis et syndicats se sont joints aux ONG pour devenir un secteur d’activité économique capitaliste… vociférant plus ou moins gauchement afin d’obtenir sa pitance que l’État des riches leur sert dans l’auge de la collaboration de classe. Tu viens de m’apprendre quu’il en coûte 4 milliards d’euros pour acheter les bureaucrates syndicaux français. Les larbins politiciens de gauche comme de droite recoivent eux-aussi leur pitance (tout à fait légale via des lois de soutien aux partis démocratique collaborant aux mascarades électorales et y apportant leur « CRÉDIBILITÉ » jusqu’à se compromettre… Partis et ONG se discréditent ainsi et c’est tant mieux pour nous prolétariens révoltionnaires.

      Tu comprends pourquoi je refuse farouchement tout étiquette de GAUCHISTE – CENTRISTE – DROITISTE. Ils sont tous pareils derrière un verbiage – verbeux – opportuniste – dogmatique – réformiste.

      Un groupe de militants quand il se met en marche doit fixer ses objectifs en terme de classes sociales et choisir ses batailles et ses moyens – tactiques et stratégies en fonction de ces objectifs de classe.

      ICI aux 7 du Québec nous avons pour objectif UNIQUE de favoriser la lutte de classe du prolétariat vers la RÉVOLUTION PROLÉTARIENNE. La révolution ne signifie pas le « Grand Reset » mais le renversement du mode de production capitaliste – et la construction du mode de production communiste-prolétarien (pas le socialisme – ni le coopératisme).

      Pour accomplir notre mission nous transmettons de l’information à notre classe et à ses alliés (la petite-bourgeoisie instable – aigrie – amer et revancharde.

      EXEMPLE : Nous transmettons ces salutations aux travailleurs américains en grève. POURQUOI ? Pas pour indiquer que la bureaucratie syndicale appuie notre classe sociale = c’est impossible = c’est pourrit sont nourrit par l’État bourgeois comme tu lee soulignes chere Nadine .

      1) Nous voulons indiquer que le temps des grèves ouvrières est de retour après un reflux de 40 ans ou le Grand capital avait la marge de crédit pour acheter ses chevaux de Troie = ses couroies de transmission bourgeoises…
      2) La classe ouvrière se met en action dans la région (USA) ou elle est le plus opprimée (pas la Chine – la Russie ou l’Europe) mais les USA = la gogauche européenne ne sait même pas cela – elle ne sait rien sauf collaborer et marchander sa collaboration contre potsdevins.
      3) Dans sa guerre de classe – La classe ouvrière rencontre d’abord la barricade gauchiste – droitiste – ONG – Étatiste (- comme dans le cas de la terreur sanitaire -) ce qui l’amène à rejeter ces organisations oppportunistes-réformistes-syndicales-gauchistes-droitistes en bloc et à s’organiser en rassemblements de Résistants militants pour la défense de leurs conditions de vie et de travail = EXCELLENT.
      4) Nous les appuyons dans ces luttes CONCRÈTES pour des objectifs de survie biologique – Il faut bien comprendre que la classe en est réduite à se battre pour sa survie BIOLOGIQUE – ÉLÉMENTAIRE. On en est plus à mettre de l’argent dans la fonds de pension ou obtenir une semaine de vacances supplémentaires.
      5) Évidemment que les syndicats – et autres ONG et partis et organisations de collaboration de classe sont des ennemis de la classe prolétarienne dans cette guerre à finir entre le CAPITAL (de gauche comme de droite) et le TRAVAIL qui est regroupé du même côté de la barricade…

      Garde en tête Nadine que la classe est au tout début de l’insurrection qui sera mondiale et populaire et au cours de cette insurrection la question se posera = non pas de choisir un parti politique ou un autre MAIS de quelle classe sociale s’emparera du leadership de ce qui deviendra une RÉVOLUTION ou une CONTRE-RÉVOLUTION

      J’ai personnellement confiance dans la maturité de la conscience e classe en soi et pour soi du prrolétariat. Ces grèves = luttes sur le front économique en sont l’indice.

      Robert Bibeau

      Répondre
  • 27 octobre 2021 à 12 h 17 min
    Permalien

    Hello Nadine..

    Les syndicalistes sont techniquement prioritairement des  »agents anti-subversifs » des organisations, institutions, entreprises, patrons qui les emploient…,  »moucharder » et rapporter tous les agitateurs, et contribuer à intimider les travailleurs sous la menace de perdre leur job !..:))) Vous ne pouvez pas faire partie d’un syndicat élu si vous ne remplissez pas ces tâches élémentaires, en plus d’être bien entendu formé pour faire semblant de faire votre job de défendre les travailleurs lors de mesures prises a votre encontre comme travailleur, et donc remplir les tâches normales et naturelles d’un représentant syndicale et s’en acquitter  »superficiellement », et assister aux réunions, être formé continuellement sur les nouveautés, bien comprendre les conventions collectives…etc donc il ne faut pas se leurrer, un syndicaliste a pour première tâche qu’un travailleur ne heurte pas les intérêts de son employeur ou patron aussi injustes ou discriminatoires ou criminels ils peuvent être ou peuvent inclure comme pratiques !

    moi, le seul  »copain » que j’ai eu syndicaliste, il passait sa vie a me raconter et se vanter naïvement comment il pouvait faire une fois et demi jusqu’à deux fois le salaire des collègues….car en plus de son salaire, il facturait un max d’heures à travailler aussi pour le syndicat, il voyageait et faisait du tourisme tout le temps au frais de la princesse, et il pouvait même faire des heures supp payées aussi 1.5 fois le taux horaire, pendant que personne d’autre ne pouvait les demander…. j’étais mort de rire, j’osais pas lui dire en face quel type corrompu jusqu’à l’os il pouvait être…. et tout le monde pensait ça de lui, mais alors pour couronner tout, il se vantait tous les jours devant les autres de mener un train de vie de millionaire presque…en plus de tomber aussi bas pour nous dire que le salaire de sa femme est 4 fois le sien !:)))) et il se prenait pour le capitaine Cook ! …. il passait sa vie à moucharder aux  »relations de travail » (le plus haut niveau des Relations Humaines) tout sur les employés, et en vérité, le seul travail efficace qu’il faisait est lorsque quelqu’un se faisait virer, ils l’appelaient pour être présent… alors on a fini par lui trouver un surnom marrant  »les établissement untel (son nom)… pour nettoyage après sinistre »….lol car c’était que ça… c’était le croque mort de l’entreprise, les pompes funèbres et le nettoyage après sinistre ! :)))

    Et oui, les gouvernements, donnent des milliards aux syndicats chaque année, c’est leur police des travailleurs, il faut bien… sinon ça pète a tous les coups et tous les jours ! :)))

    Répondre
  • 27 octobre 2021 à 13 h 10 min
    Permalien

    Salut Sam !

    Hé oui … Ne jamais se mettre à dos des gens étroits d’esprit qui ont un peu de pouvoir.
    Quant à ton collègue, un fumier de cette envergure fertiliserait tout le Sinaï…

    Répondre
  • 27 octobre 2021 à 13 h 35 min
    Permalien

    lol… c’est le moins que l’on puisse dire…. ! en enfoiré, imbécile et très heureux pourtant… et tout le temps ! lorsque quelqu’un lui demandait  »comment ça va? », il était très célèbre pour répondre tout le temps  »Super bien, nickel » ! … comme s’il se délectait du moral a zéro des autres tout le temps ! …

    le pire est que côté professionnel, il était nul, mais alors la, archi super hyper multi nul !:))) …. travailler sur ses dossiers, c’est comme tomber dans une décharge… ! il ne comprenait même pas ce qu’on lui demandait et répondait par un oui ou non catégorique, alors que ça na rien avoir ! il trichait sur absolument tout, et il se foutait royalement de tout le monde…! il était quasiment incapable de monter une phrase correcte, en français sa langue maternelle, ou en anglais, pour tout rapport qu’il devait faire de chaque dossier qu’il traitait, il laissait une ligne incompréhensible et totalement inadmissible ! et pour couronner le tout et il était le seul pourtant qui recevait une pluie de propositions pour travailler ailleurs ! :)))) Aujourd’hui encore, il traîne les pieds dans une autre compagnie, ou il travaille aussi pour son syndicat… et affiche un  »directeur de chez pas quoi » payé a six chiffres…avec une photo et un look très chiadé ou il porte des lunettes d’un grand médecin, scientifique ou intellectuel :)))) … il a a peine terminé son secondaire ce type, mais il mentait… et tout le monde le savait ! … il a bien entendu un train de vie de millionnaire… et adore frimer…

    Bref, si c’était pas sa femme et surtout ses enfants tout mignons que je connais et me suis entiché un peu pour…, je ne lui adresserait même pas la parole ! bref… il faut de ceux-la aussi pour faire un monde ! et que voulez-vous, c’est un québécois de souche bien né, et dont le père, tout aussi nul que lui, a toute sa vie occupé des positions de  »président » de cici, vice président de cela… disons qu’ils sont très bien introduits dans le vieux système médiocre de la belle province !

    J’aime pas parler des autres… mais ce type la, c’est tellement révoltant que j’ai pas pu me retenir ! :)))

    Répondre
  • 27 octobre 2021 à 18 h 31 min
    Permalien

    En Occident (Europe/Canada/Quebec/USA), les gouvernants occupent le pouvoir mais ne l’exercent plus. Nos États ont fait naufrage et l’ensemble de  la classe politique, rongée et discréditée par les scandales à répétition, est essentiellement absorbée par ses rivalités internes. La rage l’a emporté sur la lucidité.
    Nous avons glissé du concept  « gouvernement » à celui de gestion, du concept « souveraineté » à celui d’identité.
    Un monument d’imposture où pullulent les dangers.

    Voilà ce que ces convulsions politico-économiques à répétition qui, in fine, ont suscité cette crise faussement qualifiée de sanitaire, tentent de masquer désespérément et violemment.

    Répondre
  • 27 octobre 2021 à 19 h 19 min
    Permalien

    ils n’exercent plus le pouvoir, parce que l’argent est entre les mains des multinationales, des pharmaceutiques, des big data, et parce qu’ils donnent toutes leur recettes aussi aux firmes d’infrastructures, médecins et au système de santé et de l’éducation…, ces deux derniers d’ailleurs, sont des gouffres financiers devenu de plus en plus ingérables et sont capables d’engloutir des centaines de milliards sans jamais en faire assez !

    la surpopulation mondiale actuelle n’a aucune chance d’être gérée par le capitalisme actuel, c’est mathématiquement et financièrement impossible…, que ce soit au nord de l’hémisphère ou au sud, il faut collectiviser le service public et tout le reste, construire des logements pour les fonctionnaires, les médecins, les ingénieurs et les enseignants de tous les niveaux et les forcer tous de travailler pour un salaire minimal et symbolique et humain…avec une petite prime au rendement, et il faut surtout nationaliser la terre et l’agriculture et subventionner la bouffe pour tout le monde, sinon le système va éclater ! c’est le seul moyen de remettre un peu d’égalité dans le système…. et si on doit développer la tech, racheter toutes les tech et big data et leurs imposer le même régime !

    sinon, les choses iront en s’aggravant avec la population qui vieillit et qui augmente aussi ! aujourd’hui, vous ne pouvez pas voir un dentiste pour des problèmes sérieux et hors du détartrage ou nettoyage sans vous ruiner ou renoncer carrément, un spécialiste c’est la même chose, les médecins spécialistes sont devenu en amérique du nord en tous cas les pires requins que l’on ai jamais vu ! ils profitent de leur rareté pour ça et ceci grâce aux programmes contingentés et limités dans les universités ! alors qu’on pourrait former 10 millions de spécialistes et de dentistes dans chaque pays et leur demander de travailler et soigner les gens ou les mettre dehors a l rue s’ils contestent !

    la santé et la médecine sont devenu un luxe pour le peuple, c’est ça la réalité, en plus du logement et du travail… le système capitaliste a atteint ses limites dans ce sens, et rien ni aucune mesure temporaire ne pourra le sauver ou régler les problèmes ne serait-ce que les diminuer ! l’argent aussi qu’on a pas et qu’on réclame qu’il soit mis dans les retraites à la manière individualiste et déséquilibrée de maintenant, ne sert ni le système, ni les retraités, et encore moins sert la richesse commune des sociétés lorsque les fonds de pension spéculent dans l’économie tous les jours pour dégager des profits pour a peine 30% des travailleurs concernés !

    C’est pas moi en disant cela qui va y changer grand chose, mais c’est la responsabilité des  »tuteurs » de cette société, ceux qui prennent les décisions, ou ceux et celles qui les préparent pour les gouvernements, et pour l’instant justement, ceux-la s’en foutent complètement, car touchent encore des salaires en centaines de milliers, ou en millions et vivent déconnectés des réalités et ne pensent qu’a siéger en même temps dans les conseils d’administration des grosses entreprises ! ça ne pourra pas continuer ainsi ! … et que je le dise moi ou un autre… c’est pareil… c’est la stricte vérité !

    Répondre
  • 27 octobre 2021 à 19 h 30 min
    Permalien

    le système d’enseignement aussi est devenu un luxe, avec les écoles privées hors d’atteinte, avec la santé et le logement, tout ça est devenu comme les voitures, vous roulez soit dans une petite  »minoune » comme disent les québecois…:))), complètement rafistolée et sur le point de tomber en ruine, soit vous roulez dans l’intermédiaire neuf à coup de dettes infinies, soit vous roulez dans le luxe ! et le transport en commun c’est pour les pestiférés ou quelques écolo ! :))

    les gouvernements ne pourront pas maquiller, mentir, déguiser ou renier carrément les réalité a l’infini et éternellement ! il y a un grave et sérieux problème social, d’enseignement, de santé, d’infrastructures et de logement, et il y a un grave problème qui se déssine d’alimentation et d’eau potable et d’assainissement en plus de ceux de la pollution et de l’environnement !

    Ce ne sont pas la poignée de riches et de milliardaires qui se la coulent douce et rendent fous les autres qui vont régler ces problèmes ou ceux des gouvernements… et ces derniers le savent mais n’ont pas encore les couilles pour les affronter, comme ils ont pas les couilles d’affronter les médecins spécialistes et le reste !

    Répondre

Répondre à Sam Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *