Le secteur des petites entreprises est-il délibérément visé par la destruction pandémique?

 You can read it in 5 languages on this webmagazine:
4.11.2021-bIBEAU-eNGLISH-iTALIANO-sPANISH

Brandon Smith est un « complotiste » intelligent et sophistiqué. Brandon est « complotiste », comme la plupart des journalistes et des analystes bourgeois, puisqu’il croit sincèrement qu’un aéropage de notables oppresseurs planifie et orchestre le grand chaos mondial afin de renforcer leur emprise sur le pouvoir Étatique absolu. Brandon Smith est intelligent et sophistiqué car il jette sur ce monde décadent un regard inquisiteur et lucide. J’aime vous offrir les fresques sociales de Brandon Smith malgré leur travers « complotiste » dont il suffit de se prémunir. Le truc pour contourner le biais « complotiste » consiste à garder en tête qu’aucune secte – faction – mafia politique ou oligarchie économique ne contrôle le mode de production capitaliste que la bête humaine a socialement élaboré sur des siècles par la méthode de l’essai-erreur-ajustement, et selon les axes de la concurrence et du conflit permanent entre les classes sociales, les segments et les fractions de classe.

Ainsi, Brandon Smith constate judicieusement qu’au cours de cette pandémie patentée la petite bourgeoisie, les petits entrepreneurs et les petits commerçants ont été acculés à la faillite, éliminés ou absorbés par les super trusts et les grands cartels d’entreprises multinationales multimilliardaires. C’est exact.

Ce qui est faux cependant c’est qu’une secte secrète, franc-maçonnique ou autre, ait planifié délibérément la destruction des petites banques lors de la dépression de 1929; des petits financiers et de la petite-bourgeoisie lors de la crise financière de 2008; des petits entrepreneurs et de la « classe moyenne » lors de la crise sanitaire alambiquée de 2021. Ce sont tout simplement les lois – les règles – les forces contradictoires du mode de production capitalistes moribond qui ont mécaniquement à chaque fois poussé vers la concentration monopolistique du capital en difficulté, dans un vain espoir d’échapper à sa destruction inéluctable. Le développement inégal et combiné du mode de production capitaliste moribond a fait le reste.  Lisez attentivement le portrait réaliste de l’économie américaine et mondiale que nous livre Brandon Smith. Robert Bibeau. Éditeur. https://les7duquebec.net


 

Par Brandon Smith − Octobre 2021 − Source Alt-Market

 

Les 18 derniers mois n’ont pas été tendres avec les petites entreprises. Si vous avez eu la malchance de vivre dans un État bleu au début des confinements et que vous possédez une entreprise non dématérialisée, vous avez probablement passé une grande partie de ces 18 mois à fermer, ou à lutter pour rester ouvert avec une équipe réduite d’employés. Si vous avez réussi à obtenir un prêt PPP du gouvernement pendant la fermeture, vous réalisez maintenant que le délai de grâce de 24 semaines touche à sa fin et que vous devrez probablement rembourser la majeure partie, voire la totalité, de cet argent bientôt. Beaucoup de ceux qui ont essayé d’obtenir un prêt PPP ont échoué parce que l’argent a été rapidement englouti par les grandes entreprises au lieu d’être réservé aux petites entreprises.

 

Et ce n’est même pas le début de la liste des problèmes rencontrés par les petites entreprises. Je dois dire qu’à moins qu’une grande partie de votre activité ne soit gérée en ligne, vos chances de rester solvables sont minces. Mais ce n’est pas la faute de la plupart des propriétaires d’entreprises, c’est la conséquence de conditions et de restrictions créées artificiellement.

Qu’est-ce que j’entends par là ? Eh bien, examinons certains facteurs dont beaucoup de gens ne sont pas conscients…

Voici pourquoi les petites entreprises souffrent

Par exemple, les gouvernements des États et le gouvernement fédéral ont offert un certain niveau de stimulation du chômage. Dans le cas des programmes fédéraux, cela peut représenter 300 dollars supplémentaires par semaine en plus des chèques de chômage existants, voire plus si l’État dispose d’un programme distinct. Cela a créé une sécheresse massive dans le bassin des employés. Personne ne veut travailler quand il peut rester à la maison, ne rien faire et gagner plus d’argent qu’avant la pandémie. La réalité est qu’il y a des emplois partout en ce moment, mais que presque personne ne postule.

C’est pourquoi les grandes entreprises et les détaillants offrent des primes d’embauche inouïes, de l’ordre de 300 à 500 dollars. Certaines entreprises offrent de payer les gens simplement pour qu’ils posent leur candidature. Beaucoup offrent des augmentations de salaire incroyables, de l’ordre de 15 dollars de l’heure pour la main-d’œuvre non qualifiée.

Mais devinez qui ne peut pas faire de telles offres ? La majorité des petites entreprises. Les grandes chaînes d’entreprises ont bénéficié d’interminables plans de relance de la part du gouvernement fédéral et de la banque centrale et tant que cela continuera, elles seront toujours en mesure de surenchérir sur les petites entreprises pour les employés. Et bien que les chèques fédéraux de relance se terminent lentement, il y a encore des millions de personnes qui recevront un chômage régulier pendant de nombreux mois. Par un curieux retournement de situation, les chômeurs ont maintenant beaucoup d’argent et ne sont pas pressés de réintégrer le marché du travail. Les petites entreprises ne peuvent tout simplement pas rivaliser et attirer ces travailleurs de leurs vacances Covid.

En plus de cela, nous sommes maintenant témoins d’une dynamique dont je préviens depuis des années qu’elle se produira – une stagflation. C’est vrai, le débat qui fait rage depuis une décennie parmi les économistes alternatifs est enfin terminé : Ce n’est pas une dépression déflationniste ou un effondrement hyperinflationniste de type Weimar qui entraîne l’Amérique dans sa chute, mais un malaise stagflationniste invalidant. Cela signifie que le PIB américain va continuer à baisser et que certains secteurs de l’économie vont continuer à décliner, tandis que les prix de nombreux produits (principalement les produits de première nécessité) vont continuer à augmenter ou rester très élevés. Résultats de recherche pour « stagflation » – les 7 du quebec  :  https://les7duquebec.net/?s=stagflation

Cela crée un dilemme pour les propriétaires de petites entreprises – Leurs frais généraux augmentent et cela réduit leurs marges bénéficiaires. Mais s’ils augmentent les prix, il leur est encore plus difficile de concurrencer les grandes entreprises qui sont en mesure de maintenir des prix plus bas pendant plus longtemps parce qu’elles bénéficient du soutien du gouvernement. Ainsi, non seulement les entreprises traditionnelles ne sont pas en mesure de rivaliser pour recruter des employés, mais elles ne peuvent pas non plus rivaliser en termes de prix, car le coût des matériaux et des marchandises s’envole. C’est inévitable, elles devront fermer leurs portes. Rien que l’année dernière, plus de 200 000 petites entreprises supplémentaires ont fermé leurs portes à cause de la crise Covid et des confinements.

Les petites entreprises étant frappées par une tempête parfaite menant à des fermetures massives, le résultat final sera que seules les grandes entreprises offriront des services dans un avenir proche, et je me demande depuis plusieurs mois maintenant si cela ne fait pas partie du plan…

La ré-ingénierie de la Grande Dépression

Je me souviens de la situation des petites banques pendant la Grande Dépression. Dans les années 1920, il y avait des milliers de banques de petites villes et de comtés dans tout le pays qui n’étaient pas affiliées à de grandes banques comme J.P. Morgan ou Chase National. Cela peut sembler étrange à entendre, mais avant la Dépression, de nombreuses banques étaient de petites entreprises familiales. À la fin des années 1930, plus de 9 000 petites banques avaient fait faillite, et les principaux bénéficiaires étaient les grandes banques d’affaires qui ont absorbé tous les actifs dans leurs portefeuilles pour quelques centimes de dollars.

En d’autres termes, le secteur bancaire et le pouvoir massif qu’il détient aujourd’hui ont été consolidés dans le sillage de l’effondrement économique des années 30, et rien n’a plus jamais été pareil. Cette crise bénéfique a été favorisée par la Réserve fédérale, qui avait artificiellement abaissé les taux tout au long des années 1920, pour ensuite les faire remonter à la fin des années 1920 et au début des années 1930. Dans un discours prononcé à l’occasion de l’anniversaire de l’économiste Milton Friedman, l’ancien président de la Fed, Ben Bernanke, a admis que la Fed était largement responsable du désastre de la Grande Dépression, en déclarant :

En bref, selon Friedman et Schwartz, en raison de changements institutionnels et de doctrines erronées, les paniques bancaires de la Grande Contraction ont été beaucoup plus graves et étendues que ce qui aurait normalement dû se produire lors d’un ralentissement économique.

Permettez-moi de terminer mon exposé en abusant légèrement de mon statut de représentant officiel de la Réserve fédérale. Je voudrais dire à Milton et Anna : « En ce qui concerne la Grande Dépression. Vous avez raison, nous l’avons fait. Nous sommes vraiment désolés. Mais grâce à vous, nous ne le referons pas. »

Il est intéressant de noter que l’effondrement que la Réserve fédérale a « accidentellement » causé s’est avéré être le même effondrement qui a permis à leurs bons amis des banques d’affaires de centraliser le pouvoir financier pour les décennies à venir.

Aujourd’hui, nous assistons peut-être à un scénario similaire. Voyez les choses de cette façon – Les fermetures étaient complètement inutiles. Ils n’ont pas arrêté les taux d’infection et n’ont donc sauvé aucune vie de toute façon. En fait, les États où les mesures de confinement et les masques sont les plus stricts ont également connu les pics d’infection les plus élevés.

Les programmes de chômage Covid sont pour la plupart inutiles et seulement justifiés par les confinements nuisibles. Et les conditions stagflationnistes ont été principalement aggravées par les milliers de milliards de stimulus que le gouvernement fédéral et la Réserve fédérale ont imprimés à partir de rien pour payer les programmes inutiles de réponse Covid et de financement du chômage. Les chèques et les prêts Covid ont provoqué une calamité pour la main-d’œuvre, mais ils ont également alimenté une frénésie d’achats au détail qui enrichit principalement les centres de fabrication comme la Chine, déclenchant une explosion de la demande et des coûts d’expédition, mettant à rude épreuve la chaîne d’approvisionnement, bloquant les ports de fret et augmentant les prix globaux à pas de géantRésultats de recherche pour « stagflation » – les 7 du quebec  :  https://les7duquebec.net/?s=stagflation

 

Chaque élément de cette crise a été conçu. Et je voudrais suggérer la possibilité que, comme lors de la Grande Dépression, les grandes entreprises se trouvent à nouveau dans une position favorable pour dévorer le secteur des petites entreprises et devenir le seul acteur en ville pour tous les commerces et services.

 

Non seulement les grandes entreprises profitent de la mort des petites entreprises, mais l’administration Biden en profite également dans sa poursuite incessante des obligations de vaccination Covid. Considérez un instant que les petites entreprises sont l’antithèse des contrôles Covid. Pourquoi ? Parce qu’ils offrent aux personnes qui refusent de prendre les vaccins expérimentaux une alternative aux grands détaillants qui pourraient exiger de voir leur passeport de vaccination. Les petites entreprises sont beaucoup plus susceptibles de défier les obligations draconiennes, donc Biden gagne aussi en supprimant la concurrence à l’oligarchie des entreprises qui soutient ses contrôles.

Même si une petite entreprise se conforme à l’obligation du passeport, cela ne la sauvera pas, car les coûts supplémentaires liés à l’application de la loi seront trop élevés pour la plupart d’entre elles. Contrôler constamment les clients et les employés pour s’assurer que leur carte de vaccination est à jour deviendra un travail à plein temps. Le moindre faux pas pourrait se traduire par une amende de 70 000 à 700 000 dollars, et comme elles se sont déjà soumises aux passeports, ces entreprises n’auront aucun soutien de la part de la communauté si elles tentent de refuser de payer. Elles finiront par fermer leurs portes de toute façon.

Sans les petites entreprises soucieuses de la liberté, les seules options restantes pour les non-vaccinés seront le travail indépendant (qui sera également rendu plus difficile avec le temps), ou le troc et le marché noir. (Comme en période de guerre !?… NDÉ)

Ironiquement, c’est cette menace qui crée également une opportunité pour les propriétaires de petites entreprises. S’ils se regroupent au sein de leur communauté et font savoir à celle-ci qu’ils n’appliqueront absolument pas les passeports vaccinaux à leurs employés ou à leurs clients, ils pourraient alors avoir un moyen de concurrencer et de vaincre les grandes surfaces. Ils auraient beaucoup plus de travailleurs potentiels qui postuleraient pour des emplois, de sorte que leur réserve d’employés augmenterait en cette période critique, et ils gagneraient tous les clients de leur région qui refusent également de se conformer aux « picouses ». À moins qu’ils n’opèrent dans un comté bleu, ils gagneront probablement beaucoup de parts de marché.

 

Toutes les incitations sont là. Les petites entreprises vont réussir et les communautés locales auront des options pour défier la tyrannie médicale. Cela va-t-il mettre en colère les maîtres des lieux ? Oui, mais on s’en fiche. Ils veulent vous mettre hors circuit de toute façon, alors pourquoi ne pas prendre un risque et riposter ? Le choix est de prendre position maintenant, ou de vivre sous le talon d’une botte pour le reste de vos jours. C’est tout ce qu’il y a à faire.

 

Toutefois, ces mesures doivent être prises maintenant avant qu’il ne soit trop tard. Je m’attends également à ce que, à mesure que les pressions stagflationnistes augmentent, les petites entreprises et les communautés qui les entourent devront commencer à envisager des alternatives au dollar américain. Les métaux précieux sont une option, tout comme le troc et le commerce ou les certificats locaux, à condition qu’ils soient garantis par des matières premières. Il y a beaucoup à faire. Il est temps pour les petites entreprises d’accepter la possibilité qu’elles ont été ciblées pour la destruction ; elles peuvent ne rien faire et attendre que le marteau tombe, ou elles peuvent prendre des mesures pour se protéger. Je suggère cette dernière solution.

 

Brandon Smith

Traduit par Hervé pour le Saker Francophone

 

 

Robert Bibeau

Auteur et éditeur

Une réflexion sur “Le secteur des petites entreprises est-il délibérément visé par la destruction pandémique?

Répondre à Robert Bibeau Annuler la réponse

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *