PAROLES DE CHEFS DES NATIONS ORIGINELLES…

Puisque le mot « Indien » est un mot sorti de l’esprit, malade, de l’homme blanc ;

Et en premier lieu des hommes en jupe !

Si nous ne sommes pas responsables et encore moins coupables des horreurs du passé, nous le deviendrions si, une fois connu l’ampleur des génocides sur les peuples originels de tous les continents, nous décidions de ne rien faire.

Et pire, si nous décidions de tourner la tête et de continuer le cycle mortifère du Colonialisme, alors que nous pouvons rompre avec ce cycle en provoquant une césure du temps et enclencher, ensemble, à partir de ce temps nouveau ou temps zéro, un nouveau paradigme en lien avec les Natifs et peuples autochtones de tous les continents sans dieu, ou demi-dieu, sans maitre pour nous soumettre

Grâce à Voltigeur du site Les Moutons Enragés, vous pouvez plonger un instant dans cette philosophie et pensée Amérindiennes, et en français, que j’appelle Native, puisque nous voyons bien qu’il nous faut changer notre attitude et notre forme de pensée pour initier la Société des sociétés.

15 CHEFS « INDIENS » EMBLÉMATIQUES ► https://lesmoutonsenrages.fr/2017/07/31/15-chefs-indiens-emblematiques-qui-ont-tout-sacrifie-pour-defendre-leurs-tribus/

Et grâce à MoTruckin vous pourrez voir cette vidéo d’un discours de John Trudell en 1980, sous-titres et doublage en français ;

Et je rajoute ce très beau PDF de 22 pages, en anglais, de grands Chefs des Nations Premières de 1500 à 1800 proposé, gratuitement par Indian Country Today Media Network. Avec des photos rares, et des personnes considérées comme d’importants activistes ; URL du site ICMN ► https://indiancountrymedianetwork.com/

https://jbl1960blog.files.wordpress.com/2017/07/icmn-heroes-of-native-resistance.pdf

Mais, je me dois de préciser, que certaines figures présentées dans ce PDF comme des activistes résistants, notamment à Sioux Standing Rock, sont controversés.

Comme Oren Lyons ;

Nous devons réparer notre maison

 Mohawk Nation News |  8 décembre 2016 |  URL de l’article original : http://mohawknationnews.com/blog/2016/12/08/we-have-to-fix-it/

Traduit de l’anglais par Résistance 71

Tous les oléoducs doivent être stoppés.

Les agents de la répression sont parmi nous à Standing Rock. Apparemment, Oren Lyons, le Seneca qui se fait passer pour un Onondaga est arrivé. En tant que “gardien de la foi”, un titre religieux chrétien inventé pour entretenir le “diviser pour mieux règner” (NdT : du dogme chrétien/iroquois (seneca) de Handsome Lake ou « gaiwiio », la « bonne parole », créé en 1803 et publié par écrit en 1850) par les traîtres et leurs marionnettistes. Il est envoyé à Standing Rock par le Bureau of Indian Affairs (BIA) colonial pour lequel il travaille. Il convaincra le président du conseil tribal (colonial) Lakota de faire un arrangement quelconque afin d’autoriser l’oléoduc.

A cause de ses actes de trahison contre la nation Onondaga et autres rotino’shonni (iroquois), sa parole n’a aucune valeur au sein de la confédération.

Pendant le siège de Wounded Knee en 1973, Lyons brisa les relations entre la Confédération Iroquoise, les peuples de l’Ouest et l’American Indian Movement (AIM). L’AIM invita des guerriers respectés pour venir les aider à combattre et riposter à l’oppression. Durant une réunion, l’AIM demanda à la nation Onondaga : “Que faites-vous lorsque vous êtes attaqués ?” Les chefs tribaux Onondaga répondirent qu’ils tendaient l’autre joue, comme préconisé dans la bible qu’ils appellent le “livre noir”. Depuis cette époque, le soutien populaire pour les chefs Onondaga s’est bien amenuisé.

Lire l’intégralité de l’article et ma propre analyse ► https://jbl1960blog.wordpress.com/2016/12/12/les-2-pieds-sur-terre-mere/

Comme quoi, il convient d’analyser les faits et rien d’autre ;

Car comme l’a écrit Steven Newcomb dans cet article ► Interdire un “droit païen” de domination par Steven Newcomb + Analyse JBL : Lorsque les chrétiens européens ont fait voiles vers quelques endroits non-chrétiens où aucun chrétiens n’avaient jamais été, les chrétiens se sont mentalement, métaphoriquement imaginés comme ayant ou “détenant” le titre de propriété sur les terres et les nations impliquées. Mais il y a quelque chose que Marshall n’a pas expliqué. Si ces évènements engendrant le “titre” se sont bien passés, ils ne se sont pas produits physiquement, ils se sont produits MENTALEMENT, comme le résultat d’un processus de pensée des chrétiens au sujet des terres “n’étant pas possessions d’un prince chrétien”. Les guillemets de ce qui précède sont mis pour noter le côté imaginaire et mental des constructions métaphoriques que nous sommes maintenant capables d’identifier, de défier et de contester mentalement avec notre propre processus de pensée.

Steven Newcomb va encore plus loin en expliquant ceci : “Au moment de l’exploration et de la colonisation européenne de l’Amérique du Nord, les seuls habitants du sous-continent étaient les Indiens.” nous disent les auteurs. Avant que les chrétiens européens n’amènent de manière invasive les mots d’”Indien” ou d’Indiens” sur cette terre maintenant usuellement appelée “l’Amérique du Nord”, il n’y avait personne vivant ici, qui était identifié par ce nom. Pas une seule nation originelle dans cette partie de la planète s’identifiant du nom “d’indien” ou “Indiens”. Pour le dire autrement, avant que les envahisseurs christo-européens n’envahissent notre partie de la planète, absolument personne ici ne vivait sous ce nom “d’Indien”, absolument personne. Pour lire l’intégralité de l’article de Newcomb et mon analyse ► La césure du Temps… Zéro

Et d’en tirer toutes les conséquences  ;

Nous avons à convaincre et non à vaincre, à construire et non à détruire, parce que ça c’est le Plan des Zélites auto-proclamées.

CONVAINCRE & NON VAINCRE ;

« Lorsque je me promène dans l’Amérique profonde et que je vois la masse des blancs, ils ne se sentent pas opprimés, ils se sentent impuissants. C’est là que nous pouvons mesurer l’étendu du génocide psychologique qu’ils ont déjà infligé à leur propre peuple. »
~ John Trudell ~

 « Il faut d’abord apprendre à penser individuellement avant de pouvoir collectivement. (Ré)apprendre à penser avec ses sentiments, dans un monde qui se joue de ses distorsions, pour sans cesse nous piéger… Dans un monde où la « loi du plus fort » s’appuie justement sur la manipulation et sur le saccage de nos émotions. Nous devons d’abord nous recentrer sur nos propres énergies, afin de ne plus laisser nos émotions parasitées, manipulées, dévorer nos sentiments. Nous devons réapprendre à percevoir avec le cœur. Ce qui nous est livré comme étant « la Loi », « la règle », la logique « universelle » ou « supérieure » du « plus fort », n’est que la loi de l’oppresseur, la logique de notre propre oppression. C’est de cette prétendue « Loi » que nous devons nous libérer pour redevenir des êtres humains. Le véritable pouvoir est au delà des gouvernements et de leurs directives, le véritable pouvoir de l’Homme est dans sa capacité à aimer, dans sa capacité à assumer ou pas sa propre responsabilité à la vie. »
(John Trudell / Poète et Activiste Lakota)
◄|►
Pour prolonger la réflexion sur la nécessité d’étudier l’histoire afin de ne jamais réitérer les erreurs d’un passé que nous savons colonialiste. Vous pouvez lire  sur Résistance71 l’Entretien avec Jérôme Baschet sur l’histoire, l’anthropologie, l’école et l’expérience de l’autonomie au Chiapas Source La Voie du Jaguar du 24 juillet 2017 : « Par exemple, entre passé et présent. Il est clair que, du point de vue des luttes, du point de vue du désir de transformation sociale, l’histoire s’écrit au présent. Elle commence nécessairement par le présent. Marc Bloch avait déjà clairement souligné que le rapport entre présent et passé est constitutif du savoir historique. On le répète depuis, à sa suite. Mais, le plus souvent, sans en tirer toutes les conséquences. Or, si l’histoire pense le passé depuis le présent qui est le sien, penser ce présent devrait faire pleinement partie de sa tâche et être assumé comme tel (et pas seulement comme une réflexion menée à titre personnel). »
◄|►

Lectures connexes sur ce blog ;

Extraits des Bulles Papales Romanus Pontifex (1455) et Inter Caetera (1493) fondement de la Doctrine Chrétienne de la Découverte que le Pape François 1er refuse de répudier ; Extraits des Bulles Papales de 1455 et 1493

Dans la catégorie ► PEUPLES PREMIERS

Les versions PDF – Il y en a 33 à ce jour ► LES PDF DE JBL1960

6 réflexions sur “PAROLES DE CHEFS DES NATIONS ORIGINELLES…

  • 14 novembre 2021 à 10 h 24 min
    Permalien

    Les peuples premiers, sont les peuples antérieurs à l’émergeance de la valeur d’échange (néolitique), qui fut notre naturalité, c’est la vie de l’homme durant des centaines de milliers d’années.
    C’est l’homme du non séparé, contrairement à l’homme contemporain, qui lui au contraire vit dans la schize, la séparation de son Etre.

    Dans le manifeste : L’histoire de toute société jusqu’à nos jours, c’est l’histoire de la lutte des classes. » Karl Marx et Friedrich Engels, Le Manifeste du parti communiste, 1848.

    Mais après avoir pris connaissance des travaux du premier ethnologue « de terrain » l’Américain L. H. Morgan, qui séjourne en 1850 chez les Iroquois, on reconnaît à partir de ces travaux que la société de classe, est immanente à la valeur d’échange.

    Le communisme est donc la forme sociale des premiers peuples, forme imparfaite puisque localisée, dans chaque groupe et antagoniste aux autres groupes.

    L’unité brisée, dont parles les présocratiques, est la conséquence directe de la valeur d’échange.
    Pour un homme premier, il n’y a aucune séparation, entre le groupe et lui même, pas plus que d’individualité, que de narcissisme, ils ne forment qu’une seule unité, avec le un nature sacralité et leur vie. la séparation est inconcevable ni praticable.

    Il n’existe donc ni Etat ni religion, la vie entière est dans le sacral, Pierre Clastres chronique des indiens Guarani (la société contre l’Etat).

    Pour un être humain domestiqué autant que peut l’être le contemporain, il n’y a aucun moyen de prendre conscience et de changer son rapport au monde, sa subjectivité est la subjectivité de la valeur d’échange et lui meme marchandise volorisable, dépossédé de sa naturalité.

    Si il s’essaie dans ces conditions de se conformer à la subjectivité première, il ne produira qu’un délire subjectiviste, vidé de toute réalité.

    Il faudra d’abord que le capitalisme ne puisse plus se reproduire.

    Répondre
    • 15 novembre 2021 à 5 h 09 min
      Permalien

      Effectivement, Raoul, je suis parfaitement d’accord avec votre analyse notamment sur le « communisme originel » et sur le fait qu’il faut d’abord « travailler » à ce que le capitalisme ne puisse plus jamais se reproduire…

      Je me permets de vous laisser le lien valide vers ma page PDF qu’un incident technique, jamais résolu, a invalidé ► https://jbl1960blog.wordpress.com/les-pdfs-realises-par-jbl1960/

      Vous trouverez de très très nombreux PDF sous différents prismes, celui des peuples premiers, comme avec Kaianerekowa ou La Grande Loi de la Paix, du 12ème siècle et donc ante la collusion avec Christophe Colomb chargé de mettre en place la Doctrine Chrétienne de la Découverte.

      Alors qu’aussi bien les Vikings, et plus tard les Templiers lorsqu’ils avaient débarqués sur l’île de la Grande Tortue, n’étaient pas venus avec le même esprit de « conquête » (voir Alain Guillerm, l’introduction au Défi Celtique, sociétés sans ou contre l’État = le monachisme) que les hommes en jupe européens plus tard. Et il faut se rappeler que 1492 avait été décidée = année cruciale par l’Espagne de l’époque, et sur laquelle l’Espagne moderne s’est construite ! Comme quoi il n’y a pas de hasard. Surtout si l’on étudie l’archéologie, même pour son propre plaisir personnel…

      Et oui, le « communisme » de l’anarcho-communisme par exemple, tel que le voyait Kropotkine vient du mot « commun » , c’est à dire choses en commun, entraide et partage, puis bien sûr au sens de « commune » et même communalité, ou communalisme. C’est cela qu’il faut entendre, je pense, lorsqu’on parle de « communisme originel » , et qui fait partie intégrante de la nature humaine ; L’Humanité a vécu des centaines de milliers d’années de la sorte et certaines sociétés continuent de vivre comme cela aujourd’hui, ce qui fait imaginer aux gens qu’on ne peut vivre comme cela que dans la précarité et le dénuement technologique, cependant que rien n’est plus faux ! (Voir le PDF sur l’Anarchisme Africain) ;

      On vit encore sous ce principe en territoire ZOMIA ► voir James C. Scott et en territoire Zapatiste et vous avez une littérature conséquente sur ce sujet dans mon blog et j’intègre, pour ma part, la cosmologie Maya qui a été presque entièrement détruite/brûlée sur ordre du Vatican dès 1492… Et ce qui ne le fut pas se trouve dans la fameuse Bibliothèque du Vatican…

      Et vous avez également ma page entièrement consacrée à Pierre Clastres qui regroupe tous les PDFs que j’aie réalisés et vous avez la tentative de résolution de l’aporie de Clastres par Résistance71.

      Mais je pense, au contraire, que même un humain domestiqué ou pire formaté peut prendre conscience et changer son rapport au monde à tout moment… C’est là le facteur X, l’inconnu, l’imprévisible que même le meilleur des PLANs muté en PLANdémie ne peut ni anticiper, ni prévoir…

      Car tout projet peut se réaliser ou échouer, peut être mis en place ou mis en échec, réussir ou foirer. Notre pouvoir individuel d’abord et collectif ensuite est celui de dire NON ! En masse et de le mettre en échec une bonne fois pour toutes ! (Voir le PDF de R71 : Quelle connexion entre la mort du capitalisme et le N.O.M. EnMarche ?)

      C’est là que je pense, que 10 à 15% de la population mondiale, éveillée, consciente et debout, peut faire le point de bascule vers le pouvoir de dire NON pour que le capitalisme ne puisse plus jamais se reproduire ; Voir Murray Bookchin et tout spécialement le PDF N° 142 de 39 pages = Écoute camarade, et ce texte de Murray Bookchin de Mai 1969 : Pour dissoudre la hiérarchie, la loi et la coercition des classes, pour permettre à chaque individu de prendre le contrôle de sa vie quotidienne et ainsi transcender marxisme et lutte de classe pour harmoniser la lutte sociale émancipatrice !

      De plus en plus, par des chemins différents nous arrivons aux mêmes conclusions, et c’est parce que je ne crois pas qu’il soit possible de retrouver une conscience politique sans (re)lire certains textes fondamentaux que je fais ma part en les paginant au format PDF pour en proposer lecture, téléchargement, impression, diffusion et partage libres et gratuits.

      Il est capital, à mon sens, que les gens lisent, décantent et se réapproprient les idées pour les intégrer à notre réalité sinon comme le disait si bien Paulo Freire (autre page de mon blog), on ne reste que dans le militantisme aveugle et aveuglé… Les textes sont des clefs, pas des finalités en eux-mêmes… juste des clefs pour ouvrir en grand les portes de la perception.

      Vous avez également une page dans laquelle sont regroupés tous les textes majeurs de Nietzsche…

      Merci pour ce commentaire qui me permet de donner ces petits suppléments d’âme et au plaisir ; JBL

      Répondre
      • 15 novembre 2021 à 12 h 13 min
        Permalien

        On va essayer de déblayer le terrain, avec comme soubassement la valeur d’échange.
        L’Histoire c’est l’Histoire de la valeur en mouvement, qui rencontre ses limites à chaque fois et qui les surmontes.
        Les peuples premiers n’ont pas d’Histoire, ils vivent dans le reproduction de leur production, (le même).
        Quand on se réfère, aux peuples premiers (voir Marshall shallin) âge de pierre âge d’abondance.
        Il faut bien avoir en tête, que les hommes et les femmes qui vivent la communauté, n’ont pas de singularité propre, ils ne se comparent pas, ils ne mentent pas, ils n’ont aucune autonomie personnelle.
        Ils sont dans le un, l’unité primordiale, pas de séparation, entre la chasse, les peintures, le ciel, la nature, l’animal, les étoiles, le vent, tout ne fait qu’un, c’est la vie sacrale.
        Mais dans l’ère du capital thanatique, même le territoire Zappatiste à un moment donné, dans son rapport externe vit de l’échange, il vend ses productions et sa marque de fabrique « made in Zappaland ».
        La valeur d’échange lorsqu’elle penètre le groupe elle le fait exploser.
        Car les rapports deviennent des rapports de sujet à sujet (séparé de la communauté), l’autre est vu comme pouvant assumer l’intérêt égoîste.
        Dans l’ère de la domination réelle intégrale du capitalisme, il n’existe pas de robinsonnade,
        Dans l’idéologie Allemande Marx dit ceci : Ce n’est pas la conscience qui détermine l’être social, mais l’être social qui détermine la conscience.
        Imaginer que la conscience est singulière autonome est une illusion, la conscience ne flotte pas entre ciel et terre, la conscience nous est donnée par le milieu social, milieu social, où les rapports sont médiatisé par la valeur (argent).
        Ce n’est que lorsqu’un système n’est plus en mesure, de reproduire sa reproduction, et qu’il se délite, qu’une conscience commune peut surgir, débarrassés de l’aliénation et de la réiffication.
        On est sur le chemin mais pas encore réalisé.
        Les sujets du capital pour le moment dénoncent les méfaits du capitalisme, et des méfaits il en a plein les valises.
        Mais lors ce que les sujet voudront l’abolition des catégories qui fondent le capitalisme, l’Etat, l’argent, le salariat, on y verra plus clair.

        Répondre
  • 14 novembre 2021 à 10 h 44 min
    Permalien

    Pour terminer.
    Peut-on à propos des Amérdiens, de certains groupes, où l’échange avec commencé à pénétrer le groupe, certes de façon relativement marginales, avec les premiers navigateurs Danois (Vikings) ou Basques ? Parler de « pureté communiste » originelle ?
    Il n’en demeure pas moins, que lors ce que les européens commencent à entrer en relations « d’intérêts », avec les tribus, ces sociétés premières, accélèrent leurs dissolutions.
    Et si le regard analytique se pose sur ces sociétés pendant ce processus, il ne pourra qu’en tirer que de fausses déductions.

    Répondre
  • 15 novembre 2021 à 8 h 19 min
    Permalien

    Merci, je vais prendre connaissance, car c’est là que l’humanité doit, retourner une fois que la valeur d’échange accomplit sa trajetoire, peut être pas dans les mêmes formes, puisque le capitalisme planétaire a fait le travail, pour qu’un communisme mondial puisse advenir.
    Merci encore.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *